L'essentiel sur "Autisme et Inclusion"

Help us | Aidez-nous

Wed Feb 22 20:30:02 CET 2017 France - It's time to Stand Up! For inclusion
19/02/17 Microsoft app helps people with ALS speak using just their eyes | New Scientist [newscientist]
18/02/17 Enfants atteints de handicap mental prives d'ecole: une plainte deposee contre l'Etat belge [rtbf]
18/02/17 The return of the MMR charlatan fits with our times | Nick Cohen | Opinion | The Guardian [theguardian]
18/02/17 Disability and inclusive education in an Italian Region: analysis of the data for the school year 2012-2013. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
17/02/17 Auxiliaire de vie scolaire, pour les profs aussi | Portfolios | Mediapart [mediapart]
17/02/17 PCH : Baisse des heures. Appel a temoignages [coordination-handicap-autonomie]
17/02/17 Autisme : predire le risque avec un IRM [topsante]
17/02/17 Video: Game changer in understanding autism [edition.cnn]
16/02/17 Brain scans spot early signs of autism in high-risk babies : Nature News & Comment [nature]
16/02/17 Le Bulletin officiel - Ministere de l'Education nationaleCertification d'aptitude professionnelle aux pratiques de l'éducation inclusive [education.gouv]
15/02/17 Bordeaux : les precaires de l'Education nationale manifestent devant le rectorat - Sud Ouest.fr [sudouest]
15/02/17 Early brain development in infants at high risk for autism spectrum disorder : Nature : Nature Research [nature]
15/02/17 Le combat de Philippe Cantet reconnu - 15/02/2017 - La Nouvelle Republique Vienne [lanouvellerepublique]
14/02/17 Scandale Depakine - Marine Martin : une maman contre un labo [magazine-declic]
14/02/17 Financez vos vacances adaptees en famille | Declic [magazine-declic]
13/02/17 Autism risk higher for females with 'male-like brains' | Genetic Literacy Project [geneticliteracyproject]
13/02/17 ''Voila pourquoi votre fille est muette (ou autiste)'' [blogs.mediapart]
12/02/17 Brain structure might explain why boys are 5 times more likely to develop autism - ScienceAlert [sciencealert]
12/02/17 Attention and Working Memory in Adolescents with Autism Spectrum Disorder: A Functional MRI Study. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
12/02/17 Connectivity-based parcellation reveals distinct cortico-striatal connectivity fingerprints in Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
12/02/17 Implementation evaluation of early intensive behavioral intervention programs for children with autism spectrum disorders: A systematic review of s... - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
12/02/17 The influence of sex and age on prevalence rates of comorbid conditions in autism. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
11/02/17 This British Autism Charity Has Promoted ''Dangerous'' Unlicensed Treatments [buzzfeed]
11/02/17 Aube Labbe | Editrice, redactrice, blogueuse: LETTRE OUVERTE A MONSIEUR LAURENT MOTTRON [aubelabbe]
11/02/17 Autisme et emotions : quelques pistes ! - EMC, partageons ! [emcpartageons]
11/02/17 Decouvrir le cerveau a l'ecole - Reseau Canope [reseau-canope]
10/02/17 Cybersecurite, on a un vrai besoin de specialistes (et ce n'est pas simple !) [journaldunet]
10/02/17 New MIT research center looks to treat, cure autism | Boston Herald [bostonherald]
10/02/17 e-FRAN : Stanislas DEHAENE presente le projet LUDO [educavox]
10/02/17 Un documentaire antivaccin provoque une vive controverse a Bruxelles [lemonde]
10/02/17 Autisme: les parents enfin reconnus dans la prise en charge? [informations.handicap]
10/02/17 Remote follow-up to speech-language intervention for children with Autism Spectrum Disorders (ASD): parents' feedback regarding structured activities. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
10/02/17 Handicap : un decret modernise l'information des MDPH, pour une meilleure prise en charge [lequotidiendumedecin]
09/02/17 Epilepsie : il serait possible d'eviter les crises, sans medicaments [lepoint]
09/02/17 AUTISME : Les complications de naissance, un facteur majeur de risque [santelog]
07/02/17 La deputee et le fraudeur [francetvinfo]
07/02/17 Vaccins,autisme - Les secrets de la panique du ROR (Brian Deer )1/4 | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
06/02/17 Prenatal maternal immune activation and brain development with relevance to psychiatric disorders. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
06/02/17 Reframing autism as a behavioral syndrome and not a specific mental disorder: Perspectives from a literature review. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
06/02/17 CP 432-7 2008 Deliberation relative au refus de scolarisation d'un enfant autiste en classe ordinaire n° 2008-169 du 07/07/2008 - HALDE [halde]
06/02/17 The Purpose of Sleep? To Forget, Scientists Say - The New York Times [nytimes]
05/02/17 Study: For Those With Autism, Fixations Can Be Beneficial - Disability Scoop [disabilityscoop]
02/02/17 MIT wearable AI system helps people with Asperger's communicate [mashable]
02/02/17 Education: l'equilibre public/prive tangue a l'approche des elections - L'Express [lexpress]
02/02/17 This is a story of autism in small-town America | Spectrum [spectrumnews]
02/02/17 Playing to Learn: an overview of the Montessori Approach with pre-school children with Autism Spectrum Condition - Marks - 2016 - Support for Learning - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
02/02/17 Oxytocin improves behavioral and electrophysiological deficits in a novel Shank3-deficient rat. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
01/02/17 Lille : la maman de deux enfants autistes perchee sur une grue pour se faire entendre est redescendue [francebleu]
01/02/17 Consequences de l'effet suspensif d'un recours contentieux contre la CDAPH | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
01/02/17 * Neurotypical Peers are Less Willing to Interact with Those with Autism based on Thin Slice Judgments : Scientific Reports [nature]
01/02/17 Lille: une mere d'enfants autistes en haut d'une grue [lefigaro]
01/02/17 Elle monte en haut d'une grue pendant dix heures : le cri de colere d'une mere d'enfants autistes - LCI [lci]
30/01/17 Effet suspensif recours TCI : Un combat de gagne, un grand, et qui fera date ! [desmotsgrattent.blogspot]
28/01/17 Where Is Autism Employment Heading In 2017? [forbes]
28/01/17 Eight ways to make sex education autism-friendly [tes]
28/01/17 Old tuberculosis drug improves impaired social behavior in autism mouse model [news-medical]
28/01/17 Petition : Pour que Lucien 12 ans autiste asperger retrouve sa classe de 6e au college Lucie FAURE Paris 20e et que la situation de discrimination dont il est victime cesse [mesopinions]
27/01/17 Grand-Couronne. Mere de famille recherche desesperement auxiliaire de vie scolaire en Seine-Maritime « Article « Normandie-actu [normandie-actu]
26/01/17 Anxiety and Attentional Bias to Threat in Children at Increased Familial Risk for Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
26/01/17 Modelling gesture use and early language development in autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
26/01/17 Autism researchers discover genetic 'Rosetta Stone' [scienceblog]
26/01/17 Autisme : la maman de Lenny lance un appel a l'Academie de Rouen - France 3 Haute-Normandie [france3-regions.francetvinfo]
26/01/17 ''La difference invisible'' : la BD qui sort l'autisme Asperger de sa bulle [culturebox.francetvinfo]
26/01/17 Valls-Hamon, le debat - Podcasts - Vivre FM, la radio du handicap [vivrefm]
25/01/17 L'Extra-Imaginarium de la famille Lunizoni - Ulule [fr.ulule]
24/01/17 The effect of age, sex and clinical features on the volume of Corpus Callosum in pre-schoolers with Autism Spectrum Disorder: a case-control study. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
24/01/17 Assessment With Children Who Need Augmentative and Alternative Communication (AAC): Clinical Decisions of AAC Specialists. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
24/01/17 Genetic risk factors for autism, MS and other diseases differ between the sexes [medicalxpress]
24/01/17 AESH/AVS « n'acceptons pas de faire tout et n'importe quoi ! » [handicapetscolariteblogdesaccompagnants.wordpress]
24/01/17 Low oxytocin and melatonin levels and their possible role in the diagnosis and prognosis in Iraqi autistic children. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
24/01/17 Stress May Explain Digestive Issues in Kids With Autism: MedlinePlus Health News [medlineplus]
24/01/17 A Meta-Analysis of Working Memory Impairments in Autism Spectrum Disorders | SpringerLink [link.springer]
22/01/17 Envermeu. Autisme : elle se bat pour sa fille Alicia, 8 ans « Article « Les Informations Dieppoises [lesinformationsdieppoises]
22/01/17 Une maison d'assistantes maternelles en partenariat avec l'hopital - Sens (89100) - L'Yonne Republicaine [lyonne]
20/01/17 Les MDPH ont cinq mois pour realiser leur autodiagnostic [localtis]
19/01/17 Maltreatment-associated neurodevelopmental disorders: a co-twin control analysis - Dinkler - 2017 - Journal of Child Psychology and Psychiatry - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
18/01/17 SAINT-QUENTIN: Autiste, elle passe son bac mais...¦ - Saint-Quentin - Courrier picard [courrier-picard]
17/01/17 Older teenagers 'quicker to improve maths and reasoning skills' | Society | The Guardian [theguardian]
17/01/17 Next Big Future: IBM predicts 5 technologies for 2022 which includes hyperimaging and AI will give us superhero vision [nextbigfuture]
17/01/17 With AI, our words will be a window into our mental health- IBM Research [research.ibm]
13/01/17 «Qu'enfin, avec ce proces, on parle de maltraitance» - Liberation [liberation]
13/01/17 Psychiatrie des mineurs : la grande oubliee ? | Public Senat [publicsenat]
12/01/17 * Glutamatergic and GABAergic gene sets in attention-deficit/hyperactivity disorder: association to overlapping traits in ADHD and autism. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
12/01/17 Investigating the use of appropriation in the writing of a child with autism: A case study. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
07/01/17 Pas assez de moyens pour freiner l'exil en Belgique des personnes handicapees [faire-face]
06/01/17 Emotion Coregulation in Mother-Child Dyads: A Dynamic Systems Analysis of Children with and without Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
06/01/17 Effects of a Least-to-Most Prompting Procedure on Multisymbol Message Production in Children With Autism Spectrum Disorder Who Use Augmentative and... - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
06/01/17 Autisme. A propos d'une prise de position... | Ensemble [ensemble-fdg]
06/01/17 Handicap: les departs en Belgique ont coute 400 millions d'euros en 2015 [sudradio]
04/01/17 Vivent les psychoses infantiles ! [agoravox]
04/01/17 Traitements medicamenteux recus par les enfants, adolescents et jeunes adultes avec trouble du spectre autistique en France : un etat des lieux base sur l'experience parentale [sciencedirect]
02/01/17 Une «reserve cachee» de meres non diagnostiquees comme autistes en train d'apparaitre | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
01/01/17 Social learning, culture and the 'socio-cultural brain' of human and non-human primates. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
31/12/16 Mise en oeuvre de la loi d'adaptation de notre societe au vieillissement - Communiques de presse - Ministere des Affaires sociales et de la Sante [social-sante.gouv]
31/12/16 Autisme : ABA, quel bilan ? [agoravox]
31/12/16 Helping Students with Autism Spectrum Disorder at the Community College: What Does the Research Say? What Can You Do?: Community College Journal of Research and Practice: Vol 0, No 0 [naspa.tandfonline]
31/12/16 Examining bidirectional relationships between parenting and child maladjustment in youth with autism spectrum disorder: A 9-year longitudinal study. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
30/12/16 Conflits d'interets en sante : les obligations de transparence ''renforcees'' [sciencesetavenir]
30/12/16 Vous avez vote. Julie Dachez est votre personnalite de l'annee 2016 | Presse Ocean [presseocean]
30/12/16 Maisons departementales de l'autonomie : le cahier des charges de la labellisation est paru | CNSA [cnsa]
27/12/16 Notable papers of 2016 | Spectrum [spectrumnews]
27/12/16 La garantie jeunes sera generalisee dans tout le pays le 1er janvier 2017 - L'Express [lexpress]
27/12/16 * Closed Captioning Improves Literacy Skills [ollibean]
25/12/16 Services Needed To Help Children With Autism Transition To Adulthood [techtimes]
25/12/16 4 idees a retenir pour une prise en charge qui fonctionne - Le Petit Prince a dit : un site pour l'Autisme [lepetitprinceadit]
19/12/16 Pratiques parentales adaptees: ce que dit la recherche - Gynger [gynger]
19/12/16 Ma 1ere annee en CDD AESH (1) : «Mon salaire est inferieur en travaillant 2hoo de plus qu'en CUI» | Handicap et scolarite __Blog des Accompagnants [handicapetscolariteblogdesaccompagnants.wordpress]
19/12/16 Gaze Following in Children with Autism: Do High Interest Objects Boost Performance? - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
19/12/16 Trust and Deception in Children with Autism Spectrum Disorders: A Social Learning Perspective. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
19/12/16 Increased Eye Contact During Conversation Compared to Play in Children With Autism. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
17/12/16 Soupcons de pedophilie sur des enfants handicapes dans un IME a Voiron en Isere: l'enquete relancee - France 3 Alpes [m.france3-regions.francetvinfo]
17/12/16 « J'aime mon metier et pourtant...| «Handicap et scolarite __Blog des Accompagnants [handicapetscolariteblogdesaccompagnants.wordpress]
16/12/16 Condamnation de l'Etat pour non-prise en charge pluridisciplinaire d'un autiste | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
16/12/16 Why Toddlers with Autism Avoid Eye Contact - Scientific American [scientificamerican]
15/12/16 Misregulation of an Activity-Dependent Splicing Network as a Common Mechanism Underlying Autism Spectrum Disorders. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
15/12/16 Loire-Atlantique. Votez pour votre personnalite de l'annee 2016 preferee | Presse Ocean [presseocean]
14/12/16 Factors influencing the probability of a diagnosis of autism spectrum disorder in girls versus boys. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
14/12/16 Some people in 'failed' drug trial for autism showed benefit | Spectrum [spectrumnews]
14/12/16 Visite ministerielle : «L'ecole est faite pour accueillir tous les enfants» [ladepeche]
14/12/16 Discours de Segolene Neuville - Ouverture du Seminaire des Directeurs de MDPH - Discours - Ministere des Affaires sociales et de la Sante [social-sante.gouv]
13/12/16 Champs-sur-Marne. Les parents de trois enfants handicapes reclament des AVS a la cantine [leparisien]
13/12/16 National Study of School Psychologists' Use of Evidence-Based Assessment in Autism Spectrum Disorder: Journal of Applied School Psychology: Vol 33, No 1 [tandfonline]
13/12/16 Using a Modified Parent-Child Interaction Therapy to Increase Vocalizations in Children With Autism: Child & Family Behavior Therapy: Vol 38, No 4 [tandfonline]
13/12/16 Estrogenic Endocrine Disrupting Chemicals Influencing NRF1 Regulated Gene Networks in the Development of Complex Human Brain Diseases [mdpi]
13/12/16 Grenoble - Un dossier de suspicions de viols sur des enfants handicapes classe sans suite | The autist [blogs.lexpress]
12/12/16 Experience autisme : ils vivent et travaillent autrement ! - Infos Emploi Formation 2016 (9368) [emploi.handicap]
11/12/16 Challenges for females with high functioning autism in the workplace: a systematic review. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
11/12/16 Parcours ''Relations Ecole-Famille, enseignant(s)-parent(s)'' Centre Alain Savary - Education prioritaire - ife [centre-alain-savary.ens-lyon]
11/12/16 L'education inclusive : des parcours toujours plus inclusifs pour les eleves en situation de handicap - Ministere de l'Education nationale, de l'Enseignement superieur et de la Recherche [education.gouv]
10/12/16 Lpliz, l'application qui parie sur la bienveillance [marseille.latribune]
10/12/16 Texte adopte n° 851 - Projet de loi de financement de la securite sociale, adopte, par l'Assemblee nationale, dans les conditions prevues a l'article 45, alinea 4, de la Constitution, pour 2017 - XIVe legislature - Assemblee nationale [www2.assemblee-nationale]
10/12/16 Autisme: le texte LR anti-psychanalyse rejete par l'Assemblee - L'Express [lexpress]
10/12/16 A propos du verrouillage de la Wikipedia francophone par deux psychanalystes | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
08/12/16 Epigenetic dysfunctional diseases and therapy for infection and inflammation. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
08/12/16 Brain scans dispel theory about stimuli and autism - Futurity [futurity]
08/12/16 ** Brains of people with autism share similar pattern of abnormal gene activity, UCLA study shows [news-medical]
07/12/16 Pourquoi l'information scientifique ne parvient-elle pas toujours a convaincre ? [jim]
07/12/16 Men, Women Absorb Visual Information In Different Ways: Study Suggests Gender Differences Affects Understanding Of Visual Cues : HEALTH : Tech Times [techtimes]
07/12/16 Autisme : un texte anti-psychanalyse d'une centaine de deputes fait hurler les psys [europe1]
06/12/16 Brains of people with autism spectrum disorder share similar molecular abnormalities [medicalxpress]
05/12/16 Neurosciences : une nouvelle cause genetique d'autisme vient d'etre identifiee [fr.blastingnews]
05/12/16 Controlled study of the impact on child behaviour problems of intensive interaction for children with ASD - Tee - 2016 - Journal of Research in Special Educational Needs - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
05/12/16 Researchers develop medical app to help detect autism early - iMedicalApps [imedicalapps]
04/12/16 Synaptic Actin Dysregulation, a Convergent Mechanism of Mental Disorders? - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
03/12/16 Strategies of readers with autism when responding to inferential questions: An eye-movement study - Micai - 2016 - Autism Research - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
03/12/16 A Subset of Autism-Associated Genes Regulate the Structural Stability of Neurons. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
03/12/16 Students with autism transitioning from primary to secondary schools: parents' perspectives and experiences: International Journal of Inclusive Education: Vol 0, No 0 [tandfonline]
03/12/16 La scolarisation des enfants handicapes - RFI [rfi]
03/12/16 Manuel Valls presente 14 mesures pour le Handicap [vivrefm]
02/12/16 Prise en charge de l'autisme : haro sur la resolution Fasquelle [jim]
01/12/16 Tout savoir sur le conge du proche aidant en 4 points [juritravail]
30/11/16 Parenting, autism spectrum disorders and inner journeys - Twomey - 2016 - Journal of Research in Special Educational Needs - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
28/11/16 The drug candidate, ADX71441, is a novel, potent and selective positive allosteric modulator of the GABAB receptor with a potential for treatment o... - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
28/11/16 L'autisme - Grands dossiers - Ministere des Affaires sociales et de la Sante [social-sante.gouv]
27/11/16 Repose en paix, formation continue [blog.francetvinfo]
25/11/16 Faut-il confier le traitement de l'autisme a un supporter de Sarkozy | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
25/11/16 Autistic People Can Solve Our Cybersecurity Crisis | WIRED [wired]
25/11/16 Association Francophone de Femmes Autistes: Presentation de l'association [association-affa.blogspot]
25/11/16 Association Francophone de Femmes Autistes: [Article] De nombreuses filles autistes pourraient echapper aux tests de diagnostic de l'autisme [association-affa.blogspot]
25/11/16 Strategies pour soutenir le developpement de la memoire de travail [taalecole]
24/11/16 L'intelligence artificielle sait mieux lire sur les levres que l'homme [lefigaro]
24/11/16 Toddlers with autism don't avoid eye contact but do miss its significance [scienceblog]

Microsoft app helps people with ALS speak using just their eyes | New Scientist 19/02/2017

«It can be difficult to communicate when you can only move your eyes, as is often the case for people with ALS (also known as motor neurone disease). Microsoft researchers have developed an app to make talking with your eyes easier, called GazeSpeak. GazeSpeak runs on a smartphone and uses artificial intelligence to convert eye movements into speech, so a conversation partner can understand what is being said in real time. The app runs on the listener's device. They point their smartphone at the speaker as if they are taking a photo. A sticker on the back of the phone, visible to the speaker, shows a grid with letters grouped into four boxes corresponding to looking left, right, up and down. As the speaker gives different eye signals, GazeSpeak registers them as letters. "For example, to say the word ...˜task' they first look down to select the group containing ...˜t', then up to select the group containing ...˜a', and so on," says Xiaoyi Zhang, who developed GazeSpeak whilst he was an intern at Microsoft. GazeSpeak selects the appropriate letter from each group by predicting the word the speaker wants to say based on the most common English words, similar to predictive text messaging. The speaker indicates they have finished a word by winking or looking straight ahead for two seconds. The system also takes into account added lists of words, like names or places that the speaker is likely to use. The top four word predictions are shown onscreen, and the top one is read aloud. "We're using computer vision to recognise the eye gestures, and AI to do the word prediction," says Meredith Morris at Microsoft Research in Redmond, Washington. The app is designed for people with motor disabilities like ALS, because eye movement can become the only way for people with these conditions to communicate. ALS progressively damages nerve cells, affecting a person's ability to speak, swallow and eventually breathe. The eye muscles are often some of the last to be affected»...

<< Sommaire
newscientist

Enfants atteints de handicap mental prives d'ecole: une plainte deposee contre l'Etat belge 18/02/2017

«L'enseignement ordinaire est encore trop difficile d'accès pour les enfants atteints d'un handicap mental. C'est ce que dénonce l'ASBL Inclusion qui porte plainte contre l'Etat belge. Selon l'ASBL, la Belgique ne respecterait pas plusieurs dispositions de la Charte sociale européenne et discrimine les enfants atteints d'un retard mental. Ils sont en effet très peu nombreux à bénéficier d'un programme d'intégration dans une école ordinaire. En Fédération Wallonie-Bruxelles, 3000 enfants porteurs d'un handicap sont intégrés à une école ordinaire aux pédagogies adaptées, c'est-à-dire qu'un enseignant du spécialisé vient accompagner l'élève en classe à raison de 4 heures par semaine. La plupart des enfants concernés sont atteints d'un handicap mental léger, de troubles du comportement ou d'apprentissage. Ceux qui souffrent d'un retard mental modéré à sévère ne sont que 47 sur les 3000. Les démarches s'apparentent à un parcours du combattant pour les parents. "Les parents doivent trouver une école d'enseignement ordinaire qui accueille l'enfant, ils doivent trouver une école d'enseignement spécialisé qui veut bien offrir les soutiens, ils doivent avoir l'accord du centre psycho-médico-social de l'enseignement ordinaire, de l'enseignement spécialisé, et ils doivent inscrire leur enfant le 15 janvier de l'année précédente dans l'école d'enseignement, donc c'est vraiment un parcours du combattant", énumère Thérèse Kempeneers, directrice générale de l'ASBL Inclusion.»
[...]
«Étonnement au cabinet de la ministre Au cabinet de Marie-Martine Schyns, on s’étonne un peu de cette plainte de l’ASBL Inclusion, que la ministre avait d’ailleurs reçue fin 2016. Oui, l’inclusion d’enfants déficients mentaux est primordiale, mais c’est une intégration plus spécifique et compliquée à mettre en œuvre, dit-on. On imagine à ce stade la création dans l’école ordinaire de classes d’enseignement spécialisé, cinq sont annoncées pour la prochaine rentrée. Thérèse Kempeneers poursuit: "Ce sont des classes où ne seront que des enfants avec un handicap, des niches en fait d’élèves handicapés dans des écoles ordinaires. C’est une étape, mais ce n’est pas ça que nous voulons, nous et les parents qui nous poussent à déposer cette plainte. Ce qu’ils veulent, c’est que leur fils ou leur fille soit inclus dans l’école avec les élèves de son âge". Le projet de la ministre risque bien de passer à côté de cet objectif porté par l’ASBL Inclusion. Sa plainte a été déposée sous forme de réclamation collective portée par la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme et Inclusion Europe auprès du Comité européen des droits sociau »...

<< Sommaire
rtbf

The return of the MMR charlatan fits with our times | Nick Cohen | Opinion | The Guardian 18/02/2017

«If you are unlucky, and all of us are unlucky in the end, you will visit a doctor in the confident expectation that they can fix any illness as a mechanic fixes a car and learn of the vast areas of ignorance on the map of medical science. If you are very unlucky, you will take an autistic child to a doctor and learn that "autism" is a vague and flabby label. There isn't even agreement on what causes it, let alone on what, if anything, might alleviate or cure it. Into the gap, between inexplicable suffering and the inability to relieve it, pour the conmen. Last week, Andrew Wakefield, the most contemptible of the charlatans, arrived in Britain to exploit the false hopes and fill the nightmares of his native land. That he is a fraud has been established beyond reasonable doubt. The General Medical Council struck him off in 2010 after, in a superb example of journalism at its best, Brian Deer showed how Wakefield had manipulated research to make a non-existent link between the measles, mumps and rubella vaccine and autism. Not content with lying, Wakefield exploited his voodoo science for financial gain. The money was not the worst of it. The MMR conspiracy theory sent vaccination rates below the level of herd immunity. As unvaccinated children become teenagers, we are yet to see whether they will pay a price in blood for Wakefield's fraudulence. Given the threat to public health, the personal enrichment and the neglected fact that Wakefield's malign fantasy has led parents who vaccinated autistic children needlessly blaming themselves, in my eyes he appears to be a criminal.»
[...]
«Last week, Wakefield did not speak at a working men’s club, but at the supposedly reputable Regent’s University in London. To top that, he was invited to the European parliament, not by a neofascist know-nothing, but by an MEP from a Green party, which readers who have not been paying attention may think is filled with decent people. Third, the MMR scandal rebuts the myth that we are living in a uniquely mendacious era of web-driven “fake news”. Mainstream national newspaper journalists (including here at the Observer, I am afraid) and BBC and Channel 4 broadcasters amplified Wakefield’s message in the last decade without making the most basic checks. There can be no “post-truth age” for the autistic, for they never had an age of truth to begin with. To put the disgrace of my trade as mildly as I can, if Wakefield were put on trial, there would be hundreds of journalists alongside him in the dock. Finally, ask yourself why Andrew Wakefield does not recant, when every study of autism and vaccination has shown his original claim to be false. Asking that is like asking why Donald Trump does not cut his links with climate change deniers or Jeremy Corbyn cut his links with the Socialist Workers party. Wakefield would lose his support base. More to the point, as I suspect he, Trump and Corbyn know, the very fools he has encouraged would throw the accusations of corruption he has thrown at others back at him. Whether you are dealing with climate change or MMR, the final lesson is this: you cannot rely on charlatans to expose themselves. You have tune up your bullshit detector and do the exposing yourself. »...

<< Sommaire
theguardian

The return of the MMR charlatan fits with our times | Nick Cohen | Opinion | The Guardian 18/02/2017

«If you are unlucky, and all of us are unlucky in the end, you will visit a doctor in the confident expectation that they can fix any illness as a mechanic fixes a car and learn of the vast areas of ignorance on the map of medical science. If you are very unlucky, you will take an autistic child to a doctor and learn that "autism" is a vague and flabby label. There isn't even agreement on what causes it, let alone on what, if anything, might alleviate or cure it. Into the gap, between inexplicable suffering and the inability to relieve it, pour the conmen. Last week, Andrew Wakefield, the most contemptible of the charlatans, arrived in Britain to exploit the false hopes and fill the nightmares of his native land. That he is a fraud has been established beyond reasonable doubt. The General Medical Council struck him off in 2010 after, in a superb example of journalism at its best, Brian Deer showed how Wakefield had manipulated research to make a non-existent link between the measles, mumps and rubella vaccine and autism. Not content with lying, Wakefield exploited his voodoo science for financial gain. The money was not the worst of it. The MMR conspiracy theory sent vaccination rates below the level of herd immunity. As unvaccinated children become teenagers, we are yet to see whether they will pay a price in blood for Wakefield's fraudulence. Given the threat to public health, the personal enrichment and the neglected fact that Wakefield's malign fantasy has led parents who vaccinated autistic children needlessly blaming themselves, in my eyes he appears to be a criminal.»
[...]
«Last week, Wakefield did not speak at a working men’s club, but at the supposedly reputable Regent’s University in London. To top that, he was invited to the European parliament, not by a neofascist know-nothing, but by an MEP from a Green party, which readers who have not been paying attention may think is filled with decent people. Third, the MMR scandal rebuts the myth that we are living in a uniquely mendacious era of web-driven “fake news”. Mainstream national newspaper journalists (including here at the Observer, I am afraid) and BBC and Channel 4 broadcasters amplified Wakefield’s message in the last decade without making the most basic checks. There can be no “post-truth age” for the autistic, for they never had an age of truth to begin with. To put the disgrace of my trade as mildly as I can, if Wakefield were put on trial, there would be hundreds of journalists alongside him in the dock. Finally, ask yourself why Andrew Wakefield does not recant, when every study of autism and vaccination has shown his original claim to be false. Asking that is like asking why Donald Trump does not cut his links with climate change deniers or Jeremy Corbyn cut his links with the Socialist Workers party. Wakefield would lose his support base. More to the point, as I suspect he, Trump and Corbyn know, the very fools he has encouraged would throw the accusations of corruption he has thrown at others back at him. Whether you are dealing with climate change or MMR, the final lesson is this: you cannot rely on charlatans to expose themselves. You have tune up your bullshit detector and do the exposing yourself. »...

<< Sommaire
theguardian

Disability and inclusive education in an Italian Region: analysis of the data for the school year 2012-2013. - PubMed - NCBI 18/02/2017


«Abstract BACKGROUND: In Italy, pupils with disabilities enroll in mainstream schools and attend the ordinary classes at all educational levels. For the past twelve years, the Region Emilia Romagna has witnessed an increase in the number of children who are in need of special support. The aim of the study was to identify the causes of disability in children attending public schools during the school year 2012-2013. METHODS: The study was designed as a cross-sectional survey. Data were obtained from the Regional Education Department, and divided into categories based on clinical diagnoses. Statistical analyses were performed to analyze the distribution of the diagnostic categories among Provinces and school grades. The most recurrent combinations of illnesses were identified. RESULTS: Intellectual disability was the most common cause of impairment (38,5%), often associated with epilepsy and autism. Hyperkinetic disorder associated with specific disorders of scholastic skills was the most recurrent combination of diagnoses. Rare diseases were diagnosed in 4,1%, whereas 5,0% of cases were affected by Psychopathological disorders. CONCLUSIONS: Our study is the first in Italy for its focus on the causes of children's disabilities in an Italian region. Being familiar with the causes of disability affecting the children of a territory is important to allocate the available resources efficiently, and to ensure all children's effective social integration.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Auxiliaire de vie scolaire, pour les profs aussi | Portfolios | Mediapart 17/02/2017

«A la rentrée 2015, plus de 120 000 élèves en situation de handicap étaient accompagnés par des auxiliaires de vie scolaire (AVS). Mais on ne connait pas le nombre de professeurs accompagnés par ces personnels. Leur travail est radicalement différent, mais leur contrat est le même. Caroline Deniau, 31 ans, accompagne depuis presque trois ans un professeur d'histoire-géographie malvoyant d'un collège d'Aix-en-Provence, et multiplie les fonctions sans reconnaissance véritable de son travail.»...

<< Sommaire
mediapart

PCH : Baisse des heures. Appel a temoignages 17/02/2017

«SI - Vous avez eu besoin d'un renouvellement de vos heures PCH et qu'elles ont baissé, sans que votre état de dépendance n'ait évolué - Vous avez déposé un dossier PCH et les heures qui vous ont été accordées ne correspondent en rien à vos attentes. Vous êtes peut être victimes du Guide CNSA et de ses interprétations de la loi 2005 surtout en ce qui concerne les heures d'aide humaine Comment savoir si vous êtes concerné ? Si vous avez demandé des explications et que l'on vous a répondu :
• La loi a changé - Nous utilisons de nouveaux référentiels - En raison de problèmes budgétaires, nous sommes obligés de diminuer le nombre d'heures accordées - Nous étudions plus « finement » tous les actes essentiels - Nous nous référons à des cas similaires que le votre pour calculer les heures dont vous avez besoin - Vous vivez en couple et non seul - Etc Ou si vous avez entr'aperçu ce genre de fichiers:
Source: http://coordination-handicap-autonomie.com | Source Status

<< Sommaire
coordination-handicap-autonomie

Autisme : predire le risque avec un IRM 17/02/2017

«En utilisant l'imagerie par résonance magnétique (IRM) chez les nourrissons ayant des frères ou soeurs plus âgés et autistes, les chercheurs ont pu prédire correctement à 80% lesquels de ces nourrissons seraient plus tard autiste à l'âge de deux ans, selon les résultats d'une é tude publiée dans la revue Nature . Bien que les causes du développement des troubles du spectre autistique (TSA) ne soient pas claires, la génétique semble jouer un rôle majeur. Environ 1 enfant sur 5 avec des frères et soeurs autistes développera la maladie lui-même. Ce pourquoi les chercheurs du Carolina Institute for Developmental Disabilities aux Etats-Unis ont étudié cette relation entre frères et soeurs et ses liens neuronaux. Ils ont effectué des examens par IRM des jeunes frères et soeurs d'enfants atteints d'autisme. En mesurant un certain nombre de paramètres, ils ont cherché des modèles dans les altérations cérébrales qui pourraient prédire les futurs résultats de TSA. L'équipe a analysé les IRM à l'âge de 6 et 12 mois. Ils ont comparé les scans de trois groupes:
•Les nourrissons avec un frère plus âgé autiste (à haut risque) qui a continué à développer l'autisme après l'âge de 2 ans -Les nourrissons avec un frère plus âgé autiste qui n'ont pas développé la maladie après l'âge de 2 ans -Les nourrissons avec un faible risque familial qui n'ont pas développé l'autisme. Prédire à 80 % le risque d'autisme Les chercheurs ont mesuré la surface, le volume du cerveau et l'épaisseur corticale. Ils ont constaté que les bébés qui ont continué à développer l'autisme ont montré une hyperexpansion de la surface du cerveau entre 6 et 12 mois. Cette augmentation à un stade précoce était liée à une augmentation du taux de croissance du volume global du cerveau au cours de la deuxième année de vie. En branchant ces données dans un programme informatique, l'équipe a conçu un algorithme pour prédire si un nourrisson développerait plus tard un TSA. Ils ont ensuite testé la précision de cet algorithme dans un essai séparé. Les différences cérébrales telles que calculées par l'algorithme ont été montrées pour prédire correctement à 80% le risque d' autisme .»...

<< Sommaire
topsante

Video: Game changer in understanding autism 17/02/2017

«Dr. Joseph Piven, autism researcher, explains the importance of a new study about autism using infant brain scans.»...

<< Sommaire
edition.cnn

Brain scans spot early signs of autism in high-risk babies : Nature News & Comment 16/02/2017

«By scanning the brains of babies whose siblings have autism, researchers say they have been able to make reasonably accurate forecasts about which of these high-risk infants will later develop autism themselves. The findings raise the prospect of diagnosing autism spectrum disorder (ASD) months before children develop symptoms, a goal that has proved elusive. Nature looks at the new study and its implications. Why has it been so tough to diagnose autism in infants? Children typically show symptoms of ASD, such as difficulty making eye contact, after the age of 2. Researchers believe that the brain changes underlying ASD begin much earlier ...” possibly even in the womb. But behavioural assessments haven't been helpful in predicting who will get autism, says Joseph Piven, a psychiatrist at the University of North Carolina (UNC) in Chapel Hill, who co-led the study, published online in Nature1. "Children who end up with autism at 2 or 3, they don't look like they have autism in the first year," he says. Are there genetic signatures or biomarkers that could help predict an autism diagnosis?»...

<< Sommaire
nature

Le Bulletin officiel - Ministere de l'Education nationaleCertification d'aptitude professionnelle aux pratiques de l'éducation inclusive 16/02/2017

«Personnels Certification d'aptitude professionnelle aux pratiques de l'éducation inclusive et formation professionnelle spécialisée Pratiques de l'éducation inclusive et formation professionnelle spécialisée décret n° 2017-169 du 10-2-2017 - J.O. du 12-2-2017 (NOR MENE1704063D) Certification d'aptitude professionnelle aux pratiques de l'éducation inclusive Organisation de l'examen pour l'obtention du certificat d'aptitude professionnelle aux pratiques de l'éducation inclusive (Cappei) arrêté du 10-2-2017 - J.O. du 12-2-2017 (NOR MENE1704065A) Organisation de la formation professionnelle spécialisée et de la préparation au certificat d'aptitude professionnelle aux pratiques de l'éducation inclusive Organisation de la formation professionnelle spécialisée à l'intention des enseignants chargés de la scolarisation des élèves présentant des besoins éducatifs particuliers liés à une situation de handicap, de grande difficulté scolaire ou à une maladie arrêté du 10-2-2017 - J.O. du 12-2-2017 (NOR MENE1704067A) Certificat d'aptitude professionnelle aux pratiques de l'éducation inclusive et formation professionnelle spécialisée Circulaire relative à la formation professionnelle spécialisée et au certificat d'aptitude professionnelle aux pratiques de l'éducation inclusive (Cappei) circulaire n° 2017-026 du 14-2-2017 (NOR MENE1704263C)»...

<< Sommaire
education.gouv

Bordeaux : les precaires de l'Education nationale manifestent devant le rectorat - Sud Ouest.fr 15/02/2017

«VIDEO - Manifestation ce mercredi après-midi devant le Rectorat pour réclamer un vrai statut pour les salariés précaires accompagnant les élèves handicapés Agathe est actuellement employée à l'Etablissement régional d'enseignement adapté (Erea) d'Eysines. Elle a d'abord effectué 6 ans de contrat de droit public en tant qu'accompagnant des élèves en situation de handicap (AESH). Cette durée maximale atteinte, elle a enchainé avec deux années en contrat de droit privé en tant qu'auxiliaire de vie scolaire pour la même activité. Depuis un an, elle est à nouveau AESH et quand elle réclame une titularisation en CDI, l'Education nationale qui l'emploie lui répond qu'elle le sera éventuellement au terme de six nouvelles années. Soit 14 ans de travail précaire à raison d'une vingtaine d'heures par mois payée 600 euros." La récente affaire Fillon avait inspiré: "Nous ne sommes pas des Pénélopes: nous, nous avons des emplois réels mais nos salaires sont fictifs", scandaient-ils avant qu’une délégation du collectif CGT Educ’action soit reçue en audience. "Une de plus", soupirait une des précaires.»
[...]
«Dominique Marchal, co-secrétaire académique du syndicat CGT Education, évoquait cette situation dans le cadre de la manifestation de ces personnels précaires dont il réclame depuis plusieurs années "un vrai salaire, un vrai statut, un vrai emploi." Une quarantaine de personnes s’est rassemblée hier en début d’après-midi pour manifester leur consternation sur cette situation "que l’Education nationale semble nier depuis près de 10 ans." La récente affaire Fillon avait inspiré: "Nous ne sommes pas des Pénélopes: nous, nous avons des emplois réels mais nos salaires sont fictifs", scandaient-ils avant qu’une délégation du collectif CGT Educ’action soit reçue en audience. "Une de plus", soupirait une des précaires. »...

<< Sommaire
sudouest

Early brain development in infants at high risk for autism spectrum disorder : Nature : Nature Research 15/02/2017

«Brain enlargement has been observed in children with autism spectrum disorder (ASD), but the timing of this phenomenon, and the relationship between ASD and the appearance of behavioural symptoms, are unknown. Retrospective head circumference and longitudinal brain volume studies of two-year olds followed up at four years of age have provided evidence that increased brain volume may emerge early in development1, 2. Studies of infants at high familial risk of autism can provide insight into the early development of autism and have shown that characteristic social deficits in ASD emerge during the latter part of the first and in the second year of life3, 4. These observations suggest that prospective brain-imaging studies of infants at high familial risk of ASD might identify early postnatal changes in brain volume that occur before an ASD diagnosis. In this prospective neuroimaging study of 106 infants at high familial risk of ASD and 42 low-risk infants, we show that hyperexpansion of the cortical surface area between 6 and 12 months of age precedes brain volume overgrowth observed between 12 and 24 months in 15 high-risk infants who were diagnosed with autism at 24 months. Brain volume overgrowth was linked to the emergence and severity of autistic social deficits. A deep-learning algorithm that primarily uses surface area information from magnetic resonance imaging of the brain of 6-12-month-old individuals predicted the diagnosis of autism in individual high-risk children at 24 months (with a positive predictive value of 81% and a sensitivity of 88%). These findings demonstrate that early brain changes occur during the period in which autistic behaviours are first emergin»...

<< Sommaire
nature

Le combat de Philippe Cantet reconnu - 15/02/2017 - La Nouvelle Republique Vienne 15/02/2017

«Vingt-cinq jours de grève de la faim devant le conseil général, six années de combat, des courriers par dizaines...¦ les parents de Camille, atteinte d'une maladie génétique rare (1), viennent de voir leur point de vue reconnu par la Cour de Cassation. « Désormais, lorsque des parents contesteront une décision d'orientation de la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH), l'effet suspensif de cette démarche permettra de prolonger l'orientation précédente, même si cette dernière est arrivée à terme. Ceci évitera des ruptures d'accueil encore trop fréquentes » réagit Philippe Cantet. « Nous sommes ravis de cette nouvelle et de cette décision utile à tous. » En effet, l'arrêt est sévère sur la décision de la cour d'appel qui refaisait tout l'historique du conflit. Il reconnaît le caractère fondamental du droit à l'éducation de tous, quel que soit le handicap. Il y a donc bien eu atteinte au droit à l'instruction.»
[...]
«Atteinte au droit En effet, l'arrêt est sévère sur la décision de la cour d'appel qui refaisait tout l'historique du conflit. Il reconnaît le caractère fondamental du droit à l'éducation de tous, quel que soit le handicap. Il y a donc bien eu atteinte au droit à l'instruction. Il reconnaît aussi la liberté d'expression des parents qui avaient contesté parfois vertement les méthodes éducatives de l'institut via des mails, un blog et des articles dans la presse. Liberté d'expression que l'IRJS avait voulu museler en faisant signer aux parents de Camille un protocole où ils s'engageaient au silence en contrepartie du retour de leur fille. La cour d'appel avait justifié la méthode employée et pointé la faute des parents qui avaient refusé de signer ce protocole. Illégal, répond la Cour de Cassation ! »...

<< Sommaire
lanouvellerepublique

Scandale Depakine - Marine Martin : une maman contre un labo 14/02/2017


«Alors que le danger était connu des médecins, de très nombreuses femmes enceintes épileptiques ont pris de la Dépakine pour se soigner...¦et des milliers d'enfants ont développé des troubles autistiques et physiques. Touchée elle aussi par ce nouveau scandale sanitaire, Marine Martin a décidé de dénoncer et de nous raconter. Un combat qui finit par payer. Grâce à l'Apesac, l'association créée en 2011 pour défendre les victimes de la Dépakine, Marine Martin a obtenu la création d'un fonds d'indemnisation spécifique en 2016. Les femmes épileptiques sont également mieux informées sur les risques d'avoir un enfant présentant des troubles autistiques lorsqu'elles ont pris de la Dépakine pendant leur grossesse. Fin 2016, l'association a enfin déposé une action de groupe contre un grand laboratoire pharmaceutique, une première en France. L'objectif étant d'établir la responsabilité du laboratoire dans les malformations et les troubles du développement des enfants dont les mères avaient reçu un traitement à base de valproate de sodium (Dépakine, Dépakote ou Dépamide) pendant leur grossesse. Retour sur le parcours d'une lanceuse d'alerte ordinaire.» [...]
«Vous vous définissez comme une lanceuse d’alerte de la Dépakine ? Oui, car sans mon engagement on n’en serait pas là ! Les qualités pour être lanceur d’alerte ? Il faut être organisé, avoir de la méthode, pour ne pas partir dans tous les sens, et une bonne connaissance du système de santé. Vous connaissiez les risques pour les femmes enceintes ? Je savais que l’épilepsie comportait des risques pour ma grossesse, mais le lien avec la Dépakine s’est fait beaucoup plus tard. Comment s’est posée la question du handicap ? À la naissance, mon fils avait une malformation du canal urinaire qui pouvait s’opérer. Au fur et à mesure de son développement, des anomalies se sont révélées. Il ne s’est pas mis à marcher et à deux ans et demi, il ne parlait toujours pas. Nous avons fini par diagnostiquer des troubles du langage et des troubles de la relation. Une façon de dire qu’il était autiste. Ça a été un choc ? Oui, ça a été un nouveau coup dur. J’ai fait des nuits blanches. Tout bascule. On prend conscience que son enfant est handicapé, et qu’il va falloir envisager des séances de rééducation, un suivi régulier chez le pédopsychiatre, prendre contact avec la MDPH… En même temps, savoir est aussi un soulagement ? Un peu sur le moment. Mais le diagnostic n’explique pas pourquoi il a développé ces pathologies. Et j’avais le sentiment qu’on me décourageait de comprendre le pourquoi du comment. Comment avez-vous fait le lien avec la Dépakine ? Mon fils avait à la fois des troubles autistiques, des troubles du langage, des troubles psychomoteurs et des malformations. Je me suis demandé s’il y avait des médicaments dangereux pour les femmes enceintes. J’ai fait des recherches sur Internet. La Dépakine était citée dans plusieurs études comme l’un des plus dangereux. Les pathologies possibles collaient avec celles de mon fils. Comment avez-vous réagi ? Je suis tombée des nues. On m’avait menti pendant des années. Les risques étaient connus, mais les laboratoires ont caché ces informations. Qu’est-ce qui vous a poussé à vous engager ? Après un cauchemar, le 31 décembre 2010. Je voyais un viol et je n’intervenais pas. J’ai pris conscience qu’il fallait que je bouge pour les autres mamans. Il y avait non-assistance à personnes en danger. Des centaines de femmes enceintes continuaient à prendre de la Dépakine ! Après, les choses se sont accélérées… Oui. J’ai commencé à contacter d’autres familles, dont une mère de Tours qui avait déjà porté plainte en 2008 et perdu son procès. J’ai pris conscience qu’il fallait agir à plusieurs pour gagner. En 2010-2011, avec le scandale du Médiator, Irène Frachon, également mère de famille, m’a démontré qu’on pouvait s’attaquer à un gros laboratoire. Dans le même temps, nous avons créé une association de défense des victimes. Grâce à des articles dans la presse locale, d’autres familles nous ont contacté. Nous avons réuni de nombreux dossiers médicaux. Et les premières plaintes ont déposées contre le laboratoire. Ce combat n’était pas gagné d’avance… Du tout. Au début on m’a ignorée. Le plus difficile est de se faire entendre au niveau de l’État. On a l’impression qu’il protège les laboratoires, alors que nous faisons le travail de pharmacovigilance qui est de sa responsabilité ! Il faut y croire, et ne pas avoir peur. Les choses ont bougé lorsque la presse nationale s’est emparée de l’affaire. Vous avez remporté plusieurs batailles. Le combat continue ? Plus que jamais. On se bat par exemple pour imposer un logo « interdit aux femmes enceintes » sur les boites de médicaments, comme pour l’alcool. Mais il faut pour cela changer la loi et donc continuer le lobbying auprès des parlementaires et du gouvernement. Il est très important aussi de réévaluer les autres médicaments. Aujourd’hui, je suis fière du chemin parcouru. Des enfants sont sauvés. Des mamans ne prennent plus le médicament. Le fonds d’indemnisation des victimes va permettre d’aider et de soulager les familles. Retrouvez l’intégralité de l’entretien avec Marine Martin dans le magazine Déclic 176 de mars-avril 2017. Julius Suzat »...

<< Sommaire
magazine-declic

Financez vos vacances adaptees en famille | Declic 14/02/2017

«Le surcout lié au handicap peut peser lourd dans le budget des vacances adaptées. Pour compenser, des aides financières existent. On vous dit quels organismes solliciter pour faire baisser la facture. Définir le surcout lié au handicap Vous pouvez faire une demande auprès de la MDPH (Maison Départementale pour Personnes Handicapées), que vous releviez de le PCH (Prestation de Compensation du Handicap) ou de l'AEEH (Allocation d'éducation de l'enfant handicapé). Sachez cependant qu'il est plus facile d'obtenir de l'aide financière pour un séjour adapté (en colonie de vacances par exemple) que pour des vacances en famille. On vous demandera de justifier le surcout lié au handicap : c'est-à-dire la différence entre ce que vous allez payer et un séjour comparable pour une famille dont aucun membre n'est en situation de handicap. Il faut donc présenter un devis comparatif. Le surcout peut correspondre à un besoin d'accompagnement, pour financer par exemple le recours à des animateurs dans un village vacances. Il peut aussi être lié à un besoin de matériel adapté : louer une jollette, un monopousseur, des skis adaptés, un hippocampe, etc. Anticipez plusieurs mois à l'avance afin que votre demande puisse être étudiée par votre référent MDPH. L'AEEH et la PCH peuvent être mobilisés ...¢ Demandez une revalorisation de votre complément AEEH en intégrant les dépenses liées aux vacances. ...¢ Dans le cadre de la PCH, demandez une aide au titre du volet « frais exceptionnels et charges spécifiques » : ce volet englobe des besoins divers, matériels ou humain, non pris en compte dans les autres volets. Les besoins spécifiques peuvent également être signalés lors de la préparation du plan personnalisé de compensation dans le cadre de l'évaluation du volet aide humaine. Vous pouvez aussi mobilisez le volet « surcouts liés aux transports » à condition de pouvoir le justifier. Cette aide est mobilisée surtout pour les séjours adaptés quand la personne ne peut se déplacer seule. Les aides aux vacances Mutuelles et comités d'entreprise Les mutuelles et comités d'entreprise disposent parfois de crédits pour vous aider à financer vos vacances au titre du surcout lié au handicap. Envoyez un devis du séjour en décrivant le projet de vacances et votre besoin d'aide pour le financer. Les chèques vacances Pensez aux aides de l'ANCV (association nationale des chèques vacances). Des associations nationales en lien avec le handicap comme l'APF ou l'AFM Téléthon, mais aussi des associations locales, ont passé des conventions avec l'ANCV permettant aux adhérents, sous condition de ressources, de bénéficier de l'Aide au projet vacances ou de la Bourse solidarité famille.»
[...]
«Les associations Les associations spécialisées comme le Réseau Passerelles proposent des séjours dans des villages vacances dont le surcoût lié au recrutement d’animateurs est pris en charge via des conventions avec la CAF et des groupes de protection sociale. Certaines associations proposent également du matériel de loisir adapté. Quelle que soit votre situation, faites appel à des associations, soit généralistes, soit liées à un handicap. Elles vous aideront dans vos démarches et vous proposeront des alternatives. Avis d’expert : faire avancer l’inclusion dans le domaine des loisirs Marjolaine Chassefière, responsable de l’accueil et des familles, association Halte Pouce (34). Le coût le plus élevé pour les familles correspond à l’accompagnement complémentaire, soit pour des besoins spécifiques, soit au quotidien pour soulager la famille. Dans ce cas, la MDPH peut aider, mais comme ses ressources sont limitées, les cas de prise en charge des surcoûts liés aux loisirs, dans le cadre de vacances familiales, sont peu fréquents. Il ne faut pas hésiter à faire les demandes cependant. Plus il y aura de dossiers, plus les MDPH seront sensibilisées à cette question, qui passe souvent au second plan. Il est important de faire avancer l’inclusion dans le domaine des loisirs. »...

<< Sommaire
magazine-declic

Autism risk higher for females with 'male-like brains' | Genetic Literacy Project 13/02/2017

«One feature of brain anatomy that is characteristic of males is associated with an increased risk of autism, according to a [recent study]. Women with male characteristic brains are three times more likely to have autism than women with more "female" brains, the researchers say. Yet the reverse was not been proven true; no evidence indicates that men with more female-trait brains are less at risk for autism than men with typical brains. ...¦ Autism spectrum disorder is two to five times more common in males than in females, according to Christine Ecker, a professor at Goethe University in Frankfurt, Germany...¦[Some researchers] hypothesize that sex-related variations in brain anatomy may contribute to the higher risk among males.»...

<< Sommaire
geneticliteracyproject

''Voila pourquoi votre fille est muette (ou autiste)'' 13/02/2017

«"Voilà pourquoi votre fille est muette" : Expression qui conclut ironiquement un discours verbeux ou incompréhensible, qui s'utilise à la fin d'une conversation après une pseudo-conclusion destinée à couper court aux éventuels commentaires, ou bien qui suit des explications d'une totale évidence. Evidemment, jamais aucun professionnel ne me l'a dit aussi directement - pourquoi ma fille est autiste. Nous, associations de personnes autistes en Bretagne, avons l'habitude de cibler les lacaniens, à cause notamment de la prégnance de Jean-Claude Maleval à Rennes II, à qui a succédé Mireille Perrin. Influence telle que des directeurs généraux de grosses associations disent qu'ils refusent systématiquement de prendre des étudiants venant de Rennes II. Il y a pourtant d'excellents professeurs de psychologie du développement en Bretagne, y compris à Rennes II. Une pédopsychiatre, pionnière de l'autisme en Bretagne (et défendant la psychanalyse, pas dans l'autisme, bien sur) me disait que les pédopsychiatres français étaient "post-kleiniens" et non lacaniens. Je n'ai absolument pas envie de me plonger dans les délices de ces différentes variantes - ni d'ailleurs dans l'oeuvre de Sigmund Freud. Mais Pierre Sans l'a fait pour nous dans son livre, "Chroniques d'un Psychiatre Libertaire"*.»...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Brain structure might explain why boys are 5 times more likely to develop autism - ScienceAlert 12/02/2017

«Researchers have discovered that girls with brain structures that are more "male typical" are more likely to develop autism than those with "female typical" brains. The find could help explain why boys are two to five times more likely to be diagnosed with autism than girls. Autism spectrum disorders (ASD) are neurodevelopmental disorders characterised by impaired social interactions, as well as impaired verbal and non-verbal communication. But autism is significantly more likely to be diagnosed in boys than girls, so why does this divide exist? Recent studies have suggested that females have different types of symptoms, which could leave them undiagnosed, but a new study from Goethe University in Germany has found that brain development might also play a role. "The assumption was that if the male brain were more vulnerable to ASD, then maybe the brains of females with autism have features that resemble the more male-like brain," one of the researchers, Christine Ecker, told Alice Park at Time magazine. To be clear, male and female brains aren't all that different. But there are certain neurological aspects that are more common in males than females. One of those is a thin cerebral cortex. To see if this played a role in autism rates, the team took 98 high-functioning adults with ASD (49 male and 49 female), and matched them with a neurotypical control each. When the researchers performed an MRI on each of the patients, they assessed the thickness of the cerebral cortex - a part of the brain that plays a key role in memory, attention, perception, and awareness. The cortex, which is typically slightly thinner in males, was found to be thinner in all ASD adults - and the difference in thickness was especially noticeable for females. "Biological female individuals with a more male-typic pattern of brain anatomy were significantly (i.e. three times) more likely to have ASD than biological female individuals with a characteristically female brain phenotype," the researchers wrote in their paper.»
[...]
«Ecker's next project hopes to address these questions by looking at the functional changes a thinner cortex has on the male and female brain. But the findings point to what could be a new avenue for diagnoses in the future, and could help researchers in the future distinguish between the wide array of symptoms that can present across both girls and boys. "These findings give more credibility that biology of the brain plays a major role in the development of ASD," Matthew Lorber from Lenox Hill Hospital in New York, who was not involved in the research, told UPI. "It also suggests that when trying to diagnose ASD, it might make sense to examine the cortical regions in the brain." For a disorder that we're still struggling to understand, research into how it works is always welcome. The research has been published in JAMA Psychiatry. »...

<< Sommaire
sciencealert

Attention and Working Memory in Adolescents with Autism Spectrum Disorder: A Functional MRI Study. - PubMed - NCBI 12/02/2017

«Abstract The present study examined attention and memory load-dependent differences in the brain activation and deactivation patterns between adolescents with autism spectrum disorders (ASDs) and typically developing (TD) controls using functional magnetic resonance imaging. Attentional (0-back) and working memory (WM; 2-back) processing and load differences (0 vs. 2-back) were analysed. WM-related areas activated and default mode network deactivated normally in ASDs as a function of task load. ASDs performed the attentional 0-back task similarly to TD controls but showed increased deactivation in cerebellum and right temporal cortical areas and weaker activation in other cerebellar areas. Increasing task load resulted in multiple responses in ASDs compared to TD and in inadequate modulation of brain activity in right insula, primary somatosensory, motor and auditory cortices. The changes during attentional task may reflect compensatory mechanisms enabling normal behavioral performance. The inadequate memory load-dependent modulation of activity suggests diminished compensatory potential in ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Connectivity-based parcellation reveals distinct cortico-striatal connectivity fingerprints in Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI 12/02/2017

«Abstract Autism Spectrum Disorder (ASD) has been associated with abnormal synaptic development causing a breakdown in functional connectivity. However, when measured at the macro scale using resting state fMRI, these alterations are subtle and often difficult to detect due to the large heterogeneity of the pathology. Recently, we outlined a novel approach for generating robust biomarkers of resting state functional magnetic resonance imaging (RS-fMRI) using connectivity based parcellation of gross morphological structures to improve single-subject reproducibility and generate more robust connectivity fingerprints. Here we apply this novel approach to investigating the organization and connectivity strength of the cortico-striatal system in a large sample of ASD individuals and typically developed (TD) controls (N=130 per group). Our results showed differences in the parcellation of the striatum in ASD. Specifically, the putamen was found to be one single structure in ASD, whereas this was split into anterior and posterior segments in an age, IQ, and head movement matched TD group. An analysis of the connectivity fingerprints revealed that the group differences in clustering were driven by differential connectivity between striatum and the supplementary motor area, posterior cingulate cortex, and posterior insula. Our approach for analysing RS-fMRI in clinical populations has provided clear evidence that cortico-striatal circuits are organized differently in ASD. Based on previous task-based segmentations of the striatum, we believe that the anterior putamen cluster present in TD, but not in ASD, likely contributes to social and language processes»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Implementation evaluation of early intensive behavioral intervention programs for children with autism spectrum disorders: A systematic review of s... - PubMed - NCBI 12/02/2017

«Abstract For young children with autism spectrum disorders, one of the choice interventions is Early Intensive Behavioral Intervention. Over the past ten years, its effectiveness has been abundantly evaluated based on various parameters, including the intensity and duration of the intervention. Despite major advances in effectiveness evaluation, data concerning the implementation of the intervention are often described briefly, and the active ingredients of the intervention are but rarely linked to the documented effects. OBJECTIVES: This study aims at reviewing with a systematic method, the studies pertaining to EIBI provided to children with autism spectrum disorders over the past ten years (2005-2015) and at documenting the program implementation components described in the studies, based on Dane and Schneider's (1998) model in accordance with PRISMA guidelines. RESULTS: The results show that, although the variables related to intervention dosage and protocol are relatively well described, the authors do not always consider them in the effects analysis. Furthermore, the majority of the studies did not report information on intervention participation, differentiation or quality. CONCLUSIONS: Data concerning the implementation of the intervention are partially described in the articles retained. In this regard, a better description of the intervention provided and a more systematic evaluation of its implementation seem necessary to detect the subtle differences in the effects of the intervention.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

The influence of sex and age on prevalence rates of comorbid conditions in autism. - PubMed - NCBI 12/02/2017

«Abstract Individuals with ASD frequently experience one or more comorbid conditions. Here, we investigate the influence of sex and age-two important, yet understudied factors-on ten common comorbid conditions in ASD, using cross-sectional data from 4790 individuals with ASD and 1,842,575 individuals without ASD. Epilepsy, ADHD, and CNS/cranial anomalies showed exceptionally large proportions in both male (>19%) and female (>15%), children/adolescents with ASD. Notably, these prevalence rates decreased drastically with age in both males and females. In contrast, the prevalence of schizophrenia increased with age affecting a disproportionately large number of older (≥35 year) adult males (25%), compared to females (7.7%), with ASD. Bowel disorders showed a complex U-pattern accompanied by changes in sex disparity with age. These results highlight crucial differences between cross-sectional comorbidity patterns and their interactions with sex and age, which may aid in the development of effective sex- and age-specific diagnostic/treatment strategies for ASD and comorbid conditions»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

This British Autism Charity Has Promoted ''Dangerous'' Unlicensed Treatments 11/02/2017

«A registered British autism charity has promoted "dangerous", "harmful" unlicensed medicines and made unfounded claims about the risks of vaccines, BuzzFeed News can reveal. The Autism Trust UK is based in Camberley, Surrey, and describes itself as a "vocational training and support centre for individuals with autism and families". It was founded in 2007 by Polly Tommey, a noted anti-vaccine campaigner, whose son Billy had been diagnosed with autism. BuzzFeed News has established that, over the last five years, the charity's social media accounts have linked to sites apparently promoting various pseudoscientific "treatments" for autism, long after some of those treatments were widely condemned as dangerous. The charity has also repeatedly raised unfounded links between vaccines and autism, and suggested that other vaccines, such as the human papilloma virus (HPV) vaccine, have injured or killed children. The Times revealed last week that Tommey has close links to Andrew Wakefield, the disgraced anti-vaccine campaigner and struck-off doctor behind the vaccine-autism scare. The treatments promoted through its social media accounts include: ...¢ GcMAF, a scientifically unfounded stem-cell treatment made from human blood which its producers have claimed can "eradicate" autism, along with HIV, cancer and dozens of other diseases; ...¢ Mineral Miracle Solution, or MMS, a chlorine-based bleach which, it is claimed, can "restore partial or full health" to sufferers of a wide variety of illnesses, again including autism, cancer and HIV, when given orally or as an enema; ...¢ "chelation", the chemical removal of heavy metals from the bloodstream; ...¢ vitamin B12 injections for "methylation".»...

<< Sommaire
buzzfeed

Aube Labbe | Editrice, redactrice, blogueuse: LETTRE OUVERTE A MONSIEUR LAURENT MOTTRON 11/02/2017

«Lettre adressée à Monsieur Laurent Mottron, Psychiatre et titulaire de la Chaire de recherche Marcel et Rolande Gosselin en neurosciences cognitives fondamentales et appliquées du spectre autistique de l'Université de Montréal. Monsieur, Ce matin, je suis révoltée à la suite de la lecture de l'article Intervention en autisme deux approches pour les enfants autistes publié dans La Presse + le 7 février dernier. Encore une fois, vous y proposez de tourner la page sur l'intervention comportementale intensive (ICI) et de mettre les interventions faites auprès des enfants autistes entre les mains de leurs parents. Des parents déjà épuisés qui doivent se battre constamment pour le moindre service. Se battre avec les écoles afin de faire reconnaitre les besoins de leurs enfants. Des parents qui n'ont pas accès au répit. Et pour certains, des parents qui n'auront pas la capacité de le faire. Oui, je sais. Le ICI n'est pas parfait. Il a des lacunes. Il ne convient pas à tous les enfants autistes, surtout, s'il est mal « administré ». Je suis de ces personnes qui pensent que le gouvernement gagnerait à offrir aux parents une intervention adaptée aux besoins et au profil autistique de chaque enfant. Qu'il arrête d'offrir une méthode unique. Des méthodes de « prises en charge » de l'autisme, il y en a plusieurs. Comme chaque enfant autiste est différent, il est important de bien cibler les besoins et le mode de fonctionnement de chacun afin d'offrir une intervention précoce adaptée à chaque profil.»
[...]
« UN DISCOURS QUI NE REJOINT PAS TOUT LE MONDE Monsieur Mottron, j'ai le plus grand respect pour vous. Mais parfois je ne peux que me demander si vous ne travaillez pas qu'avec des personnes autistes, adultes, de haut niveau de fonctionnement ou Asperger. Parce que lorsque je vous lis, il m’apparaît très clairement que vous ne semblez pas savoir grand-chose sur ce que les familles de l'autisme vivent sur le terrain. Dans vos grands et beaux discours, vous semblez oublier complètement les familles dont les enfants n’entrent pas dans la case « fonctionnels en devenir ». Lorsque je vous lis, je ne peux que me poser la question à savoir qui finance vos études et me demander ce que vous avez à y gagner en fin de compte. Parce que depuis ces trois dernières années que je vous lis, je peux assurer que votre discours ne rejoint pas tous les adultes autistes et encore moins toutes les familles, plus particulièrement celles qui ont des enfants demandant un niveau de soutien plus élevé. Dernièrement, j'ai regardé l'émission de Deux filles le matin où Louis T. était présent. J'ai aimé lorsque vous parliez de la complexité pour les filles, les femmes, d'obtenir un diagnostic d'autisme Asperger, le profil chez ces dernières étant encore mal connu. J'ai trouvé la plupart de vos interventions concernant le syndrome d'Asperger pertinentes. Cependant, j'aimerais comprendre de quel droit vous vous êtes permis de reprendre publiquement Monsieur Tremblay, devant des milliers de téléspectateurs, lorsqu'il vous a parlé de ses émotions. De quel droit remettez-vous en doute les paroles du professionnel qui l'a diagnostiqué? Il me semble que la première chose lorsqu'une personne est à la tête de recherches est de garder un esprit critique et d'admettre qu’on ne sait pas tout. Lorsque vous lui avez dit en vos mots que c'était du n'importe quoi cette idée des émotions limitées, je me suis décomposée par en dedans pour lui. Parce que je n'ai pas la forte personnalité de monsieur Tremblay. Parce que si personnellement on m'avait fait une chose pareille, je l'aurai vécu comme une humiliation et ma confiance en moi, si durement acquise, en aurait pris un coup. Votre commentaire était gratuit. De plus, vous n'avez même pas cherché à expliquer votre point de vue de professionnel sur le sujet par la suite. UNE PEUR BIEN RÉELLE ET PARTAGÉE Monsieur Mottron, vous êtes un professionnel connu du milieu. Je devrais vous respecter et croire que le travail que vous faites, vous le faites pour le mieux. Que vous le faites pour aider une cause que je porte fièrement à bout de bras depuis trois ans déjà. Mais je ne peux pas. Je ne peux pas parce que présentement, mon sens critique ne me le permet pas. Je ne peux pas parce que comme c'est le cas pour d'autres parents, vous me faites peur. J'ai peur qu'avec vos discours, vous ne fassiez que davantage fragiliser et diviser un milieu qui l'est déjà beaucoup. J'ai peur que vous fassiez en sorte que nous, les parents d'enfants qui demandent un niveau de soutien important, perdions le peu d'aide que nous avons en ce moment. J'ai peur que par vos mesures, vous épuisiez davantage les familles de l’autisme. J'ai peur qu'épuisé, nous ne soyons plus en mesure d'aider suffisamment nos enfants. Et qu'au final, on mette encore sur le dos des parents de l'autisme qu'ils sont psychologiquement fragiles. Monsieur Mottron, depuis plus de quatre ans, je suis divers spécialistes en autisme. Depuis trois ans, je vous lis et vous écoute sans rien dire. Mais combien de fois j'ai sursauté sur ma chaise en écoutant vos propos. Aujourd’hui, suite à ma dernière lecture, je ne pouvais plus me taire. Mais j'espère sincèrement que vous ne verrez pas mes propos comme une attaque personnelle contre votre personne. Je n’ai personnellement pas cette méchanceté. J'espère cependant que vous les prendrez pour ce qu'ils sont : le cri du coeur d'une maman qui a peur, non seulement pour l'avenir de ses enfants, mais aussi pour l'avenir des futurs parents de la communauté de l’autisme. Aube Labbé »...

<< Sommaire
aubelabbe

Autisme et emotions : quelques pistes ! - EMC, partageons ! 11/02/2017

«L'axe « sensibilité : soi et les autres » est un nouvel élément apparu dans les programmes d'EMC. Il consiste notamment à apprendre aux élèves à identifier les principales émotions (joie, tristesse, colère, peur) et à les exprimer. Ces compétences sont fondamentales dans la vie quotidienne et le vivre ensemble. Pouvoir reconnaitre des émotions permet de mieux comprendre l'autre et d'être capable d'empathie. Etre en mesure de communiquer ses émotions permet de ne pas se laisser submerger par elles : lorsque les mots manquent, il est fréquent de voir des élèves avoir recours à d'autres moyens pour se faire comprendre (coups, crises...¦). L'élève porteur de troubles du spectre autistique (TSA) éprouve le plus souvent grand mal à « lire dans le regard de l'autre ses émotions et ses pensées, à interpréter les mimiques de son visage, ses gestes et ses postures, toutes choses absolument nécessaires pour s'ajuster à lui dans une interaction ». (Scolariser les élèves autistes ou présentant des troubles envahissants du développement, MEN) Il est donc nécessaire de leur enseigner comment décoder leurs propres états mentaux et ceux des autres. Cet article vise à expliciter quelques Besoins Educatifs Particuliers (BEP) rencontrés par des élèves porteurs de TSA, et à donner quelques pistes de médiations possibles.»...

<< Sommaire
emcpartageons

Decouvrir le cerveau a l'ecole - Reseau Canope 11/02/2017

«Les sciences cognitives au service des apprentissages - Corinne Sourbets, Céline Lano, Thierry Potdevin, Amélie Lubin, Sandrine Rossi Nouveauté imprimé support numérique en ligne Niveau : formation des personnels de direction et d'inspection formation des professeurs des écoles école maternelle C'est pour vous ! personnel des services de l'éducation nationale enseignant Comment prendre en compte le fonctionnement cognitif et neurocognitif de l'élève pour permettre la construction des connaissances et des compétences scolaires ? Comment associer ces progrès à la pratique quotidienne de la classe ? cet ouvrage propose : un regard scientifique élémentaire sur le cerveau, organe généralement méconnu ; 5 séquences pédagogiques innovantes pouvant contribuer à de meilleurs apprentissages chez tous les élèves et ce, dès le plus jeune âge.»...

<< Sommaire
reseau-canope

Cybersecurite, on a un vrai besoin de specialistes (et ce n'est pas simple !) 10/02/2017

«L'innovation digitale ne pourra pas se faire dans de bonnes conditions si les systèmes et architectures numériques sont vulnérables. Ou alors, adieu la confiance des clients ! En France, entre 2015 et 2016, plus d'une cyber-attaque sur quatre a abouti à une violation effective des dispositifs de sécurité[1]. En matière de cybersécurité, la prise de conscience des entreprises n'est pas encore à la hauteur des menaces et des risques. Si la sensibilisation générale des employés est indispensable, des profils dédiés doivent également être recrutés. Or, on constate que ces spécialistes sont plutôt rares sur le marché de l'emploi et déjà très demandés. La pénurie ne va-t-elle pas s'aggraver ? Quels sont ces profils tant attendus ? Est-ce que les jeunes ont envie d'aller vers ces métiers ? Dans un documentaire de la BBC, Richard Benham, président du National Cyber Management, prédit qu'en 2017 « une grande banque fera faillite suite à une cyberattaque ayant entrainé une perte de confiance et des retraits massifs ». Les chiffres dévoilés dans la presse (augmentation constante des cyberattaques, multiplication des virus, intensification du phénomène des ransomwares...¦) font peur. Ils prouvent cependant un point : la cybersécurité sera un thème central en 2017. L'innovation digitale (Internet des objets, data management, réalité virtuelle, connectivité...¦) ne pourra pas se faire dans de bonnes conditions si les systèmes et architectures numériques sont vulnérables. Ou alors, adieu la confiance des clients ! La cybersécurité est un sujet très transversal. Un salarié utilisant un mot de passe tel « 1,2,3,4,5,6 » est une bénédiction pour les cybercriminels. Vous fermez votre porte avec une clé ? Pourquoi, sur Internet, utilisez-vous un bout de ficelle ? De l'autre côté du spectre, des spécialistes de la cybersécurité doivent être capables de gérer des attaques particulièrement complexes. Il y a donc deux axes de travail pour les entreprises : sensibiliser l'ensemble de leur écosystème (salariés, fournisseurs, clients...¦) et s'appuyer sur des profils dédiés. Métiers et profils en tension En France, le volume d'offres d'emploi s'avère nettement supérieur au nombre de professionnels intéressés par la cybersécurité. Si l'écart entre offre et demande est plus faible que d'autres pays (en Israël, ratio de 5 000 offres d'emploi pour 1 500 professionnels intéressés !), la France doit continuer à investir pleinement sur ce sujet afin d'anticiper l'ensemble des risques et de poursuivre sa transformation digitale dans de bonnes conditions. Le poste le plus difficile à recruter est celui d'ingénieur en cybersécurité. Il est d'autant plus difficile à recruter que chaque entreprise a ses propres enjeux et systèmes : il faut donc identifier un professionnel ayant un bagage technique large et polyvalent pour comprendre des problématiques et des langages variés. On demande également à ces professionnels d'avoir le bon état d'esprit. Un spécialiste de la cybersécurité doit être éthique et créatif. Il doit aimer résoudre des problèmes (jusqu'à penser comme un hacker sans franchir la ligne rouge) et devra anticiper les futures attaques. On cherche donc des personnes agiles et débordantes de cette attitude qui consiste à « think outside the box ».»...

<< Sommaire
journaldunet

New MIT research center looks to treat, cure autism | Boston Herald 10/02/2017

«A new, privately funded, multimillion-dollar research center at MIT will try to cure and treat autism by studying new, novel and "far out" treatments. "NIH wouldn't support this in a million years, some of the things we have planned," said Bob Desimone, director of Massachusetts Institute of Technology's McGovern Institute for Brain Research, which will oversee the new center. "We're thinking of approaches that would involve gene changes, even in adults," he said. "It's kind of far out there, but if anybody is going to try it, we are." The new Hock E. Tan and K. Lisa Yang Center for Autism Research is funded by a $20 million donation by Tan and Yang, parents of two children ...” now adults ...” who are on the autism spectrum. "It may not help my children, but at some stage, this is something that needs to be done," Yang said. "This disorder is not unique to our family. It's a very difficult disorder to struggle with." Tan is an MIT alumnus and chief executive of California computer chip company Broadcom.»...

<< Sommaire
bostonherald

e-FRAN : Stanislas DEHAENE presente le projet LUDO 10/02/2017

«LUDO, un logiciel open source pour l'apprentissage ludique des fondamentaux sur les nombres et la lecture en grande section de maternelle. Les 22 projets lauréats de l'action e-FRAN pour le développement de Territoires Educatifs d'innovation numérique ont été lancés par Najat Vallaud Belkacem, ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, Louis Schweitzer, commissaire général a l'Investissement, Nicolas Chung représentant le directeur général du groupe Caisse des Dépôts et Jean Marc Monteil, chargé d'une mission interministérielle sur le numérique éducatif. Parmi ces projets qui bénéficient d'un soutien financier du PIA de près de 20 millions d'euros auxquels s'ajouteront les financements apportées par les partenaires figure le projet Ludo. Ludo, c'est la conception, le développement et l'expérimentation en grandeur réelle d'un logiciel open source pour l'apprentissage ludique des fondamentaux sur les nombres et la lecture en grande section de maternelle. Le logiciel se présentera sous forme d'une suite de jeux sur tablette et rassemblera l'ensemble des idées qui ont fait leurs preuves en sciences cognitives de la lecture et des mathématiques. Le projet rassemble des partenaires complémentaires. Il est coordonné par l'unité INSERM/CEA de Neuro imagerie Cognitive dirigée par Stanislas Dehaene, professeur au Collège de France, qui est forte d'une vingtaine d'années de recherche de pointe dans les domaines des neurosciences cognitives des apprentissages, notamment des nombres et de la lecture, et est déjà très actif dans le développement de logiciels pour l'apprentissage des mathématiques. Les recherches in situ seront menées par les académies de Poitiers et de Nice, qui sont fortement motivées et impliquées dans la mise en place de tablettes en maternelle et en primaire.»...

<< Sommaire
educavox

Un documentaire antivaccin provoque une vive controverse a Bruxelles 10/02/2017

«Le film « Vaxxed », de l'ancien chercheur et médecin Andrew Wakefield, radié par ses pairs pour avoir publié une étude truquée, devait être projeté dans les locaux bruxellois du Parlement européen. Une crucifixion en règle. » C'est ainsi que la députée européenne Michèle Rivasi (EELV-Groupe Les Verts) décrit la vive controverse qu'elle a déclenchée en projetant d'organiser, jeudi 9 février, dans les locaux bruxellois du Parlement européen, une projection-débat autour de Vaxxed, un film soutenant la thèse d'un lien entre autisme et vaccination. Devant la polémique, l'événement devait finalement se tenir jeudi matin, mais dans un espace privé, en tout cas hors des bâtiments officiels des institutions européennes. Plus que le documentaire en lui-même, c'est l'identité de son réalisateur, l'ancien chercheur et médecin Andrew Wakefield, qui est responsable de la tempête : en 2010, ce dernier a été reconnu coupable de fraude scientifique par le General Medical Council britannique - l'équivalent, outre-Manche, du Conseil de l'ordre des médecins. Il est, depuis, radié de la médecine par ses pairs. Gastro-entérologue de formation, M. Wakefield est célèbre pour avoir publié en 1998 dans la prestigieuse revue The Lancet, une étude de douze cas d'enfants atteints d'un syndrome atypique - régression vers l'autisme accompagnée d'une inflammation intestinale - peu de temps après l'injection du vaccin ROR (rougeole-oreillons-rubéole). Des données manipulées.»
[...]
«Intense activité des antivaccin L’invitation de M. Wakefield, prévue dans l’enceinte officielle d’une institution européenne, a suscité une intense activité de la part d’associations antivaccin. De nombreux e-mails ont été adressés à des parlementaires, leur signalant la venue de l’ancien médecin et la projection de son film – que Le Monde n’a pas visionné. Des députés écologistes britanniques, bien au fait de l’affaire Wakefield et avertis de la venue de l’intéressé, ont vivement protesté auprès de Mme Rivasi. Interrogée par Le Monde, l’intéressée confesse « découvrir le dossier » Wakefield et avoir organisé la réunion après avoir été saisie par des associations. « Nous avons maintenu l’événement, mais hors du Parlement, pour éviter que cela puisse lui servir de caution ou de tribune, dit-elle au Monde à la veille de la réunion. D’une part, je ne suis absolument pas antivaccin, et d’autre part mon but n’était pas de servir la soupe à M. Wakefield : j’avais ainsi invité l’OMS, qui a décliné, et je compte bien lui poser des questions, sans complaisance. » L’eurodéputée assure que son but est « uniquement de discuter de questions importantes comme les conflits d’intérêts et la sécurité vaccinale » et non de « rentrer dans une polémique sur telle ou telle personnalité ». »...

<< Sommaire
lemonde

Autisme: les parents enfin reconnus dans la prise en charge? 10/02/2017

«Certains parlent d'une révolution. D'autres estiment que ces premiers progrès ne sont qu'un maigre début. A Lyon, l'amphithéâtre d'un centre de formation professionnelle a accueilli, le 2 février 2017, familles, professionnels et chercheurs pour une journée dédiée à « l'évolution dans les prises en charge de l'accompagnement des personnes avec des troubles du spectre autistique ». Un événement inédit, organisé par l'URAFRA (Union régionale autisme des associations de familles Auvergne Rhône-Alpes) avec pour objectif de repérer, entre autres, « les outils d'analyse et d'évaluation » mis en place pour améliorer les modalités de prise en charge. Parmi les sujets abordés, la place de la famille et le rôle des parents dans l'accompagnement de la personne étaient au coeur des échanges. « C'était de notre faute » « Avant les années 90, on nous disait que le retard de développement de notre enfant était de notre faute », témoigne Mireille Laverty, maman d'une personne autiste et intervenante. Elle rappelle que ce n'est qu'à partir des années 2000 que les parents commencent à être reconnus par les professionnels de l'accompagnement et par le personnel soignant. En France, l'autisme est considéré comme un handicap depuis 1996, date de la loi Chossy. « Notre situation était peu envieuse, ajoute la mère de famille. Il nous était difficile d'imaginer l'avenir de notre enfant. » Aujourd'hui, elle reconnait que la place de la famille est davantage prise en considération par les professionnels, et que des efforts sont faits, notamment, en termes de scolarisation. « Après tout, si les professionnels sont des experts de l'autisme, les parents sont les experts de leur enfant », ajoute-t-elle. Des parents-partenaires ? « La notion de parent-partenaire est une vraie nouveauté ; elle permet à la famille d'affirmer son rôle et son autorité parentale, assure Gloria Laxer, directrice de recherche en sciences de l'éducation à l'Université Lyon II, qui est également intervenue à l'occasion de cette journée. Il doit être reconnu comme celui qui accompagne. Il est garant du parcours de son enfant autiste. » De plus en plus pris en compte, les parents apportent, dans le cadre d'un parcours de soin, des informations essentielles concernant les habitudes, les besoins et l'accompagnement de la personne. D'où la nécessité, selon plusieurs intervenants, de répartir la responsabilité de prise en charge entre « les décideurs, les familles, les opérateurs et les financeurs », en plus de dispenser des formations adaptées. « Il faut avoir une vision pluridisciplinaire de l'éducation », martèle l'universitaire. Une approche transversale selon laquelle chacun apporte son savoir-faire, ses compétences et les connaissances qu'il a de la personne est donc davantage mise en avant.»...

<< Sommaire
informations.handicap

Remote follow-up to speech-language intervention for children with Autism Spectrum Disorders (ASD): parents' feedback regarding structured activities. - PubMed - NCBI 10/02/2017

«Abstract Purpose: This paper aims to present the first descriptions of experiences of parents and caretakers of children with Autism Spectrum Disorders (ASD) enrolled as mediators in a structured program of speech-language intervention with remote follow-up. Methods: Research with focus on speech-language intervention for children with ASD was carried out with remote follow-up. Forty parents were instructed to perform daily activities focused on communication and interaction with their children, at home, for a period of six weeks. Parents and caretakers were questioned about the experience and by means of a structured questionnaire. Results: Only 40% of the parents/caretakers conducted the activities proposed every day. Difficulties were reported by 60% of the parents/caretakers. Behavioral problems were also reported as reasons for the difficulties to conduct the activities proposed. Conclusion: the importance of parents who provide detailed information about the child's development, discuss doubts and exchange experiences for the development of intervention programs that include families.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Handicap : un decret modernise l'information des MDPH, pour une meilleure prise en charge 10/02/2017

«Un décret publié ce 8 février au « Journal officiel » précise les informations que les agences régionales de santé (ARS), les services de l'Etat et les collectivités territoriales doivent transmettre à la maison départementale des personnes handicapées (MDPH), en vue de l'élaboration des plans d'accompagnement globaux (PAG). Ces PAG, instaurés dans le cadre de la démarche « une réponse accompagnée pour tous », doivent offrir aux personnes handicapées en difficulté une réponse immédiate. Ils recensent les interventions nécessaires dans tous les domaines (accompagnement, éducation, scolarisation, soins, insertion professionnelle et sociale, appui aux aidants), en fonction de l'offre locale. « Ce décret facilitera le travail des MDPH et confortera leur fonction de coordination au moment de l'élaboration de ce plan », commente le ministère de la Santé. La démarche « Une réponse accompagnée pour tous » sera généralisée au 1er janvier 2018; après les 24 premiers territoires impliqués depuis la fin de 2015, 66 nouveaux territoires se sont engagés en 2017 et seront soutenus financièrement. Quelque 60 millions d'euros sur 3 ans doivent permettre de moderniser le système d'information des MDPH, avait annoncé le gouvernement lors de la Conférence nationale du handicap du 19 mai 2016. En janvier dernier, un rapport parlementaire regrettait que près de 6800 personnes handicapées (1451 enfants, et plus de 5300 adultes) soient contraintes, pour la plupart, de se tourner vers la Wallonie.»...

<< Sommaire
lequotidiendumedecin

Epilepsie : il serait possible d'eviter les crises, sans medicaments 09/02/2017

«En cette journée mondiale consacrée à l'épilepsie, il faut rappeler que cette maladie est l'une des affections neurologiques les plus fréquentes. Elle touche 500 000 à 600 000 personnes dans notre pays et se déclare trois fois sur quatre avant 18 ans. C'est aussi l'une de celles dont l'image est la plus erronée dans l'esprit de beaucoup de gens. Selon un sondage publié en octobre dernier par la Fondation française pour la recherche sur l'épilepsie (FFRE), près de deux Français sur trois disent mal ou très mal la connaitre. Et si certains malades souffrent du « grand mal », avec hyper-extension du corps, convulsions et perte de conscience, ce ne sont pas les plus fréquents, loin de là. Pertes de conscience En effet, une crise d'épilepsie peut ne se traduire que par des absences de quelques secondes pendant lesquelles il n'y a plus aucune interaction avec l'environnement. C'est notamment le cas des enfants, où ces pertes de conscience peuvent parfois se répéter plus de 200 fois par jour. « Une crise peut également se manifester par un simple tremblement de la lèvre supérieure ou par des troubles beaucoup plus complexes touchant la sphère consciente, par exemple un sentiment soudain d'étrangeté, de déjà-vu, ou une représentation anormale de la réalité à un moment donné », explique Stéphane Charpier, chef d'équipe à l'Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM) à Paris. Avec ses collègues, il explore les mécanismes mis en jeu grâce à des techniques de pointe et il teste l'efficacité de nouveaux médicaments ainsi que de nouvelles pistes non invasives pour empêcher les crises.»...

<< Sommaire
lepoint

AUTISME : Les complications de naissance, un facteur majeur de risque 09/02/2017

«Asphyxie de naissance, prééclampsie...¦les enfants exposés à des complications à la naissance sont à risque accru d'autisme, conclut cette étude du Kaiser Permanente publiée dans l'American Journal of Perinatology. Les troubles du spectre autistique réunissent un groupe de troubles neurodéveloppementaux caractérisés par une mauvaise interaction sociale, des déficits de communication et des comportements restreints et répétitifs, selon l'American Psychiatric Association. Selon les dernières estimations des US Centers for Disease Control and Prévention (CDC), environ 1 enfant sur 68 est diagnostiqué avec un TSA, et cette prévalence vaut quels que soient les caractéristiques sociodémographique et l'ethnie du foyer. Le TSA est environ 4,5 fois plus fréquent chez les garçons que chez les filles. Cette équipe de chercheurs du Kaiser Permanente a déjà publié, en aout 2016, une étude révélant que le risque de développer un trouble du spectre autistique chez les frères et soeurs plus jeunes est 14 fois plus élevé si un frère ainé a un TSA. En 2015, l'équipe a également montré que les enfants dont les mères ont développé un diabète gestationnel à la 26ème semaine de grossesse sont à risque accru d'autisme plus tard dans la vie. C'est l'analyse des dossiers de santé électroniques de 594.638 enfants nés dans les hôpitaux de Californie entre 1991 et 2009 qui aboutit à ces conclusions :
•Sur cette période, 6.255 enfants ont été diagnostiqués avec TSA, -37% ont connu des complications périnatales, -les enfants exposés à ces complications pendant la naissance présentent un risque accru de 10% de développer un TSA, vs enfants sans complications périnatales, -le risque de TSA est accru de 22% chez les enfants exposés à des complications avant le début du travail.

•Enfin, les enfants exposés à des complications avant et pendant la naissance ont risque accru de 44% de développer un TSA.»...

<< Sommaire
santelog

La deputee et le fraudeur 07/02/2017

«Créer des données de toutes pièces, inventer une maladie dans l'espoir d'attaquer en justice les pouvoirs publics puis de commercialiser des tests bidons : un bien beau curriculum que celui d'Andrew Wakefield, radié du registre des médecins de Grande-Bretagne après une fraude massive mettant en scène un lien de cause à effet entre vaccination et autisme. L'escroquerie dévoilée, son auteur s'est trouvé de nouveaux amis, parmi lesquels la députée Michèle Rivasi. L'ancienne candidate à la primaire écologiste a invité le fraudeur à projeter un documentaire à sa gloire au Parlement (à Bruxelles, où se réunissent les commissions), en compagnie d'un panel d'activistes "anti-vaccination". Passée de la légitime dénonciation des lobbies industriels à la promotion des lobbies du complotisme anti-scientifique, Rivasi ne dissimule plus son mépris souverain des faits. Une fraude avérée L'affaire Wakefield est celle d'une arnaque de grande envergure, dont les séquelles sur nos sociétés sont encore profondes. Il est à l'origine d'une étude publiée en 1998 dans la revue The Lancet, dans laquelle il affirme avoir identifié un lien direct entre l'administration du vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR) et une nouvelle forme d'autisme caractérisée par régression comportementale rapide, troubles développementaux et une pathologie digestive associée. Les travaux sont présentés comme reposant sur l'observation de douze patients (sans comparaison avec un groupe "témoin"). Les associations militant pour la liberté de choix sur la vaccination se saisissent de cette publication, sans bien sur attendre que ces résultats soient corroborés.»...

<< Sommaire
francetvinfo

Vaccins,autisme - Les secrets de la panique du ROR (Brian Deer )1/4 | Le Club de Mediapart 07/02/2017


«Le film "documentaire" VAXXED est présenté au Parlement européen le 9 février 2017. Un bel exemple d'escroquerie intellectuelle ...et financière. Premier article de la série publié par le journaliste Brian Deer dans le "British Medical Journal" en 2011. Le 5 janvier 211, Brian Deer, journaliste, a publié dans le "Bristish Medical Journal" le résultat de son enquête, publiée en 3 volets, sur la fraude scientifique qui a entrainé la chute de la vaccination du vaccin ROR (rougeole, oreillons, rubéole) en Grande-Bretagne. Secrets of the MMR scare - How the case against the MMR vaccine was fixed Les secrets de la panique du ROR Comment a été préparée l'affaire contre le vaccin ROR Dans la première partie d'une série spéciale de BMJ, Brian Deer expose les données fausses derrière les revendications qui ont lancé une alerte mondiale sur le vaccin de la rougeole, des oreillons et de la rubéole (ROR), et montre comment l'apparition d'un lien avec l'autisme a été fabriquée dans une école de médecine de Londres.»...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Prenatal maternal immune activation and brain development with relevance to psychiatric disorders. - PubMed - NCBI 06/02/2017

«Abstract Growing evidence from epidemiological studies strongly suggests maternal infection as a risk factor for psychiatric disorders including bipolar disorder, schizophrenia, and autism. Animal studies support this association and demonstrate that maternal immune activation changes brain morphology and inflammatory cytokines in the adult offspring. Evidence for changes in inflammatory cytokines is also demonstrated in human post-mortem brain and peripheral blood studies from subjects with psychiatric disorders. This perspective briefly highlights convincing evidence from epidemiological, preclinical and human pathological studies to support the role of maternal immune activation in major psychiatric disorders. A better understanding of the link between maternal immune activation and brain development in psychiatric disorders will lead to the development of novel immunomodulatory interventions for individuals at risk for psychiatric disorders.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Reframing autism as a behavioral syndrome and not a specific mental disorder: Perspectives from a literature review. - PubMed - NCBI 06/02/2017

«Abstract Clinical and molecular genetics have advanced current knowledge on genetic disorders associated with autism. A review of diverse genetic disorders associated with autism is presented and for the first time discussed extensively with regard to possible common underlying mechanisms leading to a similar cognitive-behavioral phenotype of autism. The possible role of interactions between genetic and environmental factors, including epigenetic mechanisms, is in particular examined. Finally, the pertinence of distinguishing non-syndromic autism (isolated autism) from syndromic autism (autism associated with genetic disorders) will be reconsidered. Given the high genetic and etiological heterogeneity of autism, autism can be viewed as a behavioral syndrome related to known genetic disorders (syndromic autism) or currently unknown disorders (apparent non-syndromic autism), rather than a specific categorical mental disorder. It highlights the need to study autism phenotype and developmental trajectory through a multidimensional, non-categorical approach with multivariate analyses within autism spectrum disorder but also across mental disorders, and to conduct systematically clinical genetic examination searching for genetic disorders in all individuals (children but also adults) with autism.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

CP 432-7 2008 Deliberation relative au refus de scolarisation d'un enfant autiste en classe ordinaire n° 2008-169 du 07/07/2008 - HALDE 06/02/2017

«n° 2008-169 du 07/07/2008 Un enfant, diagnostiqué autiste, était depuis le 7 juillet 2006 scolarisé à l'école maternelle publique dans le cadre d'un projet d'intégration. La CDES ayant orienté l'enfant en classe d'intégration scolaire (CLIS), les parents ont saisi le tribunal du contentieux de l'incapacité afin d'obtenir l'annulation de la décision d'orientation. Malgré l'effet suspensif du recours, l'inspecteur de l'éducation nationale a refusé l'inscription de l'enfant en classe ordinaire dans son établissement de référence. La haute autorité a constaté que le refus d'inscrire l'enfant est contraire aux dispositions des articles L. 112-1, L. 112-2 et L.111-2 et suivants du code de l'éducation et de l'article 432-7 du Code pénal et constitue, à ce titre, une discrimination en raison du handicap. En conséquence, le Collège rappelle à l'inspecteur d'académie mis en cause ses obligations en application des dispositions de l'article L 241-9 du code de l'action sociale et des familles, ainsi que des articles L. 112-1 et L. 111-2 du code de l'éducation et de l'article 432-7 du Code pénal. Par ailleurs, le Collège recommande au ministre chargé de l'éducation nationale de rappeler aux inspecteurs d'académies, d'une part, les dispositions de l'article L 241-9 du code de l'action sociale et des familles concernant l'effet suspensif des recours et, d'autre part, que le non-respect des dispositions relatives au droit à l'éducation et à la scolarisation des enfants et adolescents handicapés prévu aux articles L. 112-1, L. 112-2, L.111-2 et suivants du code de l'éducation, est constitutif d'une discrimination.»...

<< Sommaire
halde

The Purpose of Sleep? To Forget, Scientists Say - The New York Times 06/02/2017

«Over the years, scientists have come up with a lot of ideas about why we sleep. Some have argued that it's a way to save energy. Others have suggested that slumber provides an opportunity to clear away the brain's cellular waste. Still others have proposed that sleep simply forces animals to lie still, letting them hide from predators. A pair of papers published on Thursday in the journal Science offer evidence for another notion: We sleep to forget some of the things we learn each day. In order to learn, we have to grow connections, or synapses, between the neurons in our brains. These connections enable neurons to send signals to one another quickly and efficiently. We store new memories in these networks. In 2003, Giulio Tononi and Chiara Cirelli, biologists at the University of Wisconsin-Madison, proposed that synapses grew so exuberantly during the day that our brain circuits got "noisy." When we sleep, the scientists argued, our brains pare back the connections to lift the signal over the noise. In the years since, Dr. Tononi and Dr. Cirelli, along with other researchers, have found a great deal of indirect evidence to support the so-called synaptic homeostasis hypothesis.»
[...]
«In their own experiment, Dr. Tononi and his colleagues found that the pruning didn’t strike every neuron. A fifth of the synapses were unchanged. It’s possible that these synapses encode well-established memories that shouldn’t be tampered with. “You can forget in a smart way,” Dr. Tononi said. Other researchers cautioned that the new findings weren’t definitive proof of the synaptic homeostasis hypothesis. Marcos G. Frank, a sleep researcher at Washington State University in Spokane, said that it could be hard to tell whether changes to the brain at night were caused by sleep or by the biological clock. “It’s a general problem in the field,” he said. Markus H. Schmidt, of the Ohio Sleep Medicine Institute, said that while the brain might prune synapses during sleep, he questioned whether this was the main explanation for why sleep exists. “The work is great,” he said of the new studies, “but the question is, is this a function of sleep or is it the function?” Many organs, not just the brain, seem to function differently during sleep, Dr. Schmidt pointed out. The gut appears to make many new cells, for example. Dr. Tononi said that the new findings should prompt a look at what current sleeping drugs do in the brain. While they may be good at making people sleepy, it’s also possible that they may interfere with the pruning required for forming memories. “You may actually work against yourself,” Dr. Tononi said. In the future, sleep medicines might precisely target the molecules involved in sleep, ensuring that synapses get properly pruned. “Once you know a little bit of what happens at the ground-truth level, you can get a better idea of what to do for therapy,” Dr. Tononi said. »...

<< Sommaire
nytimes

Study: For Those With Autism, Fixations Can Be Beneficial - Disability Scoop 05/02/2017

«Parents and teachers should do more to embrace the preferred interests of those with autism, researchers say, pointing out that such aptitudes can be calming and form the basis for careers. Individuals on the spectrum often display intense interests in topics like computers, animals or trains. Traditionally, many experts thought that such preferences might inhibit social development. However, in a new study looking at the experiences of 80 adults with autism ages 18 to 70, researchers said they found otherwise. Advertisement - Continue Reading Below "Many of our study participants referred to their preferred interests as a ...˜lifeline,'" said Kristie Patten Koenig of New York University who led the study published this week in the journal Occupational Therapy in Mental Health. Overall, 92 percent of study participants said that their interest areas provide a calming effect for them. What's more, the vast majority ...” 86 percent ...” said they have a job or are in school or other training that's related to their preferred area.»
[...]
«Of the adults studied, most reported that their interests were not static over time, with 68 percent saying that they have different preferences as adults than they did as youngsters. While about half of those surveyed said that their parents were supportive of their intense interests, only 10 percent said their teachers were. “This highlights an important gap in the educational practices of supporting students on the spectrum and the potential for incorporating their preferred interests in the classroom,” Koenig said. »...

<< Sommaire
disabilityscoop

MIT wearable AI system helps people with Asperger's communicate 02/02/2017

«For people living with Asperger's syndrome, every social interaction can be a battle. While "high-functioning" in some aspects, those on the autism spectrum can struggle to engage with other people and topics outside of their own spheres of interest. Keeping up with conversations can be especially challenging then, since difficulty interpreting the meaning of nonverbal communication (like gestures and facial expressions) and modulations in the speech patterns of others is one of the hallmarks of the condition. A pair of MIT researchers have set out to make these interactions less harrowing. Using wearable tech and AI deep-learning systems, they've developed a tool that could someday act as a real-time virtual social coach.»...

<< Sommaire
mashable

Education: l'equilibre public/prive tangue a l'approche des elections - L'Express 02/02/2017

«Paris - A la rentrée 2016, les écoles et collèges privés ont enregistré une hausse de leurs effectifs. "Exode" ou "épiphénomène"' Si opposition et gouvernement se défendent de vouloir rallumer la guerre scolaire, le modus vivendi tangue à l'approche des élections. Dans une note de décembre, le ministère de l'Education nationale révélait que la proportion d'enfants scolarisés dans les écoles maternelles et élémentaires privées (sous et hors contrat) avait augmenté à 13,7% cette année, contre 13,5% en 2015/2016. Au collège, les établissements publics ont perdu 9.900 élèves tandis que le privé en a accueilli 6.400 supplémentaires. La part du privé s'est élevée à 21,5%, contre 21,3% l'année précédente. Pour la seule classe de sixième, la proportion monte à 22,2%. "Ce n'est plus une fuite, c'est un exode!", affirmait le député Les Républicains (LR) Patrick Hetzel lors des question au gouvernement du 11 janvier.»...

<< Sommaire
lexpress

This is a story of autism in small-town America | Spectrum 02/02/2017

«Morning circle is off to a rough start at LilyPad Learning Center. On a bright Monday in September, in the large preschool classroom in Madrid, Iowa, 15 children sit cross-legged, patiently waiting their turn to report whether they watched football or read books over the weekend. A wiry 4-year-old named Izzy Green dashes across the room, her long black hair trailing behind her, and runs between two of the seated children. She bursts into the center of the circle, plops herself onto the floor and curls into a ball, moaning and clutching a little blanket. Small heads turn as Izzy rolls across the carpet and leaps to her feet. She retreats across the room, scoops up a book and hurls it past a teacher. A teacher's assistant escorts Izzy back to the group and tries to coax her into a yellow plastic chair at the edge of the circle. But the girl shrieks and flails her arms at the assistant, and tumbles back down to the floor. As she kicks her legs, her hands connect with a basket of toys. Plastic dinosaurs fly across the room. All eyes are on Izzy. Izzy Green learns shapes with an instructor at Lily Pad Learning Center in Madrid, Iowa on Thursday, January 19, 2017. KC McGinnis for Spectrum Special needs: Until a few months ago, Izzy was the only one in her preschool with an individualized education plan. All photography by KC McGinnis Izzy was diagnosed with autism at age 3. Until this past July, she spent her weekdays at a home daycare and a small preschool where she was surrounded by familiar faces ...” people who knew her quirks. But that preschool closed down. Enrolling at LilyPad has been "a rude awakening," says Izzy's mother, Victoria Green, whose straight brown hair and athletic build mirror her no-nonsense personality. Trouble started the first day. The teachers "wanted Izzy to draw on a small piece of paper, but Izzy wanted to draw on the large paper on the easel," Victoria says. "So a teacher stood in front of the easel to block it, and Izzy hit the teacher." The teachers told Victoria that Izzy was "aggressive." Victoria retorted that the teachers should pick their battles. After that, the relationship was "tense," she says. Izzy's teachers have looked for some trick to prevent the girl from melting down, running away and throwing toys ...” and, during recess, even rocks. So far, they've come up with two ideas: the yellow plastic chair and a repertoire of staccato commands that usher Izzy through the day. "Izzy, come" or "Izzy, sit down." Everyone at LilyPad, even the youngest students, know the chair is Izzy's home base ...” a place she retreats to throughout her morning. Izzy too seems to recognize the chair as her own, although it doesn't stave off her tantrums.»
[...]
«The researchers ask the parent to sit and silently read a magazine for five minutes to see whether the child acts out when ignored. Or they may direct the parent to withhold a special toy to see if that sparks a tantrum. Once they identify what triggers the child’s behavior, they coach the parents and child to replace the dynamic with a positive interaction. For example, they might teach a nonverbal child who becomes disruptive when he wants to escape an unpleasant situation to press a switch that plays a recorded voice saying, “I want a break” or “I need help.” Izzy acts out when she wants something but either can’t find the words to ask for it or isn’t allowed to have it. The researchers taught her parents to reward her with ‘tickle time’ when she uses appropriate words to ask for what she wants. When O’Brien first started this experiment, he wasn’t sure it would work. “I was a little uneasy about the fact that I couldn’t be there to physically intervene if things were to become too intense,” he recalls. He often models interactions between parent and child with families in the clinic, but he worried that he wouldn’t be able to do that via Vidyo. “On the other hand, it was exciting to be working right in Izzy’s home, in her natural environment, as opposed to the clinic setting,” he says. He need not have worried. That first hour-long video session with Izzy’s family, and every Thursday for the next three months, felt remarkably similar to clinic appointments, O’Brien says. By the end of the trial, the family knew the drill. Izzy learned to ask for something and expect a positive reinforcement. Victoria and Shane knew the tantrum would pass soon, which alleviated their anxiety and boosted confidence. When the family stuck to this drill, Izzy’s tantrums lasted a fraction of the time they used to. The results were empowering, Victoria says. Apart from the convenience for the families, the therapy is considerably less expensive than in-person visits: The total cost per child is around $2,100 for three months, compared with the $6,000 cost of sending a therapist to the child’s home. The researchers plan to study around 100 children in all. Once the trial is complete, they hope to expand the therapy beyond the trial. Encouraging findings also emerged last year from a telehealth trial conducted by researchers at Michigan State University in East Lansing. That trial also aimed to train caregivers to incorporate ABA principles into parenting, but it focused on teaching parents how to communicate with their children, rather than on correcting the children’s behavior. A total of 28 parents completed a weekly online lesson, and half of them also received 30-minute video-conferencing sessions with therapists twice a week for three months. By the end of the program, the parents reported that they saw improvements in their children’s speech and felt better equipped to shut down tantrums even if they didn’t get the extra therapy session. However, the ones who did receive it reported an even greater sense of mastery. (The researchers did not account for biases such as the placebo effect.) Other teams have coached parents — using everything from video tutorials to in-person classes — to engage their children in social interplay at home. Victoria Green reads bedtime stories to her daughter Izzy in her room at their home in Madrid, Iowa on Thursday, January 19, 2017. Tired of constantly replacing drywall, Victoria and her husband Shane have allowed Izzy to draw on the wall instead. »...

<< Sommaire
spectrumnews

Playing to Learn: an overview of the Montessori Approach with pre-school children with Autism Spectrum Condition - Marks - 2016 - Support for Learning - Wiley Online Library 02/02/2017

«Abstract This article explores some of the literature concerning the effectiveness of the Montessori educational approach for children with ASC within an English school context. Firstly, there is a discussion, including a short historical review, regarding the ideology of inclusion and how it has impacted upon mainstream education. Also, how this can be facilitated using play-based approaches such as Montessori. Secondly, various models of disability are identified in order to highlight how they have informed societal attitudes towards people with disabilities. There is a brief history of ASC detailing how a child with this disability may be affected on a daily basis and the effectiveness of alternative play-based educational approaches such as Montessori in helping children with ASC to develop the appropriate skills they need in order to self-regulate and thus modify their behaviour. Furthermore, the value of play-based curriculums in supporting a child diagnosed with ASC throughout the learning process is also evaluated. The summary highlights the need for more evidence-based studies to be undertaken in order to assess whether the Montessori approach is a valid alternative in teaching pre-school children with ASC.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

Oxytocin improves behavioral and electrophysiological deficits in a novel Shank3-deficient rat. - PubMed - NCBI 02/02/2017

«Abstract Mutations in the synaptic gene SHANK3 lead to a neurodevelopmental disorder known as Phelan-McDermid syndrome (PMS). PMS is a relatively common monogenic and highly penetrant cause of autism spectrum disorder (ASD) and intellectual disability (ID), and frequently presents with attention deficits. The underlying neurobiology of PMS is not fully known and pharmacological treatments for core symptoms do not exist. Here, we report the production and characterization of a Shank3-deficient rat model of PMS, with a genetic alteration similar to a human SHANK3 mutation. We show that Shank3-deficient rats exhibit impaired long-term social recognition memory and attention, and reduced synaptic plasticity in the hippocampal-medial prefrontal cortex pathway. These deficits were attenuated with oxytocin treatment. The effect of oxytocin on reversing non-social attention deficits is a particularly novel finding, and the results implicate an oxytocinergic contribution in this genetically defined subtype of ASD and ID, suggesting an individualized therapeutic approach for PMS.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Lille : la maman de deux enfants autistes perchee sur une grue pour se faire entendre est redescendue 01/02/2017

«La maman de Yanis et Samy, deux jumeaux de 8 ans autistes a grimpé mercredi matin à Lille au sommet d'une grue pour se faire entendre. Elle n'arrive pas à obtenir le versement d'une allocation d'éducation enfant handicapé. Elle est finalement redescendue en début d'après-midi. Myriem Duval, maman de deux jumeaux autistes de 8 ans, est monté à 5h du matin mercredi au sommet d'une grue de chantier, en face des locaux de l'agence régionale de santé de Lille. Elle est redescendue vers 15 heures. "C'est l'acte d'une "maman désespérée", explique Sonia, la meilleure amie de la maman, restée en bas et qui gardait le contact avec son amie par téléphone. Meryem Duval et son mari sont en grande difficulté. Leurs jumeaux de 8 ans sont autistes. Yanis et Sami ne sont pas scolarisés. Leurs parents ont du arrêter de travailler pour s'occuper d'eux. Une situation qui ne peut plus durer, selon l'amie de la maman.»
[...]
«L'administration ne propose qu'un placement en institut spécialisé pour les deux enfants, ce qui les parents jugent inadapté. Les parents veulent que leurs deux garçons soient pris en charge au sein de la famille pour être mieux stimulés et éduqués. Ils demandent l'aide de la maison départementale des personnes handicapées pour que les jumeaux puissent enfin aller dans une école "normale" avec une aide spécialisée. Meryem Duval n'avait pas l'intention de descendre de la grue tant qu'elle n'aurait pas une garantie de la part de l'administration. Un pompier est monté sur la grue pour discuter avec elle. Il lui a remis une couverture de survie pour éviter que la jeune femme ne souffre d'hypothermie. Finalement en début d'après-midi, la maison départementale des personnes handicapées a proposé de recevoir la jeune maman ce jeudi. Après avoir hésité, Myriem Duval a finalement accepté de redescendre de la grue. »...

<< Sommaire
francebleu

Consequences de l'effet suspensif d'un recours contentieux contre la CDAPH | Le Club de Mediapart 01/02/2017

«Dans une décision de principe, la Cour de Cassation rappelle qu'un recours des personnes contre une décision de la Commission des Droits et de Autonomie des Personnes Handicapées a un effet suspensif, et que l'orientation précédente continue à produire ses effets, même si le terme prévu est dépassé. Cet arrêt rejoint une prise de position précédente de la HALDE concernant la scolarisation. Favori Recommander Alerter Imprimer Partager Tweet Partager sur Google+ Commentez La Présidente de de l'association française du Syndrome Phelan-McDermid1 , mère de Camille, informe (voir blog des mots qui grattent): « Nous avons le grand plaisir de vous annoncer qu'en date du 19 janvier 2017, la Cour de Cassation a cassé et annulé dans sa totalité l'arrêt rendu le 8 janvier 2016 par la Cour d'appel de Poitiers qui nous déboutait de toutes nos demandes envers l'ancien établissement de Camille (IRJS de Poitiers). Il a estimé que cette Cour d'appel avait violé les différents textes impliqués dans le dossier. L'Apsa (association gestionnaire) est en outre, condamnée aux dépens. De plus, le côté inédit de cette décision est appelé à faire jurisprudence (publication au Bulletin de la Cour de cassation avec mention P+B).»
[...]
«Dans cette délibération de la HALDE (remplacée depuis par le Défenseur des Droits), il s'agit malheureusement de la scolarisation de Timothée : son droit à la scolarisation en milieu ordinaire a continué à être bafoué. La CDAPH du Rhône a ensuite illégalement décidé d'une orientation en IME, alors qu'elle n'était pas demandée (la CNITAAT - cour d'appel des TCI, tribunaux du contentieux et de l'incapacité - a ensuite annulé cette décision) : cette décision illégale a permis de lui trouver miraculeusement une place en IME en quelques jours. Mais a conduit à son hospitalisation en HP quelques jours après, avec isolement et contention habituels. Timothée est parti avec sa famille en Irlande pour échapper à la maltraitance. Sa mère a été poursuivie, arrêtée et menacée d'extradition : la justice irlandaise a heureusement refusé l'extradition. Pas d'illusion donc. Il faudra continuer à se battre. Mais un rappel : les services ou fonctionnaires qui ne tiennent pas compte de l'effet suspensif des recours des parents (ou personnes concernées) peuvent être poursuivis pénalement pour discrimination en raison du handicap. Une remarque enfin : pour contraindre des parents à accepter une orientation en IME, certaines MDPH n'hésitent pas à refuser d'accorder une AVS individuelle, que ce soit en classe ordinaire ou en ULIS2. Il est évident qu'il y a contradiction entre le droit des parents à choisir une scolarité dans l'établissement scolaire de référence et le refus d'accorder les moyens d'accompagnement nécessaires, sous prétexte qu'un établissement spécialisé serait adéquat. Sans oublier - mais il ne devrait pas être nécessaire d'en tenir compte - que la scolarisation en milieu ordinaire coûte moins cher - et qu'il y a "des places". »...

<< Sommaire
blogs.mediapart

* Neurotypical Peers are Less Willing to Interact with Those with Autism based on Thin Slice Judgments : Scientific Reports 01/02/2017

«Abstract Individuals with autism spectrum disorder (ASD), including those who otherwise require less support, face severe difficulties in everyday social interactions. Research in this area has primarily focused on identifying the cognitive and neurological differences that contribute to these social impairments, but social interaction by definition involves more than one person and social difficulties may arise not just from people with ASD themselves, but also from the perceptions, judgments, and social decisions made by those around them. Here, across three studies, we find that first impressions of individuals with ASD made from thin slices of real-world social behavior by typically-developing observers are not only far less favorable across a range of trait judgments compared to controls, but also are associated with reduced intentions to pursue social interaction. These patterns are remarkably robust, occur within seconds, do not change with increased exposure, and persist across both child and adult age groups. However, these biases disappear when impressions are based on conversational content lacking audio-visual cues, suggesting that style, not substance, drives negative impressions of ASD. Collectively, these findings advocate for a broader perspective of social difficulties in ASD that considers both the individual's impairments and the biases of potential social partners.»...

<< Sommaire
nature

Lille: une mere d'enfants autistes en haut d'une grue 01/02/2017

«On lui refuse les aides qui lui permettraient d'élever à la maison ses deux enfants handicapés. Pour protester face à ce blocage, Meryem Duval est perchée depuis quelques heures au sommet d'une grue, rapporte ce matin La Voix du Nord. Jean-Luc, son mari est présent sur place. Il assure que sa femme ne descendra pas tant qu'ils ne disposent pas d'un courrier de la Maison départementale des personnes handicapées. Les services de secours ont déjà entamé des négociations avec la maman. En raison du vent et de la basse température à cette hauteur, les membres du GRIMP (groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux) ont apporté une couverture de survie à la jeune mère de famille.»...

<< Sommaire
lefigaro

Elle monte en haut d'une grue pendant dix heures : le cri de colere d'une mere d'enfants autistes - LCI 01/02/2017

«PIED DE GRUE - Meryem Duval, jeune maman de deux garçons autistes, est montée en haut d'une grue, mercredi à Lille. Elle réclame des aides financières pour élever et soigner ses deux fils handicapés et dénonce un blocage administratif. Les autorités réfutent sa version des faits et mettent en cause l'attitude du couple. 01 févr 18:23Claire Cambier A 4h30 du matin, ce mercredi matin Meryem Duval a grimpé en haut d'une grue, sur un chantier en bordure du périphérique de Lille. Un acte symbolique, désespéré, pour obtenir ce qu'elle dit réclamer depuis des années : une allocation décente pour élever à domicile ses deux enfants autistes, Samy et Yanis. Au sol, son mari, Jean-Luc, se charge d'expliquer la situation. "On est à bout", nous confie-t-il. "Cela fait trop longtemps que ça dure, on est en situation de précarité." Ces allocations réclamées permettraient, selon le couple, de compenser la perte de leur activité professionnelle. Car il y a encore quelques années, Jean-Luc dirigeait une société de vente par correspondance, et sa femme Meryem était chef de rang dans un restaurant. Il affirme que les services d'aide sociale à l'enfance leur ont imposé d'arrêter de travailler pour prendre en charge leurs enfants, diminuant de fait leurs revenus.»
[...]
«Des données contestées par les autorités. "Entre ce que dit M. Duval - même s’il le croit - et la réalité, il n’y a pas une différence mais un gouffre", proteste Jean-René Lecerf, président du conseil départemental du Nord. "Sur le mois de janvier, toutes aides confondues (allocations d’enfants handicapés, familiales, de logement notamment), le couple a touché 2.719 euros. »...

<< Sommaire
lci

Effet suspensif recours TCI : Un combat de gagne, un grand, et qui fera date ! 30/01/2017

«Un combat de gagné, un grand, et qui fera date ! La maman de Camille nous informe : « Nous avons le grand plaisir de vous annoncer qu'en date du 19 janvier 2017, la Cour de Cassation a cassé et annulé dans sa totalité l'arrêt rendu le 8 janvier 2016 par la Cour d'appel de Poitiers qui nous déboutait de toutes nos demandes envers l'ancien établissement de Camille (IRJS de Poitiers). Il a estimé que cette Cour d'appel avait violé les différents textes impliqués dans le dossier. L'Apsa (association gestionnaire) est en outre, condamnée aux dépens. De plus, le côté inédit de cette décision est appelé à faire jurisprudence (publication au Bulletin de la Cour de cassation avec mention P+B). Désormais, lorsque des parents contesteront une décision d'orientation de la CDAPH, l'effet suspensif de cette démarche permettra de prolonger l'orientation précédente, même si cette dernière est arrivée à terme. Ceci évitera des ruptures d'accueil encore trop fréquentes. »»...

<< Sommaire
desmotsgrattent.blogspot

Where Is Autism Employment Heading In 2017? 28/01/2017

«Where is employment for adults with autism and other neurodiverse (developmental and learning) differences heading in 2017? What employment assistance or initiatives offer the greatest promise? If you want to help someone you know who is part of the neurodiverse workforce what should you be doing in 2017? To begin, the current year saw a range of employment initiatives, most of them extra-governmental, often driven by the energy of persons on the autism spectrum, advocates and parents. These initiatives might be grouped among three primary strategies. "Autism at Work" and other targeted hiring and retention efforts by large employers: Microsoft's "Autism at Work" initiative has been the highest profile effort in 2016 by a major employer, targeting recruitment of adults on the spectrum and retention structures. But 2016 also has seen the growth of the Autism at Work initiative by software giant SAP, as well as targeted autism employment initiatives at several other prominent tech firms: Salesforce, Google, Cable Labs, Hewlett Packard and CollabNet. Further, firms outside of tech are developing autism employment initiatives, often in partnership with Specialisterne, the consulting firm specializing in autism employment. Among these non-tech employers in 2016 have been Best Buy, Deloitte, Willis Towers Watson and Ford Motor.»...

<< Sommaire
forbes

Eight ways to make sex education autism-friendly 28/01/2017

«Sex education can be a challenging topic for pupils with autism spectrum disorders, so teachers may need to rethink their provision to help keep these pupils safe, says one specialist Teaching sex education is challenging for many teachers. And it gets harder still when teaching children with autism spectrum disorders. The social interaction and the subtleties of non-verbal communication that drive relationships is often beyond what young people with ASD can imagine. As they can find it harder to understand other points of view, they may not be able to identify when someone is interested in them − or taking advantage of them. Meanwhile, in SRE lessons they may take everything you say literally and be confused by the information you share. Knowing what is appropriate and what isn't depends on asking questions and getting feedback, usually from peers. However, students with ASD may not have the friendship group to support them, which means they are even more dependent on their teachers to help them navigate this area of the curriculum. The question is: who is going to help the teachers? If you find yourself struggling to fully include children with ASD in sex education lessons, these tips will help you to re-think your provision.»...

<< Sommaire
tes

Old tuberculosis drug improves impaired social behavior in autism mouse model 28/01/2017

«Reducing the function of the autism-associated gene Pcdh10 leads to impairments in social behavior, according to a study published in Biological Psychiatry. Reducing Pcdh10 function also disrupted the structure and function of circuitry in the amygdala, a brain region implicated in the behavior symptoms of autism spectrum disorder (ASD). In the study, first authors Dr. Hannah Schoch and Dr. Arati Kreibich, both of the University of Pennsylvania, and colleagues found that neurons in the amygdala of mice lacking one copy of Pcdh10 (Pcdh10+/-) had reduced levels of NMDA glutamate receptor subunits, indicating disrupted excitatory neural circuitry. "Our study of Pcdh10+/- mice gives us greater insight into the biology of social behaviors and into the function of a gene associated with ASD," said senior author Professor Edward Brodkin, also of the University of Pennsylvania. Rs Study finds no link between infant's ASD risk and influenza infection during pregnancy TSU scientists developing new method to treat autism and cognitive disorders No link exists between maternal flu and increased child autism risk, says study The study also suggests a possible target for treatment of ASD. When the researchers gave the mice a medication called d-cycloserine, the impaired social behavior improved. D-cycloserine is an old medication that was developed as a treatment for tuberculosis. However, nearly 30 years ago, it was discovered that this drug targets the NMDA glutamate receptor to enhance its function. Brodkin cautions that although much more work would be necessary in both animal models and humans to establish the medication as safe and effective for this use, preliminary clinical studies in humans with ASD have also shown promise for its use to improve social interactions. "This study is an example of a principle that we will hold for more psychiatric conditions," said John Krystal, Editor of Biological Psychiatry. "That hypothesis is that when psychiatric syndromes can be targeted to specific genes, then specific treatments may be implicated." Reducing the function of the Pcdh10 gene had a more prominent effect in male mice -- female mice did not exhibit the social behavior deficits seen in males. The finding parallels the male predominance of ASD in humans, and will be an important line of future research to understand the genetic underpinnings of sex differences in ASD.»...

<< Sommaire
news-medical

Petition : Pour que Lucien 12 ans autiste asperger retrouve sa classe de 6e au college Lucie FAURE Paris 20e et que la situation de discrimination dont il est victime cesse 28/01/2017

«Madame La Ministre, Monsieur le Recteur, Notre fils Lucien 12 ans, a été diagnostiqué autiste en 2011. Il a toujours été scolarisé en milieu ordinaire sans et avec AESH (AVS). Il fait l'objet aujourd'hui d'un refus de scolarisation du collège Lucie Faure auquel il a été affecté. Nous vous sollicitons donc pour faire cesser cette situation de discrimination qui va à l'encontre même de la loi et qui perturbe la vie de notre fils. Lucien a été scolarisé sept ans à Poissy, dans les Yvelines, sans soucis majeurs. Ce n'est qu'à partir du CE1 q'il a commencé à être accompagné par une AVS sur l'année. Celle-ci changeait, hélas,chaque année mais du fait de son contrat. Suite un déménagement à Paris en 2015, les conditions de sa scolarisation, se sont considérablement compliquées, avec une année de CM2 dans une école clairement peu accueillante vis à vis du handicap et une enseignante qui a fait passer à Lucien "la pire année de sa vie » (dixit ce dernier). Malgré cette année de CM2 en pointillés, scolairement parlant, avec plus d'absences que de présences en classe, son niveau scolaire n'a, fort heureusement, pas été affecté et il a intégré en milieu ordinaire une classe de 6e, par dérogation, dans le collège Lucie Faure qui comportait une classe ULIS Ted. En effet, nous pensions que du fait de la présence de cette classe ULIS TED, dans cet établissement les enseignants seraient sensibilisés à l'autisme et l'administration plus accueillante. Malheureusement l'équipe administrative qui nous a accueillis, pleine de bienveillance en fin d'année scolaire 2015-2016, devait changer à la rentrée...»...

<< Sommaire
mesopinions

Grand-Couronne. Mere de famille recherche desesperement auxiliaire de vie scolaire en Seine-Maritime « Article « Normandie-actu 27/01/2017

«Recrutements par Facebook, pétition en ligne, réclamation auprès de l'Académie de Rouen (Seine-Maritime)...¦ Lucile Letanneur, mère de quatre enfants à Grand-Couronne, a tout essayé. Mais pour le moment, elle n'arrive pas à obtenir un auxiliaire de vie scolaire pour son fils Lenny. « On voudrait qu'il ait une scolarité normale » Scolarisé à temps partiel à l'école maternelle Picasso de sa commune, l'enfant de 4 ans et demi perd sa concentration en 15 minutes et se retrouve à jouer seul, au fond de la classe. Lenny souffre d'un trouble envahissant du développement. Lenny a absolument besoin d'un AVS. C'est un garçon très intelligent qui pourrait suivre une scolarité traditionnelle. Mais, du fait de ses troubles autistiques, il a pris beaucoup de retard. Alors que ses camarades apprennent à écrire, Lenny découvre les lettres. Cela me fait peur, on voudrait qu'il ait une scolarité normale.»
[...]
«Des dizaines de démissions d’AVS Lenny sera-t-il accompagné avant la fin de l’année ? Selon l’Académie de Rouen, les recrutements d’AVS s’avèrent « parfois être longs et complexes ». En effet, les dossiers sont traités au cas par cas en fonction de l’élève et de l’accompagnant. Si le « nombre d’emplois alloués est suffisant pour répondre aux besoins », la principale difficulté réside dans « l’absence de personnes dans les viviers ou par des démissions ou des refus des AVS et des AESH (accompagnants des élèves en situation de handicap) ». En effet, les démissions de personnes occupant des emplois d’AVS se comptent par dizaines. Que ce soit après quelques jours d’exercice ou avant même de commencer leur contrat, précise l’inspecteur en charge de l’adaptation et de la scolarisation des élèves en situation de handicap à Normandie-Actu. Des démissions qui selon l’inspecteur « perturbent grandement la mise en place des aides car elles demandent de reprendre à zéro le travail de détail réalisé pour chaque situation individuelle. » »...

<< Sommaire
normandie-actu

Anxiety and Attentional Bias to Threat in Children at Increased Familial Risk for Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI 26/01/2017

«Abstract Anxiety and threat bias were examined in 6-8-year-old children at familial-risk for Autism Spectrum Disorder (ASD) and low-risk (LR, n=37) controls. The high-risk (HR) group was divided into those who met diagnostic criteria for ASD (HR-ASD, n=15) and those who did not (HR-non ASD, n=24). The HR-ASD group had highest levels of parent-reported anxiety. The HR-non ASD group exhibited increased threat bias on a spatial-cueing task, while the HR-ASD group did not. Anxiety symptoms were associated with both threat bias and ASD severity. These findings suggest that the mechanisms underlying anxiety in HR siblings without ASD are similar to those in non-ASD populations. However, among children with ASD, hypersensitivity to threat may not underlie anxiety symptoms.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Modelling gesture use and early language development in autism spectrum disorder. - PubMed - NCBI 26/01/2017

«Abstract BACKGROUND: Nonverbal communication abilities, including gesture use, are impaired in autism spectrum disorder (ASD). However, little is known about how common gestures may influence or be influenced by other areas of development. AIMS: To examine the relationships between gesture, fine motor and language in young children with ASD compared with a comparison group using multiple measures and methods in a structural equation modelling framework. METHODS & PROCEDURES: Participants included 110 children with ASD and a non-ASD comparison group of 87 children (that included children with developmental delays (DD) or typical development (TD)), from 12 to 48 months of age. A construct of gesture use as measured by the Communication and Symbolic Behavior Scales-Developmental Profile Caregiver Questionnaire (CQ) and the Autism Diagnostic Observation Schedule (ADOS), as well as fine motor from the Mullen Scales of Early Learning and Vineland Adaptive Behavior Scales-II (VABS-II) was examined using second-order confirmatory factor analysis (CFA). A series of structural equation models then examined concurrent relationships between the aforementioned latent gesture construct and expressive and receptive language. A series of hierarchical regression analyses was run in a subsample of 36 children with ASD with longitudinal data to determine how gesture factor scores predicted later language outcomes. OUTCOMES & RESULTS: Across study groups, the gesture CFA model with indicators of gesture use from both the CQ (parent-reported) and ADOS (direct observation), and measures of fine motor provided good fit with all indicators significantly and strongly loading onto one gesture factor. This model of gesture use, controlling for age, was found to correlate strongly with concurrent expressive and receptive language. The correlations between gestures and concurrent language were similar in magnitude in both the ASD and non-ASD groups. In the longitudinal subsample of children with ASD, gestures at time 1 predicted later receptive (but not expressive) language outcomes on the VABS-II, after controlling for nonverbal cognition, ASD severity, age and time 1 language. CONCLUSIONS & IMPLICATIONS: This study extends research on the relationship between nonverbal communication and language by supporting the idea of an underlying construct of gesture use that includes fine motor ability and relates to language in young children with ASD. This further supports theories espousing developmental influences of motor and nonverbal communication strategies as important in early language learning.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Autism researchers discover genetic 'Rosetta Stone' 26/01/2017

«Distinct sets of genetic defects in a single neuronal protein can lead either to infantile epilepsy or to autism spectrum disorders (ASDs), depending on whether the respective mutations boost the protein's function or sabotage it, according to a new study by UC San Francisco researchers. Tracing how these particular genetic defects lead to more general changes in brain function could unlock fundamental mysteries about how events early in brain development lead to autism, the authors say. "The genetics of neuropsychiatric disease is often complicated, but here we have a single gene in which specific mutations can cause either infantile seizures or autism in a consistent and predictable manner," said Stephan Sanders, MD, PhD, an assistant professor of psychiatry at UCSF and member of the UCSF Weill Institute for Neurosciences who is co-senior author of the new study. "This gives us an opportunity to understand both what these disorders have in common and what makes them different." The findings are a first step towards understanding how different subtle changes in neural function in utero could lead to the development of either a seizure-prone brain or an autistic brain in infancy, the authors say. The study also further implicates the gene responsible for these changes ...” called SCN2A ...” as the single human gene with the strongest evidence for a causal role in driving ASDs.»
[...]
«These studies led to the identification of 65 genes with a strong likelihood of contributing to autism when mutated and implicated SCN2A as the human gene with the second strongest evidence for a causal role in driving ASDs. Analyses of additional SCN2A mutations In the current paper, confirm this result and elevate SCN2A to the single strongest case for a genetic driver of ASD. Autism-associated SCN2A mutations impede signaling in the developing brain SCN2A was in fact one of the first ASD-associated genes to be discovered. It encodes a sodium channel protein called NaV1.2 that is crucial to neurons’ ability to communicate electrically, especially during early brain development. In addition to its strong association with autism, SCN2A had also previously been implicated in epilepsy. When Sanders came to UCSF in 2015, he began collaborating with neurophysiologist Kevin Bender, PhD, an assistant professor of neurology and co-senior author of the study, to examine the mechanisms of how mutations SCN2A alter neuronal function to lead to these two different diseases. »...

<< Sommaire
scienceblog

Autisme : la maman de Lenny lance un appel a l'Academie de Rouen - France 3 Haute-Normandie 26/01/2017

«Lenny est un enfant de 4 ans, atteint de troubles autistiques. Sa maman lance une pétition en ligne pour que l'Académie de Rouen (Seine-Maritime) lui accorde une Aissistante de vie scolaire (AVS). Lenny a 4 ans, il attend qu'on lui accorde une Assistante de vie scolaire © DR © DR Lenny a 4 ans, il attend qu'on lui accorde une Assistante de vie scolaire Lenny est scolarisé à temps partiel. Mais en raison de son handicap, il a besoin d'une Assistante de vie scolaire pour l'aider à progresser dans sa scolarité. Cette aide lui a pourtant été accordée par la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) en octobre 2016. Une institution qui agit sous l'égide du conseil départemental de Seine-Maritime. Mais à ce jour, l'Education nationale n'a toujours pas donné suite à cette obligation. Une pétition a été mise en ligne pour soutenir la demande de la maman de Lenny»...

<< Sommaire
france3-regions.francetvinfo

''La difference invisible'' : la BD qui sort l'autisme Asperger de sa bulle 26/01/2017

«"La différence invisible" est une BD qui s'inspire de l'histoire de Julie Dachez. Cette jeune Nantaise est atteinte du syndrome d'Asperger, une forme d'autisme qui ne se voit pas. L'ouvrage raconte son quotidien pour changer notre regard sur l'autisme. Julie Dachez, autiste Asperger, raconte dans "La différence invisible" son quotidien sous le nom de Marguerite, son deuxième prénom. Une BD scénarisée et illustrée par Mademoiselle Caroline.»...

<< Sommaire
culturebox.francetvinfo

Valls-Hamon, le debat - Podcasts - Vivre FM, la radio du handicap 26/01/2017

«Invité : Ségolène Neuville pour Manuel Valls et Hella Kribi Romdhane pour Benoit Hamon Au lendemain du débat télévisé de l'entre-deux-tours, les représentantes des deux finalistes de la primaire de la gauche débattent des différences de points de vue entre les deux candidats socialistes. Revenu universel, emploi, éducation, quelles sont les différences entre Manuel Valls et Benoit Hamon ? Les politiques du handicap censées être consensuelles le sont-elles tant que cela ?»...

<< Sommaire
vivrefm

L'Extra-Imaginarium de la famille Lunizoni - Ulule 25/01/2017

«L'Extra-Imaginarium de la famille Lunizoni, est un spectacle déambulatoire sur l'autisme mêlant le clown, la marionnette, le conte, la musique et un parcours interactif et pédagogique reprenant l'univers de la fête foraine. Le spectacle a pour objectif d'éclairer, informer et transmettre sur les troubles du syndrome autistique. Pendant 1h15 le spectateur pourra passer de stand en stand faisant du décors un vrai terrain de jeu et d'apprentissage. Ce spectacle a été conçu pour jouer dans des lieux variés (extérieurs, préaux, salles de spectacle,...). L'autisme est un sujet qui touche toutes les catégories socioprofessionnelles et n'a pas de frontières sociales ou sociétales. En effet une personne sur cent nait avec une forme d'autisme, c'est une réalité collective, que nous avons envie d'aborder avec un public le plus large possible. Après une tournée internationale, l'illustre famille Lunizoni et sa grande fête de l'autisme, arrive enfin près de chez vous. Forains de cousines en cousins depuis 1889, les Lunizoni, vous ont réservé une étrange déambulation dans le monde de l'autisme. Laissez vous surprendre par le mystérieux panopticum du docteur Fraude, envouter par la diseuse de bonne aventure. Tremblez face aux roues de l'infortune et découvrez pour la première fois en France, l'infaillible Freudomètre. Venez vous divertir en famille ou entre amis, amusement garanti !»...

<< Sommaire
fr.ulule

The effect of age, sex and clinical features on the volume of Corpus Callosum in pre-schoolers with Autism Spectrum Disorder: a case-control study. - PubMed - NCBI 24/01/2017

«Abstract A growing body of literature has identified volume alterations of the corpus callosum (CC) in subjects with autism spectrum disorders (ASD). However, to date very few investigations have been conducted on preschool-age ASD children. This study aims to compare the volume of CC and its sub-regions between pre-schoolers with ASD and controls (CON) and to examine their relationship to demographic and clinical variables (sex, age, non-verbal IQ -NVIQ-, expressive non-echolalic language, emotional and behavioural problems, and autism severity). The volume of CC of 40 pre-schoolers with ASD (20 males and 20 females; mean age: 49±12 months; mean NVIQ: 73±22) and 40 sex-, age-, and NVIQ-matched CON subjects (20 M and 20 F; mean age: 49±14 months; mean NVIQ: 73±23) were quantified applying the FreeSurfer automated parcellation software on Magnetic Resonance images. No significant volumetric differences in CC total volume and in its sub-regions between ASD and CON were found using total brain volume as a covariate. Analogously, absence of CC volumetric differences was evident when boys and girls with ASD were compared to their matched controls. The CC total volume of younger ASD male subjects was found significantly larger with respect to matched CON, which is consistent with the atypical growth trajectory widely reported in these young children. The CC total volume was negatively correlated with autism severity, whereas no association between CC volume and other clinical variables was detected. If replicated, the indirect relationship between CC volume and autism severity suggests the involvement of CC in core ASD symptoms.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

The effect of age, sex and clinical features on the volume of Corpus Callosum in pre-schoolers with Autism Spectrum Disorder: a case-control study. - PubMed - NCBI 24/01/2017

«Abstract A growing body of literature has identified volume alterations of the corpus callosum (CC) in subjects with autism spectrum disorders (ASD). However, to date very few investigations have been conducted on preschool-age ASD children. This study aims to compare the volume of CC and its sub-regions between pre-schoolers with ASD and controls (CON) and to examine their relationship to demographic and clinical variables (sex, age, non-verbal IQ -NVIQ-, expressive non-echolalic language, emotional and behavioural problems, and autism severity). The volume of CC of 40 pre-schoolers with ASD (20 males and 20 females; mean age: 49±12 months; mean NVIQ: 73±22) and 40 sex-, age-, and NVIQ-matched CON subjects (20 M and 20 F; mean age: 49±14 months; mean NVIQ: 73±23) were quantified applying the FreeSurfer automated parcellation software on Magnetic Resonance images. No significant volumetric differences in CC total volume and in its sub-regions between ASD and CON were found using total brain volume as a covariate. Analogously, absence of CC volumetric differences was evident when boys and girls with ASD were compared to their matched controls. The CC total volume of younger ASD male subjects was found significantly larger with respect to matched CON, which is consistent with the atypical growth trajectory widely reported in these young children. The CC total volume was negatively correlated with autism severity, whereas no association between CC volume and other clinical variables was detected. If replicated, the indirect relationship between CC volume and autism severity suggests the involvement of CC in core ASD symptoms.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Assessment With Children Who Need Augmentative and Alternative Communication (AAC): Clinical Decisions of AAC Specialists. - PubMed - NCBI 24/01/2017

«Abstract Purpose: The purpose of this study was to explore how speech-language pathologists (SLPs) who are augmentative and alternative communication (AAC) specialists approach the assessment process for 2 case studies, 1 child with cerebral palsy and 1 with autism spectrum disorder. The aim of the study was to answer the following questions: (a) How do clinicians with expertise approach the AAC assessment process for children with developmental disabilities? (b) Can any initial hypothesis be drawn about how SLPs approach the assessment of children with motor versus social interactive deficits? Method: This study used a phenomenological qualitative design. The researchers conducted 2 in-depth, semistructured interviews with 8 SLPs who specialized in AAC and self-identified as primarily working with children. Results: Four major themes emerged from the data: area of assessment, method of assessment, evaluation preparation, and parent education. Each major theme contained multiple subthemes and categories within those subthemes. Conclusions: Participants discussed similar areas of assessment for both cases, indicating that some aspects of AAC assessment are universal. However, the specific aspects of what they were assessing and how they went about assessing them differed between the 2 cases. The results of the current study provide an outline of an assessment protocol for children with complex communication needs.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Genetic risk factors for autism, MS and other diseases differ between the sexes 24/01/2017

«A pair of studies by researchers at UC San Francisco suggest that genetic variants that have distinct effects on physical traits such as height, weight, body mass, and body shape in men versus women are also linked to men's and women's risk for a range of diseases...”including autism, multiple sclerosis, type 1 diabetes, and others. The results suggest that at least some of the fundamental biological drivers of disease may be significantly different in men and women, an idea that could have significant impacts on disease research and treatment, the authors say. The idea of sex differences in disease is an old one. Some disorders (such as multiple sclerosis) are more common in women, while others (such as autism) are more common in men. Other diseases, such as cardiovascular disease, can simply look very different in men and women, and the two sexes are also known to respond differently to certain drugs, making sex differences a crucial factor for doctors to take into account in diagnosis and treatment. Despite the prevalence of sex differences in many diseases, however, scientists still do not have a comprehensive understanding of the biology that drives these differences. Many studies in humans and model organisms have sought to address this question, but their results have been contradictory, according to Lauren A. Weiss, PhD, associate professor of psychiatry at UCSF, and senior author on the two new studies. "While some studies have looked at small regions of the genome or tried to support one specific hypothesis with respect to sex differences, few studies have looked at the question from a comprehensive genome-wide perspective," Weiss said. In the two new studies, Weiss and her team analyzed genome-wide association study (GWAS) data to search for patterns that might support or rule out competing hypotheses about the origins of sex differences in a number of diseases, and compared these patterns with those associated with physical traits that obviously differ between the sexes, such as height, body mass index (BMI), and waist-to-hip ratios. Research suggests fundamental biological sex difference in autism In the first study, published online November 15, 2016 in PLoS Genetics, researchers in the Weiss lab, which is affiliated with the Institute for Human Genetics at UCSF, investigated why autism occurs nearly five times more often in boys than in girls, a mystery that has puzzled researchers for many years. The team investigated several leading hypotheses that attempt to explain this phenomenon, including the idea that clinicians are not as good at recognizing autism in females, that autism represents an "extreme male brain" that is naturally more common in males, or that autism is driven by differences in sex hormones, and found that these did not appear to be major factors in the genetics of the disease»...

<< Sommaire
medicalxpress

AESH/AVS « n'acceptons pas de faire tout et n'importe quoi ! » 24/01/2017

«C'est une évidence : Nos rôles et fonctions devraient mieux être établis dans l'école...¦ Les enseignants sont des collègues, et non nos « patrons ». . « Certains enseignants oublient trop souvent que nous ne sommes pas pas leurs employés. .. découpe de photocopie, surveillance, animation on le fait parce que l'on n'a rien à faire parce que l'enfant n'a pas besoin de nous ou n'est pas là. » . « L'enseignant est garant de la pédagogie dans sa classe, et nous, nous travaillons AVEC lui pas POUR lui » Les accompagnants sont là pour des élèves notifiés. Sauf si leurs élèves sont absents, là, suivant les contrats, ils peuvent éventuellement s'occuper d'autres élèves sans notification. Doit-on pallier au manque d'enseignants ? Sommes-nous des « bouche trous » ? « Même si on peut aider par ci par là, je pense que nous ne devrions pas le faire, explique cette AESH. Car cela montre qu'un 2e adulte devrait être présent dans la classe. Et nous ne sommes pas enseignants, et surtout nous ne sommes pas payés pour cela. » « Ce n'est pas la polyvalence que je critique c'est le fait qu'après la plupart oublient pourquoi on est vraiment là au final » L'équipe de direction elle aussi parfois « abuse » de notre présence pour nous faire faire des tâches qui ne sont pas les nôtres. « Je suis EVS dans une école privée, maternelle et primaire, je fais de la surveilance de récré, de la garderie, l'étude du soir (2 soirs par semaine, je vais dans toutes les classes primaires aider les élèves (ou les maitresse ? LOL) en informatique surtout et en arts visuels, je fais aussi de la photocopie, du découpage ...¦. et;.. du ménage !!! » Se pose aussi le problème quant à la variété des tâches à accomplir et à leur technicité. Il nous est parfois demandé des gestes relevant du médical et nécessitant un personnel qualifié. Essayons de ne pas céder à la culpabilisation et aux pressions « si tu n'accomplis pas tel ou tel geste, cet enfant ne pourra plus aller à l'école. Qui est responsable en cas de soucis ? Des cadres clairs doivent être posés pour nous protéger, nous AESH/AVS, mais aussi pour éviter de mettre en danger les élèves.»...

<< Sommaire
handicapetscolariteblogdesaccompagnants.wordpress

Low oxytocin and melatonin levels and their possible role in the diagnosis and prognosis in Iraqi autistic children. - PubMed - NCBI 24/01/2017

«Abstract OBJECTIVES: To test the possible association between oxytocin and melatonin levels with the severity of social and cognitive dysfunctions, and to study the correlation between these parameters in children with autism. METHODS: A case-control study was carried out in the Department of Chemistry and Biochemistry, College of Medicine, Al-Nahrain University, Baghdad, Iraq. The study was performed on 60 male autistic patients recruited from the Pediatric Department of Al-Sader General Hospital, Baghdad, Iraq between November 2014 and April 2015. The levels of oxytocin and melatonin were measured in the serum of these autistic male patients, and categorized as mild, moderate, and severe (20 patients each), and was compared with 26 age- and gender-matched control subjects. RESULTS: The data indicated that the levels of oxytocin (44.72 ± 36.1 μIU/mL) and melatonin in patients (23.08 ± 10.41 pg/mL) were significantly lower (p less than 0.05) than that of age-matched (102.1 ± 34.31 μIU/mL) and gender-matched controls (53.05 ± 38.38 pg/mL). These parameters were remarkably associated with the severity of the disease that was indicated by the significant decrease in the levels of oxytocin (47 ± 25.47 μIU/mL) and melatonin in moderate (20 ± 6.14 pg/mL), and patients with severe oxytocin (27.92 ± 10.23 μIU/mL) and patients with severe melatonin (21.69 ± 7.02 pg/mL) when compared with mild autistic patients with oxytocin (59.22 ± 27.32 μIU/mL) and melatonin (27.55 ± 14.71 pg/mL). These 2 parameters showed a significant positive correlation with each other in moderate (r=0.513; p=0.021), and severe patients (r=0.598; p=0.005). CONCLUSION: Receiver operating characteristic analysis revealed that oxytocin can be considered as a good diagnostic marker in severe autistic patients while melatonin can be considered as a good diagnostic marker in all autistic subgroups. This study proves the possibility of using oxytocin and melatonin in the diagnosis, and as markers of autism severity.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Stress May Explain Digestive Issues in Kids With Autism: MedlinePlus Health News 24/01/2017

«FRIDAY, Jan. 20, 2017 (HealthDay News) -- Many children with autism suffer from gastrointestinal problems, such as belly pain and constipation. And new research suggests that these issues may stem from a heightened response to stress. "When treating a patient with autism who has constipation and other lower gastrointestinal issues, physicians may give them a laxative to address these issues," said study author Dr. David Beversdorf. "Our findings suggest there may be a subset of patients for which there may be other contributing factors. More research is needed, but anxiety and stress reactivity may be an important factor when treating these patients," he added. Beversdorf is an associate professor at the University of Missouri-Columbia's Thompson Center for Autism and Neurodevelopmental Disorders. The new study included 120 young people with autism and their parents. The parents provided information about their children's gastrointestinal symptoms. Overall, 51 of the children had these issues and 69 didn't. The children underwent a 30-second stress test. To evaluate their response to the stress, the researchers collected saliva samples from each participant before and after the test to measure the children's cortisol levels. Cortisol is a hormone the body releases in times of stress. The body releases cortisol to help prevent inflammation caused by substances called cytokines that are linked with autism, stress and gastrointestinal issues, the researchers said. The study showed that the children with gastrointestinal symptoms had higher cortisol levels in response to the stress test than those who didn't have these symptoms.»...

<< Sommaire
medlineplus

A Meta-Analysis of Working Memory Impairments in Autism Spectrum Disorders | SpringerLink 24/01/2017

«Abstract Autism spectrum disorders (ASD) are characterized by executive dysfunction, and working memory (WM) comprises one core component of executive function. Many studies have investigated WM impairments in individuals with ASD, however, a conclusive agreement has not been reached. The present study provided a meta-analytic review of WM impairments in individuals with ASD and evaluated potential moderating variables of this problem. Twenty-eight studies were included in this study, and the participants comprised 819 individuals with ASD and 875 healthy controls. A significant WM impairment (Cohen's d=−0.61) was identified in the individuals with ASD, however, this impairment was not associated with age. Results of moderation analyses showed that (a) spatial WM was more severely impaired than verbal WM and (b) the component of cognitive processing (maintenance vs. maintenance plus manipulation) did not affect the severity of WM impairments. These findings suggest that WM is impaired in individuals with ASD and may have implications for interventions related to WM impairments in these individuals.»...

<< Sommaire
link.springer

Envermeu. Autisme : elle se bat pour sa fille Alicia, 8 ans « Article « Les Informations Dieppoises 22/01/2017

«Depuis septembre 2016, Alicia, une petite fille d'Envermeu (Seine-Maritime) âgée de 8 ans a fait de gros progrès, depuis que ses parents ont décidé de la faire travailler à domicile avec une éducatrice spécialisée, sous la supervision d'un psychologue comportemtaliste. Car Alicia est diagnostiquée autiste sévère avec un retard massif du langage et a besoin d'une prise en charge particulière. Elle va donc à mi-temps à l'école d'Envermeu en CP, aidée par une AVS, une assistance de vie scolaire et les quatre autres demi-journées, elle travaille avec son éducatrice. Un choix assumé par les parents. Seulement le dossier de prise en charge par l'organisme de Sécurité sociale de la famille traine. Et la maman se trouve face à un dilemme : d'un côté les soucis financiers touchent de plus en plus la famille, de l'autre si elle ne fait plus intervenir l'éducatrice à domicile, sa fille ne progressera plus. Elle tente de remuer ciel et terre, jusqu'au ministère pour que la situation évolue.»...

<< Sommaire
lesinformationsdieppoises

Une maison d'assistantes maternelles en partenariat avec l'hopital - Sens (89100) - L'Yonne Republicaine 22/01/2017

«En lien avec l'hôpital, trois assistantes maternelles ont créé une maison commune pour accueillir des enfants. Y compris ceux en situation de handicap. Une « M.A.M. pour tous ». C'est le nom de l'association portée par Céline Atlati, Nathalie Dumez et Malika Houmada. Les trois femmes, assistantes maternelles, vont ouvrir, le 6 février, sur le site de l'hôpital Saint-Jean, une maison d'assistantes maternelles (M.A.M). La structure accueillera les jeunes enfants âgés de 0 à 3 ans et de 0 à 6 ans s'ils sont en situation de handicap léger (trisomie 21, autisme, etc.). « Cette spécificité nous tenait à coeur », explique Céline Atlati, elle-même maman d'enfants en situation de handicap. « Nous voulons offrir à ces enfants la possibilité d'être accueillis en milieu ordinaire et soulager les parents qui ne trouvent pas de structure, ajoute Nathalie Dumez. C'est aussi une manière de montrer aux petits qu'ils ne sont pas tous pareils, favoriser un esprit d'ouverture. »»...

<< Sommaire
lyonne

Les MDPH ont cinq mois pour realiser leur autodiagnostic 20/01/2017

«La Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) a adressé à l'ensemble des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) un outil d'autodiagnostic. Il s'agit en l'occurrence d'un questionnaire en ligne, qui doit leur permettre d'établir leur propre diagnostic. Objectif affiché : aider les MDPH "à dresser un état des lieux de leur fonctionnement, dans l'objectif d'améliorer la qualité de service". A partir des résultats de cet exercice - qui n'est pas sans rappeler l'auto-évaluation des établissements et services sociaux et médicosociaux -, chaque MDPH pourra alors établir une "trajectoire d'amélioration". Cette démarche s'inscrit dans le prolongement de la nouvelle "convention d'appui à la qualité de service", passée entre la CNSA et chaque département (voir notre article ci-contre du 25 novembre 2015). Cette nouvelle convention type prévoit notamment une "déclinaison départementale du référentiel de missions et de qualité de service réalisé avec les MDPH et les associations", qui figure en annexe du document. Un référentiel pour appuyer l'autodiagnostic La conception et la réalisation de cet autodiagnostic s'appuient en effet sur ce référentiel. Validé par le conseil d'administration de la CNSA à la fin de 2015, celui-ci a pour objectif "d'aider les MDPH à identifier le niveau de qualité à atteindre pour chacune de leurs principales missions, dans une dynamique d'amélioration continue". Il identifie ainsi différents niveaux, de la qualité socle (qualité de base requise pour le service) jusqu'aux niveaux de qualité supérieurs. Les sept grandes missions recensées par le référentiel sont l'information, la communication et la sensibilisation au handicap ; l'accueil, l'orientation et l'aide à la formulation du projet de vie, des attentes et des besoins des usagers ; l'évaluation, l'élaboration des réponses et des plans personnalisés de compensation (PPC) ; la gestion du fonctionnement de la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) et des décisions ; la gestion des litiges ; l'accompagnement à la mise en oeuvre des décisions de la CDAPH et leur suivi ; le management, le pilotage et l'animation territoriale. La CNSA précise que cet autodiagnostic doit être établi avant le 31 mai 2017. Elle indique toutefois qu'elle accompagnera les MDPH dans cette dynamique "tout au long de l'année 2017". Le bilan de cet autodiagnostic et son suivi devront ensuite être retracés dans le rapport d'activité annuel de la MDPH et transmis à la CNSA.»...

<< Sommaire
localtis

Maltreatment-associated neurodevelopmental disorders: a co-twin control analysis - Dinkler - 2017 - Journal of Child Psychology and Psychiatry - Wiley Online Library 19/01/2017

«Abstract Background Childhood maltreatment (CM) is strongly associated with psychiatric disorders in childhood and adulthood. Previous findings suggest that the association between CM and psychiatric disorders is partly causal and partly due to familial confounding, but few studies have investigated the mechanisms behind the association between CM and neurodevelopmental disorders (NDDs). Our objective was to determine whether maltreated children have an elevated number of NDDs and whether CM is a risk factor for an increased NDD ...˜load' and increased NDD symptoms when controlling for familial effects. Methods We used a cross-sectional sample from a population-representative Swedish twin study, comprising 8,192 nine-year-old twins born in Sweden between 1997 and 2005. CM was defined as parent-reported exposure to emotional abuse/neglect, physical neglect, physical abuse, and/or sexual abuse. Four NDDs were measured with the Autism-Tics, AD/HD, and other comorbidities inventory. Results Maltreated children had a greater mean number of NDDs than nonmaltreated children. In a co-twin control design, CM-discordant monozygotic twins did not differ significantly for their number of NDDs, suggesting that CM is not associated with an increased load of NDDs when genetic and shared environmental factors are taken into account. However, CM was associated with a small increase in symptoms of attention-deficit/hyperactivity disorder and autism spectrum disorder in CM-discordant MZ twins, although most of the covariance of CM with NDD symptoms was explained by common genetic effects. Conclusions Maltreated children are at higher risk of having multiple NDDs. Our findings are, however, not consistent with the notion that CM causes the increased NDD load in maltreated children. Maltreated children should receive a full neurodevelopmental assessment, and clinicians should be aware that children with multiple NDDs are at higher risk of maltreatment.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

SAINT-QUENTIN: Autiste, elle passe son bac mais...¦ - Saint-Quentin - Courrier picard 18/01/2017

«Raphaëlle Mennesson, 18 ans, a passé son bac en juin 2016. Un parcours classique ? Loin de là. La jeune fille souffre de troubles autistiques. Tout n'a pas été simple pour la jeune femme durant son cursus. Imprimer - A + M a fille est en Terminale mais elle n'y est pas arrivée comme ça. » Claude Mennesson dresse un bilan très contrasté sur la scolarité de sa fille Raphaëlle. « Elle a pu suivre une scolarité classique mais son parcours ne l'est pas du tout. » Aujourd'hui, la jeune fille doit repasser son bac. Plusieurs dysfonctionnements dans le système à l'occasion des examens lui font perdre patience. Il commence toutefois par son entrée à l'école maternelle. « Raphaëlle était souvent seule. Elle ne parlait pas. » La famille décide de consulter des psychiatres. « L'institution scolaire met la pression », soupire Claude Mennesson, lui-même professeur. Sa fille suit tant bien que mal une scolarité dans une école et fréquente le centre médico-psychologique. « On nous conseillait de la mettre à l'hôpital de jour, nous avons choisi de la laisser à l'école. » Elle apprend à lire et à écrire. Au collège, le rythme différent perturbe l'élève. « Il y a plus de professeurs, plus d'interactions...¦ C'était compliqué pour Raphaëlle. » Il faut attendre la cinquième pour que le diagnostique tombe. L'élève va de collège en collège. Les parents pensent trouver un compromis en alternant cours par correspondance et hôpital de jour. « Mais ça n'allait pas. En hôpital de jour, Raphaëlle imitait le comportement des autres. Ce qui n'était bien pas ni pour elle, ni pour les autres. » Raphaëlle intègre le lycée Condorcet en seconde. L'établissement est le seul à prendre en charge le handicap avec trois pôles : troubles visuels, troubles auditifs et troubles cognitifs. « Nous avons mis en place l'accompagnement nécessaire, explique le proviseur, Giovanni Sorano. Nous avons sensibilisé les équipes et les élèves au comportement. » Claude Mennesson pointe des aléas : plaintes de parents, pétition et remarques des professeurs. « Il y a eu quelques clashs, admet le proviseur. Mais nous avons su gérer. » « Elle peut faire des choses surprenantes »»...

<< Sommaire
courrier-picard

Older teenagers 'quicker to improve maths and reasoning skills' | Society | The Guardian 17/01/2017

«Older teenagers and young adults are able to improve their fundamental maths skills and reasoning abilities more rapidly than younger teens, according to research that overturns longstanding assumptions about children's learning. The research, published by academics from University College London's Institute of Cognitive Neuroscience, also upends ideas that tests used in grammar school selection can be made "tutor-proof" to assess potential. In particular, the research found that older adolescents significantly improved their performance in maths skills after training - suggesting that older teenagers could reveal further potential even after sitting GCSE exams at the age of 16. "We find that these cognitive skills, which are related to mathematics performance, show greater training effects in late adolescence than earlier in adolescence," said Lisa Knoll, one of the authors of the research. "These findings highlight the relevance of this late developmental stage for education and challenge the assumption that earlier is always better for learning. We find that fundamental cognitive skills related to mathematics can be significantly trained in late adolescence."»...

<< Sommaire
theguardian

Next Big Future: IBM predicts 5 technologies for 2022 which includes hyperimaging and AI will give us superhero vision 17/01/2017

«IBM predicts five innovations for the next five years In five years AI for diagnosing mental health Cognitive computers will analyze a patient's speech or written words to look for tell-tale indicators found in language, including meaning, syntax and intonation. Combining the results of these measurements with those from wearables devices and imaging systems (MRIs and EEGs) can paint a more complete picture of the individual for health professionals to better identify, understand and treat the underlying disease, be it Parkinson's, Alzheimer's, Huntington's disease, PTSD or even neurodevelopmental conditions such as autism and ADHD. What were once invisible signs will become clear signals of patients' likelihood of entering a certain mental state or how well their treatment plan is working, complementing regular clinical visits with daily assessments from the comfort of their homes.»...

<< Sommaire
nextbigfuture

With AI, our words will be a window into our mental health- IBM Research 17/01/2017

«With AI, our words will be a window into our mental health 01:17 In five years, what we say and write will be used as indicators of our mental health and physical wellbeing. Patterns in our speech and writing analyzed by new cognitive systems will provide tell-tale signs of early-stage developmental disorders, mental illness and degenerative neurological diseases that can help doctors and patients better predict, monitor and track these conditions. Today Brain disorders, including developmental, psychiatric and neurodegenerative diseases, represent an enormous disease burden, in terms of human suffering and economic cost. For example, today, one in five adults in the U.S. experiences a mental health condition such as depression, bipolar disease or schizophrenia, and roughly half of individuals with severe psychiatric disorders receive no treatment. The global cost of mental health conditions is projected to surge to US$ 6.0 trillion by 2030. In five years Cognitive computers will analyze a patient's speech or written words to look for tell-tale indicators found in language, including meaning, syntax and intonation. Combining the results of these measurements with those from wearables devices and imaging systems (MRIs and EEGs) can paint a more complete picture of the individual for health professionals to better identify, understand and treat the underlying disease, be it Parkinson's, Alzheimer's, Huntington's disease, PTSD or even neurodevelopmental conditions such as autism and ADHD. What were once invisible signs will become clear signals of patients' likelihood of entering a certain mental state or how well their treatment plan is working, complementing regular clinical visits with daily assessments from the comfort of their homes.»...

<< Sommaire
research.ibm

«Qu'enfin, avec ce proces, on parle de maltraitance» - Liberation 13/01/2017

«Le tribunal correctionnel de Toulouse a reporté vendredi l'audience de Céline Boussié, accusée de diffamation après avoir dénoncé des mauvais agissements dans le centre pour enfants handicapés où elle travaillait. «Qu'enfin, avec ce procès, on parle de maltraitance» Elle attendait énormément de ce procès, trop peut-être. L'audi­ence devait se tenir ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Toulouse. Elle a finalement été repoussée au 19 septembre pour des raisons d'organisation interne au tribunal. «Après la présidentielle...¦ C'est dommage. Le procès aurait été un moyen d'interpeller les politiques. Pour qu'enfin dans ce pays, on parle de maltraitance, qu'on arrête de fermer les yeux. Cette histoire est tellement symbolique...¦» Céline Boussié, 42 ans, parle d'une voix inégale au téléphone, tantôt chuchote, tantôt crie. Les nerfs sont à fleur de peau. La cicatrice ne s'est pas refermée. Son histoire est en effet emblématique, celle d'un lanceur d'alerte...Š: ces personnes qui un jour, «parce que cela devient insupportable», dénoncent des mauvais agissements, des choses graves. Et paient souvent un lourd tribut. Céline Boussié est poursuivie pour diffamation par son ancien employeur qui lui reproche des propos tenus en 2015 sur Europe 1 et LCI.»...

<< Sommaire
liberation

Psychiatrie des mineurs : la grande oubliee ? | Public Senat 13/01/2017

«Le Sénat a lancé une mission d'information autour de l'offre de soins en matière de santé mentale des mineurs. Un sujet peu abordé par les travaux parlementaires. 5mn Cette mission d'information a été mise en place à l'initiative des sénateurs RDSE Jacques Mézard et Michel Amiel, qui la considèrent comme « indispensable pour examiner l'organisation et le fonctionnement concret des différents éléments de l'offre de soins psychiatriques pour les mineurs, de façon à établir clairement les conditions de ce fonctionnement ». En France, les troubles soignés par la psychiatrie infantile concerne les difficultés de langage, les troubles du sommeil et de l'alimentation, l'autisme ou encore les pathologies liées au suicide et à la toxicomanie. « Je suis parti d'un constat, à savoir le manque de moyens dans le domaine de la psychiatrie en général et en pédopsychiatrie en particulier » explique Michel Amiel sur le plateau de sénat 360. Les centres médicaux-psychologiques (CMP), qui prennent majoritairement en charge ces enfants, dénoncent en effet les restrictions budgétaires, le manque de places et l'insuffisance de personnels. Le CMP de l'hôpital Ste-Anne a notamment été contraint de fermer ses portes. L'objectif de cette mission sera également de mieux comprendre la souffrance chez les jeunes, afin de dépister et diagnostiquer plus rapidement ces troubles. « Pour cela, il faudra une meilleure formation des professionnels, et également pour bien faire la différence entre un enfant en souffrance sociale et un enfant qui pourrait présenter une maladie psychiatrique » préconise Alain Milon, sénateur et président de cette mission d'information. Auteur de deux rapports au Sénat sur le sujet, le sénateur, médecin de formation, souligne qu'il faut actuellement dix ans à un médecin généraliste pour diagnostiquer un trouble psychiatrique.»...

<< Sommaire
publicsenat

* Glutamatergic and GABAergic gene sets in attention-deficit/hyperactivity disorder: association to overlapping traits in ADHD and autism. - PubMed - NCBI 12/01/2017

«Abstract Attention-deficit/hyperactivity disorder (ADHD) and autism spectrum disorders (ASD) often co-occur. Both are highly heritable; however, it has been difficult to discover genetic risk variants. Glutamate and GABA are main excitatory and inhibitory neurotransmitters in the brain; their balance is essential for proper brain development and functioning. In this study we investigated the role of glutamate and GABA genetics in ADHD severity, autism symptom severity and inhibitory performance, based on gene set analysis, an approach to investigate multiple genetic variants simultaneously. Common variants within glutamatergic and GABAergic genes were investigated using the MAGMA software in an ADHD case-only sample (n=931), in which we assessed ASD symptoms and response inhibition on a Stop task. Gene set analysis for ADHD symptom severity, divided into inattention and hyperactivity/impulsivity symptoms, autism symptom severity and inhibition were performed using principal component regression analyses. Subsequently, gene-wide association analyses were performed. The glutamate gene set showed an association with severity of hyperactivity/impulsivity (P=0.009), which was robust to correcting for genome-wide association levels. The GABA gene set showed nominally significant association with inhibition (P=0.04), but this did not survive correction for multiple comparisons. None of single gene or single variant associations was significant on their own. By analyzing multiple genetic variants within candidate gene sets together, we were able to find genetic associations supporting the involvement of excitatory and inhibitory neurotransmitter systems in ADHD and ASD symptom severity in ADHD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Investigating the use of appropriation in the writing of a child with autism: A case study. - PubMed - NCBI 12/01/2017

«Abstract This case study investigated how a 10year old child with ASD (Autism Spectrum Disorder), Kameron (pseudonym), utilized appropriation as a writing strategy in the context of group therapy. Using the same questions as Lensmire and Beals (1994) in their study of a typically developing third-grader, written products were collected over the course of one semester and analyzed, along with video, audio, and participant observation data, to consider the following questions: 1) Where did the material come from? 2) What was taken? and 3) How was it used? Analysis of the process of Kameron's writing revealed utilization of appropriation as a strategy for 2 of the 4 written products. Material was appropriated from both adult authored texts performed via read alouds and from topics and values located in the local peer culture. Kameron's appropriation of shared experiences provided substance to initiate and engage in a shared peer culture. Increased engagement in the writing process and fewer off task behaviors were noted when appropriations were evidenced compared to the writing pieces where no appropriation occurred. The results demonstrate the powerful implications of both a process oriented and strength-based approach to writing and greater social awareness than expected in children with ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Pas assez de moyens pour freiner l'exil en Belgique des personnes handicapees 07/01/2017

«Un rapport sénatorial dresse un bilan critique des mesures décidées fin 2015 par le gouvernement pour limiter des départs contraints de personnes handicapées en Belgique. nombre-francais-handicapes-acceuillis-en-belgiqueLes intentions sont bonnes mais les moyens ne suivent pas. Telle est l'impression qui domine à la lecture du récent rapport d'information du Sénat sur « la prise en charge de personnes handicapées françaises dans les établissements situés en dehors du territoire national ». En Belgique, essentiellement. 1 451 enfants et 5 400 adultes y étaient accueillis en 2015, selon le décompte effectué par les deux auteurs, les sénateurs Claire-Lise Campion et Philippe Mouiller. Cout de l'opération : 400 millions d'euros, cofinancés à hauteur de 170 millions par l'Assurance maladie et 230 millions par les départements. 15 millions d'euros pour créer des places de proximité : insuffisant Suite à la mobilisation de l'Unapei, Ségolène Neuville, la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées, avait fait des annonces, il y a un peu plus d'un an. Elle s'était engagée à ce que les personnes handicapées ne soient plus orientées vers la Belgique contre leur gré. Elle tablait sur la mise en oeuvre anticipée du dispositif permanent d'orientation, auquel faire-face.fr a déjà consacré un article ou « à défaut, sur un recours aux commissions de situations critiques » (voir encadré). Elle avait mis en place un fonds d'amorçage de 15 millions d'euros pour « créer des places sur mesure, à proximité ». Son montant est « insuffisant », commentent les deux sénateurs. Il ne couvre le cout de fonctionnement que de 350 à 400 places, par an. De plus, rien ne garantit qu'il sert à financer uniquement des solutions destinées aux exilés belges ou aux Français qui auraient été contraints d'y partir. Enfin, « il ne correspond pas à l'ouverture de nouveaux crédits, mais au redéploiement de crédits existants. En l'occurrence les crédits versés chaque année par l'Assurance maladie aux établissements belges ».»...

<< Sommaire
faire-face

Emotion Coregulation in Mother-Child Dyads: A Dynamic Systems Analysis of Children with and without Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI 06/01/2017

«Abstract Few studies have investigated patterns of emotion coregulation in families of children with Autism Spectrum Disorder (ASD) or contrasted the ways in which their emotion coregulation patterns differ from families of typically developing (TD) children. To address this gap, we used a dynamic systems approach to compare flexible structure and emotional content of coregulation between mothers and children (3-7 years) with ASD (n = 47) and TD children (n = 26). Mother-child play interactions in the home were videotaped and emotion-engagement states were coded in micro-level 5-s intervals based on behavioral and affective expressions. Analyses indicated that mother-child dyads in the ASD group spent more time than dyads in the TD group in mismatched emotion-engagement states (e.g., child negative/mother positive), and children with ASD spent more time than TD children engaged exclusively with objects. Mother-child dyads in the TD group stayed longer in mutual positive engagement states. Compared to dyads in the TD group, mother-child dyads in the ASD group exhibited greater flexibility (i.e., a wider range of emotional-engagement states, more frequent changes in states, and less time in each state). These findings suggest that mothers and their children with ASD do not sustain dyadic positive engagement patterns in a low-stress environment. Findings confirmed the preference of children with ASD for objects over social partners, even when they are at home with their mothers, and elucidated a challenging mother-child interactional style. Results have implications for mother-child interventions aimed at regulating negative emotional states and sustaining positive ones in families raising children with ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Effects of a Least-to-Most Prompting Procedure on Multisymbol Message Production in Children With Autism Spectrum Disorder Who Use Augmentative and... - PubMed - NCBI 06/01/2017

«Abstract Purpose: In this study, we investigated the efficacy of a least-to-most (LTM) prompting procedure (Ault & Griffen, 2013; MacDuff, Krantz, & McClannahan, 2001; Neitzel & Wolery, 2009) for increasing use of multisymbol messages in school-age children with autism spectrum disorder (ASD) who use augmentative and alternative communication (AAC) during a storybook reading activity. Method: In the study, we used a single-subject, multiple-probe research design across participants (Kazdin, 1982) with 6 children (ages 8-12) with ASD and who used AAC systems for communication. There were 4 phases in this investigation: (a) baseline, (b) intervention, (c) generalization, and (d) maintenance. Results: All participants exhibited a positive increase in multisymbol message production almost immediately upon introduction of the LTM prompting procedure. Conclusions: The results of the investigation contribute important information on the efficacy of the LTM prompting procedure for teaching use of multisymbol messages to school-age children with ASD who use AAC.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Autisme. A propos d'une prise de position... | Ensemble 06/01/2017

«Ensemble s'est saisi du projet de résolution Fasquelle sur l'autisme pour prétendre lutter contre la science d'Etat et le retour de l'ordre moral. La gauche radicale avait pris de la même façon position en mars 2012 contre les recommandations de bonnes pratiques professionnelles publiées par la HAS (Haute Autorité de Santé) et l'ANESM. La première version du communiqué ciblait « plusieurs associations recevant des fonds publics [faisant] un lobbying intense ». Une association était citée : mauvaise pioche, car elle ne reçoit aucun fonds public, et elle était contre la résolution Fasquelle. Cela témoigne d'une méconnaissance du mouvement social de l'autisme. Ses positions sont caricaturées. Sur la résolution Fasquelle Le pedigree de Fasquelle n'est pas alléchant, mais il est trop facile d'en tirer une équivalence sur le « retour à l'ordre moral ». Son projet de résolution (non impérative) était destiné à échouer, comme la résolution précédente en 2012 sous une majorité de droite, qui était pourtant soutenue par Gwendal Rouillard (PS). Le risque d'une science d'Etat ou d'une médecine d'Etat n'est pas aussi réel que décrit. Très peu d'associations de personnes concernées ont soutenu la résolution Fasquelle. Mais nous avons pu assister à la campagne menée contre cette résolution, qui a permis aux professionnels qui s'étaient opposés en 2012 aux recommandations de la HAS de rallier facilement autour d'eux les médecins autour de leur liberté de prescription (comme le Syndicat des Médecins Libéraux, qui regroupe spécialistes de tout poil et généralistes) ; ainsi que tous les groupes de l'Assemblée, sauf la majorité des Républicains. Nous l'avons vu avec consternation, mais sans étonnement, car cette mobilisation vise en fait à remettre en cause les recommandations de 2012 concernant les enfants et adolescents (présentées comme « caduques »), et à faire pression sur la rédaction des recommandations en cours concernant les adultes autistes et la préparation du 4ème plan autisme.»
[...]
«La carence du secteur médico-social et sanitaire oblige les familles à bricoler des solutions. Celles qui ont des moyens financiers peuvent le faire plus facilement. Un mouvement politique de gauche ne peut se satisfaire de cette situation. Les méthodes recommandées par la HAS restent encore très peu utilisées. Dans l'étude menée en Bretagne dans plus de 500 établissements médico-sociaux, l'ABA n'est connue que dans 20 structures pour enfants sur 176 (4/136 chez les adultes) le PECS (apprentissage de la communication à l'aide de pictogrammes) dans 40 sur 176 (14/136 chez les adultes); la méthode TEACCH (structuration de l'environnement) par 26 structures sur 176 (16/136 chez les adultes). Les méthodes recommandées par la HAS et l'ANESM sont donc présentes seulement dans 8% à 17% des établissements médico-sociaux. Il ne faut pas chercher plus loin les raisons du mécontentement des parents (et de la lassitude des professionnels devant l'inefficacité de leurs pratiques). Ce sont les pratiques dites psychanalytiques qui disposent d’un monopole quasi-absolu, ne permettant pas le libre choix des familles pour la large palette des méthodes recommandées. »...

<< Sommaire
ensemble-fdg

Handicap: les departs en Belgique ont coute 400 millions d'euros en 2015 06/01/2017

«L'accueil dans des structures belges de près de 6.800 enfants et adultes handicapés qui n'ont pas de place dans un établissement spécialisé en France a couté près de 400 millions d'euros en 2015, un chiffre en "augmentation", selon un rapport du Sénat publié en décembre. Faute de structures adaptées en France ou en attente de place, "environ 6.800 personnes handicapées sont accueillies dans des établissements situés en Wallonie, concentrant la grande majorité des départs à l'étranger", écrivent dans ce document les rapporteurs Claire-Lise Campion (socialiste) et Philippe Mouiller (LR). En 2015, 1.451 enfants handicapés français étaient pris en charge dans 25 établissements wallons conventionnés par l'assurance maladie. Le nombre d'adultes est estimé à plus de 5.300, mais il est plus difficile à déterminer car leur prise en charge repose sur deux financeurs, l'assurance maladie et les Conseils départementaux, dont la dépense pour les prises en charge à l'étranger n'est pas connue. Selon les parlementaires, les prises en charge à l'étranger ont couté, en 2015, 170 millions d'euros à l'assurance maladie et un montant estimé à plus de 200 millions d'euros aux départements, soit "environ 400 millions d'euros de dépense publique". Ce chiffre "en constante évolution" s'explique par une "augmentation progressive des départs d'adultes handicapés", précisent les sénateurs. Pour essayer de limiter les départs, le déblocage d'un fonds d'amorçage de 15 millions d'euros en 2016 avait été annoncé par le gouvernement en octobre 2015. Saluant une initiative "méritoire, inédite", les parlementaires soulignent néanmoins que son montant est "insuffisant" et déplorent qu'il s'agisse d'un "redéploiement de crédits existants" versés par l'assurance maladie aux établissements belges conventionnés. Pour essayer d'améliorer la prise en charge en France, les sénateurs proposent une série de mesures parmi lesquelles la pérennisation de cet effort financier et la mise en place d'un dispositif pour en contrôler l'usage. Concernant la situation plus spécifique des personnes atteintes d'autisme, "les plus contraintes au départ" pour cause "d'insuffisance criante de l'offre spécialisée" selon le rapport, il est "primordial" que soient publiées les recommandations de bonnes pratiques de la Haute autorité de santé, ajoutent-ils.»...

<< Sommaire
sudradio

Vivent les psychoses infantiles ! 04/01/2017

«Connaissez-vous Pedobear ? Un personnage servant à parler avec humour d'un sujet qui ne s'y prête pas du tout (vraiment pas du tout), la pédophilie. Du moins, on peut symboliser avec Pedobear tous les pédophiles de la planète, ce qui évite de citer des noms et des affaires comme celle des enfants de l'institut médico-éducatif de Voiron, pour ne pas la citer (... trop tard). Pedobear est très, très, très content du système de soins français en matière d'autisme, et il espère qu'on fera de moins en moins attention au recrutement du personnel dans les hôpitaux de jour et les instituts médico-éducatifs (IME). Il ne veut surtout pas qu'on envoie les enfants détenus là-bas à l'école ordinaire, avec tous les enfants « non handicapés », sous la surveillance de profs et d'un ou d'une Assistant(e) de Vie Scolaire (AVS). Les institutions de soins pour « psychotiques » (surtout quand on les bourre de tranquillisants), c'est un lieu parfait pour que Pedobear s'y fasse embaucher sous un costume d'éducateur spécialisé, et s'y amuse toute la journée. Pensez-donc, on met la pression aux parents d'enfants autistes et « psychotiques » pour qu'ils placent leurs gosses là-dedans, plutôt qu'à l'école (faute d'embauche d'AVS). En plus, en France, on assimile encore l'autisme à une psychose, précisément à « la forme la plus archaique des psychoses infantiles ! » Pedobear adore les « psychoses » ! Pedobear veut absolument que l'autisme reste une psychose !»...

<< Sommaire
agoravox

Traitements medicamenteux recus par les enfants, adolescents et jeunes adultes avec trouble du spectre autistique en France : un etat des lieux base sur l'experience parentale 04/01/2017

«Résumé Objectifs Les personnes atteintes de troubles du spectre autistique (TSA) reçoivent régulièrement un traitement. Pourtant, peu de publications documentent les prescriptions médicamenteuses dans l'autisme en France. Notre étude offre un état des lieux de l'usage des traitements pharmacologiques d'après constat parental, et évalue les facteurs susceptibles d'influencer leur prescription. Patients et méthodes Nous avons réalisé une étude rétrospective de cohorte en France entre 2005 à 2007. Les parents de 393 enfants, adolescents et adultes avec TSA (âge moyen : 12,0 ans [± 8,6], rang : 1-45) ont renseigné un questionnaire sur les traitements reçus par leur enfant, comprenant entre autres le nom de la molécule, l'âge de début et la durée du traitement, et les effets observés. Résultats Dans l'ensemble, 52 % (n = 203) des individus ont pris un traitement médicamenteux et 35 % (n = 139) l'ont conservé, avec au moins deux psychotropes dans 10,5 % des cas (n = 40). Les antipsychotiques atypiques (APA) (23 %, n = 88) et classiques (13 %, n = 49) étaient les plus prescrits, suivis des antiépileptiques (9 %, n = 36). Le risque d'effets indésirables augmentait en cas d'APA (OR = 56,1 [12,4-521,4], p < 0,01), de poly-prescription (U = 2732,5, p < 0,01) et de prescription hors autorisation de mise sur le marché (OR = 2,4 [1,1,-5,1], p = 0,031). Le nombre de traitements reçus était corrélé à un âge élevé (U = 8908,5, p < 0,001), à la sévérité de l'autisme (rho = 0,29 ; IC bootstrap [0,18-0,38]), à un diagnostic tardif (rho = 0,13 [0,22-0,26]), à l'institutionnalisation (U = 7803,5, p < 0,01) et à la durée de prescription (rho = 0,34 [0,21-0,52]). Conclusion La prévalence des personnes avec autisme ayant reçu ou poursuivant un traitement pharmacologique interroge, étant donné les faibles preuves de leur efficacité et leurs effets indésirables notables.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Une «reserve cachee» de meres non diagnostiquees comme autistes en train d'apparaitre | Le Club de Mediapart 02/01/2017

«Une «réserve cachée» de femmes qui ont grandi avec un autisme non diagnostiqué vient à la lumière lorsque les mères en recherche sur les troubles du spectre de leurs enfants se reconnaissent dans leurs découvertes. «Il y a beaucoup plus de mères non diagnostiquées que nous ne l'avions jamais pensé», a déclaré la Dr Judith Gould , consultante principale et ancienne directrice du Centre Lorna Wing pour l'autisme qui a mis au point le premier et le seul test diagnostique féminin, et qui forme les médecins à reconnaitre le diagnostic tardif chez la femme adulte. "Ces femmes prennent de l'importance maintenant parce qu'il y a plus d'information sur l'autisme chez les filles et les femmes sur Internet, afin qu'elles puissent faire des recherches sur leurs enfants et, ce faisant, obtenir un diagnostic pour elles-mêmes", a déclaré Gould. Le professeur Simon Baron-Cohen, fondateur du Centre de recherche sur l' autisme de l'Université de Cambridge et de la Class Clinic, dédiée au diagnostic des adultes atteints d'autisme, a convenu: «[Les mères non diagnostiquées] sont certainement un phénomène croissant. Mettre un chiffre sur cela est impossible mais je suis sur que c'est un grand nombre parce que les femmes qui cherchent des diagnostics d'autisme étaient susceptibles d'être rejetées jusqu'à il y a quelques années, parce que l'autisme chez les femmes était pensé comme très rare.»
[...]
«Une nouvelle recherche menée par Baron-Cohen, Alexa Pohl du Centre de recherche sur l'autisme et Monique Blakemore du Autism Women Matter a constaté qu'une mère sur cinq d'un enfant autiste, rindépendamment d'avoir un diagnostic popur elle-même, a été évaluée par les services sociaux. Une sur six de ces mères a déclaré que leurs enfants avaient été placés de force par une ordonnance du tribunal. « Ce sont des statistiques très inquiétantes, dit Baron-Cohen. "Que ces mères aient un diagnostic formel ou non, si beaucoup de ces mères qui ont des enfants autistes aient elles-mêmes un autisme non diagnostiqué, elles pourraient se débattre avec la communication avec les professionnels et semblent être dans la confrontation plutôt que dans la diplomatie. Le risque est que les services sociaux voient cela comme une mère difficile plutôt que de reconnaître que ses problèmes de communication font partie de son propre handicap. « Dr Catriona Stewart, fondatrice du Scottish Women's Autism Network , qui a étudié l'autisme depuis plus de 10 ans, a décrit «une réserve cachée de femmes qui ont grandi avec un autisme non diagnostiqué». Elle dit: «Ces femmes peuvent enfin reconnaître la condition en elles-mêmes parce qu'elles peuvent utiliser Internet pour rechercher la condition de leurs enfants, puis chercher un diagnostic pour elles-mêmes dans un monde qui est finalement prêt à les reconnaître ». »...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Social learning, culture and the 'socio-cultural brain' of human and non-human primates. - PubMed - NCBI 01/01/2017

«Abstract Noting important recent discoveries, we review primate social learning, traditions and culture, together with associated findings about primate brains. We survey our current knowledge of primate cultures in the wild, and complementary experimental diffusion studies testing species' capacity to sustain traditions. We relate this work to theories that seek to explain the enlarged brain size of primates as specializations for social intelligence, that have most recently extended to learning from others and the cultural transmission this permits. We discuss alternative theories and review a variety of recent findings that support cultural intelligence hypotheses for primate encephalization. At a more fine-grained neuroscientific level we focus on the underlying processes of social learning, especially emulation and imitation. Here, our own and others' recent research has established capacities for bodily imitation in both monkeys and apes, results that are consistent with a role for the mirror neuron system in social learning. We review important convergences between behavioural findings and recent non-invasive neuroscientific studies.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Mise en oeuvre de la loi d'adaptation de notre societe au vieillissement - Communiques de presse - Ministere des Affaires sociales et de la Sante 31/12/2016

«Les décrets publiés ce jour renforcent et simplifient les procédures relatives à la protection des personnes âgées et des personnes en situation de handicap qui bénéficient d'un régime de protection juridique : à partir du 1er janvier, pour exercer les fonctions de mandataires, les personnes concernées devront montrer qu'elles disposent des aptitudes et des moyens nécessaires. Ces deux décrets, prévus par la loi d'adaptation de notre société au vieillissement, déterminent les cas de cumul des fonctions de mandataire et définissent les conditions et modalités de mise en oeuvre de la nouvelle procédure d'agrément de mandataire individuel. Les dispositions inscrites dans ces textes prendront effet au 1er janvier 2017, à l'exception des dispositions relatives à l'encadrement du cumul de modes d'exercice de la fonction de mandataire qui entreront en vigueur le 1er juillet 2017. Un délai est en effet accordé aux opérateurs concernés pour se conformer aux nouvelles exigences prévues par les textes. « La protection juridique des majeurs vulnérables concerne de plus en plus de personnes en situation de fragilité, leurs familles et de nombreux intervenants. En rénovant son cadre juridique, nous permettons aux personnes vulnérables d'être mieux accompagnées et protégées. » a déclaré Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé. « L'objectif des dernières évolutions législatives et règlementaires en matière de protection des majeurs est de rechercher la participation et l'adhésion des personnes concernées. C'est là un changement de posture essentiel, car plus respectueux de leur dignité » a indiqué Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion. « La protection des personnes majeures est aujourd'hui un sujet central et un défi pour notre société : sécurité, intégrité physique et morale, héritage...¦ autant de situations qui nécessitent un encadrement strict afin de conforter les droits et libertés des personnes âgées. Vieillir libres et égaux en droits, voilà l'engagement aujourd'hui tenu. », a ajouté Pascale Boistard, secrétaire d'Etat chargée des Personnes âgées et de l'Autonomie.»...

<< Sommaire
social-sante.gouv

Autisme : ABA, quel bilan ? 31/12/2016

«Quand Norrin, le fils de Lisa Quinones-Fontanez, a été diagnostiqué autiste à l'âge de deux ans, elle et son mari ont fait ce que font la plupart des parents dans ce cas - ils se sont démenés à construire un programme pour aider leur enfant. Finalement, ils ont suivi les conseils des experts. Ils ont placé Norrin dans une école pratiquant l'analyse comportementale appliquée, ou l'ABA, la forme de thérapie de l'autisme la plus ancienne et la plus établie. Ils ont aussi embauché un thérapeute pour mener un programme à domicile. L'ABA nécessite jusqu'à quarante heures de soins individuels par semaine. Les thérapeutes diplômés fournissent ou supervisent le traitement, organisé selon les besoins individuels de l'enfant - le développement de compétences sociales, par exemple, ou l'apprentissage de l'écriture, l'utilisation des toilettes. La méthode divise les comportements souhaitables en étapes et récompense l'enfant après chacune de ces étapes. Au début, l'ABA a été difficile pour tout le monde, dit Lisa Quinones-Fontanez : "Il pleurait, assis à la table, pendant les séances, des pleurs hystériques. Je devais sortir de la salle et ouvrir le robinet pour les atténuer, parce que je ne pouvais pas l'entendre pleurer." Mais après que son fils se soit installé dans cette routine, les choses s'améliorèrent, dit-elle. Avant de commencer les soins, Norrin ne parlait pas. Mais après quelques semaines, le thérapeute ABA parvint à faire que Norrin pointe des lettres du doigt. Finalement, il apprit à écrire des lettres, son nom et d'autres mots sur un tableau blanc. Il pouvait communiquer. Norrin, aujourd'hui âgé de dix ans, a reçu depuis lors quinze heures par semaine de soins ABA, à la maison. Il est toujours inscrit dans une école ABA. Ses soignants l'aident à participer à des conversations adaptées à son âge et à acquérir des compétences sociales, à mémoriser son adresse et les noms et numéros de téléphone de ses parents. "J'attribue à l'ABA le crédit de l'avoir aidé d'une façon dont je n'aurais pas été capable," dit Lisa Quinones-Fontanez. "Particulièrement pendant les premières années, je ne sais pas où nous en serions sans la thérapie ABA." Mais ces dernières années, Lisa Quinones-Fontanez et d'autres parents comme elle ont été amenés à s'interroger, en grande partie du fait d'une communauté d'adultes autistes férocement éloquents et bruyants. Ces militants, pour nombre d'entre eux ayant bénéficié de l'ABA dans leur enfance, disent que ce traitement est néfaste. Ils soutiennent que l'ABA est basé sur un postulat cruel - tenter de rendre les enfants autistes 'normaux', un objectif formulé dans les années 60 par le psychologue Ole Ivar Lovaas, qui a développé l'ABA pour les autistes. Ce pour quoi ils militent plutôt, c'est l'acceptation de la neurodiversité - l'idée que les personnes autistes ou, disons, avec des troubles du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité, ou le syndrome de Giles de la Tourette, devraient être respectés comme étant naturellement différents, plutôt que des anormaux à corriger.»
[...]
«"L'ABA a une approche prédatrice des parents," dit Ari Ne'eman, le président du Autistic Self Advocacy Network et un dirigeant important du mouvement de la neurodiversité. Le message est "si vous ne faites pas appel à un prestataire ABA, votre enfant est perdu." De plus, cette thérapie s'accapare le marché, dit Ari Ne'eman. La plupart des Etats US prennent en charge les thérapies de l'autisme, dont, souvent, l'ABA - peut-être du fait de sa déjà longue histoire. Mais en Californie, par exemple, les parents désirant suivre une autre voie doivent en assurer le financement par elles-mêmes. Ces critiques n'ont pas convaincu Lisa Quinones-Fontanez de cesser la thérapie ABA de Norrin, mais elles l'ont troublée. Elle dit pouvoir comprendre ce que disent les militants ; elle ne veut pas que son fils devienne un 'robot', répétant uniquement sur commande des phrases acceptables socialement parce qu'elles le font ressembler à tout un chacun. Parfois, Norrin aborde des personnes sympathiques dans la rue en leur disant, "Bonjour, quel est votre nom ?", comme on le lui a appris, mais n'attend pas la réponse, parce qu'il ne comprend pas vraiment pourquoi il le dit. "Il sait juste jouer son rôle," dit-elle. Le message que l'ABA puisse être nocif la bouleverse. "J'essaie de faire de mon mieux. Je ne ferais jamais rien qui puisse blesser mon enfant," dit-elle. "ça marche pour lui ; je l'ai vu marcher." Que l'ABA soit une aide ou une nuisance est devenu un sujet très controversé - comme une poudrière dont bien peu de personnes n'étant pas déjà militantes acceptent de parler en public. Nombreux parmi ceux que nous avons sollicité pour la rédaction de cet article ont refusé d'être interrogés, disant qu'ils anticipent des réactions négatives, quelle que soit leur opinion. Une femme qui tient un blog avec ses deux filles autistes dit avoir dû fermer les commentaires d'un article qui critiquait leur expérience d'un programme ABA intensif à cause du volume de commentaires - la plupart rédigés par des praticiens de l'ABA défendant la thérapie. Shannon Des Roches Rosa, co-fondatrice du groupe de militants influent Thinking Person's Guide to Autism, dit que quand elle poste un article sur ce sujet sur la page Facebook du groupe, elle doit consacrer des jours entiers à la modération des commentaires. Les opinions tranchées abondent des deux côtés de ce débat. En attendant, les parents comme Lisa Quinones-Fontanez sont entre deux feux. Personne ne doute que tout le monde veut le meilleur pour ces enfants. Mais quel est donc ce meilleur ? Une nouvelle approche Avant les années 60, quand l'autisme était encore très peu compris, quelques enfants autistes étaient traités par la thérapie classique de la parole. Les enfants aux symptômes les plus graves ou ayant aussi une déficience intellectuelle étaient principalement relégués dans des asiles, avec un avenir bien sombre. Dans ce contexte, l'ABA a tout d'abord paru miraculeux. Auparavant, Lovaas s'appuyait lui aussi sur une méthode psychothérapeutique, mais constata rapidement sa futilité et l'abandonna. Ce ne fut qu'après être devenu l'élève de Sidney Bijou, un comportementalisme de l'université de Washington, à Seattle - qui avait été lui aussi un élève de B.F. Skinner, le psychologue expérimental légendaire - que les choses commencèrent à prendre forme. Skinner utilisait des méthodes comportementales pour, par exemple, dresser des rats à pousser une barre pour libérer une ration de nourriture. Jusqu'à ce qu'ils atteignent cet objectif, chaque avancée était récompensée par un granulé. Les animaux répétaient l'exercice jusqu'à le maîtriser. Bijou envisageait d'utiliser des techniques similaires pour les personnes, estimant que des récompenses verbales - dire "bravo", par exemple - seraient des motivations suffisantes. Mais c'est Lovaas qui appliquera cette idée. En 1970, Lovaas fonda le Young Autism Project à l'université de Californie, Los Angeles, dans le but d'appliquer les méthodes comportementalistes à des enfants autistes. Ce projet définit les méthodes et les objectifs qui devinrent l'ABA. Un part de l'intention était de rendre les enfants aussi 'normaux' que possible, en leur apprenant des comportements comme embrasser et regarder quelqu'un dans les yeux pendant un certain moment - ce que les enfants autistes tendent à éviter, ce qui les rend visiblement différents. Un autre intérêt de Lovaas concernait les comportements ouvertement autistes. Sa méthode réprimait - souvent rudement - l'auto-stimulation, un groupe de comportements répétitifs comme agiter les mains, que les enfants autistes utilisent pour dissiper l'énergie et apaiser l'anxiété. Les thérapeutes appliquant le programme de Lovaas frappaient, criaient, ou infligeaient même des chocs électriques à un enfant pour faire cesser un de ces comportements. Les enfants devaient répéter ces exercices jour après jour, heure après heure. Des films de ces premières séances montrent les thérapeutes tenant des morceaux de nourriture pour inciter les enfants à les regarder, et les récompensant alors avec un peu de cette nourriture. »...

<< Sommaire
agoravox

Helping Students with Autism Spectrum Disorder at the Community College: What Does the Research Say? What Can You Do?: Community College Journal of Research and Practice: Vol 0, No 0 31/12/2016

«ABSTRACT While more and more individuals with Autism Spectrum Disorders (ASD) are choosing to pursue higher education, comparatively little research has been conducted on the success of these students. Even less practical information has been developed and promulgated to classroom educators. This article reviews trade publications, peer-reviewed journal articles, unpublished manuscripts, and data from professional organizations to answer two key questions: first, what are the factors that promote academic and social success at the community college, and second, what are the individual characteristics of those with ASD that impact community college success? Findings indicated that student collegiate persistence can be enhanced by a range of factors including peer acceptance, institution/faculty accommodations, and student self-advocacy skills. In addition, students with ASD exhibited pathologies that both enable and inhibit college success. Finally, this article aims to provide practical guidance to both the community college educator and administrator in assisting students with ASD to succeed at their institutions of learning.»...

<< Sommaire
naspa.tandfonline

Examining bidirectional relationships between parenting and child maladjustment in youth with autism spectrum disorder: A 9-year longitudinal study. - PubMed - NCBI 31/12/2016

«Abstract Longitudinal bidirectional effects between parents and children are usually studied in samples of typically developing children, but remain understudied in families with a child with autism spectrum disorder. This three-wave longitudinal study examined how parents and children with autism spectrum disorder influence one another, relying on parent reports of parenting behaviors and children's problem behaviors across 9 years, in a sample of 139 youngsters (M age Time 1 = 10.2 years, 83% boys). Cross-lagged analyses indicated that children's externalizing problems at Time 1 predicted negative controlling parenting 6 years later (Time 2) that in turn predicted externalizing problems 3 years later (Time 3). Negative parental control at Time 1 also increased the risk for internalizing problems at Time 2. It was surprising that externalizing problems at Time 2 also predicted positive parental involvement at Time 3. Thus, although results indicate that externalizing problems generally elicit maladaptive reactions in parents, this study also suggests that parents adjust their way of reacting to externalizing child problems as their child reaches adolescence/emerging adulthood. Implications for future research on parenting dynamics in families with a child with autism spectrum disorder are discussed»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Conflits d'interets en sante : les obligations de transparence ''renforcees'' 30/12/2016

«Les professionnels de santé devront rendre publiques davantage d'informations concernant leurs liens avec les entreprises de produits de santé, selon un décret paru vendredi 30 décembre 2016, qui "renforce" les dispositions prises en 2014 pour prévenir les conflits d'intérêt, après le scandale du Mediator. "Les montants des conventions signées entre les acteurs du système de santé et les industriels devront être publiés" sur le portail Transparence-Santé.gouv , à partir d'un seuil de 10 euros, et une "rubrique dédiée" permettra "d'accéder plus facilement aux rémunérations perçues dans le cadre de ces conventions" , à partir du 1er avril, explique le ministère de la Santé dans un communiqué. Ce site a été mis en place en juin 2014 pour recenser les liens d'intérêts entre les acteurs du système de santé - professionnels de santé, mais aussi associations d'usagers, établissements hospitaliers, organismes de conseil et médias - et les entreprises qui fabriquent ou commercialisent des produits de santé (laboratoires pharmaceutiques, fabricants de dispositifs médicaux, entreprises de cosmétiques, etc.).»
[...]
« Les "fonctions et mandats électifs" et les sommes perçues à ce titre devront figurer dans les déclarations publiques d'intérêts, précise le décret. Ces déclarations devront être actualisées "chaque fois qu'une modification intervient" dans la situation du déclarant et, dans tous les cas, vérifiées chaque années, ajoute le texte. L'ensemble de ces nouvelles dispositions, prévues par la loi Santé du 26 janvier 2016, entreront en vigueur au plus tard le 1er juillet. "S'il faut distinguer liens d'intérêts et conflits d'intérêts, il revient à chaque internaute, chaque citoyen, de connaitre en toute objectivité la nature des relations qui lient les industries de santé aux autres parties prenantes du secteur" , a commenté Marisol Touraine dans le communiqué. »...

<< Sommaire
sciencesetavenir

Vous avez vote. Julie Dachez est votre personnalite de l'annee 2016 | Presse Ocean 30/12/2016

«Julie Dachez est votre personnalité de l'année 2016. Elle devance Michel Weber et Diarata N'Diaye. Cette jeune Nantaise a été diagnostiquée autiste Asperger à l'âge de 27 ans. Elle s'en ouvre d'abord sur son blog, en 2012, puis décide d'expliquer son histoire à travers une BD, La différence invisible, parue cet été aux éditions Delcourt.»...

<< Sommaire
presseocean

Vous avez vote. Julie Dachez est votre personnalite de l'annee 2016 | Presse Ocean 30/12/2016

«Julie Dachez est votre personnalité de l'année 2016. Elle devance Michel Weber et Diarata N'Diaye. Cette jeune Nantaise a été diagnostiquée autiste Asperger à l'âge de 27 ans. Elle s'en ouvre d'abord sur son blog, en 2012, puis décide d'expliquer son histoire à travers une BD, La différence invisible, parue cet été aux éditions Delcourt.»...

<< Sommaire
presseocean

Maisons departementales de l'autonomie : le cahier des charges de la labellisation est paru | CNSA 30/12/2016

«Le décret qui fixe le cahier des charges et la procédure de labellisation des maisons départementales de l'autonomie (MDA) par la CNSA est paru le 28 décembre 2016. SOMMAIRE Le cahier des charges La procédure de labellisation L'article 82 de la loi relative à l'adaptation de la société au vieillissement prévoit la possibilité pour le président du conseil départemental d'organiser la mise en commun des missions d'accueil, d'information, de conseil, d'orientation et, le cas échéant, d'instruction des demandes, d'évaluation des besoins et d'élaboration des plans d'aide au profit des personnes âgées et des personnes handicapées, en vue de la constitution d'une maison départementale de l'autonomie (MDA). La constitution de la MDA est soumise à l'avis conforme de la commission exécutive de la maison départementale des personnes handicapées ainsi qu'à l'avis du conseil départemental de la citoyenneté et de l'autonomie. Le président du conseil départemental peut faire labelliser cette organisation par la CNSA. Le cahier des charges Issu d'une concertation importante conduite par la CNSA avec les départements, les directeurs de maisons départementales de personnes handicapées (MDPH) et les associations de personnes âgées et de personnes handicapées, le cahier des charges de la labellisation est annexé au décret n°2016-1873 publié le 28 décembre (annexe 1-2). Il rappelle en préambule la définition et les enjeux relatifs aux MDA. Le cahier des charges décrit en quatre chapitres les critères de labellisation et les pièces justificatives à fournir dans ce cadre concernant : la démarche de mise en place de la maison départementale de l'autonomie (chapitre 1) ; le fonctionnement de la maison départementale de l'autonomie dans son ensemble (chapitre 2) ; les missions d'accueil, d'information, de conseil et d'orientation (chapitre 3) ; les missions d'instruction des demandes, d'évaluation des besoins et d'élaboration des plans d'aide (chapitre 4). Ce chapitre ne s'impose qu'aux MDA compétentes en matière d'instruction des demandes, d'évaluation des besoins et d'élaboration des plans qui d'aide, qui constituent des missions facultatives d'une MDA.»
[...]
«La procédure de labellisation Si la labellisation n’est pas obligatoire, elle constitue pour les conseils départementaux une opportunité supplémentaire pour mettre en visibilité une organisation pensée pour améliorer le service rendu aux personnes âgées et handicapées sur un territoire et une organisation conforme aux exigences fortes posées par le cahier des charges. Dans un délai de six mois après réception du dossier complet, la CNSA se prononce sur la demande de labellisation de la MDA. La décision relative à la demande de labellisation est prise par le directeur de la CNSA après avis d’une commission de labellisation (voir encadré). Les pièces à fournir dans le dossier de demande de labellisation sont précisées dans le décret (article D.149-14 et article 3 du décret). Elles sont différentes selon l’ancienneté de la MDA (plus ou moins d’un an). La labellisation est valable pour cinq ans. Elle est renouvelée tacitement dès lors que les rapports annuels transmis à la CNSA font apparaître un fonctionnement conforme au cahier des charges publié. La commission de labellisation Elle comporte : Trois représentants d’associations de personnes handicapées, membres du Conseil de la caisse et désignés par ce Conseil ; Trois représentants d’associations de personnes âgées, membres du Conseil de la caisse et désignés par ce Conseil ; Trois représentants des conseils départementaux désignés par l’Assemblée des départements de France ; Un représentant du ministre chargé des Affaires sociales désigné par ce dernier. Pour accompagner les départements volontaires dans la création de MDA et, le cas échéant, leur démarche de labellisation, la CNSA travaille actuellement à la définition de son offre de service. »...

<< Sommaire
cnsa

Notable papers of 2016 | Spectrum 27/12/2016

«Our picks for the top papers of the year highlight leaps in our understanding of autism as well as lingering gaps. This year, as we do every year, we asked scientists to help us choose the 10 most ...˜notable' autism papers ...” ones that transformed the field in some significant way. The final selection highlights several advances in the field. Researchers are homing in on immune molecules that may play a role in autism risk. And new tools, from genetically engineered animals to massive genetic databases, will be a boon to future research. Our list also spotlights knowledge gaps. For example, people with autism are more likely to die prematurely than are those without the condition. But the reason for this disparity is unclear. Here, in reverse chronological order, are the papers that made the cut.»
[...]
«1. Parent training may lead to lasting gains in autism features Teaching parents of toddlers with autism how to recognize and respond to their children may spark stable improvements in the children’s social communication and other autism features. Pickles A. et al. Lancet 388, 2501-2509 (2016) PubMed. 2-20160912-chd8mous-1102. Mice missing top autism gene make their debut Edging out at least five other teams, a Japanese group became the first to publish findings on mice lacking CHD8, the leading candidate gene for autism risk. Katayama Y. et al. Nature 537, 675-679 (2016) PubMed. 3-20160909-exac-110 3. Huge data-sharing venture lays bare human genetic variation A landmark collection of DNA sequences from more than 60,000 people provided an unprecedented picture of genetic variation across the general population. Lek M. et al. Nature 536, 285-291 (2016) PubMed. 4-20160922-dbsrett1104. Loss, doubling of Rett gene produce similar brain glitch Mice with either too much or too little MeCP2, the gene mutated in Rett syndrome, show similar malfunctions in a learning and memory brain circuit. Lu H. et al. Neuron 91, 739-747 (2016) PubMed. 5-20160909nonverbal-1105. Words say little about cognitive abilities in autism Nearly half of children with autism who speak few or no words have cognitive skills that far exceed their verbal abilities. Bal V.H. et al. J. Child Psychol. Psychiatry 57, 1424-1433 (2016) PubMed. 6-20160713-tcellembargo1106. Key molecule may tie immune response to social behavior Molecules that protect the body from infection may be needed for mice to socialize with their peers. This double duty could help safeguard the health of animals that live in close quarters. Filiano A.J. et al. Nature 535, 425-429 (2016) PubMed. 7b-20140609-peripheralnerves-110 7. Autism’s social problems may stem from sense of touch The anxiety and trouble with social skills seen in people with autism stem largely from neurons outside the brain that govern touch. Orefice L. et al. Cell 166, 299-313 (2016) PubMed. 7-20160223-blockingimmunesignals-1108. Blocking key immune signal prevents autism signs in mice An immune molecule in pregnant mice produces autism-like behaviors in their pups. The findings support the theory that infections during pregnancy raise the risk of autism, and hint at a way to mitigate the risk. Choi G.B. et al. Science 351, 933-939 (2016) PubMed. 8-20160510-sexdifferences-1109. Gene expression patterns may underlie autism’s gender bias Genes that are expressed at higher levels in men’s brains than in women’s also tend to be enriched in the brains of people with autism. Many of these genes are markers for immune cells called microglia, which have been implicated in autism. Werling D.M. et al. Nat. Commun. 7, 10717 (2016) PubMed. 10-20151215prematuredeath-11010. Large Swedish study ties autism to early death People with autism are more than twice as likely as their peers in the general population to die prematurely. The finding adds to evidence suggesting that gaps in preventive care can cause serious health problems in people with autism. Hirvikoski T. et al. Br. J. Psychiatry 208, 232-238 (2015) PubMed. »...

<< Sommaire
spectrumnews

La garantie jeunes sera generalisee dans tout le pays le 1er janvier 2017 - L'Express 27/12/2016

«Le décret sur la généralisation de la garantie jeunes, dispositif destiné aux moins de 25 ans confrontés à un risque d'exclusion professionnelle, a été publié mardi 27 décembre au Journal Officiel. La mesure entre en vigueur le 1er janvier 2017. C'était prévu dans la loi Travail, ce sera effectif dès le 1er janvier 2017. Le code du travail va désormais faire mention d'un nouveau dispositif, généralisé à tout le territoire: la garantie jeunes. Advertisement Cette garantie va donc devenir un droit pour les jeunes de 16 à 25 ans qui ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation. Pendant un an, ils bénéficieront d'un accompagnement renforcé vers le monde du travail et percevront une allocation mensuelle d'un montant maximal de 471 euros. LIRE AUSSI >> Garantie jeunes, mode d'emploi Le dispositif a été lancé il y a trois ans dans le cadre d'une expérimentation, avant d'être progressivement étendu jusqu'à 91 départements fin 2016. Il est maintenant étendu à tout le pays.»...

<< Sommaire
lexpress

* Closed Captioning Improves Literacy Skills 27/12/2016

«How to Improve Literacy Without Even Trying One of the simplest things you can do to improve your child's reading skills is already in your home. Closed captioning is free, easy to use, and a natural literacy booster. Research shows that closed captioning increases literacy skills in people of all ages. Simply having the captions on can dramatically improve vocabulary, word recognition, comprehension, and reading . Closed Captioning supports literacy for all.»
[...]
«Turn on the closed captioning in your home; on your tvs, ipads, phones, and computers. Many people think closed captions are only beneficial for deaf and hard of hearing people. And, yes, Closed Captioning (CC) was designed to make television and media accessible for people who are Deaf or hard of hearing. But, like most technology originally developed for accessibility – the touchscreens on our phones and tablets, audiobooks, the telephone, curb cuts, to name a few – Closed Captioning benefits each of us. Research shows that captioned media increases literacy skills in people of all ages. Simply having the captions on for dramatically improves vocabulary, word recognition, comprehension, and reading . I love closed captioning. We’ve seen the benefits of using CC in our own home. We started using closed captioning when our son Henry was young and now I can’t imagine watching a program without them . Educators like Dr. Robert Keith Collins have studied the benefits of captions in the classroom Closed Captioning Helps All Students . Websites like Captions for Literacy have great tips for using closed captioning, research studies to support its efficacy, as well as links to educational videos with described and captioned media . »...

<< Sommaire
ollibean

Services Needed To Help Children With Autism Transition To Adulthood 25/12/2016

«A study has identified the need for special assistance for children with autism, who face multiple challenges while leaving autism centers when they "age out" of services and transition from childhood to adulthood. Major Transition Issues Children With Autism Face A study conducted by researchers at University of Missouri aimed to identify the challenges faced by youngsters with autism spectrum disorder or ASD once they leave autism centers. Nancy Cheak-Zamora with Michelle Teti, an assistant professor and an associate professor respectively from the Department of Health Sciences, along with Jennifer First, a doctoral aspirant at the School of Social Work, examined the major causes of stress that impact adolescents with autism and their caregivers. The study, published in the Journal of Family Social Work, focused on observing stress and coping issues for four groups of people with 13 youngsters with ASD and 19 caregivers. The major stress challenges reported were getting access to services, adjusting to transition changes, attaining higher or vocational education, making independent choices, setting goals, and handling several responsibilities at a time. The major issues with coping were found to involve looking for opportunities for self-determination, getting assistance from community services, and receiving support from family, friends, and teachers.»
[...]
«Adolescents With ASD Need Extended Support One of the participants of the study who works as a caregiver noted the lack of support from her community's autism center for the children who come of age and leave. According to her, youngsters with autism need extended support and services, as it is not easy to find help once these children reach a certain age. First suggested that social workers can team up in structuring family groups that need assistance for adolescents with autism. She added that social workers should help families in coordinating essential services like respite care, mental health support, independent living, medical treatment, college support as well as enhanced vocational support. Services Can Assist Growing Children With ASD To Face Challenges The study concluded with suggestions given to aid social workers, consultants, and experts to assist youngsters with autism and their family and friends. The assistance can facilitate them in coping with the stress experienced during transition from childhood to adulthood. "The challenges of living independently, gaining employment, attaining postsecondary education and building social relationships are greater for adolescents and young adults with autism," said Cheak-Zamora. "It is vital that professionals are prepared to assist with the transition, and that they have insight into adolescent and caregiver experiences during the difficult time of transitioning to adulthood." »...

<< Sommaire
techtimes

4 idees a retenir pour une prise en charge qui fonctionne - Le Petit Prince a dit : un site pour l'Autisme 25/12/2016

«De tout ce que j'ai vu, lu ou entendu au sujet des prises en charge de l'autisme, c'est qu'il y a un point sur lequel tout le monde s'accorde : il faut une prise en charge pour aider la personne autiste. Mais alors sur le comment, le quand, les modalités, les opinions divergent ; pourtant, s'il n'y a que quatre choses à retenir, ce sont celles-ci : 1. Une bonne prise en charge est une prise en charge ADAPTEE Il n'y a pas UNE méthode qui fonctionne sur tous les autistes. Chaque personne est différente, et par exemple si l'une réagira bien à TEACCH, l'autre sera mieux accompagnée avec ABA, ou encore autre chose! Les prises en charges doivent être adaptées à la personne, quasi sur-mesure, elles doivent coller à ses besoins, ses réactions, ses envies, et chaque autiste étant différent, forcément la prise en charge ne sera pas la même d'un individu à l'autre. Le socle peut-être commun, mais la manière de l'appliquer, par les parents, les accompagnants, sera ajustée.»
[...]
«2. La conviction fait la différence En tant que parent vous êtes partie prenante de la bonne prise en charge de votre enfant : vous avez le devoir et le pouvoir de choisir ce qui lui conviendra le mieux, en écoutant les avis des professionnels, mais aussi en vous écoutant VOUS. En effet, vous devez être convaincu que la prise en charge est adaptée, qu’elle est vecteur de progrès, qu’elle fonctionne : en étant convaincu, vous allez appliquer les méthodes recommandées à la maison avec volonté en étant convaincu, vous êtes motivé et transmettez votre motivation à votre enfant en étant convaincu, vous allez pouvoir soulever des montagnes, être d’avantage patient et persévérant en étant convaincu, vous serez le moteur de la prise en charge de votre enfant, ce qui le conduira au succès Ne laissez donc personne décider de ce qui est bon ou pas pour votre enfant : vous devez choisir ce qui lui conviendra le mieux et vous devez être convaincu du bien fondé de votre démarche. Prenez les avis, et décidez. N’oubliez pas : vous avez le devoir de l’élever, vous avez le pouvoir de décider. 3. Savoir se remettre en question est la clé »...

<< Sommaire
lepetitprinceadit

Pratiques parentales adaptees: ce que dit la recherche - Gynger 19/12/2016

«Dans un rapport de plus de 500 pages publié en juillet dernier, trois sociétés savantes américaines ont synthétisé 50 ans de recherche sur la parentalité. L'objectif : identifier les pratiques parentales les plus adaptées au développement de l'enfant. parenting-matters-rapportNous vous proposons ici une synthèse du très volumineux rapport rédigé conjointement par les Académie américaines des Sciences, de l'ingénierie et de la médecine, consacré à la parentalité. Intitulé « Parenting matters » (« la parentalité compte »), il a été publié en juillet dernier et a pour objectif de proposer au gouvernement américain un référentiel scientifique, un cadre pour le développement à venir du soutien à la parentalité. S'il comporte des chapitres très spécifiques à la société américaine, une grande partie de son contenu n'en demeure pas moins instructive pour n'importe quel acteur de terrain, de n'importe quel pays, en raison de son parti pris : identifier, à partir des apports de la recherche, les besoins fondamentaux du jeune enfant (de 0 à 8 ans) puis les postures et pratiques parentales qui favorisent un développement harmonieux. Une sorte de benchmarking des modes éducatifs les plus adaptés et les plus efficaces, du point de vue de l'intérêt de l'enfant. Pour ce faire, le comité en charge de ce rapport a passé en revue toute la littérature scientifique récente sur le sujet (en tous cas les très nombreuses études anglo-saxonnes) et en livre un passionnant condensé. Que nous avons à notre tour synthétisé. Pour commencer, voici un court résumé de cette partie du rapport (et donc de cet article). Le comité a identifié des pratiques parentales associées avec un développement harmonieux de l'enfant dans le domaine de la santé physique, de la sécurité, des compétences émotionnelles, comportementales, sociales et cognitives. Ces pratiques sont les suivantes:
• La réactivité contingente, ou la capacité d'un adulte à répondre immédiatement au signe émis par un enfant et à lui signifier de l'attention (un parent qui sourit en retour à son enfant) - Exprimer de la chaleur et de la sensibilité (dans le sens de l'attention bienveillante) - Des routines, un chaos domestique réduit - la lecture de livres partagée et les conversations adressées à l'enfant - les pratiques qui garantissent sa bonne santé : soins prénataux, allaitement, vaccination, nutrition adéquate, activité physique, dépistage, sécurité domestique et routière - L'utilisation d'une discipline appropriée (moins dure) Voici maintenant le développement de cs différents items.»...

<< Sommaire
gynger

Ma 1ere annee en CDD AESH (1) : «Mon salaire est inferieur en travaillant 2hoo de plus qu'en CUI» | Handicap et scolarite __Blog des Accompagnants 19/12/2016

«Quand on m'a proposé un CDD AESH en septembre dernier, alors que mon CUI était fini depuis juillet, sans possibilité de renouvellement, ce fut un soulagement. Je souhaitais continuer ce job, que j'exerçais depuis 5 ans en contrat aidé. J'allais continuer mon accompagnement auprès de l'élève que je suis depuis 5 ans, dans un collège à deux pas de chez moi. Ce qui je n'avais pas alors réalisé, c'est que mon salaire n'allait pas évoluer, malgré les 4 h 30 de plus par semaine que l'on me demandait de faire ...¦ Pire, mon salaire serait inférieur ! D'autant plus que pendant plus de deux mois, on m'a demandé d'accompagner deux élèves notifiés chacun 10 h oo et 15h oo , alors que mon contrat spécifiait que mon temps de travail était de 22h30 / semaine ( et non 24h30 comme me le demandait le service responsable des AESH à la DSDEN). Comment pouvais-je donc faire un accompagnement de 25 h de ces deux élèves avec un contrat de 22h30 ? Devais-je me dédoubler ? Faire 2h30 de plus que prévu dans mon contrat pour un salaire inférieur à celui d'un 20 h en CUI ? Pas question. C'est alors qu'un bras de fer s'est instauré entre la DSDEN et moi ...¦»...

<< Sommaire
handicapetscolariteblogdesaccompagnants.wordpress

Gaze Following in Children with Autism: Do High Interest Objects Boost Performance? - PubMed - NCBI 19/12/2016

«Abstract This study tested whether including objects perceived as highly interesting by children with autism during a gaze following task would result in increased first fixation durations on the target objects. It has previously been found that autistic children differentiate less between an object another person attends to and unattended objects in terms of this measure. Less differentiation between attended and unattended objects in ASD as compared to control children was found in a baseline condition, but not in the high interest condition. However, typically developing children differentiated less between attended and unattended objects in the high interest condition than in the baseline condition, possibly reflecting reduced influence of gaze cues on object processing when objects themselves are highly interesting.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Trust and Deception in Children with Autism Spectrum Disorders: A Social Learning Perspective. - PubMed - NCBI 19/12/2016

«Abstract Previous research has demonstrated abnormal trust and deception behaviors in children with Autism Spectrum Disorders (ASD), and we aimed to examine whether these abnormalities were primarily due to their specific deficits in social learning. We tested 42 high-functioning children with ASD and 38 age- and ability-matched typically developing (TD) children in trust and deception tasks and a novel condition with reduced social components. Results indicated that while TD children improved their performance with more social components, children with ASD lacked this additional performance gain, though they performed similarly as TD children in the condition with reduced social components. Our findings highlight that deficits of ASD in trust and deception are primarily associated with failure of use of social cues.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Increased Eye Contact During Conversation Compared to Play in Children With Autism. - PubMed - NCBI 19/12/2016

«Abstract Children with autism have atypical gaze behavior but it is unknown whether gaze differs during distinct types of reciprocal interactions. Typically developing children (N=20) and children with autism (N=20) (4-13 years) made similar amounts of eye contact with an examiner during a conversation. Surprisingly, there was minimal eye contact during interactive play in both groups. Gaze behavior was stable across 8 weeks in children with autism (N=15). Lastly, gaze behavior during conversation but not play was associated with autism social affect severity scores (ADOS CSS SA) and the Social Responsiveness Scale (SRS-2). Together findings suggests that eye contact in typical and atypical development is influenced by subtle changes in context, which has implications for optimizing assessments of social communication skills»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Soupcons de pedophilie sur des enfants handicapes dans un IME a Voiron en Isere: l'enquete relancee - France 3 Alpes 17/12/2016

«Classée au printemps, une enquête sur des soupçons d'agressions sexuelles dans un établissement pour jeunes handicapés, en Isère, a été relancée cet automne par l'ouverture d'une information judiciaire. Les parents de quatre victimes présumées ont déposé plainte avec constitution de partie civile et un magistrat instructeur a été nommé fin septembre à Grenoble, a annoncé leur avocat, Me Bertrand Sayn, lors d'une conférence de presse mercredi à Lyon. Les familles seront entendues en février. Cette affaire ne pourra pas être mise sous le tapis "Cette affaire ne pourra pas être mise sous le tapis", s'est félicité l'avocat. Car pour lui, l'enquête préliminaire classée sans suite par le parquet, début mai, "n'a pas du tout été à la hauteur" des attentes des familles. Le procureur de Grenoble n'a pas pu être joint mercredi par l'AFP. Tout démarre en avril 2015 avec l'incarcération provisoire d'un éducateur spécialisé travaillant à l'Institut médico-éducatif (IME) de Voiron, pour détention d'images pédopornographiques, dans le cadre d'une première procédure.»...

<< Sommaire
m.france3-regions.francetvinfo

« J'aime mon metier et pourtant...| «Handicap et scolarite __Blog des Accompagnants 17/12/2016

«La loi de 2005 a mis en évidence la nécessité d'accueillir tous ces enfants pour augmenter leurs capacités d'apprentissage, mais sans s'en donner les moyens...¦ Depuis janvier 2015, il n'est plus possible de maintenir les élèves en école maternelle, mais puisqu'il n'y a pas assez de place en IME et que les écoles primaires ne sont pas équipées de matériel pédagogique adapté, les familles se retrouvent dans une impasse, surtout s'il n'y a pas d'ASEH de nommée. Donc c'est le maintien à domicile pour 6000 d'entre eux! Ce n'est pas à titre personnel que je crie ma colère, mais pour ces enfants différents, ces familles, les enseignants et mes collègues. Il est temps que le gouvernement se penche sur ce problème qui est loin d'être marginal ! Je suis inquiète pour l'avenir de ces enfants différents, surtout quand je constate le manque de mobilisation de la population, qui pourtant fait souvent du misérabilisme devant les handicaps, ce n'est pas de cela dont ils ont besoin mais d'une action concertée !!!»...

<< Sommaire
handicapetscolariteblogdesaccompagnants.wordpress

« J'aime mon metier et pourtant...| «Handicap et scolarite __Blog des Accompagnants 17/12/2016

«La loi de 2005 a mis en évidence la nécessité d'accueillir tous ces enfants pour augmenter leurs capacités d'apprentissage, mais sans s'en donner les moyens...¦ Depuis janvier 2015, il n'est plus possible de maintenir les élèves en école maternelle, mais puisqu'il n'y a pas assez de place en IME et que les écoles primaires ne sont pas équipées de matériel pédagogique adapté, les familles se retrouvent dans une impasse, surtout s'il n'y a pas d'ASEH de nommée. Donc c'est le maintien à domicile pour 6000 d'entre eux! Ce n'est pas à titre personnel que je crie ma colère, mais pour ces enfants différents, ces familles, les enseignants et mes collègues. Il est temps que le gouvernement se penche sur ce problème qui est loin d'être marginal ! Je suis inquiète pour l'avenir de ces enfants différents, surtout quand je constate le manque de mobilisation de la population, qui pourtant fait souvent du misérabilisme devant les handicaps, ce n'est pas de cela dont ils ont besoin mais d'une action concertée !!!»...

<< Sommaire
handicapetscolariteblogdesaccompagnants.wordpress

Condamnation de l'Etat pour non-prise en charge pluridisciplinaire d'un autiste | Le Club de Mediapart 16/12/2016

«TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES N° 1302758 Audience du 18 février 2016 - Lecture du 17 mars 2016 Vu la procédure suivante : Par une requête et un mémoire, enregistrés les 26 juillet 2013 et 14 octobre 2015, M. et Mme B, en leur nom propre, et ès qualité de représentants légaux de leur fils mineur, N, représentés par Me Buors, demandent au tribunal, dans le dernier état de leurs écritures : 1°) de condamner l'Etat à leur payer la somme totale de 109 974,81 euros en réparation de leurs préjudices résultant du refus qui a été opposé à leur demande de prise en charge de leur enfant mineur, N, atteint du syndrome autistique, dans un établissement médico-social adapté à ses besoins ; 2°) de mettre à la charge de l'Etat le versement d'une somme de 2 000 euros sur le fondement de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.»
[...]
«Sur les préjudices : 5. Considérant, en premier lieu, que le défaut de prise en charge pluridisciplinaire de l’enfant N par le service désigné par la CDAPH compétente entre le 26 janvier 2011 et le 31 août 2014 a causé à ce dernier un préjudice moral dont il sera fait une juste appréciation en évaluant à la somme de 8 000 euros l’indemnisation due à ce titre ; que M. et Mme B peuvent prétendre, au titre de la même période, chacun à une indemnité de 8 000 euros en réparation de leur propre préjudice moral et des troubles qu’ils ont subis dans leurs conditions d’existence ; 6. Considérant, en deuxième lieu, que les requérants justifient avoir exposé jusqu’en décembre 2012 des frais pour les suivis psychologique et psycho-éducatif de leur enfant et l’aide d’une éducatrice spécialisée ; que compte tenu des factures produites et de la circonstance qu’ils ont notamment bénéficié de l’aide spécifique ou exceptionnelle, au titre de la prestation de compensation du handicap (PCH), s’agissant des bilans psychologiques et frais de psychologue, il sera fait une juste appréciation en évaluant à la somme de 1 300 euros l’indemnisation due à ce titre ; 7. Considérant, en dernier lieu, que Mme B soutient qu’en l’absence de prise en charge adéquate de son fils entre 2011 et 2014, elle a été contrainte d’abandonner son activité professionnelle ; que, toutefois, en se bornant à produire deux avis d’imposition concernant les années 2004 et 2005, qui mentionnent un revenu net imposable moyen mensuel de Mme B de l’ordre de 1 820 euros, et l’avis d’imposition au titre de l’année 2011, qui ne fait état d’aucun revenu déclaré de l’intéressée, la requérante n’établit pas avoir dû renoncer à un travail à temps plein en raison de l’insuffisance de prise en charge de son fils entre le 26 janvier 2011 et le 31 août 2014 ; que sa demande d’indemnisation de la perte de revenus qu’elle aurait subie pendant cette période doit dès lors être rejetée ; 8. Considérant qu’il résulte de tout ce qui précède qu’il y a lieu de condamner l’Etat à verser à M. et Mme B la somme totale de 25 300 euros ; Sur les conclusions à fin d’injonction : 9. Considérant que, par mémoire enregistré le 14 octobre 2015, les requérants ont demandé au tribunal de constater qu’il n’y avait plus lieu de statuer sur les conclusions de leur requête tendant à ce qu’il soit enjoint à l’État d’octroyer une place à leur enfant dans un établissement médico-social adapté à ses besoins d’enfant handicapé, dans la mesure où celui-ci était pris en charge par le SACS de Quimper depuis le 1er septembre 2014 ; qu’ils doivent ainsi être regardés comme se désistant de leurs conclusions à fin d’injonction ; qu’il convient de leur en donner acte ; Sur les conclusions présentées sur le fondement de l’article L. 761-1 du code de justice administrative : 10. Considérant qu’il y a lieu, dans les circonstances de l’espèce, de faire application de ces dispositions et de mettre à la charge de l’État une somme de 1 500 euros au titre des frais exposés par M. et Mme B et non compris dans les dépens ; D E C I D E : Article 1er : L’État versera à M. et Mme B, en leur qualité de représentants légaux de leur fils mineur N, la somme de 8 000 euros. Article 2 : L’État versera à M. et Mme B la somme de 17 300 euros en réparation de leurs propres préjudices. Article 3 : Il est donné acte du désistement des conclusions à fin d’injonction de la requête de M. et Mme B. Article 4 : L’État versera à M. et Mme B la somme de 1 500 euros sur le fondement de l'article L. 761-1 du code de justice administrative. Article 5 : Le surplus des conclusions de la requête de M. et Mme B est rejeté. Article 6 : Le présent jugement sera notifié à M. et Mme B et à l'agence régionale de santé de Bretagne. »...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Why Toddlers with Autism Avoid Eye Contact - Scientific American 16/12/2016

«Toddlers with autism are oblivious to the social information in the eyes, but don't actively avoid meeting another person's gaze, according to a new study. The findings support one side of a long-standing debate: Do children with autism tend not to look others in the eye because they are uninterested or because they find eye contact unpleasant? "This question about why do we see reduced eye contact in autism has been around for a long time," says study leader Warren Jones, director of research at the Marcus Autism Center in Atlanta, Georgia. "It's important for how we understand autism, and it's important for how we treat autism." If children with autism dislike making eye contact, treatments could incorporate ways to alleviate the discomfort. But if eye contact is merely unimportant to the children, parents and therapists could help them understand why it is important in typical social interactions. The work also has implications for whether scientists who study eye contact should focus on social brain regions rather than those involved in fear and anxiety. Lack of eye contact is among the earliest signs of autism, and its assessment is part of autism screening and diagnostic tools. Yet researchers have long debated the underlying mechanism. The lack-of-interest hypothesis is consistent with the social motivation theory, which holds that a broad disinterest in social information underlies autism features. On the other hand, anecdotal reports from people with autism suggest that they find eye contact unpleasant. Studies that track eye movements as people view faces have provided support for both hypotheses. The new work is elegant, scientists say. "Among the strengths is the conceptual clarity with which they framed the study, in pitting two hypotheses against one another," says Jed Elison, assistant professor of child development at the University of Minnesota in Minneapolis, who was not involved in the work.»
[...]
«Toddlers with autism spend less time looking at the actress’ eyes than typical toddlers do, but their eye contact doesn’t vary with the emotional content of her face. “It’s a very clear and concise story,” says Frederick Shic, associate professor of pediatrics at the University of Washington in Seattle, who was not involved in the work. “There’s not an aversive behavior that’s occurring. This is really gaze indifference.” Children in the developmental delay group showed gaze patterns similar to those of the typical toddlers. “It really casts that difference of kids with autism into a stark light,” Jones says. Larger studies are needed to sort out whether all toddlers with autism show this pattern of disinterest, scientists say. What’s more, adolescents and adults with autism often say eye contact is intense or unpleasant for them, so gaze aversion may develop later in life. »...

<< Sommaire
scientificamerican

Misregulation of an Activity-Dependent Splicing Network as a Common Mechanism Underlying Autism Spectrum Disorders. - PubMed - NCBI 15/12/2016

«Abstract A key challenge in understanding and ultimately treating autism is to identify common molecular mechanisms underlying this genetically heterogeneous disorder. Transcriptomic profiling of autistic brains has revealed correlated misregulation of the neuronal splicing regulator nSR100/SRRM4 and its target microexon splicing program in more than one-third of analyzed individuals. To investigate whether nSR100 misregulation is causally linked to autism, we generated mutant mice with reduced levels of this protein and its target splicing program. Remarkably, these mice display multiple autistic-like features, including altered social behaviors, synaptic density, and signaling. Moreover, increased neuronal activity, which is often associated with autism, results in a rapid decrease in nSR100 and splicing of microexons that significantly overlap those misregulated in autistic brains. Collectively, our results provide evidence that misregulation of an nSR100-dependent splicing network controlled by changes in neuronal activity is causally linked to a substantial fraction of autism cases.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Loire-Atlantique. Votez pour votre personnalite de l'annee 2016 preferee | Presse Ocean 15/12/2016


«La rédaction de Presse Océan a sélectionné dix personnalités du département parmi celles qui ont marqué l'année 2016. Dès aujourd'hui, vous êtes invités à voter en ligne pour celle qui vous touche le plus (présentation des nominés dans Presse Océan ce jeudi). Clôture des votes le 29 décembre 2016 à 19 h. 123votez.com version gratuite Qui selon vous en Loire-Atlantique mérite d'être sacré personnalité de l'année 2016 ? 1. Adèle Castillon sondage gratuit 2. Alain Thomas sondage gratuit 3. Diarata N'Diaye sondage gratuit 4. Julie Dachez sondage gratuit 5. Marie Denigot sondage gratuit 6. Marion Moulet sondage gratuit 7. Olivier Bourdeaut sondage gratuit 8. Michel Weber sondage gratuit 9. Yannick Jollivet sondage gratuit 10. Yvan Bourgnon sondage gratuit»...

<< Sommaire
presseocean

Factors influencing the probability of a diagnosis of autism spectrum disorder in girls versus boys. - PubMed - NCBI 14/12/2016

«Abstract In order to shed more light on why referred girls are less likely to be diagnosed with autism spectrum disorder than boys, this study examined whether behavioral characteristics influence the probability of an autism spectrum disorder diagnosis differently in girls versus boys derived from a multicenter sample of consecutively referred children aged 2.5-10years. Based on information from the short version of the Developmental, Dimensional and Diagnostic Interview and the Autism Diagnostic Observation Schedule, 130 children (106 boys and 24 girls) received a diagnosis of autism spectrum disorder according to Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (4th ed., text rev.) criteria and 101 children (61 boys and 40 girls) did not. Higher overall levels of parent-reported repetitive and restricted behavior symptoms were less predictive of an autism spectrum disorder diagnosis in girls than in boys (odds ratio interaction=0.41, 95% confidence interval=0.18-0.92, p=0.03). In contrast, higher overall levels of parent-reported emotional and behavioral problems increased the probability of an autism spectrum disorder diagnosis more in girls than in boys (odds ratio interaction=2.44, 95% confidence interval=1.13-5.29, p=0.02). No differences were found between girls and boys in the prediction of an autism spectrum disorder diagnosis by overall autistic impairment, sensory symptoms, and cognitive functioning. These findings provide insight into possible explanations for the assumed underidentification of autism spectrum disorder in girls in the clinic.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Some people in 'failed' drug trial for autism showed benefit | Spectrum 14/12/2016

«An experimental drug called arbaclofen improved autism features in about 13 percent of those with the condition who took it in a shuttered clinical trial1. The trial ended in 2012. The new findings, reported a full four years later, suggest that arbaclofen benefits a subgroup of people with autism. The findings highlight the difficulty in designing clinical trials for a condition as diverse as autism, says Jeremy Veenstra-VanderWeele, who led the trial at one site. "There seems to be a group of people that benefits [from arbaclofen], but it's not a huge group," says Veenstra-VanderWeele, associate professor of psychiatry at Columbia University. "I couldn't tell you what differentiated that subset [of people], and so that's one of the real challenges moving forward." Researchers designed the clinical trial to test the effects of arbaclofen primarily on ...˜social withdrawal' ...” a tendency to avoid engaging with others ...” and found no improvement in that measure. The disappointing result hastened bankruptcy for Seaside Therapeutics, the company that made the drug, and cut short a second trial testing arbaclofen in people with the related fragile X syndrome. But many parents of the trial's participants insisted that arbaclofen helped their children. More than 5,000 people petitioned government agencies, pharmaceutical companies and investors to continue testing the drug. The new findings, published 9 November in Neuropsychopharmacology, validate the parents' observations. Of the 76 participants who took the drug, 10 improved more than those who took a placebo, according to a measure that is based on a clinician's overall impression of the participants.»
[...]
«Careful testing: The researchers used a third test called the Vineland Adaptive Behavior Scales, weighted to evaluate social behavior. The test rates caregivers’ and clinicians’ impressions of how well the participant interacts with others before and after the trial. Ideally, the same clinician and caregiver complete both assessments, but this did not always happen in the trial. The researchers found no overall difference between the arbaclofen and placebo groups on this measure. But when they narrowed their analysis to the 97 individuals who were rated by the same people before and after the trial, they found that arbaclofen improved the participants’ ability to socialize. The findings suggest that only some people with autism benefit from arbaclofen. Alternatively, the trial measures may detect improvements in only a subset of people, says Veenstra-VanderWeele. For instance, only children who speak may be able to convey enhanced interest in socializing within the time frame of the study. The results also suggest decisions made in the design phase of a clinical trial can make or break the trial. »...

<< Sommaire
spectrumnews

Visite ministerielle : «L'ecole est faite pour accueillir tous les enfants» 14/12/2016

«Ils ne sont pas nombreux, quatre élèves pour l'instant. Bientôt un cinquième. Mais l'événement est d'importance, la naissance d'une UEM, unité d'enseignement en maternelle à l'école Scaliger à Agen. La première UFM en Lot-et-Garonne fruit de la volonté des parents d'enfants autistes, des associations des professionnels de l'IME de Casseneuuil et des enseignants de l'école agenaise. Fruits, aussi, de la volonté commune de l'Education nationale et de la mairie d'Agen d'avancer vers cette ininitiative «d'inclusion». «Bien sur il y avait des difficultés à dépasser», notent les initiateurs du projet à destination de Mme Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et qui travaille depuis de longs mois à la mise en oeuvre d'une partie du 3e plan autisme. «Nous avons aujourd'hui plus de 110 UFM, sur un plan qui devait en compter une centaine, nous sommes allés au-delà.» Si la ministre est venue saluer les partenaires de cette initiative «qui aura demandé un gros travail en amont», c'est parce qu'elle adhère, comme avant elle la ministre de l'Education nationale, Mme Najad Valaud-Belkacem, à cette définition de l'école, rappelée par la directrice de l'école maternelle Scaliger, «l'école est faite pour accueillir tous les enfants quels qu'ils soient».»...

<< Sommaire
ladepeche

Discours de Segolene Neuville - Ouverture du Seminaire des Directeurs de MDPH - Discours - Ministere des Affaires sociales et de la Sante 14/12/2016

«Mesdames et Messieurs les Directrices et directeurs de MDPH, Madame la Présidente, Annie Coletta, Madame et monsieur le directeur de la CNSA et de la DGCS, Je suis heureuse d'être parmi aujourd'hui et je tiens à être présente lorsque vous vous réunissez pour vos séminaires de décembre et de juin. J'y tiens parce-ce que les MDPH jouent un rôle essentiel pour les personnes en situation de handicap et je considère que vous et vos équipes représentez les MDPH. L'objectif de mon action depuis que je me suis engagée en politique, est d'oeuvrer pour faire progresser la liberté de choix des personnes et notamment la liberté de choix des personnes en situation de handicap dans le cadre de mes fonctions actuelles. Cette liberté de choix de nos citoyens handicapés est contrainte par de nombreux facteurs et par de multiples difficultés. Les MDPH, même si elles peuvent beaucoup, ne sont pas là pour lever tous les freins. Pour autant, il ne peut y avoir de liberté de choix sans accès aux droits et aux dispositifs de compensation qui permettent aux personnes d'être davantage intégrées dans la société malgré leur handicap : c'est bien le coeur de votre mission. Il ne peut y avoir de liberté de choix sans que la personne puisse exprimer ses aspirations : vous êtes en première ligne pour les recueillir. Il ne peut y avoir de liberté de choix lorsque la personne se retrouve sans aucune solution d'accompagnement adapté : je sais que vous vous vous mobilisez depuis 2013, et en réalité depuis bien plus longtemps, pour résoudre les situations critiques ou bien pour les anticiper dans le cadre de la Réponse accompagnée pour tous. Bien sur l'exercice de ces missions se fait dans un contexte difficile. Votre tâche est lourde et le nombre de demandes ne cesse de progresser. 4,25 millions de demandes vous ont été adressées en 2015, ce qui représente une nouvelle augmentation de 7,3%. Dans ce contexte le respect des délais de traitement est un combat quotidien pour vous. C'est pour cela que depuis que j'ai souhaité travailler main dans la main avec l'Association des directeurs de MDPH, avec Igor Dupin d'abord, avec Annie Coletta désormais, avec Yannick Deimat. Certains travaux doivent encore aboutir, notamment en matière d'orientation professionnelle. Mais nous avons pu avancer sur de nombreux dossiers et je voudrais mentionner les principaux. La durée maximum d'attribution de l'AAH2 a été allongée à 5 ans, c'était une demande très forte de votre association. Celle de l'AAH1 sera prochainement allongée à 20 ans. La durée de validité du certificat médical a été allongée à 6 mois, la loi Santé a posé le principe d'accès au DMP et à la messagerie sécurisée pour les MDPH, et le nouveau certificat médical issu du projet IMPACT permettra à vos équipes de disposer d'informations de meilleure qualité. Tout cela a vocation à simplifier l'étude du dossier et à réduire la charge de travail pour le personnel médical et en particulier des infirmiers. La création de la Carte mobilité inclusion et sa fabrication par l'Imprimerie nationale permettra à la fois de décharger les MDPH des tâches de production des cartes mais aussi de réduire le flux des demandes car les bénéficiaires de l'APA pourront se voir attribuer leur carte au vu de l'appréciation de l'équipe médico-sociale du Conseil départemental. Et pour accompagner les MDPH pour la mise en oeuvre de la CMI, nous avons, dès 2016 versé un concours de 2.6 millions d'euros. Hors affranchissement, déjà supporté par les MDPH, le cout des CMI pour l'ensemble des départements de France devrait être de 2,55 millions d'euros. Je pense que c'est une belle avancée pour les personnes en situation de handicap.»
[...]
«Cependant, je tiens à ce que ce budget permette aussi de diversifier l’offre médico-sociale et la rendre plus inclusive. En effet, les personnes handicapées souhaitent avoir une vie comme tout le monde. Nous devons leur offrir une vraie liberté de choix entre la vie à domicile et l’entrée en établissement. C’est pour cela que nous avons créé l’année dernière un nouveau dispositif - les Plateformes de compétences et de prestations externalisées – qui permettent à ceux qui ne sont pas dans les établissements de bénéficier de l’intervention des professionnels qui ne sont pas remboursés par la sécurité sociale. C’est aussi pour cela que la moitié du budget dédié à l’évolution de l’offre sera consacré à la création des solutions nouvelles pour les personnes qui souhaite vivre à domicile : accueils séquentiels, accueils temporaires, équipes mobiles, PCPE etc. Les mesures annoncées lors du comité interministériel du handicap qui a eu lieu à Nancy le 2 décembre visent à soutenir les projets de vie des personnes qui souhaitent une alternative à l’entrée en établissement. Pour n’en citer que quelques-unes, il s’agit de l’élargissement de l’accès à la PCH, du soutien financier aux formules d’habitat inclusif ou encore de la mise en œuvre d’une stratégie nationale en faveur des aidants. Dans ce mouvement vers une plus grande liberté de choix des projets de vie des personnes, vous avez un rôle important à jouer car vous connaissez leurs besoins et leurs aspirations des personnes, il est donc essentiel que vous soyez associés à tous les travaux mais par exemple aux travaux de diagnostic de l’offre territoriale et aux négociations de CPOM. C’est ainsi, lorsqu’un travail de coopération se mettra en place tant autour de l’évolution de l’offre médico-sociale que dans le cadre de l’accompagnement des situations individuelles que l’ensemble du dispositif pour personnes handicapées pourra se rapprocher de cette finalité de ne laisser personne sans solution. »...

<< Sommaire
social-sante.gouv

Champs-sur-Marne. Les parents de trois enfants handicapes reclament des AVS a la cantine 13/12/2016

«Tous les midis, je suis obligée de laisser mon fils à la cantine car je travaille, il n'a pas d'AVS pour l'aider à manger. Tous les jours j'ai la boule au ventre », raconte Laetitia. Avec deux autres familles, membres de l'association Petit Corps malade, elle réclame que son enfant handicapé scolarisé à Champs-sur-Marne, puisse bénéficier de l'accompagnement d'un auxiliaire de vie scolaire (AVS) aussi lors des temps de restauration scolaire et d'activités périscolaires.»
[...]
«C’est un courrier de l’académie de Créteil du 29 novembre qui a fait sortir plusieurs parents de leurs gonds. « J’ai fait une demande d’AVS pour accompagner Yanis lors du temps de cantine. J’ai obtenu quatre heures d’accompagnement mais l’inspectrice d’académie m’a précisé que c’était à titre exceptionnel. C’est scandaleux de laisser sous-entendre que l’on me fait une faveur alors que c’est une simple application de la loi », explique Ibtissam Hellal, fondatrice de l’association, dont le fils de six ans scolarisé à l’école Lucien Dauzié, souffre d’une paralysie cérébrale qui le handicape dans ses déplacements. Dans ce courrier, l’académie rappelle que « depuis la loi du 11 février 2005, la compensation générale pour les enfants en situation de handicap ne concerne plus exclusivement l’Education nationale pour les temps scolaires mais toutes les collectivités chargées d’accueillir » Un accompagnement que l’association veut voir étendu à tous les parents en vertu d’un arrêt du Conseil d’Etat du 20 avril 2011 qui rappelle « que les missions des assistants d’éducation affectés à l’accueil et à l’intégration scolaires des enfants handicapés s’étendent au-delà du seul temps scolaire ». « Nous demandons simplement que l’Education nationale respecte la loi. Que l’on travaille ou pas, nous avons le droit au répit », confie Ibtissam. « Et nos enfants ont le droit à l’égalité. » »...

<< Sommaire
leparisien

National Study of School Psychologists' Use of Evidence-Based Assessment in Autism Spectrum Disorder: Journal of Applied School Psychology: Vol 33, No 1 13/12/2016

«ABSTRACT This study aimed to better understand predictors of evidence-based assessment practices for autism spectrum disorder (ASD). Nationwide, 402 school psychologists were surveyed for their knowledge of and training and experience with ASD on assessment practices, including reported areas of training needs. The majority of school psychologists reported that they did not engage in comprehensive assessment of ASD, which was defined as assessments that consider all areas of development in addition to the use of ASD-specific instruments. Results from logistic regression revealed that experience and training, working with young children with ASD, and geographic location predicted use of evidence-based assessment practices. Experience and training with ASD was the strongest predictor of evidence-based assessment. No differences in training needs were indicated by school psychologists whose practices were consistent with evidence-based assessment and those whose practices were not. Overall, the results identified gaps between best and current practices by school psychologists and highlight areas of need for additional training and professional development.»...

<< Sommaire
tandfonline

Using a Modified Parent-Child Interaction Therapy to Increase Vocalizations in Children With Autism: Child & Family Behavior Therapy: Vol 38, No 4 13/12/2016

«ABSTRACT Parent-Child Interaction Therapy (PCIT) is a manualized behavioral intervention originally developed by Eyberg (1988) to address disruptive behaviors in young children. Although previous research findings support the contention that components of PCIT would positively impact communication, behavior, and adaptive skills (Howard, Sparkman, Cohen, Green, & Stanislaw, 2005; Lovaas, 1987; Remington et al., 2007) in children with developmental disabilities, few studies are shown in the literature. In a modified version of PCIT, caregivers completed two phases of intervention with their child diagnosed with Autism Spectrum Disorder (ASD). During the Child-Directed Interaction (CDI) phase, caregivers were taught to conduct mand training, follow-their child's lead, provide attention for their child's positive behaviors, and ignore their child's negative behaviors. During the Parent-Directed Interaction (PDI) phase, caregivers were taught to give effective commands and follow through with demands. The goal of the current study was to determine whether children's production of vocalizations increased after participation in a modified PCIT program. Data from two participants diagnosed with autism were included in the study. Outcomes of these two case studies show that both children displayed an increase in the total number of vocalizations emitted in the posttreatment observation relative to baseline. Additionally, caregivers of both participants displayed an increased number of positive behaviors in the posttreatment observation relative to baseline.»...

<< Sommaire
tandfonline

Estrogenic Endocrine Disrupting Chemicals Influencing NRF1 Regulated Gene Networks in the Development of Complex Human Brain Diseases 13/12/2016

«Abstract During the development of an individual from a single cell to prenatal stages to adolescence to adulthood and through the complete life span, humans are exposed to countless environmental and stochastic factors, including estrogenic endocrine disrupting chemicals. Brain cells and neural circuits are likely to be influenced by estrogenic endocrine disruptors (EEDs) because they strongly dependent on estrogens. In this review, we discuss both environmental, epidemiological, and experimental evidence on brain health with exposure to oral contraceptives, hormonal therapy, and EEDs such as bisphenol-A (BPA), polychlorinated biphenyls (PCBs), phthalates, and metalloestrogens, such as, arsenic, cadmium, and manganese. Also we discuss the brain health effects associated from exposure to EEDs including the promotion of neurodegeneration, protection against neurodegeneration, and involvement in various neurological deficits; changes in rearing behavior, locomotion, anxiety, learning difficulties, memory issues, and neuronal abnormalities. The effects of EEDs on the brain are varied during the entire life span and far-reaching with many different mechanisms. To understand endocrine disrupting chemicals mechanisms, we use bioinformatics, molecular, and epidemiologic approaches. Through those approaches, we learn how the effects of EEDs on the brain go beyond known mechanism to disrupt the circulatory and neural estrogen function and estrogen-mediated signaling. Effects on EEDs-modified estrogen and nuclear respiratory factor 1 (NRF1) signaling genes with exposure to natural estrogen, pharmacological estrogen-ethinyl estradiol, PCBs, phthalates, BPA, and metalloestrogens are presented here. Bioinformatics analysis of gene-EEDs interactions and brain disease associations identified hundreds of genes that were altered by exposure to estrogen, phthalate, PCBs, BPA or metalloestrogens. Many genes modified by EEDs are common targets of both 17 β-estradiol (E2) and NRF1. Some of these genes are involved with brain diseases, such as Alzheimer's Disease (AD), Parkinson's Disease, Huntington's Disease, Amyotrophic Lateral Sclerosis, Autism Spectrum Disorder, and Brain Neoplasms. For example, the search of enriched pathways showed that top ten E2 interacting genes in AD...”APOE, APP, ATP5A1, CALM1, CASP3, GSK3B, IL1B, MAPT, PSEN2 and TNF...”underlie the enrichment of the Kyoto Encyclopedia of Genes and Genomes (KEGG) AD pathway. With AD, the six E2-responsive genes are NRF1 target genes: APBB2, DPYSL2, EIF2S1, ENO1, MAPT, and PAXIP1. These genes are also responsive to the following EEDs: ethinyl estradiol (APBB2, DPYSL2, EIF2S1, ENO1, MAPT, and PAXIP1), BPA (APBB2, EIF2S1, ENO1, MAPT, and PAXIP1), dibutyl phthalate (DPYSL2, EIF2S1, and ENO1), diethylhexyl phthalate (DPYSL2 and MAPT). To validate findings from Comparative Toxicogenomics Database (CTD) curated data, we used Bayesian network (BN) analysis on microarray data of AD patients. We observed that both gender and NRF1 were associated with AD. The female NRF1 gene network is completely different from male human AD patients. AD-associated NRF1 target genes...”APLP1, APP, GRIN1, GRIN2B, MAPT, PSEN2, PEN2, and IDE...”are also regulated by E2. NRF1 regulates targets genes with diverse functions, including cell growth, apoptosis/autophagy, mitochondrial biogenesis, genomic instability, neurogenesis, neuroplasticity, synaptogenesis, and senescence. By activating or repressing the genes involved in cell proliferation, growth suppression, DNA damage/repair, apoptosis/autophagy, angiogenesis, estrogen signaling, neurogenesis, synaptogenesis, and senescence, and inducing a wide range of DNA damage, genomic instability and DNA methylation and transcriptional repression, NRF1 may act as a major regulator of EEDs-induced brain health deficits. In summary, estrogenic endocrine disrupting chemicals-modified genes in brain health deficits are part of both estrogen and NRF1 signaling pathways. Our findings suggest that in addition to estrogen signaling, EEDs influencing NRF1 regulated communities of genes across genomic and epigenomic multiple networks may contribute in the development of complex chronic human brain health disorders.»...

<< Sommaire
mdpi

Grenoble - Un dossier de suspicions de viols sur des enfants handicapes classe sans suite | The autist 13/12/2016

«Le parquet de Grenoble classe sans suite un dossier de graves suspicions d'agressions sexuelles et de viols sur des enfants handicapés Conférence de Presse - 14 décembre 2016, 11h Cabinet de Me Bertrand SAYN - 119 rue Pierre Corneilles 69003 LYON Communiqué de presse Au printemps 2015, de nombreuses plaintes étaient déposées pour des faits de viols et d'agressions sexuelles commis sur des enfants handicapés, au sein d'un même Institut Médico-Educatif visant trois éducateurs. Lors d'une première conférence de presse, les victimes dénonçaient l'immobilisme du Parquet. Le soir même, Monsieur le Procureur indiquait par voie de presse qu'il classait sans suite. Il adressait ultérieurement un avis de classement évoquant l'absence d'infraction et une enquête « extrêmement complète et fouillée ». Les familles constituées parties civiles ont eu accès au dossier et ne peuvent qu'être stupéfaites du classement sans suite qui s'avère incompréhensible.»...

<< Sommaire
blogs.lexpress

Experience autisme : ils vivent et travaillent autrement ! - Infos Emploi Formation 2016 (9368) 12/12/2016

«Sept jeunes atteints de troubles de l'autisme, de modéré à sévère, se mettent à table après leur matinée de travail à l'usine : une scène que l'association Vivre et travailler autrement souhaite voir se multiplier en France après une expérimentation en Eure-et-Loir. Jordan, Louis, Nicolas, Reinicaer et les autres bénéficient d'un nouveau dispositif d'insertion sociale par le travail en entreprise ordinaire, à Auneau-Bleury-Saint-Symphorien, une commune nouvelle d'Eure-et-Loir. A l'origine : un papa Jean-François Dufresne, président de l'association Vivre et travailler autrement, lui-même père d'un jeune adulte autiste et également directeur général d'Andros, est à l'initiative de cette innovation. Les jeunes travailleurs, dont son fils, sont ainsi employés à mi-temps en CDI par l'entreprise agro-alimentaire Novandie, filiale du groupe Andros. L'initiative bénéficie du soutien de l'Etat et des institutions locales et régionales. Pour l'heure, c'est la pause déjeuner dans la salle-à-manger de la Maison du Parc, leur lieu de vie. Chacun a sa place autour de la table où sont servis des plats préparés par la cuisinière. Mais ce soir, ce seront eux qui cuisineront. « L'objectif de l'association est de prouver que l'insertion des personnes autistes par le travail est possible et que c'est une source d'épanouissement pour eux, grâce à un accompagnement éducatif et social et à un hébergement », explique à l'AFP la responsable de l'association Yenni Gorce.»
[...]
«Des facultés de concentration exceptionnelles Ils sont accompagnés à l'usine de moniteurs d'ESAT (établissement et service d'aide par le travail) mais aussi d'éducateurs spécialisés de la maison de l'autisme d'Eure-et-Loir. La plupart des personnes autistes engagées dans ce programme ne savent pas lire, ne communiquent pas ou peu avec des mots et ressentent des intérêts restreints. Ils peuvent aussi faire preuve de comportements répétitifs. « Ils éprouvent du mal à exprimer ce qu'ils ont à l'intérieur d'eux-mêmes. En revanche, tous possèdent des facultés de concentration exceptionnelles. Ils ont une excellente mémoire et comprennent parfaitement leur environnement de manière visuelle, lorsqu'il leur est adapté », souligne Yenni Gorce. Environnement adapté L'aménagement a été conçu par des spécialistes pour que la compréhension des salariés autistes soit parfaite : à l'usine tout est visuel, calibré, mesuré, structuré. « Les personnes autistes souffrent de l'imprévu et rencontrent des angoisses, voire subissent des crises lorsqu'un phénomène inattendu survient », souligne Mme Gorce. Ils changent aussi régulièrement de postes de travail, passant d'une ligne de production, où ils doivent insérer des couvercles sur des pots de yaourt, à la réalisation de panachages de produits finis, vendus en lots. Toutes les consignes de travail et de sécurité sont formalisées par des codes couleurs et des pictogrammes, étape après étape. « Ce sont des tâches qui étaient remplies auparavant par d'autres salariés de l'usine et par des intérimaires », explique Marie-Amélie Collas, directrice technique chez Novandie. « Quand ils ont une tâche à réaliser, ils la font à la perfection. Le travail qui leur est confié est bien mieux réalisé que par les autres salariés, et plus rapidement », estime Mme Collas. 35 000 euros contre 80 000 Une fois leur demi-journée de travail terminée, les personnes autistes bénéficient l'après-midi d'activités de vie et de socialisation, toujours très cadrées : cours de médiation artistique, sport, musique, mais aussi des activités plus banales comme le jardinage, les courses au supermarché, la préparation des repas... Si leurs postes de travail à l'usine sont précisément calibrés, il en est de même sur leur lieu de vie. Le soir, la plupart dorment dans leur studio tandis que deux jeunes adultes rentrent dans leur famille. Les résidents payent sur leur salaire (le Smic) une participation financière à l'association. « L'objectif de Vivre et travailler autrement est d'essaimer partout sur le territoire ce que l'on est en train de réaliser ici. On veut montrer aux entreprises, collectivités locales et autres qu'il est possible et bénéfique de faire travailler des personnes autistes », explique Mme Gorce. Selon l'association, ce type de prise en charge coûterait environ 35 000 euros par an et par personne, contre 80 000 euros dans des structures d'accueil classique type établissement médico-social. »...

<< Sommaire
emploi.handicap

Challenges for females with high functioning autism in the workplace: a systematic review. - PubMed - NCBI 11/12/2016

«Abstract PURPOSE: Individuals with High Functioning Autism (HFA) experience high levels of underemployment and unemployment, resulting in negative economic, social, and health outcomes. Given what is known about labor market participation difficulties experienced by women generally, and the paucity of research concerning women with HFA, this systematic review synthesized what is known about the labor market experiences of women with HFA. METHOD: A systematic review of the literature concerning adult females with HFA in relation to the workplace yielded 1947 results; 11 met inclusion criteria being based on original data, but not necessarily focusing solely on women. RESULTS: The total number participants with HFA across all studies was 731 (M=66.45, SD=95.44, Mdn=18.00) aged between 18 and 70 years (M=34.38, SD=7.71); females represented 38% (n=279) of those sampled. The principal challenges reported for individuals with HFA at work were communication, social interaction, and stress, together with negative mental and physical health. CONCLUSION: These results should be interpreted with caution. Of the studies found, 73% were qualitative and based on small samples. Only one paper differentiated female data in analyses. These factors combined suggest large-scale mixed method research focused on females with HFA is required to gain an accurate insight into the challenges faced in the workplace, to in turn inform intervention and support. However, implications for rehabilitation based on what is known are discussed. Implication for Rehabilitation Unemployment and underemployment of persons with High Functioning Autism (HFA) poses social, health and economic issues for both individuals and the wider community. Those with HFA have the intellectual capacity to make a substantial contribution to the workplace. Based on what is known, some of the challenges for females with HFA might be similar to those experienced by men with HFA, however it is possible that there are gender-based differences (in both type and severity of challenges) that require attention.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Parcours ''Relations Ecole-Famille, enseignant(s)-parent(s)'' Centre Alain Savary - Education prioritaire - ife 11/12/2016

«"Coopérer utilement avec les parents" : une ingénierie de formation pour les formateurs, un guide d’accompagnement pour les équipes, un outil pour le pilotage. PUBLICS VISES Un collectif d'école, de collège, de cycle, REP, interdegré. Peuvent être concernés : enseignant, directeur, maitre surnuméraire, membre du RASED, coordonnateur de REP, chef d'établissement, personnel administratif, gardien, CPE, assistant d'éducation, assistant pédagogique, assistant vie scolaire, assistant social, infirmier, partenaires. OBJECTIFS Dans l'intérêt de la scolarité des enfants et des jeunes, améliorer les relations avec les parents grâce à des dispositifs adaptés et des gestes professionnels appropriés. Objectifs : Comprendre les enjeux des relations école-familles, enseignant(s)-parent(s). Analyser la configuration à l'oeuvre dans son école ou son collège, au niveau d'un cycle ou d'un inter-cycles. Prioriser un/des levier(s) d'amélioration. Amorcer une démarche de transformation à partir de l'existant.»...

<< Sommaire
centre-alain-savary.ens-lyon

L'education inclusive : des parcours toujours plus inclusifs pour les eleves en situation de handicap - Ministere de l'Education nationale, de l'Enseignement superieur et de la Recherche 11/12/2016

«Le Comité interministériel du handicap a été réuni, à la veille de la Journée internationale des personnes handicapées, par le Premier ministre le 2 décembre 2016 à Nancy. Najat Vallaud-Belkacem souligne que l'Ecole inclusive est, "dans les faits, un changement considérable" mais "aussi une ambition : scolariser toujours plus d'enfants en situation de handicap dans les écoles et les établissements scolaires". Depuis 2012, le taux de scolarisation des élèves en situation de handicap a augmenté de 25 %. Relever ensemble le défi de l'éducation inclusive On a coutume de parler de la lettre et de l'esprit d'une loi : mais il existe une troisième dimension, essentielle, celle du terrain, où se concrétisent, par nos actions, les principes édictés dans les textes. La lettre et l'esprit de l'Ecole inclusive s'affirment avec force dans la loi de Refondation de l'Ecole de la République. Sa réalité, elle, se construit année après année, au sein de nos écoles et établissements scolaires. L'Ecole inclusive, ce n'est pas uniquement une formule : c'est, dans les faits, un changement considérable. C'est aussi une ambition : scolariser toujours plus d'enfants en situation de handicap dans les écoles et les établissements scolaires.»
[...]
«Notre action s’est concentrée sur trois aspects complémentaires : mettre en place des parcours de formation plus inclusifs, dans l’enseignement scolaire comme dans le supérieur ; mieux former et mieux professionnaliser les enseignants et les accompagnants ; faciliter l’insertion professionnelle des jeunes en situation de handicap. Ce sont ces trois axes sur lesquels nous allons prolonger nos efforts. Relever le défi de l’École inclusive passe par une action cohérente et sur le long terme, pour encore améliorer la scolarisation et la poursuite d’études des élèves et des étudiants en situation de handicap. Des parcours de formation plus inclusifs c’est, par exemple, continuer l’installation d’unités d’enseignement dans les écoles ordinaires. Depuis la rentrée 2014, 110 unités d’enseignement pour les élèves autistes ont été ouvertes au sein d’écoles maternelles (UEM) et scolarisent chacune sept élèves à temps plein. Nous avons publié un cahier des charges sur ce sujet, qui a été transmis aux recteurs en 2016. Nous souhaitons poursuivre et amplifier ce mouvement. Des parcours plus inclusifs, c’est aussi dans les universités, depuis le Comité interministériel du handicap de 2013, un nombre d’étudiants en situation de handicap multiplié par 1,5, un chiffre qui augmente de près de 13 % en moyenne chaque année. Des enseignants mieux formés, et des accompagnants professionnalisés, c’est veiller à la formation de tous les nouveaux enseignants pour répondre aux besoins éducatifs particuliers des élèves, dont ceux qui sont en situation de handicap. S’agissant des accompagnants, d’ici 5 ans, 60 000 équivalents temps plein d’accompagnant d’élèves en situation de handicap (ETP AESH) nous permettront d’accompagner les élèves en situation de handicap. C’est aussi, dans le supérieur, contribuer à la mise en place de formations continues annuelles dédiées aux chargés d’accueil et d’accompagnement sur les accompagnements des étudiants en situation de handicap. Une insertion professionnelle facilitée, c’est intégrer des informations relatives au parcours d’orientation des élèves en situation de handicap dans le cadre du parcours Avenir, et développer la prise en compte des étudiants en situation de handicap dans les conventions signées par notre ministère avec les organismes paritaires collecteurs agréés. Enfin, pour relever ce défi, nous avons la chance, aujourd’hui, de pouvoir compter sur les apports du numérique. Il constitue un outil essentiel au service des élèves et des étudiants en situation de handicap. Nous permettons ainsi à davantage d’élèves d’emprunter le chemin de l’École. Depuis 2012, nous avons augmenté le taux de scolarisation des élèves en situation de handicap de 25 %. Nous leur donnons ainsi des perspectives d’avenir qui reposent sur des assises solides, celles que constituent les savoirs, les compétences et la culture qu’ils pourront acquérir au sein de l’École de la République. Alors, si beaucoup reste à faire, un élan a été initié, une dynamique est à l’oeuvre ; le Comité interministériel du handicap réuni par le Premier ministre le 2 décembre 2016 à Nancy vient la prolonger et l’intensifier. Najat Vallaud-Belkacem Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Les chiffres clés La professionnalisation au service de la qualité de l’enseignement et de l’accompagnement Une insertion professionnelle facilitée pour les jeunes en situation de handicap Le numérique au service des besoins éducatifs particuliers Les chiffres clés Des parcours de scolarisation plus inclusifs Dans l’enseignement scolaire De plus en plus d’unités d’enseignement localisées en écoles ordinaires Depuis le Comité interministériel du handicap de septembre 2013, un mouvement important d’externalisation des unités d’enseignement en écoles ordinaires a été réalisé. Pour accompagner cette démarche, un nouveau cahier des charges, co-construit par les acteurs institutionnels et les associations, a été publié (BO Santé n° 16/08 du 15 septembre 2016) et transmis aux recteurs à la rentrée scolaire 2016. Par ailleurs, depuis la rentrée scolaire 2014, ce sont 103 unités d’enseignement pour les élèves avec autisme qui ont été ouvertes au sein d’écoles maternelles (UEM) ; chacune scolarisant sept élèves à temps plein. Ces unités, dont les missions sont d’accompagner et de scolariser les enfants, permettent de développer ou de renforcer les modalités de communication du jeune et de limiter l’expression des troubles. Ces résultats sont obtenus par l’apprentissage et grâce à la mise en œuvre d’interventions, à la fois intensives et précoces, réalisées selon les recommandations de bonnes pratiques de la Haute autorité de santé (HAS). Le parcours scolaire des enfants sourds amélioré Aujourd’hui, selon le choix linguistique du jeune sourd (LSF/français écrit ou LPC) ou en fonction des difficultés d’accès à l’apprentissage des jeunes malentendants, l’orientation de l’élève en dispositif spécifique ou collectif est notifiée par la maison départementale des personnes handicapées (MDPH). En outre, les nouveaux programmes scolaires sont en cours d'adaptation en LSF pour une mise en œuvre à la rentrée 2017 et la circulaire relative à la scolarisation des enfants sourds est en cours de finalisation (publication avant fin 2016). Zoom sur la famille Bonnetaud Stéphane, pouvez- vous nous raconter le parcours de scolarité de Morgane, votre fille qui présente un trouble spécifique des apprentissages ? Lorsque le professeur Gérard de l’hôpital Robert Debré à Paris, a déclaré que notre fille Morgane était dysphasique, nous avons décidé de nous battre pour sa scolarisation. Je dois vous dire d’emblée que nous devons énormément aux services de l’éducation nationale qui nous ont accompagnés pour obtenir une affectation dérogatoire dans une Ulis (Unité localisée pour l'inclusion scolaire) de Bois d’Arcy proche de notre domicile. Rapidement, notre fille a bénéficié de la présence quotidienne de Laurence, AESH, qui, sous le contrôle de l’enseignant, lui a donné des astuces pour refaire ses exercices et surtout lui a permis de se repérer dans le temps car c’est une difficulté que rencontrait Morgane. Elle a fait de gros progrès dès le CP et parfois elle était en immersion en classe ordinaire. Ensuite de la 6ème à la 3ème, notre fille a intégré la Segpa de Guyancourt dont je remercie encore l’équipe éducative. Puis, Morgane est entrée au CFA de Poissy pour préparer un CAP petite enfance alors que certains disaient que ce ne serait pas possible au regard de son handicap et de son parcours scolaire. Aujourd’hui son temps est partagé : deux jours en cours au CFA et l’autre partie de la semaine en entreprise. Actuellement elle est en stage professionnel dans une crèche collective et cela se passe très bien. La preuve que notre persévérance et sa volonté d’apprendre ont porté leurs fruits. Comment se construit son avenir professionnel ? À terme, Morgane envisage de passer le bac pro et j’espère qu’elle réussira ! Je dois aussi vous dire que nous recommençons le même parcours avec sa soeur Mélany, également détectée dysphasique. Notre fille cadette a été suivie pendant deux ans au CHU de Garches et elle a obtenu une affectation dérogatoire en Ulis à l’école de Bois d’Arcy puisque nous étions très satisfaits de la scolarité de Morgane dans cette école. Actuellement, nous sommes en attente d’une aide humaine et d’aménagements supplémentaires pour Mélany et c’est en bonne voie. Nous sommes très fiers de nos deux filles et nous sommes venus au ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche à Paris pour que Morgane puisse rencontrer Philippe van den Herreweghe, le délégué ministériel aux personnes handicapées et directeur d’Aide Handicap École, car il a toujours été là pour nous accompagner dans nos démarches. Dans l’enseignement supérieur En 2016, on dénombre 23 257 étudiants en situation de handicap s’étant fait connaître des dispositifs handicap dans les établissements publics sous tutelle du ministère en charge de l’enseignement supérieur (établissements interrogés et ayant renseigné l’enquête MENESR-Dgesip). Depuis le Comité interministériel du handicap de septembre 2013, la progression des effectifs s’est amplifiée et elle se poursuit au rythme de près de 13 % en moyenne chaque année. L’accompagnement des étudiants en situation de handicap, une mission inscrite dans tous les établissements d’enseignement supérieur Aujourd’hui, 100 % des universités sont dotées d’une mission handicap dédiée à l’accueil et l’accompagnement des étudiants en situation de handicap tout au long de leurs parcours, tous les contacts étant répertoriés et disponibles pour tous (Handi-U.fr). De plus, leurs portails Internet comprennent tous un volet spécifique d’information présentant les actions et les acteurs de l’établissement consacrés à cette mission. En concertation avec les partenaires institutionnels et associatifs, le ministère a élaboré un guide d’aide à l’évaluation des besoins des étudiants, afin de renforcer l’analyse personnalisée de leurs besoins dans le contexte de formation choisie et d’améliorer la diversité et l’adéquation des modalités d’accompagnement. Il complète les informations déjà mises à disposition des professionnels dans les guides publiés par la CPU en 2008 et 2013. Actuellement, plus de 70 % des étudiants en situation de handicap bénéficient d’un plan d’accompagnement pour le suivi des études pouvant comporter des mesures d’aides humaines, techniques ou des aménagements de cursus et 80 % bénéficient de mesures d’aménagement pour les épreuves d’examens. Outre la dynamique développée en faveur de l’accompagnement individualisé des étudiants, les universités se sont également engagées dans la mise en place de véritables politiques transversales du handicap dont l’adoption est rendue obligatoire depuis la loi pour l’enseignement supérieur et la recherche du 22 juillet 2013. Depuis 2014, le nombre d’universités ayant adopté un schéma directeur handicap a fortement progressé : deux universités avaient adopté leur Schéma Directeur Handicap en janvier 2014, 29 en 2016 soit près de 40 % d’entre elles. De plus, il faut souligner que : toutes les universités ont engagé des actions transversales sur le handicap sans avoir encore formalisé leur engagement par l’adoption d’un schéma directeur le nombre d’universités déclarant une adoption au cours de l’année 2016-2017 est en forte progression Ces stratégies d’établissement, pour la prise en compte du handicap dans tous les champs de l’université, sont gages d’un véritable mouvement qui ouvre la voie vers une université accessible et permettront de limiter les besoins de compensation individuels. Les écoles d’ingénieurs et les grandes écoles ont également renforcé leurs actions pour l’accompagnement des étudiants en situation de handicap depuis le Comité interministériel du handicap du 25 septembre 2013. La commission des titres d’ingénieurs (CTI) a renforcé l’obligation de prise en compte des besoins des étudiants en situation de handicap dans le référentiel pour l’évaluation des écoles d’ingénieurs et les demandes d’habilitations. La conférence des écoles françaises d’ingénieurs (CDEFI) s’est engagée à une prochaine signature d’une charte écoles d’ingénieurs – Handicap au cours de l’année universitaire 2016-2017. Enfin, la conférence des grandes écoles (CGE), déjà engagée par la charte handicap signée en 2008, a publié un guide pour améliorer l’accompagnement des étudiants dans leurs écoles et l’accès aux concours. »...

<< Sommaire
education.gouv

Lpliz, l'application qui parie sur la bienveillance 10/12/2016

«Permettre à une personne atteinte d'un handicap visible ou non, de trouver de l'aide en toute discrétion, c'est le but de cette application basée à Sophia-Antipolis, engagée dans une campagne de crowdfunding. L'histoire démarre comme souvent par le vécu. C'est parce que sa fille, Léna, atteinte d'un handicap non visible, rencontrait des difficultés à se faire comprendre par les personnes l'entourant que Daniel Tinmazian a eu l'idée de créer une application permettant aux personnes souffrant d'un handicap invisible que celui-ci soit passager ou durable de se signaler discrètement auprès d'une communauté de personnes valides, prêtes à les aider. "Les personnes souffrant de handicap non visible n'osent pas toujours porter un signe qui les distingue. Pour certaines, cela est stigmatisant", explique Daniel Tinmazian qui décide de créer une association et de développer en parallèle, une application dédiée. Bienveillance Appelée Lpliz, elle permet aux personnes concernées de renseigner leur handicap, le degré de celui-ci, ainsi que le degré d'autonomie et les besoins qui pourraient être les siens. De son côté, l'aidant signale sa présence sur la même application. Ainsi en cas de besoin il peut prêter secours en ayant connaissance des paramètres de la situation qui se présente à lui.»...

<< Sommaire
marseille.latribune

Texte adopte n° 851 - Projet de loi de financement de la securite sociale, adopte, par l'Assemblee nationale, dans les conditions prevues a l'article 45, alinea 4, de la Constitution, pour 2017 - XIVe legislature - Assemblee nationale 10/12/2016

«(AN NL) Article 68 40 I.
• Des expérimentations peuvent être menées, à partir du 1er janvier 2017 et pour une durée n'excédant pas quatre ans, afin d'améliorer la prise en charge et le suivi de jeunes de six à vingt et un ans chez lesquels un médecin, notamment médecin généraliste, médecin scolaire, pédiatre ou psychologue scolaire, a évalué une souffrance psychique. Dans le cadre de ces expérimentations, les médecins ou psychologues scolaires peuvent, après évaluation, orienter vers des consultations de psychologues libéraux, en fonction des besoins et de la situation du jeune et de sa famille. Ces consultations sont réalisées par les psychologues libéraux figurant sur la liste mentionnée à l'avant-dernier alinéa du I de l'article 44 de la loi n° 85-772 du 25 juillet 1985 portant diverses dispositions d'ordre social et donnent lieu à un financement forfaitaire sur les crédits du fonds d'intervention régional mentionné à l'article L. 1435-8 du code de la santé publique. Les ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale arrêtent la liste des territoires retenus pour les expérimentations. (AN 1) II.
• Un décret précise les modalités de mise en oeuvre et d'évaluation de ces expérimentations, notamment quant au suivi des patients et au financement des consultations. (S1) III.
• Un rapport d'évaluation est réalisé par le Gouvernement au terme de l'expérimentation et transmis au Parlement.»...

<< Sommaire
www2.assemblee-nationale

Autisme: le texte LR anti-psychanalyse rejete par l'Assemblee - L'Express 10/12/2016


«A l'Assemblée nationale, la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion, a regretté que la proposition ait "pour effet de raviver des tensions qui n'ont plus lieu d'être". A l'Assemblée nationale, la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion, a regretté que la proposition ait "pour effet de raviver des tensions qui n'ont plus lieu d'être". afp.com/LIONEL BONAVENTURE Signé par près d'une centaine de députés de droite, le texte invitait à "condamner et interdire les pratiques psychanalytiques" dans la prise en charge de l'autisme. Le texte anti-psychanalyse a été rejeté par l'Assemblée nationale ce jeudi. Ce texte controversé, signé par près d'une centaine de députés LR, invitait notamment à "condamner et interdire les pratiques psychanalytiques" dans la prise en charge de l'autisme. Opposée à "une entreprise malheureuse", "attaque sans précédent contre l'ensemble des professionnels de santé", la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion, Ségolène Neuville, a regretté dans l'hémicycle que cette proposition de résolution ait "pour effet de raviver des tensions qui n'ont plus lieu d'être".» [...]
«Les principales associations dédiées à l'autisme, rassemblant notamment les familles -Agir et vivre l'autisme, Vaincre l'autisme, Asperger aide France, Collectif Egalited, Autistes sans frontières, Maison de l'autisme...- avaient appelé à soutenir le texte. Celui-ci avait naturellement fait bondir les défenseurs de la psychanalyse. »...

<< Sommaire
lexpress

A propos du verrouillage de la Wikipedia francophone par deux psychanalystes | Le Club de Mediapart 10/12/2016

«Vous avez toujours rêvé de savoir comment les psychanalystes s'y prennent pour diffuser l'information sur leurs pratiques ? Voici un petit exemple avec tous les liens nécessaires, tiré de l'encyclopédie en ligne Wikipédia Favori Recommander Alerter Imprimer Partager Tweet Partager sur Google+ 3 commentaires 3 recommandés Témoignage d'une wikipédienne L'objet de cet article est de donner un aperçu de la façon dont deux psychanalystes français ont contrôlé pendant des années l'information au sujet de l'autisme sur l'encyclopédie en ligne Wikipédia en langue française. Points abordés : La non-représentativité des champs de recherche appliqués à l'autisme sur la Wikipédia en français Le traitement de l'article « autisme en psychanalyse » Le traitement de l'article consacré au film « Le Mur » Le traitement de l'article consacré à la CIPPA La dénonciation par X, sur la Wikipédia en français.»...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Epigenetic dysfunctional diseases and therapy for infection and inflammation. - PubMed - NCBI 08/12/2016

«Abstract Even though the discovery of the term 'epigenetics' was in the 1940s, it has recently become one of the most promising and expanding fields to unravel the gene expression pattern in several diseases. The most well studied example is cancer, but other diseases like metabolic disorders, autism, or inflammation-associated diseases such as lung injury, autoimmune disease, asthma, and type-2 diabetes display aberrant gene expression and epigenetic regulation during their occurrence. The change in the epigenetic pattern of a gene may also alter gene function because of a change in the DNA status. Constant environmental pressure, lifestyle, as well as food habits are the other important parameters responsible for transgenerational inheritance of epigenetic traits. Discovery of epigenetic modifiers targeting DNA methylation and histone deacetylation enzymes could be an alternative source to treat or manipulate the pathogenesis of diseases. Particularly, the combination of epigenetic drugs such as 5-aza-2-deoxycytidine (Aza) and trichostatin A (TSA) are well studied to reduce inflammation in an acute lung injury model. It is important to understand the epigenetic machinery and the function of its components in specific diseases to develop targeted epigenetic therapy. Moreover, it is equally critical to know the specific inhibitors other than the widely used pan inhibitors in clinical trials and explore their roles in regulating specific genes in a more defined way during infection.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Brain scans dispel theory about stimuli and autism - Futurity 08/12/2016

«A new study challenges the hypothesis that nerve cells in the brains of people with autism spectrum disorders do not reliably and consistently respond to external stimuli. "Our findings show there is no measurable variation in how individuals with autism respond to repeated visual and tactile stimuli," says John Foxe, chair of the neuroscience department at the University of Rochester Medical Center and senior author of the study in the journal Cerebral Cortex. "Consequently, the concept that the symptoms of autism may arise from unreliable brain activity in response to the senses is in all likelihood a scientific cul-de-sac." The neuronal unreliability theory, which has gained traction in recent years in the wake of a 2012 study, is based on the assumption that the brain's response to repetitive stimuli...”visual, audio, or touch...”should be steady and consistent. According to this theory, the brain's response is not constant in individuals with autism and, consequently, alters their perception of the physical environment and impairs cognitive and social development.»...

<< Sommaire
futurity

** Brains of people with autism share similar pattern of abnormal gene activity, UCLA study shows 08/12/2016

«Autism spectrum disorder is caused by a variety of factors, both genetic and environmental. But a new study led by UCLA scientists provides further evidence that the brains of people with the disorder tend to have the same "signature" of abnormalities at the molecular level. The scientists analyzed 251 brain tissue samples from nearly 100 deceased people -- 48 who had autism and 49 who didn't. Most of the samples from people with autism showed a distinctive pattern of unusual gene activity. The findings, published Dec. 5 in Nature, confirm and extend the results of earlier, smaller studies, and provide a clearer picture of what goes awry, at the molecular level, in the brains of people with autism. "This pattern of unusual gene activity suggests some possible targets for future autism drugs," said Dr. Daniel Geschwind, the paper's senior author and UCLA's Gordon and Virginia MacDonald Distinguished Professor of Human Genetics. "In principle, we can use the abnormal patterns we've found to screen for drugs that reverse them -- and thereby hopefully treat this disorder." According to the Centers for Disease Control and Prevention, about 1.5 percent of children in the U.S. have autism; the disorder is characterized by impaired social interactions and other cognitive and behavioral problems. In rare cases, the disorder has been tied to specific DNA mutations, maternal infections during pregnancy or exposures to certain chemicals in the womb. But in most cases, the causes are unknown. In a much-cited study in Nature in 2011, Geschwind and colleagues found that key regions of the brain in people with different kinds of autism had the same broad pattern of abnormal gene activity. More specifically, researchers noticed that the brains of people with autism didn't have the "normal" pattern for which genes are active or inactive that they found in the brains of people without the disorder. What's more, the genes in brains with autism weren't randomly active or inactive in these key regions, but rather had their own consistent patterns from one brain to the next -- even when the causes of the autism appear to be very different. The discovery suggested that different genetic and environmental triggers of autism disorders mostly lead to disease via the same biological pathways in brain cells.»
[...]
«"Traditionally, few genetic studies of psychiatric diseases have been replicated, so being able to confirm those initial findings in a new set of patients is very important," said Geschwind, who also is a professor of neurology and psychiatry at the David Geffen School of Medicine at UCLA. "It strongly suggests that the pattern we found applies to most people with autism disorders." The team also looked at other aspects of cell biology, including brain cells' production of molecules called long non-coding RNAs, which can suppress or enhance the activity of many genes at once. Again, the researchers found a distinctive abnormal pattern in the autism disorder samples. Further studies may determine which abnormalities are drivers of autism, and which are merely the brain's responses to the disease process. But the findings offer some intriguing leads about how the brains of people with autism develop during the first 10 years of their lives. One is that, in people with the disorder, genes that control the formation of synapses -- the ports through which neurons send signals to each other -- are abnormally quiet in key regions of the brain. During the same time frame, genes that promote the activity of microglial cells, the brain's principal immune cells, are abnormally busy. This could mean that the first decade of life could be a critical time for interventions to prevent autism. The study also confirmed a previous finding that in the brains of people with autism, the patterns of gene activity in the frontal and temporal lobes are almost the same. In people who don't have autism, the two regions develop distinctly different patterns during childhood. The new study suggests that SOX5, a gene with a known role in early brain development, contributes to the failure of the two regions to diverge in people with autism. »...

<< Sommaire
news-medical

Pourquoi l'information scientifique ne parvient-elle pas toujours a convaincre ? 07/12/2016

«Paris, le samedi 3 décembre 2016 - Surpuissance d'internet, manipulation de la presse, manque de culture scientifique : les raisons pour lesquelles de prétendues alertes sanitaires, en dépit des dénégations de la majorité des scientifiques, connaissent tant de succès sont régulièrement énumérées. Mais ces éléments, aussi importants soit-ils, ne sont pas seuls en cause. Notre esprit est façonné pour recevoir, traiter et accepter certaines informations plutôt que d'autres. Ces mécanismes sont décryptés pour nous par Jean-Paul Krivine, rédacteur en chef de Science et pseudo-sciences, la revue de l'Association française pour l'information scientifique, qui éclaire d'une manière précise et dépassionnée les raisons de nombreuses croyances actuelles. Par Jean-Paul Krivine*»...

<< Sommaire
jim

Men, Women Absorb Visual Information In Different Ways: Study Suggests Gender Differences Affects Understanding Of Visual Cues : HEALTH : Tech Times 07/12/2016

«A team of researchers from Queen Mary University of London found that there are differences in the way men and women absorb visual Information, which affects their understanding of visual cues. Study On Men And Women's Visual Cues To understand how people look at faces, the psychologists carried out a study in a science museum involving 500 participants for a period of five weeks. An eye-tracking device was used to monitor and analyze how much eye contact men and women felt comfortable with while watching a face on the monitor. It was observed from the study that women focused more on the left-hand side of the faces and were found to have strong left-eye bias. Women were also found to be observing the faces intensely than their male counterparts. Gender Bias In The Way Faces Are Observed The researchers said that from the way the subjects scanned the faces, it was possible to tell if the participant was a male or a female with accuracy of 80 percent. It is also noted that since the study involves a large sample size, the findings cannot be considering a mere coincidence.»...

<< Sommaire
techtimes

Autisme : un texte anti-psychanalyse d'une centaine de deputes fait hurler les psys 07/12/2016

«La résolution présentée jeudi à l'Assemblée par des députés de droite propose de "condamner et d'interdire les pratiques psychanalytiques sous toutes leurs formes" dans la prise en charge de l'autisme. Le gouvernement est invité à "condamner et interdire les pratiques psychanalytiques sous toutes leurs formes" dans la prise en charge de l'autisme, selon une proposition de "résolution", présentée jeudi à l'Assemblée nationale et qui fait déjà bondir ceux qui défendent la psychanalyse, "inefficace" selon ce texte. Une résolution soutenue par les associations. Seuls les thérapies et les programmes éducatifs pour autistes conformes aux recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS) devraient être "autorisés et remboursés", souligne ce texte. Les principales associations d'autisme (Agir et Vivre l'Autisme, Vaincre l'autisme, Asperger aide France, Collectif Egalited, Autistes sans frontières, Maison de l'Autisme...) appellent à soutenir ce texte ainsi qu'une pétition sur change.org qui dépassait les 4.000 signatures mardi. Publicite powered by Cette proposition de "résolution", signée de près d'une centaine de députés principalement issus du parti Les Républicains, dont Daniel Fasquelle, Laurent Wauquiez, Bernard Debré, Bernard Accoyer et Nathalie Kosciusko-Morizet et Thomas Thevenoud (ex-PS), n'a pas la valeur contraignante d'une loi. Elle s'adresse au gouvernement afin de l'encourager à une meilleure prise en charge des autistes. 80% des enfants autistes exclus du milieu scolaire ordinaire. En dépit des avancées, 80% des enfants atteints du trouble du spectre autistique (TSA) sont exclus de l'école en milieu ordinaire, relèvent notamment les signataires dans l'exposé des motifs de cette démarche. "En 2014, 44% des personnes autistes étaient victimes de maltraitances, soit 250.000 sur les 600.000 que compte le pays", lit-on également. La France a d'ailleurs été condamnée en février 2015 par la Cour européenne des droits de l'Homme pour "manque d'accompagnement" des autistes.»
[...]
«Engager la responsabilité pénale des médecins. Les recommandations de bonnes pratiques de prise en charge émises en mars 2012 par la HAS sont "d'importance vitale pour l'amélioration de la prise en charge de l'autisme", souligne le texte de résolution qui invite le gouvernement à "ré-allouer en totalité les financements" aux "approches validées scientifiquement et ayant fait preuve de leur efficacité", au détriment de celles qui ne sont pas recommandées, en l'occurrence la psychanalyse. Le gouvernement est invité "à fermement condamner et interdire les pratiques psychanalytiques sous toutes leurs formes" non recommandées par la HAS. De plus, le texte préconise d'engager systématiquement la "responsabilité pénale des professionnels de santé qui s'opposent aux avancées scientifiques et commettent des erreurs médicales en matière d'autisme". Selon la résolution, le gouvernement doit amener la Fédération française de psychiatrie à reconnaître "sans aucune réserve et officiellement" les recommandations de la HAS afin de "renoncer au packing (enveloppement du patient dans des linges froids et humides), à la psychanalyse et à toutes les approches maltraitantes". "Une proposition préjudiciable aux sujets autistes". Du côté des "psy", l'Inter-Associatif Européen de Psychanalyse crie au "liberticide", jugeant la proposition déposée par Daniel Fasquelle "diffamatoire et calomnieuse". Cette proposition serait "préjudiciable à la majorité des sujets autistes", affirment ces psychanalystes outrés par les menaces sur le plan économique et pénal. Le collectif des 39 (des professionnels signataires d'un appel visant à restituer leur honneur aux patients) réclame le retrait des recommandations de la HAS et appelle à signer une autre pétition, également sur change.org, contre la "science d'état" approuvée notamment par des psychiatres d'enfants. »...

<< Sommaire
europe1

Brains of people with autism spectrum disorder share similar molecular abnormalities 06/12/2016

«Autism spectrum disorder is caused by a variety of factors, both genetic and environmental. But a new study led by UCLA scientists provides further evidence that the brains of people with the disorder tend to have the same "signature" of abnormalities at the molecular level. The scientists analyzed 251 brain tissue samples from nearly 100 deceased people...”48 who had autism and 49 who didn't. Most of the samples from people with autism showed a distinctive pattern of unusual gene activity. The findings, published Dec. 5 in Nature, confirm and extend the results of earlier, smaller studies, and provide a clearer picture of what goes awry, at the molecular level, in the brains of people with autism. "This pattern of unusual gene activity suggests some possible targets for future autism drugs," said Dr. Daniel Geschwind, the paper's senior author and UCLA's Gordon and Virginia MacDonald Distinguished Professor of Human Genetics. "In principle, we can use the abnormal patterns we've found to screen for drugs that reverse them...”and thereby hopefully treat this disorder." According to the Centers for Disease Control and Prevention, about 1.5 percent of children in the U.S. have autism; the disorder is characterized by impaired social interactions and other cognitive and behavioral problems. In rare cases, the disorder has been tied to specific DNA mutations, maternal infections during pregnancy or exposures to certain chemicals in the womb. But in most cases, the causes are unknown.»
[...]
«In the new study, Geschwind and his team analyzed a larger number of brain tissue samples and found the same broad pattern of abnormal gene activity in areas of the brain that are affected by autism. "Traditionally, few genetic studies of psychiatric diseases have been replicated, so being able to confirm those initial findings in a new set of patients is very important," said Geschwind, who also is a professor of neurology and psychiatry at the David Geffen School of Medicine at UCLA. "It strongly suggests that the pattern we found applies to most people with autism disorders." The team also looked at other aspects of cell biology, including brain cells' production of molecules called long non-coding RNAs, which can suppress or enhance the activity of many genes at once. Again, the researchers found a distinctive abnormal pattern in the autism disorder samples. Further studies may determine which abnormalities are drivers of autism, and which are merely the brain's responses to the disease process. But the findings offer some intriguing leads about how the brains of people with autism develop during the first 10 years of their lives. One is that, in people with the disorder, genes that control the formation of synapses—the ports through which neurons send signals to each other—are abnormally quiet in key regions of the brain. During the same time frame, genes that promote the activity of microglial cells, the brain's principal immune cells, are abnormally busy. This could mean that the first decade of life could be a critical time for interventions to prevent autism. The study also confirmed a previous finding that in the brains of people with autism, the patterns of gene activity in the frontal and temporal lobes are almost the same. In people who don't have autism, the two regions develop distinctly different patterns during childhood. The new study suggests that SOX5, a gene with a known role in early brain development, contributes to the failure of the two regions to diverge in people with autism. »...

<< Sommaire
medicalxpress

Neurosciences : une nouvelle cause genetique d'autisme vient d'etre identifiee 05/12/2016

«Les troubles du spectre autistique (TSA) touchent à peu près un pour cent de la population mondiale. Ils se manifestent par divers degrés de difficultés dans la vie sociale et notamment la communication. La cause de l'autisme peut provenir de nombreuses mutations génétiques, très différentes et très rares. C'est en raison de cette hétérogénéité dans la maladie que le développement de traitements efficaces est rendu si difficile. Une nouvelle avancée dans cette voie semble toutefois possible grâce à une équipe internationale de chercheurs en neurosciences basée en Autriche (Institut de Science et Technologie Autriche. IST Autriche) dont le travail a mis en évidence une nouvelle forme d'#Autisme syndromique. Les recherches ont non seulement révélé un nouveau gène lié à l'autisme, mais aussi permis d'identifier le mécanisme par lequel sa mutation provoque l'autisme Ils ont aussi découvert que d'autres gènes partagent le même mécanisme causant l'autisme. Dés-lors, il pourrait s'agir d'un sous-groupe de la maladie dont la meilleure compréhension ouvrirait des perspectives nouvelles et permettrait d'isoler de nouvelles formes de traitements pour permettre un ciblage plus spécifique.»
[...]
«Les chercheurs ont étudié avec des souris les implications d’une déficience de BCAA et mis en évidence que leur déficience pouvait déclencher des altérations neurologiques comme des retards moteurs. Les troubles du spectre autistique (TSA) se chevauchent souvent avec d'autres affections neurologiques. Dans une étude antérieure, cette équipe avait déjà découvert une mutation dans un gène impliqué dans la dégradation de ces mêmes acides aminés chez des personnes atteintes de TSA, de déficience intellectuelle et d'épilepsie.De plus les chercheurs ont notés des changements constants dans le comportement également observés dans d'autres modèles de souris autistes. Les mutations du gène SLC7A5 au centre de toutes les attentions Pour comprendre comment les mutations du gène SLC7A5 pouvaient conduire à l'autisme, les chercheurs ont alors réduit les niveaux de BCAA dans le cerveau des souris. La conséquence: cette réduction interfère lors de la synthèse protéique dans les neurones et entraîne chez les souris une interaction sociale plus réduite. A l’inverse, le comportement de la souris mutante Slc7a5 a été partiellement corrigé par les injections de BCAA directement dans le cerveau de la souris pendant trois semaines. A l’issue, les chercheurs ont observé une nette amélioration des troubles comportementaux. Même si le traitement ne peut pas être utilisé sur l’homme par injection directe, cette étude a permis de trouver un traitement pour certains symptômes présentés dans cette forme d’autisme chez la souris et il est possible de trouver une forme de remède idoine pour arriver au même résultat chez l’homme. Une piste qui suscite de grands espoirs »...

<< Sommaire
fr.blastingnews

Controlled study of the impact on child behaviour problems of intensive interaction for children with ASD - Tee - 2016 - Journal of Research in Special Educational Needs - Wiley Online Library 05/12/2016

«Abstract Pupils with autism spectrum disorder (ASD) received 6 months of intensive interaction or treatment as usual. They were assessed for behaviour problems at the start and end of the period, and changes were related to child and parent factors. Intensive interaction did not offer any greater advantages to child behaviour than treatment as usual. However, intensive interaction was more effective for pupils with less challenging behaviour. Levels of depression in mothers were related negatively to changes in child behaviours. These data suggest that intensive interaction may be of limited utility for reducing problem behaviours of pupils with ASD, but that the approach could be effective with less behaviourally challenging pupils and that levels of parent distress may reduce its impact.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

Researchers develop medical app to help detect autism early - iMedicalApps 05/12/2016

«Researchers from the University of Buffalo recently presented a medical app that has the potential to diagnose autism in children as young as two by simply using a smartphone camera to track eye movement. Kun Woo Cho, an undergraduate computer science major and principal author of the study, and her research advisor, Wanyao Xu, recently presented the findings at the IEEE Wireless Health conference. They showed that a multi-device app which uses photos and eye movement sensors could effectively detect autism. If this sounds familiar, Duke University has a similar app, Autism & Beyond which uses video stimulus and tracks facial movement via smartphones and tablets. The UB study screened 32 children ages two to 10, half of whom were already diagnosed with autism. Using pictures of social scenes (ones with multiple people), the app monitored their eye movement while looking at the photos. The eye movement of the undiagnosed children was compared with those who were known to have autism. The team of researchers discovered that the children with autism had more erratic patterns when looking at the picture and found that they could accurately detect autism 93.96 percent of the time. The researchers state in 54 seconds, a child could be diagnosed without any intrusive tests needing to be done. Speed is important for kids with a short attention span. The Duke app, for example, makes users watch a 20 minute video ...” however, their medical app is a ResearchKit app and being used in a study.»...

<< Sommaire
imedicalapps

Synaptic Actin Dysregulation, a Convergent Mechanism of Mental Disorders? - PubMed - NCBI 04/12/2016

«Abstract Actin polymerization governs activity-dependent modulation of excitatory synapses, including their morphology and functionality. It is clear from human genetics that neuropsychiatric and neurodevelopmental disturbances are multigenetic in nature, highlighting the need to better understand the critical neural pathways associated with these disorders and how they are altered by genetic risk alleles. One such signaling pathway that is heavily implicated by candidate genes for psychiatric and neurodevelopmental disorders are regulators of signaling to the actin cytoskeleton, suggesting that its disruption and the ensuring abnormalities of spine structures and postsynaptic complexes is a commonly affected pathway in brain disorders. This review will discuss recent experimental findings that strongly support genetic evidence linking the synaptic cytoskeleton to mental disorders, such as schizophrenia and autism spectrum disorders.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Strategies of readers with autism when responding to inferential questions: An eye-movement study - Micai - 2016 - Autism Research - Wiley Online Library 03/12/2016

«Abstract Previous research suggests that individuals with autism spectrum disorder (ASD) have difficulties with inference generation in reading tasks. However, most previous studies have examined how well children understand a text after reading or have measured on-line reading behavior without response to questions. The aim of this study was to investigate the online strategies of children and adolescents with autism during reading and at the same time responding to a question by monitoring their eye movements. The reading behavior of participants with ASD was compared with that of age-, language-, nonverbal intelligence-, reading-, and receptive language skills-matched participants without ASD (control group). The results showed that the ASD group were as accurate as the control group in generating inferences when answering questions about the short texts, and no differences were found between the two groups in the global paragraph reading and responding times. However, the ASD group displayed longer gaze latencies on a target word necessary to produce an inference. They also showed more regressions into the word that supported the inference compared to the control group after reading the question, irrespective of whether an inference was required or not. In conclusion, the ASD group achieved an equivalent level of inferential comprehension, but showed subtle differences in reading comprehension strategies compared to the control group.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

A Subset of Autism-Associated Genes Regulate the Structural Stability of Neurons. - PubMed - NCBI 03/12/2016

«Abstract Autism spectrum disorder (ASD) comprises a range of neurological conditions that affect individuals' ability to communicate and interact with others. People with ASD often exhibit marked qualitative difficulties in social interaction, communication, and behavior. Alterations in neurite arborization and dendritic spine morphology, including size, shape, and number, are hallmarks of almost all neurological conditions, including ASD. As experimental evidence emerges in recent years, it becomes clear that although there is broad heterogeneity of identified autism risk genes, many of them converge into similar cellular pathways, including those regulating neurite outgrowth, synapse formation and spine stability, and synaptic plasticity. These mechanisms together regulate the structural stability of neurons and are vulnerable targets in ASD. In this review, we discuss the current understanding of those autism risk genes that affect the structural connectivity of neurons. We sub-categorize them into (1) cytoskeletal regulators, e.g., motors and small RhoGTPase regulators; (2) adhesion molecules, e.g., cadherins, NCAM, and neurexin superfamily; (3) cell surface receptors, e.g., glutamatergic receptors and receptor tyrosine kinases; (4) signaling molecules, e.g., protein kinases and phosphatases; and (5) synaptic proteins, e.g., vesicle and scaffolding proteins. Although the roles of some of these genes in maintaining neuronal structural stability are well studied, how mutations contribute to the autism phenotype is still largely unknown. Investigating whether and how the neuronal structure and function are affected when these genes are mutated will provide insights toward developing effective interventions aimed at improving the lives of people with autism and their families.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Students with autism transitioning from primary to secondary schools: parents' perspectives and experiences: International Journal of Inclusive Education: Vol 0, No 0 03/12/2016

«ABSTRACT The transition from primary to high school can be a challenging process for students with autism spectrum disorder (ASD). During this time, research-based practices like home-school collaboration are crucial in facilitating a smoother transition. However, existing research indicates that the transition from primary to high school is a period of anxiety and reduced support for students with ASD and their families. This article describes the experiences of parents of students with ASD in regard to this transition and home-school collaboration. Semi-structured interviews were carried out with 15 parents of children with ASD who attended mainstream government high schools in metropolitan Sydney. Through content analysis, parents were found to have received varying levels of transition support. Their experiences of home-school collaboration were, however, generally positive. Overall, it is recommended that parents' knowledge of their children with ASD should be prioritised and utilised in transition planning. Findings also suggest that a greater implementation of practices including mandated transition planning and home-school collaboration in schools would contribute to more authentic inclusion of students with ASD.»...

<< Sommaire
tandfonline

La scolarisation des enfants handicapes - RFI 03/12/2016

«A l'occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, le samedi 3 décembre 2016, l'école de la République est-elle réellement inclusive pour tous les enfants, sans aucune distinction ? Entre 2004 et 2014, le nombre d'enfants en situation de handicap scolarisés en milieu ordinaire a quasiment doublé (330 247 à la rentrée 2014). La carrière scolaire des enfants en situation de handicap peut-elle être la même que pour les autres ? Ces élèves sont bien trop souvent séparés des autres au collège, et plus encore au lycée...¦ - Serge Ebersold, co-auteur du rapport Ecole inclusive pour les élèves en situation de handicap : accessibilité, réussite scolaire et parcours individuels. Il est professeur du CNAM et titulaire de la Chair accessibilité, et travaille pour l'Agence européenne pour l'éducation adaptée et inclusive sur l'analyse des politiques inclusives à l'étranger. Il a travaillé à l'OCDE sur l'analyse des politiques inclusives. â–º Dossier de synthèse du Cnesco sur ce thème. â–º Pour en savoir plus sur le sujet et consulter les rapports.

• Estelle Ast, maman d'un petit garçon autiste qui a 11 ans, Allan - Hawa Drame, fondatrice et présidente de la Fondation Fitima, Fondation internationale Tierno et Maria. L'intervention de 3 mamans : Clotilde Jenoudet, maman de Baptiste, 3 ans, atteint de trisomie 21 Lucie Michel, maman de Malone, 4 ans, victime d'épilepsie et d'autisme Stéphanie Ribeyrollis, maman de Jeanne, 4 ans, qui est née avec un poumon trois malformations trachéales et souffre de POIC (pseudo obstruction intestinale chronique). Et un reportage Alice Milot : Emma est maman d'une petite Sarah, âgée de 8 ans, atteinte d'une trisomie 21, un handicap cognitif avec une déficience intellectuelle. Cette élégante brune, d'une quarantaine d'année, divorcée, habite avec sa fille et son grand fils de 23 ans en Seine-saint-Denis. Elle se bat au quotidien pour Sarah, notamment avec l'association Toupi (Tous pour l'inclusion). Alice Milot l'a rencontrée chez elle en pleine séance de travail avec Sarah»...

<< Sommaire
rfi

Manuel Valls presente 14 mesures pour le Handicap 03/12/2016

«Lors de la réunion du Comité interministériel du handicap aujourd'hui à Nancy, le premier ministre a annoncé 14 domaines pour agir dans le domaine du handicap. Emploi, citoyenneté, inclusion, scolarisation, logement,... Manuel Valls a voulu aussi rendre hommage à François Hollande. Voici les mesures annoncées par Matignon par communiqué.»...

<< Sommaire
vivrefm

Prise en charge de l'autisme : haro sur la resolution Fasquelle 02/12/2016

«Paris, le vendredi 2 décembre 2016 - La semaine prochaine, les députés devront se pencher sur un projet de résolution* porté par Daniel Fasquelle (Les Républicains) et soutenu par plusieurs élus de droite, dont Bernard Accoyer, Laurent Wauquiez et Nathalie Kosciusko-Morizet. Ce texte concerne la prise en charge de l'autisme et a pour ambition de « promouvoir une prise en charge de l'autisme basée sur les recommandations de la Haute autorité de Santé ». Ces recommandations édictées en 2012 ont constitué une rupture. Après des années de contestation de la part des associations et plusieurs remontrances du Conseil de l'Europe quant à la place trop importante de l'approche psychanalytique dans la prise en charge des jeunes patients souffrant d'autisme, une autorité française s'inscrivait enfin dans la même ligne.»
[...]
«Les parents d’enfants autistes pas tous représentés par les associations phares Aussi, le projet de résolution Fasquelle qui souhaite notamment que les recommandations de la HAS deviennent « juridiquement contraignantes pour les professionnels qui travaillent avec des enfants autistes, et que seuls les thérapies et les programmes éducatifs qui sont conformes aux recommandations de la Haute Autorité de santé soient autorisés et remboursés » ou encore qui appelle à une interdiction totale du packing, hérisse de très nombreuses organisations de psychiatres, mais également certaines associations de familles touchées par l’autisme. Ces dernières, face au poids des organisations les plus médiatisées, peinent à faire entendre une voix différente. Ainsi, père d’un jeune homme autiste, et président du RAAHP (Rassemblement pour une Approche des Autismes Humaniste et Plurielle), Patrick Sadoun se montre inquiet du projet de résolution. Il redoute l’instauration d’une médecine officielle « sous contrôle étatique ». Il s’insurge contre cette restriction de la liberté de prescription et de jugement des médecins. »...

<< Sommaire
jim

Tout savoir sur le conge du proche aidant en 4 points 01/12/2016

«Une personne de votre entourage exige une attention particulière en raison de son état de santé. Vous envisagez de mettre votre carrière entre parenthèse pour l'aider. Vous pouvez alors profiter d'un congé du proche aidant. La Loi travail (1) a assoupli les conditions pour bénéficier de ce congé et le Décret (2) relatif à ce congé vient d'être publié. Voici en 4 points, un petit tour d'horizon sur ce congé et sur les modalités pour en bénéficier. Sommaire Les conditions pour en bénéficier A quoi pouvez-vous prétendre ? Comment en demander le bénéfice à votre employeur ? Comment faire votre demande Quand faire votre demande La fin du congé»...

<< Sommaire
juritravail

Parenting, autism spectrum disorders and inner journeys - Twomey - 2016 - Journal of Research in Special Educational Needs - Wiley Online Library 30/11/2016

«Abstract The importance of Early Intervention for children with Autism has been established however little attention has been given to the role of the parent and their perspective (Griffin & Shevlin, 2011). Research on Early Intervention has proliferated and innovative research on involving parents as partners has emerged (Carpenter, 2007; Hornby, 2011), however parents' experiences of assessment, diagnosis and education have received little attention. This study investigated parental perceptions of Early Intervention services for children with significant disabilities. The purpose of this article is to describe how parents experience assessment, diagnosis and education, exploring the potential of utulising a parental lens in grasping these perspectives. It explored parents' need to negotiate services and the difficulties surrounding their children's education in mainstream settings. Through qualitative, longitudinal, in-depth case studies, parents (n 6) were interviewed over a fifteen month period. Interviews coincided with school terms. A major point of difference is the presence of parent voice. This research is dedicated to eliciting parents' voice and exploring how this may influence current understandings of Early Intervention in Ireland. This research suggests that we need to explore what is needed by parents according to those parents, by acknowledging parent voice. Early Intervention and school settings may be a site of reconfiguration of parenthood where mutually, supportive mechanisms may confront the obscurities associated with their role and the fact that they are seldom heard.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

The drug candidate, ADX71441, is a novel, potent and selective positive allosteric modulator of the GABAB receptor with a potential for treatment o... - PubMed - NCBI 28/11/2016

«Abstract Positive allosteric modulation of the GABAB receptor is a promising alternative to direct activation of the receptor as a therapeutic approach for treatment of addiction, chronic pain, anxiety, epilepsy, autism, Fragile X syndrome, and psychosis. Here we describe in vitro and in vivo characterization of a novel, potent and selective GABAB positive allosteric modulator (PAM) N-(5-(4-(4-chloro-3-fluorobenzyl)-6-methoxy-3,5-dioxo-4,5-dihydro-1,2,4-triazin-2(3H)-yl)-2-fluorophenyl)acetamide (ADX71441). In vitro, Schild plot and reversibility tests at the target confirmed PAM properties of the compound. In mice and rats ADX71441 is bioavailable after oral administration and is brain penetrant. A single dose of ADX71441 had an anxiolytic-like profile in the mouse marble burying test (minimum effective dose; MED 3 mg/kg) as well as in the elevated plus maze test in mice and rats (both MED 3 mg/kg). Also, in mice, acute administration of ADX71441 reduced visceral pain-associated behaviors in the acetic acid-induced writhing test. ADX71441 dose-dependently reduced time on rotarod in rats (MED 10 mg/kg) indicative of muscle-relaxant qualities. ADX71441 reduced locomotor activity in mice (10 mg/kg) and rats (3 mg/kg) after single dose; however, following sub-chronic administration in mice, 30 mg/kg ADX71441 was associated with normal locomotor activity. While acute administration of ADX71441 reduced body temperature in rats and mice (both MED 10 mg/kg), the effect in the former was transient, rapidly returning to normal levels despite high concentrations of the compound remaining in plasma. Thus, the GABAB PAM ADX71441 represents a valid therapeutic approach for development of novel treatment of anxiety, pain and spasticity.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

L'autisme - Grands dossiers - Ministere des Affaires sociales et de la Sante 28/11/2016

«Une source d'information officielle, fiable et claire validée par un comité scientifique. Cet espace délivre une information officielle et validée par un comité scientifique conforme aux recommandations de bonnes pratiques de la Haute Autorité de Santé et de l'ANESM, destinée à informer le grand public, tout comme les personnes concernées et leurs familles. Cet espace web a pour but de : donner l'accès à un état des connaissances actualisé, rappeler les recommandations de bonne pratique, diffuser une information objective et validée scientifiquement, contribuer à modifier les représentations, casser les préjugés, informer sur l'accompagnement dédié et l'importance du diagnostic.»...

<< Sommaire
social-sante.gouv

Repose en paix, formation continue 27/11/2016


«C'est une petite phrase, une confidence lâchée presque entre amis, lors d'une table ronde des journées d'automnes organisées le mois dernier par le CRAP-Cahiers Pédagogiques. Jean-Paul Delahaye, ancien Inspecteur général de l'éducation nationale, ancien directeur général de l'enseignement scolaire et conseiller spécial de Vincent Peillon lors de la Refondation de l'école en 2012, impressionne l'auditoire durant sa prise de parole, puis lors du débat qui suit : sa connaissance des dossiers, son charisme en font un orateur hors pair. Le débat est riche, de haut niveau, la question de la formation est abordée, Delahaye prend la parole. « En 2012, Vincent Peillon a failli inscrire l'obligation de formation des enseignants dans la Loi de Refondation de l'école. La formation continue était sinistrée. Mais les parlementaires lui ont répondu : « Avec quels moyens ? ». » Le budget, malgré la hausse prévue, est serré, et il faut reconstruire ce qui a été détruit sous le précédent quinquennat. Peillon abandonne l'idée. Avec les ESPE, il relancera la formation initiale supprimée sous Sarkozy, mais mettra de côté la formation continue. Je ne sais pas si le public présent a comme moi, marqué le coup. Il m'a fallu plusieurs minutes pour percevoir la pleine incidence de ce qui venait d'être dit. Et prendre conscience du virage décisif que l'Education Nationale a loupé, il y a quatre ans. Et pourtant, le ministère savait...¦ Une quarantaine de pages circulent au ministère cet été 2012, en pleine consultation sur le Refondation, un rapport de synthèse intitulé « formation des enseignants : éléments de comparaison internationale » qui commence par cet exergue : « Les systèmes les plus performants sont la preuve qu'in fine, c'est le niveau de compétence des enseignants qui fait la qualité d'un système scolaire.» [...]
«Il n’y a plus d’après… « Avec quels moyens ? ». 40 ans après l’accord historique de 1972, voilà où on en est. « Avec quels moyens ? », pour clore tout débat sur la question. A quoi bon, au fond, les rapports, les études et les mises en garde ? Il y a quatre ans, un ministre a « failli » inscrire l’obligation de formation des enseignants dans la loi. Il n’aurait pas été possible de revenir en arrière. Cela aurait obligé l’état à agir, cela l’aurait mis devant ses responsabilités, rappelé à son devoir. Mais le ministre a reculé, parce qu’on lui a fait comprendre que la formation continue, c’est trop cher, mieux valait abandonner l’idée et accepter, au fond, qu’il ne soit plus possible de financer la formation continue des enseignants. Une telle fenêtre de tir n’est pas près de se présenter à nouveau. Des futurs candidats à la présidentielle, on ne connait que les programmes actuels de Juppé et Fillon. Autant dire qu’aucun n’évoque la formation, l’heure est à la "restauration de l’autorité", aux intox sur les programmes d’histoire, à la guerre menée contre les pédagogues et aux suppressions de postes (lesquelles suppressions de poste, les années Sarkozy l’ont montré, commencent par la suppression des postes de remplaçants, ceux-là même qui permettent notamment d’envoyer des profs en formation). La formation continue des enseignants français est bel et bien agonisante. « Avec quels moyens ? ». On ne peut pas, on ne peut plus former les profs tout au long de leur carrière, ma petite dame. Pas les moyens. Soit. Mais qu’on ne dise plus que les instits parlent mal anglais, qu’ils ne maitrisent pas l’informatique et l’Internet. On ne les forme pas, ni à l’un, ni aux autres. Qu’on ne dise plus que les profs ne sont pas au courant des dernières recherches en éducation. On ne les aide pas à mettre à jour leurs connaissances, à développer et étendre leurs compétences. Qu’on ne dise plus des profs qu’ils ne sont pas innovants, peu au fait des méthodes alternatives. On ne les forme pas sur ces sujets, ni à l’innovation, ni à ce qui se fait ailleurs, ou autrement. Qu’on ne dise plus qu’il est invraisemblable que l’école ne s’ouvre pas aux recherches scientifiques récentes telles les neurosciences. L’impact des neurosciences sur l’apprentissage, ça s’apprend, mais on ne l’apprend pas. Qu’on ne dise plus que les profs sont rétifs au changement. La formation qui devait développer chez les maitres l’aptitude au changement n’a jamais eu cours. Qu’on ne dise plus que les réformes ne sont pas mises en place sur le terrain. Elles ne sont pas accompagnées des formations qui seules pourraient aider à leur enracinement. Qu’on ne dise plus des profs qu’ils font toujours la même chose, qu’ils ne savent pas se décentrer, mettre leur pratique en perspective. On leur interdit les perspectives, on ne les aide pas à se rencontrer, à échanger, à partager, à observer les autres faire. Les profs, ceux qui en ont encore l’envie, le courage, la passion, heureusement ils sont nombreux, n’ont plus qu’à se débrouiller seuls pour ne plus l’être, ne doivent qu’à eux-mêmes d’évoluer et de se former, loin de l’institution. C’est anormal, c’est illogique, c’est irresponsable. Mais bon, « avec quels moyens ? ». »...

<< Sommaire
blog.francetvinfo

Faut-il confier le traitement de l'autisme a un supporter de Sarkozy | Le Club de Mediapart 25/11/2016

«Objet : Proposition de Résolution parlementaire du député Daniel FASQUELLE et de 93 de ses collègues, visant à rendre opposable une recommandation de la HAS et à donner au législateur le pouvoir de décréter où se situe la « vérité » scientifique. Chers Consoeurs, Chers Confrères, Chers Amis Médecins, Le Député Daniel FASQUELLE a obtenu que soit soumise le 8 décembre à L'Assemblée Nationale une Proposition de résolution concernant l'autisme. Cette question peut sembler marginale à certains d'entre vous, mais la requête est sournoise : sous une apparence parfaitement légitime, au nom du respect des personnes autistes, il demande au législateur de rendre "les recommandations de la HAS de 2012 juridiquement contraignantes pour les professionnels qui travaillent avec des enfants autistes".»...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Autistic People Can Solve Our Cybersecurity Crisis | WIRED 25/11/2016

«Alan Turing was the mastermind whose role in cracking the Nazi Enigma code helped the Allies win World War II. He built a machine to do the calculations necessary to decipher enemy messages and today is hailed as the father of the com­puter and artificial intelligence. He's also widely believed to have been autistic. Turing was not diagnosed in his lifetime, but his mathematical genius and social inelegance fit the profile for autism spectrum disorder (ASD). And his story illustrates how society benefits when it gives a voice to those who think different. Until he came along, no one perceived the need for a com­puter; they simply needed to crack the code. It took a different kind of mind to come up with that unexpected, profoundly consequential solution.»
[...]
«At the same time, more than three-quarters of cognitively able individuals with autism have aptitudes and interests that make them well suited to cybersecurity careers. These include being very analytical and detail-oriented as well as honest and respectful of rules. And there are many other areas in which these talents could quite literally be employed. A few innovative firms, including Microsoft, SAP, and Freddie Mac, already have pilot programs for hiring people with autism to fill sophisticated IT jobs and other positions. The Gates Foundation, the Milken Institute, and the Hilibrand Foundation have also funded valuable employ­ment and research programs. But given the coming tsunami of adults with autism, a much broader effort will be required. We need a national strategy, coordinating the efforts of public agencies, companies, and organizations, to bring these valuable minds into the work­force. Such an initiative should focus first on providing meaningful job opportunities for adults who are cognitively able and eventually branch out to more of the autism spectrum. This effort needn’t start from scratch. Let’s begin by convening those working on the issue in Los Angeles, New York, San Francisco, Seattle, and Washington, DC—areas where strong research and clinical programs are up and running and where tech industry jobs are readily available. By capitalizing on this existing network, we can seed job hubs around the country for adults with autism. These hubs would create programs to cultivate expertise in cybersecurity and would teach workplace social skills and independent living skills. They’d also work with industry partners to develop a talent pipeline and help them under­stand how best to integrate autistic employees. »...

<< Sommaire
wired

Association Francophone de Femmes Autistes: Presentation de l'association 25/11/2016

«L'association a pour objectif principal la coopération avec les pouvoirs publics concernant toute question relative à l'autisme. A ce titre, elle vise à :
• participer activement à l'élaboration, à la mise en oeuvre, au déploiement de toute mesure concernant les Troubles du Spectre de l'Autisme ;
• travailler de manière constructive avec les autorités compétentes afin de permettre l'enrichissement des réflexions concernant l'autisme ;
• être un partenaire fiable et investi dans un travail d'équipe élargi ;
• donner de la visibilité aux femmes ayant reçu le diagnostic de Troubles du Spectre de l'autisme et encourager leur participation en lien avec l'autisme dans la société ;
• prendre en considération la réalité quotidienne des femmes porteuses de Troubles du Spectre de l'Autisme, ceci quelle que soit leur situation personnelle (femme active exerçant ou non une profession, étudiante, retraitée, mère, épouse). Nous souhaitons apporter dans le débat de l'autisme de la visibilité sur la condition des autistes femmes : en effet, ce syndrome s'y exprime de manière un peu différente et, faute de prise en compte de ces spécificités, elles ont d'autant moins accès à un diagnostic et à un accompagnement adapté. Elles sont par ailleurs doublement discriminées dans le monde du travail, en tant que femme et personne avec particularités de fonctionnement. De plus, de nombreuses femmes sont également mères et sont, par leur comportement particulier, jugées suspectes, et davantage exposées aux risques de signalements de la part de professionnels de l'enfance. Les personnes composant notre association ont souvent eu un parcours de vie compliqué, notamment au niveau professionnel (beaucoup ne travaillent pas ou plus), alors qu'elles possèdent pourtant de nombreuses compétences inexploitées et une grande capacité de travail et de concentration, surtout quand le sujet leur plait, ce qui est le cas ici. Groupes de travail/instances auxquels certaines membres participent actuellement :»...

<< Sommaire
association-affa.blogspot

Association Francophone de Femmes Autistes: [Article] De nombreuses filles autistes pourraient echapper aux tests de diagnostic de l'autisme 25/11/2016

«De nombreuses filles autistes pourraient échapper aux tests de diagnostic de l'autisme Traduction libre par Elodie Fleurot de l'article original « Diagnostic test for autism may miss many girls », D. Rudacille, https://spectrumnews.org/ , 27 juin 2011 Les symptômes du syndrome d'Asperger seraient sensiblement différents chez les filles et chez les garçons, selon une étude publiée un peu plus tôt dans le mois dans la revue « Research in Developmental Disabilities* » (« Recherche sur les troubles du développement »). Cette étude, ainsi qu'une série d'autres études récentes, suggèrent qu'avec les tests diagnostics actuels, les filles présentant un autisme dit de hautement fonctionnement sont diagnostiquées plus tard que les garçons, ou échappent tout simplement au diagnostic. Dans cette nouvelle étude, des chercheurs suédois montrent que 18 nouvelles questions dans un test Autism Spectrum ScreeningQuestionnaire (questionnaire de dépistage des troubles du spectre autistique) révisé donnent des profils de réponse très différents pour les filles et les garçons d'âge scolaire présentant un syndrome d'Asperger.»...

<< Sommaire
association-affa.blogspot

Strategies pour soutenir le developpement de la memoire de travail 25/11/2016

«Bien que nous sachions depuis longtemps qu'il existe une relation entre la mémoire de travail et les troubles d'apprentissage (TA), nous n'arrivons pas encore à cerner précisément en quoi cette relation consiste. Grâce à la mémoire de travail, nous pouvons conserver temporairement de l'information pendant que notre cerveau est occupé à une autre tâche. Nous utilisons notre mémoire de travail pour apprendre une langue, résoudre des problèmes et exécuter d'innombrables autres tâches. La capacité de notre mémoire de travail est limitée, et si nous dispersons notre attention ou surchargeons le système mnémonique, nous pouvons perdre une partie de l'information emmagasinée. Pour les élèves qui ont une déficience de la mémoire de travail, notamment ceux qui ont des TA, perdre l'information qui était stockée dans la mémoire de travail peut constituer un immense obstacle à l'apprentissage. Qu'est-ce que la mémoire de travail?.»
[...]
«Aider les élèves ayant une faible mémoire de travail Deux approches ont été utilisées pour aider les élèves qui présentent une déficience de la mémoire de travail. L’efficacité de la première, qui consiste à entraîner la mémoire de travail des élèves, n’est pas confirmée par la littérature scientifique. La deuxième approche, qui consiste à créer un environnement d’apprentissage pour réduire la charge imposée à la mémoire de travail des élèves, est utilisée couramment avec les élèves ayant des TA. Améliorer la capacité par l’entraînement. Même si certaines interventions ont produit quelques améliorations à court terme pour la mémoire de travail verbale, la mémoire de travail visuospatiale et le décodage des mots (voir la méta-analyse de Peijnenborgh, Hurks, Aldenkamp, Vles et Hendriksen, 2015), ces améliorations ne sont pas durables et ni facilement transférables à d’autres situations d’apprentissage (p. ex., Melby-Lervag et Hulme, 2013). Il existe des programmes informatiques, comme Robomemo, qui permettent aux joueurs d’entraîner leur mémoire de travail à raison de 35 minutes par jour pendant six semaines et qui semblent produire une certaine amélioration (Klingberg et coll., 2005). Autres que les gains limités par entraînement direct, on considère généralement que la mémoire de travail est un trait constant qu’on ne peut facilement améliorer par une intervention. Réduire la charge imposée à la mémoire de travail. Pour atténuer les difficultés des élèves, on choisit plus souvent d’utiliser des stratégies pour réduire la charge imposée à la mémoire de travail. Gathercole et Alloway (2008) recommandent une méthode à plusieurs étapes que les professionnels de l’enseignement peuvent utiliser pour aider les élèves ayant une déficience de la mémoire de travail. »...

<< Sommaire
taalecole

L'intelligence artificielle sait mieux lire sur les levres que l'homme 24/11/2016

«Des scientifiques de l'Université d'Oxford et de DeepMind, une filiale de Google, ont mis au point une intelligence artificielle capable de convertir les mouvements des lèvres en texte. L'intelligence artificielle était capable de traduire automatiquement un texte, ou de simuler une voix presque humaine. Depuis la finalisation d'un projet mené à l'Université d'Oxford conjointement avec des scientifiques de DeepMind (Google), elle sait lire sur les lèvres, rapporte New Scientist. Une équipe de chercheurs anglais a mis au point un programme informatique baptisé LipNet qui analyse les vidéos et convertit les mouvements de lèvres en texte. Leur rapport parvient à un taux d'exactitude de 46,9% dans la reconnaissance des phrases prononcées par le programme, contre 23;8% pour le professionnel ayant servi de témoin. New Scientist fait état d'un grand nombre d'erreurs bénignes pour le système, comme le fait d'omettre un «s» à la fin d'un mot. Pour atteindre un tel niveau de performance, le système a été nourri de 5000 heures de vidéo de six programmes TV différents de la BBC, soit, en l'occurrence, 118.000 phrases prononcées.»
[...]
«Travailler sur des phrases entières, et non plus sur des mots isolés «D'après ce que nous savons, LipNet est le premier modèle de lecture sur les lèvres qui travaille au niveau des phrases», écrivent les chercheurs. Jusqu'alors, les programmes existants effectuaient uniquement une classification des mots, et non une prédiction des séquences au niveau de la phrase. Pour y parvenir, le programme s'appuie sur un système de réseaux neuronaux convolutifs, inspiré par le cortex visuel des animaux. Il y a deux semaines, un programme similaire, également baptisé LipNet et développé par une autre équipe d'Oxford, avait obtenu de meilleurs résultats que les personnes testées pour la même tâche. Alors que ce dernier se restreignait à une base de données de 51 mots, le nouveau LipNet a eu affaire à une base de 17.500 mots uniques. »...

<< Sommaire
lefigaro

Toddlers with autism don't avoid eye contact but do miss its significance 24/11/2016

«A new study conducted by researchers at Marcus Autism Center, Children's Healthcare of Atlanta, and Emory University School of Medicine helps put to rest a longstanding controversy and question about children with Autism Spectrum Disorder. Eye-tracking measures developed by the group demonstrate that young children with autism do not avoid eye contact on purpose; instead, they miss the significance of social information in others' eyes. While reduced eye contact is a well-known symptom of autism used in early screeners and diagnostic instruments, why children with autism look less at other people's eyes has not been known. New research, reported today in The American Journal of Psychiatry, helps answer that question.»
[...]
«The researchers studied eye gaze responses in young children with autism at the time of their initial diagnosis in order to have clearer evidence about the initial underlying reasons for reduced eye contact. Some adults and older children with autism have reported feeling anxious in response to eye contact. “Our results aren’t meant to contradict these personal experiences,” emphasized Jones. “For children with autism, social signals can be confusing. And as children grow up to be adults, those signals can become even more challenging to understand. This research highlights the opportunity to target the right underlying concerns as early as possible.” “Studies like this one help advance our understanding of autism and improve the way scientists and clinicians develop new treatments,” said Lisa Gilotty, Chief of the Research Program on Autism Spectrum Disorders at the National Institute of Mental Health, one of the agencies that funded the study. Additional support was given by the Autism Science Foundation, the Marcus Foundation, the Whitehead Foundation, and the Georgia Research Alliance. »...

<< Sommaire
scienceblog