L'essentiel sur "Autisme et Inclusion"

Help us | Aidez-nous

Sun Dec 4 19:30:02 CET 2016 France - It's time to Stand Up! For inclusion
04/12/16 Synaptic Actin Dysregulation, a Convergent Mechanism of Mental Disorders? - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
03/12/16 Strategies of readers with autism when responding to inferential questions: An eye-movement study - Micai - 2016 - Autism Research - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
03/12/16 A Subset of Autism-Associated Genes Regulate the Structural Stability of Neurons. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
03/12/16 Students with autism transitioning from primary to secondary schools: parents' perspectives and experiences: International Journal of Inclusive Education: Vol 0, No 0 [tandfonline]
03/12/16 La scolarisation des enfants handicapes - RFI [rfi]
03/12/16 Manuel Valls presente 14 mesures pour le Handicap [vivrefm]
02/12/16 Prise en charge de l'autisme : haro sur la resolution Fasquelle [jim]
01/12/16 Tout savoir sur le conge du proche aidant en 4 points [juritravail]
30/11/16 Parenting, autism spectrum disorders and inner journeys - Twomey - 2016 - Journal of Research in Special Educational Needs - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
28/11/16 The drug candidate, ADX71441, is a novel, potent and selective positive allosteric modulator of the GABAB receptor with a potential for treatment o... - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
28/11/16 L'autisme - Grands dossiers - Ministere des Affaires sociales et de la Sante [social-sante.gouv]
27/11/16 Repose en paix, formation continue [blog.francetvinfo]
25/11/16 Faut-il confier le traitement de l'autisme a un supporter de Sarkozy | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
25/11/16 Autistic People Can Solve Our Cybersecurity Crisis | WIRED [wired]
25/11/16 Association Francophone de Femmes Autistes: Presentation de l'association [association-affa.blogspot]
25/11/16 Association Francophone de Femmes Autistes: [Article] De nombreuses filles autistes pourraient echapper aux tests de diagnostic de l'autisme [association-affa.blogspot]
25/11/16 Strategies pour soutenir le developpement de la memoire de travail [taalecole]
24/11/16 L'intelligence artificielle sait mieux lire sur les levres que l'homme [lefigaro]
24/11/16 Toddlers with autism don't avoid eye contact but do miss its significance [scienceblog]
23/11/16 Ecole et handicap : le Defenseur des droits fait encore et toujours la leçon [faire-face]
23/11/16 Sexual divergence in activity-dependent neuroprotective protein impacting autism, schizophrenia, and Alzheimer's disease. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
23/11/16 Imaging sex/gender and autism in the brain: Etiological implications. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
23/11/16 Sex-dependent differences in voluntary physical activity. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
23/11/16 Cognitive, behavioral, and neural consequences of sex chromosome aneuploidy. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
22/11/16 Executive functioning in men and women with an autism spectrum disorder [onlinelibrary.wiley]
21/11/16 Allergies during pregnancy linked with autism, ADHD [medicalnewstoday]
21/11/16 Parents Perceive Improvements in Socio-emotional Functioning in Adolescents with ASD Following Social Skills Treatment | SpringerLink [link.springer]
21/11/16 Musical training creates new brain connections in children [scienceblog]
19/11/16 Ecstasy ingredient touted as treatment for anxiety in autism | Spectrum [spectrumnews]
19/11/16 Portrait croise de deux jeunes autistes entrepreneurs a Rouen [paris-normandie]
18/11/16 Toddlers with autism don't avoid eye contact, but do miss its significance | EurekAlert! Science News [eurekalert]
18/11/16 Julie Dachez : « L'autisme n'est pas ce que vous croyez » [respectmag]
18/11/16 FORMATION POUR L'INCLUSION DES ENFANTS AVEC D'AUTISME ET AUTRES T.E.D AU SEIN DES ACCUEILS DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT [docs.google]
18/11/16 L'acces a l'ecole, un droit parfois bafoue dans la realite - Le Point [lepoint]
16/11/16 Alternative medicine treatment put four-year-old boy in A&E - BBC News [bbc]
16/11/16 Autism and Consequences by Judy Endow [ollibean]
16/11/16 ''Et nos enfants, on les met a la poubelle ?'' : la colere et la detresse de la maman d'un autiste bientot prive d'hebergement - LCI [lci]
16/11/16 More GABA in one brain region linked to better working memory | News Center | Stanford Medicine [med.stanford]
16/11/16 ''Les enfants voles d'Angleterre'' sur France 5 : quand les services sociaux derobent aux parents leurs enfants - LCI [lci]
15/11/16 Using Technology to Empower Students With Special Needs | Edutopia [edutopia]
14/11/16 Tech Tools to Boost Writing Skills of Students with Learning Disabilities | Think Inclusive [thinkinclusive]
11/11/16 Gond-Pontouvre: le combat d'une mere pour son fils collegien handicape [charentelibre]
11/11/16 Les patients associes a l'evaluation des medicaments [pourquoidocteur]
09/11/16 Teaching Young Children With Social-Communication Delays to Label Actions Using Videos and Language Expansion Models [foa.sagepub]
09/11/16 Access : Arbaclofen in Children and Adolescents with Autism Spectrum Disorder: A Randomized, Controlled, Phase 2 Trial : Neuropsychopharmacology [nature]
08/11/16 Chomage des handicapes : l'Association des paralyses de France critique les pouvoirs publics [francetvinfo]
08/11/16 Toxic masculinity in the autism community | standing in the way of control [expectedly]
08/11/16 Reading comprehension intervention for high-functioning children with autism spectrum disorders: Australian Journal of Learning Difficulties: Vol 21, No 1 [tandfonline]
08/11/16 Middle School Students' Attitudes Toward a Peer With Autism Spectrum Disorder [foa.sagepub]
08/11/16 Cultural Effects on the Diagnosis of Autism Spectrum Disorder Among Latinos [foa.sagepub]
08/11/16 The Impact of Aquatic Exercise on Sleep Behaviors in Children With Autism Spectrum Disorder [foa.sagepub]
08/11/16 The Effect of Pivotal Response Treatment in Children with Autism Spectrum Disorders: A Non-randomized Study with a Blinded Outcome Measure. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
08/11/16 Sustained synchronized neuronal network activity in a human astrocyte co-culture system. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
08/11/16 Interventions that target improvements in mental health for parents of children with autism spectrum disorders: A narrative review. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
08/11/16 * Visual Perceptual Load Reduces Auditory Detection in Typically Developing Individuals but Not in Individuals With Autism Spectrum Disorders. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
07/11/16 Lanceurs d'alerte et handicap : mieux les proteger ? [informations.handicap]
07/11/16 Association Francophone de Femmes Autistes: [Article] Les femmes presentant un TSA cachent des luttes internes complexes derriere un masque [association-affa.blogspot]
06/11/16 Handicap. Placements en Belgique : la ministre interpellee par la CPAM 56 - Morbihan [letelegramme]
05/11/16 Exploring sex differences in autistic traits: A factor analytic study of adults with autism. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
05/11/16 L'appli qui donne la parole a ceux qui en sont prives - Le Point [lepoint]
04/11/16 Human brain is predisposed to negative stereotypes, new study suggests [theguardian]
04/11/16 Handicap -Brevet : adaptation des epreuves aux candidats en situation de handicap | [service-public]
03/11/16 Seminaire des conseillers techniques charges de l'adaptation scolaire et de la scolarisation des eleves handicapes (CT ASH) [esen.education]
02/11/16 Beaucoup de parents d'enfants autistes se suicident et tout le monde s'en fout - le Plus [leplus.nouvelobs]
01/11/16 FORMATION POUR L'INCLUSION DES ENFANTS PORTEURS D'AUTISME ET AUTRES T.E.D AU SEIN DES ACCUEILS DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT [docs.google]
01/11/16 L'amour est dans le pre: Marie larguee par Jean-Paul a cause de son fils autiste [purepeople]
01/11/16 Autisme : plus de mutations sur l'ADN mitochondrial des enfants atteints [pourquoidocteur]
01/11/16 Vu de Twitter : Jean-Paul et sa peur de l'autisme decoivent les fans de ''L'amour est dans le pre'' - LCI [lci]
01/11/16 Psychologiquement fragile... [facebook]
30/10/16 Saint-Brevin-les-Pins. Autisme a l'ecole. Enzo veut trouver sa place « Article « Le Courrier du Pays de Retz [lecourrierdupaysderetz]
30/10/16 Petition Helene Bernard Rectrice Haute Garonne : La scolarisation effective de mon fils autiste 12 ans dans un environnement adapte [change]
30/10/16 Suicides chez les parents d'autistes: « Ils ne trouvent pas de solution » [rmc.bfmtv]
29/10/16 Longvic | Fillette de 10 ans tuee a Longvic : le suicide de la mere est avere [bienpublic]
29/10/16 Temporal voice areas exist in autism spectrum disorder but are dysfunctional for voice identity recognition [scan.oxfordjournals]
29/10/16 Girls with autism may mask condition with social skills [mashable]
29/10/16 une maman d'enfant autiste se suicide : halte au massacre [devenir-capable-autrement]
28/10/16 Pour la premiere fois, un regard sur les parcours a l'ecole primaire des eleves en situation de handicap - Ministere de l'Education nationale, de l'Enseignement superieur et de la Recherche [education.gouv]
28/10/16 La plaie des « faux » autistes - AgoraVox le media citoyen [agoravox]
28/10/16 Vague d'emotion sur l'Autismosphere: Une maman se suicide a Thiais...¦ | [associationpetitbonheur]
28/10/16 Thiais - Une maman d'enfants autistes se tue en sautant du 8eme etage [bebe.doctissimo]
28/10/16 Une maman de 2 enfants autistes se suicide : reactions ! - En ce moment (9221) [informations.handicap]
28/10/16 A Thiais, une jeune mere de famille se tue en sautant du 8e etage - le Parisien [leparisien]
28/10/16 Actu sante : AUTISME: La therapie mediee par les parents confirmee comme prometteuse [santelog]
27/10/16 Autisme : former les parents pour aider les enfants tot [pourquoidocteur]
27/10/16 Parent-mediated social communication therapy for young children with autism (PACT): long-term follow-up of a randomised controlled trial - The Lancet [thelancet]
26/10/16 Autism study finds early intervention has lasting effects : Nature News & Comment [nature]
26/10/16 Early intervention for parents of children with autism reduces symptoms - Medical News Today [medicalnewstoday]
26/10/16 Passeport, retraite, AAH... 30 mesures de simplification pour les particuliers - L'Express [lexpress]
26/10/16 The EU just adopted a directive on the accessibility of websites and mobile apps [edf-feph]
26/10/16 Visual system may offer glimpse of autism's effects in brain | Spectrum [spectrumnews]
26/10/16 Decret n° 2016-1411 du 20 octobre 2016 relatif aux modalites de saisine de l'administration par voie electronique | Legifrance [legifrance.gouv]
25/10/16 Folate Extract May Help Autistic Kids Communicate [psychcentral]
25/10/16 How autism in girls may help reveal the disorder's secrets [nbc4i]
22/10/16 Bad Mothers and Monstrous Sons: Autistic Adults, Lifelong Dependency, and Sensationalized Narratives of Care | SpringerLink [link.springer]
22/10/16 ''Frank'' presentations as a novel research construct and element of diagnostic decision-making in autism spectrum disorder - de Marchena - 2016 - Autism Research - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
22/10/16 Sources and implications of whole-brain fMRI signals in humans. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
19/10/16 Autisme : la voie du zinc -| tregouet.org [rtflash]
19/10/16 Film Montage : On veut mieux que ca ! [kizoa]
18/10/16 Arbaclofen in Children and Adolescents with Autism Spectrum Disorder: A Randomized, Controlled, Phase 2 Trial. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
18/10/16 A Comparison of DSM-IV-TR and DSM-5 Diagnostic Classifications in the Clinical Diagnosis of Autistic Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
18/10/16 Defenseur des droits [information.defenseurdesdroits]
18/10/16 Enquete et propositions sur les besoins des adultes autistes | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
17/10/16 Maltraitance presumee sur des handicapes : une lanceuse d'alerte devant la justice toulousaine « Article « Cote Toulouse [actu.cotetoulouse]
17/10/16 Une lanceuse d'alerte poursuivie pour diffamation apres avoir denonce des maltraitances sur des handicapes - France 3 Midi-Pyrenees [france3-regions.francetvinfo]
17/10/16 Grossesse : des antidepresseurs associes a des troubles du langage [pourquoidocteur]
17/10/16 Sante mentale : le Conseil national cible les jeunes [pourquoidocteur]
16/10/16 Video Martin Winckler suscite la colere de medecins et de patients [pourquoidocteur]
15/10/16 Speech-generating devices: effectiveness of interface design-a comparative study of autism spectrum disorders. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
13/10/16 Pour le soutien public aux GEM Autisme [gemautisme.wesign]
13/10/16 Rapport de Michel Laforcade relatif a la sante mentale - Sante - Ministere des Affaires sociales et de la Sante [social-sante.gouv]
11/10/16 Active interoceptive inference and the emotional brain | Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences [rstb.royalsocietypublishing]
10/10/16 Troubles ''dys'': detection inegale et prise en charge trop tardive - L'Obs [tempsreel.nouvelobs]
06/10/16 Vers une nouvelle education des enfants autistes ? [franceinter]
06/10/16 Autisme et psychanalyse: une BD comme exutoire! [associationpetitbonheur]
02/10/16 Ecole recherche des AVS, c'est urgent ! [ladepeche]
02/10/16 Quelle finalite pour quelle Ecole ? | France Strategie [strategie.gouv]
01/10/16 Exploring the relationship between cortical GABA concentrations, auditory gamma-band responses and development in ASD: Evidence for an altered maturational trajectory in ASD - Port - 2016 - Autism Research - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
01/10/16 Genetic findings are challenging the symptom-based diagnostic classification system of mental disorders. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
30/09/16 Picture Exchange Communication System and Pals: A Peer-Mediated Augmentative and Alternative Communication Intervention for Minimally Verbal Presch... - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
30/09/16 Accessing parental perspectives to inform the development of parent training in autism in south-eastern Europe: European Journal of Special Needs Education: Vol 0, No 0 [tandfonline]
29/09/16 Prenatal Selective Serotonin Reuptake Inhibitor Use and the Risk of Autism Spectrum Disorder in the Children: A Systematic Review and Meta-Analysis. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
29/09/16 Exclusion sociale des personnes autistes Wikipedia [fr.wikipedia]
28/09/16 'Autism trainer' abuse caught on camera - BBC News [bbc]
28/09/16 Handicap : la demande de compensation repensee pour plus de simplicite | Modernisation [modernisation.gouv]
27/09/16 Les processus de parentalite au coeur de l'autisme 2/2 | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
27/09/16 Projet pour l'enfant : un outil utile, mais perfectible -- Caisse des Depots [localtis]
27/09/16 Rapport CNESCO Inegalites sociales et migratoires : comment l'ecole les amplifie ? [cnesco]
27/09/16 Qui a le droit de parler au sein de l'Education nationale ? - Liberation [liberation]
27/09/16 Comment le systeme educatif francais aggrave les inegalites sociales [lemonde]
26/09/16 Hugo Horiot: la sagesse d'un autiste devenu comedien [rcf]
26/09/16 Affaire LE MUR : le retour du boomerang ! [fr-fr.facebook]
26/09/16 Handicap : Une nouvelle etape pour la Fnaseph [cafepedagogique]
25/09/16 Petition· Que feriez-vous s'il s'agissait de votre enfant? [change]
24/09/16 Depakine : une information judiciaire ouverte par le parquet de Paris [pourquoidocteur]
24/09/16 Une mere suspectee d'avoir tue son fils autiste [lefigaro]
22/09/16 The seekers: Why parents try fringe therapies for autism | Spectrum [spectrumnews]
22/09/16 Intentional Professional Ignorance Of the Entire Autism Spectrum Cannot Continue [linkedin]
22/09/16 Education. Les 60 000 postes promis par Hollande inscrits dans le budget 2017 [ouest-france]
21/09/16 Inclusion scolaire : « Vingt ans de combat et toujours la galere. » [faire-face]
21/09/16 #EduTSA Autisme & prise en charge - L'autisme et les troubles envahissants du développement (Eric Lemonnier) Autisme formations en ligne gratuites [canalautisme]
21/09/16 #EduTSA Guide «Scolariser les élèves autistes ou présentant des troubles envahissants du développement» [canalautisme]
21/09/16 #EduTSA Comment travailler avec un eleve autiste en classe ? - Autisme formations en ligne gratuites [canalautisme]
21/09/16 L'inclusion de quoi est-il question ? - Autisme formations en ligne gratuites [canalautisme]
21/09/16 Autisme formations en ligne gratuites:Comprendre le fonctionnement autistique et pointer les incidences sur les apprentissages [canalautisme]
21/09/16 Scolarisation accompagnee a l'ecole d'un eleve avec autisme | INS HEA [inshea]
21/09/16 Adaptations pedagogiques au college pour un eleve avec autisme | INS HEA [inshea]
21/09/16 TSA et neurotypique : mieux se comprendre. Guide pour comprendre le fonctionnement de la personne ayant un TSA - CRA Limousin [cralimousin]
20/09/16 Women with autism hide complex struggles behind masks | Spectrum [spectrumnews]
20/09/16 Le cout economique des discriminations | France Strategie [strategie.gouv]
20/09/16 Lettre de la mere de Timothee, ado autiste, a la ministre de l'Education Nationale | The autist [blogs.lexpress]
20/09/16 L'oeil du web - Des mamans d'enfants handicapes lancent un appel sur YouTube [francebleu]
20/09/16 Vidéo: Bande Annonce ''Le corps en tete'' on Vimeo [vimeo]
20/09/16 Landres : la mere de Frederic, soupconnee d'avoir tue son fils autiste de 14 ans - France 3 Lorraine [france3-regions.francetvinfo]
20/09/16 Insinuations et manoeuvres autour de l'autisme | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
19/09/16 Affective touch awareness in mental health and disease relates to autistic traits - An explorative neurophysiological investigation. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
19/09/16 How 'Pokemon Go' helps kids with autism and Asperger's - CNN.com [edition.cnn]
19/09/16 Scientists identify drug that could increase social interaction of people with autism [thejournal]
19/09/16 Aube: Une mere noie son fils handicape de 5 ans dans la baignoire [20minutes]
18/09/16 Les autistes, otages de petits interets et de grosses embrouilles | Mediapart [mediapart]
15/09/16 Lyon: Le coup de colere de Clotilde, maman d'un petit garcon trisomique, emeut Facebook [20minutes]
15/09/16 Experiences of Sex Education and Sexual Awareness in Young Adults with Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
15/09/16 L'offre d'accueil des personnes handicapees dans les etablissements et services medico-sociaux entre 2010 et 2014 - Etudes et resultats - Ministere des Affaires sociales et de la Sante [drees.social-sante.gouv]
15/09/16 Autisme. « Raccourcir les delais de diagnostic » - Bretagne [letelegramme]
15/09/16 Q Sénat:Situation des auxiliaires de vie scolaire et accompagnement des enfants en situation de handicap - Senat [senat]
15/09/16 FORMATION ACCOMPAGNER UN ENFANT AVEC AUTISME [psychanalyse-en-ligne]
15/09/16 Depakine: l'indemnisation des victimes estimee a 6 milliards d'euros [lci]
14/09/16 «Les enfants sourds n'ont pas acces a l'instruction» - Liberation [liberation]
12/09/16 Les AVS en colere - 11/09/2016 [ladepeche]
12/09/16 Decret n° 2016-1206 du 7 septembre 2016 relatif au conseil departemental de la citoyennete et de l'autonomie | Legifrance [legifrance.gouv]
12/09/16 Aberrant Development of Speech Processing in Young Children with Autism: New Insights from Neuroimaging Biomarkers. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
12/09/16 What's universal grammar? Evidence rebuts Chomsky's theory of language learning [salon]
12/09/16 'NeuroTribes' Examines The History ...” And Myths ...” Of The Autism Spectrum : NPR [npr]
11/09/16 AUTISME. La securite payee avec un fonds pour handicapes : un scandale humain et financier - le Plus [leplus.nouvelobs]
10/09/16 Rentree scolaire 2016 : de nouveaux outils pour accompagner la scolarisation des eleves handicapes | CNSA [cnsa]
10/09/16 Sleep 'resets' brain connections crucial for memory and learning, study reveals | Science | The Guardian [theguardian]
10/09/16 La loi de 2005 : une avancee decisive pour les personnes handicapees ? - par Suzanne Maury,. La loi de 2005 : une avancee decisive pour les personnes handicapees ? - par Suzanne Maury, - Politiques publiques - reperes - vie-publique.fr [vie-publique]
10/09/16 [EDUCATION] Le gouvernement salue l'insertion des enfants autistes a l'ecole - Carenews [carenews]
10/09/16 Metformin for Treatment of Overweight Induced by Atypical Antipsychotic Medication in Young People With Autism Spectrum Disorder: A Randomized Clinical Trial | Sep 01, 2016 | JAMA Psychiatry | JAMA Network [archpsyc.jamanetwork]
09/09/16 Nouveau coup de pouce fiscal pour relancer l'emploi a domicile [boursorama]
09/09/16 Comment le cabinet de Vallaud-Belkacem a fait supprimer un article de La Depeche - Arret sur images [arretsurimages]
09/09/16 Pas d'AVS, pas d'ecole ? Pas d'accord ! | Declic [magazine-declic]
08/09/16 The need to support students with autism at university. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
08/09/16 A year later, how Microsoft's jobs program for people with autism is working - GeekWire [geekwire]
08/09/16 Statistical Learning in Specific Language Impairment and Autism Spectrum Disorder: A Meta-Analysis. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
08/09/16 Oxytocin in Animal Models of Autism Spectrum Disorder - Penagarikano - 2016 - Developmental Neurobiology - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
07/09/16 86 - Le président de la CAF de la Vienne débarqué par son syndicat [lanouvellerepublique]
07/09/16 Les mamans d'enfants autistes prives d'ecole n'ont pas pu parler a Najat Valaud-Belkacem [ladepeche]
06/09/16 Learning From My Son on the Autism Spectrum [themighty]
06/09/16 La FNASEPH vous invite pour ses 20 ans [fnaseph]
06/09/16 Vers une école inclusive. Dossier Scolarité et handicap un enjeu pour tous Famille et Education, le magazine - Apel [apel]
05/09/16 Trop de MDPH tue la MDPH [jim]
05/09/16 La pedopsychiatrie pourrait bien disparaitre ! [lepoint]
05/09/16 Autisme vs psychose : une question toujours d'actualite ? [sciencedirect]
05/09/16 Haute Autorite de Sante - Appel a candidature d'un charge de projet pour l'elaboration d'une recommandation de bonne pratique sur le theme « Trouble du spectre de l'autisme : diagnostic et evaluation chez l'enfant - Actualisation » [has-sante]
05/09/16 Semaine a theme pour la rentree des mecenes et des associations ! - Carenews [carenews]

Synaptic Actin Dysregulation, a Convergent Mechanism of Mental Disorders? - PubMed - NCBI 04/12/2016

«Abstract Actin polymerization governs activity-dependent modulation of excitatory synapses, including their morphology and functionality. It is clear from human genetics that neuropsychiatric and neurodevelopmental disturbances are multigenetic in nature, highlighting the need to better understand the critical neural pathways associated with these disorders and how they are altered by genetic risk alleles. One such signaling pathway that is heavily implicated by candidate genes for psychiatric and neurodevelopmental disorders are regulators of signaling to the actin cytoskeleton, suggesting that its disruption and the ensuring abnormalities of spine structures and postsynaptic complexes is a commonly affected pathway in brain disorders. This review will discuss recent experimental findings that strongly support genetic evidence linking the synaptic cytoskeleton to mental disorders, such as schizophrenia and autism spectrum disorders.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Strategies of readers with autism when responding to inferential questions: An eye-movement study - Micai - 2016 - Autism Research - Wiley Online Library 03/12/2016

«Abstract Previous research suggests that individuals with autism spectrum disorder (ASD) have difficulties with inference generation in reading tasks. However, most previous studies have examined how well children understand a text after reading or have measured on-line reading behavior without response to questions. The aim of this study was to investigate the online strategies of children and adolescents with autism during reading and at the same time responding to a question by monitoring their eye movements. The reading behavior of participants with ASD was compared with that of age-, language-, nonverbal intelligence-, reading-, and receptive language skills-matched participants without ASD (control group). The results showed that the ASD group were as accurate as the control group in generating inferences when answering questions about the short texts, and no differences were found between the two groups in the global paragraph reading and responding times. However, the ASD group displayed longer gaze latencies on a target word necessary to produce an inference. They also showed more regressions into the word that supported the inference compared to the control group after reading the question, irrespective of whether an inference was required or not. In conclusion, the ASD group achieved an equivalent level of inferential comprehension, but showed subtle differences in reading comprehension strategies compared to the control group.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

A Subset of Autism-Associated Genes Regulate the Structural Stability of Neurons. - PubMed - NCBI 03/12/2016

«Abstract Autism spectrum disorder (ASD) comprises a range of neurological conditions that affect individuals' ability to communicate and interact with others. People with ASD often exhibit marked qualitative difficulties in social interaction, communication, and behavior. Alterations in neurite arborization and dendritic spine morphology, including size, shape, and number, are hallmarks of almost all neurological conditions, including ASD. As experimental evidence emerges in recent years, it becomes clear that although there is broad heterogeneity of identified autism risk genes, many of them converge into similar cellular pathways, including those regulating neurite outgrowth, synapse formation and spine stability, and synaptic plasticity. These mechanisms together regulate the structural stability of neurons and are vulnerable targets in ASD. In this review, we discuss the current understanding of those autism risk genes that affect the structural connectivity of neurons. We sub-categorize them into (1) cytoskeletal regulators, e.g., motors and small RhoGTPase regulators; (2) adhesion molecules, e.g., cadherins, NCAM, and neurexin superfamily; (3) cell surface receptors, e.g., glutamatergic receptors and receptor tyrosine kinases; (4) signaling molecules, e.g., protein kinases and phosphatases; and (5) synaptic proteins, e.g., vesicle and scaffolding proteins. Although the roles of some of these genes in maintaining neuronal structural stability are well studied, how mutations contribute to the autism phenotype is still largely unknown. Investigating whether and how the neuronal structure and function are affected when these genes are mutated will provide insights toward developing effective interventions aimed at improving the lives of people with autism and their families.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Students with autism transitioning from primary to secondary schools: parents' perspectives and experiences: International Journal of Inclusive Education: Vol 0, No 0 03/12/2016

«ABSTRACT The transition from primary to high school can be a challenging process for students with autism spectrum disorder (ASD). During this time, research-based practices like home-school collaboration are crucial in facilitating a smoother transition. However, existing research indicates that the transition from primary to high school is a period of anxiety and reduced support for students with ASD and their families. This article describes the experiences of parents of students with ASD in regard to this transition and home-school collaboration. Semi-structured interviews were carried out with 15 parents of children with ASD who attended mainstream government high schools in metropolitan Sydney. Through content analysis, parents were found to have received varying levels of transition support. Their experiences of home-school collaboration were, however, generally positive. Overall, it is recommended that parents' knowledge of their children with ASD should be prioritised and utilised in transition planning. Findings also suggest that a greater implementation of practices including mandated transition planning and home-school collaboration in schools would contribute to more authentic inclusion of students with ASD.»...

<< Sommaire
tandfonline

La scolarisation des enfants handicapes - RFI 03/12/2016

«A l'occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, le samedi 3 décembre 2016, l'école de la République est-elle réellement inclusive pour tous les enfants, sans aucune distinction ? Entre 2004 et 2014, le nombre d'enfants en situation de handicap scolarisés en milieu ordinaire a quasiment doublé (330 247 à la rentrée 2014). La carrière scolaire des enfants en situation de handicap peut-elle être la même que pour les autres ? Ces élèves sont bien trop souvent séparés des autres au collège, et plus encore au lycée...¦ - Serge Ebersold, co-auteur du rapport Ecole inclusive pour les élèves en situation de handicap : accessibilité, réussite scolaire et parcours individuels. Il est professeur du CNAM et titulaire de la Chair accessibilité, et travaille pour l'Agence européenne pour l'éducation adaptée et inclusive sur l'analyse des politiques inclusives à l'étranger. Il a travaillé à l'OCDE sur l'analyse des politiques inclusives. â–º Dossier de synthèse du Cnesco sur ce thème. â–º Pour en savoir plus sur le sujet et consulter les rapports.

• Estelle Ast, maman d'un petit garçon autiste qui a 11 ans, Allan - Hawa Drame, fondatrice et présidente de la Fondation Fitima, Fondation internationale Tierno et Maria. L'intervention de 3 mamans : Clotilde Jenoudet, maman de Baptiste, 3 ans, atteint de trisomie 21 Lucie Michel, maman de Malone, 4 ans, victime d'épilepsie et d'autisme Stéphanie Ribeyrollis, maman de Jeanne, 4 ans, qui est née avec un poumon trois malformations trachéales et souffre de POIC (pseudo obstruction intestinale chronique). Et un reportage Alice Milot : Emma est maman d'une petite Sarah, âgée de 8 ans, atteinte d'une trisomie 21, un handicap cognitif avec une déficience intellectuelle. Cette élégante brune, d'une quarantaine d'année, divorcée, habite avec sa fille et son grand fils de 23 ans en Seine-saint-Denis. Elle se bat au quotidien pour Sarah, notamment avec l'association Toupi (Tous pour l'inclusion). Alice Milot l'a rencontrée chez elle en pleine séance de travail avec Sarah»...

<< Sommaire
rfi

Manuel Valls presente 14 mesures pour le Handicap 03/12/2016

«Lors de la réunion du Comité interministériel du handicap aujourd'hui à Nancy, le premier ministre a annoncé 14 domaines pour agir dans le domaine du handicap. Emploi, citoyenneté, inclusion, scolarisation, logement,... Manuel Valls a voulu aussi rendre hommage à François Hollande. Voici les mesures annoncées par Matignon par communiqué.»...

<< Sommaire
vivrefm

Prise en charge de l'autisme : haro sur la resolution Fasquelle 02/12/2016

«Paris, le vendredi 2 décembre 2016 - La semaine prochaine, les députés devront se pencher sur un projet de résolution* porté par Daniel Fasquelle (Les Républicains) et soutenu par plusieurs élus de droite, dont Bernard Accoyer, Laurent Wauquiez et Nathalie Kosciusko-Morizet. Ce texte concerne la prise en charge de l'autisme et a pour ambition de « promouvoir une prise en charge de l'autisme basée sur les recommandations de la Haute autorité de Santé ». Ces recommandations édictées en 2012 ont constitué une rupture. Après des années de contestation de la part des associations et plusieurs remontrances du Conseil de l'Europe quant à la place trop importante de l'approche psychanalytique dans la prise en charge des jeunes patients souffrant d'autisme, une autorité française s'inscrivait enfin dans la même ligne.»
[...]
«Les parents d’enfants autistes pas tous représentés par les associations phares Aussi, le projet de résolution Fasquelle qui souhaite notamment que les recommandations de la HAS deviennent « juridiquement contraignantes pour les professionnels qui travaillent avec des enfants autistes, et que seuls les thérapies et les programmes éducatifs qui sont conformes aux recommandations de la Haute Autorité de santé soient autorisés et remboursés » ou encore qui appelle à une interdiction totale du packing, hérisse de très nombreuses organisations de psychiatres, mais également certaines associations de familles touchées par l’autisme. Ces dernières, face au poids des organisations les plus médiatisées, peinent à faire entendre une voix différente. Ainsi, père d’un jeune homme autiste, et président du RAAHP (Rassemblement pour une Approche des Autismes Humaniste et Plurielle), Patrick Sadoun se montre inquiet du projet de résolution. Il redoute l’instauration d’une médecine officielle « sous contrôle étatique ». Il s’insurge contre cette restriction de la liberté de prescription et de jugement des médecins. »...

<< Sommaire
jim

Tout savoir sur le conge du proche aidant en 4 points 01/12/2016

«Une personne de votre entourage exige une attention particulière en raison de son état de santé. Vous envisagez de mettre votre carrière entre parenthèse pour l'aider. Vous pouvez alors profiter d'un congé du proche aidant. La Loi travail (1) a assoupli les conditions pour bénéficier de ce congé et le Décret (2) relatif à ce congé vient d'être publié. Voici en 4 points, un petit tour d'horizon sur ce congé et sur les modalités pour en bénéficier. Sommaire Les conditions pour en bénéficier A quoi pouvez-vous prétendre ? Comment en demander le bénéfice à votre employeur ? Comment faire votre demande Quand faire votre demande La fin du congé»...

<< Sommaire
juritravail

Parenting, autism spectrum disorders and inner journeys - Twomey - 2016 - Journal of Research in Special Educational Needs - Wiley Online Library 30/11/2016

«Abstract The importance of Early Intervention for children with Autism has been established however little attention has been given to the role of the parent and their perspective (Griffin & Shevlin, 2011). Research on Early Intervention has proliferated and innovative research on involving parents as partners has emerged (Carpenter, 2007; Hornby, 2011), however parents' experiences of assessment, diagnosis and education have received little attention. This study investigated parental perceptions of Early Intervention services for children with significant disabilities. The purpose of this article is to describe how parents experience assessment, diagnosis and education, exploring the potential of utulising a parental lens in grasping these perspectives. It explored parents' need to negotiate services and the difficulties surrounding their children's education in mainstream settings. Through qualitative, longitudinal, in-depth case studies, parents (n 6) were interviewed over a fifteen month period. Interviews coincided with school terms. A major point of difference is the presence of parent voice. This research is dedicated to eliciting parents' voice and exploring how this may influence current understandings of Early Intervention in Ireland. This research suggests that we need to explore what is needed by parents according to those parents, by acknowledging parent voice. Early Intervention and school settings may be a site of reconfiguration of parenthood where mutually, supportive mechanisms may confront the obscurities associated with their role and the fact that they are seldom heard.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

The drug candidate, ADX71441, is a novel, potent and selective positive allosteric modulator of the GABAB receptor with a potential for treatment o... - PubMed - NCBI 28/11/2016

«Abstract Positive allosteric modulation of the GABAB receptor is a promising alternative to direct activation of the receptor as a therapeutic approach for treatment of addiction, chronic pain, anxiety, epilepsy, autism, Fragile X syndrome, and psychosis. Here we describe in vitro and in vivo characterization of a novel, potent and selective GABAB positive allosteric modulator (PAM) N-(5-(4-(4-chloro-3-fluorobenzyl)-6-methoxy-3,5-dioxo-4,5-dihydro-1,2,4-triazin-2(3H)-yl)-2-fluorophenyl)acetamide (ADX71441). In vitro, Schild plot and reversibility tests at the target confirmed PAM properties of the compound. In mice and rats ADX71441 is bioavailable after oral administration and is brain penetrant. A single dose of ADX71441 had an anxiolytic-like profile in the mouse marble burying test (minimum effective dose; MED 3 mg/kg) as well as in the elevated plus maze test in mice and rats (both MED 3 mg/kg). Also, in mice, acute administration of ADX71441 reduced visceral pain-associated behaviors in the acetic acid-induced writhing test. ADX71441 dose-dependently reduced time on rotarod in rats (MED 10 mg/kg) indicative of muscle-relaxant qualities. ADX71441 reduced locomotor activity in mice (10 mg/kg) and rats (3 mg/kg) after single dose; however, following sub-chronic administration in mice, 30 mg/kg ADX71441 was associated with normal locomotor activity. While acute administration of ADX71441 reduced body temperature in rats and mice (both MED 10 mg/kg), the effect in the former was transient, rapidly returning to normal levels despite high concentrations of the compound remaining in plasma. Thus, the GABAB PAM ADX71441 represents a valid therapeutic approach for development of novel treatment of anxiety, pain and spasticity.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

L'autisme - Grands dossiers - Ministere des Affaires sociales et de la Sante 28/11/2016

«Une source d'information officielle, fiable et claire validée par un comité scientifique. Cet espace délivre une information officielle et validée par un comité scientifique conforme aux recommandations de bonnes pratiques de la Haute Autorité de Santé et de l'ANESM, destinée à informer le grand public, tout comme les personnes concernées et leurs familles. Cet espace web a pour but de : donner l'accès à un état des connaissances actualisé, rappeler les recommandations de bonne pratique, diffuser une information objective et validée scientifiquement, contribuer à modifier les représentations, casser les préjugés, informer sur l'accompagnement dédié et l'importance du diagnostic.»...

<< Sommaire
social-sante.gouv

Repose en paix, formation continue 27/11/2016


«C'est une petite phrase, une confidence lâchée presque entre amis, lors d'une table ronde des journées d'automnes organisées le mois dernier par le CRAP-Cahiers Pédagogiques. Jean-Paul Delahaye, ancien Inspecteur général de l'éducation nationale, ancien directeur général de l'enseignement scolaire et conseiller spécial de Vincent Peillon lors de la Refondation de l'école en 2012, impressionne l'auditoire durant sa prise de parole, puis lors du débat qui suit : sa connaissance des dossiers, son charisme en font un orateur hors pair. Le débat est riche, de haut niveau, la question de la formation est abordée, Delahaye prend la parole. « En 2012, Vincent Peillon a failli inscrire l'obligation de formation des enseignants dans la Loi de Refondation de l'école. La formation continue était sinistrée. Mais les parlementaires lui ont répondu : « Avec quels moyens ? ». » Le budget, malgré la hausse prévue, est serré, et il faut reconstruire ce qui a été détruit sous le précédent quinquennat. Peillon abandonne l'idée. Avec les ESPE, il relancera la formation initiale supprimée sous Sarkozy, mais mettra de côté la formation continue. Je ne sais pas si le public présent a comme moi, marqué le coup. Il m'a fallu plusieurs minutes pour percevoir la pleine incidence de ce qui venait d'être dit. Et prendre conscience du virage décisif que l'Education Nationale a loupé, il y a quatre ans. Et pourtant, le ministère savait...¦ Une quarantaine de pages circulent au ministère cet été 2012, en pleine consultation sur le Refondation, un rapport de synthèse intitulé « formation des enseignants : éléments de comparaison internationale » qui commence par cet exergue : « Les systèmes les plus performants sont la preuve qu'in fine, c'est le niveau de compétence des enseignants qui fait la qualité d'un système scolaire.» [...]
«Il n’y a plus d’après… « Avec quels moyens ? ». 40 ans après l’accord historique de 1972, voilà où on en est. « Avec quels moyens ? », pour clore tout débat sur la question. A quoi bon, au fond, les rapports, les études et les mises en garde ? Il y a quatre ans, un ministre a « failli » inscrire l’obligation de formation des enseignants dans la loi. Il n’aurait pas été possible de revenir en arrière. Cela aurait obligé l’état à agir, cela l’aurait mis devant ses responsabilités, rappelé à son devoir. Mais le ministre a reculé, parce qu’on lui a fait comprendre que la formation continue, c’est trop cher, mieux valait abandonner l’idée et accepter, au fond, qu’il ne soit plus possible de financer la formation continue des enseignants. Une telle fenêtre de tir n’est pas près de se présenter à nouveau. Des futurs candidats à la présidentielle, on ne connait que les programmes actuels de Juppé et Fillon. Autant dire qu’aucun n’évoque la formation, l’heure est à la "restauration de l’autorité", aux intox sur les programmes d’histoire, à la guerre menée contre les pédagogues et aux suppressions de postes (lesquelles suppressions de poste, les années Sarkozy l’ont montré, commencent par la suppression des postes de remplaçants, ceux-là même qui permettent notamment d’envoyer des profs en formation). La formation continue des enseignants français est bel et bien agonisante. « Avec quels moyens ? ». On ne peut pas, on ne peut plus former les profs tout au long de leur carrière, ma petite dame. Pas les moyens. Soit. Mais qu’on ne dise plus que les instits parlent mal anglais, qu’ils ne maitrisent pas l’informatique et l’Internet. On ne les forme pas, ni à l’un, ni aux autres. Qu’on ne dise plus que les profs ne sont pas au courant des dernières recherches en éducation. On ne les aide pas à mettre à jour leurs connaissances, à développer et étendre leurs compétences. Qu’on ne dise plus des profs qu’ils ne sont pas innovants, peu au fait des méthodes alternatives. On ne les forme pas sur ces sujets, ni à l’innovation, ni à ce qui se fait ailleurs, ou autrement. Qu’on ne dise plus qu’il est invraisemblable que l’école ne s’ouvre pas aux recherches scientifiques récentes telles les neurosciences. L’impact des neurosciences sur l’apprentissage, ça s’apprend, mais on ne l’apprend pas. Qu’on ne dise plus que les profs sont rétifs au changement. La formation qui devait développer chez les maitres l’aptitude au changement n’a jamais eu cours. Qu’on ne dise plus que les réformes ne sont pas mises en place sur le terrain. Elles ne sont pas accompagnées des formations qui seules pourraient aider à leur enracinement. Qu’on ne dise plus des profs qu’ils font toujours la même chose, qu’ils ne savent pas se décentrer, mettre leur pratique en perspective. On leur interdit les perspectives, on ne les aide pas à se rencontrer, à échanger, à partager, à observer les autres faire. Les profs, ceux qui en ont encore l’envie, le courage, la passion, heureusement ils sont nombreux, n’ont plus qu’à se débrouiller seuls pour ne plus l’être, ne doivent qu’à eux-mêmes d’évoluer et de se former, loin de l’institution. C’est anormal, c’est illogique, c’est irresponsable. Mais bon, « avec quels moyens ? ». »...

<< Sommaire
blog.francetvinfo

Faut-il confier le traitement de l'autisme a un supporter de Sarkozy | Le Club de Mediapart 25/11/2016

«Objet : Proposition de Résolution parlementaire du député Daniel FASQUELLE et de 93 de ses collègues, visant à rendre opposable une recommandation de la HAS et à donner au législateur le pouvoir de décréter où se situe la « vérité » scientifique. Chers Consoeurs, Chers Confrères, Chers Amis Médecins, Le Député Daniel FASQUELLE a obtenu que soit soumise le 8 décembre à L'Assemblée Nationale une Proposition de résolution concernant l'autisme. Cette question peut sembler marginale à certains d'entre vous, mais la requête est sournoise : sous une apparence parfaitement légitime, au nom du respect des personnes autistes, il demande au législateur de rendre "les recommandations de la HAS de 2012 juridiquement contraignantes pour les professionnels qui travaillent avec des enfants autistes".»...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Autistic People Can Solve Our Cybersecurity Crisis | WIRED 25/11/2016

«Alan Turing was the mastermind whose role in cracking the Nazi Enigma code helped the Allies win World War II. He built a machine to do the calculations necessary to decipher enemy messages and today is hailed as the father of the com­puter and artificial intelligence. He's also widely believed to have been autistic. Turing was not diagnosed in his lifetime, but his mathematical genius and social inelegance fit the profile for autism spectrum disorder (ASD). And his story illustrates how society benefits when it gives a voice to those who think different. Until he came along, no one perceived the need for a com­puter; they simply needed to crack the code. It took a different kind of mind to come up with that unexpected, profoundly consequential solution.»
[...]
«At the same time, more than three-quarters of cognitively able individuals with autism have aptitudes and interests that make them well suited to cybersecurity careers. These include being very analytical and detail-oriented as well as honest and respectful of rules. And there are many other areas in which these talents could quite literally be employed. A few innovative firms, including Microsoft, SAP, and Freddie Mac, already have pilot programs for hiring people with autism to fill sophisticated IT jobs and other positions. The Gates Foundation, the Milken Institute, and the Hilibrand Foundation have also funded valuable employ­ment and research programs. But given the coming tsunami of adults with autism, a much broader effort will be required. We need a national strategy, coordinating the efforts of public agencies, companies, and organizations, to bring these valuable minds into the work­force. Such an initiative should focus first on providing meaningful job opportunities for adults who are cognitively able and eventually branch out to more of the autism spectrum. This effort needn’t start from scratch. Let’s begin by convening those working on the issue in Los Angeles, New York, San Francisco, Seattle, and Washington, DC—areas where strong research and clinical programs are up and running and where tech industry jobs are readily available. By capitalizing on this existing network, we can seed job hubs around the country for adults with autism. These hubs would create programs to cultivate expertise in cybersecurity and would teach workplace social skills and independent living skills. They’d also work with industry partners to develop a talent pipeline and help them under­stand how best to integrate autistic employees. »...

<< Sommaire
wired

Association Francophone de Femmes Autistes: Presentation de l'association 25/11/2016

«L'association a pour objectif principal la coopération avec les pouvoirs publics concernant toute question relative à l'autisme. A ce titre, elle vise à :
• participer activement à l'élaboration, à la mise en oeuvre, au déploiement de toute mesure concernant les Troubles du Spectre de l'Autisme ;
• travailler de manière constructive avec les autorités compétentes afin de permettre l'enrichissement des réflexions concernant l'autisme ;
• être un partenaire fiable et investi dans un travail d'équipe élargi ;
• donner de la visibilité aux femmes ayant reçu le diagnostic de Troubles du Spectre de l'autisme et encourager leur participation en lien avec l'autisme dans la société ;
• prendre en considération la réalité quotidienne des femmes porteuses de Troubles du Spectre de l'Autisme, ceci quelle que soit leur situation personnelle (femme active exerçant ou non une profession, étudiante, retraitée, mère, épouse). Nous souhaitons apporter dans le débat de l'autisme de la visibilité sur la condition des autistes femmes : en effet, ce syndrome s'y exprime de manière un peu différente et, faute de prise en compte de ces spécificités, elles ont d'autant moins accès à un diagnostic et à un accompagnement adapté. Elles sont par ailleurs doublement discriminées dans le monde du travail, en tant que femme et personne avec particularités de fonctionnement. De plus, de nombreuses femmes sont également mères et sont, par leur comportement particulier, jugées suspectes, et davantage exposées aux risques de signalements de la part de professionnels de l'enfance. Les personnes composant notre association ont souvent eu un parcours de vie compliqué, notamment au niveau professionnel (beaucoup ne travaillent pas ou plus), alors qu'elles possèdent pourtant de nombreuses compétences inexploitées et une grande capacité de travail et de concentration, surtout quand le sujet leur plait, ce qui est le cas ici. Groupes de travail/instances auxquels certaines membres participent actuellement :»...

<< Sommaire
association-affa.blogspot

Association Francophone de Femmes Autistes: [Article] De nombreuses filles autistes pourraient echapper aux tests de diagnostic de l'autisme 25/11/2016

«De nombreuses filles autistes pourraient échapper aux tests de diagnostic de l'autisme Traduction libre par Elodie Fleurot de l'article original « Diagnostic test for autism may miss many girls », D. Rudacille, https://spectrumnews.org/ , 27 juin 2011 Les symptômes du syndrome d'Asperger seraient sensiblement différents chez les filles et chez les garçons, selon une étude publiée un peu plus tôt dans le mois dans la revue « Research in Developmental Disabilities* » (« Recherche sur les troubles du développement »). Cette étude, ainsi qu'une série d'autres études récentes, suggèrent qu'avec les tests diagnostics actuels, les filles présentant un autisme dit de hautement fonctionnement sont diagnostiquées plus tard que les garçons, ou échappent tout simplement au diagnostic. Dans cette nouvelle étude, des chercheurs suédois montrent que 18 nouvelles questions dans un test Autism Spectrum ScreeningQuestionnaire (questionnaire de dépistage des troubles du spectre autistique) révisé donnent des profils de réponse très différents pour les filles et les garçons d'âge scolaire présentant un syndrome d'Asperger.»...

<< Sommaire
association-affa.blogspot

Strategies pour soutenir le developpement de la memoire de travail 25/11/2016

«Bien que nous sachions depuis longtemps qu'il existe une relation entre la mémoire de travail et les troubles d'apprentissage (TA), nous n'arrivons pas encore à cerner précisément en quoi cette relation consiste. Grâce à la mémoire de travail, nous pouvons conserver temporairement de l'information pendant que notre cerveau est occupé à une autre tâche. Nous utilisons notre mémoire de travail pour apprendre une langue, résoudre des problèmes et exécuter d'innombrables autres tâches. La capacité de notre mémoire de travail est limitée, et si nous dispersons notre attention ou surchargeons le système mnémonique, nous pouvons perdre une partie de l'information emmagasinée. Pour les élèves qui ont une déficience de la mémoire de travail, notamment ceux qui ont des TA, perdre l'information qui était stockée dans la mémoire de travail peut constituer un immense obstacle à l'apprentissage. Qu'est-ce que la mémoire de travail?.»
[...]
«Aider les élèves ayant une faible mémoire de travail Deux approches ont été utilisées pour aider les élèves qui présentent une déficience de la mémoire de travail. L’efficacité de la première, qui consiste à entraîner la mémoire de travail des élèves, n’est pas confirmée par la littérature scientifique. La deuxième approche, qui consiste à créer un environnement d’apprentissage pour réduire la charge imposée à la mémoire de travail des élèves, est utilisée couramment avec les élèves ayant des TA. Améliorer la capacité par l’entraînement. Même si certaines interventions ont produit quelques améliorations à court terme pour la mémoire de travail verbale, la mémoire de travail visuospatiale et le décodage des mots (voir la méta-analyse de Peijnenborgh, Hurks, Aldenkamp, Vles et Hendriksen, 2015), ces améliorations ne sont pas durables et ni facilement transférables à d’autres situations d’apprentissage (p. ex., Melby-Lervag et Hulme, 2013). Il existe des programmes informatiques, comme Robomemo, qui permettent aux joueurs d’entraîner leur mémoire de travail à raison de 35 minutes par jour pendant six semaines et qui semblent produire une certaine amélioration (Klingberg et coll., 2005). Autres que les gains limités par entraînement direct, on considère généralement que la mémoire de travail est un trait constant qu’on ne peut facilement améliorer par une intervention. Réduire la charge imposée à la mémoire de travail. Pour atténuer les difficultés des élèves, on choisit plus souvent d’utiliser des stratégies pour réduire la charge imposée à la mémoire de travail. Gathercole et Alloway (2008) recommandent une méthode à plusieurs étapes que les professionnels de l’enseignement peuvent utiliser pour aider les élèves ayant une déficience de la mémoire de travail. »...

<< Sommaire
taalecole

L'intelligence artificielle sait mieux lire sur les levres que l'homme 24/11/2016

«Des scientifiques de l'Université d'Oxford et de DeepMind, une filiale de Google, ont mis au point une intelligence artificielle capable de convertir les mouvements des lèvres en texte. L'intelligence artificielle était capable de traduire automatiquement un texte, ou de simuler une voix presque humaine. Depuis la finalisation d'un projet mené à l'Université d'Oxford conjointement avec des scientifiques de DeepMind (Google), elle sait lire sur les lèvres, rapporte New Scientist. Une équipe de chercheurs anglais a mis au point un programme informatique baptisé LipNet qui analyse les vidéos et convertit les mouvements de lèvres en texte. Leur rapport parvient à un taux d'exactitude de 46,9% dans la reconnaissance des phrases prononcées par le programme, contre 23;8% pour le professionnel ayant servi de témoin. New Scientist fait état d'un grand nombre d'erreurs bénignes pour le système, comme le fait d'omettre un «s» à la fin d'un mot. Pour atteindre un tel niveau de performance, le système a été nourri de 5000 heures de vidéo de six programmes TV différents de la BBC, soit, en l'occurrence, 118.000 phrases prononcées.»
[...]
«Travailler sur des phrases entières, et non plus sur des mots isolés «D'après ce que nous savons, LipNet est le premier modèle de lecture sur les lèvres qui travaille au niveau des phrases», écrivent les chercheurs. Jusqu'alors, les programmes existants effectuaient uniquement une classification des mots, et non une prédiction des séquences au niveau de la phrase. Pour y parvenir, le programme s'appuie sur un système de réseaux neuronaux convolutifs, inspiré par le cortex visuel des animaux. Il y a deux semaines, un programme similaire, également baptisé LipNet et développé par une autre équipe d'Oxford, avait obtenu de meilleurs résultats que les personnes testées pour la même tâche. Alors que ce dernier se restreignait à une base de données de 51 mots, le nouveau LipNet a eu affaire à une base de 17.500 mots uniques. »...

<< Sommaire
lefigaro

Toddlers with autism don't avoid eye contact but do miss its significance 24/11/2016

«A new study conducted by researchers at Marcus Autism Center, Children's Healthcare of Atlanta, and Emory University School of Medicine helps put to rest a longstanding controversy and question about children with Autism Spectrum Disorder. Eye-tracking measures developed by the group demonstrate that young children with autism do not avoid eye contact on purpose; instead, they miss the significance of social information in others' eyes. While reduced eye contact is a well-known symptom of autism used in early screeners and diagnostic instruments, why children with autism look less at other people's eyes has not been known. New research, reported today in The American Journal of Psychiatry, helps answer that question.»
[...]
«The researchers studied eye gaze responses in young children with autism at the time of their initial diagnosis in order to have clearer evidence about the initial underlying reasons for reduced eye contact. Some adults and older children with autism have reported feeling anxious in response to eye contact. “Our results aren’t meant to contradict these personal experiences,” emphasized Jones. “For children with autism, social signals can be confusing. And as children grow up to be adults, those signals can become even more challenging to understand. This research highlights the opportunity to target the right underlying concerns as early as possible.” “Studies like this one help advance our understanding of autism and improve the way scientists and clinicians develop new treatments,” said Lisa Gilotty, Chief of the Research Program on Autism Spectrum Disorders at the National Institute of Mental Health, one of the agencies that funded the study. Additional support was given by the Autism Science Foundation, the Marcus Foundation, the Whitehead Foundation, and the Georgia Research Alliance. »...

<< Sommaire
scienceblog

Ecole et handicap : le Defenseur des droits fait encore et toujours la leçon 23/11/2016

«Dans un récent rapport, le Défenseur des droits recense les problèmes récurrents que rencontrent toujours les élèves en situation de handicap et leurs parents pour faire valoir leur droit à la scolarisation. Il rappelle aussi les principes s'appliquant à l'école. Reste à savoir s'il sera entendu. « L'augmentation indéniable du nombre d'enfants handicapés scolarisés depuis 2005 ne saurait cacher les difficultés rencontrées dans leur accompagnement. » Ces « difficultés », le Défenseur des droits les détaille dans son rapport 2016 sur les droits de l'enfant, rendu public vendredi 18 novembre. Elles contribuent sans doute à expliquer que plus d'un élève handicapé sur deux quitte l'école ordinaire avant ses 10 ans. Il s'inquiète, entre autres, « des problèmes spécifiques rencontrés par les enfants autistes » pour bénéficier d'une scolarité en milieu ordinaire. Ou bien encore de la scolarisation à temps partiel non souhaitée. « La scolarisation à temps complet reste un droit, note-t-il. (...¦) La quotité horaire de présence en classe de l'enfant ne saurait être fondée sur des considérations d'organisation ou de charge de travail supplémentaire pour l'équipe éducative. » Autre source importante de réclamations : l’accompagnement humain à l’école. La MDPH attribue, en effet, des heures d’auxiliaire de vie scolaire (AVS) aux élèves en ayant besoin. Or, régulièrement, le rectorat n’affecte pas cet AVS. Le Défenseur des droits est également saisi en raison « des changements fréquents » d’AVS, « ce qui peut être très insécurisant pour certains enfants handicapés ».»
[...]
«AVS notifié mais pas affecté Autre source importante de réclamations : l’accompagnement humain à l’école. La MDPH attribue, en effet, des heures d’auxiliaire de vie scolaire (AVS) aux élèves en ayant besoin. Or, régulièrement, le rectorat n’affecte pas cet AVS. Le Défenseur des droits est également saisi en raison « des changements fréquents » d’AVS, « ce qui peut être très insécurisant pour certains enfants handicapés ». Déscolarisation trop longue et manque d’AVS À ces problèmes s’ajoute le manque de places en établissements et services médico-sociaux. Cela a « pour conséquence le maintien de l’enfant au domicile familial avec pour corollaire une déscolarisation souvent très longue ». Autre répercusion : faute de pouvoir être accueilli en institut médico-éducatif, l’enfant est orienté en Ulis – une classe rassemblant des élèves handicapés au sein d’une école ordinaire – ou en classe ordinaire avec un accompagnement individuel. Les Ulis se retrouvent alors saturées et les académies ne parviennent pas à répondre aux demandes d’AVS. geva-sco-defenseur-des-droits-ecole-handicapUn PPS indispensable mais mal utilisé Le projet personnalisé de scolarisation précise les mesures à mettre en place pour chaque enfant handicapé. Pour l’élaborer, l’équipe pluridisciplinaire de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) est tenue d’évaluer les besoins de l’enfant. Elle doit le faire sur la base du guide d’évaluation des besoins de compensation en matière de scolarisation (Geva-Sco) renseigné par l’enseignant, les parents de l’enfant, etc. Or, « le GEVA-Sco est encore mal connu des professionnels de terrain, note le Défenseur des droits. D’autre part, lorsqu’il est utilisé, il est souvent seulement renseigné par l’enseignant. Parfois, les MDPH reprennent les préconisations contenues dans le compte-rendu de l’équipe de suivi de scolarisation sans évaluation de la situation de l’enfant. » Certains enfants handicapés se voient privés de voyage scolaire. Certains enfants sont privés de voyage scolaire parce que leur famille ne peut pas payer les frais supplémentaires réclamés par l’école. © DR Voyages scolaires inégalitaires Les voyages scolaires constituent, eux aussi, une source de litiges. « Ces situations sont mal anticipées par les équipes éducatives, ce qui ne permet pas toujours de trouver la solution la plus adaptée à l’enfant », souligne le Défenseur des droits. De plus, lorsque les aménagements à mettre en place entraînent des dépenses supplémentaires, l’école demande aux familles de payer. Or, « en vertu de l’article L.112.1 du Code de l’éducation, la prise en charge d’éventuels frais supplémentaires devrait être assurée par l’Éducation nationale. » Université mal accompagnée Dans l’enseignement supérieur, la situation s’avère encore plus préoccupante. « Le dispositif des accompagnants des élèves en situation de handicap, prévus par la loi et mis en place dans le primaire et le secondaire, n’est pas maintenu à l’université », regrette le Défenseur des droits. Seuls le BTS ou les classes préparatoires, se déroulant dans un lycée, permettent de continuer à en bénéficier. Certains étudiants handicapés ne sont donc pas en mesure de poursuivre leurs études. Ou alors, ils sont amenés à décider de leur orientation en fonction des accompagnements proposés. Un choix subi inacceptable. Franck Seuret Le périscolaire en questions Il n’y a pas que l’école dans la vie. Il y a aussi la cantine et les temps d’activités périscolaires. La participation des enfants handicapés soulève deux types de questions : – Qui doit payer les frais de transport entre le domicile et le lieu d’activité périscolaire ou entre l’établissement et la cantine pour les élèves ne pouvant utiliser les transports en commun en raison de leur handicap ? C’est au Conseil départemental de les prendre en charge, souligne le Défenseur des droits : « Un refus est illégal. » – Les enfants peuvent-ils bénéficier, si nécessaire, d’un AVS ? « Dès la rentrée 2015-2016, la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie a donné des instructions aux MDPH afin que les besoins d’accompagnement de l’enfant sur le temps périscolaire soient évalués dans le cadre du projet personnalisé de scolarisation », rappelle le Défenseur des droits. »...

<< Sommaire
faire-face

Sexual divergence in activity-dependent neuroprotective protein impacting autism, schizophrenia, and Alzheimer's disease. - PubMed - NCBI 23/11/2016

«Abstract Discovered in our laboratory, activity-dependent neuroprotective protein (ADNP) interacts with key regulatory proteins, including the chromatin remodeling complex SWI/SNF, proteins associated with RNA splicing, RNA translation, microtubule dynamics, and autophagy. ADNP regulates>400 genes during mouse embryonic development and is essential for neural tube closure. ADNP key functions extend from mice to men, with mutations causing ADNP-related ID/autism syndrome, also known as the Helsmoortel-Van der Aa syndrome. ADNP mRNA increases in lymphocytes derived from schizophrenia patients and in patients suffering from mild cognitive impairment (MCI) and further increases in Alzheimer's disease patients compared with controls. Serum ADNP levels correlate with IQ. NAP (davunetide), an ADNP snippet drug candidate, protects cognition in patients suffering from amnestic MCI preceding Alzheimer's disease and significantly enhances functional daily activities in schizophrenia patients toward future development. It is important to note that ADNP is sexually regulated in the brains of birds, mice, and men and in lymphocytes of patients suffering from schizophrenia. ADNP haploinsufficiency in mice results in significantly decreased axonal transport (with male-female differences) changes in gene expression in a sex-dependent manner, including key regulatory mechanisms during brain and heart development and function and behavioral outcomes. These findings pave the path for better understanding of brain function through the prism of sex differences.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Imaging sex/gender and autism in the brain: Etiological implications. - PubMed - NCBI 23/11/2016

«Abstract The male preponderance in autism prevalence has brought together the disparate topics of sex/gender and autism research. Two directions of neuroimaging studies on the relationships between sex/gender and autism may inform male-specific risk mechanisms and female-specific protective mechanisms of autism. First, we review how sex/gender moderates autism-related brain changes and how this informs general models of autism etiology. Better-powered human neuroimaging studies suggest that the brain characteristics of autism are qualitatively, rather than simply quantitatively, different between males and females. However, age and comorbidities might substantially moderate the pattern of differences. Second, we review how the relationship between autism-related brain changes (separately in males and females) and normative brain sex/gender differences informs specific etiological-developmental mechanisms. Both human and animal studies converge to indicate that the brain characteristics of autism are partly associated with normative brain sex/gender differences, suggesting convergence or overlap between the mechanisms leading to and modifying the development of autism and the mechanisms underlying sex differentiation and/or gender socialization. Future animal work needs to investigate sex differences in rodent mutants modeling autism-relevant genes and environmental exposures. Future human work needs to address the substantial phenotypic and etiological heterogeneity of autism and to focus on longitudinal neuroimaging studies (from early development) on the developmental trajectories of sex/gender-differential neural characteristics of autism. Combining animal and human work links up the causal chain from etiological factors, brain and physical development, to phenotypes. These together help delineate the different roles of sex and gender in relation to risk vs. protective mechanisms. © 2016 Wiley Periodicals, Inc.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Sex-dependent differences in voluntary physical activity. - PubMed - NCBI 23/11/2016

«Abstract Numbers of overweight and obese individuals are increasing in the United States and globally, and, correspondingly, the associated health care costs are rising dramatically. More than one-third of children are currently considered obese with a predisposition to type 2 diabetes, and it is likely that their metabolic conditions will worsen with age. Physical inactivity has also risen to be the leading cause of many chronic, noncommunicable diseases (NCD). Children are more physically inactive now than they were in past decades, which may be due to intrinsic and extrinsic factors. In rodents, the amount of time engaged in spontaneous activity within the home cage is a strong predictor of later adiposity and weight gain. Thus, it is important to understand primary motivators stimulating physical activity (PA). There are normal sex differences in PA levels in rodents and humans. The perinatal environment can induce sex-dependent differences in PA disturbances. This Review considers the current evidence for sex differences in PA in rodents and humans. The rodent studies showing that early exposure to environmental chemicals can shape later adult PA responses are discussed. Next, whether there are different motivators stimulating exercise in male vs. female humans are examined. Finally, the brain regions, genes, and pathways that modulate PA in rodents, and possibly by translation in humans, are described. A better understanding of why each sex remains physically active through the life span could open new avenues for preventing and treating obesity in children and adults»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Cognitive, behavioral, and neural consequences of sex chromosome aneuploidy. - PubMed - NCBI 23/11/2016

«Abstract The X chromosome has played a critical role in the development of sexually selected characteristics for over 300 million years, and during that time it has accumulated a disproportionate number of genes concerned with mental functions. There are relatively specific effects of X-linked genes on social cognition, language, emotional regulation, visuospatial, and numerical skills. Many human X-linked genes outside the X-Y pairing pseudoautosomal regions escape X-inactivation. Dosage differences in the expression of such genes (which constitute at least 15% of the total) are likely to play an important role in male-female neural differentiation, and in cognitive deficits and behavioral characteristics, particularly in the realm of social communication, that are associated with sex chromosome aneuploidies»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Executive functioning in men and women with an autism spectrum disorder 22/11/2016

«Abstract Executive functioning (EF) is thought to be linked to autism spectrum disorders (ASD) specific symptoms. The majority of research has focused on children and adolescents with ASD and, therefore, little is known about EF in adults. Furthermore, little is known about gender differences. Ninety-nine men and forty women with ASD were compared with and 35 neurotypical men 25 neurotypical women. Participants were matched on age, total intelligence, and verbal ability. The following instruments were used to measure executive functioning: digit span and letter and number sequencing of the WAIS-III, Tower of Hanoi, WCST, and Verbal fluency. Multiple analysis of variance was conducted to determine group differences. Women with ASD performed worse on the working memory tasks of the WAIS-III than neurotypical women. Furthermore, women with ASD had more perseverations on the WCST than neurotypical women. The gender comparison in the ASD group showed differences in performance on mental flexibility (WCST), working memory (WAIS-III), generativity and self-monitoring (Verbal fluency). However, these differences were unequivocal and no gender specific cognitive profile could be pinpointed. Individual strengths and frailties should be highlighted in clinical practice, as impairments in EF can be under influence of the overall cognitive abilities of the individual. Furthermore, gender differences were found. This could explain differences in representation of ASD symptoms in both groups. These differences show how important thorough diagnostics are.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

Allergies during pregnancy linked with autism, ADHD 21/11/2016

«Despite a wealth of research, how and why autism and other neurodevelopmental disorders appear is still unknown. The search is on for any factors that might contribute to these psychological conditions. A recent study focuses on maternal allergies. [Boy behind glass] Theories linking allergies and psychological disorders receive further backing with a new study in rats. Already, lines have been drawn between allergies and attention deficit hyperactivity disorder (ADHD) and autism. Similarly, links are known to exist between inflammation and the risk of schizophrenia, ADHD, and autism. However, although these connections have been glimpsed, the cellular mechanisms that underpin them are not understood; how do inflammatory and immune responses influence cognition and behavior? Research, recently presented at Neuroscience 2016 - the annual meeting of the Society for Neuroscience in San Diego, CA - adds another piece to this unwieldy puzzle. The study was led by Kathryn Lenz, an assistant professor of psychology at Ohio State University. Autism is three or four times more common in males than females; Lenz and colleagues set out to investigate this gender difference in rats. To this end, the team first sensitized female rats to an egg white protein, ovalbumin, prior to them becoming pregnant. Fifteen days into the pregnancy, the rats were presented with the allergen to trigger an immune response. "We're really interested in figuring out unknown factors in psychological disorders and in differences between male and female brain development as it relates to autism, ADHD, and other disorders.»
[...]
« Further differences were unearthed when data from the dendritic spines was analyzed. The male rats born from allergen-exposed mothers had a reduction in number, whereas the females from the allergen group had an increase in number. "This is evidence that prenatal exposure to allergens alters brain development and function and that could be an under-appreciated factor in the development of neurodevelopmental disorders." Kathryn Lenz Further studies will, of course, be necessary to flesh out these findings. However, they are an interesting addition to current knowledge. The connection between immune system and cognitive deficits seems solid; the next challenge will be converting this knowledge into treatments and preventions. »...

<< Sommaire
medicalnewstoday

Parents Perceive Improvements in Socio-emotional Functioning in Adolescents with ASD Following Social Skills Treatment | SpringerLink 21/11/2016

«Abstract The current study examined the effectiveness of a social skills treatment (PEERS) for improving socio-emotional competencies in a sample of high-functioning adolescents with ASD. Neuropsychological and self- and parent-report measures assessing social, emotional, and behavioral functioning were administered before and after treatment. Following social skills treatment, adolescents with ASD exhibited decreased aggression, anxiety, and withdrawal, as well as improvements in emotional responsiveness, adaptability, leadership, and participation in activities of daily living, though no change was found in affect recognition abilities. These findings suggest that PEERS social skills treatment improves particular aspects of emotional, behavioral, and social functioning that may be necessary for developing and maintaining quality peer relationships and remediating social isolation in adolescents with ASD.»...

<< Sommaire
link.springer

Musical training creates new brain connections in children 21/11/2016

«Taking music lessons increases brain fiber connections in children and may be useful in treating autism and Attention Deficit Hyperactivity Disorder (ADHD), according to a study being presented next week at the annual meeting of the Radiological Society of North America (RSNA). "It's been known that musical instruction benefits children with these disorders," said Pilar Dies-Suarez, M.D., chief radiologist at the Hospital Infantil de México Federico Gomez in Mexico City, "but this study has given us a better understanding of exactly how the brain changes and where these new fiber connections are occurring." The researchers studied 23 healthy children between the ages of five and six years old. All of the children were right handed and had no history of sensory, perception or neurological disorders. None of the children had been trained in any artistic discipline in the past. The study participants underwent pre- and post-musical-training evaluation with diffusion tensor imaging (DTI) of the brain. DTI is an advanced MRI technique, which identifies microstructural changes in the brain's white matter. "Experiencing music at an early age can contribute to better brain development, optimizing the creation and establishment of neural networks, and stimulating the existing brain tracts," Dr. Dies-Suarez said.»...

<< Sommaire
scienceblog

Ecstasy ingredient touted as treatment for anxiety in autism | Spectrum 19/11/2016

«The active ingredient in the drug popularly known as ecstasy eases social anxiety in people with autism, and the effects last months after the treatment's end. Researchers presented the preliminary findings yesterday at the 2016 Society for Neuroscience annual meeting in San Diego. The researchers caution that recreational ecstasy users are unlikely to see similar benefits, however, because street forms of the drug rarely contain the amounts of the ingredient used in the trial. MDMA, or 3,4-Methylenedioxymethamphetamine, is a synthetic compound reputed to improve sociability, friendliness and extroversion. People with autism who have taken ecstasy recreationally report improvements in empathy, ease of communication and feeling at ease in their body. This clinical trial is the first rigorous test of these reports. Researchers randomly assigned eight adults with autism to take a pill containing 75 to 125 milligrams of MDMA, and another four adults to take a placebo. The participants received the treatment during a day-long supervised session with two trained therapists. They got the same treatment and therapy again one month later. Prior to the treatment, the participants met with the therapists three times to learn about its possible effects. They also became accustomed to the therapists and to the room specially prepared with soft lighting and minimal noise. During the treatment session, the participants performed a variety of tasks, including writing in a journal, working with art supplies, listening to music, sitting quietly with their eyes closed and interacting with the therapists. Exploring ecstasy: The researchers measured social anxiety before, during and after the treatments, and again six months after the second treatment, using a questionnaire called the Leibowitz Social Anxiety Scale. The study was double-blind, meaning that neither the participants nor the researchers knew whether a participant received the drug or placebo. Researchers from two California-based nonprofit research organizations led the study. At the end of the trial, the individuals who received MDMA showed much less social anxiety, on average, than those in the placebo group. Social anxiety scores dropped from about 90 to nearly 40 in the MDMA group, compared with nearly 60 in the placebo group. These average group scores remained roughly the same six months later, despite no additional treatment. The two groups did not show significant differences in any other measures, including quality of life, stress, depression or a test of the ability to tell when another person is lying or being sarcastic. They also did not differ in their changes in blood pressure, heart rate or body temperature during treatment. None of the participants experienced severe side effects. But those who received MDMA were slightly more likely than controls to report feeling fatigue, anxiety, difficulty concentrating, decreased appetite and other minor side effects during and seven days after the treatment sessions. It's unclear how the treatment could lead to lasting changes in social anxiety. MDMA is known to trigger the release of chemical messengers in the brain, including serotonin, norepinephrine and dopamine. It also boosts levels of the hormones oxytocin and vasopressin, both of which are altered in some people with autism and are under investigation as possible autism treatments. Berra Yazar-Kloniski, a clinical research scientist who presented the findings, says her team has collected blood samples from the participants. She says her team would also like to measure whether the treatment alters blood levels of oxytocin, vasopressin or the stress hormone cortisol. In addition, the team plans a second trial involving a larger number of participants.»...

<< Sommaire
spectrumnews

Portrait croise de deux jeunes autistes entrepreneurs a Rouen 19/11/2016

«Romain, styliste et autiste Romain Brifault (23 ans) est styliste. Son atelier privé est installé rue Alsace-Lorraine, où il crée des robes de mariée, des robes de soirée et taille entièrement sur mesure. Après ses années de maternelle en milieu normalisé, Romain a été déscolarisé après le CP. Diagnostiqué autiste Asperger, il a ensuite été suivi pendant plusieurs années à l'institut de jour Alfred-Binet (Darnétal). « Les Asperger ont une façon particulière de penser », explique Romain. « Nous marchons beaucoup au sensoriel. Nous sommes obligés de passer par la vie réelle pour apprendre. » Romain décrit avec ses mots : « Avant, je ne pouvais pas décrypter les visages humains, le sens des émotions des autres : la surprise, la peur, un sourire narquois ou bienveillant... Le monde du travail est un milieu en effervescence permanente. Il y a une partie comportementale pas évidente pour nous ». A 14 ans, Romain intègre le collège Jean-Baptiste-de-La-Salle, avec l'aide d'une auxiliaire de vie scolaire à plein-temps. Puis il entre en bac pro « métiers de la mode et vêtement » à la Providence, près de la préfecture. « A l'origine, je voulais être designer, créer des objets du quotidien, mais toutes les écoles étaient à Paris. Ma singularité réside dans l'envie permanente de créer. » Pendant son cursus, les enseignants le soutiennent. Plusieurs stages étaient obligatoires et « se sont bien déroulés, sauf celui pour lequel je n'avais volontairement pas voulu préciser que j'étais autiste. Je voulais savoir si je pouvais conquérir le monde, savoir si mon handicap serait une barrière pour les autres ». Romain raconte avec le sourire le début de son stage catastrophe, mais l'échec a été sérieux. Son stage de terminale - chez Gérard-Darel - s'est, en revanche, révélé « incroyable, un changement radical dans ma vie ». Sa créativité est alors reconnue par les professionnels.»
[...]
« Anne Charrier, écrivaine Aujourd’hui âgée de 22 ans, Anne Charrier a été diagnostiquée autiste Asperger à l’âge de 10 ans « grâce à la maman de Romain, qui a vu des similitudes entre nous deux ». Une scolarité dans les normes et « la chance énorme d’échapper à l’hôpital de jour », Anne a su qu’elle voulait écrire depuis le CM1. Inscrite à l’institution Rey (Bois-Guillaume), la lycéenne a obtenu son bac L. « La particularité d’Asperger n’était pas reconnue. Quand ma mère exprimait des doutes face à l’autisme, on lui répondait, mais non, ce n’est pas ça, ta fille parle ! ». Les autistes Asperger ont tendance à prendre tout au pied de la lettre. Pas de second degré. « Enfant, à la traditionnelle question : « Elle est de quelle couleur ta chatte ? », j’ai donné la couleur de notre chatte. Insultes, moqueries, c’était difficile. Aujourd’hui, quand je ne comprends pas, je demande qu’on m’explique ». »...

<< Sommaire
paris-normandie

Toddlers with autism don't avoid eye contact, but do miss its significance | EurekAlert! Science News 18/11/2016

«A new study conducted by researchers at Marcus Autism Center, Children's Healthcare of Atlanta, and Emory University School of Medicine helps put to rest a longstanding controversy and question about children with autism spectrum disorder. Eye-tracking measures developed by the group demonstrate that young children with autism do not avoid eye contact on purpose; instead, they miss the significance of social information in others' eyes. While reduced eye contact is a well-known symptom of autism used in early screeners and diagnostic instruments, why children with autism look less at other people's eyes has not been known. New research, reported in the American Journal of Psychiatry, helps answer that question. "This is important because we're disentangling very different understandings of autism," said Jennifer Moriuchi, a graduate student at Emory University. "Depending on why you think children with autism are making less eye contact, you might have different approaches to treatment and different ideas about the brain basis of autism. Drug treatments and behavioral interventions are already being developed and tested on the basis of these different explanations. By clarifying which explanation is correct, we can make sure that we're addressing the correct underlying concern." Two explanations for reduced eye contact have been proposed. One explanation holds that children with autism avoid eye contact because they find it stressful and negative. The other explanation holds that children with autism look less at other people's eyes because the social cues from the eyes are not perceived as particularly meaningful or important. The new research, conducted on the day when children were first diagnosed, shows that young children with autism do not actively avoid eye contact, and it confirms that other people's eyes are not aversive to young children with autism. Instead, young children with autism look less at the eyes because they appear to miss the social significance of eye contact.»...

<< Sommaire
eurekalert

Julie Dachez : « L'autisme n'est pas ce que vous croyez » 18/11/2016

«Doctorante, auteure, blogueuse, youtubeuse, conférencière et militante, Julie Dachez, diagnostiquée autiste Asperger* à l'âge de 27 ans, multiplie les casquettes et démonte les préjugés. Entre son job dans une grande entreprise et son petit-ami, Julie Dachez mène une vie « normale ». Pourtant, cela demande à Julie des efforts draconiens. Chaque interaction sociale draine une grande partie de son énergie. Hypersensible aux bruits, à la lumière et aux odeurs, travailler en open space est une torture. Elle est incapable de mentir, ne comprend pas bien l'humour, les sous-entendus ou le second degré. L'imprévu est une angoisse, qui surgit dès qu'elle s'écarte d'une routine établie à la minute près. Cela ne se voit pas, mais elle le sait : elle est différente. Elle passe son temps à faire semblant, à imiter les autres, à porter, ce qu'elle appelle, un « masque social », une fausse personnalité créée pour se faire accepter des autres...¦ sans pour autant y parvenir.»...

<< Sommaire
respectmag

FORMATION POUR L'INCLUSION DES ENFANTS AVEC D'AUTISME ET AUTRES T.E.D AU SEIN DES ACCUEILS DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT 18/11/2016

«Formation gratuite financée par la Caisse d'Allocation Familiale de Paris à l'intention des professionnels de l'animation et des responsables d'accueil de loisirs sans hébergement (ALSH) *Obligatoire OBJECTIFS Former les professionnels de l'animation à l'accueil d'enfants avec d'autisme et autres TED. Leur transmettre des connaissances et des compétences solides pour mieux cerner les besoins de ces enfants et ainsi faciliter leur inclusion sociale en contribuant à leur évolution, leur enrichissement d'un point de vue cognitif, sensori-moteur, et émotionnel. PRESENTATION DE LA FORMATION Ce programme de formation comprendra deux volets complémentaires :
• un premier volet d'information/sensibilisation (1/2 journée) - un second volet de formation (2 journées) Les deux modules seront gratuits et indépendants (possibilité de suivre le volet n°1 uniquement). La participation au second volet implique toutefois d'avoir suivi le premier temps de sensibilisation. La responsable de la formation sera Mme Christine PHILIP, Maitre de conférences honoraire en Sciences de l'Education, et membre associé du Groupe de Recherche sur le Handicap, l'Accessibilité et les Pratiques Educatives et Scolaires au sein de l'INS HEA. Elle a été responsable au sein de cet institut de la formation des enseignants spécialisés, dans le champ du handicap mental, cognitif et psychique et, plus spécialement dans le champ de l'autisme. Une attestation de formation vous sera remise au terme de chacun des volets de la formation.»
[...]
«PROGRAMME
• VOLET N°1 : DÉBAT THÉÂTRAL (1/2 journée) Suivant le principe du Théâtre Forum, une courte pièce montrant 5 situations problématiques sur la thématique vous sera présentée. Elle reprendra des difficultés auxquelles les professionnels de l’animation sont régulièrement confrontés. Les situations seront ensuite jouées une deuxième fois. Vous pourrez alors interrompre le jeu à tout moment, pour expérimenter une proposition de changement sur scène en remplaçant ou en ajoutant le personnage de votre choix. Le débat théâtral est animé par un meneur de jeu qui favorise l’expression des différents points de vue et garantit la déontologie du débat. Ce débat théâtral va permettre de :
• dédramatiser les situations du réel en les mettant à distance - débloquer la parole du public sur des sujets difficiles - expérimenter et échanger des manières de faire face aux situations du réel Les situations reprendront des difficultés auxquelles vous pouvez être confrontés, notamment celles liées à :
• un manque de prévisibilité des activités proposées - des problèmes de communication (l’enfant ne sait pas initier des interactions sociales) - un environnement sensoriel trop intense - un manque de cadre précis (pas assez structuré) Le but est d’amener la réflexion sur votre positionnement vis-à-vis des enfants avec 'autisme, de leur famille et sur vos réactions respectives. A l’issue de ce débat théâtral, un temps d'échange vous sera proposé avec Mme Christine Philip et un livret d’information vous sera remis. La compagnie Entrées de jeu (www.entreesdejeu.com/) prendra en charge l’animation du débat théâtral.
• VOLET N°2 : FORMATION (2 journées) Ce second volet approfondira 4 questions pour vous permettre de renforcer vos compétences et faciliter ainsi l’inclusion des enfants avec autisme, sans que cela vienne perturber l’équilibre du groupe :
• 1ère demi-journée : Qui sont les personnes avec autisme et comment fonctionnent-elles ? Plus que de définir un trouble, il s’agit plutôt de faire comprendre le fonctionnement particulier de ces personnes en s’appuyant sur des extraits de vidéos montrant des profils différents dans le « spectre de l’autisme ». - 2ème demi-journée : De quels outils et méthodes dispose-t-on pour rendre les activités accessibles ? Une fois définies les particularités du fonctionnement autistique, il convient de s’informer sur les stratégies spécifiques à mettre en place, et dont on peut s’inspirer, en tenant compte à la fois du contexte particulier dans lequel on se situe, mais aussi des personnes singulières auxquelles on est confrontés. - 3ème demi-journée : De quels outils et méthodes peut-on s’inspirer en situation éducative ? Dans le prolongement de la présentation des méthodes, c’est la méthode ABA (Analyse Appliquée du Comportement – Elle comporte un programme de techniques de modification du comportement et de développement de compétences) qui sera présentée en particulier pour faire face aux comportements problématiques de certains enfants et adolescents. - 4ème demi-journée : Comment travailler en partenariat avec les parents et les professionnels ? Cette formation s’achèvera par une réflexion sur comment conduire un partenariat avec les adultes qui gravitent autour de l’enfant : en premier lieu les parents et la manière d’établir une relation de confiance avec eux, ensuite, les professionnels qui accompagnent l’enfant. Il est en effet important de bien cerner la problématique de l’enfant et de bien connaître son profil singulier. FORMULAIRE D'INSCRIPTION »...

<< Sommaire
docs.google

L'acces a l'ecole, un droit parfois bafoue dans la realite - Le Point 18/11/2016

«Si tous les enfants bénéficient théoriquement du droit à l'éducation, force est de constater que "l'accès à l'école aujourd'hui en France n'est pas un droit effectif pour de nombreux enfants", notamment les plus vulnérables, souligne le défenseur des droits qui consacre son rapport annuel à cette thématique. Enfants de familles vivant dans des squats ou des campements, enfants mal logés, itinérants (issus des familles des gens du voyage), allophones (ayant une langue maternelle autre que le français), mineurs migrants non accompagnés, enfants handicapés, hospitalisés, à haut potentiel intellectuel ou encore "en conflit avec la loi"... Autant de cas de figure où les jeunes sont trop souvent "empêchés d'aller à l'école", selon Jacques Toubon, le défenseur des droits. Pour l'ex-ministre, il y a "un hiatus entre le droit proclamé à l'éducation et l'effectivité de ce droit". Dans le rapport annuel publié vendredi, il énumère, avec Geneviève Avenard, défenseure des enfants, 30 recommandations pour améliorer la situation.»
[...]
«"Il ne faut pas faire passer un nombre de considérations, dont certaines sont bien évidemment politiques, avant l'intérêt de l'enfant", a plaidé Jacques Toubon, faisant notamment référence aux cas d'exclusion d'enfants vivant en bidonville ou issus de familles roms. Pour la maternelle, certaines mairies considèrent qu'il ne s'agit pas d'une obligation, la scolarité étant obligatoire en France de 6 à 16 ans. Certes, mais l'inscription des enfants en maternelle "est de droit lorsque les parents en font la demande, sauf à justifier précisément de problèmes d'effectifs". Le rapport pointe aussi les trop longs délais d'affectation dans un établissement scolaire, spécifique ou pas, des enfants allophones. Et le défenseur des droits "est régulièrement saisi de difficultés pour la scolarisation des mineurs non accompagnés", de jeunes migrants qui subissent eux aussi des délais trop longs. "Ces mineurs ne sont pas peu à peu intégrés mais au contraire laissés à la porte des dispositifs". Une fois inscrits, les enfants vivant dans des bidonvilles par exemple sont parfois confrontés à des problèmes de transports en commun ou scolaires pour se rendre dans leurs écoles. Le rapport demande par ailleurs au ministère de l'Education nationale de "systématiser la formation aux stéréotypes et aux discriminations dans la formation initiale et continue" des professionnels de l'éducation, et notamment des enseignants, pour contribuer à lutter contre l'un des maux du système scolaire français, régulièrement souligné par les études internationales: le poids des origines sociales d'un élève dans son destin scolaire. »...

<< Sommaire
lepoint

Alternative medicine treatment put four-year-old boy in A&E - BBC News 16/11/2016

«The plight of a four-year-old boy who nearly died after his parents gave him 12 alternative medicines has prompted doctors to warn against the treatments. Doctors at Newham Hospital in east London said the parents were "devastated" that their good intentions had made him so unwell. The boy took a dozen supplements supposedly to help treat his autism. The National Autistic Society said it was crucial for doctors to talk through the risks of alternative therapies. The boy developed a potentially fatal condition after taking supplements from a naturopath (natural health practitioner) for a number of months, which included vitamin D, camel's milk, silver and Epsom bath salts. He was admitted to A&E after losing 6.5lbs (3kg) over three weeks, suffering from symptoms including vomiting and extreme thirst. Dr Catriona Boyd and Dr Abdul Moodambail, writing in the British Medical Journal Case Reports, said it was not until the boy had been at Newham Hospital, which is part of St Bart's Health Trust, for several days that his mother told them about the holistic supplements. Dr Moodambail told the BBC: "This happens on many occasions with other patients as well. "Often the parents think that these supplements are natural, safe and do not cause any side effects or adverse effects, but this is not true in many cases like this." He added: "The situation was stark because the child developed vitamin D toxicity leading to very high calcium levels, making the child quite unwell and this can even be fatal as well." The boy made a full recovery in two weeks after being treated with hyperhydration and medications to reduce his calcium level.»
[...]
«What are complementary and alternative therapies? Complementary and alternative medicines (CAMs) are treatments that fall outside of mainstream healthcare Generally when a non-mainstream practice is used together with conventional medicine, it is considered "complementary" When a non-mainstream practice is used instead of conventional medicine, it is considered "alternative" Examples of CAMS include homeopathy, acupuncture, osteopathy, chiropractic and herbal medicines Some complementary and alternative medicines or treatments are based on principles and an evidence base that are not recognised by the majority of independent scientists Others have been proven to work for a limited number of health conditions, such as osteopathy, chiropractic and acupuncture for treating lower back pain When a person uses any health treatment - including a CAM - and experiences an improvement, this may be due to the placebo effect Osteopaths and chiropractors are regulated in the same way as mainstream medical professionals There is no statutory professional regulation of any other CAM practitioners Source: NHS Choices »...

<< Sommaire
bbc

Autism and Consequences by Judy Endow 16/11/2016

«Autism and Consequences Sometimes a person with authority over another engineers a consequence for certain behaviors as a way to decrease the frequency of unwanted behaviors. One way people learn is from consequences. For example, if you leave your car parked outside with the windows down and it rains, the natural consequence is that your car seats will get wet. Sometimes a person with authority over another engineers a consequence for certain behaviors as a way to decrease the frequency of unwanted behaviors. For example, a mother or a caregiver might decide that if hitting occurs at the park there will be no going to the park for the next two weeks. This sort of engineered consequence for unwanted behavior works for most people most of the time. It is why we use it to successfully teach our children to be responsible citizens - responsible for themselves, their behavior and their belongings and beyond. These kinds of consequences rarely work well for individuals with autism. Underlying Brain Functioning For consequences to be effective in deterring future behavior, a typically functioning brain needs to be in place. For example, if an individual is prone to hitting others when at the park we decide that because he very much enjoys going to the park, the consequence of not going to the park for two weeks will help him to not hit or at least hit less when he does go back to the park. The underlying brain function that causes this consequence to be helpful in reducing hitting is very intricate and is based on reliability of connections between many areas of the brain. In practical terms it means that in order for this consequence to change the hitting behavior, at minimum, these elements must all function smoothly for the person receiving the consequence: Understand hitting is wrong Love going to the park Understand hitting at the park will mean no park for 2 weeks Be negatively affected during the 2 week park ban, i.e. wishing it wasn't so Dislike the park ban so much that he is willing to not hit Come to learn what he can do instead of hitting Have the skills and ability to carry through with alternative behaviors After returning to the park and finding himself about to hit - his brain quickly and efficiently connects all the dots, gathering up and synthesizing information from multiple areas of the brain in a split second whereby he can put together an informative and behavior-altering understanding that keeps him from hitting. Most people have brains that can accomplish all the above bullet points. However, people with autism do not. Autistic people generally have brains that do not support the last bullet point. Remember, an autistic brain means the connections between areas of the brain are weak making it difficult for the brain to pull together information from the various brain regions - the very thing needed for consequences to change future behavior.»...

<< Sommaire
ollibean

''Et nos enfants, on les met a la poubelle ?'' : la colere et la detresse de la maman d'un autiste bientot prive d'hebergement - LCI 16/11/2016

«TEMOIGNAGE - Un collectif de parents d'adultes autistes a lancé une pétition : leurs enfants, trop âgés, risquent d'être expulsés de l'école spécialisée en pédopsychiatrie qui les accueille. En toile de fond, se pose le problème du manque de solutions d'hébergement. Cécile, la maman d'un jeune autiste, raconte pour LCI. 16 nov 17:47 Le coup est venu par une lettre, début octobre. 10 lignes, pour dire qu'Antoine ne serait plus scolarisé au 16 décembre. Trop vieux. A 22 ans. Cécile, sa maman, a craqué et fondu en larmes. "Quand on est depuis 14 ans dans un établissement, recevoir une nouvelle comme ça par courrier, c'est un peu raide", lâche-t-elle. "Qu'est-ce qu'on en fait de nos gamins ? J'ai eu l'impression que mon fils, on le jetait à la poubelle. J'ai trouvé ça super dur." Antoine, le fils de Cécile Mexandeau, est autiste. Il est scolarisé à l'école expérimentale de Bonneuil-sur Marne, dans le Val-de-Marne, établissement qui accueille les enfants autistes. Mais voilà, l'école dit avoir reçu en début d'année un courrier de l'ARS (Agence régionale de santé). La missive la "somme" d'arrêter la prise en charge des jeunes de plus de 20 ans, sous peine de perdre son agrément infanto-juvénile. Et les aides qui vont avec. Du coup, l'école a prévenu les familles - une dizaine concernées - pour leur annoncer que leurs enfants devaient partir. Mon fils, ce n'est pas un monstre qu'il faut cacher !Cécile, maman d'Antoine, jeune autiste Après le choc, sont venues chez les parents la colère, la rage et la volonté de se battre. Les familles ont notamment monté un collectif et lancé une pétition, qui a déjà recueilli plus de 3000 signatures. Elles ont aussi envoyé courriers et mails aux élus, aux ministères concernés, au Conseil départemental, à l'ARS. Sans jamais vraiment obtenir de réponse. Pourtant, les répercussions sont énormes pour les familles. "Si nos enfants n'ont plus de solution d'accueil, qu'est-ce qu'on fait ? On arrête de travailler pour s'occuper d'eux ?", demande Cécile. Surtout, elle s'inquiète de voir l'avenir de son fils se boucher. "On va renvoyer Antoine à la maison, à végéter tout seul, il va régresser. Je ne perds pas l'espoir qu'il fasse des progrès. Mais pour ça, il faut qu'il soit aidé..." Le problème de Bonneuil-sur-Marne recouvre une réalité bien plus large : le manque de structures spécialisées pour accueillir les adultes autistes. "Cela fait trois ans que nous cherchons, que nous déposons des dossiers partout. En région parisienne, il n'y a rien", dénonce Cécile. Elle a scruté pourtant, partout. Sauté sur chaque petite occasion. Le Village Saint-Michel, établissement pour autistes, va ouvrir dans le 15e arrondissement de Paris, avec 20 places. Cécile a déposé un dossier il y a déjà trois ans. Une autre structure ouvrira dans le 10e, en 2018. 30 places. Cécile a rendez-vous bientôt. "On nous jette ça, 50 places, en pâture, on ne sait pas comment décrocher le pompon", soupire la maman. "Et on nous dit : 'si vous loupez ça, vous êtes foutus'. Moi mon fils, je ne sais pas ce que j'en fais". Alors une autre solution est présentée aux familles : la Belgique, où les places sont plus nombreuses.»...

<< Sommaire
lci

More GABA in one brain region linked to better working memory | News Center | Stanford Medicine 16/11/2016

«The amount of a neurotransmitter called GABA in the dorsolateral prefrontal cortex predicted individuals' ability to keep several things in mind simultaneously, researchers found. Nov 15 2016 Jong Yoon Jong Yoon The amount of a particular chemical in a particular part of your brain predicts your ability to simultaneously hang onto several bits of information in your working memory, a Stanford University School of Medicine scientist and his University of California-Davis collaborators have learned. The discovery helps to clarify at least one aspect of the brain's mysterious ways, and could someday help guide therapies for those whose working memory could stand improvement. And whose couldn't? Working memory is the brain function that lets you carry on a phone conversation while adding three numbers in your head and remembering that you need to steer the car onto the freeway exit in about two minutes ...” all this time not forgetting who you're talking to. Like a computer's RAM, working memory serves as a buffer where information, derived from the senses or retrieved from long-term memory, can be temporarily placed so the conscious brain can process it. It's tied to assessments of cognitive capacity such as IQ, and to real-world outcomes such as academic performance. Load, maintenance, distraction resistance As most people eventually find out, working memory declines with age. "Deficits in working memory also characterize various neuropsychiatric conditions and are particularly evident in schizophrenia," said Jong Yoon, MD, an assistant professor of psychiatry and behavioral sciences at Stanford and a psychiatrist at the Palo Alto Veterans Affairs Health Care System who sees numerous patients with this disorder.»...

<< Sommaire
med.stanford

''Les enfants voles d'Angleterre'' sur France 5 : quand les services sociaux derobent aux parents leurs enfants - LCI 16/11/2016

«DOCUMENTAIRE - Sur la base d'une présomption de maltraitance, les services sociaux britanniques retirent chaque année des centaines d'enfants à leurs parents. Un déchirement pour ces derniers, comme en témoigne un reportage édifiant diffusé ce mardi sur France 5. 15 nov 18:20 "Elles ont été privées de leur enfant pour une faute qu'elles n'ont pas commise." Diffusé ce mardi soir sur France 5, le documentaire réalisé par Stéphanie Thomas et Pierre Chassagnieux lève le voile sur une réalité méconnue de l'Angleterre : le retrait arbitraire de centaines d'enfants chaque année à leurs parents. Et ce, sur la simple base d'une présomption de maltraitance qui pourrait, un jour, se produire. Une dérive "orwellienne" qui se déroule à quelques dizaines de kilomètres de la France dans une relative indifférence. Le documentaire s'ouvre ainsi sur une scène édifiante : celle de la fuite en Normandie de Bethany, de 22 ans, enceinte de huit mois. "Les services sociaux m'ont envoyé un courrier disant que c'était ma dernière chance avant de prendre mon bébé, avant de me donner cinq jours pour trouver un avocat. C'est à ce moment-là que nous avons décidé de partir", raconte la jeune femme. Sa faute ? Avoir vécu le suicide de sa soeur ainée, six ans auparavant. Un drame qui l'aurait fragilisé et qui, de facto, rentre dans le cadre du Children act.»
[...]
« Replay : »...
Source: http://www.lci.fr | Source Status

<< Sommaire
lci

''Les enfants voles d'Angleterre'' sur France 5 : quand les services sociaux derobent aux parents leurs enfants - LCI 16/11/2016

«DOCUMENTAIRE - Sur la base d'une présomption de maltraitance, les services sociaux britanniques retirent chaque année des centaines d'enfants à leurs parents. Un déchirement pour ces derniers, comme en témoigne un reportage édifiant diffusé ce mardi sur France 5. 15 nov 18:20 "Elles ont été privées de leur enfant pour une faute qu'elles n'ont pas commise." Diffusé ce mardi soir sur France 5, le documentaire réalisé par Stéphanie Thomas et Pierre Chassagnieux lève le voile sur une réalité méconnue de l'Angleterre : le retrait arbitraire de centaines d'enfants chaque année à leurs parents. Et ce, sur la simple base d'une présomption de maltraitance qui pourrait, un jour, se produire. Une dérive "orwellienne" qui se déroule à quelques dizaines de kilomètres de la France dans une relative indifférence. Le documentaire s'ouvre ainsi sur une scène édifiante : celle de la fuite en Normandie de Bethany, de 22 ans, enceinte de huit mois. "Les services sociaux m'ont envoyé un courrier disant que c'était ma dernière chance avant de prendre mon bébé, avant de me donner cinq jours pour trouver un avocat. C'est à ce moment-là que nous avons décidé de partir", raconte la jeune femme. Sa faute ? Avoir vécu le suicide de sa soeur ainée, six ans auparavant. Un drame qui l'aurait fragilisé et qui, de facto, rentre dans le cadre du Children act.»
[...]
« Replay : »...
Source: http://www.lci.fr | Source Status

<< Sommaire
lci

Using Technology to Empower Students With Special Needs | Edutopia 15/11/2016

«Learn how one educator uses G Suite for Education to help students overcome their negative self-images and embrace learning. One of the biggest problems I encounter as a resource room teacher is the self-esteem of the students in my classes. After years of disappointing academic experiences, their confidence is low and their motivation has declined. Combine those points with the peer pressure, bullying, and stresses of middle school, and the students do not have a positive outlook on their education. Advertisement In my classroom, technology is a tool for empowerment...”it creates a collaborative and innovative space for all students. Along with over 50 million educators and students, I am primarily using Google's G Suite for Education. The suite is a bundle of Google's key products, such as Drive, Docs, Slides, and Forms, along with new tools like Google Classroom. While I used these applications in a middle school classroom, the following strategies are appropriate for any age from upper elementary students to high school seniors.»...

<< Sommaire
edutopia

Tech Tools to Boost Writing Skills of Students with Learning Disabilities | Think Inclusive 14/11/2016

«In practice, teachers quickly learn how often students with learning difficulties (LDs) face problems related to writing skills. One of the most frequent issues is Dysgraphia, which appears when your student has difficulty with correct spelling or handwriting. Specifically, your student may spell words on paper incorrectly and mix cursive with print or uppercase with lowercase letters. Another trouble is Dyspraxia, which may cause some difficulties with movement, including the physical process of writing and printing. Another common issue is Dyslexia. This is a learning disability that leads to reading problems that can also influence writing. If your students cannot make sense of written words or recognize them, they may have Dyslexia. Fortunately, today's schools provide special programs for students with LDs so they can develop the skill sets they need to use their strengths and overcome their challenges. Furthermore, there are special technical tools your students can freely use for boosting their writing abilities:»...

<< Sommaire
thinkinclusive

Gond-Pontouvre: le combat d'une mere pour son fils collegien handicape 11/11/2016

«Kevin bénéficiait d'une auxiliaire de vie scolaire pour lui seul. Depuis la rentrée, il doit la partager. Sa mère a saisi le tribunal du contentieux. "Je ne sais pas ce que ça va donner. Mais quand on a mis en cause les professeurs ou qu'on m'a conseillé de mettre Kevin dans une structure spécialisée, je n'ai pas apprécié du tout." Simone Durand ne comprend pas pourquoi, depuis la rentrée, son fils Kevin, en quatrième au collège Anatole-France d'Angoulême et atteint du syndrome de Di George, bénéficie plus d'une auxiliaire de vie scolaire (AVS) mutualisée alors qu'il en avait un temps plein en sixième et en cinquième. C'est la raison pour laquelle lundi matin, elle s'est présentée devant le tribunal du contentieux et de l'incapacité à Poitiers où elle attaquait la Maison départementale des handicapés (MDPH), la structure gérée par le Département qui alloue les heures de mise à disposition des AVS, eux-mêmes fournis par l'Education nationale. "Ce qui est curieux, c'est que cette dame n'a pas entamé un recours gracieux, comme c'est la coutume avant de s'adresser au tribunal", s'étonne Thierry Gravelle, le directeur de la MDPH. Quant au tribunal, il livrera sa décision sous quinzaine. A 14 ans, reconnu handicapé à 80 %, Kevin doit se rendre régulièrement à Limoges pour soigner sa maladie orpheline et évolutive qui touche ses articulations et provoque des problèmes immunitaires. "Il est perfusé une fois par mois, il est aussi hospitalisé régulièrement pour ses soucis d'hypocalcie", reprend sa maman dans son pavillon de Gond-Pontouvre. Des absences qui lui font évidemment rater des cours. Que Kevin rattrapait grâce à son AVS. A la rentrée, sans véritable explication selon la maman, la MDPH a donné son accord pour une AVS mutualisée avec d'autres élèves du collège. "En sixième et en cinquième, Kevin bénéficiait d'une aide de 20 heures hebdomadaires", rappelle Simone Durand.»...

<< Sommaire
charentelibre

Les patients associes a l'evaluation des medicaments 11/11/2016

«Les associations de patients sont invitées à contribuer à l'évaluation des médicaments. La Haute Autorité de santé tiendra compte de leur avis à partir du 21 novembre. Les patients associés à l'évaluation des médicaments nikesidoroff/epictura Publié le 11.11.2016 à 02h14 A A Mots-clés : médicament HAS démocratie sanitaire L'autorité chargée de l'évaluation des médicaments veut recueillir l'avis des patients. A partir du 21 novembre, les associations qui les représentent auront voix au chapitre. La Haute Autorité de santé (HAS) l'a annoncé sur son site. Un pas supplémentaire en faveur de la démocratie sanitaire est franchi. Avant de voir leur prix fixé, les médicaments et dispositifs médicaux passent par une phase d'évaluation. La HAS en est chargée. Son rôle : déterminer l'intérêt du produit de santé dans une indication précise. Ainsi, elle a récemment recommandé le déremboursement de quatre traitements contre la maladie d'Alzheimer. L'institution a aussi proposé de réduire le remboursement de plusieurs anti-arthrosiques. Une décision contestée par les associations de patients, qui déplorent ne pas avoir été consultées.»
[...]
«Six mois d’expérimentation La situation pourrait évoluer à compter du 21 novembre. A partir de cette date, la HAS tiendra compte des contributions envoyées par les associations de patients agréées. « Les patients disposent d’un savoir spécifique sur les maladies qui les touchent et les traitements existants », reconnaît l’Autorité. Leurs retours seront complémentaires des évaluations déjà réalisées : efficacité des produits de santé, analyse des études disponibles, impact médico-économique… Les avis seront recueillis selon un protocole précis. Sur une base hebdomadaire, la HAS publiera la liste des produits pour lesquels une contribution est demandée. Les associations disposeront ensuite d’une période de 30 jours pour soumettre leur apport. Un guide est proposé pour guider celui-ci. Un questionnaire type peut également être téléchargé sur le site de l’Autorité. Il comporte des précisions sur la nature de l’association, l’impact du traitement sur les symptômes de la maladie, la vie sociale du patient… Pour l’heure, ces contributions se réalisent dans le cadre d’une expérimentation. Après six mois de mise en œuvre, un premier bilan sera réalisé. Les conclusions diront si cette disposition pourra être gravée dans le marbre et se poursuivre sans limite de durée. »...

<< Sommaire
pourquoidocteur

Teaching Young Children With Social-Communication Delays to Label Actions Using Videos and Language Expansion Models 09/11/2016

«Abstract Young children with autism spectrum disorder (ASD) and related social-communication delays may display difficulties commenting on actions that occur in their natural environment. One method for increasing early conversation skills is direct instruction. Using video examples of actions may increase the salient features of instructional targets and, as such, may be an effective stimulus for presenting actions during instruction. The present study used a multiple-probe design across participants replicated across behaviors to evaluate the effectiveness of a 0- to 4-s progressive time-delay (PTD) procedure using video presentation of actions to teach three preschool-aged children with ASD and related social-communication delays to label actions. In addition, the teacher provided language expansion on all instructional targets, as well as assessed generalization to novel stimuli (videos and pictures or photographs). Results indicate that all participants acquired action labels. Two of the three participants generalized responses to novel videos and pictures while expanding their responses without direct instruction. Implications for teachers targeting action labels in early childhood settings are provided.»...

<< Sommaire
foa.sagepub

Access : Arbaclofen in Children and Adolescents with Autism Spectrum Disorder: A Randomized, Controlled, Phase 2 Trial : Neuropsychopharmacology 09/11/2016

«Several lines of emerging data point to an imbalance between neuronal excitation and inhibition in at least a subgroup of individuals with autism spectrum disorder (ASD), including in those with fragile X syndrome (FXS), one of the most common genetic syndromes within ASD. In animal models of FXS and of ASD, GABA-B agonists have improved both brain and behavioral phenotypes, including social behavior. A phase 2 randomized, placebo-controlled, crossover trial found that the GABA-B agonist arbaclofen improved social avoidance symptoms in FXS. A pilot open-label trial of arbaclofen suggested similar benefits in ASD. We therefore evaluated arbaclofen in a randomized, placebo-controlled, phase 2 study of 150 participants, aged 5-21 years, with ASD. No difference from placebo was detected on the primary outcome measure, the parent-rated Aberrant Behavior Checklist Social Withdrawal/Lethargy subscale. However, a specified secondary analysis found improvement on the clinician-rated Clinical Global Impression of Severity. An exploratory post hoc analysis of participants with a consistent rater across the trial revealed greater improvement in the Vineland Adaptive Behavior Scales II socialization domain in participants receiving arbaclofen. Affect lability (11%) and sedation (9%) were the most common adverse events. In this exploratory study, secondary analyses suggest that arbaclofen may have the potential to improve symptoms in some children with ASD, but further study will be needed to replicate and extend these initial findings.»...

<< Sommaire
nature

Chomage des handicapes : l'Association des paralyses de France critique les pouvoirs publics 08/11/2016

«Un rapport de l'Association des paralysés de France (APF), publié mardi 8 novembre, dévoile la forte augmentation du chômage des handicapés (+65%) entre 2011 et 2015. Selon Jacques Zeitoun, vice-président de l'APF, cette hausse est notamment due à un déficit de formation car "seules 25% de ces personnes ont aujourd'hui un diplôme supérieur au CAP". Les travailleurs handicapés feraient face à une "résistance" de la part de la société. Jacques Zeitoun estime d'ailleurs que "beaucoup d'idées reçues subsistent" au sujet des personnes handicapées. Des préjugés balayés par le vice-président de l'APF qui avance que "les entreprises employant un handicapé sont à 85% satisfaites. Ce sont des travailleurs qui s'absentent moins que les valides, et qui se surpassent au travail." Les sociétés privées deux fois en-dessous du taux obligatoire Selon Jacques Zeitoun, les pouvoirs publics doivent envoyer des messages "plus positifs". Cela passe par les moyens mis à disposition des travailleurs handicapés : "En trois ans, l'Etat a prélevé 174 millions d'euros sur des fonds chargés de financer l'insertion des handicapés par l'emploi et l'aménagement des postes." Ces fonds recueillent les contributions des sociétés ne respectant pas la loi. Celle-ci fixe à 6% le taux obligatoire de travailleurs handicapés dans les entreprises. Dans les faits, ce ratio est deux fois moins important dans les sociétés privées. "Il faut un nouveau système économique", préconise donc Jacques Zeitoun.»...

<< Sommaire
francetvinfo

Toxic masculinity in the autism community | standing in the way of control 08/11/2016

«I have come across incident after incident in which women, femmes and other people perceived as women find themselves being bombarded with unwanted sexual or romantic propositions, sexual harassment and outright sexual assault by cis men on the spectrum in spaces that are either by or for autistic people, or in online communities for autistic people. I know several women and femmes who have experienced harassment from men who think they're entitled to their affections or their bodies, including lesbians. I've seen guys being creepy towards women in person, and have reported them to event organisers. Before I transitioned and started being perceived as male by the general public, I had a man propose marriage to me online as a way of getting me out of my parents' abusive household. I was 19. He was in his 40s at the very least-more than twice my age. Being autistic does not exempt you from the forces of toxic masculinity, compulsory heterosexuality or other forms of gendered hostility. Autism may make people internalise society's messages differently from other people, but that doesn't mean that we don't internalise those messages. We are people and people are a product of the societies in which they are brought up. I believe some of this is attributable to the systemic desexualisation of disabled people, including autistic people, during childhood and adolescence. The assumption is that we won't be interested in romantic or sexual relationships anyway-or shouldn't be-so we are not taught how to approach relationships in a healthy, positive way. It's also the case that a lot of autistic people struggle with learning social norms that are seen as simply arbitrary. There may be some social norms that are simply arbitrary, but respecting people's romantic and sexual boundaries goes beyond simple social niceties. When those developmental factors are blended with cultural messages that promote male entitlement and rape culture, some autistic men end up with attitudes that both reflect their difficulty approaching women or people they perceive as women, and the idea that they're entitled to a romantic relationship or sex because they're men. This results in situations where men in autistic spaces will do things ranging from awkwardly asking people on dates because they're both on the spectrum and they think the other person is pretty to full-blown sexual harassment and assault. Like everyone else, these guys need to be told that nobody is entitled to romance or sex, but that there are ways that they can learn how to build healthy relationships to the people they're attracted to. Build bonds based on common interests. Don't treat autistic space as nothing but a dating opportunity. Work on how to make friends first. Value women and people perceived as women as human beings, not just as opportunities for dating or sex. Respect the boundaries of people who say they aren't interested in going out with them or sleeping with them. We need to stop tolerating this kind of behaviour in autistic space and be absolutely clear that harassment and assault are unacceptable. I have been in way too many spaces where guys like this are routinely allowed to come back. Being autistic should not absolve you from common decency, and common decency includes respecting the sexual and romantic boundaries of other people.»...

<< Sommaire
expectedly

Teaching Young Children With Social-Communication Delays to Label Actions Using Videos and Language Expansion Models 08/11/2016

«Abstract Young children with autism spectrum disorder (ASD) and related social-communication delays may display difficulties commenting on actions that occur in their natural environment. One method for increasing early conversation skills is direct instruction. Using video examples of actions may increase the salient features of instructional targets and, as such, may be an effective stimulus for presenting actions during instruction. The present study used a multiple-probe design across participants replicated across behaviors to evaluate the effectiveness of a 0- to 4-s progressive time-delay (PTD) procedure using video presentation of actions to teach three preschool-aged children with ASD and related social-communication delays to label actions. In addition, the teacher provided language expansion on all instructional targets, as well as assessed generalization to novel stimuli (videos and pictures or photographs). Results indicate that all participants acquired action labels. Two of the three participants generalized responses to novel videos and pictures while expanding their responses without direct instruction. Implications for teachers targeting action labels in early childhood settings are provided.»...

<< Sommaire
foa.sagepub

Reading comprehension intervention for high-functioning children with autism spectrum disorders: Australian Journal of Learning Difficulties: Vol 21, No 1 08/11/2016

«Abstract The prevalence of children with autism spectrum disorders appears to be on the increase and educators are becoming more aware of their educational and social needs. In particular, many students with high-functioning autism have a deficit in reading comprehension. As a consequence, there is now a greater determination by educators to design the most appropriate reading interventions to address their specific learning impairments. This article outlines a balanced instructional framework for reading comprehension intervention that includes a three-levelled structure incorporating language decoding, language comprehension and metacognitive processes. Research suggests that reading comprehension intervention should focus on reading for meaning by incorporating visual and verbal cognitive strategies to enhance the development of local and global inferencing skills. The framework highlights the need to develop language, social and self-regulation abilities in association with dialogic interaction»...

<< Sommaire
tandfonline

Middle School Students' Attitudes Toward a Peer With Autism Spectrum Disorder 08/11/2016

«Abstract Students with autism spectrum disorder (ASD) often experience peer conflict and social challenges, which likely relate to compounded characteristics of both the child with ASD and his or her peers. However, few studies have experimentally investigated these associations to inform prevention and intervention efforts. The present study used social networking blogs to examine how middle school students' attitudes toward a fictional peer with ASD, Charlie, vary according to whether Charlie was (a) physically included with typically developing peers and (b) socially accepted. Participants expressed less favorable attitudes when Charlie was socially excluded by his peers, regardless of whether his peers had disabilities. More favorable attitudes were associated with participant popularity, previous exposure to ASD, younger age, and being female. Charlie's ASD status was associated with more negative anticipated peer attitudes. These results indicate that facilitating positive, public social experiences of students with ASD may promote positive attitudes and social acceptance by peers.»...

<< Sommaire
foa.sagepub

Cultural Effects on the Diagnosis of Autism Spectrum Disorder Among Latinos 08/11/2016

«Abstract The role of culture in autism spectrum disorders (ASD) has been too often neglected in research. The present study evaluated the implications of cultural factors for ASD screening and diagnosis by examining the parenting perceptions and diagnostic experiences of Latina and White mothers of children with ASD. The children of Latina mothers were diagnosed significantly later and were significantly more likely to be diagnosed with autism than with another ASD. Latina mothers demonstrated significantly less knowledge of developmental milestones and of ASD. Latina mothers were also significantly more likely to report early concerns about temperament. The results of this study suggest that both socioeconomic and culturally based differences likely influence the early perception and diagnosis of ASD.»...

<< Sommaire
foa.sagepub

The Impact of Aquatic Exercise on Sleep Behaviors in Children With Autism Spectrum Disorder 08/11/2016

«Abstract The purpose of this pilot study was to determine if participation in an aquatic exercise program improves sleep in children with Autism Spectrum Disorder (ASD). Participants included 8 children. An A-B-A withdrawal design was utilized. Each phase lasted for 4 weeks. The treatment included 60 min of aquatic exercise 2X/week. Phone calls to parents of the participants were made throughout the duration of the study. Parents were asked questions related to sleep latency, nighttime wakenings, and sleep duration. A one way repeated-measures analysis of variance (ANOVA) was utilized to determine if differences existed between phases. Statistically significant difference existed for sleep latency (p < .001) and sleep duration (p < .001). These results suggest that participation in aquatic exercise may improve the sleep habits of children with ASD.»...

<< Sommaire
foa.sagepub

The Effect of Pivotal Response Treatment in Children with Autism Spectrum Disorders: A Non-randomized Study with a Blinded Outcome Measure. - PubMed - NCBI 08/11/2016

«Abstract Purpose of this quasi-experimental trial was to investigate the effect of Pivotal response treatment (PRT) versus treatment as usual (TAU) on autism symptoms. Children with autism spectrum disorder (ASD), aged 3-8 years, received either PRT (n=11) or TAU (n=13). Primary outcome measure was the total score on the Autism Diagnostic Observation Schedule at pre- and posttreatment. Additionally, general problem behavior and parental stress levels were measured. Children in the PRT condition improved on the primary outcome measure compared to the TAU group with a small effect size [partial η2=0.22 (95% CI 0.00-0.46)]. Neither group demonstrated significant changes in the secondary outcomes. This study suggests that PRT may improve autism symptoms in children with ASD over TAU.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Sustained synchronized neuronal network activity in a human astrocyte co-culture system. - PubMed - NCBI 08/11/2016

«Abstract Impaired neuronal network function is a hallmark of neurodevelopmental and neurodegenerative disorders such as autism, schizophrenia, and Alzheimer's disease and is typically studied using genetically modified cellular and animal models. Weak predictive capacity and poor translational value of these models urge for better human derived in vitro models. The implementation of human induced pluripotent stem cells (hiPSCs) allows studying pathologies in differentiated disease-relevant and patient-derived neuronal cells. However, the differentiation process and growth conditions of hiPSC-derived neurons are non-trivial. In order to study neuronal network formation and (mal)function in a fully humanized system, we have established an in vitro co-culture model of hiPSC-derived cortical neurons and human primary astrocytes that recapitulates neuronal network synchronization and connectivity within three to four weeks after final plating. Live cell calcium imaging, electrophysiology and high content image analyses revealed an increased maturation of network functionality and synchronicity over time for co-cultures compared to neuronal monocultures. The cells express GABAergic and glutamatergic markers and respond to inhibitors of both neurotransmitter pathways in a functional assay. The combination of this co-culture model with quantitative imaging of network morphofunction is amenable to high throughput screening for lead discovery and drug optimization for neurological diseases.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Interventions that target improvements in mental health for parents of children with autism spectrum disorders: A narrative review. - PubMed - NCBI 08/11/2016

«Abstract Prevalence of autism spectrum disorders (ASD) suggest that one in 68 children is affected. With convincing evidence that parenting a child with ASD is associated with elevated distress and mental health problems, researchers have begun to investigate treatments that directly target parents' psychological well-being. We conducted a narrative review of studies that empirically tested the effects of interventions targeting improvements in the mental health of parents of children with ASD. Following a range of search strategies, a total of 13 studies, seven randomized controlled trials (RCTs) and six pre-post test designs, met inclusion criteria. We calculated and reported effect sizes for all RCTs. On average, treatment produced medium to large effect sizes with improvements in parenting stress and general health, and reductions in depression and anxiety. Interventions that appeared promising included: Stress Management and Relaxation Techniques, Expressive Writing, Mindfulness-Based Stress Reduction, and Acceptance and Commitment Therapy. However, only one study conducted a follow-up assessment >3months post intervention. Study populations primarily consisted of English-speaking mothers, ages 39 to 42years. Conclusions were limited by small sample sizes, homogeneity of sample population, and reliance on self-report. Therefore, this body of research contains significant limitations in need of improvement for this field to move forward and benefit a sizable number of parents.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

* Visual Perceptual Load Reduces Auditory Detection in Typically Developing Individuals but Not in Individuals With Autism Spectrum Disorders. - PubMed - NCBI 08/11/2016

«Abstract Objective: Previous studies examining selective attention in individuals with autism spectrum disorder (ASD) have yielded conflicting results, some suggesting superior focused attention (e.g., on visual search tasks), others demonstrating greater distractibility. This pattern could be accounted for by the proposal (derived by applying the Load theory of attention, e.g., Lavie, 2005) that ASD is characterized by an increased perceptual capacity (Remington, Swettenham, Campbell, & Coleman, 2009). Recent studies in the visual domain support this proposal. Here we hypothesize that ASD involves an enhanced perceptual capacity that also operates across sensory modalities, and test this prediction, for the first time using a signal detection paradigm. Method: Seventeen neurotypical (NT) and 15 ASD adolescents performed a visual search task under varying levels of visual perceptual load while simultaneously detecting presence/absence of an auditory tone embedded in noise. Results: Detection sensitivity (d') for the auditory stimulus was similarly high for both groups in the low visual perceptual load condition (e.g., 2 items: p = .391, d = 0.31, 95% confidence interval [CI] [-0.39, 1.00]). However, at a higher level of visual load, auditory d' reduced for the NT group but not the ASD group, leading to a group difference (p = .002, d = 1.2, 95% CI [0.44, 1.96]). As predicted, when visual perceptual load was highest, both groups then showed a similarly low auditory d' (p = .9, d = 0.05, 95% CI [-0.65, 0.74]). Conclusions: These findings demonstrate that increased perceptual capacity in ASD operates across modalities. (PsycINFO Database Record»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Lanceurs d'alerte et handicap : mieux les proteger ? 07/11/2016

«La France a jugé nécessaire de se doter d'un arsenal juridique à la hauteur de l'enjeu majeur du XXIe siècle qu'est la lutte contre la corruption. A l'initiative de parlementaires engagés dans la défense d'une justice pour tous et avec la participation active de citoyens vigilants issus de la société civile, une proposition de loi a été élaborée pour permettre au pays de combler son retard dans ce domaine, notamment en protégeant ce que l'on appelle communément les « lanceurs d'alerte ». Vidée de sa substance en première lecture au Sénat, rétablie à l'Assemblée nationale, elle doit être examinée une troisième fois à l'Assemblée à compter du mardi 8 novembre 2016. Ils interpellent François Hollande Parce que cette loi a, selon eux, « été chahutée, alourdie d'amendements et a subi de nouveaux outrages », neuf lanceurs d'alerte tentent d'interpeller les députés. Ils ont dénoncé le blanchiment d'argent ou de fraude fiscale, le détournement de fonds publics ou encore les conditions de travail et de vie des salariés de l'industrie nucléaire. Dans le champ du handicap, il y a, parmi eux, Céline Boussié qui a révélé des situations de maltraitance sur des résidents handicapés au sein de l'établissement médico-social de Moussaron (Gers) et est elle-même poursuivie pour diffamation (article en lien ci-dessous), ou Gilles Mendes qui dénonce les détournements de la loi handicap par certaines entreprises. Selon ce collectif, « admettre que la corruption est un fléau n'est pas suffisant. C'est se perdre en paroles quand des actes sont attendus. Et si cette loi a réellement l'ambition de s'attaquer à ce cancer qui ronge nos institutions et notre République, elle ne peut être ni ambigue, ni dans la demi-mesure. » Ils en appellent au Président de la République et à ceux de l'Assemblée nationale et du Sénat. Quelles garanties ? La définition et la protection des lanceurs d'alerte reposent sur des principes fondamentaux, selon eux « clairs et non négociables », qu'il conviendra d'ajouter ou de maintenir dans le texte définitif. Cela concerne notamment la bonne foi du lanceur d'alerte et le caractère désintéressé de son action, la loi ne devant pas être détournée de son but pour servir des intérêts personnels ou commerciaux ou pour nuire à autrui. La loi doit également permettre de conserver l'anonymat du lanceur d'alerte s'il le souhaite, et sanctionner la divulgation non consentie de son identité afin d'éviter des représailles et faciliter sa réintégration sociale et professionnelle. D'autres garanties comme la possibilité de ne pas avertir en premier lieu sa hiérarchie si le lanceur estime qu'elle pourrait être impliquée dans les faits dénoncés. Leur revendication porte également sur la prise en charge des frais de justice car, dans la lutte qui oppose le lanceur d'alerte à son employeur, le rapport de forces est, par essence, inégal. Puisqu'il intervient dans l'intérêt général, l'Etat doit assurer le lanceur d'alerte de son soutien financier pour les actions judiciaires dont il pourrait être victime. Un signal fort contre la corruption Et pourquoi pas un dédommagement pour la « réparation des préjudices » car il s'expose, par son action et même s'il n'est pas souvent victime directe des faits dénoncés, à une marginalisation sociale et à une exclusion de son corps professionnel. Enfin, le collectif propose de sanctionner les personnes ou organes de contrôle ayant fait obstruction à la remontée et au traitement de l'alerte. Selon lui, « cette loi est l'occasion, pour la représentation nationale, de donner un signal fort de sa volonté de lutter avec énergie et efficacité contre la corruption. » Ils interpellent les parlementaires pour que ce texte soit à la hauteur de ses promesses. Une pétition devrait également être mise en ligne rapidement.»...

<< Sommaire
informations.handicap

Lanceurs d'alerte et handicap : mieux les proteger ? 07/11/2016

«La France a jugé nécessaire de se doter d'un arsenal juridique à la hauteur de l'enjeu majeur du XXIe siècle qu'est la lutte contre la corruption. A l'initiative de parlementaires engagés dans la défense d'une justice pour tous et avec la participation active de citoyens vigilants issus de la société civile, une proposition de loi a été élaborée pour permettre au pays de combler son retard dans ce domaine, notamment en protégeant ce que l'on appelle communément les « lanceurs d'alerte ». Vidée de sa substance en première lecture au Sénat, rétablie à l'Assemblée nationale, elle doit être examinée une troisième fois à l'Assemblée à compter du mardi 8 novembre 2016. Ils interpellent François Hollande Parce que cette loi a, selon eux, « été chahutée, alourdie d'amendements et a subi de nouveaux outrages », neuf lanceurs d'alerte tentent d'interpeller les députés. Ils ont dénoncé le blanchiment d'argent ou de fraude fiscale, le détournement de fonds publics ou encore les conditions de travail et de vie des salariés de l'industrie nucléaire. Dans le champ du handicap, il y a, parmi eux, Céline Boussié qui a révélé des situations de maltraitance sur des résidents handicapés au sein de l'établissement médico-social de Moussaron (Gers) et est elle-même poursuivie pour diffamation (article en lien ci-dessous), ou Gilles Mendes qui dénonce les détournements de la loi handicap par certaines entreprises. Selon ce collectif, « admettre que la corruption est un fléau n'est pas suffisant. C'est se perdre en paroles quand des actes sont attendus. Et si cette loi a réellement l'ambition de s'attaquer à ce cancer qui ronge nos institutions et notre République, elle ne peut être ni ambigue, ni dans la demi-mesure. » Ils en appellent au Président de la République et à ceux de l'Assemblée nationale et du Sénat. Quelles garanties ? La définition et la protection des lanceurs d'alerte reposent sur des principes fondamentaux, selon eux « clairs et non négociables », qu'il conviendra d'ajouter ou de maintenir dans le texte définitif. Cela concerne notamment la bonne foi du lanceur d'alerte et le caractère désintéressé de son action, la loi ne devant pas être détournée de son but pour servir des intérêts personnels ou commerciaux ou pour nuire à autrui. La loi doit également permettre de conserver l'anonymat du lanceur d'alerte s'il le souhaite, et sanctionner la divulgation non consentie de son identité afin d'éviter des représailles et faciliter sa réintégration sociale et professionnelle. D'autres garanties comme la possibilité de ne pas avertir en premier lieu sa hiérarchie si le lanceur estime qu'elle pourrait être impliquée dans les faits dénoncés. Leur revendication porte également sur la prise en charge des frais de justice car, dans la lutte qui oppose le lanceur d'alerte à son employeur, le rapport de forces est, par essence, inégal. Puisqu'il intervient dans l'intérêt général, l'Etat doit assurer le lanceur d'alerte de son soutien financier pour les actions judiciaires dont il pourrait être victime. Un signal fort contre la corruption Et pourquoi pas un dédommagement pour la « réparation des préjudices » car il s'expose, par son action et même s'il n'est pas souvent victime directe des faits dénoncés, à une marginalisation sociale et à une exclusion de son corps professionnel. Enfin, le collectif propose de sanctionner les personnes ou organes de contrôle ayant fait obstruction à la remontée et au traitement de l'alerte. Selon lui, « cette loi est l'occasion, pour la représentation nationale, de donner un signal fort de sa volonté de lutter avec énergie et efficacité contre la corruption. » Ils interpellent les parlementaires pour que ce texte soit à la hauteur de ses promesses. Une pétition devrait également être mise en ligne rapidement.»...

<< Sommaire
informations.handicap

Association Francophone de Femmes Autistes: [Article] Les femmes presentant un TSA cachent des luttes internes complexes derriere un masque 07/11/2016

«Gwen est une jeune femme créative et intelligente qui connait la réussite en tant qu'artiste. Pourtant, quand elle était enfant, elle avait juste envie de s'isoler et de passer inaperçue. D'aussi loin qu'elle se souvienne, elle se sentait déjà différente des autres enfants, et elle fournissait beaucoup d'efforts en vue de camoufler certains aspects de sa personnalité en faisant semblant d'être « normale ». Elle n'a pas vécu une enfance heureuse, et l'adolescence a été une période encore plus difficile à traverser. Les relations avec ses pairs devenant de plus en plus complexes, elle a lutté pour s'adapter. (Gwen est une participante de notre étude ; nous avons changé son nom pour protéger sa vie privée.) Gwen a reçu un traitement pour l'anxiété et la dépression quand elle avait la vingtaine. Et à mesure qu'on l'aidait à reconsidérer ses expériences et ses sentiments, elle s'est rendue compte qu'elle présentait peut-être bien un trouble du spectre de l'autisme. Un psychologue a validé son autodiagnostic et lui a remis un diagnostic officiel, et c'est à partir de ce moment-là que tout ce qu'elle avait vécu a pris son sens. Elle a enfin compris pourquoi elle avait autant de mal à s'entendre avec ses pairs à l'école et au travail, et quand elle se sentait en surcharge sensorielle dans les magasins bondés et bruyants, elle savait désormais que cela fait partie de la sensibilité sensorielle caractéristique des TSA. Aujourd'hui, le fait de savoir qu'elle fait partie de la communauté autistique lui donne de la force, et elle est de plus en plus fière d'être ce qu'elle est : une jeune femme qui présente un trouble du spectre de l'autisme. D'autres filles et femmes présentant un TSA se reconnaitront dans l'histoire de Gwen : l'anxiété et le sentiment d'aliénation, le stress du aux tentatives de s'intégrer et les relations sociales difficiles. A l'instar de Gwen, beaucoup de femmes présentant un TSA reçoivent un diagnostic tardif, tandis que d'autres reçoivent un mauvais diagnostic, ou pas de diagnostic du tout. Nous avons voulu mieux comprendre les expériences des femmes présentant un TSA en vue de mieux les identifier pour les aider au plus tôt. Dans cette étude publiée au mois de juillet, nous avons défini les signes distinctifs des femmes présentant un TSA, qui incluent un risque élevé d'être victime d'agressions sexuelles, l...˜épuisement du aux efforts fournis pour se fondre dans la masse, et le fait d'être perpétuellement incomprise. Ces signes distinctifs nous ont permis de définir des mesures précises à prendre en vue de rendre la vie de ces femmes meilleure.»...

<< Sommaire
association-affa.blogspot

Handicap. Placements en Belgique : la ministre interpellee par la CPAM 56 - Morbihan 06/11/2016

«Lors de sa visite à Vannes, hier, la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion, Ségolène Neuville, a rencontré la direction de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie du Morbihan, pour évoquer la question des adultes handicapés qui, faute de place en France, sont placés dans des établissements belges non conventionnés. 124 établissements belges concernés « Nous payons, alors que nous ne pouvons avoir aucune information sur la réalité de la prise en charge et des soins reçus par nos assurés », a souligné le directeur de la CPAM 56, Mohamed Azgag. « On nous demande aussi régulièrement de payer des sus, sans que nous n'ayons les rapports médicaux : nous n'avons pas de garantie des soins, seulement des factures ». La situation est apparue lorsqu'en 2010, ces dossiers ont été centralisés au Centre National des Soins à l'Etranger, à la CPAM 56. Avant, ces remboursements étaient disséminés dans les différentes caisses et passaient davantage inaperçus. Fin 2013, le bilan faisait apparaitre 82 établissements belges non conventionnés pour 1. 452 personnes prises en charge, soit une dépense de 59,1 M E pour des assurés du régime général. A ce jour, ce sont 124 établissements belges concernés, pour près de deux fois plus de personnes (2.732) soit une dépense de 100 millions d'euros.»
[...]
«« Des privés qui font du fric » La secrétaire d'État a expliqué être en lien avec son homologue belge sur cette question : « Côté wallon, il y a des contrôles pour les établissements conventionnés de grande qualité, mais, en face, des établissements privés font du fric. C'est compliqué parce que de leur côté ça crée de l'emploi mais avec notre argent. Ce qu'il faut c'est pouvoir trouver une solution pour arrêter ce flux. Chaque année, nous créons 4.000 places et pourtant le flux vers la Belgique continue, principalement pour des personnes avec des troubles du comportement ». Ségolène Neuville prône la possibilité pour les familles de se retourner vers les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). « J'ai créé une ligne de financement pour mettre en place des réponses individuelles et pas que des solutions globales. Mon ambition est que les gens arrêtent d'aller en Belgique ». »...

<< Sommaire
letelegramme

Exploring sex differences in autistic traits: A factor analytic study of adults with autism. - PubMed - NCBI 05/11/2016

«Abstract Research has highlighted potential differences in the phenotypic and clinical presentation of autism spectrum conditions across sex. Furthermore, the measures utilised to evaluate autism spectrum conditions may be biased towards the male autism phenotype. It is important to determine whether these instruments measure the autism phenotype consistently in autistic men and women. This study evaluated the factor structure of the Autism Spectrum Quotient Short Form in a large sample of autistic adults. It also systematically explored specific sex differences at the item level, to determine whether the scale assesses the autism phenotype equivalently across males and females. Factor analyses were conducted among 265 males and 285 females. A two-factor structure consisting of a social behaviour and numbers and patterns factor was consistent across groups, indicating that the latent autism phenotype is similar among both autistic men and women. Subtle differences were observed on two social behaviour item thresholds of the Autism Spectrum Quotient Short Form, with women reporting scores more in line with the scores expected in autism on these items than men. However, these differences were not substantial. This study showed that the Autism Spectrum Quotient Short Form detects autistic traits equivalently in males and females and is not biased towards the male autism phenotype.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

L'appli qui donne la parole a ceux qui en sont prives - Le Point 05/11/2016

«Il y a un peu moins d'un mois, l'éditeur néerlandais Assistiveware a publié la version française de Proloquo2Go, un outil de communication à base de pictogrammes qui était jusqu'ici disponible seulement en anglais et en espagnol. Il s'agit d'un outil de AAC (Alternative and augmented communication), la technologie qui doit faciliter la vie des personnes qui ont des difficultés d'élocution. Ces dernières peuvent être des autistes, des personnes atteintes du syndrôme de Down, des trisomiques, des personnes qui ont souffert d'un accident vasculaire cérébral ou encore des malades de Parkinson. En France, selon Handirect.fr, près de 1,3 million de personnes souffrent d'un handicap sensoriel. Concrètement ,avec Proloquo2Go, l'utilisateur appuie sur un dessin, et une voix artificielle dit le mot correspondant. La majorité des utilisateurs de Proloquo2Go a moins de 11 ans. David Niemeijer, créateur en 2000 et PDG d'Assistiveware, explique au Point.fr l'utilité de cette application et comment il a réussi à la rendre disponible en français.»
[...]
« Comment vous y êtes-vous pris pour la version française disponible en France autour de 250 euros ? Nous nous sommes appuyés sur plus de 12 500 heures de recherche sur le traitement de la parole pour le développement de la version française de l'application. Nous ne nous sommes pas contentés de traduire les phases de l'anglais mais nous avons essayé de rechercher les expressions qui collaient au mieux à ce que pensaient les utilisateurs. Nous nous sommes appuyés sur les travaux d'une demi-douzaine d'ergothérapeutes, de linguistes et d'orthophonistes, mais également sur le Centre d'expertise et de ressources nouvelles technologies & communication de l'APF et de ISAAC-Francophone. Certaines formulations étaient délicates à reproduire, comme le passé simple. Puis nous nous sommes intéressés à la prononciation, en faisant répéter les phrases à des acteurs. Cela nous a permis de faire soixante synthèses de voix naturelles gratuites, dont certaines d'enfant. Il faut que la voix reflète la personnalité de l'utilisateur pour que ce dernier ait envie de l'utiliser. L'utilisateur peut également personnaliser les boutons qui l'aident à communiquer. Tout est ouvert. À l'avenir, les enfants pourront sans doute dessiner ce qu'ils veulent expliquer. Nous serons heureux quand nous aurons permis à tous de s'exprimer. »...

<< Sommaire
lepoint

Human brain is predisposed to negative stereotypes, new study suggests 04/11/2016

«The human brain is predisposed to learn negative stereotypes, according to research that offers clues as to how prejudice emerges and spreads through society. The study found that the brain responds more strongly to information about groups who are portrayed unfavourably, adding weight to the view that the negative depiction of ethnic or religious minorities in the media can fuel racial bias. Hugo Spiers, a neuroscientist at University College London, who led the research, said: "The newspapers are filled with ghastly things people do ... You're getting all these news stories and the negative ones stand out. When you look at Islam, for example, there's so many more negative stories than positive ones and that will build up over time.".»
[...]
«Scientists believe that stereotypes serve a purpose because clustering people into groups with a variety of expected traits helps us navigate the world without being overwhelmed by information. “[Negative information] may have been more important for your own survival in ancient times,” said Schiller. “It might be more important to store that in your brain.” In future, scientists predict that it may even be possible to uncover differences in brain structure that explain why some people hold racist or sexist views. “It may just be that certain brains are configured to be more flexible and able to unlearn prejudice and others less so,” said Spiers. “That might be driven by the environment, say if someone grows up in a very racist household, the brain might become trained to be less flexible in its thinking.” The findings are published in the Journal of Cognitive Neuroscience. »...

<< Sommaire
theguardian

Handicap -Brevet : adaptation des epreuves aux candidats en situation de handicap | 04/11/2016

«L'arrêté du 10 octobre 2016 fixe les règles relatives à l'adaptation et à la dispense de certaines épreuves à l'examen du brevet pour les candidats présentant un handicap ou bénéficiant d'un plan d'accompagnement personnalisé. Les candidats au brevet présentant un handicap peuvent bénéficier d'adaptations ou être dispensés de certaines épreuves par décision du recteur d'académie, sur proposition du médecin désigné par la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées. Des aménagements pour les épreuves écrites et orales Pour les épreuves écrites de mathématiques, physique-chimie, sciences de la vie et de la Terre et technologie, les candidats présentant une déficience du langage, de la parole ou de l'automatisation du langage écrit peuvent être dispensés de l'évaluation de la présentation de la copie et de l'utilisation de la langue française. Pour les épreuves écrites de français, d'histoire et géographie et d'enseignement moral et civique : les candidats présentant une déficience visuelle peuvent bénéficier de l'audiodescription ou de la transcription écrite des documents ; les candidats présentant une déficience motrice, sensorielle ou un trouble des fonctions exécutives peuvent être dispensés de l'exercice de tâche cartographique ; les candidats présentant une déficience du langage, de la parole ou de l'automatisation du langage écrit peuvent bénéficier de l'adaptation de l'exercice de dictée de l'épreuve écrite. Pour l'épreuve orale de soutenance de projet, les candidats présentant une déficience de la parole peuvent bénéficier d'une adaptation de l'examen et être autorisés à s'exprimer selon les modalités qu'ils utilisent habituellement dans les situations de communication orale. Des dispenses partielles ou totales en langues Les candidats présentant une déficience auditive, du langage, de la parole ou de l'automatisation du langage écrit, peuvent être dispensés : d'une partie de l'évaluation d'une langue étrangère (composante « Comprendre, s'exprimer en utilisant une langue étrangère et, le cas échéant, une langue régionale ») de la totalité de l'épreuve de langue vivante étrangère. L'arrêté précise enfin les conditions de répartition des points sur les autres exercices d'une épreuve ainsi que les coefficients par lesquels doivent être multipliés le total des points obtenus par ces candidats.»...

<< Sommaire
service-public

Seminaire des conseillers techniques charges de l'adaptation scolaire et de la scolarisation des eleves handicapes (CT ASH) 03/11/2016

«Problématique Comment mettre à niveau les connaissances du conseiller technique pour l'adaptation et la scolarisation des élèves handicapés (ASH) relatives aux textes et à la recherche afin de lui permettre d'assurer sa mission de conseil auprès du recteur ? Comment améliorer le travail et la réflexion partagée en faveur de l'école inclusive entre les différents conseillers du recteur ? Objectifs Traiter les problématiques relatives à la gouvernance, aux textes réglementaires et à leur dimension inclusive, à l'accompagnement des élèves en situation de handicap, ainsi que des professeurs et des personnels d'encadrement dans le champ de l'ASH ; échanger en termes de pratique professionnelle sur la fonction de conseiller de recteur et sur les missions de conseiller de recteur pour l'ASH ; élaborer des propositions dans le cadre d'une réflexion académique et nationale par mutualisation de ressources. Scénario et méthode pédagogique de l'action Exposés d'experts, témoignages d'acteurs, ateliers d'échanges de pratiques professionnelles et de mutualisation de ressources entre pairs ; présentation institutionnelle des évolutions politiques et aide au pilotage académique dans des contextes variés. Effets attendus de la formation - critères d'évaluation Permettre : aux conseillers techniques ASH arrivant sur poste de se familiariser avec une fonction et une posture nouvelles et aux conseillers techniques ASH déjà en poste de poursuivre les échanges et la réflexion sur les problématiques liées à l'école inclusive et la mission de conseil aux décideurs dans le cadre de l'aide au pilotage académique. à d'autres conseillers techniques de recteur de consolider leurs connaissances et leurs compétences dans ce domaine et de travailler en lien avec les CT ASH des recteurs.»...

<< Sommaire
esen.education

Beaucoup de parents d'enfants autistes se suicident et tout le monde s'en fout - le Plus 02/11/2016

«Je suis une personne autiste. Quand je lis la presse sur le sujet, je me vois souvent qualifié de "malade", appartenant à une "épidémie". La fameuse "épidémie mondiale d'autisme". Parle-t-on en revanche assez de la mystérieuse "épidémie" française de suicide de parents d'enfants autistes ? Massacre, suicide, isolement, précarité, exil...¦ Les mots manquent pour décrire l'explication de cet étrange phénomène. Cependant, je suis loin d'être le seul à avoir une théorie sur le sujet. Plutôt qu'un long discours, je préfère donc ici m'en tenir aux faits, aux études scientifiques et parler ainsi sans détours. Les parents, seuls face à une ASE qui veut les briser L'ASE, l'Aide sociale à l'enfance, a encore frappé et le doute n'est plus permis : l'éradication de l'autisme et l'incitation au suicide des parents d'enfants autistes semble bel et bien être le projet de cette institution. Les rapports d'enquêtes et les expertises concernant la mort de ces parents d'enfants autistes victimes de ces fléaux, concluront sans doutes à "une fragilité psychologique", cause de leurs gestes désespérés. Ne serait-il pas pertinent de voir cette "fragilité psychologique" imputée aux parents, plutôt comme une conséquence des menaces de placements de leurs enfants, par la sacro sainte Aide sociale à l'enfance (ASE), élément étrangement récurent dans ce genre de dossiers ? Ne serait-il pas pertinent de rappeler que la France est championne des placements abusifs d'enfants ? Plutôt que de continuer de parler fatalement "d'épidémie d'autisme", ne serait-il pas judicieux de se pencher sur l'épidémie de suicides, étrangement liées à la recrudescence française de signalements et de placements abusifs ? Intervenir précocement sur les enfants autistes avec leurs parents Après la déportation dans des structures belges des personnes autistes en France, largement financée par l'argent public, il serait à peine étonnant de voir la création d'un fond dédié à l'assistance au suicide, visant à déporter les parents concernés, encore jugés coupables de l'autisme de leurs enfants, dans un autre pays frontalier, la Suisse, ou cette pratique est légale, pour rendre cette réalité plus propre...¦ Pendant qu'en France, le sang continue de couler dans la communauté de l'autisme, dans le monde scientifique, de nombreuses études, réalisées dans des conditions expérimentales incontestables, tendent à l'unanimité vers la preuve irréfutable de l'efficacité et de la nécessité des interventions précoce sur les enfants autistes, associant les parents. Ces tragiques faits divers nous le montrent et la science le prouve : la séparation forcée et institutionnelle des enfants autistes de leurs parents, se basant encore sur les théories psychanalytiques de Bettelheim et de ses successeurs, sont contre productives, fatales et meurtrières. Elles doivent cesser. Une maltraitance institutionnelle L'ampleur de cette maltraitance institutionnelle a poussé un groupe de parlementaires à déposer une proposition de résolution invitant le gouvernement à un accompagnement adapté pour les familles et individus concernés par l'autisme. Le Gouvernement français y est également invité à fermement condamner et à interdire les pratiques psychanalytiques sous toutes leurs formes, dans le cadre de l'autisme, car n'étant pas recommandées par la HAS. Il est cependant étonnant, à la veille des élections présidentielles, de constater que ce sujet reste largement ignoré et méprisé par la classe politique. A ce jour, on recense 600.000 autistes en France soit environ une naissance sur 100 ou 8000 naissances par an. En 2014, 44 % des personnes autistes étaient victimes de maltraitance, soit 250.000 personnes autistes sur les 600.000 que compte notre pays. Est-ce là un "petit" sujet ?»...

<< Sommaire
leplus.nouvelobs

FORMATION POUR L'INCLUSION DES ENFANTS PORTEURS D'AUTISME ET AUTRES T.E.D AU SEIN DES ACCUEILS DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT 01/11/2016

«OBJECTIFS Former les professionnels de l'animation à l'accueil d'enfants porteurs d'autisme et autres TED. Leur transmettre des connaissances et des compétences solides pour mieux cerner les besoins de ces enfants et ainsi faciliter leur inclusion sociale en contribuant à leur évolution, leur enrichissement d'un point de vue cognitif, sensori-moteur, et émotionnel. PRESENTATION DE LA FORMATION Ce programme de formation comprendra deux volets complémentaires :
• un premier volet d'information/sensibilisation (1/2 journée) - un second volet de formation (2 journées) Les deux modules seront gratuits et indépendants (possibilité de suivre le volet n°1 uniquement). La participation au second volet implique toutefois d'avoir suivi le premier temps de sensibilisation. La responsable de la formation sera Mme Christine PHILIP, Maitre de conférences honoraire en Sciences de l'Education, et membre associé du Groupe de Recherche sur le Handicap, l'Accessibilité et les Pratiques Educatives et Scolaires au sein de l'INS HEA. Elle a été responsable au sein de cet institut de la formation des enseignants spécialisés, dans le champ du handicap mental, cognitif et psychique et, plus spécialement dans le champ de l'autisme. Une attestation de formation vous sera remise au terme de chacun des volets de la formation. PROGRAMME ...¢ VOLET N°1 : DEBAT THEÂTRAL (1/2 journée) Suivant le principe du Théâtre Forum, une courte pièce montrant 5 situations problématiques sur la thématique vous sera présentée. Elle reprendra des difficultés auxquelles les professionnels de l'animation sont régulièrement confrontés. Les situations seront ensuite jouées une deuxième fois. Vous pourrez alors interrompre le jeu à tout moment, pour expérimenter une proposition de changement sur scène en remplaçant ou en ajoutant le personnage de votre choix. Le débat théâtral est animé par un meneur de jeu qui favorise l'expression des différents points de vue et garantit la déontologie du débat. Ce débat théâtral va permettre de :
• dédramatiser les situations du réel en les mettant à distance - débloquer la parole du public sur des sujets difficiles - expérimenter et échanger des manières de faire face aux situations du réel Les situations reprendront des difficultés auxquelles vous pouvez être confrontés, notamment celles liées à :
• un manque de prévisibilité des activités proposées - des problèmes de communication (l'enfant ne sait pas initier des interactions sociales) - un environnement sensoriel trop intense - un manque de cadre précis (pas assez structuré) Le but est d'amener la réflexion sur votre positionnement vis-à-vis des enfants porteurs d'autisme, de leur famille et sur vos réactions respectives. A l'issue de ce débat théâtral, un temps d'échange vous sera proposé avec Mme Christine Philip et un livret d'information vous sera remis. La compagnie Entrées de jeu (www.entreesdejeu.com/) prendra en charge l'animation du débat théâtral. ...¢ VOLET N°2 : FORMATION (2 journées) Ce second volet approfondira 4 questions pour vous permettre de renforcer vos compétences et faciliter ainsi l'intégration des enfants porteurs d'autisme, sans que cela vienne perturber l'équilibre du groupe :
• 1ère demi-journée : Qui sont les personnes avec autisme et comment fonctionnent-elles ? Plus que de définir un trouble, il s'agit plutôt de faire comprendre le fonctionnement particulier de ces personnes en s'appuyant sur des extraits de vidéos montrant des profils différents dans le « spectre de l'autisme ».
• 2ème demi-journée : De quels outils et méthodes dispose-t-on pour rendre les activités accessibles ? Une fois définies les particularités du fonctionnement autistique, il convient de s'informer sur les stratégies spécifiques à mettre en place, et dont on peut s'inspirer, en tenant compte à la fois du contexte particulier dans lequel on se situe, mais aussi des personnes singulières auxquelles on est confrontés.

• 3ème demi-journée : De quels outils et méthodes peut-on s'inspirer en situation éducative ? Dans le prolongement de la présentation des méthodes, c'est la méthode ABA (Analyse Appliquée du Comportement - Elle comporte un programme de techniques de modification du comportement et de développement de compétences) qui sera présentée en particulier pour faire face aux comportements problématiques de certains enfants et adolescents.
• 4ème demi-journée : Comment travailler en partenariat avec les parents et les professionnels ? Cette formation s'achèvera par une réflexion sur comment conduire un partenariat avec les adultes qui gravitent autour de l'enfant : en premier lieu les parents et la manière d'établir une relation de confiance avec eux, ensuite, les professionnels qui accompagnent l'enfant. Il est en effet important de bien cerner la problématique de l'enfant et de bien connaitre son profil singulier.»...

<< Sommaire
docs.google

L'amour est dans le pre: Marie larguee par Jean-Paul a cause de son fils autiste 01/11/2016

«L'amour n'était une fois de plus pas dans le pré pour Marie... et la raison est terrible ! Après avoir tenté de séduire Loic lors de la sixième saison de L'amour est dans le pré, l'assistante maternelle de 36 ans a de nouveau tenté sa chance cette année, avec Jean-Paul. "Il pouvait vraiment me correspondre. Dans son portrait, il était sensible, attachant, proche de son fils et des animaux. Je l'imaginais très humain", a-t-elle confié lors de son interview pour le magazine Public. Mais au cours du speed dating puis de son séjour à la ferme, elle s'est vite rendu compte qu'il n'était pas aussi "jovial" qu'elle le pensait et qu'il "se livrait peu" sur ses sentiments : "Il était contrarié que son ex parte au Maroc durant le tournage. Je pense qu'il n'a pas fait le deuil de cette histoire.Marie a tout de même accepté de partir en week-end en amoureux, à Lyon. Un séjour décevant pour la prétendante car Jean-Paul lui a annoncé qu'il ne souhaitait plus lui présenter son fils. La raison ? L'autisme de Mathis (6 ans), son propre petit garçon : "Jean-Paul m'a quittée car mon fils est autiste (...). Pendant le week-end, Jean-Paul m'a annoncé qu'il ne voulait plus me présenter son fils. Je me suis pris ça en pleine figure. J'ai quand même acheté les billets pour lui rendre visite avec les enfants, comme prévu. Trois jours avant, il m'appelle : 'Ce n'est pas la peine que tu viennes (...), le handicap de Mathis me met trop la pression.' Mon fils s'est senti rejeté (...). [Jean-Paul] ne savait pas comment expliquer tout ça à son fils, Louis. Il avait peur de le perturber." Si Marie n'a pas souhaité en parler ouvertement dans l'émission, elle a pris la décision de sortir de son silence afin de combattre les préjugés et de faire savoir que les autistes ne sont pas violents. "C'est un petit garçon gentil, respectueux des règles, qui ne sait pas mentir, qui a aussi besoin d'être dans sa bulle", a confié l'ex-prétendante de Jean-Paul à propos du petit Mathis. Elle regrette que l'éleveur de vaches laitières ne lui ait pas laissé une chance : "C'est un goujat (...). J'ai réalisé qu'il m'avait emmenée jusqu'au week-end pour se montrer le plus possible à la télé et recevoir du courrier après. Je me suis sentie manipulée."»
[...]
«Jean-Paul est un goujat Si Marie n'a pas souhaité en parler ouvertement dans l'émission, elle a pris la décision de sortir de son silence afin de combattre les préjugés et de faire savoir que les autistes ne sont pas violents. "C'est un petit garçon gentil, respectueux des règles, qui ne sait pas mentir, qui a aussi besoin d'être dans sa bulle", a confié l'ex-prétendante de Jean-Paul à propos du petit Mathis. Elle regrette que l'éleveur de vaches laitières ne lui ait pas laissé une chance : "C'est un goujat (...). J'ai réalisé qu'il m'avait emmenée jusqu'au week-end pour se montrer le plus possible à la télé et recevoir du courrier après. Je me suis sentie manipulée." »...

<< Sommaire
purepeople

Autisme : plus de mutations sur l'ADN mitochondrial des enfants atteints 01/11/2016


«L'autisme est un trouble envahissant du comportement (TED) qui complique les interactions sociales, limite le langage verbal et peut générer des comportements violents. Plus de 100 000 Français de moins de 20 ans seraient concernés par ces troubles aux causes encore méconnues, bien que la littérature scientifique laisse penser que le facteur génétique domine. Des mutations dans l'ADN des cellules, mais aussi celui des mitochondries, seraient impliquées de l'autisme, suggère une nouvelle étude présentée dans PLOS Genetics. Les mitochondries sont des petites structures au coeur des cellules. Mini-centrales énergétiques, elles produisent l'énergie dont l'organisme à besoin pour fonctionner. Elles ont également une particularité : elles possèdent leurs propre ADN, transmis uniquement par la mère. Les mitochondries peuvent induire des maladies génétiques, si des mutations sont transmises par la mère ou surviennent spontanément chez l'enfant.» [...]
« 1 % des cas d'autisme Depuis plusieurs années, les chercheurs s’intéressent au lien éventuel entre ces mutations et les troubles du spectre autistiques. Des travaux ont notamment montré qu’environ 1 % des cas d’autisme sont associés aux dysfonctionnements mitochondriaux. Pour approfondir ces travaux, une équipe de l’université de Cornell (Etats-Unis) a étudié l’ADN mitochondrial de 903 enfants autistes ainsi que celui de leurs frères et sœurs non atteints, et de leur mère. Ils ont alors découvert que les mitochondries des enfants autistes présentaient deux fois plus de mutations délétères que celles de leur fratrie et leur mère. Des mutations qui côtoient dans la même cellule des séquences d’ADN normale, précisent les auteurs. Ces modifications du génome mitochondriale aboutit à 1,5 fois plus de protéines anormales que chez leurs proches. « De nombreux troubles neurodéveloppementaux et maladies apparentées dans l’enfance semblent être associés à des anomalies mitochondriales, et les mutations de l’ADN pourraient en être le précurseur, souligne Zhenglong Gu, auteur principal de cette étude. Des travaux supplémentaires sont nécessaires pour élucider les mécanismes sous-jacents de ces pathologies. Une meilleure compréhension de ces phénomènes pourrait nous amener à développer de nouveaux traitements et de nouvelles stratégies de prévention qui cibleront les mitochondries » »...

<< Sommaire
pourquoidocteur

Vu de Twitter : Jean-Paul et sa peur de l'autisme decoivent les fans de ''L'amour est dans le pre'' - LCI 01/11/2016

«REVUE DE TWEETS - Ce lundi 31 octobre, M6 a diffusé le dernier épisode de "L'Amour est dans le pré". A l'heure du bilan, le public a pu découvrir les explications de Jean-Paul qui a décidé de mettre un terme à sa relation avec Marie. Lors de l'émission, la jeune femme a évoqué son fils autiste, un handicap que n'aurait pas supporté l'éleveur. 01 nov 09:13 C'est un peu la fausse note de cette saison. "L'Amour est dans le pré" s'est achevé ce lundi 31 octobre sur M6. A l'heure du dernier bilan, les téléspectateurs ont donc pu découvrir comment la relation entre Jean-Paul et Marie s'est terminée. L'éleveur et sa prétendante ont confié chacun de leur côté leurs sentiments à Karine Le Marchand. Et le moins qu'on puisse dire c'est que la jeune femme, dont le fils Mathis souffre d'autisme, est amère. "La rupture a été annoncée de façon pas conventionnelle. Il m'a appelé un soir et m'a dit qu'il avait bien réfléchi et que la pathologie de mon enfant lui posait beaucoup de soucis. Ça lui mettait beaucoup de pression et ça ne serait pas gérable. J'étais en colère pour les raisons qu'il a données. Je suis très proche de mon enfant et très fière de son parcours", a expliqué Marie qui s'est avouée " peinée" et "déçue". Depuis cet appel, elle n'a eu aucune nouvelle de Jean-Paul. "C'est une façon assez vilaine de terminer cette belle aventure", a-t-elle conclu.»...

<< Sommaire
lci

Psychologiquement fragile... 01/11/2016

«Ou des parents d'enfants autistes au bout du rouleau ? Vendredi matin, comme je le fais tous les matins après le petit déjeuner qui chez nous se prend le plus souvent à cinq heures trente, je prends un petit moment pour moi où je vais planifier ma journée, prendre mes courriels, consulter mon fil de nouvelles Facebook avant de commencer la scolarisation à la maison de mes enfants. La première nouvelle que j'ai lue était celle-ci : La maman de deux enfants autistes se suicide en se jetant du 8e étage. Elle était psychologiquement fragile. Et c'est classé dans les faits divers. Je veux bien comprendre que pour beaucoup de personnes une mère d'enfant autiste qui se suicide on peut classer ça dans les faits divers, mais pour moi qui est aussi mère de deux enfants autistes ainsi que pour beaucoup d'autres parents, ça fait plutôt partie d'une réalité qui est malheureusement possible. Et que si cet événement a eu lieu en France, je peux déjà vous dire que si ça continue, des histoires d'horreur comme ça on va en avoir aussi au Québec. Je n'en reviens pas. Pour en arriver à la conclusion qu'une mère d'enfant autiste, et ici de deux enfants autistes, s'est enlevée la vie parce qu'elle était « psychologiquement fragile », il ne faut vraiment pas comprendre ce que c'est que de vivre l'autisme au quotidien. Une réalité qu'on ne voit plus Je le sais qu'actuellement, c'est bien à la mode de dire que l'autisme c'est beau et que certains plateaux de télé tels que Tout le monde en parle s'arrachent les témoignages d'adultes autistes. On nous bombarde d'autistes fonctionnels depuis près deux ans. De personnes qui semblent avoir eu un parcours pas trop difficile et qui semblent s'être assez bien adaptées à la société. Ce n'est peut-être pas le cas de tous, mais une chose est certaine, si ces personnes parlent de leurs difficultés, on doit assurément les couper au montage. Mais les parents d'enfants sévères ou modérés, où sont-ils ? Où sont les parents dont les enfants reçoivent un diagnostic de TSA nécessitant un soutien de niveau 1, mais qui cumulent une quantité d'autres diagnostics parce que l'autisme, ça vient aussi souvent avec un lot de comorbidités ? Où sont les parents qui en arrachent au quotidien, qui se demandent comment ils vont arriver à passer à travers leur journée parce qu'ils ont dormi à peine deux heures la nuit précédente ?»
[...]
«L'heure du « wake-up call » a sonné Que va-t-il falloir qu’il arrive pour qu’un véritable « wake-up » call se fasse au Québec ? Qu'on comprenne enfin que l'autisme, c'est loin d'être une partie de plaisir et qu'on prête enfin une oreille attentive aux parents et pas seulement à d'éminents spécialistes qui ne connaissent rien de la réalité sur le terrain. Ces éminents spécialistes qui, avec les coupes budgétaires que nous vivons et le peu d’aide qu’on nous donne, suggèrent qu’on devrait remettre dans les mains des parents l’intervention précoce de leur enfant autiste. Personnellement, j'ai juste peur pour l’avenir de ces parents déjà épuisés. J’ai peur d’ouvrir un jour la section faits divers d’un journal du Québec ou mon fil de nouvelles Facebook et que le premier message ou article que j’y lirai ce matin-là sera : La maman d’un enfant autiste se suicide en se jetant du 8e étage. Elle était psychologiquement fragile. »...

<< Sommaire
facebook

Saint-Brevin-les-Pins. Autisme a l'ecole. Enzo veut trouver sa place « Article « Le Courrier du Pays de Retz 30/10/2016

«Autisme à l'école. Enzo veut trouver sa place Depuis la loi scolarité et handicap de 2005, il n'est pas toujours aisé pour les parents de s'y retrouver dans le parcours de leur enfant. Exemple avec Enzo, à Saint-Brevin. Mélanie Moricet se bat pour trouver une place la plus adaptée en milieu scolaire, à son fils Enzo, atteint d'autisme.
• Mélanie Moricet se bat pour trouver une place la plus adaptée en milieu scolaire, à son fils Enzo, atteint d'autisme.

• Saint-Brevin. A 11 ans, Enzo a le même âge que la loi permettant l'égalité des droits et des chances des personnes en situation de handicap dont la scolarité. Enzo est autiste et vit à Saint-Brevin. « Le diagnostic est tombé quand Enzo avait 18 mois. Son passage en CP a été compliqué mais finalement, il a pu intégrer une Classe d'inclusion scolaire en milieu ordinaire (Clis) à Sautron. Et là, pendant cinq ans, l'expérience a été géniale avec à la clé des progrès très importants », souligne sa maman, Mélanie Moricet. Plus de doudou, ni de tétine, Enzo s'ouvre peu à peu aux apprentissages de la lecture et du calcul, ce qui fait dire à sa mère qu'il a encore « à apprendre ». Et c'est ainsi que l'entrée en 6e a été préparée très en amont. La famille déjà installée à Saint-Brevin s'organise pour les allers-retours à Sautron afin de ne pas perturber l'enfant. Prêt pour la 6e Le parcours a toujours été bien balisé. A tel point que lorsque la rentrée au collège s'annonce, tout est déjà prêt : « Enzo était suivi par le Sessad (1) Arria de l'agglomération nantaise. Il préconisait un IME (2) mais il nous a soutenus pour qu'il intègre une Unité localisée pour l'inclusion scolaire au collège (Ulis). Et la Maison départementale pour les personnes handicapées, MDPH, a pris cette notification », résume Mélanie Moricet.» [...]
«C’est donc en toute confiance que maman et enfant prennent le chemin du collège Saint-Joseph à Saint-Brevin. La petite sœur, ayant été inscrite à l’école élémentaire du même nom. ” L’établissement est super. L’Ulis axée sur les troubles des fonctions cognitives, TFC, est bien intégrée et il y a peu d’élèves. La classe est adaptée, avec des repères visuels sur les apprentissages, elle est relaxante… C’est d’autant plus important que l’entrée en sixième peut être stressant chez un enfant quel qu’il soit », ajoute la maman. Seul bémol, le Sessad de l’estuaire n’a pu prendre en charge le garçon, faute de place. La structure nantaise garde donc un lien avec l’enfant. Des inquiétudes La rentrée se passe bien mais très vite, la maman s’inquiète : « l’enseignante m’a fait comprendre qu’Enzo n’avait pas sa place dans la classe. Elle le voit comme un autiste sévère, ce que je réfute ». »...

<< Sommaire
lecourrierdupaysderetz

Petition Helene Bernard Rectrice Haute Garonne : La scolarisation effective de mon fils autiste 12 ans dans un environnement adapte 30/10/2016

«Mon fils Paul a 12 ans il est autiste. Il a été scolarisé depuis ses 3 ans 15 à 18h par semaine en classe ordinaire accompagné D un AVS I. Il a fait D énormes progrès en socialisation et acquis scolaires à son rythme grâce à cette scolarisation. Pour le College on nous a conseillé de choisir un dispositif plus specialisé appelé ULIS . On ne nous a pas permis de visiter L ensemble des dispositifs et on ne nous a même pas indiqué l ensemble des dispositifs existants ou créés à la rentrée 2016. Paul a été affecté sur une ulis College loin de notre domicile ( pas notre 1er choix) , on a ensuite réduit arbitrairement son temps de scolarité à 1h45 4 fois par semaine et il S avère que la majorité des autres élèves accueillis relèvent plus de handicaps dits "sociaux "qui sont peu compatibles avec un eleve autiste. L académie ne veut pas réaffecter mon fils sur mon premier choix. On gâche depuis 2 mois la scolarité de mon fils qui est dessocialisé isolé et N a plus aucun enseignement sérieux. C est insupportable. On attend probablement que je le descolarise. En France 80% des élèves autistes sont déscolarisés . La France a été condamnée 5 fois par le conseil européen des droits de L Homme tancée par L ONU et on continue à faire N importe quoi. Il faut que cela cesse. Aidez moi à obtenir le respect du droit effectif à la scolarisation dans un dispositif adapté pour mon fils . Signez cette pétition et partagez la. Merci pour lui»...

<< Sommaire
change

Suicides chez les parents d'autistes: « Ils ne trouvent pas de solution » 30/10/2016

«Mercredi, une mère de deux enfants autistes s'est défenestrée. C'est le quatrième suicide de parents d'autiste en six mois. C'est un fait divers qu'on préférerait ne pas entendre. Mercredi après-midi, une jeune femme de 32 ans, mère de deux enfants autistes, s'est défenestrée dans le quartier Grignon à Thiais (Val-de-Marne). Après la découverte du corps, les policiers sont montés jusqu'à l'appartement familial. Obligés de forcer la porte, ils ont découvert dans le logement les deux jeunes enfants de la famille, âgés de moins de dix ans, livrés à eux-mêmes.»
[...]
«C'est le quatrième suicide de parents d'autiste en 6 mois. Cette histoire révèle à quel point le quotidien de ces familles est difficile à gérer, mais aussi que ces parents se sentent parfois seuls et démunis. C'est ce que racontent Bertrand et Marie-Christine (Louveciennes), parents de la petite Ombeline. A 18 mois déjà, ils remarquent un retard de développement chez leur fille. "La directrice de la halte garderie où elle allait m’a alerté sur le fait qu’elle ne tournait pas la tête quand on lui parlait" Quelques mois plus tard, le diagnostic tombe: Ombeline est atteinte d’autisme. "Je me suis tout de suite dit quelle va être sa vie?" Et comme l’hôpital de jour n’est pas une option envisageable, ils sont prêts à tout les sacrifices, même quand leur fille se montre violente. "Tout se passait à la maison, donc je ne travaillais pas. Et d’un point de vue financier, ça a été un gouffre terrible. Moi elle m’a frappé plusieurs fois. Fort. Il y a des trous dans les portes. Et des verrous sur le haut des portes parce qu’une nuit elle s’est levée et elle a mis le feu" Depuis la prise en charge d’Ombeline dans un établissement spécialisé, tout cela est derrière eux. Cette solution n'est pour autant pas préconisée par tout les parents d'autistes, certains souhaitant l'intégration dans un milieu scolaire ordinaire. Mais pour Florent Chapele, auteur du livre L’Autisme, la grande enquête, tout le monde n’a pas cette chance. "On nous dit juste en gros. Allez à l’hôpital et on réglera. Les parents ne trouvent pas de solution. Ce sont 8000 enfants qui arrivent chaque année, il faut les accueillir" Résultat 80% des enfants autistes en France finissent soit en hôpital psychiatrique, soit chez leurs parents. »...

<< Sommaire
rmc.bfmtv

Longvic | Fillette de 10 ans tuee a Longvic : le suicide de la mere est avere 29/10/2016

«Une femme d'une quarantaine d'années, domiciliée dans l'agglomération dijonnaise, avait tiré une balle dans la tête de sa fille âgée de 10 ans, il y a une semaine, le samedi 22 octobre vers 14 heures, avant de retourner son arme ­contre elle. Le drame s'était déroulé allée du Pas-de-Tir, à l'entrée de la commune de Longvic, derrière le parc de la Colombière. Les deux corps avaient été retrouvés dans la voiture de la mère. A l'arrivée des secours et des forces de l'ordre, Samu, pompiers, policiers de la sécurité publique, l'enfant était toujours en vie. La fillette avait été évacuée au CHU de Dijon dans un état critique. Elle était morte le dimanche à 12 h 30, au CHU de Dijon. Sa mère, elle, était morte sur le coup. Les policiers de la permanence judiciaire de la sécurité publique s'étaient rendus sur les lieux avec l'officier de permanence. Une enquête avait immédiatement été ouverte. Des autopsies avaient lieu lundi sur les corps des deux victimes.»
[...]
«Ce vendredi, nos confrères de France Bleu Bourgogne ont indiqué que la fillette aurait été autiste. Contactée par téléphone en fin de journée, Madame le procureur de Dijon, Marie-Christine Tarrare, nous a précisé que cela avait été effectivement évoqué lors de la procédure par des proches, mais que l’enquête ne visait pas à déterminer cet aspect en particulier. En revanche, pénalement, la thèse du suicide a été confirmée. De son côté, Thierry Bas, procureur adjoint, contacté dès dimanche dernier, nous avait signifié que la mère était « une femme qui était, certes, séparée du père de son enfant, mais plutôt bien insérée socialement. [...]
Elle souffrait d’un début de dépression, mais qui semblait plutôt lié à des problèmes de la vie courante ». »...

<< Sommaire
bienpublic

Temporal voice areas exist in autism spectrum disorder but are dysfunctional for voice identity recognition 29/10/2016

«Abstract The ability to recognise the identity of others is a key requirement for successful communication. Brain regions that respond selectively to voices exist in humans from early infancy on. Currently, it is unclear whether dysfunction of these voice-sensitive regions can explain voice identity recognition impairments. Here, we used two independent functional magnetic resonance imaging studies to investigate voice processing in a population that has been reported to have no voice-sensitive regions: autism spectrum disorder (ASD). Our results refute the earlier report that individuals with ASD have no responses in voice-sensitive regions: Passive listening to vocal, compared to non-vocal, sounds elicited typical responses in voice-sensitive regions in the high-functioning ASD group and controls. In contrast, the ASD group had a dysfunction in voice-sensitive regions during voice identity but not speech recognition in the right posterior superior temporal sulcus/gyrus (STS/STG)...”a region implicated in processing complex spectrotemporal voice features and unfamiliar voices. The right anterior STS/STG correlated with voice identity recognition performance in controls but not in the ASD group. The findings suggest that right STS/STG dysfunction is critical for explaining voice recognition impairments in high-functioning ASD and show that ASD is not characterised by a general lack of voice-sensitive responses.»...

<< Sommaire
scan.oxfordjournals

Girls with autism may mask condition with social skills 29/10/2016

«Girls can have the same kinds of genetic mutations seen in boys with autism, "and even need to have twice as many mutations on average to actually manifest with autism," said Joseph Buxbaum, director of an autism center at Mount Sinai medical school in New York City. Buxbaum is among researchers trying to identify a "protective factor" that may explain how some girls at genetic risk remain unaffected, perhaps a protein or other biological marker that could be turned into a drug or other therapy to treat or even prevent autism. That possibility is likely a long way off, but Pelphrey said this line of research has prompted excitement among autism scientists. Making a diagnosis There's no autism blood test. It's diagnosed by observing behavior and some experts say gender-based differences highlight a need to develop different ways to evaluate boys and girls. Autism screening is recommended for all kids at age 18 months and 2 years. But screening tools typically are based on research in autistic boys, said Rachel Loftin, clinical director of an autism center at Rush University Medical Center in Chicago. One widely used screening questionnaire for parents focuses on social deficits seen more often in autistic boys than affected girls. Questions include "Does your child play make-believe, make eye contact, seek praise, show interest in other children?" Girls with autism, especially mild cases, often don't show obvious problems in those categories ...” they're more likely than affected boys to play pretend with toys rather than lining them up by size or shape. Loftin said they're also more likely to show concern for another person's feelings. Government data show that all forms of autism ...” mild to severe ...” are more common in boys and that the average age at diagnosis is 4 years in boys and girls. But Loftin said anecdotal evidence suggests a two-year lag time in diagnosis for girls, especially those with mild cases. And she suspects many cases are missed or misdiagnosed. That means a delay in early intensive behavior therapy that is the main treatment for autism. Some girls manage to camouflage symptoms until school pressures to fit in become overwhelming, delaying diagnosis until around age 8 or 9. Some girls manage to camouflage symptoms until school pressures to fit in become overwhelming, delaying diagnosis until around age 8 or 9, said Alycia Halladay, chief science officer at the Autism Science Foundation, a nonprofit educational and research-funding group. Prominent autism advocate, professor and author Temple Grandin didn't fit that mold. She wasn't fully verbal until age 4. "It was obvious something was drastically wrong with me," Grandin said. With "1950's parenting" including intense encouragement to develop social skills and other talents, she said she learned to adapt.»...

<< Sommaire
mashable

une maman d'enfant autiste se suicide : halte au massacre 29/10/2016

«La maman de deux enfants autistes se suicide en se jetant du 8 ème étage. Elle était « psychologiquement fragile »...¦. Fait divers classé...¦. Halte au massacre !!!! A L'AIDE !!!! Vous ne trouvez pas bizarre le nombre de fois où la maman ou les familles d'enfants autistes font la une des faits divers. Leur enfant, elles le « gère » depuis sa naissance…. Elles se sont battues pour lui, rien n’a été trop dur pour qu’il puisse faire des progrès, enchaîner l’orthophoniste, le kinésithérapeute, les psychologues, les pédopsychiatres, les ergothérapeutes, les médecins, trouver les bons intervenants, faire les salles d’attente des hôpitaux, des administrations pour obtenir un diagnostic, une prise en charge, supporter les regards méprisants, condescendants ou gênés, ceux qui se détournent, voir les amis s’éloigner un à un, abandonner souvent son travail parce qu’aucune crèche ou nounou ne veut le garder, entrer dans l’isolement….»
[...]
«Quand on devient mère, on n’est pas forcément bien armée pour s’occuper de son enfant, mais les sentiers sont déjà bien battus….Quand on devient mère d’un enfant autiste, on entre peu à peu dans un no-mans-land où l’on se bat contre l’incompréhensible, pris dans le feu croisé des rivalités disciplinaires, la concurrence des théories et des approches, désaccord sur le choix thérapeutiques….. En France, la carte de la prise en charge de l’autisme selon les recommandations de la HAS est encore très loin d’être géographiquement égalitaire et il est des secteurs peuplés d’irréductibles partisans psykk qui tirent encore à boulet rouges sur les mères nocives les empêchant de pratiquer en rond. Ils savent décupler la culpabilité que nous avons à ne pas savoir nous occuper parfaitement d’un enfant qu’ils comprennent encore moins bien que nous, ils nous proposent comme aide à notre désarroi l’éloignement, l’hospitalisation, la médicamentation, utilisant la menace de signalement et de retrait de l’enfant…. sans se rendre compte que ces solutions inadaptées contribuent à fragiliser l’équilibre ténu que nous avons réussi à construire et après avoir saboté une après l’autre nos fondations, ils claironnent sur notre fragilité, nos manques de compétence, justifiant par là la chronique d’une mort annoncée. Et vous voudriez que nous ne soyons pas en colère ? syndicat-potentiel- CP Karim TATAI Strasbourg CP Karim TATAI Strasbourg En colère contre ce mur d’incompréhension ! en colère contre ce mur sourd à nos doléances ? En colère de voir l’une des nôtre s’écrouler sous vos coups ? En colère de voir toutes celles qui pourtant fragilisées et à bout portent leur enfant envers et contre vous avec l’intime conviction d’être dans le juste chemin ? En colère de voir l’argent public utilisé dans des prises en charges inadaptées ? En colère de devoir nous débrouiller avec le RSA, des aides aux aidants dérisoires qui permettent à peine la survie mais pas la possibilité d’aider efficacement notre enfant ? En colère de voir le temps qui file sans qu’aucune solution acceptable ne soit proposée ? En colère d’attendre des mois et parfois des années pour obtenir un diagnostic ? En colère de voir les capacités de notre enfant ignorées en pointant uniquement ses incompétences ? En colère contre tout ce gâchis de vies au pays de l’égalité, de la liberté et de la fraternité !!!! . La maman de deux enfants autistes se suicide en se jetant du 8 ème étage. Il reste le papa, seul maintenant avec ses deux enfants…. Il a besoin de votre soutien. Une cagnotte Leetchi a été ouverte pour lui venir urgemment en aide. Vous pouvez aussi y laisser un message. Cagnotte Leetchi Halte au massacre ! Pourquoi faut-il encore faire la une des faits divers pour être entendu ? Il faut que cette maltraitance s’arrête !!! Vite !!!! MAINTENANT !!!! Si vous aussi avez envie d’exprimer votre colère, de faire un commentaire, n’hésitez pas à laisser un mot ci-dessous »...

<< Sommaire
devenir-capable-autrement

Pour la premiere fois, un regard sur les parcours a l'ecole primaire des eleves en situation de handicap - Ministere de l'Education nationale, de l'Enseignement superieur et de la Recherche 28/10/2016

«Alors que la plupart des élèves de dix ans entrent en CM2, moins d'un élève en situation de handicap sur quatre parvient à ce niveau à cet âge. Quatre ans auparavant, à six ans, six sur dix entraient pourtant en CP. Entrant moins souvent à l'école maternelle dès trois ans, et moins souvent « à l'heure » au début de l'école élémentaire, une moitié de ces enfants va progressivement passer dans une classe ou un établissement spécialisé, les enfants de milieux défavorisés davantage que ceux d'origine sociale plus élevée. L'infographie L'essentiel Repères Approfondissement Auteurs : Sylvie Le Laidier, DEPP-A, Patricia Prouchandy, DEPP-B1 L'infographie Situation scolaire à dix ans selon la nature du trouble (en %) Source : MENESR-DEPP - Panel d'élèves en situation de handicap nés en 2005. Le niveau d'études atteint par les enfants en situation de handicap dépend de la nature de leur trouble. A dix ans, 22 % de ces enfants entrent en CM2 mais 61 % des enfants présentant un trouble visuel, 53 % de ceux présentant un trouble moteur, et 46 % de ceux ayant un trouble viscéral y parviennent. A l'opposé, seulement 8 % des enfants présentant des troubles intellectuels et cognitifs atteignent cette classe.»
[...]
« Voir .pdf L’essentiel La quasi-totalité des enfants en situation de handicap ont fréquenté l’école maternelle, mais un sur dix n’était pas encore scolarisé à trois ans et deux sur cent à quatre ans. À six ans, six élèves en situation de handicap sur dix sont en CP, un sur quatre est encore en maternelle, sept sur cent sont en CLIS et sept sur cent en établissement médico-social. À dix ans, un tiers des enfants en situation de handicap entrés « à l’heure » au CP atteint le CM2 « à l’heure », environ un quart atteint le CM1 avec un an de retard. Si plus de huit sur dix de ces enfants étaient en classe ordinaire à six ans, moins d’un sur deux s’y trouve encore à dix ans. Les parcours des enfants dépendent aussi du contexte social dans lequel ils vivent : les enfants de milieux très favorisés parviennent en CM2 « à l’heure » plus souvent que ceux de milieux défavorisés (39 % contre 15 %) ; ces derniers sont plus souvent scolarisés en CLIS (45 % contre 23 %). Ces différences sociales prévalant à l’entrée à l’école élémentaire semblent s’amplifier tous troubles confondus : un enfant de milieu défavorisé est beaucoup plus souvent en CLIS qu’un enfant de milieu favorisé à la fin de l’école élémentaire : 22 points les séparent à dix ans contre 4 points à six ans. De plus, pour un même trouble, les différences sociales sont patentes. Si les enfants déficients visuels, moteurs ou ayant un trouble viscéral sont les plus nombreux à atteindre le CM2 « à l’heure », ils sont moins souvent parvenus à ce niveau quand ils sont d’un milieu défavorisé que les enfants ayant un trouble du langage ou de la parole de milieu très favorisé. Repères L’enquête de la DEPP sur la scolarisation des élèves handicapés La loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées renforce les actions en faveur de la scolarisation des élèves handicapés. Elle affirme le droit pour chacun à une scolarisation en milieu ordinaire au plus près de son domicile, à un parcours scolaire continu et adapté. Les parents sont de plus étroitement associés à la décision d'orientation de leur enfant et à la définition de son projet personnalisé de scolarisation (PPS). Pour compléter l'évaluation de la politique du ministère en la matière, la DEPP suit depuis la rentrée 2013 un échantillon représentatif d’élèves en situation de handicap nés en 2001 ou en 2005. Les informations recueillies en 2014 auprès de leurs parents décrivent pour la première fois les conditions de vie des familles, les modalités de prise en charge du handicap, leurs attentes vis-à-vis de l’école, les parcours et les performances scolaires des jeunes en fonction du type de troubles qu’ils présentent. La loi sur l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées La loi du 11 février 2005 envisage le handicap dans sa dimension sociale, c'est-à-dire en prenant en compte la situation du jeune dans son environnement. Deux principes en découlent : l'accessibilité (accès à tout pour tous) et la compensation (mesures individuelles rétablissant l'égalité des droits et des chances). En matière de scolarisation, l'accessibilité se traduit, par exemple, par l'inscription dans l'établissement scolaire de secteur, par l'accès au savoir grâce aux adaptations pédagogiques individuelles ou collectives, par l'accès à l'ensemble des locaux et des matériels nécessaires pour leur scolarisation, dans la mesure du possible, par la mise aux normes des bâtiments scolaires et des équipements culturels et sportifs. La compensation peut inclure l'accompagnement en milieu scolaire par un auxiliaire de vie scolaire, la prise en charge de l’enfant par les professionnels des établissements médico-sociaux, le droit au transport. La maison départementale des personnes handicapées (MDPH) Répondant à la logique du guichet unique, ce service public dépendant des conseils généraux vise à accueillir, informer, orienter et accompagner les personnes handicapées. La MDPH associe toutes les compétences impliquées dans l’accompagnement des personnes handicapées et de leurs familles. En son sein, une équipe pluridisciplinaire évalue les besoins de chaque élève handicapé, propose un plan personnalisé de compensation qui inclut le projet personnalisé de scolarisation. La commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) décide des mesures à mettre en place, sur la base de l'évaluation réalisée par l'équipe pluridisciplinaire. Le projet personnalisé de scolarisation (PPS) Il définit les modalités de scolarisation du jeune en situation de handicap ainsi que les actions pédagogiques, psychologiques, éducatives, médicales et paramédicales répondant à ses besoins particuliers. Il tient compte de ses souhaits ainsi que de ceux de ses parents et permet d’assurer la cohérence et la continuité de son parcours scolaire. C’est sur la base du projet personnalisé de scolarisation que la CDAPH se prononce sur l’orientation du jeune en situation de handicap, en particulier dans le cas d’une scolarisation collective ou en milieu spécialisé. Un enseignant référent est chargé de la mise en œuvre et du suivi du PPS de l’élève handicapé. À ce titre, il est en relation avec la MDPH, l’équipe enseignante, les services et les personnels de santé qui interviennent auprès de ce dernier. Il contribue également à l’information de ses parents. Les modalités de scolarisation La loi de 2005 accorde la priorité à la scolarisation de l’enfant handicapé en milieu ordinaire, c’est-à-dire dans une école ou un établissement scolaire du second degré, dans une classe ordinaire (scolarisation individuelle). Lorsque l’exigence d’une scolarité dans une classe ordinaire est incompatible avec la situation ou l’état de santé du jeune, il peut être scolarisé dans une classe pour l’inclusion scolaire (CLIS) dans l’enseignement élémentaire ou une unité localisée pour l’inclusion scolaire (ULIS) dans le second degré (scolarisation collective). Encadré par un enseignant spécialisé, l’élève y reçoit un enseignement adapté à ses besoins spécifiques. Quand la situation de l’enfant ou de l’adolescent n’est pas compatible avec une scolarisation en milieu ordinaire, il peut être accueilli dans un établissement spécialisé, hospitalier ou médico-social, sous tutelle du ministère chargé de la santé. Ce type d’établissement offre une prise en charge globale, scolaire, éducative et thérapeutique, qui peut s’accompagner dans certains cas d’une insertion scolaire partielle. Au cours de la scolarité du jeune, ces différents modes de scolarisation peuvent se succéder ou se combiner : scolarisation à temps complet ou à temps partiel, en milieu ordinaire ou dans un établissement spécialisé, à domicile avec l’aide d’une association ou du Centre national d’enseignement à distance (Cned). »...
Source: http://www.education.gouv.fr | Source Status

<< Sommaire
education.gouv

La plaie des « faux » autistes - AgoraVox le media citoyen 28/10/2016

«Les adultes autistes sont accusés d'être de « faux autiste » depuis plus de 30 ans. Il est temps que celà cesse. J'ai rencontré et écouté toutes sortes de professionnels de santé ces derniers temps. Des gens bien, des gens moins bien. Dans cette dernière catégorie, certains défendent leur corporation avec tant de véhémence qu'ils sont persuadés que le syndrome d'Asperger serait une invention américaine, imposée de force dans leur précieuse CFMTEA (classification française des troubles mentaux) par de « faux » autistes et des chercheurs anglo-saxons leurrés. Le psychanalyste Jacques Hochmann va plus loin, dans un papier où il estime que la quasi-totalité des adultes qui demandent un diagnostic d'autisme enfileraient « un vêtement social, sous l'influence du communautarisme ». En d'autres termes, ils ne seraient pas autistes (Voir Jacques Hochmann, « Le communautarisme dans la bataille de l'autisme », PSN, vol. 14, no 3,...Ž septembre 2016, p. 7-17, résumé) Cette petite catégorie de « psys » français reste sur l'idée que l'autisme concernerait uniquement des enfants mutiques, et disparaitrait par on ne sait quel miracle à l'âge adulte. Certains s'opposent avec force à la notion de « spectre » autistique, pourtant définie depuis 1981 par Lorna Wing et acceptée dans le monde entier, en disant que la notion d'autisme est devenue « trop extensive » ! On se croirait dans un village d'irréductibles psys gaulois cerné par l'envahisseur ! Sauf que ce village gaulois n'a pas raison contre le monde entier. Et que les notions psychanalytiques de psychoses infantiles, et autres dysharmonies psychotiques, toujours d'usage en France, ont plus que fait leur temps. Il est temps, plus que temps de les enterrer. De préférence sans douleur ! Petit cours d'Histoire. Dès qu'un autiste adulte prend la parole, il est accusé de « ne pas être assez autiste », d'avoir « guéri » de l'autisme, ou d'être un imposteur. C'est une quasi-constante, tout au long de ces 30 dernières années. Lorsque Temple Grandin a écrit son autobiographie Emergence en 1986, Bernard Rimland l'a préfacée en la présentant comme...¦ « le premier livre écrit par une personne qui a guéri de l'autisme » (voir : Ma vie d'autiste, Paris, Odile Jacob, 1994). publicité inScroll by ad6 Lorsqu'Oliver Sacks en a entendu parler, il a soupçonné Temple Grandin d'avoir fait appel à un nègre pour écrire son autobiographie, considérant impossible qu'une femme autiste adulte ait un doctorat, vive d'un métier et soit capable d'introspection. Il a changé d'avis après l'avoir rencontrée en 1991, ce qui a débouché sur son ouvrage à succès Un anthropologue sur Mars. Il a eu la sagesse et l'intelligence de laisser évoluer sa position, de ne pas défendre à tous prix ses convictions antérieures (voir Steve Silberman, NeuroTribes : The Legacy of Autism and the Future of Neurodiversity, Avery, 2016, p. 429) Lorsque Jim Sinclair a créé l'autism network international, et prononcé son discours à Totonto en 1993 : « L'autisme n'est ni quelque chose qu'une personne a, ni une coquille dans laquelle elle se trouve enfermée. Il n'y a pas d'enfant normal caché derrière l'autisme. L'autisme est une manière d'être [...¦]. » ...¦ lui aussi a été accusé d'être un « faux » autiste, ou d'avoir guéri (voir : Brigitte Chamak, « Autisme et militantisme : de la maladie à la différence », Quaderni. Communication, technologies, pouvoir, no 68,...Ž 2009, p. 61-70 (lire en ligne) Lorsque les quelques adultes autistes français qui ont le courage de prendre la parole le font (je ne vais pas tous les citer : Josef Schovanec, Hugo Horiot, Julie Dachez, etc), eux aussi sont accusés de ne pas être de vrais autiste. Ou alors, « de trop haut niveau » pour avoir le droit de parler d'autisme. Pire, on les accuse de donner envie à davantage d'adultes autistes de recevoir un diagnostic comme « vêtement social » , une « étiquette » d'autisme, après tout ils présentent l'autisme comme un truc tellement « cool », ça donne envie, non ? J'ai moi aussi reçu cette accusation, et vais dévoiler ici une (petite) partie de mon histoire.»...

<< Sommaire
agoravox

Vague d'emotion sur l'Autismosphere: Une maman se suicide a Thiais...¦ | 28/10/2016

«Il y a quelques heures, nous avons pris connaissance de CET ARTICLE dans Le Parisien: nous apprenions qu'une maman de deux enfants autistes s'était donné la mort en sautant du 8ème étage de son immeuble. Pourquoi ce drame nous émeut-il autant? Nous, parents d'enfants autistes, avons l'impression que depuis 2012, année durant laquelle l'autisme a été élu « Grande Cause Nationale », trop peu de choses ont changé. Certes, il y a eu des efforts, bien que faibles, de scolarisation (avec la création d'Unités d'Enseignement) et des campagnes d'information et de sensibilisation diverses, mais entre temps, plusieurs personnes autistes ont été zappées par les changements proposés: Pas grand chose pour les enfants de plus de 6 ans, un désert pour les adolescents, et des adultes avec autisme complètement oubliés...¦ Autrement dit, des familles livrées à elles-mêmes, ou alors avec des « solutions » absolument inadaptées à leurs enfants et souvent imposées aux familles.»
[...]
«Quelle était la situation de cette maman? Certains diront « Pourtant, les enfants étaient suivis dans un Centre Médico Psychologique! » mais la majorité des parents d’enfants autistes vous diront « JUSTEMENT… ils n’étaient pas pris en charge correctement »… Malheureusement, il y a peu de temps avant ce drame, cette maman avait exposé sa situation dans un groupe de discussion pour parents d’enfants en situation de handicap, sur les Réseaux sociaux. Une des administratrices de ce groupe a relaté les faits: La mère de famille, comme beaucoup de parents dans cette situation, une pression énorme de la part de ces centres « spécialistes » qui la menaçaient d’un placement d’enfants si elle quittait leurs locaux pour une autre prise en charge… Cette affaire nous rappelle avec autant d’émotion la situation de Rachel, maman de 3 enfants autistes, placés il y a plus d’un an maintenant car des professionnels d’un CMP (suivis de toute un délégation) l’avaient accusée de rendre ses enfants autistes. »...
Source: http://associationpetitbonheur.com | Source Status

<< Sommaire
associationpetitbonheur

Thiais - Une maman d'enfants autistes se tue en sautant du 8eme etage 28/10/2016

«Ils ont d'abord cru à un accident, à un malaise, quand des enfants du quartier Grignon, à Thiais, ont découvert le corps d'une femme au pied de la tour située au 9 rue du Pavé de Grignon. D'accident, ça n'en était pas. La jeune femme de 32 ans avait sauté laissant derrière elle deux enfants âgés de moins de 10 ans. Selon Le Parisien, les pompiers sont intervenus pour réanimer la mère, mais les massages cardiaques n'ont pas pu la sauver. Lorsque la police est intervenue, elle a forcé la porte de l'appartement de la mère de famille et a trouvé ses deux enfants livrés à eux-même. Selon le voisinage les deux enfants sont autistes, la mère était manifestement dépassée par la situation. « C'est une famille adorable mais qui connait quelques difficultés. La maman s'occupait de ses enfants tous les jours et pour elle le quotidien était parfois difficile à gérer... » Il aurait été aussi question qu'on retire la garde de ces enfants à leurs parents, laissant la mère dans un état de fragilité psychologique. Sur la page Facebook du quotidien, un commentaire vient pointer du doigt le manque d'accompagnement des parents d'enfants autistes mais aussi les abus dont ils sont victimes :»...

<< Sommaire
bebe.doctissimo

Une maman de 2 enfants autistes se suicide : reactions ! - En ce moment (9221) 28/10/2016

«Une jeune femme âgée de 32 ans s'est défenestrée le 26 octobre 2016 en fin d'après-midi, à Thiais. Du 8e étage. Son corps a été découvert par des enfants du quartier en contrebas de son immeuble. Elle était maman de deux jeunes enfants autistes, découverts seuls dans l'appartement. Dans Le Parisien, une voisine se confie : « C'est une famille adorable mais qui connait quelques difficultés. La maman s'occupait de ses enfants tous les jours et, pour elle, le quotidien était parfois difficile à gérer...¦ ». Difficultés ?»
[...]
«Des menaces de signalement La bénévole d'une association de parents d'enfants handicapés, qui a souhaité rester anonyme, était en contact avec cette maman depuis quelques jours. Elle explique que « les deux enfants étaient suivis respectivement en CAMSP et CMP -le fils aîné étant sans solution sur liste d'attente dans plusieurs IME- ; or ces deux organismes faisaient pression sur elle » pour qu'ils soient accueillis dans une association parisienne spécialiste de l'autisme. Restait alors à sa charge plus de 2 000 euros par mois que la famille n'était pas en mesure de financer. Selon cette bénévole, la famille aurait été menacée de signalement auprès des services sociaux si elle n'acceptait pas cette orientation. Acculée, la jeune mère de famille avait lancé un appel de détresse auprès d'un collectif ; de nombreuses mamans avaient tenté de l'épauler, réaffirmant le fait que nul ne pouvait la contraindre à accepter une solution contre son gré. Pensant l'avoir rassurée. Ces derniers jours, elle avait également posté son témoignage sur les réseaux sociaux pour exprimer sa douleur. En vain… L'arbre qui cache la forêt Ce passage à l'acte n'est pas isolé : suicides, infanticides, dépressions sévères, coups d'éclat… La liste des parents d'enfants handicapés à bout s'allongent malheureusement au fil des années. Pour ne pas avoir à assumer, on évoque leur fragilité, on minimise en affirmant que c'est l'exception. Cette exception, c'est l'arbre qui cache la forêt. Combien sont-ils ces proches exténués par les abysses administratifs, la fatigue et les harcèlements ? Isolés, stigmatisés et confrontés à de graves difficultés financières en raison d'une compensation inadaptée. Comment s'étonner ensuite que certains craquent sous la pression ? Faut-il attendre qu'ils passent à l'acte pour mesurer leur désespoir ? Faut-il se contenter de tenir de sombres statistiques plutôt que de se pencher sur un mal profond qui touche bien davantage de parents que ceux qui, par leur geste désespéré, inscrivent leur nom dans la rubrique faits-divers. Des placements abusifs Sur les 308 000 enfants faisant l'objet d'une mesure d'aide sociale à l'enfance, un rapport du Défenseur des droits estime à 70 000 le nombre de ceux qui sont en situation de handicap. Le chiffre ne distingue pas ceux qui sont placés par mesure de protection de ceux qui le sont de manière abusive, mais c'est pourtant parfois le sort réservé aux parents qui osent revendiquer ce qui est bon pour leur enfant. « In fine, le droit de choisir revient uniquement aux parents, sans qu'ils n'aient à prendre le risque d'être broyés lorsqu'ils s'opposent à telle ou telle orientation, explique Céline Boussié, de l'association Handignez-vous !. Mais, pour éviter d'en arriver là, il en va de la responsabilité du Gouvernement de mettre en place des prises en charge adaptées, et en nombre suffisant. » Ils sont nombreux à dénoncer, à l'aune de cette tragédie, un « manque d'humanité de la part de certains services sociaux ». Ils sont nombreux à avouer avoir pensé au suicide. C'est le cas d'Estelle Ast, cette maman d'un garçon autiste qui était montée sur une grue ; dans une vidéo, elle témoigne : « Certains trouvent la force de ne pas aller jusque-là, d'autres pas. » D'autres désespoirs… Ce nouveau drame fait écho à l'histoire d'Emilie Loridan, maman de deux enfants dont une petite fille trisomique ; elle a mis fin à ses jours le 3 juillet 2016 suite à un imbroglio administratif entre la Belgique et la France qui l'avait privée de ses aides. Un Collectif portant son prénom a vu le jour qui, face à ce nouveau drame, a adressé un mail à François Hollande ; il y exprime toute sa colère et réclame une commission d'enquête pour faire toute la lumière sur cette affaire et éviter que ces « dysfonctionnements ne perdurent ». De son côté, une association de parents a interpelé Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat en charge du handicap, dans une lettre ouverte. Sur un site dédié, une cagnotte a été ouverte pour venir en aide au papa et à ses deux enfants. Au nom de Briet »...

<< Sommaire
informations.handicap

A Thiais, une jeune mere de famille se tue en sautant du 8e etage - le Parisien 28/10/2016

«Une jeune femme âgée de 32 ans s'est défenestrée mercredi en fin d'après-midi dans le quartier Grignon à Thiais. Son corps a été découvert par des enfants du quartier en contrebas d'un l'immeuble situé au 9, rue du Pavé de Grignon, une imposante barre de quatorze étages. Ils ont d'abord cru qu'elle avait fait un malaise, mais elle venait en réalité de sauter. Malgré les massages cardiaques, les pompiers n'ont pas réussi à la réanimer. Le décès a été prononcé sur place à 16 h 39. Après la découverte du corps, des policiers sont montés jusqu'à l'appartement familial. Ils ont été obligés de forcer la porte et ont découvert dans le logement les deux jeunes enfants de la famille, âgés de moins de dix ans, livrés à eux-mêmes. « Il s'agit de deux jeunes enfants autistes, précise une résidente de l'immeuble, qui connait bien ces voisins. C'est une famille adorable mais qui connait quelques difficultés. La maman s'occupait de ses enfants tous les jours et pour elle le quotidien était parfois difficile à gérer...¦ »»
[...]
« Il aurait été question depuis quelque temps, d'après un témoin, que ces enfants soient retirés à leurs parents. Cette éventualité a-t-elle un rapport avec le geste de la jeune femme ? D'après ce même témoin, cela faisait en tout cas plusieurs jours qu'elle semblait dans une situation de « fragilité » psychologique. »...

<< Sommaire
leparisien

A Thiais, une jeune mere de famille se tue en sautant du 8e etage - le Parisien 28/10/2016

«Une jeune femme âgée de 32 ans s'est défenestrée mercredi en fin d'après-midi dans le quartier Grignon à Thiais. Son corps a été découvert par des enfants du quartier en contrebas d'un l'immeuble situé au 9, rue du Pavé de Grignon, une imposante barre de quatorze étages. Ils ont d'abord cru qu'elle avait fait un malaise, mais elle venait en réalité de sauter. Malgré les massages cardiaques, les pompiers n'ont pas réussi à la réanimer. Le décès a été prononcé sur place à 16 h 39. Après la découverte du corps, des policiers sont montés jusqu'à l'appartement familial. Ils ont été obligés de forcer la porte et ont découvert dans le logement les deux jeunes enfants de la famille, âgés de moins de dix ans, livrés à eux-mêmes. « Il s'agit de deux jeunes enfants autistes, précise une résidente de l'immeuble, qui connait bien ces voisins. C'est une famille adorable mais qui connait quelques difficultés. La maman s'occupait de ses enfants tous les jours et pour elle le quotidien était parfois difficile à gérer...¦ »»
[...]
« Il aurait été question depuis quelque temps, d'après un témoin, que ces enfants soient retirés à leurs parents. Cette éventualité a-t-elle un rapport avec le geste de la jeune femme ? D'après ce même témoin, cela faisait en tout cas plusieurs jours qu'elle semblait dans une situation de « fragilité » psychologique. »...

<< Sommaire
leparisien

Actu sante : AUTISME: La therapie mediee par les parents confirmee comme prometteuse 28/10/2016

«The Lancet La formation des parents à mieux gérer le développement de leur enfant atteint d'autisme, fait une nouvelle fois ses preuves, avec cette étude britannique, présentée dans le Lancet. D'une certaine manière, il s'agit de traiter d'abord les parents pour qu'ils puissent eux-mêmes dispenser la meilleure thérapie à leurs enfants. Cette nouvelle forme de thérapie confirme sa capacité à améliorer les symptômes et le comportement des enfants autistes. L'autisme est l'un des troubles du développement ayant la plus forte hausse d'incidence et de prévalence, estimée actuellement à environ 70 million de personnes touchées dans le monde. Dans les pays développés, même si le diagnostic reste tardif, aux alentours de l'âge de 2 ans, les enfants peuvent pour la plupart recevoir un traitement spécialisé pour améliorer leur interaction avec leurs familles et leur entourage. Mais dans de nombreux pays à faible revenu, ce n'est pas le cas. Une précédente étude, publiée dans la revue Pediatrics avait montré qu'une approche thérapeutique, développée à l'Université de Floride, permettant aux parents d'apprendre à soutenir l'apprentissage de leur enfant autiste durant les activités quotidiennes avait toute sa place et son efficacité dans la prise en charge des enfants atteints d'autisme. L'approche permettait, grâce au soutien intensif des parents plutôt que des cliniciens, d'améliorer le développement et les compétences de communication sociale et de réduire les symptômes de l'autisme. Le programme PACT (pour Pre-school Autism Communication Trial) a été testé au Pakistan et en Inde. Les enfants des parents formés présentent une amélioration significative dans la communication avec leurs parents.»...

<< Sommaire
santelog

Autisme : former les parents pour aider les enfants tot 27/10/2016

«Hurlements, gestes à répétition, comportement auto-agressifs...¦ Les enfants autistes souffrent de troubles de l'interaction sociale, de la communication et du comportement. Des difficultés qui altèrent leur apprentissage et limitent leur vie sociale. Cependant, il existe des méthodes éducatives qui permettent d'aider ces enfants, et adultes, à se développer. Des interventions qui sont d'autant plus efficaces lorsque les parents y jouent un rôle clé de façon précoce, révèle une étude britannique publiée dans The Lancet. Mieux encore, les bénéfices persistent près de 6 ans après l'arrêt des interventions. Ces travaux ont été réalisés auprès de 152 enfants âgés de 2 à 4 ans et de leurs parents par les chercheurs de l'université de Manchester, du King's College London et de Newcastle (Grande-Bretagne). Durant 6 mois, leurs interactions ont été filmées, puis décortiquées ensuite avec des thérapeutes afin d'expliquer aux parents comment mieux interpréter les besoins de leur enfant et améliorer leur communication. Les 6 mois suivants, les parents ont appris des techniques éducatives et comportementales visant à améliorer leurs échanges avec leurs enfants. Seulement la moitié des enfants ont bénéficié de cet accompagnement spécifique, l'autre moitié a reçu les soins habituels dans un centre spécialisé. Des bénéfices sur le long-terme Six ans après, les chercheurs constatent que la sévérité de l'autisme s'est atténuée chez les enfants ayant bénéficié de ces méthodes. Leur comportement répétitif s'estompe, leurs relations aux autres s'améliorent, signe que la frustration de ne pas être compris disparait. Toutefois, ils présentent encore des difficultés de langage et une anxiété, ce qui suggère que ces enfants ont besoin d'un accompagnement quotidien durant plusieurs années. « L'avantage de cette approche par rapport à des interventions réalisées par des thérapeutes est qu'elle peut affecter le quotidien de l'enfant, explique le Pr Jonathan Green de l'université de Manchester et responsable des travaux. Ce n'est pas « un remède » puisque les enfants présenteront toujours des troubles, mais cela suggère qu'apprendre aux parents à interagir avec leurs enfants est un moyen efficace pour obtenir des améliorations sur le long-terme ».»
[...]
«Un avis partagé par l’association Vaincre l’autisme qui utilise les méthodes ABA (Analyse appliquée du comportement) depuis 12 ans et qui se bat pour qu’elles soient utilisées dans tous les centres spécialisés. « Quelque soit l’âge de l’enfant ou son degré d’invalidité, nous impliquons les parents. Si on leur prête attention et qu’on les forme aux méthodes éducatives et comportementales, on peut répondre aux besoins spécifiques des enfants et les amener à vivre dans un milieu ordinaire », affirme M’Hammed Sajidi, le président de l’association. Ecoutez... M’Hammed Sajidi, président de Vaincre l'autisme : « Dès qu'il prononce la première lettre du mot eau, je lui donne et le félicite... » Le système français exclut les parents De fait, de nombreux travaux ont montré des améliorations concrètes de l’état de santé des enfants et de leur entourage familial. Et bien que cette approche ait été reconnue plus efficace que la démarche psychanalytique par les plus hautes autorités sanitaires, la France tarde à les appliquer. Autre point noir dénoncé par les associations : l’exclusion des parents. « Dans notre pays, on institutionnalise la prise en charge des enfants. Les parents n’ont alors plus d’informations sur ce qui se passe dans les centres et ne sont pas aidés à gérer le quotidien quand l’enfant revient au domicile », déplore Mr Sajidi. Une situation inacceptable pour les associations de parents qui se sont substituées à ces institutions. Vaincre l’autisme a par exemple créé le réseau Futuroschool. La première école a pratiqué la méthode ABA reconnue par les autorités. L’association Autisme France a, quant à elle, mis en place un label qualité qui engage les centres spécialisés à appliquées les méthodes recommandées, comme la méthode ABA. Une quinzaine d’établissements en France, en Suisse ou au Canada possède cette accréditation. En France, environ 100 000 personnes de moins de 20 ans sont touchées par des troubles envahissants du développement. Près de 30 000 d’entre elles sont atteintes d’un trouble autistique. »...

<< Sommaire
pourquoidocteur

Parent-mediated social communication therapy for young children with autism (PACT): long-term follow-up of a randomised controlled trial - The Lancet 27/10/2016


«Summary Background It is not known whether early intervention can improve long-term autism symptom outcomes. We aimed to follow-up the Preschool Autism Communication Trial (PACT), to investigate whether the PACT intervention had a long-term effect on autism symptoms and continued effects on parent and child social interaction. Methods PACT was a randomised controlled trial of a parent-mediated social communication intervention for children aged 2-4 years with core autism. Follow-up ascertainment was done at three specialised clinical services centres in the UK (London, Manchester, and Newcastle) at a median of 5·75 years (IQR 5·42-5·92) from the original trial endpoint. The main blinded outcomes were the comparative severity score (CSS) from the Autism Diagnostic Observation Schedule (ADOS), the Dyadic Communication Assessment Measure (DCMA) of the proportion of child initiatiations when interacting with the parent, and an expressive-receptive language composite. All analyses followed the intention-to-treat principle. PACT is registered with the ISRCTN registry, number ISRCTN58133827. Findings 121 (80%) of the 152 trial participants (59 [...]
of 77 assigned to PACT intervention vs 62 [...]
of 75 assigned to treatment as usual) were traced and consented to be assessed between July, 2013, and September, 2014. Mean age at follow-up was 10·5 years (SD 0·8). Group difference in favour of the PACT intervention based on ADOS CSS of log-odds effect size (ES) was 0·64 (95% CI 0·07 to 1·20) at treatment endpoint and ES 0·70 (95% CI −0·05 to 1·47) at follow-up, giving an overall reduction in symptom severity over the course of the whole trial and follow-up period (ES 0·55, 95% CI 0·14 to 0·91, p=0·004). Group difference in DCMA child initiations at follow-up showed a Cohen's d ES of 0·29 (95% CI −0.02 to 0.57) and was significant over the course of the study (ES 0·33, 95% CI 0·11 to 0·57, p=0·004). There were no group differences in the language composite at follow-up (ES 0·15, 95% CI −0·23 to 0·53). Interpretation The results are the first to show long-term symptom reduction after a randomised controlled trial of early intervention in autism spectrum disorder. They support the clinical value of the PACT intervention and have implications for developmental theory.»...

<< Sommaire
thelancet

Parent-mediated social communication therapy for young children with autism (PACT): long-term follow-up of a randomised controlled trial - The Lancet 26/10/2016

«Background It is not known whether early intervention can improve long-term autism symptom outcomes. We aimed to follow-up the Preschool Autism Communication Trial (PACT), to investigate whether the PACT intervention had a long-term effect on autism symptoms and continued effects on parent and child social interaction. Methods PACT was a randomised controlled trial of a parent-mediated social communication intervention for children aged 2-4 years with core autism. Follow-up ascertainment was done at three specialised clinical services centres in the UK (London, Manchester, and Newcastle) at a median of 5·75 years (IQR 5·42-5·92) from the original trial endpoint. The main blinded outcomes were the comparative severity score (CSS) from the Autism Diagnostic Observation Schedule (ADOS), the Dyadic Communication Assessment Measure (DCMA) of the proportion of child initiatiations when interacting with the parent, and an expressive-receptive language composite. All analyses followed the intention-to-treat principle. PACT is registered with the ISRCTN registry, number ISRCTN58133827. Findings 121 (80%) of the 152 trial participants (59 [...]
of 77 assigned to PACT intervention vs 62 [...]
of 75 assigned to treatment as usual) were traced and consented to be assessed between July, 2013, and September, 2014. Mean age at follow-up was 10·5 years (SD 0·8). Group difference in favour of the PACT intervention based on ADOS CSS of log-odds effect size (ES) was 0·64 (95% CI 0·07 to 1·20) at treatment endpoint and ES 0·70 (95% CI −0·05 to 1·47) at follow-up, giving an overall reduction in symptom severity over the course of the whole trial and follow-up period (ES 0·55, 95% CI 0·14 to 0·91, p=0·004). Group difference in DCMA child initiations at follow-up showed a Cohen's d ES of 0·29 (95% CI −0.02 to 0.57) and was significant over the course of the study (ES 0·33, 95% CI 0·11 to 0·57, p=0·004). There were no group differences in the language composite at follow-up (ES 0·15, 95% CI −0·23 to 0·53). Interpretation The results are the first to show long-term symptom reduction after a randomised controlled trial of early intervention in autism spectrum disorder. They support the clinical value of the PACT intervention and have implications for developmental theory.»...

<< Sommaire
thelancet

Autism study finds early intervention has lasting effects : Nature News & Comment 26/10/2016

«Teaching parents of children with autism how to interact more effectively with their offspring brings the children benefits that linger for years, according to the largest and longest-running study of autism interventions. The training targeted parents with 2-4-year-old children with autism. Six years after the adults completed the year-long course, their children showed better social communication and reduced repetitive behaviours, and fewer were considered to have "severe" autism as compared to a control group, according to results published on 25 October in The Lancet1. "This is not a cure," says child psychiatrist Jonathan Green of the University of Manchester, and an investigator on the study. "But it does have a sustained and substantial reduction in severity and that's important in families." Related stories Monkeys genetically modified to show autism symptoms Neuroscience: The hard science of oxytocin Diuretic drug prevents autism in mice and rats More related stories John Constantino, a child psychiatrist at Washington University in St. Louis, Missouri, says that the results are "monumentally important", because there has been little evidence showing that interventions for autism at an early stage are effective ...” even though researchers already broadly endorse the idea. "It is a rare long-term randomized controlled trial in a field in which there exists almost no data of this kind," he says. But he adds that the magnitude of the improvement was a disappointment, and that there were signs that the effects of treatment were diminishing over time. And although the therapy benefited communication skills and decreased repetitive behaviours, it did not lessen childrens' anxiety ...” another key symptom of autism. "Perhaps most of all, this underscores how desperately important it is that we develop higher-impact interventions," he says. Video training More than 1% of US children are diagnosed with autism spectrum disorder, a condition in which their ability to communicate is impaired. There is no treatment that has been definitively shown to address the core symptoms of autism, says Green. The idea behind early intervention therapies for autism is that they stand a greater chance of having an impact because symptoms are not as severe and the brain is at an earlier stage of development. Green and his colleagues launched the Preschool Autism Communication Trial (PACT) to test those assumptions. They enrolled 152 children with autism, many of them with severe symptoms of the disorder. About half of the children were randomly assigned to receive an intervention; the other half served as a control. The two groups began the study with similar scores on a measure of autism symptom severity. The therapy, however, was aimed at their parents. Training was tailored to each family: twice a month for six months, parents watched videos of their interactions with their children. A therapist paused the video periodically to discuss methods that parents could use to better engage their children and bolster their communication skills. The parents received more support sessions for the next six months, and agreed to do about half an hour of planned activities with their children each day throughout the year. After that, the therapy sessions stopped. At the end of that treatment, the children who received the treatment had less-severe symptoms of autism. And six years later, the follow-up with 121 of the original study participants showed that the effects of that therapy were still evident. On a scale that indicates autism severity, scores were lower in children whose families had received the training: 7.3 versus 7.8 in children who had not received the intervention. Among those in the intervention group, 46% were considered to have "severe" autism. That proportion was 63% in the untreated children. The data are sufficient to support wider use of similar interventions, says Green. "We think this could be and should be part of an overall provision for children with autism." Nature doi:10.1038/nature.2016.20862»...

<< Sommaire
nature

Early intervention for parents of children with autism reduces symptoms - Medical News Today 26/10/2016

«For children with autism, interventions typically focus on the child. But results of a new, long-term study indicate that an early intervention centering on helping parents communicate with their child reduces the severity of autism symptoms. Furthermore, these results yield long-term improvements. [mom holding son] An early intervention that focuses on helping parents communicate with their child with autism yields long-term reductions in symptoms, a new study shows. Published in The Lancet, the study was conducted by researchers at the University of Manchester, King's College London, and Newcastle University - all of which are in the United Kingdom. Autism spectrum disorder (ASD) is a developmental disorder causing social, communication, and behavioral problems. People with ASD can have learning, thinking, and problem-solving abilities that range from gifted to extremely challenged. They might repeat specific behaviors and may not welcome change in their daily routines. Additionally, people with ASD typically have different ways of learning, paying attention, or reacting to situations. The condition can sometimes be detected before the age of 18 months, but by the age of 2 years, a diagnosis from a healthcare professional is typically considered accurate. Still, many children do not receive an initial diagnosis until they are older, which means they may not get the early help that they need.»
[...]
« In short, the parents learn how to better understand their child and communicate back to them in a direct way. In the intervention group, the parents take part in 12 therapy sessions over 6 months, in addition to monthly support sessions for the following 6 months. The parents also do 20-30 minutes of daily planned communication and play activities with their child. In this follow-up study, 80 percent of the original 152 trial participants were included. Of these, 59 children had received the PACT intervention, while 62 had treatment as usual. The researchers measured autism severity with the international standard measure of autism symptoms (ADOS CSS), which combines social communication and restricted and repetitive behavior symptoms into one measure of severity. This is scored from 1-10, and 10 is the most severe. Both groups had similar scores at the start of the trial. Those in the intervention group had ADOS CSS scores of 8.0, and those in the treatment-as-usual group had a score of 7.9. At follow-up, the children in the treatment-as-usual group scored an average of 7.8, with 63 percent in the severe range, while the children in the intervention group scored an average of 7.3, with 46 percent in the severe range. The researchers explain that this equates to a reduction of 17 percent in the proportion of children with severe symptoms in the intervention, compared with the children in the treatment-as-usual group. 'Sustained changes in autism symptoms possible after early intervention' Results also reveal that there were improvements in children's communication with their parents in the intervention group. However, there were no differences in language scores for the children. While parents from the intervention group reported improvements in peer relationships, social communication, and repetitive behaviors, there was no major difference between the two groups on indicators of child anxiety, challenging behaviors, or depression. Lead author Prof. Jonathan Green, from the University of Manchester, says that their findings are promising, but he adds that it "is not a 'cure,' in the sense that the children who demonstrated improvements will still show remaining symptoms to a variable extent." »...

<< Sommaire
medicalnewstoday

Passeport, retraite, AAH... 30 mesures de simplification pour les particuliers - L'Express 26/10/2016

«Jean-Vincent Placé, secrétaire d'Etat à la réforme de l'Etat, a présenté 30 nouvelles mesures de simplification pour le grand public. Photo d'illustration. Le gouvernement présente ce mercredi 30 nouvelles mesures de simplification pour les particuliers, parmi lesquelles la réduction du délai d'ouverture des droits pour les personnes en maladie de longue durée. Le secrétaire d'Etat chargé de la Réforme de l'Etat, Jean-Vincent Placé, présente ce mercredi en conseil des ministres 30 mesures de simplification pour les particuliers, allant de la prolongation du délai de déclaration de naissance à la réduction du délai d'ouverture des droits pour les personnes en maladie de longue durée. Ces nouvelles mesures ne sont "pas destinées à faire des économies", mais "davantage à un gain de temps et une amélioration de la qualité du service public", explique le secrétariat d'Etat.»
[...]
« Affection de longue durée (ALD): les procédures d'admission, de prolongation et de renouvellement sont allégées pour les près de 7 millions de bénéficiaires. Les durées d'exonération sont allongées, passant de 2 ou 5 ans à 3, 5 ou 10 ans. Déclaration de naissance: le délai sera, à horizon 2017, prolongé de deux jours, passant de trois à 5 jours suivant l'accouchement. Retraite: il sera possible de bénéficier d'un outil d'orientation personnalisé des assurés tout au long du parcours de demande de retraite (orientation, démarches, délais...). Allocation adultes handicapés (AAH): les bénéficiaires dont le taux d'incapacité est stable et supérieur à 80% pourront bénéficier de l'allocation pour une durée pouvant aller jusqu'à 20 ans, contre 10 ans actuellement. »...

<< Sommaire
lexpress

The EU just adopted a directive on the accessibility of websites and mobile apps 26/10/2016

«The EU just adopted a directive on the accessibility of websites and mobile apps Brussels, 26 October 2016 | The European Parliament adopted today the ...˜Directive on the Accessibility of Websites and Mobile Applications of Public Sector Bodies' (Web Directive). From now on, all websites and mobile applications, including the electronic documents and multimedia, of public authorities* in Europe have to be accessible to a wide range of users including 80 million people with disabilities. This is a crucial milestone to achieve an inclusive digital society in which people with disabilities and other users have access to online services and information on an equal footing to other people; this is a right enshrined in the United Nations Convention on the Rights of Persons with Disabilities (UN CRPD) that the EU has ratified. In cases when some parts are not made accessible, public websites will need to explain why in a mandatory accessibility statement. There will also be a mechanism for citizens to request the content they cannot access. Regular monitoring and reporting by EU member states have also been agreed, which is indispensable for the success of this legislation. Nevertheless, the Directive allows some exceptions such as public broadcasters' websites and live audiovisual streaming. EDF expects that the gaps left in the Web Directive will be covered in other EU legislation in progress, such as the European Accessibility Act or the Audiovisual Media Services Directive. During recent years, EDF, together with its members and partner organisations, has fought for accessibility of websites and for the adoption of a meaningful directive to make this happen in Europe. The European Commission's initial proposal for the Web Directive, published in 2012, included only 12 categories of online services and very soft enforcement measures. Thanks to the collaboration with the Parliament and the Council, an improved text of a truly future proof and meaningful Directive has now been adopted. EDF President, Yannis Vardakastanis , stated: "Accessibility is a human rights issue and a condition to participate in society, study, have a job and enjoy public services. This Directive is an important step in promoting the rights of persons with disabilities within the EU in line with the CRPD. The EU and all its member states should make all their public services and mobile apps accessible. This Directive provides a harmonised way to do this and make a real change in the lives of 80 million people with disabilities". WHAT'S NEXT? The Web Directive will enter into force 20 days after its publication in the EU Official Journal. After this, EU member states will have 21 months to adopt national legislation in compliance with it. One year after these 21 months, all new public websites in the EU should be accessible; older public websites will have two years to become accessible and mobile apps will have 33 months. EDF will continue working with its national members in Europe to make sure that the Web Directive is implemented at national level and to make sure that EU Member States do not misuse the exemptions allowed in the text. Additionally, EDF will continue advocating for other relevant or complementary EU legislation, including the European Accessibility Act and the revision of the Audiovisual Media Service Directive to ensure that that will properly address what is not covered by the Web Directive. Find our more about EDF's campaign on web accessibility»...

<< Sommaire
edf-feph

Visual system may offer glimpse of autism's effects in brain | Spectrum 26/10/2016

«Most people do not associate autism with visual problems. It's not obvious how atypical vision might be related to core features of autism such as social and language difficulties and repetitive behaviors. Yet examining how autism affects vision holds tremendous promise for understanding this condition at a neural level. Over the past 50 years, we have learned more about the visual parts of the brain than any other areas, and we have a solid understanding of how neural activity leads to visual perception in a typical brain. Differences in neuronal processing in autism are likely to be widespread, and may be similar across brain regions. So pinpointing these differences in visual areas might reveal important details about processing in brain regions related to social functioning and language, which are not as well understood. Studying vision in autism may also help connect studies of people to those of animal models. Working with animals allows neuroscientists to study neural processing at many different levels ...” from specific genes and single neurons to small neural networks and brain regions that control functions such as movement or hearing. But animals do not display the complexity and diversity in language and social functioning that people do. By contrast, visual brain processes are similar between people and animals. We can use our rich knowledge of how neurons in animals process visual information to bridge the gap between animals and people. We can also use it to test hypotheses about how autism alters neural functioning in the brain. For these reasons, we see the visual system as a vital avenue of autism research. Using this approach, we have begun to assess a particular theory about brain changes associated with autism, one that could have powerful implications for scientists and clinicians.»
[...]
«These preliminary results suggest that most young adults with autism show weaker normalization than their typical peers. Interestingly, a small minority of people with autism do not seem to show this difference. This observation raises the exciting possibility of identifying different autism sub-groups based on how well this particular neural circuit is functioning. This work is ongoing, and our findings thus far will be presented at this year’s Society for Neuroscience annual meeting. »...

<< Sommaire
spectrumnews

Decret n° 2016-1411 du 20 octobre 2016 relatif aux modalites de saisine de l'administration par voie electronique | Legifrance 26/10/2016

«Décret n° 2016-1411 du 20 octobre 2016 relatif aux modalités de saisine de l'administration par voie électronique NOR: PRMX1622071D ELI: Objet : codification et modification des dispositions relatives au droit des usagers de saisir l'administration par voie électronique. Entrée en vigueur : le décret entre en vigueur le 7 novembre 2016 . Notice : le décret prévoit les conditions d'application du droit de saisir l'administration par voie électronique, qui s'applique selon les mêmes règles aux administrations de l'Etat, des collectivités territoriales, de leurs établissements publics administratifs et aux organismes et personnes de droit public et de droit privé chargés d'une mission de service public administratif, y compris les organismes de sécurité sociale. Références : le décret, ainsi que le code qu'il modifie, dans sa rédaction issue de cette modification, peuvent être consultés sur le site Légifrance (http://www.legifrance.gouv.fr). Le Premier ministre, Sur le rapport du secrétaire d'Etat chargé de la réforme de l'Etat et de la simplification, Vu le code des relations entre le public et l'administration, notamment ses articles L. 112-8 et suivants ; Vu l'avis du Conseil national d'évaluation des normes en date du 8 septembre 2016 ; Le Conseil d'Etat (section de l'administration) entendu, Décrète : Article 1 En savoir plus sur cet article... La section 2 du chapitre II du titre Ier du livre Ier du code des relations entre le public et l'administration est ainsi modifiée : 1° Après l'article L. 112-9, sont insérés les articles R. 112-9-1 et R. 112-9-2 ainsi rédigés : « Art. R. 112-9-1.-Pour exercer son droit de saisir une administration par voie électronique, toute personne s'identifie auprès de cette administration dans le respect des modalités d'utilisation des téléservices définies en application du deuxième alinéa de l'article L. 112-9. « A cet effet, elle indique dans son envoi, s'il s'agit d'une entreprise, son numéro d'inscription au répertoire des entreprises et de leurs établissements, s'il s'agit d'une association, son numéro d'inscription au répertoire national des associations et, dans les autres cas, ses nom et prénom et ses adresses postale et électronique. « Les modalités peuvent également permettre l'utilisation d'un identifiant propre à la personne qui s'adresse à l'administration ou celle d'autres moyens d'identification électronique dès lors que ceux-ci sont acceptés par l'administration. « Art. R. 112-9-2.-L'administration informe le public des téléservices qu'elle met en place afin que le droit pour celui-ci de saisir l'administration par voie électronique puisse s'exercer. Cette information figure dans les modalités d'utilisation mentionnées au deuxième alinéa de l'article L. 112-9 et peut en outre être portée à la connaissance du public par tout moyen. « A défaut d'information sur le ou les téléservices, le public peut saisir l'administration par tout type d'envoi électronique. « Les téléservices peuvent prendre la forme d'une téléprocédure ou d'une procédure de saisine électronique, soit par formulaire de contact, soit par une adresse électronique destinée à recevoir les envois du public. » ;»...

Source: http://www.legifrance.gouv.fr | Source Status

<< Sommaire
legifrance.gouv

Folate Extract May Help Autistic Kids Communicate 25/10/2016

«A preliminary study suggests that prescribed doses of folinic acid, a reduced form of Vitamin B known as folate, could help improve the language and communication skills of children with autism spectrum disorder (ASD). The study also identifies specific biomarkers that can predict treatment response in children with autism and verbal communication problems. The findings stem from a placebo-controlled trial in which children were randomized to receive either high-dose folinic acid or a placebo. Up to two percent of American children are said to experience symptoms that place them on the autism spectrum. Many of these children have difficulty communicating and interacting with others, especially within a social setting.»
[...]
«In the current study, researchers found that participants with folate receptor autoantibodies had a more favorable response to the folinic acid treatment. This leads the way to a test that might be useful for clinicians to determine if high-dose folinic acid might be a treatment for a particular child with ASD. Related research on laboratory rat models have confirmed the deleterious effects of folate receptor antibodies on brain development and function. “Improvement in verbal communication was significantly greater in participants receiving folinic acid as compared with those receiving the placebo,” Frye said. He added that the findings should be considered preliminary until the treatment has been assessed further in larger long-term studies. »...

<< Sommaire
psychcentral

How autism in girls may help reveal the disorder's secrets 25/10/2016

«CHICAGO (AP) - Think autism and an image of an awkward boy typically emerges, but the way autism strikes girls - or doesn't - may help reveal some of the developmental disorder's frustrating secrets. Autism is at least four times more common in boys, but scientists taking a closer look are finding some gender-based surprises: Many girls with autism have social skills that can mask the condition. And some girls do not show symptoms of autism even when they have the same genetic mutations seen in boys with the condition. "Autism may not be the same thing in boys and girls," said Kevin Pelphrey, an autism researcher at George Washington University. The causes of autism aren't known. Genetic mutations are thought to play a role, and outside factors including older parents and premature birth also have been implicated. But the gender effect is now a hot topic in autism research and one that could lead to new ways of diagnosing and treating a condition that affects at least 1 in 68 U.S. children. WHAT SCIENCE SHOWS Brain imaging suggests there may be an additional explanation for why many girls with autism have more subtle symptoms than boys, Pelphrey said. Even in girls who clearly have autism, he said, brain regions involved in social behavior that are normally affected are less severely impaired. Also, recent studies on autism-linked genes have found that girls can have the same kinds of genetic mutations seen in boys with autism, but not show symptoms. They "even need to have twice as many mutations on average to actually manifest with autism," said Joseph Buxbaum, director of an autism center at Mount Sinai medical school in New York. He is among researchers trying to identify a "protective factor" that may explain how some girls at genetic risk remain unaffected - perhaps a protein or other biological marker that could be turned into a drug or other therapy to treat or even prevent autism. That possibility is likely a long way off, but Pelphrey said this line of research has prompted excitement among autism scientists. AUTISM SISTERS PROJECT Buxbaum is involved in the Autism Sisters Project, which is seeking to enroll hundreds of families with autistic sons but unaffected daughters. The project began last year with the goal of building a big database that scientists can use to look for genetic clues and protective factors. Girls and their families visit the New York lab to give saliva samples for DNA analysis and efforts are underway to expand DNA collection to other sites.»...

<< Sommaire
nbc4i

Bad Mothers and Monstrous Sons: Autistic Adults, Lifelong Dependency, and Sensationalized Narratives of Care | SpringerLink 22/10/2016

«Abstract Sensationalized representations of autistic families in film and other media frequently feature violent encounters between mothers and sons. This essay analyzes two media stories and three films that suggest how limited...”and therefore misleading...”popular representations of the autism family are. Except for one of the films, these representations blame the problem of adult autistic dependency on either monstrous autism or bad mothering. Doing so elides collective social responsibility for autism care and denies the reality that autistic adults continue to have complex dependency needs that families cannot always meet. Narratives that sensationalize youth and adults with autism or scapegoat their maternal caregivers also diminish opportunities for social inclusion and for autistic people to live fully and dependently.»...

<< Sommaire
link.springer

''Frank'' presentations as a novel research construct and element of diagnostic decision-making in autism spectrum disorder - de Marchena - 2016 - Autism Research - Wiley Online Library 22/10/2016

«Abstract Many individuals with ASD have a distinctive behavioral presentation that is recognizable within moments, a phenomenon we call "frank" ASD. This phenomenon has been discussed informally for decades, perhaps as "classic" ASD; however, there is no unitary "classic" presentation, and classic autism does not seem to correspond to level of functioning. Thus, neither "frank" nor "classic" autism has been delineated or studied as a research construct. To initiate the empirical study of frank ASD, we surveyed 151 clinicians, from a range of disciplines that diagnose ASD, about this phenomenon. Respondents completed a 13-item questionnaire about frank ASD, which was analyzed using a mixed-methods approach. Ninety-seven percentage of respondents were familiar with the phenomenon. Respondents estimated that 40% of the ASD population has a frank presentation. Respondents reported the most highly specific behaviors associated with frank presentations were a general sense of impaired reciprocity, quality of eye contact, atypical vocal prosody, presence of motor mannerisms, and atypical gait or posture. In general, respondents reported detecting frank features rapidly, with the majority forming their impressions within the first ten minutes of interaction or observation. Although unstudied empirically, "frank" presentations of ASD are familiar to diagnosing clinicians, and appear to be based on behaviors both central to ASD diagnostic criteria (e.g., impaired reciprocity), and absent from diagnostic criteria (e.g., atypical gait or posture). We discuss these findings within the context of diagnostic decision-making and behavioral phenotyping of ASD»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

Sources and implications of whole-brain fMRI signals in humans. - PubMed - NCBI 22/10/2016

«Abstract Whole-brain fMRI signals are a subject of intense interest: variance in the global fMRI signal (the spatial mean of all signals in the brain) indexes subject arousal, and psychiatric conditions such as schizophrenia and autism have been characterized by differences in the global fMRI signal. Further, vigorous debates exist on whether global signals ought to be removed from fMRI data. However, surprisingly little research has focused on the empirical properties of whole-brain fMRI signals. Here we map the spatial and temporal properties of the global signal, individually, in 1000+ fMRI scans. Variance in the global fMRI signal is strongly linked to head motion, to hardware artifacts, and to respiratory patterns and their attendant physiologic changes. Many techniques used to prepare fMRI data for analysis fail to remove these uninteresting kinds of global signal fluctuations. Thus, many studies include, at the time of analysis, prominent global effects of yawns, breathing changes, and head motion, among other signals. Such artifacts will mimic dynamic neural activity and will spuriously alter signal covariance throughout the brain. Methods capable of isolating and removing global artifactual variance while preserving putative "neural" variance are needed; this paper adopts no position on the topic of global signal regression.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Autisme : la voie du zinc -| tregouet.org 19/10/2016

«D'après une nouvelle étude néo-zélandaise, le zinc, oligo-élément essentiel à la croissance des enfants, pourrait faciliter les échanges neuronaux déficients en cas d'autisme en inversant l'expression d'un gène fortement impliqué dans ce trouble. La carence en zinc chez les enfants autistes a été mise en évidence en 2013 par des chercheurs japonais. D'autres travaux ont également démontré que la carence en zinc dans la petite enfance provoquait des troubles de déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH), des caractéristiques que l'on retrouve chez les enfants autistes. Le zinc est un oligo-élément essentiel pour la synthèse de l'ADN et des protéines. C'est pourquoi une carence pourrait affecter l'expression des gènes. Par ailleurs, le zinc est aussi nécessaire aux mécanismes permettant aux cellules de se multiplier et donc à la croissance et à la réparation des tissus. Dans ces travaux, les chercheurs néo-zélandais ont mis en évidence chez l'animal la capacité du zinc à inverser les déficits de communication entre les cellules du cerveau, propres à l'autisme. Concrètement, c'est au niveau d'un gène appelé Shank 3 -impliqué dans les troubles du comportement et la schizophrénie- que les modifications ont été constatées. D'habitude, l'interaction entre les neurones se trouve affaiblie par les modifications génétiques causées par l'autisme. Le zinc renverse ce processus en facilitant les échanges neuronaux au niveau du gène Shank 3. En 2014, des chercheurs de l'Institut Pasteur ont découvert que les mutations affectant le gène Shank3 étaient les plus sévères et concerneraient plus d'un enfant sur 50 avec autisme et déficience intellectuelle. D'après les scientifiques, ces résultats suggèrent que "des facteurs environnementaux et des apports en zinc plus importants pourraient changer le système de signaux de ce gène et réduire son action dans le cerveau". Cette nouvelle piste fera donc prochainement l'objet d'une application directe en proposant aux enfants malades en bas âge un régime alimentaire riche en zinc pour voir si cet apport peut prévenir et arrêter le développement de la maladie.»...

<< Sommaire
rtflash

Film Montage : On veut mieux que ca ! 19/10/2016

«AESH parents enseignants réalisent une vidéo défendant l'inclusion scolaire Film Montage : On veut mieux que ça !»...

<< Sommaire
kizoa

Arbaclofen in Children and Adolescents with Autism Spectrum Disorder: A Randomized, Controlled, Phase 2 Trial. - PubMed - NCBI 18/10/2016

«Abstract Several lines of emerging data point to an imbalance between neuronal excitation and inhibition in at least a subgroup of individuals with autism spectrum disorder (ASD), including in those with fragile X syndrome (FXS), one of the most common genetic syndromes within ASD. In animal models of FXS and of ASD, GABA-B agonists have improved both brain and behavioral phenotypes, including social behavior. A phase 2 randomized, placebo-controlled, crossover trial found that the GABA-B agonist arbaclofen improved social avoidance symptoms in FXS. A pilot open label trial of arbaclofen suggested similar benefits in ASD. We therefore evaluated arbaclofen in a randomized, placebo-controlled, phase 2 study of 150 participants, ages 5-21 years old, with ASD. No difference from placebo was detected on the primary outcome measure, the parent-rated Aberrant Behavior Checklist Social Withdrawal/Lethargy subscale. However, a specified secondary analysis found improvement on the clinician-rated Clinical Global Impression of Severity. An exploratory post-hoc analysis of participants with a consistent rater across the trial revealed greater improvement in the Vineland Adaptive Behavior Scales II Socialization domain in participants receiving arbaclofen. Affect lability (11%) and sedation (9%) were the most common adverse events. In this exploratory study, secondary analyses suggest that arbaclofen may have the potential to improve symptoms in some children with ASD, but further study will be needed to replicate and extend these initial findings.Neuropsychopharmacology accepted article preview online, 17 October 2016.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

A Comparison of DSM-IV-TR and DSM-5 Diagnostic Classifications in the Clinical Diagnosis of Autistic Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI 18/10/2016

«Abstract Aim of this study was to compare children diagnosed with Pervasive Developmental Disorder (PDD) according to DSM-IV-TR and DSM-5 diagnostic systems. One hundred fifty children aged between 3 and 15 years diagnosed with PDD by DSM-IV-TR were included. PDD symptoms were reviewed through psychiatric assessment based on DSM-IV-TR and DSM-5 criteria. Clinical severity was determined using Childhood Autism Rating Scale (CARS) and Autism Behavior Checklist (ABC). A statistically significant decrease (19.3%) was detected in the diagnostic ratio with DSM-5. Age and symptom severity differed significantly between those who were and were not diagnosed with PDD using DSM-5. B4 criteria in DSM-5 was most common criterion. Results indicate that individuals diagnosed with PDD by DSM-IV-TR criteria may not be diagnosed using DSM-5 criteria.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Defenseur des droits 18/10/2016

«Vous pensez que vos droits n'ont pas été respectés ? Le Défenseur des droits est une institution indépendante chargée de défendre les libertés et droits. Compétent en matière de services publics, de droits de l'enfant, de lutte contre les discriminations et en matière de déontologie de la sécurité, le Défenseur des droits est concrètement au service de toute personne qui estime que ses droits n'ont pas été respectés. Nous avons la réponse»...

<< Sommaire
information.defenseurdesdroits

Enquete et propositions sur les besoins des adultes autistes | Le Club de Mediapart 18/10/2016

«Le but de cette enquête est de mieux connaitre les besoins et les problèmes rencontrés par les adultes atteint du syndrome d'asperger ou d'une autre forme d'autisme dans la vie de tous les jours. Après cette enquête, compte tenu des souhaits exprimés, des actions sont proposées. Favori Recommander Alerter Imprimer Partager Tweet Partager sur Google+ 1 commentaire Dossier enquête et besoins des adultes autistes Dossier enquête et besoins des adultes autistes Pour cela, nous avons interrogé des personnes concernées par le sujet (toutes sans déficience intellectuelle) durant les mois d'aout et septembre 2016 et nous avons ainsi obtenu une vingtaine de réponses. L'échantillon est faible et la méthodologie est tout à fait critiquable. Nous ne prétendons pas faire ici une étude sociologique ou statistique. Souhaits et propositions issues du forum internet de Asperansa ont aussi été exploités. Les propositions concernent les personnes autistes de "haut niveau de fonctionnement", ou Asperger. Certaines propositions peuvent concerner tout le spectre de l'autisme. Nous ne prétendons pas parler au nom des autistes. Le document (62 pages) est téléchargeable ici Les photos sont de Luna TMG Conclusion Cette enquête permet de constater que les personnes autistes veulent le respect de leur liberté, de leur subjectivité. Elles veulent pouvoir s'épanouir personnellement, au plan social et culturel, et être autonomes au sein de la société. Elles veulent pouvoir accéder à un travail qui tiendra compte de leur fonctionnement, c'est-à-dire de leurs intérêts, si elles le désirent et le peuvent. Elles ont besoin, tout au long de la vie, mais de façon variable, d'une aide humaine, technique et financière pour s'épanouir et vivre de façon indépendante. Elles désirent, en majorité, pouvoir conduire. Elles doivent pouvoir bénéficier de l'AAH, de la PCH aides humaines et techniques. Des SAVS et SAMSAH doivent intervenir en tenant compte de leurs différences. Elles veulent participer à des groupes d'entrainement aux habiletés sociales, bénéficier de thérapies cognitivo-comportementales. Ces moyens doivent être accordés par les MDPH et la Sécurité Sociale. Elles veulent être acteurs dans des GEM (groupes d'entraide mutuelle).»
[...]
« Nous espérons que cette enquête vous sera utile et que ce document vous servira à mieux cerner les besoins des adultes autistes. Questionnaire et statistiques 4 Rappel du questionnaire à destination des jeunes adultes autistes 4 Statistiques concernant les participants 5 Quotidien 10 comment être indépendant des parents? 10 ressources et AAH 12 logement 13 gestion quotidienne 15 aide humaine 16 permis de conduire 18 Transports publics 20 Vie sociale 21 aide par un SAVS 21 vie sociale 23 loisirs 24 participation aux GEM (groupes d'entraide mutuelle) 26 vie affective, sentimentale et sexuelle 27 parent autiste d'enfants 29 Police, gendarmerie 30 Etudes 31 continuation des études 31 université et grandes écoles 33 cas des grandes écoles 35 Emploi 37 orientation professionnelle 37 centre de préorientation 39 entretien d’embauche 40 accompagnement dans l’emploi 42 télétravail 44 ESAT 45 Santé 4 7 accès aux soins 47 cartes et outils pour communiquer 50 suicide 51 Hôpital Psychiatrique, Urgences 53 accès au diagnostic 54 Autres 56 représentation des personnes autistes 56 divers 58 outils informatiques 59 Conclusion 60 »...
Source: http://blogs.mediapart.fr | Source Status

<< Sommaire
blogs.mediapart

Maltraitance presumee sur des handicapes : une lanceuse d'alerte devant la justice toulousaine « Article « Cote Toulouse 17/10/2016

«Lundi 17 octobre, Céline Boussié est convoquée devant le TGI de Toulouse après avoir dénoncé des actes de maltraitance au sein de l'IME de Moussaron, dans le Gers. Les détails. La salariée qui avait dénoncé les maltraitances présumées de l'institut médico-éducatif de Moussaron sera jugée par le tribunal de Toulouse (Photo d'illustration : © Fotolia) « Le lanceur d'alerte est une personne qui, dans le contexte de sa relation de travail, signale un fait illégal, illicite et dangereux, touchant à l'intérêt général, aux personnes ou aux instances ayant le pouvoir d'y mettre fin ». Cette définition de Transparency International, Céline Boussié l'a faite sienne. Travaillant en tant qu'aide médico-psychologique à l'Institut médico-éducatif (IME) de Moussaron à Condom, dans le Gers, entre 2008 et 2013, elle a décidé de briser le silence - et le secret professionnel - sur ce qu'elle dit avoir vu dans son quotidien : des actes de maltraitance envers des personnes handicapées. Mise en examen en septembre 2015 Mise en examen en septembre 2015 comme présidente de l'association nationale Handi'Gnez-vous - et non comme ancienne salariée de la structure - elle a fait l'objet d'une plainte pour diffamation de la part de la direction de l'IME de Moussaron. Céline Boussié est poursuivie en tant que présidente de l'association Handi-Gnez vous (Photo : DR) Céline Boussié est poursuivie en tant que présidente de l'association Handi-Gnez vous (Photo : DR) C'est donc une audience éminemment symbolique qui se tiendra lundi 17 octobre 2016 à partir de 13h au Tribunal de grande instance de Toulouse, où de nombreuses personnes sont attendues en soutien à l'ex-salariée. Ce dossier est emblématique : celui d'un pays, la France, qui a 40 ans de retard sur la prise en charge du handicap, explique Céline Boussié. Vidéo de son interview sur LCI qui a abouti à sa plainte pour diffamation : Trois condamnations pour diffamation L'IME de Moussaron et la maltraitance, c'est vingt ans de soupçons et une histoire judiciaire chargée. Car le cas de Céline Boussié et son attaque pour diffamation n'est pas isolé. En 1995 et 1999, trois anciens salariés de Moussaron, Didier Borgeaud, Christelle Cornier et Bernadette Collignon, avaient déjà signalé des dysfonctionnements s'apparentant à de la maltraitance et avaient été attaquées en justice pour ces mêmes raisons. Tous trois avaient été condamnés. L'IME de Moussaron mis en cause par l'ONU En janvier 2016, c'est carrément l...˜ONU (Organisation des Nations Unies) qui met en garde la France sur la question des droits de l'enfant...¦ et cite expressément « l'exemple » gersois. Quels sont les systèmes de recours, les mécanismes prévus pour éviter l'impunité comme celle qui a eu lien dans le cadre de l'institut Moussaron ?, déclarait notamment le rapporteur du comité des droits de l'enfant de l'ONU. En janvier 2014, la diffusion d'un reportage de l'émission Zone interdite, sur M6, fait l'effet d'une bombe, où l'institut avait été filmé en caméra cachée dans son quotidien. Des images qui avaient bouleversé l'opinion, entrainé la mise sous tutelle provisoire de l'établissement de la part de la ministre en charge du Handicap de l'époque, Marie-Arlette Carlotti, en novembre 2013 (ainsi qu'une plainte pour abus de bien social et abus de confiance), et valu à la chaine le Prix Média de l'association Enfance Majuscule en juillet 2015. La journaliste Wendy Bouchard également poursuivie Un reportage qui n'a pas été sans conséquences, puisque Céline Boussié n'est pas seule dans la barque : Wendy Bouchard, qui dirigeait la rédaction de Zone interdite au moment de la diffusion, a elle aussi été poursuivie pour diffamation. > A VOIR : Le reportage diffusé dans Zone interdite, le 20 janvier 2014 Malgré ce contexte, plusieurs plaintes contre l'IME sont classées sans suite en 2015 par le procureur de la République d'Auch, Pierre Aurignac.»...

<< Sommaire
actu.cotetoulouse

Une lanceuse d'alerte poursuivie pour diffamation apres avoir denonce des maltraitances sur des handicapes - France 3 Midi-Pyrenees 17/10/2016

«'Institut médico-éducatif de Moussaron (Gers) au coeur en 2013 d'une vive controverse attaque en diffamation la lanceuse d'alerte, ex salariée, qui avait révélé des actes de maltraitance. Une audience de consignation se tenait ce lundi devant le Tribunal correctionnel de Toulouse. Pour avoir dénoncé la maltraitance sur des résidents handicapés à l'Institut médico-éducatif (IME) de Moussaron (Gers), Céline Boussié était convoquée ce lundi devant le tribunal correctionnel de Toulouse pour une audience de consignation dans le but de fixer la date de son procès. Elle est poursuivie pour diffamation par son ex-employeur. L'audience a été renvoyée au 13 janvier 2017.»
[...]
«Salariée de l'IME en 2013, elle avait alors joué le rôle de "lanceuse d'alerte" dans les médias pour y dénoncer des pratiques d'un autre âge envers les handicapés les plus vulnérables. L'affaire avait fait grand bruit. Même l'Agenre Régionale de Santé avait dénoncé en octobre 2013 une situation de "maltraitance institutionnelle" alors que cinq plaintes étaient déposées par les familles des résidents (dont 4 ont depuis été classées sans suite) après notamment la diffusion d'un documentaire de M6 tourné en caméra caché et montrant des images insoutenables de mauvais traitements. Pour avoir préféré dire tout haut ce que de nombreux professionnels constatent tout bas, la vie de Céline Boussié a basculé. Licenciée, elle est devenue présidente de l'association "Handi'Gnez-vous", qui milite pour la bientraitance dans les établissements médico-sociaux. Les propos qu'elles continue à tenir dans les médias ne sont pas du goût de la nouvelle direction de l'IME de Moussaron qui a engagé contre elle une plainte pour diffamation qui a valu à Céline Boussié une mise en examen. Céline Boussié a reçu de nombreux appuis, parmi lesquels celui d'Antoine Deltour, le lanceur d'alerte des LuxLeaks. »...

<< Sommaire
france3-regions.francetvinfo

Grossesse : des antidepresseurs associes a des troubles du langage 17/10/2016

«La grossesse, une période d'épanouissement ? Pas pour toutes les femmes enceintes. 10 % d'entre elles souffrent de dépression au cours des neuf mois de la gestation. Plusieurs traitements sont possibles, dont les antidépresseurs. Mais certaines molécules sont sous le feu croissant des critiques. C'est le cas des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), autorisés pendant la gestation. Et pourtant, une étude de plus jette le doute sur leur innocuité. Parue dans le JAMA Psychiatry, elle établit un lien entre la prescription de ces médicaments et la survenue de troubles du langage chez les enfants exposés in utero.»
[...]
«Les chercheurs se montrent prudents face à de tels résultats. Ils soulignent qu’aucun lien de causalité ne peut être établi. Des études plus poussées seront nécessaires pour l’affirmer. Mais ça n’est pas la première fois que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine sont remis en cause. En effet, ils sont soupçonnés de traverser la barrière du placenta, qui protège le bébé. La paroxétine, notamment, a été pointée du doigt par plusieurs travaux. Les derniers en date établissent un lien avec des malformations fœtales. Sur un plan plus large, ces traitements ont été liés à des troubles neuro-développementaux comme l’autisme ou l’hyperactivité. Un dossier bien suspect pour cette classe de médicaments qui reste autorisée sans limitation. Le Centre de référence sur les agents tératogènes (CRAT) conseille ainsi la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline, le citalopram ou l’escitalopram pour les femmes enceintes. Il souligne tout de même l’importance de limiter les prises en charge médicamenteuses : ne doivent être traitées que les femmes dont les symptômes ne sont pas gérés autrement. »...

<< Sommaire
pourquoidocteur

Sante mentale : le Conseil national cible les jeunes 17/10/2016

«Les troubles mentaux figurent dans le top 3 des pathologies les plus fréquentes. Les médecins généralistes sont au coeur de la prise en charge mais un cas sur deux n'est pas repéré. Face à ce constat, les rapports se sont multipliés, sans effet notable. Manque de coordination, cibles mal définies...¦ Les obstacles sont nombreux. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a décidé de prendre le dossier à bras le corps. Ce 10 octobre, elle a annoncé la création d'un Conseil national de la santé mentale. Avec cette décision, la ministre suit les recommandations de Michel Laforcade. Le directeur général de l'Agence régionale de santé (ARS) de la région Nouvelle-Aquitaine lui a remis un rapport dédié à la santé mentale. Il souligne l'importance de coordonner les efforts dès la prévention. En France, une personne sur cinq souffrira un jour d'une maladie psychique. Des ruptures de soins La ministre de la Santé a placé un sociologue à la tête de ce Conseil national de la santé mentale, Alain Ehrenberg. Ce chercheur au CNRS pilote plusieurs travaux sur ce thème. Il sera secondé par un comité de pilotage dédié à la psychiatrie, sous l'égide du spécialiste Yvan Halimi. A leurs côtés, d'autres organismes qui gravitent dans le secteur des pathologies psychiques ou psychiatriques. Car c'est bien l'objectif du Conseil : coordonner les différents champs de la prise en charge des patients et assurer leur cohérence.»
[...]
«Les missions du Conseil s’articuleront autour de quatre axes prioritaires. Le bien-être des enfants et des jeunes est placé au cœur du dispositif. Nombre de pathologies surviennent en effet lors de la puberté. Mais ce constat inclut aussi le cas épineux des jeunes patients autistes. Seuls 20 % d’entre eux sont scolarisés. Un mauvais bilan régulièrement dénoncé par les associations. Or, le rapport Laforcade l’exprime clairement : l’accès à la scolarisation est nécessaire. »...

<< Sommaire
pourquoidocteur

Video Martin Winckler suscite la colere de medecins et de patients 16/10/2016

«Dans son livre Les brutes en blanc, qui vient de paraitre, Martin Winckler, résident aujourd'hui au Canada, dénonce le comportement de bon nombre de médecins qui feraient acte de violence verbale ou de discriminations à l'égard des patients. Selon cet ancien généraliste, la tradition du médecin mandarin continuerait à hanter les couloirs des hôpitaux. Il affirme même que la maltraitance des médecins à l'égard des patients fait partie du logiciel français. Face à autant d'attaques, l'ensemble du monde de la santé n'a pas tardé à réagir. Florilège des réactions. En tête de la contre-offensive, on trouve bien évidemment le CNOM. L'Ordre des médecins regrette que Martin Winckler ait fait le choix « de la caricature et de l'amalgame pour assurer la publicité de ses écrits ». L'Ordre ajoute qu'il défendra « l'engagement quotidien des médecins, et condamnera toute tentative d'altérer le lien de confiance très fort qui unit nos concitoyens à leur médecin ». L'institution affirme cela avec des chiffres à l'appui. L'Ordre et les syndicats vent debout Le constat de Martin Winckler est « une aberration » contredite par les résultats de sa grande consultation menée en 2015 rappelle l'Ordre. 97 % des patients disent, c'est vrai, avoir une « bonne relation » avec leur médecin traitant, 95 % avec les médecins libéraux et 91 % avec les hospitaliers. Et un vrai dialogue semble exister entre les deux parties, puisque 94 % des patients estiment « qu'ils comprennent ce que le médecin leur explique », et 87 % affirment même que « le médecin consulté les a écouté avec attention ».»...

<< Sommaire
pourquoidocteur

Speech-generating devices: effectiveness of interface design-a comparative study of autism spectrum disorders. - PubMed - NCBI 15/10/2016

«Abstract BACKGROUND: We analyzed the efficacy of the interface design of speech generating devices on three non-verbal adolescents with autism spectrum disorder (ASD), in hopes of improving their on-campus communication and cognitive disability. The intervention program was created based on their social and communication needs in school. Two operating interfaces were designed and compared: the Hierarchical Relating Menu and the Pie Abbreviation-Expansion Menu. METHODS: The experiment used the ABCACB multiple-treatment reversal design. The test items included: (1) accuracy of operating identification; (2) interface operation in response to questions; (3) degree of independent completion. Each of these three items improved with both intervention interfaces. RESULTS: The children were able to operate the interfaces skillfully and respond to questions accurately, which evidenced the effectiveness of the interfaces. CONCLUSIONS: We conclude that both interfaces are efficacious enough to help nonverbal children with ASD at different levels.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Pour le soutien public aux GEM Autisme 13/10/2016

«Nous sommes un groupe de personnes Autistes, et souhaitons constituer un GEM (Groupe d'Entraide Mutuelle) comme nous le permet la loi n° 2005-102 du 11 aout 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Nous aurions pour cela besoin d'un financement de l'ARS (Agence Régionale de la Santé), afin de payer le loyer de notre point d'accueil ainsi que le salaire de la personne chargée de nous encadrer. Néanmoins, selon les directives de l'ARS, ces financements sont réservés aux personnes en situation de ...˜maladie psychique', ce qui n'est pas notre cas puisque l'Autisme constitue souvent un handicap mais n'est pas considéré (suivant certains experts) comme une maladie. Est-il normal que nous soyons en situation de difficulté psychique, souvent fortement discriminés (ce qui est mesurable en termes d'échecs scolaires, de difficultés à l'emploi, d'internements en hôpital psychiatrique), souvent psychiquement malades en conséquence de notre condition, et qu'on nous refuse sur la base de données psychiatriques des aides destinées à aider les personnes en souffrance psychique à s'intégrer de façon autonome à la société ?»...

<< Sommaire
gemautisme.wesign

Rapport de Michel Laforcade relatif a la sante mentale - Sante - Ministere des Affaires sociales et de la Sante 13/10/2016

«Conformément aux demandes exprimées dans la lettre de mission de Madame Marisol Touraine, Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits de femmes, en date du 27 novembre 2014, le présent document comporte quelques traits originaux. Le présent rapport a pour oblet d'élaborer des réponses concrètes permettant d'accompagner la mise en oeuvre de la loi de modernisation de notre système de santé sur la question de la santé mentale. La question n'est pas tant de redire dans quel sens doit évoluer le système de santé que de proposer comment y parvenir, avec quels leviers, quelles alliances, quelles coopérations entre acteurs, quelles méthodes et quels moyens.»
[...]
«pdf Rapport de Michel Laforcade relatif à la santé mentale Téléchargement (11.8 Mo) »...

<< Sommaire
social-sante.gouv

Active interoceptive inference and the emotional brain | Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences 11/10/2016

«Abstract We review a recent shift in conceptions of interoception and its relationship to hierarchical inference in the brain. The notion of interoceptive inference means that bodily states are regulated by autonomic reflexes that are enslaved by descending predictions from deep generative models of our internal and external milieu. This re-conceptualization illuminates several issues in cognitive and clinical neuroscience with implications for experiences of selfhood and emotion. We first contextualize interoception in terms of active (Bayesian) inference in the brain, highlighting its enactivist (embodied) aspects. We then consider the key role of uncertainty or precision and how this might translate into neuromodulation. We next examine the implications for understanding the functional anatomy of the emotional brain, surveying recent observations on agranular cortex. Finally, we turn to theoretical issues, namely, the role of interoception in shaping a sense of embodied self and feelings. We will draw links between physiological homoeostasis and allostasis, early cybernetic ideas of predictive control and hierarchical generative models in predictive processing. The explanatory scope of interoceptive inference ranges from explanations for autism and depression, through to consciousness. We offer a brief survey of these exciting developments. This article is part of the themed issue ...˜Interoception beyond homeostasis: affect, cognition and mental health'.»...

<< Sommaire
rstb.royalsocietypublishing

Troubles ''dys'': detection inegale et prise en charge trop tardive - L'Obs 10/10/2016

«Partager ce contenu Paris (AFP) - Les troubles de l'apprentissage de la lecture, de l'orthographe ou encore des activités numériques sont mieux connus aujourd'hui mais leur détection, le plus souvent à l'école, est inégale, et leur prise en charge encore tardive. "Il y a des progrès mais cela reste très lent en France, comparé par exemple au Royaume-Uni", déclare à l'AFP Vincent Lochmann, président d'honneur de la fédération française des "dys" (ffdys), qui organise lundi la 10ème journée des "dys". C'est souvent à l'école que se manifestent ces troubles de l'apprentissage. Dès deux ou trois ans pour la dysphasie, vers la fin du CP pour la dyslexie, un peu plus tard pour la dysorthographie. Dans une communication de septembre 2015, l'Académie nationale de médecine évaluait la fréquence des troubles "dys" à "environ 8% des enfants d'âge scolaire". La recherche progresse mais l'origine de ces troubles reste encore mal comprise.Tous les enseignants ne sont pas sensibilisés à ces problématiques, regrette M. Lochmann. On ne leur demande pas d'établir un diagnostic --ce n'est pas leur rôle-- mais de signaler que tel enfant a des difficultés dans les apprentissages élémentaires.»...

<< Sommaire
tempsreel.nouvelobs

Vers une nouvelle education des enfants autistes ? 06/10/2016

«Comment accompagner un enfant autiste en respectant son intelligence propre ? Pour Laurent Mottron, éduquer un enfant autiste ne consiste pas à le rendre moins autiste mais à favoriser son accès à notre monde, même si celui-ci emprunte des chemins différents. Il est temps de refonder notre perception de l'autisme. Aux antipodes de la psychanalyse comme des techniques d'inspiration behavioriste, ce spécialiste mondial de l'autisme remet en question l'approche de l'intervention précoce intensive pour les enfants autistes et propose de fonder une autre approche basée sur les forces des autistes.»...

<< Sommaire
franceinter

Autisme et psychanalyse: une BD comme exutoire! 06/10/2016

«Autisme et psychanalyse: une BD comme exutoire! Vous ne connaissez pas encore Le Psychanalyste Parfait est un Connard ? Il sort le 17 Octobre dans toutes vos librairies et est déjà en pré-commande! Des témoignages Rares sont les parents d'enfants autistes qui n'ont pas été confrontés, durant leur parcours, à ce genre de « professionnels » de l'autisme un peu inquiétants...¦ Culpabilisant les mères, experts en surinterprétation et aux réponses évasives. Ce livre illustré pointe les meilleures « perles » de psychanalystes , de toute la France, au sujet de l'autisme. Si certaines anecdotes sont directement inspirées du parcours de la maman co-auteur du livre, le travail de recherche qu'a fourni le duo Peter Patfawl (dessinateur) et Maud Lacroix, a permis la réalisation du livre! Des centaines de familles ont apporté leur témoignage, essence de ce livre, et ont décidé d'en rire avec les auteurs! Rire pour dénoncer Voilà toute l'idée du livre! Derrière ce titre aguicheur se cache une réflexion très profonde et recherchée. Mixant bandes dessinées et textes sarcastiques mais sérieux, ce livre explique aux parents victimes mais aussi aux non initiés les origines de la psychanalyse et les différentes théories (toutes plus abracadabrantes les unes des autres) auxquelles l'autisme est associé. En dire plus gâcherait le plaisir! Alors n'hésitez plus, et commandez le directement ici >>»...

<< Sommaire
associationpetitbonheur

Ecole recherche des AVS, c'est urgent ! 02/10/2016

«L'école élémentaire de Monbahus est située à la sortie du village et ses locaux permettent de travailler dans de bonnes conditions ; la cour est particulièrement bien aménagée avec ses accessoires fixes et les enfants disposent de nombreux jeux et d'un bel espace. L'établissement est en RPI avec Montignac et l'on constate en cette rentrée une stabilité de l'équipe enseignante ; à savoir que les 3 classes regroupent un effectif stable lui aussi même si l'on ne refuserait pas d'avoir quelques enfants de plus !»
[...]
«Il fait vraiment bon vivre en cette école de village mais il y a tout de même un hic : il manque 3 AVS (en contrat dit d'insertion) afin de pouvoir aider à la scolarisation de 3 jeunes écoliers handicapés… Il y a urgence ! Contact tél.05 53 01 69 63. »...

<< Sommaire
ladepeche

Quelle finalite pour quelle Ecole ? | France Strategie 02/10/2016

«La crise de sens qui traverse l'Ecole interroge le nombre et la nature des missions qui lui sont confiées. Quelle école voulons-nous ? Question éminemment politique qui exige de disposer en amont d'une vision globale de l'Ecole et de ses finalités possibles. Rapport - Quelle finalité pour quelle Ecole ? (PDF - 1.09 Mo ) Dossier de presse - Quelle finalité pour quelle Ecole ? (PDF - 2.91 Mo ) Auteur(s) Son Thierry Ly De la logique « méritocratique » Notre école va mal. On en attend trop, or elle ne peut pas tout faire. C'est en somme le constat dont est parti le groupe de travail à l'origine de ce rapport. L'Ecole est aujourd'hui prise en tenaille entre plusieurs objectifs, parfois contradictoires. Elle se doit avant tout d'être garante de l'égalité des chances en offrant à tous les élèves le même enseignement. C'est la logique méritocratique à la base de notre contrat social. Assurer une compétition scolaire (formellement) équitable légitime une distribution des places dans la société, déterminée ensuite, plus qu'ailleurs en France, par le diplôme. Mais il lui est aussi demandé de faire de tous les élèves des citoyens éclairés et des adultes employables, d'assurer la mixité sociale, de sensibiliser à l'écologie...¦ La force et le nombre de ces attentes, légitimes, questionnent la primauté accordée à la mission de sélection méritocratique des élites par l'Ecole. Cette priorité implicite rend en effet toute autre finalité, au mieux secondaire, au pire impraticable, notamment parce qu'elle suppose un enseignement uniforme. La contradiction justifie de poser clairement la question des finalités que nous souhaitons assigner au système scolaire. Quelle école voulons-nous ? Que serait-elle surtout si l'objectif de sélection était retardé et que le système pouvait être organisé autrement que par et pour la compétition ? Bref, si « tout ne s'y jouait plus »»
[...]
«Et si l’École n’imposait plus de programmes mais aidait chaque élève à s’épanouir dans sa singularité et à se construire un projet personnel ? Ce serait en l’espèce l’objectif d’une école ayant pour finalité l’accomplissement de la personnalité de l’élève. Où son bien-être et un climat scolaire apaisé seraient des objectifs en soi. Où le temps scolaire ne serait plus seulement celui de la transmission des savoirs mais également celui de la socialisation et de l’émancipation. Une école où chaque élève aurait son propre parcours, avec des objectifs pédagogiques spécifiques et des enseignements déterminés par son projet de réalisation (et non par une norme à atteindre). Une école où les acquis seraient validés par la réalisation du projet de l’élève, où les établissements seraient autonomes et les enseignants tuteurs. »...

<< Sommaire
strategie.gouv

Exploring the relationship between cortical GABA concentrations, auditory gamma-band responses and development in ASD: Evidence for an altered maturational trajectory in ASD - Port - 2016 - Autism Research - Wiley Online Library 01/10/2016

«Abstract Autism spectrum disorder (ASD) is hypothesized to arise from imbalances between excitatory and inhibitory neurotransmission (E/I imbalance). Studies have demonstrated E/I imbalance in individuals with ASD and also corresponding rodent models. One neural process thought to be reliant on E/I balance is gamma-band activity (Gamma), with support arising from observed correlations between motor, as well as visual, Gamma and underlying GABA concentrations in healthy adults. Additionally, decreased Gamma has been observed in ASD individuals and relevant animal models, though the direct relationship between Gamma and GABA concentrations in ASD remains unexplored. This study combined magnetoencephalography (MEG) and edited magnetic resonance spectroscopy (MRS) in 27 typically developing individuals (TD) and 30 individuals with ASD. Auditory cortex localized phase-locked Gamma was compared to resting Superior Temporal Gyrus relative cortical GABA concentrations for both children/adolescents and adults. Children/adolescents with ASD exhibited significantly decreased GABA+/Creatine (Cr) levels, though typical Gamma. Additionally, these children/adolescents lacked the typical maturation of GABA+/Cr concentrations and gamma-band coherence. Furthermore, children/adolescents with ASD additionally failed to exhibit the typical GABA+/Cr to gamma-band coherence association. This altered coupling during childhood/adolescence may result in Gamma decreases observed in the adults with ASD. Therefore, individuals with ASD exhibit improper local neuronal circuitry maturation during a childhood/adolescence critical period, when GABA is involved in configuring of such circuit functioning. Provocatively a novel line of treatment is suggested (with a critical time window); by increasing neural GABA levels in children/adolescents with ASD, proper local circuitry maturation may be restored resulting in typical Gamma in adulthood.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

Genetic findings are challenging the symptom-based diagnostic classification system of mental disorders. - PubMed - NCBI 01/10/2016

«Abstractin English, Chinese The present diagnostic classification of mental illnesses is primarily based on symptomatology. A recent cross-disorder genome-wide association study revealed that there were genetic similarities between multiple clinically defined diagnoses (including schizophrenia, bipolar disorder, depression, attention deficit hyperactivity disorder, and autism spectrum disorder) on regions of chromosomes 3p21 and 10q24 and single-nucleotide polymorphisms (SNPs) within two L-type voltage-gated calcium channel subunits of CACNA1C and CACNB2. These findings suggest that the pathogenesis of these five independent disorders are related. Such cross-disorder genetic studies challenge the current symptom-based diagnostic classification of mental disorders. Researchers need to identify creative ways to bridge the gap between these two approaches to understanding and labelling mental disorders.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Picture Exchange Communication System and Pals: A Peer-Mediated Augmentative and Alternative Communication Intervention for Minimally Verbal Presch... - PubMed - NCBI 30/09/2016

«Abstract Purpose: This study was conducted to investigate the effectiveness of a social intervention that integrates peer-mediated approaches and the Picture Exchange Communication System (PECS). Method: Effects were evaluated using a series of A-B designs replicated across 4 children with severe autism and limited verbal skills. Seven peers without disabilities were trained to use PECS and facilitative social skills. Measures of changes included rates of communication behaviors, modes, functions, and engagement. Results: Outcomes revealed an intervention effect for 1 child with autism, and this effect was replicated across 3 other children. All children improved in peer-directed communication, with greater increases for 2 children during snack time. For each child with autism, the primary communication behavior was to initiate with picture symbols to request; the peer's primary communication was to respond. Two children increased communicative functions to comment and to share, and all 4 children showed improved social engagement. All peers increased their communication with the children with autism. Conclusions: These findings add to the limited research on the benefits of teaching typically developing peers to be responsive listeners to preschoolers with autism by learning to use PECS. These results invite further investigation of teaching peers other augmentative and alternative communication approaches and how to increase children's communication with peers for different purposes.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Accessing parental perspectives to inform the development of parent training in autism in south-eastern Europe: European Journal of Special Needs Education: Vol 0, No 0 30/09/2016

«Abstract Parent training has been shown to be an important means of supporting families living with autism - but such services are not universally accessible. A multinational project funded by the European Commission has been developed in order to establish such parent training in three south-eastern European countries. To ensure that the training was relevant and appropriate, a survey was carried out in autumn 2015 to ascertain the attitudes of parents of children with autism in Croatia, Cyprus and the Former Yugoslav Republic of Macedonia regarding this issue, and to identify the areas of training that they felt most important. Two hundred and fifty-three surveys were distributed, and 148 were returned, a response rate of 58%. Respondents in the three counties were overwhelmingly positive about parent training, with almost 90% stating that they would like to attend such training. Weekend training sessions were preferred by the majority of respondents. There was wide variation between the three countries with regard to what content was felt important to be included, with parents in the FYR of Macedonia seeking information in the greatest number of areas. Five topics were prioritised by parents across all three countries. These were: ...¢ Strategies for enhancing my child's communication ...¢ Strategies on facilitating my child's interaction with other children ...¢ Sensory integration and development ...¢ General information on behavioural management strategies ...¢ Identifying and/or developing socialisation opportunities»...

<< Sommaire
tandfonline

Prenatal Selective Serotonin Reuptake Inhibitor Use and the Risk of Autism Spectrum Disorder in the Children: A Systematic Review and Meta-Analysis. - PubMed - NCBI 29/09/2016

«OBJECTIVE: To determine whether an up-to-date systematic review and meta-analysis of observational studies would support the previously suggested associations regarding prenatal selective serotonin reuptake inhibitor (SSRI) use and the risk for autism spectrum disorders (ASD) in children. METHODS: PubMed/MEDLINE, Cochrane Central Register of Controlled Trials and Reprotox databases were searched; observational studies with an exposed and unexposed group were included. RESULTS: The meta-analysis of case-control studies demonstrated a significantly increased risk of ASD in the children whose mothers were prenatally exposed to SSRIs during different exposure time windows (except third trimester). The qualitative review of the cohort studies suggested inconsistent findings. CONCLUSIONS: The significant association between preconception-only SSRI exposure and ASD in the children and negative/inconsistent findings among cohort studies weaken the significant associations detected in this meta-analysis. We suggest that confounding by indication still cannot be ruled out regarding prenatal SSRI exposure and ASD in children.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Exclusion sociale des personnes autistes Wikipedia 29/09/2016

«L'exclusion sociale des personnes autistes, parfois désignée par le néologisme d...²autismophobie, résulte d'une longue histoire où les individus dont le comportement est jugé indésirable étaient exclus de la société. Les politiques publiques et les découvertes scientifiques ont permis d'améliorer la prise en charge et la qualité de vie des personnes avec troubles du spectre autistique aux XXe et XXIe siècles. L'ONU a affirmé les droits des personnes autistes à vivre parmi la société sans être discriminées, en 2005 et 2008. Une politique d'intégration, puis d'inclusion sociétale des personnes autistes est menée, les pays scandinaves et anglo-saxons étant considérés comme les plus avancés. En 2015, le conseil des droits de l'homme a constaté la persistance de négations des droits humains des personnes autistes dans de nombreux pays, tant en Europe qu'en Afrique. L'accès des personnes autistes à l'éducation et à l'emploi peut être difficile, sinon impossible, en raison de préjugés liés à leur handicap social et de particularités médicales dues à l'autisme lui-même, comme l'hypersensibilité. Il en résulte une situation de dépendance et des internements en hôpital psychiatrique à haut cout financier, dans des conditions qui ne respectent pas toujours les droits humains fondamentaux, notamment par l'utilisation de fortes doses de médicaments et de systèmes de contention. Les personnes autistes qui vont à l'école subissent souvent du harcèlement scolaire. Les femmes sont vulnérables aux agressions sexuelles. Les compétences professionnelles des personnes autistes sont fréquemment sous-estimées, leur taux de chômage atteignant 75 à 90 % en Europe. Cet ensemble de difficultés entraine un taux de suicide 28 fois supérieur à la moyenne chez les enfants et adolescents, des angoisses et des dépressions, ainsi qu'une réduction de l'espérance de vie d'environ 18 ans.»
[...]
«D'après l'étude de Christine Philip, Ghislain Magerotte et Jean-Louis Adrien (2012), « les lois et règlements ne suffisent pas ». Pour faire disparaître les discriminations envers les personnes autistes, notamment pour l'accès à l'éducation, il semble nécessaire qu'une « philosophie de l'appartenance se diffuse parmi les professionnels », afin de véhiculer « des valeurs et un certain regard sur la différence ». La diffusion de cette philosophie doit s'appuyer selon eux sur les personnes directement concernées, comme les parents d'enfants autistes, et sur des professionnels persévérants22. Ils insistent sur la nécessité de promouvoir une « éducation inclusive ». Dans les pays les plus avancés en ce domaine, Italie et Suède, l'inclusion « s'inscrit dans un processus de rénovation de tout l'enseignement », qu'ils rapprochent d'une « révolution copernicienne », avec un changement de regard des partenaires, passé d'un modèle médical qui insiste sur les déficiences et les incapacités « à un modèle qui considère que l'enfant apprend à tout âge, si les conditions d'environnement lui sont favorables »25. »...

<< Sommaire
fr.wikipedia

'Autism trainer' abuse caught on camera - BBC News 28/09/2016

«"Horrifying" practices have been exposed in London that supposedly "cure" people with autism, during which clients are subjected to shouting and intimidation. An undercover researcher who had a hidden camera posed as a man with autism and was verbally abused and mimicked by a trainer for hours.»...

<< Sommaire
bbc

Handicap : la demande de compensation repensee pour plus de simplicite | Modernisation 28/09/2016

«Handicap : la demande de compensation repensée pour plus de simplicité Les services publics se simplifient et innovent 1622 Handicap : la demande de compensation repensée pour plus de simplicité 07.09.16 Handicap : la demande de compensation repensée pour plus de simplicité Le formulaire de demande auprès des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) est l'interface de dialogue entre l'usager et l'administration. Sa refonte, au coeur des travaux de simplification des processus d'accès à la compensation, a été co-pilotée par le SGMAP, la caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) et la direction générale de la cohésion sociale (DGCS), en impliquant les associations d'usagers. C'est une mesure de simplification qui était particulièrement attendue : offrir aux usagers en situation de handicap des procédures plus simples en partant de leurs besoins. La demande de compensation figure, en effet, parmi les démarches administratives jugées particulièrement complexes. La diversité des situations à prendre en compte et la multiplicité des dispositifs existants font qu'il est difficile de faire valoir ses droits en temps et en heure. Pour les primo-demandeurs, le temps de traitement des dossiers dépasse régulièrement les quatre mois, délai prévu par la loi. Un tiers des dossiers déposés sont incomplets et, de ce fait, nécessitent plusieurs allers et retours - parfois jusqu'à cinq ou six - entre les demandeurs et les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). Créées par la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, ces structures sont chargées d'accueillir les demandeurs, les guider, instruire leurs dossiers, procéder à l'évaluation des situations et formuler des recommandations quant aux réponses à apporter, qu'elles soient financières, matérielles, humaines ou techniques.»
[...]
« Traduire les ambitions de la loi dans les faits Cette complexité, inhérente au champ du handicap, se double d'un accroissement continu, depuis plusieurs années, du nombre de dossiers à traiter. L’augmentation se tasse légèrement, mais elle dépasse encore deux chiffres dans certains départements. Plus de 4 millions de demandes par an, concernant près de 1,7 million de personnes, sont instruites par les MDPH. Le SGMAP, la CNSA et la DGCS travaillent de concert Le projet IMPACT (innover et moderniser les processus MDPH pour l'accès à la compensation sur les territoires), mené entre début 2014 et fin 2015, a été conduit conjointement par trois services de l'État : le secrétariat général pour la modernisation de l'action publique (SGMAP), la caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), qui anime le réseau de MDPH, la direction générale de la cohésion sociale (DGCS). La phase initiale de diagnostic a mis en évidence la complexité de traitement des dossiers, une qualité de décision inégale selon les MDPH et la difficulté à traduire dans les faits quelques-unes des ambitions de la loi de 2005 : raisonner d'abord usagers et non plus dossiers et prendre en compte les projets de vie des demandeurs. Ce dernier point est essentiel pour appréhender les répercussions d'un handicap sur la vie personnelle ou professionnelle. Un formulaire recentré sur la situation du demandeur Une des premières réalisations de l'équipe projet, en lien avec les équipes de deux MDPH pilotes (le Nord et le Calvados), a consisté à repenser le formulaire papier. Celui-ci avait été organisé autour d’une liste de droits et de prestations qu’il revenait à l’usager de sélectionner pour en demander l’ouverture, exigeant de ce dernier qu'il comprenne le cadre de chaque dispositif, pourtant très complexe. Dans les faits, cela entraînait un grand nombre de refus en réponse à des demandes infondées (jusque 40% sur certaines prestations) et, en miroir, du non recours à des dispositifs moins connus. La refonte du formulaire procède d’une nouvelle logique : guider l’usager dans la description de sa situation et l’expression de son projet de vie (besoins et attentes), pour permettre aux experts de lui proposer le bouquet de droits et prestations le plus adapté à son cas particulier. Un travail au long cours « La conception du nouveau formulaire papier a pris 18 mois. Cela peut sembler très long, mais il faut bien comprendre qu'il a fallu au préalable analyser le métier des MDPH, revoir les processus internes, redéfinir les liens avec les usagers, identifier les inducteurs de charge et construire les outils pour y faire face », détaille Charles Franko, chef de projet au sein du service Appui du SGMAP. Le formulaire, objet moins trivial qu'il ne paraît, constitue le point de convergence entre la problématique d'un usager et le fonctionnement d'une administration. La nouvelle version du formulaire s'est étoffée, passant de quatre à douze pages. Elle a été bien reçue par les groupes pilotes grâce à une structure modulaire incluant des sections facultatives et une plus grande lisibilité. Recueillir d'emblée toutes les informations nécessaires « L'ensemble des partenaires l'a trouvé extrêmement complet, se réjouit Roselyne Masson, responsable du pôle partenariat institutionnel à la direction de la compensation de la CNSA. Si le formulaire est bien rempli, il n'y a pas besoin de solliciter de nouveau le demandeur, ce qui fait gagner du temps à tout le monde et raccourcit les délais de traitement. » Une démarche identique a été menée avec le certificat médical, qui encapsule la majorité des données cliniques, également nécessaires à l'évaluation de la situation de la personne. S'il n'est pas suffisamment renseigné par le médecin de l’usager, une nouvelle visite avec un médecin de la MDPH doit être organisée, ce qui contribue à allonger le délai d'instruction des dossiers. Le nouveau certificat médical a été repensé pour en faciliter la prise en main par les médecins traitants (clarification des questions, harmonisation des échelles d’évaluation, développement d’un format numérique pré-remplissant les certificats médicaux ultérieurs). Les usagers impliqués dans la refonte du formulaire Une fois les grandes lignes tracées, un travail minutieux a été conduit avec l'ensemble des parties prenantes (médecins, associations et usagers volontaires) pour revisiter ces deux documents administratifs. Dans le cas du formulaire, l'enjeu consistait à valider et peaufiner la logique de questionnement en allant jusqu'à l'ajustement des formulations. « Nous avons fait du mot à mot pour lever toute équivoque et s'assurer d'être compris par le plus grand nombre », se rappelle Charles Franko. Une expérimentation a ensuite été menée dans le Calvados, un des deux départements pilotes avec le Nord. La crainte de voir les droits des usagers revus à la baisse a été levée et c'est même le contraire qui a été constaté. Des prestations supplémentaires ont été identifiées grâce au nouveau formulaire, en particulier pour les primo-demandeurs. Le téléservice renforce les possibilités d'accompagnement Les travaux sur les formulaires papier se sont prolongés sur le web. Ils ont donné lieu à une expérimentation d'une version dématérialisée du formulaire dans les deux départements pilotes. Depuis, la Charente-Maritime et la Meurthe-et-Moselle l'ont adopté à leur tour. Les premiers retours ont montré l'appétence des usagers. « Le nouveau formulaire et, a fortiori, le téléservice aident à guider les demandeurs dans leur démarche, mais ils constituent également un vrai outil de soutien à l'accueil des usagers pour les MDPH ou des structures partenaires », observe Roselyne Masson. La mise en place du téléservice participe à l'informatisation du processus de traitement des dossiers et favorise la centralisation des informations et leur partage entre les professionnels chargés de l'évaluation de la situation des demandeurs. En proposant une vue globale, elle contribue à recentrer la problématique sur l'usager plutôt que sur les quelques éléments de dossier, qui sont habituellement échangés sur des supports papier. Armelle Decourcelle, de la MDPH de Meurthe-et-Moselle, et deux usagers du service en ligne témoignent : Des bénéfices qui dépassent le cadre du projet IMPACT La phase de projet proprement dite est aujourd'hui bouclée. Les nouveaux formulaires, qui ont été stabilisés à l’issue des expérimentations, seront prochainement soumis à la certification Cerfa avant d'être mis à la disposition du public. Quant au téléservice, son adoption est actée, les modalités pratiques d'un déploiement généralisé sont en cours de discussion. En attendant, IMPACT a déjà produit des effets, dont certains dépassent le périmètre initial du projet. « Les travaux sur le formulaire, papier ou en ligne, et sur le processus d'évaluation irriguent d'autres chantiers que nous menons en parallèle, comme l'harmonisation des systèmes d'information des MDPH ou le référentiel de missions et de qualité de service », note Roselyne Masson. Une équipe projet pluridisciplinaire La réussite d'IMPACT est à mettre au crédit d'une méthode participative et ouverte, impliquant acteurs institutionnels et associatifs, aux niveaux national et local. Elle tient également à la complémentarité des profils réunis au sein de l’équipe de pilotage. Les quatre chefs de projet de la CNSA et de la DGCS apportaient leurs compétences métiers, les deux du SGMAP leur savoir-faire en matière de transformation et de modernisation. Elle découle enfin de la confiance réciproque entre les équipes, qui ont su faire dialoguer les expertises et aménager, sur la durée, des espaces de co-construction avec le terrain et les représentants associatifs. « La mécanique a bien fonctionné, conclut Roselyne Masson, même s'il n'a pas été facile de mobiliser des équipes terrain pendant deux ans ». »...

<< Sommaire
modernisation.gouv

Les processus de parentalite au coeur de l'autisme 2/2 | Le Club de Mediapart 27/09/2016

«Suite de Les processus de parentalité au coeur de l'autisme 1/2 Tous les parents sans exception reprochent au CMPP leur impéritie ou, à tout le moins, leur manque de prise de position s'agissant de poser un diagnostic : « Le pire du pire pour nous dans notre parcours au niveau de la prise en charge c'est le CMPP. (...¦) C'est ce qui nous a fait le plus de mal. (...¦) (...¦) Si je devais résumer le CMPP, ignorance, incompétence, inaction, pessimisme et mensonge, cela dit c'est des gens instruits.» ; « Le problème avec les CMPP, c'est qu'ils donnent jamais de diagnostic, avec le côté psychanalytique, ils te disent qu'avec le diagnostic, si tu donnes une étiquette, tu vas t'enfermer là-dedans. Il pense que c'est plus destructeur, mais cette façon de penser crée plus de difficultés. Tu arrives dans un système de non-dits et ça, ça fait beaucoup de dégâts.» ; « Comme je ne cache rien, je dis à l'orthophoniste du CMPP, ça y est on va enfin avoir un diagnostic, à priori ça serait un syndrome d'Asperger, et je vois qu'elle balaie ça et que ça n'a pas d'importance pour elle. Ils ne veulent pas poser de diagnostic, ça ils me l'ont dit après. Vous vous rendez pas compte ils m'ont dit, ils m'ont traité de tout, on m'a dit que j'étais néfaste. Rendez vous compte, on m'a dit, vous collez des symptômes à votre enfant qu'il n'a pas forcément. Posez un diagnostic ça n'a pas d'intérêt, pour eux il faut prendre l'enfant tel qu'il est, quand il ne refuse pas purement et simplement le diagnostic. (...¦) A la limite ils auraient pu me dire, ben on n'est pas capable de poser un diagnostic, mais on vous oriente ailleurs, j'aurais très bien accepté ça, mais non, et puis il nous ont pas aidé dans les réunions à l'école, pour eux tout allait bien. Il envoyait un assistant social qui venait et qui ne connaissait pas du tout l'enfant, et avec le dossier papier, il disait que tout allait bien et en face l'école disait, ben non ça va pas du tout ! ». Certains écueils semblent visiblement imputables à des aiguillages déficients, ou inopérants. Toutes ces déclarations n'ont rien de surprenant, quand on sait que certains professionnels du secteur infanto-juvénile psychiatrique prône « une forme d'évitement de la pratique diagnostique considérant que la catégorisation nosographique prive le sujet de sa liberté d'évolution et que la réponse thérapeutique peut s'affranchir du travail de diagnostic. » (Assouline 2010, p.647) De plus, les structures de type CMPP ne semblent visiblement par répondre aux attentes parentales en terme de réponses adaptées concernant les prises en charges psycho-éducatives et développementales des enfants: « Ben les CMPP, on reste toujours dans les même prises en charge, de la psychomot', de l'orthophonie, et c'est difficile d'en sortir. Une prise en charge trop ciblée selon vous ? Oui, oui, voilà ! ». A l'unisson, les familles nous ont fait état des délais d'attente ahurissants auxquels elles sont confrontées et nous ont exprimé leur désarroi face à des professionnels insuffisamment formés ou à l'impossibilité d'obtenir des réponses à leurs multiples interrogations.»
[...]
«La majorité des parents interrogés nous ont aussi exprimé les difficultés éprouvées au regard de la lourdeur des démarches administratives, notamment auprès de la MDPH, lorsqu’il s’agit d’obtenir le financement de la prise en charge éducative et/ou thérapeutique de leur enfant : « Avec la MDPH, ça a été compliqué, compliqué, parce que leur demande, leurs documents à compléter déjà ! On sait pas trop ce qu’ils veulent, je...ouais c’est compliqué ! J’ai dû faire des recours pour avoir des prises en charge d’accepter. Je voulais qu’il me prenne en charge la psychologue en libéral, il me disait non, parce qu’il y avait des psy au CMPP et moi ça m’était insupportable parce que je les connaissais et je voulais plus y retourner, donc j’ai poser un recours à la commission. Je suis arrivé avec mes décomptes d’assurance maladie. J’ai dit voilà 6 ans de CMPP, c’est 39000 euros et ils n’ont pas réussi à me poser un diagnostic, et ils n’ont pas réussi à m’orienter. Donc je leur ai prouvé que ça a coûté 39000 euros à la société alors que moi je demande 42 euros par mois pour une psychologue qui fait un travail formidable et qui reconstruit mon enfant. Et j’ai gagné mon recours ! » ; « Il faut dire…les dossiers MDPH, c’est totalement imbuvable leurs trucs, c’est imbuvable et il faut toujours justifier tout. (…) Moi ce qui me fatigue, c’est qu’il faut les refaire tous les ans. Par exemple mon dossier est complètement fractionné, l’année dernière j’avais AEEH et PCH, le problème c’est que tout est scindé, j’ai pas les mêmes dates de début et de fin alors c’est compliqué (…) A la MDPH, ils comprennent pas certaines choses alors tu es obligé de jongler sur les mots, pour avoir la PCH, parce que j’étais pas évalué par rapport à ce que je mettais en place. Tous les ans, ils sont censés à la MDPH, en fonction de tes frais, soit ils te proposent le complément de l’AEEH, soit la PCH, ils sont censés te proposer et toi tu choisis ce qui est plus avantageux pour toi. Et je n’ai jamais été évalué ! » ; « A la MDPH, ils m’ont dit on prend pas en charge le soutien scolaire, je lui ai dit ce n’est pas du soutien scolaire, c’est vraiment de la rééducation, c’est une méthode éducative, et non pas moyen, pour eux, c’est pas du fait de son handicap, alors on s’entend pas. On me dit il faut que ça contribue à l’autonomie de l’enfant, alors je leur dis, ben on y est. Après je rencontrerai finalement une assistante sociale qui se rend compte et qui me dira finalement, ah oui c’est bien du fait de son handicap et donc elle le dossier, ça passe finalement en commission et j’ai mon accord PCH ! ». Nous avons pu mesurer les sacrifices induits par l’investissement financier des parents, surtout lorsque que les aménagements nécessaires sont pris en charge tardivement : « Avec les délais, toute l’année dernière, on a pas eu de financement, alors que je voulais augmenter la prise en charge. ». A la lumière de ces éclairages, on peut conjecturer le cadre tensionnel dans lequel évoluent les parents du fait que « le désir que 1'enfant apparaisse aussi normal que possible dans la vie sociale est contredit par le besoin d'obtenir des aides administratives et humaines, ces aides n'étant obtenues que si le "stigmate" du handicap est suffisamment affirmé. » (Famille et handicap dans le monde : analyse critique de travaux de la dernière décennie 1982, p.74). e) L’expertise profane parentale au service de l’enfant en situation de handicap Les entretiens nous ont permis de prendre la mesure des compétences parentales s’agissant de déceler les signes distinctifs constitutifs de l’autisme chez leurs enfants (tels que des troubles de la relation sociale ou dans le contact, des déficits communicationnels etc.), leur permettant de supposer la différence, même en l’absence de connaissances spécifiques : « C’était difficile au départ, parce que c’était notre premier et j’avais pas trop d’expérience, ni autour de moi, j’avais remarqué dès le départ qu’il y avait quelque chose au niveau auditif, (…), il faisait des bonds à la maternité dès que le personnel rentrait dans la chambre. (…) A la maison le simple fait de ranger les couverts dans le lave-vaisselle, il se mettait à hurler (…) on s’est pas trop inquiété parce qu’il a parlé tôt et il avait un bon niveau de langage.» ; « Avec du recul, je m’aperçois que mon enfant me parlait, mais il me parlait surtout des sujets qui l’intéressait lui. Normalement la vraie communication, c’est un échange. ». L’expertise parentale s’avère toute aussi décisive s’agissant de prendre en charge le devenir sur le plan développemental de leur enfant, ou de déceler des compétences et des habiletés particulières, qu’ils souhaitent bien évidemment mettre à profit et développer : « Tu te rends compte que les meilleures formations où tu t’inscris, le trois quart c’est des parents qui les font, et là tu te dis, comment ça se fait qu’il connaissent pas ça à l’école.» ; »...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Projet pour l'enfant : un outil utile, mais perfectible -- Caisse des Depots 27/09/2016

«L'ONPE (Observatoire national de la protection de l'enfance, rattaché à l'Observatoire national de l'enfance en danger - Oned) publie un rapport d'étude intitulé "Le projet pour l'enfant : état des lieux, enjeux organisationnels et pratiques". Le projet pour l'enfant (PPE) est l'une des principales avancées introduites par la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l'enfance, elle-même modifiée par la loi du 14 mars 2016 relative à la protection de l'enfant (voir notre article ci-contre du 22 mars 2016). Elaboré pour chaque mineur bénéficiant d'une prestation d'aide sociale à l'enfance (ASE), le projet pour l'enfant est "un document unique [...]
qui vise à garantir son développement physique, psychique, affectif, intellectuel et social. Ce document accompagne le mineur tout au long de son parcours au titre de la protection de l'enfance".»
[...]
« Un positionnement et une finalité qui ont évolué Tout en confirmant l'avancée représentée par le PPE - en particulier "le souci affiché de sécurisation des parcours, notamment en matière de cohérence et de continuité" -, l'étude relève que le projet pour l'enfant souffre de "l'oscillation observée entre des ambitions en tension les unes avec les autres et plus particulièrement en ce qui concerne les droits des familles et l'intérêt de l'enfant" (le PPE ayant été conçu à l'origine pour améliorer l'association des familles). L'outil s'est en effet progressivement recentré sur les besoins de l'enfant, une évolution réaffirmée avec force dans la loi du 14 mars 2016 relative à la protection de l'enfant. Au-delà de la question du positionnement et de la finalité du PPE, se pose aussi celle de la mise en cohérence des actions éducatives, et de l'évaluation de leur opportunité et de leurs résultats. Sur ce point, l'apport du PPE est indéniable et les lois de 2007 et de 2016 ont encore renforcé le rôle du président du conseil départemental comme chef de file de la protection de l'enfant et garant du droit de l'enfant à bénéficier d'une protection adaptée à ses besoins fondamentaux. La loi de 2016 a également renforcé les mécanismes de concertation et de réévaluation régulière du PPE. Un dispositif complexe Le rapport estime toutefois que "ces ambitions affichées par le législateur et soutenues par de nombreux acteurs de terrain, renforcent la complexité de l'appropriation et du déploiement de l'outil". Une complexité encore renforcée par le flou de la loi de 2007 sur les modalités de mise en œuvre du PPE. Le référentiel qui doit être élaboré en application de la loi de 2016 devrait donc apporter des éclaircissements bienvenus. L'ONPS pointe aussi "la multiplication des outils de formalisation du travail avec les familles qui se superposent les uns aux autres sans qu'aucune réflexion ne soit menée sur leur caractère redondant et le manque de lisibilité qui peut en découler, tant pour les familles que pour les professionnels". Au-delà du constat, le rapport formule aussi une douzaine de préconisations. Il s'agit notamment de mieux respecter le cadre légal (en particulier sur le droit des familles à l'accompagnement) et d'instaurer une démarche d'élaboration du PPE cohérente avec le droit des familles. Il s'agit aussi d'inscrire davantage le PPE dans le projet de service de l'ASE, de mieux définir les temporalités (par exemple en fixant un délai de trois mois pour l'élaboration du PPE, à partir de la décision relative à la mesure ASE) et d'élaborer des références communes. Clarifier le contenu du dossier individuel de l'ASE En termes d'architecture globale de la protection de l'enfance, l'ONPE préconise de "mettre à plat dans chaque département les règles de communication et d'articulation des documents accompagnant le suivi de l'enfant et de garantir une véritable intervention partenariale autour de lui", mais aussi de "mener avec l'ensemble des acteurs une réflexion sur les enjeux et clarifier juridiquement le contenu d'un dossier individuel à l'ASE". De façon plus large, le rapport recommande de développer le partenariat autour de l'enfant, "pensé dans une approche politique globale". Enfin, en termes de pratiques d'intervention, l'ONPE préconise de réaffirmer et de mettre en pratique les règles éthiques et de "définir précisément l'organisation départementale nécessaire à l'implantation du PPE". »...

<< Sommaire
localtis

Quelle finalite pour quelle Ecole ? | France Strategie 27/09/2016

«La crise de sens qui traverse l'Ecole interroge le nombre et la nature des missions qui lui sont confiées. Quelle école voulons-nous ? Question éminemment politique qui exige de disposer en amont d'une vision globale de l'Ecole et de ses finalités possibles. Rapport - Quelle finalité pour quelle Ecole ? (PDF - 1.09 Mo ) Dossier de presse - Quelle finalité pour quelle Ecole ? (PDF - 2.91 Mo ) Auteur(s) Son Thierry Ly De la logique « méritocratique » Notre école va mal. On en attend trop, or elle ne peut pas tout faire. C'est en somme le constat dont est parti le groupe de travail à l'origine de ce rapport. L'Ecole est aujourd'hui prise en tenaille entre plusieurs objectifs, parfois contradictoires. Elle se doit avant tout d'être garante de l'égalité des chances en offrant à tous les élèves le même enseignement. C'est la logique méritocratique à la base de notre contrat social. Assurer une compétition scolaire (formellement) équitable légitime une distribution des places dans la société, déterminée ensuite, plus qu'ailleurs en France, par le diplôme. Mais il lui est aussi demandé de faire de tous les élèves des citoyens éclairés et des adultes employables, d'assurer la mixité sociale, de sensibiliser à l'écologie...¦ La force et le nombre de ces attentes, légitimes, questionnent la primauté accordée à la mission de sélection méritocratique des élites par l'Ecole. Cette priorité implicite rend en effet toute autre finalité, au mieux secondaire, au pire impraticable, notamment parce qu'elle suppose un enseignement uniforme. La contradiction justifie de poser clairement la question des finalités que nous souhaitons assigner au système scolaire. Quelle école voulons-nous ? Que serait-elle surtout si l'objectif de sélection était retardé et que le système pouvait être organisé autrement que par et pour la compétition ? Bref, si « tout ne s'y jouait plus » ?»
[...]
«Des alternatives possibles C’est à cette question que répond le rapport en examinant trois modèles idéaux d’école répondant, chacun, à une finalité alternative : préparer les élèves au monde professionnel, accomplir leur personnalité et transmettre une culture commune. Le propos n’est pas normatif mais prospectif. Il ne s’agit pas de recommander l’une ou l’autre de ces finalités ou de les poser comme exhaustives mais d’imaginer ce que ces changements de paradigme impliqueraient comme transformations, au regard du modèle existant. Une école tournée vers la préparation au monde professionnel impliquerait notamment une coopération active des entreprises, un décloisonnement des mondes de la formation initiale et continue, une territorialisation de l’école, la définition d’un cursus modulaire structuré autour de savoirs socioprofessionnels, le recrutement d’experts-formateurs et d’enseignants rompus à la pédagogie partenariale, une spécialisation progressive (plutôt qu’une « orientation ») et un système d’évaluation par crédits permettant de valider des seuils d’acquisition de compétences (plutôt que des « diplômes couperets »). Et si l’École n’imposait plus de programmes mais aidait chaque élève à s’épanouir dans sa singularité et à se construire un projet personnel ? Ce serait en l’espèce l’objectif d’une école ayant pour finalité l’accomplissement de la personnalité de l’élève. Où son bien-être et un climat scolaire apaisé seraient des objectifs en soi. Où le temps scolaire ne serait plus seulement celui de la transmission des savoirs mais également celui de la socialisation et de l’émancipation. Une école où chaque élève aurait son propre parcours, avec des objectifs pédagogiques spécifiques et des enseignements déterminés par son projet de réalisation (et non par une norme à atteindre). Une école où les acquis seraient validés par la réalisation du projet de l’élève, où les établissements seraient autonomes et les enseignants tuteurs. À l’inverse des précédentes, la finalité de transmission d’une culture commune est déjà assez présente dans le système scolaire. Elle suppose de déterminer collectivement les savoirs indispensables à transmettre à tous les élèves pour en faire des citoyens éclairés et, en conséquence, de se doter d’une instance indépendante ayant la légitimité suffisante pour imposer une telle norme. Pour autant, le plus gros défi ne serait peut-être pas tant celui-ci que celui posé par l’hétérogénéité des élèves et de leur motivation. S’il s’agit de ne pas « retomber » dans le travers de la sélection, alors il faut prévoir un accompagnement fort et une pédagogie pensée pour amener tous les élèves à trouver du sens à ce qu’ils apprennent. Seraient également nécessaires dans ce modèle : le travail en équipe des enseignants, l’implication des parents, des évaluations formatives (plutôt que sommatives), la valorisation des efforts des élèves, le découplage baccalauréat/accès à l’enseignement supérieur et l’autonomie des équipes pédagogiques. Ces visions alternatives sont-elles utopiques ? Sans doute. Mais c’est précisément parce qu’elles le sont qu’elles ont le pouvoir d’éclairer les transformations qu’impliquerait un changement de finalité visant à reconstruire une École cohérente avec ses missions. »...

<< Sommaire
strategie.gouv

Rapport CNESCO Inegalites sociales et migratoires : comment l'ecole les amplifie ? 27/09/2016

«Le Cnesco a mobilisé 22 équipes de chercheurs français et étrangers (sociologues, économistes, didacticiens, psychologues). Ce travail collectif, jamais accompli en France, permet de mesurer et de comprendre l'ampleur et les formes réelles des inégalités sociales et migratoires et comment l'école française fabrique de l'injustice scolaire. Le rapport du Cnesco tend à montrer que les inégalités sociales à l'école empruntent des formes multiples : inégalités de traitement dans les ressources d'apprentissage dont les élèves disposent réellement à l'école, inégalités dans leurs résultats scolaires, inégalités sociales dans les orientations, dans les diplômes et même dans le rendement des diplômes sur le marché du travail. L'école hérite d'inégalités familiales mais produit, en son sein, à chaque étape de la scolarité des inégalités sociales de natures différentes qui se cumulent et se renforcent.»...

<< Sommaire
cnesco

Qui a le droit de parler au sein de l'Education nationale ? - Liberation 27/09/2016

«Il savait qu'il prenait un risque en s'exprimant dans la presse. Il savait aussi que c'était un moyen de mettre les responsables politiques face à leurs contradictions, en montrant ce décalage insupportable entre discours et réalité. Christophe Barrand est proviseur du lycée Turgot, dans le IIIe arrondissement de Paris. En juin, il apprenait que 83 % des nouveaux élèves de seconde affectés dans son établissement étaient boursiers, tous issus de milieux défavorisés, donc. Pendant ce temps, dans d'autres lycées de la capitale, le nombre de boursiers est sous la barre des 10 %. Où est l'ambition de mixité sociale, pourtant défendue par la ministre de l'Education nationale et surtout inscrit dans la loi de refondation de l'école de 2013 ? C'était l'un des engagements de ce gouvernement de gauche et un enjeu central dans une société divisée. Cet été, Christophe Barrand s'est exprimé, dans Libération notamment. Il est très rare que des chefs d'établissement s'expriment franchement devant des journalistes. La plupart du temps, ils demandent l'anonymat ou tiennent un discours convenu, par peur des remontrances de leur hiérarchie. A 59 ans, le proviseur de Turgot se sentait plus libre car proche de la retraite. Alors nous lui avons proposé de raconter, au fil de l'année, son métier sous forme de journal de bord. Un point de vue de l'intérieur sur le fonctionnement de l'institution, avec son lot d'interrogations, de critiques et d'espoirs. Au fil des épisodes, il aurait été question d'autonomie, d'atelier hip-hop, de logements de fonction, de bac pro...¦ Il y a eu donc sur notre site un premier épisode, titré «Les parents savent qu'un enjeu de société se joue là». Mais l'histoire s'arrête. Deux heures après la parution de l'article, Christophe Barrand est convoqué au rectorat de Paris. Il en est ressorti en expliquant qu'il valait mieux s'en tenir là. «Certains propos rapportés et exprimés dans le cadre de ses fonctions étant inexacts et notablement inappropriés quant au bon fonctionnement de l'établissement, il a été rappelé à Monsieur le proviseur le devoir de réserve qui s'applique à l'ensemble des fonctionnaires», justifie le rectorat. L'histoire pose (au moins) une question, fondamentale dans une démocratie : celle du devoir de réserve des fonctionnaires. Jusqu'où doivent-ils se taire ? «Les fonctionnaires ne doivent pas dénigrer leur hiérarchie mais ils sont aussi des serviteurs de la République, et donc de l'intérêt général. A ce titre, non seulement ils ont la possibilité de parler mais le devoir de le faire si la situation se justifie», rappelle Antony Taillefait, professeur de droit à Angers, et auteur de plusieurs ouvrages sur la déontologie des fonctionnaires. Il y démontre combien la situation a évolué au cours des quinze dernières années, «dans toutes les administrations, l'obéissance s'est transformée en docilité.» Plus personne n'ose parler. La mixité sociale dans les établissements scolaires n'est-elle pas un enjeu d'intérêt général justifiant de s'exprimer ? Pendant ce temps, la ministre communique à tous crins. Et continue de dire que la mixité est l'un de ses combats.»...

<< Sommaire
liberation

Comment le systeme educatif francais aggrave les inegalites sociales 27/09/2016

«Des inégalités sociales à l'école, produites par l'école elle-même...¦ C'est la démonstration que fait le Conseil national d'évaluation du système scolaire (Cnesco), en rendant publiques, mardi 27 septembre, les conclusions d'une vingtaine de rapports. Tout un spectre de la recherche - des sociologues aux économistes, des didacticiens aux psychologues, français et étrangers - a été mobilisé deux années durant, pour interroger ce mythe de l'égalité des chances dans notre système éducatif. Et rendre plus transparente la fabrique de l'injustice scolaire. Ce n'est pas la faute de l'enseignement privé, dont la responsabilité a encore été pointée du doigt, récemment dans nos colonnes, par l'économiste Thomas Piketty, en tout cas concernant Paris. Pas non plus celle des stratégies familiales ou de la crise économique. Ce vaste travail met en cause trente ans de politiques éducatives qui, au lieu de résorber les inégalités de naissance, n'ont fait que les exacerber. On le sait maintenant depuis plusieurs années : d'élève moyen dans les années 2000, l'école française est devenue la plus inégalitaire de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). L'enquête internationale PISA, dont on attend la prochaine mouture en décembre, vient le rappeler tous les trois ans. Baisse des résultats des élèves défavorisés, amélioration du niveau des élites : le fossé se creuse.»...

<< Sommaire
lemonde

Hugo Horiot: la sagesse d'un autiste devenu comedien 26/09/2016


«Hugo Horiot est comédien. Il est également autiste. Il revient sur son enfance dans un ouvrage publié aux Editions de l'Iconoclaste, "Carnet d'un imposteur" En 1990, l'écrivain Françoise Lefevre publiait un livre intitulé "Le petit prince cannibale" sur sa propre histoire avec son petit garçon, autiste, Hugo. Le petit prince a bien grandi. Il a raconté, à son tour, son enfance, en 2013, dans "l'Empereur c'est moi". Et voici que dans un nouveau livre intitulé "Carnet d'un imposteur", il nous parle cette foi-ci de sa vie d'adulte, de sa paternité, et de son métier de comédien. Le titre de ce dernier livre, Hugo Horiot l'explique pour plusieurs raisons. "La première c'est que je pense que chacun, à un moment de sa vie, a pu se sentir un imposteur. Chacun a pu aussi être considéré comme un imposteur, et chacun, à un moment de sa vie, a pu rencontrer des imposteurs. On l'a tous été au moins un jour dans notre vie. J'ai feint une normalité durant quinze ans" explique-t-il. "La notion de normalité n'existe pas vraiment. La normalité change en fonction des cultures, des époques etc...¦ N'importe quel autiste ne souffre pas d'être autiste. Il souffre du regard des autres par rapport à son autisme" précise Hugo Horiot, qui est passé d'une quinzaine d'années sans parler, à quinze autres années de parole, de libération, pour finalement devenir comédien.»...

<< Sommaire
rcf

Affaire LE MUR : le retour du boomerang ! 26/09/2016

«Affaire LE MUR : le retour du boomerang ! Les trois psychanalystes à l'origine de la procédure pour censure de mon film « Le MUR, la psychanalyse à l'épreuve de l'autisme » intentée en 2011 ont reçu chacun il y a quelques jours une assignation leur réclamant 1,5 millions d'euros pour réparation du préjudice financier, sur le principe duquel la cour d'appel de Douai avait statué il y a deux ans en libérant mon film de toute censure et réhabilitant intégralement mon travail. Je rappelle qu'à l'origine les trois psychanalystes de l'Ecole de la Cause Freudienne réclamaient 290 000 euros à moi-même et la société de production Océan Invisible Productions et 290 000 euros supplémentaires à l'association Autistes Sans Frontières pour réparation d'une atteinte faite à leur réputation. La justice les a successivement débouté de toutes leurs demandes, et condamné à me/nous verser des dommages et intérêts. L'objectif de cette dernière procédure est de chiffrer le montant de ces dommages et intérêts pour réparation du préjudice moral et financier. Eh oui, quand on empêche une réalisatrice et une société de productions de travailler et d'exploiter le fruit de leur travail, cela chiffre très vite. Alexandre Stevens, Eric Laurent et Esthela Solano-Suarez ont repris pour avocat Me Christian Charrière-Bournazel. Moi et la société Océan Invisible Productions sommes défendues par Me Stefan Squillaci (cabinet Squillaci-Dupont-Moretti) et Me Sophie Janois. Affaire à suivre ! ;
•) Pour voir le film et connaitre son histoire, c'est ici : Produit par...¦»...

Source: http://fr-fr.facebook.com | Source Status

<< Sommaire
fr-fr.facebook

Handicap : Une nouvelle etape pour la Fnaseph 26/09/2016

«"J'avais un autre handicap : j'étais bon élève". Le 23 septembre, la Fnaseph, une fédération d'associations de parents d'enfants handicapés, fêtait ses 20 ans. Sur une génération, la place du handicap dans la société française a beaucoup changé. Mais la scolarisation dans le secondaire reste encore difficile. Et la Fnaseph s'attaque maintenant à l'accompagnement vers l'emploi. Un nouveau défi "sinon la loi de 2005 aura échoué", nous a dit Sophie Cluzel. Des témoignages dérangeants "Quand ma fille a eu son second CAP, on a compris qu'au delà de cette limite le ticket n'est plus valable", explique la maman de Léa, une jeune fille handicapée. C'est un des témoins réunis par la Fnaseph à l'occasion des 20 ans de l'association. Pour l'école le témoignage le plus fort est peut-être celui d'Etienne, un jeune mal entendant devenu ingénieur en informatique. "Au début on est très accompagné par une institutrice spécialisée et ses parents. Quand on arrive au collège, les enseignants disent qu'on est surprotégé. Et moi j'avais un autre handicap : j'étais bon élève. Les gens ne se rendent pas compte des efforts qu'on fait". La journée a commencé par une conférence de Charles Gardou, anthropologue et professeur à l'Université Lumière Lyon 2. "Souvent on parle de façon maladroite d'inclusion qui renverrait à l'idée d'inclure un élément étranger dans l'école. Mais il ne s'agit pas de faire de l'inclusion. Il faut travailler l'école pour la flexibiliser pour que chaque enfant y trouve sa place. Ce qui veut dire ne plus être obsédé par les normes", nous a-t-il dit. Pour lui, "c'est avant tout une affaire de culture. Pour modifier l'école, il faut y préparer les acteurs. Il faut de la formation pour accompagner le changement du métier". Pour Sophie Cluzel, présidente de la Fnaseph, les efforts à fournir dans l'Ecole visent surtout le secondaire. L'éducation nationale doit améliorer la formation. On fête les 20 ans de la Fnaseph. Mais vous parlez encore de "sortir de la galère". En 20 ans il n'y a pas eu de changements ? Il y a eu de grands changements en 20 ans. Le paysage a beaucoup changé. Le handicap a obligé les enseignants à travailler ensemble. D'une certaine façon le handicap est précurseur de la réforme du collège. Mais ce n'est pas encore la fluidité du pré scolaire et maintenant on s'attaque à l'après scolaire. C'est à dire l'accès à l'emploi. Il faut inviter l'accompagnement à l'emploi. Sinon la loi de 2005 aura échoué. Sur le plan scolaire les retards sont où ? C'est encore très compliqué au lycée. Quand l'enfant atteint 14 ans il y a encore de fortes pressions de l'environnement scolaire ou de la MDPH pour que l'enfant soit orienté en IM Pro. Et pour ceux qui accèdent au lycée une culture handicap qui n'est pas encore là. Au collège c'est mieux ? Au collège aujourd'hui ce qui nous soucie c'est le maillage des ULIS qui n'est pas encore à la hauteur des besoins. Ensuite la problématique du portage des projets personnalisés au sein du collège ou du lycée est encore problématique. Ca marche quand le chef d'établissement est impliqué. Sans cette dynamique on a du mal à ce que les informations spécifiques d'adaptation soient transmises d'un professeur à l'autre. Ce qui nous inquiète c'est la formation initiale. Les enseignants ne savent pas comment faire. Et on n'a pas de visibilité sur ce qui est fait en ESPE. Donc les enseignants restent assez démunis. C'est l'énergie d'un chef d'établissement, d'un CPE, d'un professeur principal qui peut faire la différence. Mais c'est encore souvent au parent d'aller expliquer à chaque professeur. La diffusion des besoins spécifiques et encore très difficile. CE qui génère beaucoup d'essoufflement dans la poursuite des études. C'est par usure sociale que les parents baissent les bras. Aujourd'hui quels sont les handicaps pour lesquels il y a le plus de difficultés à l'école ? Ce sont les troubles des apprentissages et les troubles des fonctions cognitives. La multiplicité de ces troubles avec leur grande diversité nécessite beaucoup de formation et d'analyse de pratiques. Il y a un énorme effort à faire pour l'éducation nationale pour former les enseignants.»...

<< Sommaire
cafepedagogique

Petition· Que feriez-vous s'il s'agissait de votre enfant? 25/09/2016

«Arthur est notre petit garçon de 3 ans. Il est porteur de trisomie 21 et comme pour beaucoup d'enfants handicapés en France, sa scolarisation ne se déroule pas à la hauteur de ses capacités et de ses droits. Après le lourd montage d'un dossier MDPH, une réunion d'équipe de suivi scolaire en amont de sa première rentrée des classes, 3 mois d'attente pour une notification qui ne répond pas à ses besoins réels, voici le résultat: Notre fils n'est pas "acceptable" à l'école plus de trois matinées par semaine et chaque jour, nous pouvons craindre une baisse de son temps scolaire. Pourquoi? Parce que la MDPH, soit toute une équipe pluridisciplinaire qui s'est réunie le 3 aout dernier pour évaluer son besoin d'adaptation, a statué sur un droit de 6 heures seulement d'accompagnement par une AESH pour une scolarité à temps complet en petite section de maternelle. Comment une enseignante, même aussi volontaire que la sienne, peut-elle dans de bonnes conditions faire face à ses 30 élèves, y compris notre fils, qui a besoin d'une attention particulière pour évoluer, lorsqu'une AESH ne peut être présente que 6 heures sur 24 par semaine? Comment peut-elle y faire face quand de surcroit, cette AESH n'est pas recrutée et n'est pas prête de l'être? Et bien, on explique à sa maman ce qui suit: "Vous vous y êtes prise trop tard pour faire votre demande..." dixit la MDPH "Il y a un délai de recrutement, au mieux il aura son AESH en novembre" ..."vous n'êtes pas les seuls à attendre votre AESH, vous devriez vivement poursuivre son accueil en crèche pour l'instant, vu que vous en avez encore la possibilité", et ce en dépit des "au revoir" que votre enfant s'est préparé à faire aux auxiliaires de la crèche en juillet dernier, en dépit de ses facultés de compréhension et d'expression,... " vous devriez même vous préparer à une orientation en établissement spécialisé...." dixit l'Inspection Académique»...

<< Sommaire
change

Depakine : une information judiciaire ouverte par le parquet de Paris 24/09/2016

«L'appel des familles victimes de la Dépakine a été entendu. Le parquet de Paris a annoncé ce 23 septembre le lancement d'une information judiciaire pour « tromperie aggravée » et « blessures involontaires ». Cette procédure suit l'enquête préliminaire en cours depuis septembre 2015. Selon l'AFP, qui cite une source judiciaire, les investigations porteront sur une période large, qui court de 1990 à avril 2015. Soit la période à partir de laquelle les risques du valproate de sodium étaient bien identifiés. 50 000 grossesses « Tromperie sur les risques inhérents à l'utilisation du produit et les précautions à prendre ayant eu pour conséquence de rendre son utilisation dangereuse pour la santé de l'être » : tel est l'intitulé exact de l'instruction ouverte par le parquet de Paris. Il reconnait donc les reproches adressés par les familles et l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) aux autorités sanitaires. Averties tôt des risques associés à la prescription de Dépakine pendant la grossesse, les instances concernées n'auraient rien fait pour améliorer l'information des patientes ou des professionnels de santé. Pour l'Association d'aide aux Parents d'Enfants souffrant du Syndrome de l'Anti-Convulsivant (Apesac), la situation est urgente : quelques 50 000 grossesses ont été exposées à au valproate de sodium, utilisé en tant qu'anti-épileptique ou dans le traitement des troubles bipolaires. C'est également l'estimation de Catherine Hill, épidémiologiste à l'Institut Gustave-Roussy (Villejuif, Val-de-Marne). Selon ses calculs, réalisés entre les années 1980 et 2014, plus de 12 000 personnes souffrent de séquelles liées à ce produit. Elle s'appuyait sur les récentes conclusions d'une étude de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Définir les responsables Il reste à espérer que cette investigation définisse les responsabilités. Car c'est à l'heure actuelle la principale zone d'ombre. Hormis le dernier rapport de l'Igas, qui conclut au manque de réactivité de l'ANSM et des laboratoires, rien ne permet de distinguer un coupable. Une lacune qui retarde la mise en place d'un fonds d'indemnisation des victimes. Ce n'est pas faute de volonté : la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a récemment déclaré que les victimes seraient rapidement dédommagées. Sans doute dans l'espoir d'accélérer la procédure, l'association Apesac a déposé plainte auprès du tribunal de grande instance de Paris ce 22 septembre. Représentée par le médiatique Maitre Charles Joseph-Oudin, elle a réclamé une enquête indépendante. « Malgré des plaintes individuelles de plusieurs familles (victimes de la Dépakine), déposées il y a seize mois pour certaines, à ce jour, aucune date n'a été communiquée concernant une quelconque information judiciaire », a déclaré l'association sur son site.»...

<< Sommaire
pourquoidocteur

Une mere suspectee d'avoir tue son fils autiste 24/09/2016

«Une information judiciaire pour assassinat a été ouverte à Nancy contre une femme de 39 ans, soupçonnée d'avoir tué de six coups de couteau son fils autiste de 14 ans, puis tenté de se suicider, selon parquet. Après le meurtre, qui remonte à mercredi, cette femme sans emploi, qui semblait "relativement isolée sur le plan social et familial", aurait tenté de mettre fin à ses jours en buvant des produits toxiques, a précisé la procureure adjointe de Nancy, Béatrice Bluntzer. Elle a été immédiatement prise en charge par les pompiers et admise à l'hôpital, où elle se trouvait toujours vendredi. La mère était seule, en état de choc, à son domicile de Landres, près de Briey (Meurthe-et-Moselle), lorsque les secours ont découvert le cadavre de l'adolescent ainsi que celui du chien de la famille. La suspecte a été brièvement placée en garde à vue, mais son état psychologique n'a pas permis aux enquêteurs de l'auditionner. Elle "avait seule la charge" de l'adolescent, et "de l'avis de tous, elle semblait s'en occuper très bien", selon la magistrate. "C'est une femme qui n'avait jamais fait parler d'elle. Elle venait d'un milieu modeste mais ne se plaignait jamais", a témoigné de son côté le maire de Landres, Marc Ceccato. Les parents de l'adolescent, scolarisé en Belgique dans un établissement spécialisé adapté à son handicap, étaient séparés.»...

<< Sommaire
lefigaro

The seekers: Why parents try fringe therapies for autism | Spectrum 22/09/2016

«When her daughter was diagnosed with autism in 2004, Ariane Zurcher threw herself into researching a condition she knew nothing about. Everything she read indicated a bleak future for Emma, then a toddler. It led Zurcher to believe Emma would never form deep relationships, and would probably lack empathy. She might have compulsive behaviors and meltdowns or try to harm herself. She might never speak or be toilet-trained, and, once Zurcher and her husband died, she might have to be institutionalized. Zurcher says she felt as though she were "descending into hell." "I was desperate to save my daughter," says Zurcher. "We went to everybody. We tried everything." She and her husband took Emma to neurologists, gastroenterologists, behavioral, speech and occupational therapists, nutritionists, naturopaths, a shaman and homoeopath, a craniosacral therapist and a Qigong master. A developmental pediatrician ...” who didn't take insurance, charged at least $200 per visit and had a months-long waiting list ...” recommended they call a psychic in Europe; the psychic, ironically, refused payment because she didn't pick up a ...˜signal' from them. They tried dozens of treatments that claimed to have ...˜recovered' children with autism, including numerous vitamin supplements, topical ointments, restrictive diets, chelation, hyperbaric oxygen therapy, brain scans, a so-called detoxification system and stem cell therapy. Zurcher is hardly alone in her pursuit for something ...” anything ...” that might alleviate symptoms of autism in her child. Up to 88 percent of boys and girls with autism in the United States receive some alternative treatment, according to various studies. Parents are enticed by alternative therapies that promise to do everything from improving social interactions to restoring speech. But there's no scientific evidence to support these purported benefits. Few of these therapies have been adequately tested for safety or efficacy, many come with a hefty price tag, and some are downright dangerous. "Once you start down that road, it's hard to stop," says Zurcher. As each intervention failed to help ...” much less ...˜cure' ...” Emma, Zurcher searched for the next one, feeling a surge of hope with each new possibility. "The allure of that one magic thing was so strong," she says, "rational thinking was suspended again and again."»...

<< Sommaire
spectrumnews

Intentional Professional Ignorance Of the Entire Autism Spectrum Cannot Continue 22/09/2016

«Far too many mental health professionals and physicians, not just psychiatrists, are still living in darkness with regard to autism. Considering that any licensed professional is obliged to complete some amount of continuing professional education to maintain their licensing credentials, and that autism has become a household word across the developed world, one would think that autism would be a prime topic for CPE credits. But noooo! I have personally encountered more than a few purported professionals who certainly ought to have gotten the autism memo by now but are still under the impression that only children can be diagnosed as autistic, or must be intellectually and/or verbally disabled in order to be considered autistic. The level of what most reasonable people would view as intentional ignorance in medical and mental health circles regarding autism is appalling, putting it mildly. With the explosion of Internet and media attention about autism, despite it affecting only one to two percent of the human population, there is absolutely no excuse for such ignorance in people who make it their life's work to understand human psychology and neurology. It's no wonder that so many of us who were children in the Sixties, Seventies and Eighties are still undiagnosed or misdiagnosed and suffer unnecessarily as a result of this regrettable state of affairs. No age-appropriate intervention or targeted behavioral therapies exist today for adult autistics who lack intellectual and/or verbal impairment. This simply cannot continue. Furthermore, the high/low functioning labels are absolutely inaccurate and pejorative. Strictly speaking, low-functioning is considered to be IQ 75 or lower, which only affects five percent of the entire population. I am high-functioning in low-stress situations and low-functioning in high-stress situations, as even many neurotypical people can be.»...

<< Sommaire
linkedin

Education. Les 60 000 postes promis par Hollande inscrits dans le budget 2017 22/09/2016

«Le projet de loi de finances de 2017 comprend la création de 12 842 postes dans l'Education nationale, a indiqué jeudi la rue de Grenelle, soulignant que l'engagement de François Hollande de créer 60 000 postes pendant son mandat était ainsi tenu. Les 12842 postes compris dans le projet de loi de finances 2017, pour création à la rentrée prochaine, s'ajoutent aux 47158 postes créés depuis 2012, soit 60000 postes au total. Quelque 54000 postes sont destinés aux écoles, collèges et lycées, 5000 à l'enseignement supérieur et 1000 à l'enseignement agricole.. Ces 60000 postes sont une des promesses emblématiques de la campagne de François Hollande avant la présidentielle de 2012, après les 80000 postes supprimés sous Nicolas Sarkozy. Manque de profs de maths et d'anglais Mais il ne suffit pas de les inscrire au budget pour que tous soient effectivement pourvus par des enseignants formés: certains postes sont dans les faits occupés par des contractuels, quand les concours d'enseignants n'ont pas fait le plein dans des zones peu attractives ou des matières « déficitaires » comme les mathématiques et l'anglais.»
[...]
«Par métier, on a 25 628 enseignants-stagiaires (en dernière année de formation et donc à mi-temps seulement devant une salle de classe), 310 conseillers principaux d'éducation-stagiaires, 20 261 enseignants-titulaires et 350 CPE, 4 251 emplois d'aide aux élèves en situation de handicap, 2 150 assistants d'éducations, 600 personnels médico-sociaux et 4 530 personnels administratifs »...

<< Sommaire
ouest-france

Inclusion scolaire : « Vingt ans de combat et toujours la galere. » 21/09/2016

«Le nombre de jeunes handicapés accueillis à l'école a doublé en dix ans. 77 % d'entre eux fréquentent ainsi un établissement ordinaire. C'est l'un des résultats du combat que mène, depuis 1996, la Fnaseph pour ouvrir l'école et la société civile aux jeunes handicapés. A l'occasion des vingt ans de la Fédération, bilan avec sa présidente, Sophie Cluzel. Faire Face : Le 23 septembre à Paris, la Fnaseph invite les familles - parents et jeunes en situation de handicap - à venir témoigner sur leur parcours d'inclusion scolaire et sociale. Quelles ont été les grandes avancées, en la matière, des vingt dernières années ? Sophie Cluzel : Sans aucun doute, le concept d'auxiliaire de vie scolaire (AVS) que nous avons imaginé et développé à partir de 1996 au sein de la Fnaseph. Nous avons été à l'origine de ce statut en élaborant son "cahier des charges", repris dans son intégralité par une circulaire en 2003. Auparavant, on nous disait : « On veut bien scolariser votre enfant mais il nous faut un accompagnant. » Les familles supportaient la charge financière de ces emplois. A force de militantisme, nous avons fini par faire reconnaitre à l'Etat que les missions des accompagnants relevaient du service public. En 2003, 3 000 contrats privés ont ainsi été transférés à l'Education nationale. Puis, est venue la loi de février 2005 inscrivant l'obligation de scolarisation des enfants handicapés. Aujourd'hui, environ 80 000 personnes travaillent en tant qu'accompagnants. Sophie Cluzel préside la Fnaseph depuis 2011. Sophie Cluzel préside la Fnaseph depuis 2011. Dernière étape en date pour nous, la parution en 2013 du rapport Komites sur lequel nous avons travaillé. Depuis, nous assistons à un début de réponse en termes de professionnalisation des AVS avec la création du Diplôme d'état d'accompagnant éducatif et social (DEAES) et la possibilité, pour ces accompagnants, d'obtenir un poste en CDI. « La problématique majeure de nos jeunes, c'est la montée en qualification. » FF : Malgré cela, il y a des ratés à chaque rentrée : absence d'AVS, refus de scolarisation...¦ S.C : C'est l'intitulé de notre programme d'anniversaire : "Vingt ans de combat et toujours la galère". Il n'existe toujours aucun service de ressources humaines à l'Education nationale pour les accompagnants. Conséquences : des recrutements tardifs, un manque de candidats et des élèves qui, à chaque rentrée, se retrouvent sans AVS...¦ Ce n'est pas le seul problème. Les accompagnants continuent d'être recrutés sans formation préalable, à temps partiel, au Smic horaire et sans possibilité d'évolution. Le CDI n'intervient qu'après six ans d'exercice. Quelle entreprise impose une période d'essai aussi longue à ses salariés ? La question de la précarité et du turn over n'est pas réglée. Surtout, la problématique majeure de nos jeunes, c'est la montée en qualification. Comment des AVS titulaires d'un DEAES de niveau V, inférieur au bac, peuvent-ils accompagner les jeunes dans le secondaire, voire au-delà ? Nous mettons les jeunes et leurs accompagnants en difficulté.»...

<< Sommaire
faire-face

#EduTSA Autisme & prise en charge - L'autisme et les troubles envahissants du développement (Eric Lemonnier) Autisme formations en ligne gratuites 21/09/2016

«Cette formation est composée de 2 modules :
• Module 1 : L'autisme et les troubles envahissants du développement (Eric Lemonnier) - Module 2 : Troubles du spectre de l'autisme : Recommandations de bonne pratique de la Haute Autorité de Santé (Valérie Caron) Elle propose d'apporter aux participants un éclairage sur ce qu'est l'autisme ainsi que différentes possibilités de prise en charge.»...

<< Sommaire
canalautisme

#EduTSA Guide «Scolariser les élèves autistes ou présentant des troubles envahissants du développement» 21/09/2016

«Guide «Scolariser les élèves autistes ou présentant des troubles envahissants du développement» Ce guide a pour objet de permettre aux enseignants de mieux connaitre les caractéristiques de l'autisme et des autres troubles envahissants du développement et leurs conséquences en termes d'apprentissage. Il doit ainsi les aider à mettre leurs capacités et leurs compétences professionnelles au service d'une pédagogie adaptée aux besoins des élèves porteurs de ces troubles. Destiné à faciliter la pratique pédagogique à l'écoute de l'usager, il propose des repères, des ressources et des pistes d'adaptations.»...

<< Sommaire
canalautisme

#EduTSA Comment travailler avec un eleve autiste en classe ? - Autisme formations en ligne gratuites 21/09/2016

«Cette formation, animée par Elisabeth BINTZ, est composée de 4 modules et dure un peu moins de 2 heures. Module 1 : Comment installer un élève autiste en classe Module 2 : La construction des compétences langagières chez l'élève avec Troubles Envahissants du Développement Module 3 : L'apprentissage de la lecture pour les élèves avec Troubles envahissants du Développement Module 4 : Enseigner les mathématiques à un enfant avec autisme»...

<< Sommaire
canalautisme

L'inclusion de quoi est-il question ? - Autisme formations en ligne gratuites 21/09/2016

«Cette formation vous propose de comprendre (à partir de témoignages et de séquences vidéo) les enjeux de l'inclusion scolaire. Elle est composée de 6 parties et dure environ 3 heures. Accéder à la formation Photo Christine PHILIP J'ai exercé les fonctions d'enseignante et de formatrice d'enseignants spécialisés pendant une trentaine d'années dans les centres nationaux de formation de l'Education Nationale dont l'INS HEA (Institut National Supérieur pour le Handicap et les Enseignements Adaptés). A l'origine professeur certifié de Philosophie j'ai fait une thèse en Sciences de l'Education sur l'autisme en 2008 (publiée chez Dunod : Autisme et parentalité) et je suis devenue Maitre de conférences en 2009.»...

<< Sommaire
canalautisme

Autisme formations en ligne gratuites:Comprendre le fonctionnement autistique et pointer les incidences sur les apprentissages 21/09/2016

«Pour accéder gratuitement à la formation merci de compléter les éléments suivants : E-mail *»...

<< Sommaire
canalautisme

Scolarisation accompagnee a l'ecole d'un eleve avec autisme | INS HEA 21/09/2016

«Ce document se distribue en trois phases : par un préambule nous rappelons l'histoire d'Aymeric, âgé aujourd'hui de 11 ans, autiste atypique que nous avions filmé il y a six ans à la fois chez lui où nous avions recueilli le témoignage de sa famille (Vivre avec l'autisme) et en maternelle (Scolarisation accompagnée en maternelle d'un enfant avec autisme). Dans un premier temps nous le suivons dans une école à 30 km de son domicile, accompagné de son AVS, dans une classe à double niveau CP/CE1. Nous le voyons participer aux activités de sa classe, à son rythme et avec ses supports propres, préparés par sa mère et son enseignante. Dans un second temps nous suivons des professionnels, notamment une psychologue qui vient une fois par mois à l'école pour aider l'AVS et l'enseignante, puis nous l'accompagnons à domicile où interviennent des aides familiales et une orthophoniste qui à la fois poursuivent mais aussi préparent ses activités scolaires, dans la mesure où il est à mi-temps dans cette école. Plusieurs bonus sont proposés : l'un montre la réunion hebdomadaire de l'enseignante et de la mère d'Aymeric, l'autre la préparation d'une séquence de classe à domicile. Enfin le projet individuel d'Aymeric, élaboré par des psychologues qui le suivent au domicile, est proposé en PDF.»...

<< Sommaire
inshea

Adaptations pedagogiques au college pour un eleve avec autisme | INS HEA 21/09/2016

«Ce document concerne un élève avec autisme accompagné de son AVS dans un collège de l'est de la France. Il montre les activités pédagogiques conduites avec lui par les enseignants dans un certain nombre de champs disciplinaires. Nous le suivons dans les cours de Latin, de Français, de Géographie, de Mathématiques, d'EPS et d'Arts plastiques et nous recueillons les commentaires de ses professeurs, tous parties prenantes pour accueillir cet élève différent. Charles n'est pas un autiste dit «...¯de haut niveau...¯». Il a ses difficultés propres, mais il manifeste un tel désir d'apprendre que ses professeurs le considèrent volontiers comme un « ...¯élève modèle...¯ ». Sa mère accompagne et soutient sa scolarité et collabore avec les enseignants dans un climat de confiance mutuelle. Voir un extrait»...

<< Sommaire
inshea

TSA et neurotypique : mieux se comprendre. Guide pour comprendre le fonctionnement de la personne ayant un TSA - CRA Limousin 21/09/2016

«guide tsa neurotypique C'est en étroite collaboration avec des personnes ayant un TSA que ce guide a été réalisé afin de présenter leur fonctionnement original en le comparant à celui des personnes qui ne présentent pas un tel trouble (les personnes neurotypiques). De nombreux exemples tirés du quotidien illustrent bien les nuances parfois subtiles qui font cependant toute la différence. Il s'adresse aussi bien aux adolescents et aux adultes qui se posent des questions sur leur situation personnelle qu'aux proches qui désirent mieux les comprendre.»
[...]
« Le guide »...
Source: http://www.cralimousin.com | Source Status

<< Sommaire
cralimousin

Women with autism hide complex struggles behind masks | Spectrum 20/09/2016

«Gwen is a creative, successful and intelligent young woman, making her way in the world as an artist. As a child, however, she wished to hide away and go unnoticed. From an early age, she felt different from other children, and worked hard to cover up parts of her personality by pretending to be ...˜normal.' An unhappy childhood gave way to an even harder adolescence, as she struggled to manage increasingly complex relationships with peers. (Gwen participated in our study; her name has been changed to protect her privacy.) In her 20s, Gwen received treatment for anxiety and depression, and as she was helped to reflect on her experiences and feelings, it dawned on her that she might have autism. A psychologist validated her self-assessment with an official diagnosis, and Gwen's life finally started to make sense to her. She now understood why she found it so hard to get along with people at school and work, and whenever she noticed herself feeling overwhelmed in noisy, crowded shops, she realized that this was part of the sensory sensitivity that comes with autism. She now derives strength from her sense of belonging to the autism community, and is enjoying a growing sense of pride as a woman with autism. Gwen's story contains themes that other girls and women on the spectrum may recognize: Anxiety and alienation, the burden of trying to fit in, and challenges with social relationships. Like Gwen, many women with autism are diagnosed late in life. Others are misdiagnosed, or never come to clinical attention at all.»...

<< Sommaire
spectrumnews

Le cout economique des discriminations | France Strategie 20/09/2016

«Entorse au principe républicain d'égalité des chances, les discriminations sont aussi un manque à gagner économique. Et la facture est lourde. Le cout des seules inégalités d'accès à l'emploi et aux postes qualifiés s'élèverait à 150 milliards d'euros. Décryptage...¦»...

<< Sommaire
strategie.gouv

Lettre de la mere de Timothee, ado autiste, a la ministre de l'Education Nationale | The autist 20/09/2016

«Chère Madame la Ministre, Je sais que vous n'allez ni lire ni réagir à cette lettre. Comme vous n'avez réagi à aucune que je vous ai adressée en tant que maman d'un élève « en situation de handicap ». Mais je vous écris tout de même. Soyez rassurée : je ne vous demande rien. Ni de régler le problème d'AESH (Accompagnant d'élève en situation de handicap) de mon fils ni de rappeler à l'école son devoir envers un élève « en situation ». Je n'ai plus besoin de tout cela, pour si peu que j'aie pu, un jour, espérer que vous soyez apte à traduire dans la réalité vos belles déclarations sur l'école inclusive. Mais attendez, vous allez comprendre.. .»
[...]
«Et donc, malgré ces mêmes aventures, j’ai demandé à ce que l’Éducation Nationale de cette île (très verte) scolarise mon fils, lui à qui la France a dit qu’il « ne relève pas de la scolarisation mais de soins pédopsychiatriques ». Et, malgré le fait que mon fils ne parlait quasiment pas leur langue à eux, et malgré le fait qu’il ne soit plus en âge de l’obligation scolaire (qui est limitée, comme en France, à 16 ans ici), ils ont considéré que la place de mon fils est à l’école ordinaire (« école pour tous » comme vous l’aimez dire) ils ont trouvé les moyens et, attendez, tenez bien sur votre chaise dans vote cabinet de Ministre, ils l’ont scolarisé à temps plein : oui, oui, comme tout le monde ! Non, je vous rassure, mon fils n’a pas eu le miracle de guérison, pire: après que les personnes « formées » s’en soient occupé dans des « structures adaptées » en France, il a même beaucoup régressé, tant sur le plan cognitif que sur le plan du comportement (et si vous ne le croyez pas, demandez qu’on vous donne une dose de cheval de neuroleptiques pendant 10 jours et qu’on vous attache au lit dans une chambre fermée, et on en reparle après si vous êtes encore apte à parler). Donc oui, avec son « niveau » en dessous du CP local (car n’oubliez pas, il a tout à réapprendre, dans une autre langue) et son comportement d’ado qu’on a soigneusement détruit dans son pays natal, ils ont eu le culot (soyons clair) de le scolariser ; et même j’ai lu hier dans le carnet de mon fils qu’il « worked well » et encore des choses inhabituelles comme « excellent day over all »… Non, je ne veux pas dire que les professeurs français n’en sont pas capables. Et comment ! Je peux vous citer, nommément, des enseignants qui ont été bienveillants, dévoués et tout simplement humains, avec mon fils au cours de sa scolarisation. Alors pourquoi l’a-t-on viré comme un malpropre? Pourquoi, avec toutes les bonnes volontés, vous arrivez, là-bas, en France, toujours (ou presque) à un gros gâchis avec les élèves « en situation »? That is the question, si vous permettez. Pourquoi un pays, pas si riche et ne prétendant pas être exemplaire, réussit à scolariser, dans un établissement ordinaire public, un élève, qui n’est pas le citoyen de ce pays et à qui « l’école pour tous » de son pays natal (la France, vous avez deviné) ferme le portail au nez dans un sens très littéral et laisse sur le trottoir en l’estampillant « ne relève pas de la scolarisation » ? Qu’est-ce qu’il y a dans ce petit pays, dans son système éducatif, qui manque à l’école de la République ? »...

<< Sommaire
blogs.lexpress

L'oeil du web - Des mamans d'enfants handicapes lancent un appel sur YouTube 20/09/2016

«Les enfants handicapés ont leur place à l'école On est malheureusement obligés de le rappeler, parce que la France fait figure de très mauvais élève sur ce point. Lors de cette dernière rentrée 2016, cette fois encore, des milliers d'enfants autistes par exemple ont du rester chez eux. Parce que l'AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire) à laquelle ils ont droit, et que l'administration leur a promise, n'est pas là pour les accompagner. Et que sans AVS, il leur est impossible de suivre correctement. Une maman toulousaine a donc décidé de mettre un coup de pied dans la fourmilière, en demandant à tous les parents concernés de lui envoyer une vidéo, résumant leur situation. Estelle Ast a reçu une cinquantaine de petits films, qu'elle vient de mettre en ligne sur YouTube, et qu'elle a transmis à la ministre de l'Education, Najat Vallaud Belkacem. Les enfants quels qu'ils soient ont droit à l'école en France. La loi de 2005 sur le handicap le rappelle, mais il y a à la fois des problèmes de budget et de recrutement des AVS. Et le gouvernement n'a pas vraiment de réponse à tout ça.»...

<< Sommaire
francebleu

Vidéo: Bande Annonce ''Le corps en tete'' on Vimeo 20/09/2016

«Résumé : La douleur en santé mentale a été pendant longtemps négligée, voire même ignorée du fait de très nombreuses croyances qui ont perduré. Aujourd'hui, des recherches scientifiques ont mis en évidence que la sensation douloureuse existe mais est perçue différemment selon la pathologie mentale. Les équipes sont de plus en plus conscientes de la nécessité d'une approche globale du patient qui laisse une place importante à la dimension somatique de la prise en charge. Ce film documentaire s'adresse en priorité aux équipes soignantes qui accueillent occasionnellement ou régulièrement des patients atteints de pathologies mentales. Il s'adresse aussi aux étudiants, aux familles, aux patients eux-mêmes et à toute personne sensible à l'importance de la prose en charge globale de ces patients. Réalisé en collaboration avec le Dr Djéa Saravane, président de l'ANPSSSM (Association Nationale pour la Promotion des Soins Somatiques en Santé Mentale) Réalisé par Michèle et Bernard Dal Molin Ce film a été réalisé grâce au soutien de la Fondation APICIL et de la Fondation de France.»...

<< Sommaire
vimeo

Landres : la mere de Frederic, soupconnee d'avoir tue son fils autiste de 14 ans - France 3 Lorraine 20/09/2016

«Une information judiciaire pour assassinat a été ouverte à Nancy (Meurthe-et-Moselle) contre unemère de famille de 39 ans, vendredi 23 septembre 2016. Elle est soupçonnée d'avoir tué en début de semaine, de six coups de couteau, son fils autiste âgé de 14 ans, puis tenté de se suicider. Après le meurtre, qui remonte au mercredi 28 septembre, cette femme sans emploi, qui semblait "relativement isolée sur le plan social et familial", aurait tenté de mettre fin à ses jours en buvant des produits toxiques, a précisé la procureure adjointe de Nancy, Béatrice Bluntzer. Elle a été immédiatement prise en charge par les pompiers et admise à l'hôpital, où elle se trouvait toujours vendredi. La mère était seule, en état de choc, à son domicile de Landres, près de Briey (Meurthe-et-Moselle), lorsque les secours ont découvert le cadavre de l'adolescent ainsi que celui du chien de la famille. La suspecte a été brièvement placée en garde à vue, mais son état psychologique n'a pas permis aux enquêteurs de l'auditionner. Elle "avait seule la charge" de l'adolescent, et "de l'avis de tous, elle semblait s'en occuper très bien", selon la magistrate. "C'est une femme qui n'avait jamais fait parler d'elle. Elle venait d'un milieu modeste mais ne se plaignait jamais". Marc Ceccato, maire de Landres. Les parents de l'adolescent, scolarisé en Belgique dans un établissement spécialisé adapté à son handicap, étaient séparés. Le couple a un autre enfant, une fille plus jeune, qui le jour des faits se trouvait chez son père dans une autre localité du département.»...

<< Sommaire
france3-regions.francetvinfo

Insinuations et manoeuvres autour de l'autisme | Le Club de Mediapart 20/09/2016

«Annonce du 4ème plan autisme, préparation des recommandations adultes, visites des hôpitaux de jour prévues dans le cadre du 3ème plan : les associations professionnelles de la psychiatrie sont montées à l'attaque, avec l'appui du nanogroupuscule RAA »HP ». Mediapart apporte sa contribution. Il « dévoile » ce qui faisait l'objet depuis quelques mois d'une campagne d'insinuations. Remarques.»...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Affective touch awareness in mental health and disease relates to autistic traits - An explorative neurophysiological investigation. - PubMed - NCBI 19/09/2016

«Abstract Affective touch is important for social interaction within families and groups and there is evidence that unmyelinated C tactile fibers are involved in this process. Individuals with autism spectrum disorders show alterations in the perception and processing of affective touch. sThus, we hypothesized that affective touch awareness based on C tactile fiber activation is impaired in individuals with high levels of autistic trait. The pleasantness perception of optimal and suboptimal C tactile stimuli was tested in an explorative study in 70 patients recruited from an outpatient psychotherapy clinic and 69 healthy comparison subjects. All participants completed questionnaires about autistic traits, depressive symptomatology, childhood maltreatment, and about the daily amount of touch. Relative to comparison subjects, patients reported engaging in touch less frequently in daily life and rated touch less pleasant. Reduced valence ratings of touch were explained by childhood maltreatment but not by any particular disorder or depression severity. Among all tested variables, the affective touch awareness correlated with autistic traits only - in patients as well as in comparison subjects. Taken together, individuals with mental health issues have a lower baseline of expression and reception of affective touch. Autistic traits and childhood maltreatment modulate the experience of affective touch.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

How 'Pokemon Go' helps kids with autism and Asperger's - CNN.com 19/09/2016

«(CNN)The moment 12-year-old Ian Thayer asked his mom to go outside for Pokemon hunting, Stephanie Barnhill was struck with wonder and excitement. No, she wasn't obsessed with trying to catch all 145 Pokemon. Ian has Asperger's syndrome, and for him, that means he struggles with social interactions and motivation to go outside. Barnhill often had difficulty asking and persuading Ian to leave his comfortable loft area to explore outside. He'd even rejected "Pokemon Go" at first. But Barnhill says that since her son started flicking away and catching Pokemon, Ian has taken the initiative to go outside more and interact with other children, as well as his community. Ian Thayer, 12, has been going outside more to catch Pokemon. Ian Thayer, 12, has been going outside more to catch Pokemon. "He's willingly starting to go out and going to Pokestops, get Pokeballs and catch creatures, whereas he didn't have the interest to go outside before," Barnhill said. "He's not a go-outside-and-play kind of kid. But this game has enabled him to want to reach out to people and strike up conversations about creatures that they've caught." The game's augmented-reality feature and method of rewarding players who go to Pokestops located at popular landmarks in their communities have led people to be more interactive than normal while playing video games. Lenore Koppelman is the mother of 6-year-old Ralphie, who has autism and hyperlexia, which is associated with verbal language difficulties. She has also found "Pokemon Go" useful in helping her son socialize with other kids.»...

<< Sommaire
edition.cnn

Scientists identify drug that could increase social interaction of people with autism 19/09/2016

«A STUDY OF a mouse model has identified a drug target that has the potential to increase social interaction by people who have autism. Researchers at the Perelman School of Medicine at the University of Pennsylvania published their work in Biological Psychiatry this week. Although medications are available for treating symptoms sometimes associated with autism spectrum disorder (ASD), such as anxiety, depression, attention-deficit hyperactivity disorder, and irritability, there are no medications currently approved for treatment of the core social interaction deficits. "This research could significantly change our understanding of the causes and brain changes in autism and could lead to new treatment approaches for the harder-to-treat social aspects of ASD," said senior author Edward S Brodkin MD, an associate professor of Psychiatry and director of the Adult Autism Spectrum Program. Previous studies on human genetics have implicated a little-studied gene called Protocadherin 10 (PCDH10) in ASD. PCDH10 is a neural cell adhesion molecule that is involved in brain development and the maintenance of synapses, the points of connections between neurons where neurotransmitters are released. Symptoms in individuals with autism spectrum disorder have been attributed, in part, to aberrant connections between neurons, but the molecular causes of ASD-related behavioural and brain physiology are largely unknown. This finding in the mouse model is also consistent with preliminary clinical studies in humans.»...

<< Sommaire
thejournal

Aube: Une mere noie son fils handicape de 5 ans dans la baignoire 19/09/2016

«Ce sont les gendarmes qui ont fait la macabre découverte. Un petit garçon âgé de 5 ans a été retrouvé mort, noyé dans sa baignoire à Rosnay-l'Hôpital dans l'Aube. La mère de l'enfant a été interpellée vers 3h40 dans la nuit de dimanche à lundi à Saint-André-les-Vergers, à une cinquantaine de kilomètres du domicile familial. Elle a immédiatement avoué aux policiers avoir tué son fils handicapé en le noyant dans son bain, révèle LCI. >> A lire aussi : Le phénomène de l'infanticide pourrait être complètement sous-évalué en France La mère de famille était recherchée depuis le début de la soirée. Un membre de sa famille avait alerté les gendarmes après avoir reçu un SMS de la suspecte annonçant qu' elle avait noyé son petit garçon handicapé. Elle aurait également laissé une lettre où elle affirmait vouloir mettre fin à ses jours. Une enquête, confiée à la gendarmerie, a été ouverte afin de déterminer les circonstances du drame.»...

<< Sommaire
20minutes

Les autistes, otages de petits interets et de grosses embrouilles | Mediapart 18/09/2016

«Il a suffi d'une phrase, en apparence inoffensive, pour relancer un conflit d'une violence sans pareille dans le secteur de la santé. « Le 4e plan autisme sera celui de l'apaisement et du rassemblement [...]
sans préjugés et sans volonté d'imposer une solution plutôt qu'une autre », déclarait François Hollande, le 19 mai, devant le Conseil national du handicap (CNH). Après une série de défaites humiliantes, la psychiatrie a repris, un peu, espoir. Au contraire, les principales associations de parents qui tentent depuis des années d'imposer les méthodes comportementales à des professionnels majoritairement récalcitrants, ont accusé le coup. « Nous avons très mal vécu ces déclarations, la psychanalyse va pouvoir conserver le marché de l'autisme. C'est une dictature féroce, un système de croyance, qui a tout noyauté et qui impose des pratiques aberrantes », s'étrangle Danièle Langloys, présidente d'Autisme France, la principale association de parents qui regroupe près de 9 000 familles. Ce n'est qu'un léger aperçu de l'ambiance, délétère, qui entoure la prise en charge des enfants et des adultes autistes en France. Les psychiatres qui ont de l'humour expliquent que l'autisme - qui se manifeste par une altération des interactions sociales, de la communication, et par des troubles du comportement - semble contaminer ceux qui s'y trouvent confrontés, parents et professionnels. Ils ne sont même pas d'accord entre eux sur la définition de l'autisme. Les associations de parents ont une vision large des « troubles du spectre autistique », allant du syndrome Asperger, associé à un très bon niveau intellectuel, à une majorité de formes sévères, marquées par une absence de communication et un sérieux retard mental. Les psychiatres sont plus restrictifs au moment du diagnostic, et se voient reprocher des retards de prise en charge. De plus, la recherche explore de nombreuses pistes sur les causes de l'autisme : génétique, environnementale, infectieuse, médicamenteuse, etc. Les parents retiennent que l'autisme est une maladie biologique, et rejettent toute dimension psychologique. Les psychiatres estiment que l'isolement des autistes a aussi des implications psychologiques qu'il faut prendre en charge, notamment avec l'aide de la psychanalyse. La situation est si tendue que le comité interministériel du handicap, chargé d'élaborer le 4e plan autisme, a décidé de faire appel à un psychothérapeute spécialiste des situations de crise collective, Pierre Viénot. Il est aussi le père d'un enfant autiste. « Dans ce milieu, la plupart des psychiatres et des pédopsychiatres sont psychanalystes, ou sont influencés par la psychanalyse, décrypte-t-il. Très peu font des cures, c'est plutôt une manière d'entendre les enfants et leurs parents. Mais il y a 15 ou 20 ans, a réellement existé une théorie psychanalytique de la culpabilité de la mère et ça a été une erreur massive. J'ai moi aussi entendu des choses hallucinantes. Quelques professionnels sont encore sur ces positions. La révolte des parents vient de là. La psychiatrie doit balayer devant sa porte. » Le siège de la Haute autorité de Santé à Saint-Denis. Le siège de la Haute autorité de Santé à Saint-Denis. Pour la psychiatrie, ce chemin de croix a débuté en 2012, lorsque la Haute autorité de santé a publié ses recommandations de bonnes pratiques de prise en charge de l'autisme chez l'enfant et l'adolescent. D'une manière consensuelle, il y est prôné une prise en charge personnalisée, un travail pluridisciplinaire, ou encore une attention portée aux nombreuses ruptures dans le parcours de soins et de vie des enfants. Mais ce qui choque et divise, c'est le classement des méthodes de prise en charge, selon leur efficacité.»...

<< Sommaire
mediapart

Lyon: Le coup de colere de Clotilde, maman d'un petit garcon trisomique, emeut Facebook 15/09/2016

«Baptiste, 3 ans et demi, scolarisé depuis la rentrée, n'a pas d'auxiliaire de vie scolaire, comme cela était prévu. Baptiste, 3 ans et demi, scolarisé depuis la rentrée, n'a pas d'auxiliaire de vie scolaire, comme cela était prévu.

• Clotilde Jenoudet Caroline Girardon Publié le 15.09.2016 à 18:29 Mis à jour le 15.09.2016 à 19:12 « Je me suis souvent demandé pourquoi les gens écrivaient de longues tirades sur Facebook en racontant les problèmes qui entravaient leur vie ». Elle se demandait aussi « pourquoi les parents d'enfants malades ou handicapés finissaient par craquer, lançant des appels à l'aide sur les réseaux sociaux ». Aujourd'hui, Clotilde Jenoudet sait : « C'est l'énergie du désespoir » qui les a poussés. Cette infographiste lyonnaise de 33 ans, a elle aussi « vidé son sac », postant il y a deux jours, un vibrant message sur Facebook. Un coup de colère, un ras-le-bol qui a ému les internautes et qui a été partagé plus de 50.000 fois. Clotilde est maman d'un petit Batiste âgé de trois ans et demi. Un petit garçon trisomique qui a fait sa rentrée scolaire en septembre. Le problème : l'enfant doit être aidé d'un auxiliaire de vie en classe. « J'avais fait en sorte d'anticiper. J'avais rencontré la directrice de l'école en novembre 2015, envoyé le dossier en janvier 2016 et même harcelé la MDPH (maison départementale des personnes handicapées) », raconte-t-elle. « Personne au bout du fil » En juillet, Clotilde a su que Baptiste bénéficierait de la présence d'un auxiliaire de vie. Sauf que le 1er septembre, personne n'est venu. Depuis, le petit garçon attend. « On a de la chance que la maitresse l'ait accepté en classe », réagit la jeune maman. Mais ce qui l'a mise le plus en colère n'est pas l'absence d'AVS. « Depuis la rentrée, je téléphone tous les jours, je reste en ligne de longues minutes avant que ça raccroche. J'envoie des mails. Et pas de réponse. Personne au bout du fil. Je n'ai jamais pu avoir un seul interlocuteur », se décourage Clotilde. « On est dans l'ignorance alors qu'on aimerait être informé. On a le sentiment d'être abandonné alors qu'on a besoin d'être rassuré ». « Le combat n'est pas fini » Son message touchant a néanmoins du avoir l'écho escompté. Clotilde a reçu un appel de l'école l'informant qu'elle avait été prévenue qu'un auxiliaire arrivait dans l'établissement. « Je sais que le combat n'est pas fini, je sais aussi que d'autres familles sont encore dans la détresse avec ce manque d'aide, de réponses et d'accompagnement », écrit Clotilde Jenoudet sur sa page Facebook»...

<< Sommaire
20minutes

Experiences of Sex Education and Sexual Awareness in Young Adults with Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI 15/09/2016

«Abstract The research investigated feelings towards sex education and sexual awareness in young adults with autism spectrum disorder (ASD). Data were generated from the sexual knowledge, experiences, feelings and needs questionnaire (McCabe et al. 1999), the sexual awareness questionnaire (Snell et al. 1991) and semi-structured interviews. Twenty typically developing and 20 ASD individuals participated. Feelings toward sex education did not differ between the groups, but the groups differed significantly on measures of sexual awareness. Negative experiences of sex education and issues of vulnerability, social anxiety, and confused sexuality were prominent features of the qualitative interviews. This report suggest that mainstream sex and relationship education is not sufficient for people with ASD, specific methods and curricular are necessary to match their needs.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

L'offre d'accueil des personnes handicapees dans les etablissements et services medico-sociaux entre 2010 et 2014 - Etudes et resultats - Ministere des Affaires sociales et de la Sante 15/09/2016

«Fin 2014, les établissements et services médico-sociaux proposent 489 200 places dans 11 250 structures accompagnant des personnes en situation de handicap. Le nombre de places offertes par rapport à 2010 a augmenté à peine plus vite que la population totale (+5,6 %). L'offre continue de se développer plus rapidement dans les services que dans les établissements : pour les enfants, +15,2 % dans les services contre +0,4 % dans les établissements ; pour les adultes, +10,2 % dans les services, contre +5,4 % dans les établissements. Dans les établissements pour enfants, l'accueil de jour est privilégié (61 % des capacités d'accueil), alors que pour les adultes, l'internat est aussi développé (44 % des capacités). Le mode d'accueil dépend du type d'établissement et de la déficience de la personne. Les taux d'encadrement varient selon la catégorie de la structure. La majorité du personnel exerce des fonctions éducatives, pédagogiques et sociales, 17 % occupent des fonctions paramédicales, 14 % des fonctions d'encadrement et 15 % sont employés dans les services généraux. Le personnel, en majorité employé en contrat à durée indéterminée, est composé à 73 % de femmes et âgé en moyenne de 44 ans.»...

<< Sommaire
drees.social-sante.gouv

Autisme. « Raccourcir les delais de diagnostic » - Bretagne 15/09/2016

«Après deux grosses années de turbulence, Le Centre de Ressources autisme (CRA) de Bretagne, réorganisé au 1er janvier dernier, s'est remis en ordre de marche. Hier, sa nouvelle organisation était présentée aux professionnels, à Brest. Quelles sont les grandes lignes de la nouvelle organisation ? Morgane Phelep, chargée de mission autisme aux Genêts d'or : « Désormais, on a un dispositif, avec des équipes différentes, qui se répartissent le travail entre toutes les missions confiées au CRA. Au centre, il y a l'association Les Genêts d'or, qui portent l'Unité d'appui et de coordination (UAC). Et autour, le Centre hospitalier Guillaume-Régnier à Rennes porte l'unité d'évaluation diagnostic enfants du 35, l'EPSM de Saint-Avé celle du 56, le CHRU de Brest celles du 29 et du 22, ainsi que l'unité d'évaluation diagnostic adultes pour la région. On a aussi recruté quatre psychologues, un par département, chargés de réaliser un travail de proximité, auprès des familles, des professionnels. Par exemple, les enfants qui n'ont aucune prise en charge et sont en attente d'un diagnostic, pourront être reçus par ce psychologue pour un accompagnement ponctuel, voire une première orientation ». Quels sont les délais d'attente, aujourd'hui, pour un diagnostic enfant, et qu'allez-vous faire pour les raccourcir ? Morgane Phelep : « Cela varie en fonction des territoires, mais on est entre un et deux ans. C'est un problème général en France. Aujourd'hui, le plan autisme donne trois niveaux pour le dépistage. Le premier, l'alerte, vient des professionnels de la petite enfance. Le deuxième, le diagnostic simple, doit être réalisé par la pédopsychiatrie, mais aussi les CAMPS et CMPP*. Le CRA doit, théoriquement, uniquement traiter le niveau trois, c'est-à-dire le diagnostic le plus complexe. Or, aujourd'hui le niveau deux n'est pas bien installé. L'Agence régionale de santé va donc débloquer des crédits, pour former les professionnels à ce diagnostic simple, et donc désengorger le CRA. C'est l'une de nos priorités, avec des formations dès 2017, et un système opérationnel fin 2017, début 2018, qui doit permettre de faire baisser le délai d'attente et améliorer l'accompagnement ». Quelles actions sont prévues pour les aidants ? Lucie Bougaran, directrice du CRA : « On met en place des formations d'aide aux aidants sur les quatre départements. La première se déroulera de septembre à décembre prochain, pour les familles d'enfants. La formation est intégralement gratuite, jusqu'à la garde des enfants. Et il reste des places dans les Côtes d'Armor. En 2017, la formation sera destinée aux familles d'adultes. Dans l'accompagnement, on peut également citer notre centre de documentation à Guipavas (29), un livret d'accueil disponible sur notre site internet, ou encore la création d'un numéro de téléphone unique, géré par l'UAC ».»...

<< Sommaire
letelegramme

Q Sénat:Situation des auxiliaires de vie scolaire et accompagnement des enfants en situation de handicap - Senat 15/09/2016

«Question écrite n° 23200 de M. Jean-François Longeot (Doubs - UDI-UC) publiée dans le JO Sénat du 15/09/2016 - page 3878 M. Jean-François Longeot attire l'attention de Mme la ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la situation des auxiliaires de vie scolaire. En effet, même si la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalités des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a permis des avancées considérables pour les personnes souffrant de handicap, il est avéré que de nombreux enfants en situation de handicap n'ont pas la possibilité d'être scolarisés ou qu'alors la scolarisation s'arrête brutalement faute de renouvellement du contrat de l'auxiliaire de vie en cours d'année. Pourtant, ces enfants ont besoin de bénéficier d'une véritable relation de confiance, de stabilité. Or la rupture de contrat de leur auxiliaire de vie en cours d'année n'est pas acceptable, remettant en cause la prise en charge nécessaire de ces enfants dans un cadre éducatif adapté et stable. Il lui demande si des dispositions peuvent être prises pour améliorer le statut de ces auxiliaires de vie scolaire et offrir la possibilité à ces enfants d'être accompagnés par la même personne sur la durée de leur année scolaire. En attente de réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche.»...

<< Sommaire
senat

FORMATION ACCOMPAGNER UN ENFANT AVEC AUTISME 15/09/2016


«Contribuer à la continuité du développement de l'ouverture de l'enfant au monde extérieur en lien avec la famille et les professionnels Favoriser l'autonomie de l'enfant Accueillir l'enfant en situation de désavantage relationnel face au groupe Comprendre ce que sont les troubles du spectre autistique et les différentes modalités de prises en charge Appréhender les types de médiation pour entrer en relation avec l'enfant Apprendre à créer du lien avec l'enfant (le toucher, l'éveil musical, l'art....) Communiquer avec les parents et les différents professionnels, c'est à dire, travailler avec les équipes d'accompagnement en milieu ordinaire et/ou spécialisé Inclure l'enfant dans le quotidien des autres enfants accueillis Comprendre sans aucune économie le conteste actuel de l'autisme pour pouvoir agir Formatrice : Christelle Moreau Cabinet : 06 41 18 52 56 1/ le cadre juridique, l'encadrement. A/ la loi sur le handicap B/Le plan autisme National C/La prise en charge, ses querelles, ses avancées, ses recules 1/ Approche comportementale ABA, TEACCH, PECS 2/Approche psychanalytique ou psychodynamique, observation, accompagnement du sujet pour traité le mieux être, l'acceptation de soi et non pas la cause 3/Avancées neurobiologique ( X fragile... neurophilie, neurotransmetteurs. ) 4/Avancées de la reconnaissance de l'individu 5/Recule sur la prise en charge suite au DSM5 trop englobant tout en étant trop exigeant.»...

<< Sommaire
psychanalyse-en-ligne

Depakine: l'indemnisation des victimes estimee a 6 milliards d'euros 15/09/2016

«COÛTEUX - Selon les calculs du "Figaro", la prise en charge des victimes du médicament développé par Sanofi coutera, au bas mot, six milliards d'euros. Reste à savoir qui, de l'Etat ou du laboratoire, devra payer l'addition. 15 sept 07:57TF1 group Quelque six milliards d'euros. C'est la bagatelle, dans sa fourchette la plus basse, que le scandale sanitaire de la Dépakine, cet antileptique à l'origine de malformations chez les nourrissons, devrait couter au contribuable, selon les comptes du Figaro. Pour avancer un chiffre aussi vertigineux, le quotidien s'est appuyé sur les estimations de l'épidémiologiste Catherine Hill, ancien membre du conseil scientifique de l'Agence du médicament (ANSM). Selon la scientifique, 50.000 femmes enceintes auraient été exposées au Valproate de sodium, la molécule active du médicament, entre 1967 et 2015. Sur les 30.000 bébés nés vivants de ces grossesses, au moins 12.000 enfants, selon les calculs de l'épidémiologiste, seraient nés avec des problèmes imputables à la Dépakine (malformations et/ou troubles neuros-comportementaux). Qui va payer l'ardoise ? En se basant sur "le dossier d'expertise judiciaire d'un enfant modérément atteint", Le Figaro a estimé le montant moyen de l'indemnisation d'une victime, de sa naissance à sa majorité : de l'aide à domicile au cout de la scolarité, en passant par les allocations pour les parents, chaque "enfant Dépakine" coute environ 500.000 euros. Une somme ensuite multipliée par 12.000. En tout, l'ardoise atteind les 6 milliards d'euros. Reste à savoir qui va devoir payer l'addition. A ce stade, c'est la collectivité qui s'en charge. L'Etat va-t-il exiger un remboursement par le laboratoire Sanofi, qui a commercialisé le médicament ? Actuellement, des tractations se tiennent autour de la mise en place d'un fonds d'indemnisation entre Marisol Touraine et les familles de victime, qui seront reçues ce jeudi par la ministre de la Santé. De plus, les conclusions de l'enquête préliminaire, ouverte par le parquet de Paris, devraient bientôt être rendues. Avec, à la clé, l'éventuelle ouverture d'une information judiciaire.»...

<< Sommaire
lci

«Les enfants sourds n'ont pas acces a l'instruction» - Liberation 14/09/2016

«Alors que la loi est censée garantir aux enfants ayant un handicap auditif la même scolarisation qu'aux autres, les lacunes sont nombreuses. «Les enfants sourds n'ont pas accès à l'instruction» A chaque rentrée, c'est pareil : l'Association nationale des parents d'enfants sourds (Anpes) reçoit une flopée de témoignages de familles désemparées «Ils sont tellement nombreux, c'est très lourd...¦», souffle sa présidente, Catherine Vella. Manque cruel d'écoles proposant des cours en langue des signes, enseignants refusant de porter un micro en classe, élève sachant tout juste écrire son prénom alors qu'il est en CM1...¦ Les exemples de problèmes dans la scolarisation des enfants sourds ne manquent pas. La fameuse loi de 2005 sur le handicap a reconnu la langue des signes comme une langue à part entière et garantit aux parents le droit de scolariser leur enfant dans l'école de quartier et le choix du mode de communication utilisé en classe. Mais «dans les faits, l'Education nationale ne l'a jamais appliquée, tacle Catherine Vella. Très rares sont les enfants sourds qui ont une scolarité convenable. Ils ont le droit d'entrer dans une école mais ils n'ont pas accès à l'instruction. On ne met pas le message scolaire à la portée linguistique des élèves sourds. Najat Vallaud-Belkacem a fait toute une campagne sur la laicité l'an dernier, qui n'a pas été sous-titrée ni traduite en langue des signes alors que c'était une campagne nationale et c'est l'affaire de tous.» Et de dénoncer la pression mise sur certaines familles pour renoncer à la langue des signes et opter pour la pose d'un implant cochléaire, qui permet d'entendre.»...

<< Sommaire
liberation

Les AVS en colere - 11/09/2016 12/09/2016

«Des écoles maternelles, primaires et collèges de Villefranche de Lauragais, Ayguesvives, Baziège, Ayguesvives, Gardouch, de la circonscription du Lauragais attendent encore les affectations des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) et des auxiliaires de vie scolaire (AVS). Ce qui concerne environ de un à six élèves par école, élèves qui ont déjà effectué leur rentrée sans assistant. Les AVS attendent et contactent depuis la prérentrée le rectorat pour connaitre leur affectation, en vain. Personne n'est encore en mesure de leur annoncer l'école où ils seront affectés. «Des départs en retraite, des congés maladies ou bien des mutations ou bien un problème informatique semblent empêcher que ces commissions d'affectation des AVS se tiennent.» témoigne cet assistant qui a contacté le rectorat. Un autre assistant rajoute : «J'ai ordre de ne pas me rendre dans les écoles, pour l'instant, pour accompagner les élèves qu'ils accompagnaient l'année précédente car les affectations sont modifiées d'une année sur l'autre». «C'est absurde ! Les élèves en besoin d'assistance sont pris en charge par les enseignants et se trouvent déstabiliser sans la compensation de leur AVS en ces jours de rentrée...¦ et nous, on attend !» tient à préciser cet assistant en colère. Aux dernières nouvelles, les affectations devraient arriver dans la semaine mais ces AVS et écoliers en attente d'un assistant se sentent frustré.»...

<< Sommaire
ladepeche

Decret n° 2016-1206 du 7 septembre 2016 relatif au conseil departemental de la citoyennete et de l'autonomie | Legifrance 12/09/2016

«Publics concernés : personnes âgées, retraités, personnes handicapées, conseils départementaux. Objet : organisation, composition et fonctionnement du conseil départemental de la citoyenneté et de l'autonomie Entrée en vigueur : le décret entre en vigueur le lendemain de sa publication . Notice : le conseil départemental de la citoyenneté et de l'autonomie (CDCA) résulte de la fusion du comité départemental des retraités et des personnes âgées et du conseil départemental consultatif des personnes handicapées. Il est chargé, dans le département, de participer à l'élaboration et la mise en oeuvre des politiques liées à l'autonomie et la citoyenneté des personnes âgées et des personnes handicapées. Le présent décret précise la composition de l'instance, les modalités de désignation, la répartition en formations spécialisées et en collèges de ses membres, ainsi que ses modalités de fonctionnement. Il abroge les dispositions relatives aux conseils départementaux consultatifs des personnes handicapées et aux comités départementaux des retraités et des personnes âgées et substitue le conseil départemental de la citoyenneté et de l'autonomie à ces deux instances dans tous les textes qui les mentionnent. Références : le décret est pris en application des articles L. 149-1 à L. 149-3 du code de l'action sociale et des familles, créés par l'article 81 de la loi n° 2015-1776 du 28 décembre 2015 relative à l'adaptation de la société au vieillissement. Le code de l'action sociale et des familles, modifié par le présent décret peut être consulté, dans sa rédaction issue de cette modification, sur le site Légifrance (www.legifrance.gouv.fr).»...

<< Sommaire
legifrance.gouv

Aberrant Development of Speech Processing in Young Children with Autism: New Insights from Neuroimaging Biomarkers. - PubMed - NCBI 12/09/2016

«Abstract From the time of birth, a newborn is continuously exposed and naturally attracted to human voices, and as he grows, he becomes increasingly responsive to these speech stimuli, which are strong drivers for his language development and knowledge acquisition about the world. In contrast, young children with autism spectrum disorder (ASD) are often insensitive to human voices, failing to orient and respond to them. Failure to attend to speech in turn results in altered development of language and social-communication skills. Here, we review the critical role of orienting to speech in ASD, as well as the neural substrates of human voice processing. Recent functional neuroimaging and electroencephalography studies demonstrate that aberrant voice processing could be a promising marker to identify ASD very early on. With the advent of refined brain imaging methods, coupled with the possibility of screening infants and toddlers, predictive brain function biomarkers are actively being examined and are starting to emerge. Their timely identification might not only help to differentiate between phenotypes, but also guide the clinicians in setting up appropriate therapies, and better predicting or quantifying long-term outcome.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

What's universal grammar? Evidence rebuts Chomsky's theory of language learning 12/09/2016

«The idea that we have brains hardwired with a mental template for learning grammar ...” famously espoused by Noam Chomsky of the Massachusetts Institute of Technology ...” has dominated linguistics for almost half a century. Recently, though, cognitive scientists and linguists have abandoned Chomsky's "universal grammar" theory in droves because of new research examining many different languages ...” and the way young children learn to understand and speak the tongues of their communities. That work fails to support Chomsky's assertions. The research suggests a radically different view, in which learning of a child's first language does not rely on an innate grammar module. Instead the new research shows that young children use various types of thinking that may not be specific to language at all ...” such as the ability to classify the world into categories (people or objects, for instance) and to understand the relations among things. These capabilities, coupled with a unique human ability to grasp what others intend to communicate, allow language to happen. The new findings indicate that if researchers truly want to understand how children, and others, learn languages, they need to look outside of Chomsky's theory for guidance. This conclusion is important because the study of language plays a central role in diverse disciplines ...” from poetry to artificial intelligence to linguistics itself; misguided methods lead to questionable results. Further, language is used by humans in ways no animal can match; if you understand what language is, you comprehend a little bit more about human nature.»...

<< Sommaire
salon

'NeuroTribes' Examines The History ...” And Myths ...” Of The Autism Spectrum : NPR 12/09/2016

«Steve Silberman talks about how Nazi extermination plans and a discredited scientific paper about childhood vaccines shaped our current understanding of autism.»...

<< Sommaire
npr

AUTISME. La securite payee avec un fonds pour handicapes : un scandale humain et financier - le Plus 11/09/2016

«Le gouvernement prévoit de renforcer la sécurité des universités, avec 30 millions d'euros prélevés... sur le Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP). Un recul de plus pour un pays déjà très en retard en ce qui concerne la scolarisation des enfants autistes, rappelle Hugo Horiot. Comme chaque année en France, L'Education Nationale peine à résister au "fléau national de l'autisme". La mission première de l'Education nationale ne consiste-elle pas à donner les outils à son personnel pour se battre contre le fléau de l'ignorance ? Et tâcher d'en préserver les générations futures ? L'ignorance est un fléau national. L'autisme est une spécificité du genre humain.»
[...]
«Seuls 20% des enfants autistes scolarisés en France En France, notre ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche semble ne pas avoir lu "Autisme, la Grande enquête" paru cette année chez les Arènes. Nous vivons dans le dernier pays dit "développé", ou seuls 20% des enfants autistes sont scolarisés et souvent à temps partiel. L’auxiliaire de vie scolaire (AVS) nécessaire à leur scolarisation peut leur être accordée pour quelques heures par semaine seulement, quand ils ne sont pas dirigés vers les instituts médico-éducatifs (IME) ou l’hôpital de jour. Les autistes et leurs familles sont bien souvent victimes de censure et de discrimination. En Suède, les enfants autistes vont à l’école, en Angleterre plus de 80% d’entre eux sont scolarisés. En Italie, ils sont tous à l’école avec les autres enfants, en classe, avec un enseignant de soutien formé à l’autisme, à plein temps avec eux si besoin… Israël ouvre une université pour étudiants autistes En cette rentrée marquée sous le signe du terrorisme, Israël va ouvrir sa première université pour étudiants autistes. L'armée israélienne, à travers son programme Roim Rachok ("Voir loin"), assure le recrutement de soldats autistes. Ils seront incorporés dans les unités de renseignement. Ils auront pour mission, entre autres, de déchiffrer des photos de reconnaissance aérienne. Pendant ce temps en France, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, annonce débloquer 30 millions d'euros pour sécuriser les campus universitaires. Et comme l'a repéré le blogueur Olivier Ertzscheid, cette somme sera piochée… dans les caisses du Fonds pour l'insertion professionnelle des personnes en situation de handicap dans la fonction publique (FIPHPF). Les chiffres sont formels : 600.000 personnes en France. 8.000 naissances par an. Un programme d’isolement et d’enfermement à vie pour chacune de ces personnes coûte 8 millions d’euros à la société. Pour une politique d’accompagnement et d’ouverture du milieu ordinaire, ce coût se réduirait à environ 300.000 euros. L'histoire se rejoue sans cesse L’Histoire a de particulier qu’elle se rejoue autant qu’elle nous questionne sur notre avenir et celui de la société que nous bâtissons. Comme nous le rappelle Steve Silberman : "Dans l'Allemagne nazie, là population autiste et d'autres handicaps confondus ont été assassinés par milliers, dans une opération d’entraînement à l'Holocauste contre les Juifs. Aujourd’hui, dans les pays ignorants à l’égard de l'autisme, les personnes autistes sont traitées comme des animaux, enfermées dans les greniers et enchaînées dans des caves." Un récent rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) affirme qu’en France, 60% des adultes enfermés à l’hôpital psychiatrique sont… des autistes. L'ignorance des politiques ne peut plus durer En mai dernier, lors de la Conférence nationale du handicap, j’ai entendu dire que le quatrième plan autisme en France sera “celui de l’apaisement”. Monsieur le président de la République, dans le pays où la compréhension de l’autisme a un demi siècle de retard, où l’autisme est encore bien souvent un passeport pour l’enfermement à vie, aucun apaisement n’est souhaitable à l'égard des bourreaux à qui profite le crime. Devant l’ampleur du scandale de ce gâchis humain et financier, en cette rentrée marquée sous le signe des élections présidentielles, la classe politique devrait s’abstenir d’ignorer ce sujet. »...

<< Sommaire
leplus.nouvelobs

Rentree scolaire 2016 : de nouveaux outils pour accompagner la scolarisation des eleves handicapes | CNSA 10/09/2016

«Sur l'année scolaire 2015-2016, 278 978 enfants en situation de handicap ont été scolarisés dans les écoles et établissements relevant du ministère de l'Education nationale (public et privé) : 160 043 dans le premier degré et 118 935 dans le second degré. Depuis 2012, ce sont 24 % d'élèves en situation de handicap supplémentaires qui sont scolarisés en milieu ordinaire. Pour accompagner ces évolutions, la CNSA participe à plusieurs actions à destination des professionnels, des maisons départementales des personnes handicapées comme de l'Education nationale, en lien avec la Direction générale de l'enseignement scolaire (DGESCO) et les MDPH. Une nouvelle circulaire consacrée au parcours de formation des élèves en situation de handicap dans les établissements scolaires Une nouvelle circulaire consacrée à la scolarisation des élèves handicapés a été publiée au Journal officiel du 25 aout. Elle remplace la circulaire de 2006 relative à la mise en oeuvre et au suivi du projet personnalisé de scolarisation (PPS). Prenant en compte les importantes évolutions intervenues ces deux dernières années, la circulaire rappelle qu'il existe des réponses différenciées pour une école inclusive et précise celles qui nécessitent de recourir à la MDPH. La procédure de saisine de la MDPH est également rappelée, depuis l'utilisation du GEVA-Sco jusqu'à la mise en oeuvre du PPS, pour laquelle plusieurs nouveaux outils sont annexés à la circulaire. Ces documents de mise en oeuvre du PPS permettront à l'équipe éducative de préciser les adaptations proposées à l'élève suite à l'élaboration du PPS. Un nouveau manuel pour le GEVA-Sco La CNSA et les MDPH ont été étroitement associées par la DGESCO à la rédaction de cette nouvelle circulaire. L'usage du GEVA-Sco y est précisé : à partir de l'observation de l'élève en milieu scolaire, le GEVA-Sco décrit les compétences et connaissances de celui-ci, permettant ainsi à l'équipe pluridisciplinaire d'analyser les besoins de l'élève et de proposer, le cas échéant, un PPS. Afin de faciliter son utilisation, la CNSA a coordonné la rédaction de son manuel d'utilisation et accompagne sa diffusion ; destiné aux professionnels, ce manuel a pour objectif de faciliter l'utilisation du GEVA-Sco, qu'il s'agisse d'une première demande à la MDPH ou d'un réexamen de la situation de l'élève. Un séminaire annuel de rentrée Dans le cadre d'une étroite collaboration, la DGESCO, la direction générale de la cohésion sociale (DGCS) et la CNSA organisent leur séminaire conjoint de rentrée le 5 octobre à Paris. Réunissant les personnels d'encadrement des MDPH et de l'Education nationale en charge du suivi des élèves handicapés, ce séminaire annuel permet de présenter les principales évolutions accompagnant le parcours scolaire des élèves en situation de handicap. Le rôle des professionnels des MDPH Les professionnels des MDPH sont fortement investis pour la scolarisation des élèves handicapés. Ainsi, les missions du référent de scolarisation de la MDPH sont présentées dans le cadre d'un entretien avec une référente scolarité de la MDPH des Hautes-Alpes, qui inaugure une nouvelle série d'articles sur le site de la CNSA. Parfois méconnu du grand public, le rôle de ces professionnels est primordial dans le parcours scolaire des enfants handicapés. Mme Sylvie Vancayseele précise ses missions et rappelle l'importance de la coordination de l'ensemble des professionnels concourant à la scolarité des enfants en situation de handicap.»...

<< Sommaire
cnsa

Sleep 'resets' brain connections crucial for memory and learning, study reveals | Science | The Guardian 10/09/2016

«For Jules Verne it was the friend who keeps us waiting. For Edgar Allan Poe so many little slices of death. But though the reason we spend a third of our lives asleep has so far resisted scientific explanation, research into the impact of sleepless nights on brain function has shed fresh light on the mystery - and also offered intriguing clues to potential treatments for depression. In a study published on Tuesday, researchers show for the first time that sleep resets the steady build-up of connectivity in the human brain which takes place in our waking hours. The process appears to be crucial for our brains to remember and learn so we can adapt to the world around us. The loss of a single night's sleep was enough to block the brain's natural reset mechanism, the scientists found. Deprived of rest, the brain's neurons seemingly became over-connected and so muddled with electrical activity that new memories could not be properly laid down. Lack of sleep alters brain chemicals to bring on cannabis-style 'munchies' Read more But Christoph Nissen, a psychiatrist who led the study at the University of Freiburg, is also excited about the potential for helping people with mental health disorders. One radical treatment for major depression is therapeutic sleep deprivation, which Nissen believes works through changing the patient's brain connectivity. The new research offers a deeper understanding of the phenomenon which could be adapted to produce more practical treatments. "Why we sleep is a fundamental question. Why do we spend so much of our lives in this brain state? This work shows us that sleep is a highly active brain process and not a waste of time. It's required for healthy brain function," said Nissen. The results are a boost for what is called the synaptic homeostasis hypothesis of sleep, which was developed by scientists at the University of Wisconsin-Madison in 2003. It explains why our brains need to rest after a day spent absorbing all manner of information, from the morning news and the state of the weather, to a chat over lunch and what we must buy for tea. Advertisement Known more simply as SHY, the hypothesis states that when we are awake, the synapses that form connections between our brain cells strengthen more and more as we learn and eventually saturate our brains with information. The process requires a lot of energy, but sleep allows the brain to wind down its activity, consolidate our memories, and be ready to start again the next morning.»...

<< Sommaire
theguardian

La loi de 2005 : une avancee decisive pour les personnes handicapees ? - par Suzanne Maury,. La loi de 2005 : une avancee decisive pour les personnes handicapees ? - par Suzanne Maury, - Politiques publiques - reperes - vie-publique.fr 10/09/2016

«Extrait de : "Les questions sociales aux concours" - Suzanne Maury. La Documentation française, Collection FAC - Formation, Administration, Concours (à paraitre) Sommaire 1. Des droits reconnus depuis quarante ans 2. Une définition trop large du handicap ? 3. La loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées 4. Un système de financement complexe Lien vers le haut de page 1. Des droits reconnus depuis quarante ans Depuis 1975, les personnes handicapées bénéficient de droits qui ont amélioré leurs conditions de vie et d'insertion dans la cité. Les enfants handicapés (310 000 sont en âge d'être scolarisés) ont le droit d'être pris en charge en milieu scolaire ordinaire, éventuellement dans des classes spéciales avec, le cas échéant, l'intervention d'« accompagnants des élèves en situation de handicap » et l'appui de services d'éducation et de soins à domicile (SESSAD) qui aident les enfants dans leur vie quotidienne. Les plus handicapés sont accueillis dans des établissements d'éducation spécialisée dont l'assurance maladie assure le fonctionnement. Ils y sont scolarisés le plus souvent. L'assurance maladie assure également, avec l'aide des conseils départementaux, le financement des centres d'action médicosociale précoce (CAMSP), en charge du dépistage et de la prise en charge des handicaps de l'enfant. Accéder à l'article au format pdf»...

<< Sommaire
vie-publique

[EDUCATION] Le gouvernement salue l'insertion des enfants autistes a l'ecole - Carenews 10/09/2016

«Dans le cadre de la Conférence nationale du handicap 2016 (CNH), Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, rappelle que l'école inclusive était l'une des priorités du gouvernement. Les mesures mises en place concernent notamment les enfants autistes. Développement des unités d'enseignement en école maternelle L'intégration à l'école des enfants en situation de handicap constitue l'un des chevaux de bataille du ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Ainsi l'a affirmé la ministre Najat Vallaud-Belkacem lors de la Conférence nationale du handicap 2016. L'une des mesures du gouvernement concerne la création d'unités d'enseignement pour les jeunes enfants qui souffrent de troubles du spectre autistique (TSA). Depuis la présentation du plan autisme 2013-2017 en mai 2014, qui a marqué une étape décisive dans la politique d'intégration en milieu scolaire des enfants en situation de handicap, 60 unités d'enseignement adaptées aux enfants autistes (UEM) ont ouvert leurs portes dans les écoles maternelles, dont la moitié lors de la rentrée 2015. Près de 30 000 élèves atteints de TSA scolarisés en milieu ordinaire Lors de la rentrée 2008, environ 12 000 enfants présentant des troubles du spectre autistique étaient scolarisés en milieu ordinaire. En 2015, ils étaient près de 30 000 (29 326 élèves), soit 2,5 fois plus qu'il y a sept ans. Ce chiffre devrait augmenter grâce à l'ouverture de 50 nouvelles UEM à la rentrée 2016. Environ deux enfants sur trois (67,8 %) bénéficient de l'accompagnement d'une personne qui assure le rôle d'auxiliaire de vie scolaire.»...

<< Sommaire
carenews

Metformin for Treatment of Overweight Induced by Atypical Antipsychotic Medication in Young People With Autism Spectrum Disorder: A Randomized Clinical Trial | Sep 01, 2016 | JAMA Psychiatry | JAMA Network 10/09/2016

«ABSTRACT Importance Atypical antipsychotic medications are indicated for the treatment of irritability and agitation symptoms in children with autism spectrum disorder (ASD). Unfortunately, these medications are associated with weight gain and metabolic complications that are especially troubling in children and with long-term use. Objective To evaluate the efficacy of metformin for weight gain associated with atypical antipsychotic medications in children and adolescents with ASD (defined in the protocol as DSM-IV diagnosis of autistic disorder, Asperger disorder, or pervasive developmental disorder not otherwise specified), aged 6 to 17 years. Design, Setting, and Participants A 16-week, double-blind, placebo-controlled, randomized clinical trial was conducted at 4 centers in Toronto, Ontario, Canada; Columbus, Ohio; Pittsburgh, Pennsylvania; and Nashville, Tennessee. In all, 209 potential participants were screened by telephone, 69 individuals provided consent, and 61 participants were randomized to receive metformin or placebo between April 26, 2013, and June 24, 2015. Interventions Metformin or matching placebo titrated up to 500 mg twice daily for children aged 6 to 9 years and 850 mg twice daily for those 10 to 17 years. Main Outcomes and Measures The primary outcome measure was change in body mass index (BMI) z score during 16 weeks of treatment. Secondary outcomes included changes in additional body composition and metabolic variables. Safety, tolerability, and efficacy analyses all used a modified intent-to-treat sample comprising all participants who received at least 1 dose of medication. Results Of the 61 randomized participants, 60 participants initiated treatment (45 [...]
male; mean [SD] age, 12.8 [...]
years). Metformin reduced BMI z scores from baseline to week 16 significantly more than placebo (difference in 16-week change scores vs placebo, −0.10 [95% CI, −0.16 to −0.04]; P=.003). Statistically significant improvements were also noted in secondary body composition measures (raw BMI, −0.95 [95% CI, −1.46 to −0.45] and raw weight, −2.73 [95% CI, −4.04 to −1.43]) but not in metabolic variables. Overall, metformin was well tolerated. Five participants in the metformin group discontinued treatment owing to adverse events (agitation, 4; sedation, 1). Participants receiving metformin vs placebo experienced gastrointestinal adverse events during a significantly higher percentage of treatment days (25.1% vs 6.8%; P=.005). Conclusions and Relevance Metformin may be effective in decreasing weight gain associated with atypical antipsychotic use and is well tolerated by children and adolescents with ASD.»...

<< Sommaire
archpsyc.jamanetwork

Nouveau coup de pouce fiscal pour relancer l'emploi a domicile 09/09/2016

«Un coup de pouce fiscal supplémentaire dans un secteur fragilisé par le travail au noir: le gouvernement va étendre à tous les ménages le crédit d'impôt pour les services à la personne, espérant à terme la création de 30.000 emplois à domicile. Annoncée vendredi par le ministre des Finances Michel Sapin dans le cadre d'une série de gestes fiscaux, la mesure a agréablement surpris employeurs et syndicats de l'emploi à domicile, réunis au ministère du Travail pour signer une convention nationale de lutte contre le travail dissimulé. PUBLICITE inRead invented by Teads PUBLICITE inRead invented by Teads "Ce n'est pas un cadeau mais de la justice fiscale", a réagi Marie-Béatrice Levaux, présidente de la Fédération des particuliers employeurs à domicile (Fepem). "C'est extrêmement important, ça va certainement aider" le 1,3 million de ménages concernés, s'est réjoui Jean-Marie Faure, de la CFTC Santé Sociaux. Jusqu'à présent les avantages fiscaux visant à favoriser l'emploi à domicile, qui s'élèvent à 50% des dépenses, bénéficient surtout aux ménages actifs, au détriment des non actifs, notamment les retraités ou handicapés qui ne paient pas ou très peu d'impôt, explique Bercy. "Or ce sont souvent les retraités et les personnes inactives qui ont recours à des services à domicile, qui sont des dépenses contraintes pour les personnes dépendantes ou handicapées", a souligné le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, lors d'une conférence de presse au ministère du Travail. Le gouvernement a donc décidé d'élargir le crédit d'impôts à l'ensemble des ménages, y compris non imposables, qui concrètement "percevront un chèque de l'administration fiscale" à compter de 2018, a détaillé M. Eckert.»...

<< Sommaire
boursorama

Comment le cabinet de Vallaud-Belkacem a fait supprimer un article de La Depeche - Arret sur images 09/09/2016

«Introuvable. Pendant deux jours, un article sur une manifestation de "mamans d'enfants autistes ignorées par Najat Vallaud-Belkacem" lors d'un déplacement de la ministre à Toulouse a disparu du site de La Dépêche. "Un problème technique", assure-t-on au quotidien local. Pourtant, selon nos informations, l'article a été supprimé... à la suite de pressions du cabinet de Vallaud-Belkacem. Pourquoi un article, publié le 6 septembre sur le site internet de La Dépêche, a-t-il disparu, avant d'être remis en ligne ? Titré "Les mamans d'enfants autistes privés d'école n'ont pas pu parler à Najat Vallaud-Belkacem", l'article faisait état d'une manifestation de mères d'enfants autistes à l'occasion de la visite à Toulouse de la ministre de l'Education, mardi 6 septembre. Mais deux jours plus tard, jeudi 8 septembre, l'Union des Mamans d'Enfants Handicapés (UMEH), signale sur Facebook que l'article de La Dépêche... a tout simplement disparu. Un problème déjà signalé par d'autres mères d'enfants autistes dès mercredi soir, toujours sur Facebook.»...

<< Sommaire
arretsurimages

Comment le cabinet de Vallaud-Belkacem a fait supprimer un article de La Depeche - Arret sur images 09/09/2016

«Introuvable. Pendant deux jours, un article sur une manifestation de "mamans d'enfants autistes ignorées par Najat Vallaud-Belkacem" lors d'un déplacement de la ministre à Toulouse a disparu du site de La Dépêche. "Un problème technique", assure-t-on au quotidien local. Pourtant, selon nos informations, l'article a été supprimé... à la suite de pressions du cabinet de Vallaud-Belkacem. Pourquoi un article, publié le 6 septembre sur le site internet de La Dépêche, a-t-il disparu, avant d'être remis en ligne ? Titré "Les mamans d'enfants autistes privés d'école n'ont pas pu parler à Najat Vallaud-Belkacem", l'article faisait état d'une manifestation de mères d'enfants autistes à l'occasion de la visite à Toulouse de la ministre de l'Education, mardi 6 septembre. Mais deux jours plus tard, jeudi 8 septembre, l'Union des Mamans d'Enfants Handicapés (UMEH), signale sur Facebook que l'article de La Dépêche... a tout simplement disparu. Un problème déjà signalé par d'autres mères d'enfants autistes dès mercredi soir, toujours sur Facebook.»...

<< Sommaire
arretsurimages

Pas d'AVS, pas d'ecole ? Pas d'accord ! | Declic 09/09/2016

«Tout enfant doit être obligatoirement scolarisé de 6 à 16 ans...¦ en théorie. En pratique, sans la présence d'une AVS, certaines écoles trainent des pieds. Et si on vous disait que c'est illégal ? Ce que dit la loi L'école est obligatoire de l'âge de 6 à 16 ans. L'AVS n'est pas une condition à la scolarisation. Pourtant en pratique, sans la présence d'une AVS le jour de la rentrée, de nombreux enfants handicapés sont refusés. Cas 1 : pas d'AVS Puis-je me retourner contre l'école ? Non, le bon interlocuteur est l'inspection académique, qui représente l'Etat. Que dois-je faire si l'école refuse mon enfant ? Faites un recours administratif préalable à l'Inspection académique, par le biais d'un courrier recommandé avec accusé de réception. Vous expliquerez qu'aucune AVS n'a été attribuée pour votre enfant malgré la décision de la CDAPH (Commission des Droits et de l'Autonomie des Personnes Handicapées) et que cela est contraire aux textes légaux. En cas de refus de l'Inspection académique, vous pouvez engager une procédure judiciaire, notamment, pour « manquement à l'obligation prévue à l'article L112-1 du code de l'éducation », par l'objet d'un référé liberté. Par « référé », la loi entend « urgence ». Il s'agit donc d'une procédure rapide (le délai de traitement est de un à deux mois en moyenne), justifiée par une atteinte à une liberté fondamentale. Et si je ne veux pas engager de procédure administrative ? Rapprochez-vous d'un avocat. Parfois le simple envoi d'un courrier, avec une ou plusieurs relances peut suffire à débloquer la situation. Si vous êtes membre d'une association de parents, une lettre du directeur peut ouvrir le dialogue. Sinon, faites appel au médiateur de l'Education nationale. Vous pouvez également saisir le Défenseur des droits. Cas 2 : on a attribué à Lulu une AVS. Mais voilà, elle n'est pas disponible le temps nécessaire. Que dois-je faire ? La situation est délicate, car l'AVS n'est pas totalement absente. Il semble difficile d'engager une quelconque procédure contentieuse. Il est conseillé de se rapprocher de l'Inspection académique. Cas 3 : l'AVS est malade La Circulaire du 15 juillet 2004 prévoit cette situation :
• En cas d'absence de courte durée de l'AVS, l'école doit trouver une solution pour assurer la continuité scolaire.

• En cas d'absence prolongée de l'AVS (congé maternité ou congé maladie prolongé) : un remplacement doit être prévu. L'école propose généralement de mutualiser une AVS pour deux élèves sur un temps défini. Que dois-je faire ? Il semble difficile d'engager une quelconque procédure contentieuse. Mais là aussi, il suffit parfois qu'un avocat se rapproche de l'Inspection académique, pour que, tout à coup, une solution soit trouvée.»...

<< Sommaire
magazine-declic

The need to support students with autism at university. - PubMed - NCBI 08/09/2016


«Abstract Publicity surrounds the increased prevalence of autism. However, in contrast to support in primary and secondary schools, there exists little focus on supporting students with autism at university. Mental health nurses are well placed to facilitate support programmes for students with autism who have the capacity for higher education. This article examines the international literature around the support needs for these students and discusses opportunities that exist to support these students, their families, and higher education staff. Research is urgently needed to evaluate the success of such interventions, particularly in light of the low participation rates in study and work for people with autism.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

A year later, how Microsoft's jobs program for people with autism is working - GeekWire 08/09/2016

«It has been more than a year since Microsoft announced a pilot jobs program to specifically accommodate people on the autism spectrum. In an effort to improve the company's "neurodiversity," the Redmond, Wash.-based software giant began targeting people living with the disorder. Apart from seeking to be more inclusive, the company said teams with employees who think differently ultimately function better and can identify with a wider range of customers. "It's simple, Microsoft is stronger when we expand opportunity and we have a diverse workforce that represents our customers," Mary Ellen Smith, Microsoft's VP of Worldwide Operations, said in a blog post at the time. "People with autism bring strengths that we need at Microsoft, each individual is different, some have amazing ability to retain information, think at a level of detail and depth or excel in math or code." But accommodating employees with neurodevelopmental disorders, rather than physical limitations, poses unique challenges. That's why Microsoft launched the special pilot program for people on the spectrum in May 2015.»
[...]
«Managers also undergo autism training so that they can be sensitive to challenges autistic people face and better understand employee behavior. According to Fast Company, “all of those hired through the new program have performed at or above expectations. None have left Microsoft. »...

<< Sommaire
geekwire

Statistical Learning in Specific Language Impairment and Autism Spectrum Disorder: A Meta-Analysis. - PubMed - NCBI 08/09/2016

«Abstract Impairments in statistical learning might be a common deficit among individuals with Specific Language Impairment (SLI) and Autism Spectrum Disorder (ASD). Using meta-analysis, we examined statistical learning in SLI (14 studies, 15 comparisons) and ASD (13 studies, 20 comparisons) to evaluate this hypothesis. Effect sizes were examined as a function of diagnosis across multiple statistical learning tasks (Serial Reaction Time, Contextual Cueing, Artificial Grammar Learning, Speech Stream, Observational Learning, and Probabilistic Classification). Individuals with SLI showed deficits in statistical learning relative to age-matched controls. In contrast, statistical learning was intact in individuals with ASD relative to controls. Effect sizes did not vary as a function of task modality or participant age. Our findings inform debates about overlapping social-communicative difficulties in children with SLI and ASD by suggesting distinct underlying mechanisms. In line with the procedural deficit hypothesis (Ullman and Pierpont, 2005), impaired statistical learning may account for phonological and syntactic difficulties associated with SLI. In contrast, impaired statistical learning fails to account for the social-pragmatic difficulties associated with ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Oxytocin in Animal Models of Autism Spectrum Disorder - Penagarikano - 2016 - Developmental Neurobiology - Wiley Online Library 08/09/2016

«Abstract Autism spectrum disorder is a behavioral disorder characterized by impairments in social interaction and communication together with the presence of stereotyped behaviors and restricted interests. Although highly genetic, its etiology is complex which correlates with the extensive heterogeneity found in its clinical manifestation, adding to the challenge of understanding its pathophysiology and develop targeted pharmacotherapies. The neuropeptide oxytocin is part of a highly conserved system involved in the regulation of social behavior, and both animal and human research have shown that variation in the oxytocin system accounts for interindividual differences in the expression of social behaviors in mammals. In autism, recent studies in human patients and animal models are starting to reveal that alterations in the oxytocin system are more common than previously anticipated. Genetic variation in the key players involved in the system (i.e. oxytocin receptor, oxytocin and CD38) have been found associated with autism in humans, and animal models of the disorder converge in an altered oxytocin system and/or dysfunction in oxytocin related biological processes. Further, oxytocin administration exerts a behavioral and neurobiological response and thus, the oxytocin system has become a promising potential therapeutical target for autism. Animal models represent a valuable tool to aid in the research into the potential therapeutic use of oxytocin. In this review, I aim to discuss the main findings related to oxytocin research in autism with a focus on findings in animal models»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

[EDUCATION] Le gouvernement salue l'insertion des enfants autistes a l'ecole - Carenews 08/09/2016

«Dans le cadre de la Conférence nationale du handicap 2016 (CNH), Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, rappelle que l'école inclusive était l'une des priorités du gouvernement. Les mesures mises en place concernent notamment les enfants autistes. Développement des unités d'enseignement en école maternelle L'intégration à l'école des enfants en situation de handicap constitue l'un des chevaux de bataille du ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Ainsi l'a affirmé la ministre Najat Vallaud-Belkacem lors de la Conférence nationale du handicap 2016. L'une des mesures du gouvernement concerne la création d'unités d'enseignement pour les jeunes enfants qui souffrent de troubles du spectre autistique (TSA). Depuis la présentation du plan autisme 2013-2017 en mai 2014, qui a marqué une étape décisive dans la politique d'intégration en milieu scolaire des enfants en situation de handicap, 60 unités d'enseignement adaptées aux enfants autistes (UEM) ont ouvert leurs portes dans les écoles maternelles, dont la moitié lors de la rentrée 2015. Près de 30 000 élèves atteints de TSA scolarisés en milieu ordinaire Lors de la rentrée 2008, environ 12 000 enfants présentant des troubles du spectre autistique étaient scolarisés en milieu ordinaire. En 2015, ils étaient près de 30 000 (29 326 élèves), soit 2,5 fois plus qu'il y a sept ans. Ce chiffre devrait augmenter grâce à l'ouverture de 50 nouvelles UEM à la rentrée 2016. Environ deux enfants sur trois (67,8 %) bénéficient de l'accompagnement d'une personne qui assure le rôle d'auxiliaire de vie scolaire.»...

<< Sommaire
carenews

[EDUCATION] Le gouvernement salue l'insertion des enfants autistes a l'ecole - Carenews 08/09/2016

«Dans le cadre de la Conférence nationale du handicap 2016 (CNH), Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, rappelle que l'école inclusive était l'une des priorités du gouvernement. Les mesures mises en place concernent notamment les enfants autistes. Développement des unités d'enseignement en école maternelle L'intégration à l'école des enfants en situation de handicap constitue l'un des chevaux de bataille du ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Ainsi l'a affirmé la ministre Najat Vallaud-Belkacem lors de la Conférence nationale du handicap 2016. L'une des mesures du gouvernement concerne la création d'unités d'enseignement pour les jeunes enfants qui souffrent de troubles du spectre autistique (TSA). Depuis la présentation du plan autisme 2013-2017 en mai 2014, qui a marqué une étape décisive dans la politique d'intégration en milieu scolaire des enfants en situation de handicap, 60 unités d'enseignement adaptées aux enfants autistes (UEM) ont ouvert leurs portes dans les écoles maternelles, dont la moitié lors de la rentrée 2015. Près de 30 000 élèves atteints de TSA scolarisés en milieu ordinaire Lors de la rentrée 2008, environ 12 000 enfants présentant des troubles du spectre autistique étaient scolarisés en milieu ordinaire. En 2015, ils étaient près de 30 000 (29 326 élèves), soit 2,5 fois plus qu'il y a sept ans. Ce chiffre devrait augmenter grâce à l'ouverture de 50 nouvelles UEM à la rentrée 2016. Environ deux enfants sur trois (67,8 %) bénéficient de l'accompagnement d'une personne qui assure le rôle d'auxiliaire de vie scolaire.»...

<< Sommaire
carenews

86 - Le président de la CAF de la Vienne débarqué par son syndicat 07/09/2016

«86 - Le président de la CAF de la Vienne débarqué par son syndicat 06/09/2016 20:03 C'est le grand ménage à la CFE-CGC dans la Vienne. Après avoir découvert des irrégularités dans les comptes de son ancienne union régionale, le syndicat a sanctionné ses quatre principaux dirigeants. Président de la Caisse d'allocations familiales de la Vienne depuis 2011, Jol Suberats a été débarqué. Le président de l'union régionale du syndicat, vice-président du Conseil économique social et environnemental régional, Pierre Marx, a également été écarté. Idem pour le secrétaire général, Jean-Marie Nocquet, déchu de son mandat de vice-président régional de Pôle emploi, et pour le trésorier de l'Union régionale, Alex Samain, qui a démissionné de la CGC.»...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Les mamans d'enfants autistes prives d'ecole n'ont pas pu parler a Najat Valaud-Belkacem 07/09/2016

«Une quinzaine de mamans d'enfants autistes venues manifester de manière très pacifique devant la résidence toulousaine du Crous inaugurée mardi après-midi par Najat Valaud-Belkacem ont été ignorées par la ministre. « Armées » d'une simple banderole rappelant la loi du 11 février 2005, qui consacre le principe de l'école inclusive pour tous les enfants, et accompagnées pour certaines d'entre-elles de leurs enfants descolarisés, elles ont suscitées un mini vent de panique au milieu de l'important dispositif de sécurité qui avait été mis en place à l'occasion du déplacement à Toulouse de la ministre de l'éducation nationale. Ces mamans, dont les enfants autistes ont été privés de rentrée faute de s'être vus attribuer une auxiliaire de vie scolaire, voulaient juste rappeler que plus d'une centaine d'enfants handicapés n'ont pas pu reprendre le chemin de l'école la semaine dernière et que la situation est ingérable tant pour les enfants que pour leurs familles. PUBLICITE inRead invented by Teads Elles ont été gentiment priées de quitter l'enceinte de la résidence universitaire et sommées de replier leur banderole. Même si un représentant du rectorat a promis de les recevoir très prochainement, elles sont restées invisibles pour la ministre qui est passée devant leur rassemblement sans même les remarquer.»...

<< Sommaire
ladepeche

Learning From My Son on the Autism Spectrum 06/09/2016

«My son Jeorge was 4 years old when he was diagnosed. We already knew he was autistic, as I had been an early years professional for 15 years. To begin with, even with some knowledge, I was scared. What would this mean for Jeorge? Would he ever speak? Would he ever stop head banging and crying, screaming and being afraid to go outside? We felt like we were drowning and out of our depth. I read so many books and researched so much. I worried about dying, something I never worried about previously. Who would look after my darling, precious son? Who would understand his needs, and who would honor him like we tried our best to do? Eventually, I took the advice to stop reading books and start listening and feeling what we needed as a family. Through the years, we have met many families and people on the autistic spectrum. I learned each of us has our own unique way of being. I believe there is no right or wrong way to live or to support, and no right or wrong therapy or strategy to try. I stopped trying to please outsiders and their opinions of what we should be doing with Jeorge. Many opinions came to us from all angles, some of which showed a lack of knowledge and true understanding of Jeorge's needs and reasons for his extreme behaviors, and some of which helped. Jeorge is almost 11 years old now. He is still nonverbal, and we have offered him various communication tools. He uses them all in some way: PECS, a communication aid, sign language and body language, and a multitude of sounds we now have decoded. I have learned over the years to understand what Jeorge is telling me. I am still learning, and there are things I don't always understand, but I am getting better. We learned over the years to fully embrace Jeorge's quirks and his love of nature, which is easy because we live in rural Wales. We spend as much time as possible in streams, rivers, forests and swimming pools. We also stopped buying him "traditional" toys and instead bought sound and light-up toys he adored. We allow him to spin his toys if he wishes. He eventually stopped head banging as he became more relaxed because his sensory needs were being honored. If he needs to stim, flap, jump, or spin we do not ask him to stop. We have learned he needs to do this for a multitude of reasons. I am constantly learning about myself. Jeorge is teaching me skills such as patience and letting go of any fears of the future, because Jeorge has taught me to live in the moment. He has shown me how strong I am, how big my heart is, and to see the joy and the beauty in everything. I believe Jeorge was born the way he was meant to be. We do not see autism as a "disease" or something to be "cured." The more we watch and listen, the more I think he sees and feels so much more than I am aware of. Alex Lowery and many others are educating us with their own experiences and want to share their perspectives. Thank goodness, for even with the most heartfelt intentions, sometimes non-autistic carers, parents and professionals get it wrong. This is the time for autistic people to be heard. Those who are willing and able to share real insight to autism can build the bridge between two different ways of thinking and being. I do my absolute best every day, even if sometimes things do not work out the way I had hoped. I am sharing our world in the hope that it can offer some guidance to other parents who are on the beginning of their autism journey, a community that can grow and educate. One day, our compassion and understanding toward people on the autism spectrum will be so much more than it is now.»...

<< Sommaire
themighty

La FNASEPH vous invite pour ses 20 ans 06/09/2016


«INSCRIVEZ-VOUS Vendredi 23 animé par le journaliste Vincent EDIN 13h00 Accueil Café 14h00 166 1377695721 Charles GardouCharles Gardou : « La société en héritage » En un temps qui apparait aussi obscur que lumineux, cette conférence portera sur les fondements et enjeux d'un nouveau cadre de pensée sociale, que constitue l'idée de société inclusive ? Mais cette idée est-elle un effet de mode, une nouvelle musique d'ambiance ? Ou peut-elle être, au contraire, aider à situer à un niveau supérieur nos conceptions de la vie commune et à considérer autrement les expressions de la fragilité humaine, dont le handicap ? Sur quels principes et exigences mérite-t-elle de se bâtir ? Anthropologue et professeur à l'Université Lumière Lyon 2, Charles Gardou consacre ses travaux à la diversité humaine, à la vulnérabilité et à leurs multiples expressions. Il a créé et dirige la Collection « Connaissances de la diversité » aux éditions érès, où il est l'auteur de 20 ouvrages, parmi lesquels La société inclusive, parlons-en ! Il n'y a pas de vie minuscule . Echanges avec la salle. 15h30 20 ans de combat et encore des ruptures de parcours pour les enfants et les jeunes en situation de handicap Réussites et désillusions, La vision des militants fondateurs en présence de Fiametta BASSUYO, Marie Christine FARAUT, Didier FEYSSARD, Nicole HORNUNG, Patrice LAGISQUET, Mireille MALOT, Gilles PAUMIER, Marie Christine PHILBERT, José PUIG...¦. Un partenaire militant engagé à nos côtés : La MAIF, son Président Dominique Mahé Cérémonie amicale de remerciements 16H30 La parole aux jeunes en situation de handicap et aux parents: Vos galères et vos solutions pour demain Thèmes abordés lors des témoignages des familles et des jeunes : ...¢ Reconnaissance du handicap & mode de gardes pour la petite enfance. ...¢ Une véritable scolarisation dès la maternelle, une scolarisation de qualité tout au long du parcours. La scolarité accompagnée par des accompagnants de qualité où en sommes nous ? ...¢ En dehors du temps scolaire un véritable accès au périscolaire, aux accueils de loisirs, aux séjours et aux activités sociales. La continuité de l'accompagnement est-ellle assurée ? ...¢ De la scolarisation accompagnée à l'emploi accompagné » un nouveau challenge pour la FNASEPH ? L'engagement de la FNASEPH dans le Collectif France emploi Accompagné. ...¢ Comment éviter l'usure sociale des familles tout au long du parcours de scolarisation. Des personnalités qualifiées à l'écoute des besoins et des attentes : Patrick Gohet adjoint du défenseur des droits : handicap et discrimination pour les jeunes et leur famille. Geneviève Laurent Terrillon Présidente ANECAMPS accompagnement de la petite enfance Rémy Leblanc responsable de PRISME Une palette de réponses au service du Parcours vers l'emploi. José Puig Directeur de l'INSHEA Philippe Van Den Herreweghe, Délégué ministériel Education Nationale - Cellule Aide Handicap Ecole Laurence Marin CNSA Synthèse des échanges et perspectives 19H30 Jeu Set et Match : la soirée continue autour d'un diner surprise INSCRIVEZ-VOUS Samedi 24 septembre 9h Accueil petit déjeuner 9h30 -11H Ecriture de la feuille de route de la FNASEPH pour sortir de la galère sur les 5 ans à venir grâce à vos proposions. 11H-12h Travaux statuaires AG : inscription AG , pouvoir...¦»...

<< Sommaire
fnaseph

Vers une école inclusive. Dossier Scolarité et handicap un enjeu pour tous Famille et Education, le magazine - Apel 06/09/2016

«Famille & éducation est le magazine de l'Apel. Diffusé tous les deux mois à ses adhérents, il est le magazine de la scolarité et de l'éducation et vous apporte des informations pratiques, des conseils, des témoignages et des pistes de réflexion sur l'éducation et la scolarité de vos enfants.»
[...]
« Sommaire
Source: http://www.apel.fr | Source Status

<< Sommaire
apel

Trop de MDPH tue la MDPH 05/09/2016

«Paris, le samedi 3 septembre 2016 - Des centaines de parents n'ont pas pris le chemin de l'école jeudi. Ils n'ont pas affiché un sourire forcé face à leurs rejetons trainant des pieds à l'idée de rencontrer leur institutrice et leurs nouveaux amis. Ils ne se sont pas couchés, rassurés d'avoir passés cette première journée sans trop d'embuches. Leurs enfants n'iront pas à l'école. Ou seulement quelques heures par semaine. Leurs enfants sont atteints d'un handicap qui les empêche de voir s'ouvrir les portes des établissements scolaires. Dans certains cas, « l'inclusion » dans le monde scolaire est tout simplement refusée par les directions des écoles, n'hésitant pas, sous de faux arguments, à violer la loi. Dans d'autres, la demande d'Assistante de vie scolaire (AVS) n'a pas encore abouti. Ou la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) n'a pas encore eu le temps de statuer sur les aménagements à mettre en place.»
[...]
«Un problème ? Une mission pour la MDPH ! Ces structures nées avec la loi du 11 février 2005 sur l’intégration des personnes handicapées croulent sous les dossiers et les demandes. Et les délais d’attente s’allongent. Les raisons de l’encombrement des MDPH sont multiples. Dans cette liste, sans jouer un rôle prépondérant, une utilisation irraisonnée de ces services n’est pas exclure. De la même manière qu’il existe probablement une surmédicalisation, s’installe en effet sans doute dans notre société une tendance à considérer tout "décalage" avec les normes, toute "difficulté" à s’intégrer comme la manifestation d’un handicap. Un handicap à prendre en charge le plus rapidement possible. Diagnostic différentiel Sur son blog baptisé ASK, le docteur Sylvain Fevre observait ainsi dans une note récente. « L’école, alors qu’on ne lui fournit pas toujours les moyens indispensables à l’accueil du handicap ni les outils de compréhension des autres souffrances, devient dans le même temps ce lieu de pression pour les enfants n’entrant pas dans le moule scolaire. Alors on tente de les faire entrer dans celui de la MDPH ». Et pour illustrer son propos, le praticien évoquait l’exemple en partie fictif d’un jeune enfant présentant des troubles du comportement en maternelle et un retard de langage face auxquels il serait aisé de proposer ce qu’il appelle "une MDPHisation". Pourtant, de tels symptômes pourraient s’expliquer différemment que par l’existence d’un handicap, par exemple par l’exposition à des violences physiques ou psychiques. « Je ne suis pas spécialiste de la question mais sans être pédopsychiatre ni "psycho traumatologue", on peut aisément imaginer qu’un jeune enfant normalement en pleine phase de construction présente quelques difficultés lorsqu’il est quotidiennement baigné dans un climat de violences. Ces difficultés se présentant sous la forme de symptômes que l’on retrouve également dans certaines pathologies relevant effectivement du champ du handicap donc de la MDPH » analyse-t-il. Double effet Par cette réflexion, Sylvain Fevre n’entend nullement dénoncer le rôle des MDPH : il insiste à plusieurs reprises sur le fait que le travail de ces structures est largement utile. Cependant, il entend mettre en garde contre une systématisation du recours à ces dernières. Cette systématisation a des effets dommageables non seulement pour le sujet lui-même, qui peut se voir entraîner dans un "parcours" et un "système" qui ne répond pas à ses difficultés propres, mais aussi pour l’ensemble de la société puisque sa prise en charge risque de priver d’autres individus, dont les besoins sont plus réels, d’une réponse adaptée. La MDPH : la réponse à tout ! Cette tendance est probablement le résultat du manque de formation du monde enseignant et des personnels d’autres structures, du désarroi du système scolaire face à certaines situations et aussi d’une certaine absence de moyens alternatifs. A cet égard, la MDPH est un paravent face aux nombreux manques, un paravent qui sert d’excuse facile aux décideurs politiques. « La MDPH noyée sous les dossiers ne représente-t-elle pas ce bel alibi politique leur permettant de se défiler face à la nécessité de repenser l’école ou encore la façon de prendre en charge une partie des difficultés éducatives, sociales et familiales des uns et des autres » analyse Sylvain Fevre. Intervenir à tout prix Cette "MDPhisation" s’explique également probablement par un interventionnisme de plus en plus marqué. Cet interventionnisme se retrouve dans la sphère médicale pure et Sylvain Fevre donne plusieurs exemples de la surmédicalisation de notre société, une surmédicalisation qu’il juge souvent dommageable. « Comme il y a de faux positifs avec certains examens, donc des malades en parfaite santé, des cancéreux sans cancer, des hypercholestérolémiques considérés comme malades donc traités alors qu’ils ne risquent rien, des prostatectomies-mastectomies-appendicectomies-chimiothérapies évitables et bien d’autres exemples pourraient suivre, je pense ne pas trop m’avancer en affirmant qu’il y a certainement des personnes MDPHisées alors qu’elles ne relèvent pas du champ du handicap » avance-t-il. A cet interventionnisme, s’ajoute un désir d’étiqueter, de cataloguer, de définir de plus en plus pressant, notamment en médecine. « Nous avons la fâcheuse tendance, médecins ou non, à trop fréquemment établir un rapide raccourci entre un symptôme et une maladie, à considérer un simple facteur de risque comme une pathologie à traiter sur le champ », regrette-t-il. Le vrai handicap Cette "MDPhisation" pourrait également avoir pour conséquence de déformer la perception du handicap. Hier, il était essentiel que la société porte un nouveau regard sur le handicap en renonçant à l’exclusion. Mais aujourd’hui, en faisant de chaque enfant perturbé par certains aspects de sa vie un enfant malade, en dessinant, comme récemment dans une dépêche de l’AFP sur la Silicon Valley les "geeks" timides comme de potentiels "autistes", ne va-t-on pas conduire à oublier que le véritable handicap est différent et source de souffrances souvent plus importantes ? »...

<< Sommaire
jim

La pedopsychiatrie pourrait bien disparaitre ! 05/09/2016

«La pédopsychiatrie est une discipline médicale relativement récente, mais déjà en voie de disparition. C'est en tout cas ce qu'estime Pierre Delion dans son dernier ouvrage*. Cette spécialité est née officiellement en 1800 avec Jean Itard lorsqu'il a récupéré l'enfant sauvage de l'Aveyron dont il va s'occuper pendant plusieurs années. L'auteur, psychiatre et psychanalyste rappelle qu'au XIXe siècle les jeunes malades étaient pris en charge par les aliénistes, enfermés et maintenus attachés dans des conditions ignominieuses. Cette situation a duré jusqu'après la Seconde Guerre mondiale. C'est seulement à cette époque que des psychiatres se spécialisent dans l'enfance, que des pédagogues se préoccupent des jeunes en difficulté et que des psychanalystes suivent des patients qui parlent de leurs premières années. Cette convergence de trois faisceaux a amené à l'émergence de la pédopsychiatrie, devenue une spécialité universitaire en 1973. Dès le départ, raconte le Dr Delion, l'ambition était que l'enfant puisse rester dans sa famille et dans son école. Plus question d'hospitaliser un jeune quand trois séances de thérapie par semaine peuvent suffire. Bien sur, certains malades devront toujours être placés dans des établissements de soins, mais il est indispensable de maintenir le contact avec leurs parents ainsi que de créer les conditions pour qu'ils puissent sortir, aller dans le médico-social, avoir des activités. Quant aux jeunes autistes, ils devront autant que possible être soignés en hôpital de jour. Des éducateurs ou des psychologues suffisent Jusque dans les années 2000, les politiques ont soutenu la pédopsychiatrie, même si c'était sans leur donner beaucoup de moyens. « Aujourd'hui, ils la disqualifient sous prétexte qu'elle ne soignerait pas correctement l'autisme », regrette l'auteur. « Ils veulent que les enfants soient pris en charge par le médico-social - parce que cela coute moins cher - et ils entendent donner satisfaction aux associations les plus extrémistes », désireuses de voir leurs enfants soignés par des neuropsychiatres (qui ne le souhaitent pas) ou par des généticiens. Dans le 3e plan autisme, la prise en charge et le diagnostic de cette maladie reviennent désormais aux pédiatres. Et les méthodes prônées par la Haute Autorité de santé sont désormais essentiellement éducatives ; il n'y a donc plus besoin de pédopsychiatres, des éducateurs ou des psychologues suffisent. Le problème, insiste Pierre Delion, c'est qu'il faut beaucoup de temps pour apprendre la psychopathologie. Dans une génération, « on s'apercevra que le comportementalisme ne suffit pas pour certains gosses et qu'ils ont besoin de soins, mais le savoir aura disparu ». Il cite notamment le domaine de la délinquance, où des jeunes qui ont de graves troubles du comportement ne sont pas correctement pris en charge de façon précoce et finissent dans les foyers de délinquants. « Lorsque les éducateurs n'en peuvent plus, ils les envoient en psychiatrie. Dès lors, ces enfants ont l'impression qu'ils sont hospitalisés en guise de punition. Pour eux, la psychiatrie, c'est la prison et ils nous considèrent comme des matons. » Impossible, dans ces conditions, de s'occuper de leur souffrance psychique. Cette négation de leur utilité et ce constat d'un terrible gâchis taraudent le Dr Delion, qui se bat pour une psychiatrie humaine.»...

<< Sommaire
lepoint

Autisme vs psychose : une question toujours d'actualite ? 05/09/2016

«Résumé Objectifs Montrer qu'il ne semble y avoir ni évidence clinique, ni évidence théorique, à considérer l'autisme comme en dehors du champ des psychoses précoces. Méthode Revue critique de la littérature. Après M. Mahler et F. Tustin, reprise de travaux de la pédopsychiatrie française des années 1980 à nos jours. Reprise également des travaux d'orientation lacanienne. Résultats Malgré les nombreux travaux et efforts réalisés pour distinguer l'autisme des psychoses, on ne parvient pas, dans l'ensemble des recherches effectuées, à trouver de consensus sur des points essentiels qui permettraient de faire de l'autisme une catégorie, ou une structure clinique bien à part des psychoses de l'enfant. Malgré certaines caractéristiques évidentes du mode de fonctionnement autistique (recherche de l'immuabilité, solitude, stéréotypies gestuelles et verbales, retour de la « jouissance » sur un « bord », etc.) il appert que d'un point de vue structural les arguments avancés peinent à faire de l'autisme, sans contredit, une structure autre que celle des psychoses précoces. Discussion Les discussions portent sur les points importants qui permettraient, peut-être, de distinguer autisme et psychoses infantiles : forclusion, présence ou absence de déclenchement, présence ou absence d'hallucinations, etc. Conclusion Malgré le rejet du concept de « psychose » dans les nouvelles classifications (hors classification française CFTMEA), les nombreuses recherches - pas seulement françaises - autour de cette question « autisme/psychoses » montrent qu'il s'agit là d'une question toujours d'actualité, et à laquelle on est encore loin de trouver des réponses définitives, quel que soit le domaine de la recherche.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Haute Autorite de Sante - Appel a candidature d'un charge de projet pour l'elaboration d'une recommandation de bonne pratique sur le theme « Trouble du spectre de l'autisme : diagnostic et evaluation chez l'enfant - Actualisation » 05/09/2016

«Mission Le Service des bonnes pratiques professionnelles de la Haute Autorité de santé (HAS) recherche un ou plusieurs chargés de projet pour l'élaboration d'une recommandation de bonne pratique sur le thème : « Trouble du spectre de l'autisme : diagnostic et évaluation chez l'enfant - Actualisation ». Il s'agit d'actualiser la recommandation publiée en 2005 par la Fédération française de psychiatrie en partenariat avec la HAS. La méthode utilisée pour ce projet est la "Méthode Recommandations pour la pratique clinique". La mission consistera principalement en l'analyse critique de la littérature médicale et scientifique et à la synthèse des données en vue de la rédaction d'un argumentaire scientifique sur lequel se fondera le groupe de travail pour élaborer les recommandations. Le chargé de projet participe également aux réunions du groupe de travail avec les experts. Le chargé de projet, avec le chef de projet et le président du groupe de travail, participe à la rédaction des recommandations, en rédigeant des textes préparatoires, et en synthétisant les propositions faites au cours des réunions par les membres du groupe de travail. La mission de chargé de projet s'effectue en étroite collaboration avec le chef de projet de la HAS, ainsi qu'avec le président du groupe de travail. Période de travail Une formation d'une journée est prévue dans les locaux de la HAS, à Saint-Denis, pour présenter la méthode de travail des recommandations et de la recherche bibliographique. Le chargé de projet participera également aux différentes réunions du groupe de travail au cours desquelles seront présentées les données de la littérature aux experts consultés sur le thème. Trois à cinq réunions sont ainsi à prévoir dans les locaux de la HAS. Le calendrier envisagé pour ces travaux est le suivant : Revue de littérature : novembre 2016 à mai 2017 Réunions du groupe de travail : février à décembre 2017 Compétences recherchées Pédopsychiatre, psychiatre, médecin généraliste, médecin de santé publique, psychologue, formation scientifique, épidémiologiste.»...

<< Sommaire
has-sante

Semaine a theme pour la rentree des mecenes et des associations ! - Carenews 05/09/2016

«Cette année, 12,4 millions d'élèves français ont franchi les portes de l'école. C'est aussi la rentrée de carenews.com ! Toute la semaine, la careteam vous proposera des articles liés à l'école et à l'éducation. Les entreprises et les fondations d'entreprises, les associations et les ONG se mobilisent en effet régulièrement pour l'accès du plus grand monde à l'enseignement. Pour cette semaine de rentrée retrouvez les actions des mécènes (le Fonds Canson, Tanns et Monoprix, BIC, Carrefour, La Fondation Bruneau, Cultura), l'implication d'associations et d'ONG (UNICEF, Dons Solidaires, la Croix-Rouge, les Blouses roses) ainsi qu'un regard sur l'éducation à Haiti avec Solidarité Laique, le programme 10 mois d'école et d'Opéra, les lycées de la deuxième chance et des articles de fonds (panorama des fondations de l'enseignement supérieur, un point sur les Alumni et le bilan de l'insertion de l'handicap à l'école. Quand les mécènes interviennent pour le futur L'ubiquité des écrans et la mondialisation a profondément transformé notre société et précisément le marché de l'emploi. Aujourd'hui les mécènes soutiennent d'avantage les projets donnant un accès direct ou indirect aux emplois de demain, aux jeunes défavorisés. L'enjeu est d'imaginer les besoins futurs des entreprises pour que les jeunes en situation de décrochage ou difficulté scolaire puissent se former à des métiers d'avenir. L'éducation et l'emploi ne semble donc pas être le seul apanage de l'Etat mais bel et bien des entreprises françaises qui s'engagent. Un investissement plus poussé Avec 124 millions d'enfants et adolescents privés du droit à l'éducation selon l'UNESCO, en 2015, l'intervention des mécènes dans l'accès à l'éducation semble aujourd'hui essentielle. Les actions de l'intérêt général dans l'accès à l'éducation des enfants, l'insertion professionnelle des adultes, dans la lutte contre l'illettrisme ou pour la prévention au décrochage scolaire, représentent aujourd'hui seulement 11% des domaines d'intervention des mécènes français. Cependant le budget alloué à une éducation inclusive, équitable et de qualité a franchement augmenté. Il correspond désormais à 14% du budget du mécénat français, soit 490 millions d'euros en 2015 contre 5% en 2013, selon le baromètre de l'Admical. Comment expliquer l'implication de plus en plus poussé des mécènes dans le domaine de l'éducation ? Même si le mécénat reste majoritairement financier, la tendance est aujourd'hui au mécénat en nature et de compétences qui permettent aux entreprises d'impliquer les équipes en interne. L'éducation fait parti de ces domaines où les salariés de l'entreprise peuvent s'investir, ce qui influence certainement le choix des entreprises mécènes. Face aux mauvais chiffres de l'éducation française, l'éducation est en passe de devenir le nouveau champ de philanthropie.»...

<< Sommaire
carenews

Semaine a theme pour la rentree des mecenes et des associations ! - Carenews 05/09/2016

«Cette année, 12,4 millions d'élèves français ont franchi les portes de l'école. C'est aussi la rentrée de carenews.com ! Toute la semaine, la careteam vous proposera des articles liés à l'école et à l'éducation. Les entreprises et les fondations d'entreprises, les associations et les ONG se mobilisent en effet régulièrement pour l'accès du plus grand monde à l'enseignement. Pour cette semaine de rentrée retrouvez les actions des mécènes (le Fonds Canson, Tanns et Monoprix, BIC, Carrefour, La Fondation Bruneau, Cultura), l'implication d'associations et d'ONG (UNICEF, Dons Solidaires, la Croix-Rouge, les Blouses roses) ainsi qu'un regard sur l'éducation à Haiti avec Solidarité Laique, le programme 10 mois d'école et d'Opéra, les lycées de la deuxième chance et des articles de fonds (panorama des fondations de l'enseignement supérieur, un point sur les Alumni et le bilan de l'insertion de l'handicap à l'école. Quand les mécènes interviennent pour le futur L'ubiquité des écrans et la mondialisation a profondément transformé notre société et précisément le marché de l'emploi. Aujourd'hui les mécènes soutiennent d'avantage les projets donnant un accès direct ou indirect aux emplois de demain, aux jeunes défavorisés. L'enjeu est d'imaginer les besoins futurs des entreprises pour que les jeunes en situation de décrochage ou difficulté scolaire puissent se former à des métiers d'avenir. L'éducation et l'emploi ne semble donc pas être le seul apanage de l'Etat mais bel et bien des entreprises françaises qui s'engagent. Un investissement plus poussé Avec 124 millions d'enfants et adolescents privés du droit à l'éducation selon l'UNESCO, en 2015, l'intervention des mécènes dans l'accès à l'éducation semble aujourd'hui essentielle. Les actions de l'intérêt général dans l'accès à l'éducation des enfants, l'insertion professionnelle des adultes, dans la lutte contre l'illettrisme ou pour la prévention au décrochage scolaire, représentent aujourd'hui seulement 11% des domaines d'intervention des mécènes français. Cependant le budget alloué à une éducation inclusive, équitable et de qualité a franchement augmenté. Il correspond désormais à 14% du budget du mécénat français, soit 490 millions d'euros en 2015 contre 5% en 2013, selon le baromètre de l'Admical. Comment expliquer l'implication de plus en plus poussé des mécènes dans le domaine de l'éducation ? Même si le mécénat reste majoritairement financier, la tendance est aujourd'hui au mécénat en nature et de compétences qui permettent aux entreprises d'impliquer les équipes en interne. L'éducation fait parti de ces domaines où les salariés de l'entreprise peuvent s'investir, ce qui influence certainement le choix des entreprises mécènes. Face aux mauvais chiffres de l'éducation française, l'éducation est en passe de devenir le nouveau champ de philanthropie.»...

<< Sommaire
carenews