L'essentiel sur "Autisme et Inclusion"

Help us | Aidez-nous

Fri Jan 20 05:00:02 CET 2017 France - It's time to Stand Up! For inclusion
19/01/17 Maltreatment-associated neurodevelopmental disorders: a co-twin control analysis - Dinkler - 2017 - Journal of Child Psychology and Psychiatry - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
18/01/17 SAINT-QUENTIN: Autiste, elle passe son bac mais...¦ - Saint-Quentin - Courrier picard [courrier-picard]
17/01/17 Older teenagers 'quicker to improve maths and reasoning skills' | Society | The Guardian [theguardian]
17/01/17 Next Big Future: IBM predicts 5 technologies for 2022 which includes hyperimaging and AI will give us superhero vision [nextbigfuture]
17/01/17 With AI, our words will be a window into our mental health- IBM Research [research.ibm]
13/01/17 «Qu'enfin, avec ce proces, on parle de maltraitance» - Liberation [liberation]
13/01/17 Psychiatrie des mineurs : la grande oubliee ? | Public Senat [publicsenat]
12/01/17 * Glutamatergic and GABAergic gene sets in attention-deficit/hyperactivity disorder: association to overlapping traits in ADHD and autism. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
12/01/17 Investigating the use of appropriation in the writing of a child with autism: A case study. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
07/01/17 Pas assez de moyens pour freiner l'exil en Belgique des personnes handicapees [faire-face]
06/01/17 Emotion Coregulation in Mother-Child Dyads: A Dynamic Systems Analysis of Children with and without Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
06/01/17 Effects of a Least-to-Most Prompting Procedure on Multisymbol Message Production in Children With Autism Spectrum Disorder Who Use Augmentative and... - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
06/01/17 Autisme. A propos d'une prise de position... | Ensemble [ensemble-fdg]
06/01/17 Handicap: les departs en Belgique ont coute 400 millions d'euros en 2015 [sudradio]
04/01/17 Vivent les psychoses infantiles ! [agoravox]
04/01/17 Traitements medicamenteux recus par les enfants, adolescents et jeunes adultes avec trouble du spectre autistique en France : un etat des lieux base sur l'experience parentale [sciencedirect]
02/01/17 Une «reserve cachee» de meres non diagnostiquees comme autistes en train d'apparaitre | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
01/01/17 Social learning, culture and the 'socio-cultural brain' of human and non-human primates. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
31/12/16 Mise en oeuvre de la loi d'adaptation de notre societe au vieillissement - Communiques de presse - Ministere des Affaires sociales et de la Sante [social-sante.gouv]
31/12/16 Autisme : ABA, quel bilan ? [agoravox]
31/12/16 Helping Students with Autism Spectrum Disorder at the Community College: What Does the Research Say? What Can You Do?: Community College Journal of Research and Practice: Vol 0, No 0 [naspa.tandfonline]
31/12/16 Examining bidirectional relationships between parenting and child maladjustment in youth with autism spectrum disorder: A 9-year longitudinal study. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
30/12/16 Conflits d'interets en sante : les obligations de transparence ''renforcees'' [sciencesetavenir]
30/12/16 Vous avez vote. Julie Dachez est votre personnalite de l'annee 2016 | Presse Ocean [presseocean]
30/12/16 Maisons departementales de l'autonomie : le cahier des charges de la labellisation est paru | CNSA [cnsa]
27/12/16 Notable papers of 2016 | Spectrum [spectrumnews]
27/12/16 La garantie jeunes sera generalisee dans tout le pays le 1er janvier 2017 - L'Express [lexpress]
27/12/16 * Closed Captioning Improves Literacy Skills [ollibean]
25/12/16 Services Needed To Help Children With Autism Transition To Adulthood [techtimes]
25/12/16 4 idees a retenir pour une prise en charge qui fonctionne - Le Petit Prince a dit : un site pour l'Autisme [lepetitprinceadit]
19/12/16 Pratiques parentales adaptees: ce que dit la recherche - Gynger [gynger]
19/12/16 Ma 1ere annee en CDD AESH (1) : «Mon salaire est inferieur en travaillant 2hoo de plus qu'en CUI» | Handicap et scolarite __Blog des Accompagnants [handicapetscolariteblogdesaccompagnants.wordpress]
19/12/16 Gaze Following in Children with Autism: Do High Interest Objects Boost Performance? - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
19/12/16 Trust and Deception in Children with Autism Spectrum Disorders: A Social Learning Perspective. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
19/12/16 Increased Eye Contact During Conversation Compared to Play in Children With Autism. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
17/12/16 Soupcons de pedophilie sur des enfants handicapes dans un IME a Voiron en Isere: l'enquete relancee - France 3 Alpes [m.france3-regions.francetvinfo]
17/12/16 « J'aime mon metier et pourtant...| «Handicap et scolarite __Blog des Accompagnants [handicapetscolariteblogdesaccompagnants.wordpress]
16/12/16 Condamnation de l'Etat pour non-prise en charge pluridisciplinaire d'un autiste | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
16/12/16 Why Toddlers with Autism Avoid Eye Contact - Scientific American [scientificamerican]
15/12/16 Misregulation of an Activity-Dependent Splicing Network as a Common Mechanism Underlying Autism Spectrum Disorders. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
15/12/16 Loire-Atlantique. Votez pour votre personnalite de l'annee 2016 preferee | Presse Ocean [presseocean]
14/12/16 Factors influencing the probability of a diagnosis of autism spectrum disorder in girls versus boys. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
14/12/16 Some people in 'failed' drug trial for autism showed benefit | Spectrum [spectrumnews]
14/12/16 Visite ministerielle : «L'ecole est faite pour accueillir tous les enfants» [ladepeche]
14/12/16 Discours de Segolene Neuville - Ouverture du Seminaire des Directeurs de MDPH - Discours - Ministere des Affaires sociales et de la Sante [social-sante.gouv]
13/12/16 Champs-sur-Marne. Les parents de trois enfants handicapes reclament des AVS a la cantine [leparisien]
13/12/16 National Study of School Psychologists' Use of Evidence-Based Assessment in Autism Spectrum Disorder: Journal of Applied School Psychology: Vol 33, No 1 [tandfonline]
13/12/16 Using a Modified Parent-Child Interaction Therapy to Increase Vocalizations in Children With Autism: Child & Family Behavior Therapy: Vol 38, No 4 [tandfonline]
13/12/16 Estrogenic Endocrine Disrupting Chemicals Influencing NRF1 Regulated Gene Networks in the Development of Complex Human Brain Diseases [mdpi]
13/12/16 Grenoble - Un dossier de suspicions de viols sur des enfants handicapes classe sans suite | The autist [blogs.lexpress]
12/12/16 Experience autisme : ils vivent et travaillent autrement ! - Infos Emploi Formation 2016 (9368) [emploi.handicap]
11/12/16 Challenges for females with high functioning autism in the workplace: a systematic review. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
11/12/16 Parcours ''Relations Ecole-Famille, enseignant(s)-parent(s)'' Centre Alain Savary - Education prioritaire - ife [centre-alain-savary.ens-lyon]
11/12/16 L'education inclusive : des parcours toujours plus inclusifs pour les eleves en situation de handicap - Ministere de l'Education nationale, de l'Enseignement superieur et de la Recherche [education.gouv]
10/12/16 Lpliz, l'application qui parie sur la bienveillance [marseille.latribune]
10/12/16 Texte adopte n° 851 - Projet de loi de financement de la securite sociale, adopte, par l'Assemblee nationale, dans les conditions prevues a l'article 45, alinea 4, de la Constitution, pour 2017 - XIVe legislature - Assemblee nationale [www2.assemblee-nationale]
10/12/16 Autisme: le texte LR anti-psychanalyse rejete par l'Assemblee - L'Express [lexpress]
10/12/16 A propos du verrouillage de la Wikipedia francophone par deux psychanalystes | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
08/12/16 Epigenetic dysfunctional diseases and therapy for infection and inflammation. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
08/12/16 Brain scans dispel theory about stimuli and autism - Futurity [futurity]
08/12/16 ** Brains of people with autism share similar pattern of abnormal gene activity, UCLA study shows [news-medical]
07/12/16 Pourquoi l'information scientifique ne parvient-elle pas toujours a convaincre ? [jim]
07/12/16 Men, Women Absorb Visual Information In Different Ways: Study Suggests Gender Differences Affects Understanding Of Visual Cues : HEALTH : Tech Times [techtimes]
07/12/16 Autisme : un texte anti-psychanalyse d'une centaine de deputes fait hurler les psys [europe1]
06/12/16 Brains of people with autism spectrum disorder share similar molecular abnormalities [medicalxpress]
05/12/16 Neurosciences : une nouvelle cause genetique d'autisme vient d'etre identifiee [fr.blastingnews]
05/12/16 Controlled study of the impact on child behaviour problems of intensive interaction for children with ASD - Tee - 2016 - Journal of Research in Special Educational Needs - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
05/12/16 Researchers develop medical app to help detect autism early - iMedicalApps [imedicalapps]
04/12/16 Synaptic Actin Dysregulation, a Convergent Mechanism of Mental Disorders? - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
03/12/16 Strategies of readers with autism when responding to inferential questions: An eye-movement study - Micai - 2016 - Autism Research - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
03/12/16 A Subset of Autism-Associated Genes Regulate the Structural Stability of Neurons. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
03/12/16 Students with autism transitioning from primary to secondary schools: parents' perspectives and experiences: International Journal of Inclusive Education: Vol 0, No 0 [tandfonline]
03/12/16 La scolarisation des enfants handicapes - RFI [rfi]
03/12/16 Manuel Valls presente 14 mesures pour le Handicap [vivrefm]
02/12/16 Prise en charge de l'autisme : haro sur la resolution Fasquelle [jim]
01/12/16 Tout savoir sur le conge du proche aidant en 4 points [juritravail]
30/11/16 Parenting, autism spectrum disorders and inner journeys - Twomey - 2016 - Journal of Research in Special Educational Needs - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
28/11/16 The drug candidate, ADX71441, is a novel, potent and selective positive allosteric modulator of the GABAB receptor with a potential for treatment o... - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
28/11/16 L'autisme - Grands dossiers - Ministere des Affaires sociales et de la Sante [social-sante.gouv]
27/11/16 Repose en paix, formation continue [blog.francetvinfo]
25/11/16 Faut-il confier le traitement de l'autisme a un supporter de Sarkozy | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
25/11/16 Autistic People Can Solve Our Cybersecurity Crisis | WIRED [wired]
25/11/16 Association Francophone de Femmes Autistes: Presentation de l'association [association-affa.blogspot]
25/11/16 Association Francophone de Femmes Autistes: [Article] De nombreuses filles autistes pourraient echapper aux tests de diagnostic de l'autisme [association-affa.blogspot]
25/11/16 Strategies pour soutenir le developpement de la memoire de travail [taalecole]
24/11/16 L'intelligence artificielle sait mieux lire sur les levres que l'homme [lefigaro]
24/11/16 Toddlers with autism don't avoid eye contact but do miss its significance [scienceblog]
23/11/16 Ecole et handicap : le Defenseur des droits fait encore et toujours la leçon [faire-face]
23/11/16 Sexual divergence in activity-dependent neuroprotective protein impacting autism, schizophrenia, and Alzheimer's disease. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
23/11/16 Imaging sex/gender and autism in the brain: Etiological implications. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
23/11/16 Sex-dependent differences in voluntary physical activity. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
23/11/16 Cognitive, behavioral, and neural consequences of sex chromosome aneuploidy. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
22/11/16 Executive functioning in men and women with an autism spectrum disorder [onlinelibrary.wiley]
21/11/16 Allergies during pregnancy linked with autism, ADHD [medicalnewstoday]
21/11/16 Parents Perceive Improvements in Socio-emotional Functioning in Adolescents with ASD Following Social Skills Treatment | SpringerLink [link.springer]
21/11/16 Musical training creates new brain connections in children [scienceblog]
19/11/16 Ecstasy ingredient touted as treatment for anxiety in autism | Spectrum [spectrumnews]
19/11/16 Portrait croise de deux jeunes autistes entrepreneurs a Rouen [paris-normandie]
18/11/16 Toddlers with autism don't avoid eye contact, but do miss its significance | EurekAlert! Science News [eurekalert]
18/11/16 Julie Dachez : « L'autisme n'est pas ce que vous croyez » [respectmag]
18/11/16 FORMATION POUR L'INCLUSION DES ENFANTS AVEC D'AUTISME ET AUTRES T.E.D AU SEIN DES ACCUEILS DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT [docs.google]
18/11/16 L'acces a l'ecole, un droit parfois bafoue dans la realite - Le Point [lepoint]
16/11/16 Alternative medicine treatment put four-year-old boy in A&E - BBC News [bbc]
16/11/16 Autism and Consequences by Judy Endow [ollibean]
16/11/16 ''Et nos enfants, on les met a la poubelle ?'' : la colere et la detresse de la maman d'un autiste bientot prive d'hebergement - LCI [lci]
16/11/16 More GABA in one brain region linked to better working memory | News Center | Stanford Medicine [med.stanford]
16/11/16 ''Les enfants voles d'Angleterre'' sur France 5 : quand les services sociaux derobent aux parents leurs enfants - LCI [lci]
15/11/16 Using Technology to Empower Students With Special Needs | Edutopia [edutopia]
14/11/16 Tech Tools to Boost Writing Skills of Students with Learning Disabilities | Think Inclusive [thinkinclusive]
11/11/16 Gond-Pontouvre: le combat d'une mere pour son fils collegien handicape [charentelibre]
11/11/16 Les patients associes a l'evaluation des medicaments [pourquoidocteur]
09/11/16 Teaching Young Children With Social-Communication Delays to Label Actions Using Videos and Language Expansion Models [foa.sagepub]
09/11/16 Access : Arbaclofen in Children and Adolescents with Autism Spectrum Disorder: A Randomized, Controlled, Phase 2 Trial : Neuropsychopharmacology [nature]
08/11/16 Chomage des handicapes : l'Association des paralyses de France critique les pouvoirs publics [francetvinfo]
08/11/16 Toxic masculinity in the autism community | standing in the way of control [expectedly]
08/11/16 Reading comprehension intervention for high-functioning children with autism spectrum disorders: Australian Journal of Learning Difficulties: Vol 21, No 1 [tandfonline]
08/11/16 Middle School Students' Attitudes Toward a Peer With Autism Spectrum Disorder [foa.sagepub]
08/11/16 Cultural Effects on the Diagnosis of Autism Spectrum Disorder Among Latinos [foa.sagepub]
08/11/16 The Impact of Aquatic Exercise on Sleep Behaviors in Children With Autism Spectrum Disorder [foa.sagepub]
08/11/16 The Effect of Pivotal Response Treatment in Children with Autism Spectrum Disorders: A Non-randomized Study with a Blinded Outcome Measure. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
08/11/16 Sustained synchronized neuronal network activity in a human astrocyte co-culture system. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
08/11/16 Interventions that target improvements in mental health for parents of children with autism spectrum disorders: A narrative review. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
08/11/16 * Visual Perceptual Load Reduces Auditory Detection in Typically Developing Individuals but Not in Individuals With Autism Spectrum Disorders. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
07/11/16 Lanceurs d'alerte et handicap : mieux les proteger ? [informations.handicap]
07/11/16 Association Francophone de Femmes Autistes: [Article] Les femmes presentant un TSA cachent des luttes internes complexes derriere un masque [association-affa.blogspot]
06/11/16 Handicap. Placements en Belgique : la ministre interpellee par la CPAM 56 - Morbihan [letelegramme]
05/11/16 Exploring sex differences in autistic traits: A factor analytic study of adults with autism. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]
05/11/16 L'appli qui donne la parole a ceux qui en sont prives - Le Point [lepoint]
04/11/16 Human brain is predisposed to negative stereotypes, new study suggests [theguardian]
04/11/16 Handicap -Brevet : adaptation des epreuves aux candidats en situation de handicap | [service-public]
03/11/16 Seminaire des conseillers techniques charges de l'adaptation scolaire et de la scolarisation des eleves handicapes (CT ASH) [esen.education]
02/11/16 Beaucoup de parents d'enfants autistes se suicident et tout le monde s'en fout - le Plus [leplus.nouvelobs]
01/11/16 FORMATION POUR L'INCLUSION DES ENFANTS PORTEURS D'AUTISME ET AUTRES T.E.D AU SEIN DES ACCUEILS DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT [docs.google]
01/11/16 L'amour est dans le pre: Marie larguee par Jean-Paul a cause de son fils autiste [purepeople]
01/11/16 Autisme : plus de mutations sur l'ADN mitochondrial des enfants atteints [pourquoidocteur]
01/11/16 Vu de Twitter : Jean-Paul et sa peur de l'autisme decoivent les fans de ''L'amour est dans le pre'' - LCI [lci]
01/11/16 Psychologiquement fragile... [facebook]
30/10/16 Saint-Brevin-les-Pins. Autisme a l'ecole. Enzo veut trouver sa place « Article « Le Courrier du Pays de Retz [lecourrierdupaysderetz]
30/10/16 Petition Helene Bernard Rectrice Haute Garonne : La scolarisation effective de mon fils autiste 12 ans dans un environnement adapte [change]
30/10/16 Suicides chez les parents d'autistes: « Ils ne trouvent pas de solution » [rmc.bfmtv]
29/10/16 Longvic | Fillette de 10 ans tuee a Longvic : le suicide de la mere est avere [bienpublic]
29/10/16 Temporal voice areas exist in autism spectrum disorder but are dysfunctional for voice identity recognition [scan.oxfordjournals]
29/10/16 Girls with autism may mask condition with social skills [mashable]
29/10/16 une maman d'enfant autiste se suicide : halte au massacre [devenir-capable-autrement]
28/10/16 Pour la premiere fois, un regard sur les parcours a l'ecole primaire des eleves en situation de handicap - Ministere de l'Education nationale, de l'Enseignement superieur et de la Recherche [education.gouv]
28/10/16 La plaie des « faux » autistes - AgoraVox le media citoyen [agoravox]
28/10/16 Vague d'emotion sur l'Autismosphere: Une maman se suicide a Thiais...¦ | [associationpetitbonheur]
28/10/16 Thiais - Une maman d'enfants autistes se tue en sautant du 8eme etage [bebe.doctissimo]
28/10/16 Une maman de 2 enfants autistes se suicide : reactions ! - En ce moment (9221) [informations.handicap]
28/10/16 A Thiais, une jeune mere de famille se tue en sautant du 8e etage - le Parisien [leparisien]
28/10/16 Actu sante : AUTISME: La therapie mediee par les parents confirmee comme prometteuse [santelog]
27/10/16 Autisme : former les parents pour aider les enfants tot [pourquoidocteur]
27/10/16 Parent-mediated social communication therapy for young children with autism (PACT): long-term follow-up of a randomised controlled trial - The Lancet [thelancet]
26/10/16 Autism study finds early intervention has lasting effects : Nature News & Comment [nature]
26/10/16 Early intervention for parents of children with autism reduces symptoms - Medical News Today [medicalnewstoday]
26/10/16 Passeport, retraite, AAH... 30 mesures de simplification pour les particuliers - L'Express [lexpress]
26/10/16 The EU just adopted a directive on the accessibility of websites and mobile apps [edf-feph]
26/10/16 Visual system may offer glimpse of autism's effects in brain | Spectrum [spectrumnews]
26/10/16 Decret n° 2016-1411 du 20 octobre 2016 relatif aux modalites de saisine de l'administration par voie electronique | Legifrance [legifrance.gouv]
25/10/16 Folate Extract May Help Autistic Kids Communicate [psychcentral]
25/10/16 How autism in girls may help reveal the disorder's secrets [nbc4i]
22/10/16 Bad Mothers and Monstrous Sons: Autistic Adults, Lifelong Dependency, and Sensationalized Narratives of Care | SpringerLink [link.springer]
22/10/16 ''Frank'' presentations as a novel research construct and element of diagnostic decision-making in autism spectrum disorder - de Marchena - 2016 - Autism Research - Wiley Online Library [onlinelibrary.wiley]
22/10/16 Sources and implications of whole-brain fMRI signals in humans. - PubMed - NCBI [ncbi.nlm.nih]

Maltreatment-associated neurodevelopmental disorders: a co-twin control analysis - Dinkler - 2017 - Journal of Child Psychology and Psychiatry - Wiley Online Library 19/01/2017

«Abstract Background Childhood maltreatment (CM) is strongly associated with psychiatric disorders in childhood and adulthood. Previous findings suggest that the association between CM and psychiatric disorders is partly causal and partly due to familial confounding, but few studies have investigated the mechanisms behind the association between CM and neurodevelopmental disorders (NDDs). Our objective was to determine whether maltreated children have an elevated number of NDDs and whether CM is a risk factor for an increased NDD ...˜load' and increased NDD symptoms when controlling for familial effects. Methods We used a cross-sectional sample from a population-representative Swedish twin study, comprising 8,192 nine-year-old twins born in Sweden between 1997 and 2005. CM was defined as parent-reported exposure to emotional abuse/neglect, physical neglect, physical abuse, and/or sexual abuse. Four NDDs were measured with the Autism-Tics, AD/HD, and other comorbidities inventory. Results Maltreated children had a greater mean number of NDDs than nonmaltreated children. In a co-twin control design, CM-discordant monozygotic twins did not differ significantly for their number of NDDs, suggesting that CM is not associated with an increased load of NDDs when genetic and shared environmental factors are taken into account. However, CM was associated with a small increase in symptoms of attention-deficit/hyperactivity disorder and autism spectrum disorder in CM-discordant MZ twins, although most of the covariance of CM with NDD symptoms was explained by common genetic effects. Conclusions Maltreated children are at higher risk of having multiple NDDs. Our findings are, however, not consistent with the notion that CM causes the increased NDD load in maltreated children. Maltreated children should receive a full neurodevelopmental assessment, and clinicians should be aware that children with multiple NDDs are at higher risk of maltreatment.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

SAINT-QUENTIN: Autiste, elle passe son bac mais...¦ - Saint-Quentin - Courrier picard 18/01/2017

«Raphaëlle Mennesson, 18 ans, a passé son bac en juin 2016. Un parcours classique ? Loin de là. La jeune fille souffre de troubles autistiques. Tout n'a pas été simple pour la jeune femme durant son cursus. Imprimer - A + M a fille est en Terminale mais elle n'y est pas arrivée comme ça. » Claude Mennesson dresse un bilan très contrasté sur la scolarité de sa fille Raphaëlle. « Elle a pu suivre une scolarité classique mais son parcours ne l'est pas du tout. » Aujourd'hui, la jeune fille doit repasser son bac. Plusieurs dysfonctionnements dans le système à l'occasion des examens lui font perdre patience. Il commence toutefois par son entrée à l'école maternelle. « Raphaëlle était souvent seule. Elle ne parlait pas. » La famille décide de consulter des psychiatres. « L'institution scolaire met la pression », soupire Claude Mennesson, lui-même professeur. Sa fille suit tant bien que mal une scolarité dans une école et fréquente le centre médico-psychologique. « On nous conseillait de la mettre à l'hôpital de jour, nous avons choisi de la laisser à l'école. » Elle apprend à lire et à écrire. Au collège, le rythme différent perturbe l'élève. « Il y a plus de professeurs, plus d'interactions...¦ C'était compliqué pour Raphaëlle. » Il faut attendre la cinquième pour que le diagnostique tombe. L'élève va de collège en collège. Les parents pensent trouver un compromis en alternant cours par correspondance et hôpital de jour. « Mais ça n'allait pas. En hôpital de jour, Raphaëlle imitait le comportement des autres. Ce qui n'était bien pas ni pour elle, ni pour les autres. » Raphaëlle intègre le lycée Condorcet en seconde. L'établissement est le seul à prendre en charge le handicap avec trois pôles : troubles visuels, troubles auditifs et troubles cognitifs. « Nous avons mis en place l'accompagnement nécessaire, explique le proviseur, Giovanni Sorano. Nous avons sensibilisé les équipes et les élèves au comportement. » Claude Mennesson pointe des aléas : plaintes de parents, pétition et remarques des professeurs. « Il y a eu quelques clashs, admet le proviseur. Mais nous avons su gérer. » « Elle peut faire des choses surprenantes »»...

<< Sommaire
courrier-picard

Older teenagers 'quicker to improve maths and reasoning skills' | Society | The Guardian 17/01/2017

«Older teenagers and young adults are able to improve their fundamental maths skills and reasoning abilities more rapidly than younger teens, according to research that overturns longstanding assumptions about children's learning. The research, published by academics from University College London's Institute of Cognitive Neuroscience, also upends ideas that tests used in grammar school selection can be made "tutor-proof" to assess potential. In particular, the research found that older adolescents significantly improved their performance in maths skills after training - suggesting that older teenagers could reveal further potential even after sitting GCSE exams at the age of 16. "We find that these cognitive skills, which are related to mathematics performance, show greater training effects in late adolescence than earlier in adolescence," said Lisa Knoll, one of the authors of the research. "These findings highlight the relevance of this late developmental stage for education and challenge the assumption that earlier is always better for learning. We find that fundamental cognitive skills related to mathematics can be significantly trained in late adolescence."»...

<< Sommaire
theguardian

Next Big Future: IBM predicts 5 technologies for 2022 which includes hyperimaging and AI will give us superhero vision 17/01/2017

«IBM predicts five innovations for the next five years In five years AI for diagnosing mental health Cognitive computers will analyze a patient's speech or written words to look for tell-tale indicators found in language, including meaning, syntax and intonation. Combining the results of these measurements with those from wearables devices and imaging systems (MRIs and EEGs) can paint a more complete picture of the individual for health professionals to better identify, understand and treat the underlying disease, be it Parkinson's, Alzheimer's, Huntington's disease, PTSD or even neurodevelopmental conditions such as autism and ADHD. What were once invisible signs will become clear signals of patients' likelihood of entering a certain mental state or how well their treatment plan is working, complementing regular clinical visits with daily assessments from the comfort of their homes.»...

<< Sommaire
nextbigfuture

With AI, our words will be a window into our mental health- IBM Research 17/01/2017

«With AI, our words will be a window into our mental health 01:17 In five years, what we say and write will be used as indicators of our mental health and physical wellbeing. Patterns in our speech and writing analyzed by new cognitive systems will provide tell-tale signs of early-stage developmental disorders, mental illness and degenerative neurological diseases that can help doctors and patients better predict, monitor and track these conditions. Today Brain disorders, including developmental, psychiatric and neurodegenerative diseases, represent an enormous disease burden, in terms of human suffering and economic cost. For example, today, one in five adults in the U.S. experiences a mental health condition such as depression, bipolar disease or schizophrenia, and roughly half of individuals with severe psychiatric disorders receive no treatment. The global cost of mental health conditions is projected to surge to US$ 6.0 trillion by 2030. In five years Cognitive computers will analyze a patient's speech or written words to look for tell-tale indicators found in language, including meaning, syntax and intonation. Combining the results of these measurements with those from wearables devices and imaging systems (MRIs and EEGs) can paint a more complete picture of the individual for health professionals to better identify, understand and treat the underlying disease, be it Parkinson's, Alzheimer's, Huntington's disease, PTSD or even neurodevelopmental conditions such as autism and ADHD. What were once invisible signs will become clear signals of patients' likelihood of entering a certain mental state or how well their treatment plan is working, complementing regular clinical visits with daily assessments from the comfort of their homes.»...

<< Sommaire
research.ibm

«Qu'enfin, avec ce proces, on parle de maltraitance» - Liberation 13/01/2017

«Le tribunal correctionnel de Toulouse a reporté vendredi l'audience de Céline Boussié, accusée de diffamation après avoir dénoncé des mauvais agissements dans le centre pour enfants handicapés où elle travaillait. «Qu'enfin, avec ce procès, on parle de maltraitance» Elle attendait énormément de ce procès, trop peut-être. L'audi­ence devait se tenir ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Toulouse. Elle a finalement été repoussée au 19 septembre pour des raisons d'organisation interne au tribunal. «Après la présidentielle...¦ C'est dommage. Le procès aurait été un moyen d'interpeller les politiques. Pour qu'enfin dans ce pays, on parle de maltraitance, qu'on arrête de fermer les yeux. Cette histoire est tellement symbolique...¦» Céline Boussié, 42 ans, parle d'une voix inégale au téléphone, tantôt chuchote, tantôt crie. Les nerfs sont à fleur de peau. La cicatrice ne s'est pas refermée. Son histoire est en effet emblématique, celle d'un lanceur d'alerte...Š: ces personnes qui un jour, «parce que cela devient insupportable», dénoncent des mauvais agissements, des choses graves. Et paient souvent un lourd tribut. Céline Boussié est poursuivie pour diffamation par son ancien employeur qui lui reproche des propos tenus en 2015 sur Europe 1 et LCI.»...

<< Sommaire
liberation

Psychiatrie des mineurs : la grande oubliee ? | Public Senat 13/01/2017

«Le Sénat a lancé une mission d'information autour de l'offre de soins en matière de santé mentale des mineurs. Un sujet peu abordé par les travaux parlementaires. 5mn Cette mission d'information a été mise en place à l'initiative des sénateurs RDSE Jacques Mézard et Michel Amiel, qui la considèrent comme « indispensable pour examiner l'organisation et le fonctionnement concret des différents éléments de l'offre de soins psychiatriques pour les mineurs, de façon à établir clairement les conditions de ce fonctionnement ». En France, les troubles soignés par la psychiatrie infantile concerne les difficultés de langage, les troubles du sommeil et de l'alimentation, l'autisme ou encore les pathologies liées au suicide et à la toxicomanie. « Je suis parti d'un constat, à savoir le manque de moyens dans le domaine de la psychiatrie en général et en pédopsychiatrie en particulier » explique Michel Amiel sur le plateau de sénat 360. Les centres médicaux-psychologiques (CMP), qui prennent majoritairement en charge ces enfants, dénoncent en effet les restrictions budgétaires, le manque de places et l'insuffisance de personnels. Le CMP de l'hôpital Ste-Anne a notamment été contraint de fermer ses portes. L'objectif de cette mission sera également de mieux comprendre la souffrance chez les jeunes, afin de dépister et diagnostiquer plus rapidement ces troubles. « Pour cela, il faudra une meilleure formation des professionnels, et également pour bien faire la différence entre un enfant en souffrance sociale et un enfant qui pourrait présenter une maladie psychiatrique » préconise Alain Milon, sénateur et président de cette mission d'information. Auteur de deux rapports au Sénat sur le sujet, le sénateur, médecin de formation, souligne qu'il faut actuellement dix ans à un médecin généraliste pour diagnostiquer un trouble psychiatrique.»...

<< Sommaire
publicsenat

* Glutamatergic and GABAergic gene sets in attention-deficit/hyperactivity disorder: association to overlapping traits in ADHD and autism. - PubMed - NCBI 12/01/2017

«Abstract Attention-deficit/hyperactivity disorder (ADHD) and autism spectrum disorders (ASD) often co-occur. Both are highly heritable; however, it has been difficult to discover genetic risk variants. Glutamate and GABA are main excitatory and inhibitory neurotransmitters in the brain; their balance is essential for proper brain development and functioning. In this study we investigated the role of glutamate and GABA genetics in ADHD severity, autism symptom severity and inhibitory performance, based on gene set analysis, an approach to investigate multiple genetic variants simultaneously. Common variants within glutamatergic and GABAergic genes were investigated using the MAGMA software in an ADHD case-only sample (n=931), in which we assessed ASD symptoms and response inhibition on a Stop task. Gene set analysis for ADHD symptom severity, divided into inattention and hyperactivity/impulsivity symptoms, autism symptom severity and inhibition were performed using principal component regression analyses. Subsequently, gene-wide association analyses were performed. The glutamate gene set showed an association with severity of hyperactivity/impulsivity (P=0.009), which was robust to correcting for genome-wide association levels. The GABA gene set showed nominally significant association with inhibition (P=0.04), but this did not survive correction for multiple comparisons. None of single gene or single variant associations was significant on their own. By analyzing multiple genetic variants within candidate gene sets together, we were able to find genetic associations supporting the involvement of excitatory and inhibitory neurotransmitter systems in ADHD and ASD symptom severity in ADHD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Investigating the use of appropriation in the writing of a child with autism: A case study. - PubMed - NCBI 12/01/2017

«Abstract This case study investigated how a 10year old child with ASD (Autism Spectrum Disorder), Kameron (pseudonym), utilized appropriation as a writing strategy in the context of group therapy. Using the same questions as Lensmire and Beals (1994) in their study of a typically developing third-grader, written products were collected over the course of one semester and analyzed, along with video, audio, and participant observation data, to consider the following questions: 1) Where did the material come from? 2) What was taken? and 3) How was it used? Analysis of the process of Kameron's writing revealed utilization of appropriation as a strategy for 2 of the 4 written products. Material was appropriated from both adult authored texts performed via read alouds and from topics and values located in the local peer culture. Kameron's appropriation of shared experiences provided substance to initiate and engage in a shared peer culture. Increased engagement in the writing process and fewer off task behaviors were noted when appropriations were evidenced compared to the writing pieces where no appropriation occurred. The results demonstrate the powerful implications of both a process oriented and strength-based approach to writing and greater social awareness than expected in children with ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Pas assez de moyens pour freiner l'exil en Belgique des personnes handicapees 07/01/2017

«Un rapport sénatorial dresse un bilan critique des mesures décidées fin 2015 par le gouvernement pour limiter des départs contraints de personnes handicapées en Belgique. nombre-francais-handicapes-acceuillis-en-belgiqueLes intentions sont bonnes mais les moyens ne suivent pas. Telle est l'impression qui domine à la lecture du récent rapport d'information du Sénat sur « la prise en charge de personnes handicapées françaises dans les établissements situés en dehors du territoire national ». En Belgique, essentiellement. 1 451 enfants et 5 400 adultes y étaient accueillis en 2015, selon le décompte effectué par les deux auteurs, les sénateurs Claire-Lise Campion et Philippe Mouiller. Cout de l'opération : 400 millions d'euros, cofinancés à hauteur de 170 millions par l'Assurance maladie et 230 millions par les départements. 15 millions d'euros pour créer des places de proximité : insuffisant Suite à la mobilisation de l'Unapei, Ségolène Neuville, la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées, avait fait des annonces, il y a un peu plus d'un an. Elle s'était engagée à ce que les personnes handicapées ne soient plus orientées vers la Belgique contre leur gré. Elle tablait sur la mise en oeuvre anticipée du dispositif permanent d'orientation, auquel faire-face.fr a déjà consacré un article ou « à défaut, sur un recours aux commissions de situations critiques » (voir encadré). Elle avait mis en place un fonds d'amorçage de 15 millions d'euros pour « créer des places sur mesure, à proximité ». Son montant est « insuffisant », commentent les deux sénateurs. Il ne couvre le cout de fonctionnement que de 350 à 400 places, par an. De plus, rien ne garantit qu'il sert à financer uniquement des solutions destinées aux exilés belges ou aux Français qui auraient été contraints d'y partir. Enfin, « il ne correspond pas à l'ouverture de nouveaux crédits, mais au redéploiement de crédits existants. En l'occurrence les crédits versés chaque année par l'Assurance maladie aux établissements belges ».»...

<< Sommaire
faire-face

Emotion Coregulation in Mother-Child Dyads: A Dynamic Systems Analysis of Children with and without Autism Spectrum Disorder. - PubMed - NCBI 06/01/2017

«Abstract Few studies have investigated patterns of emotion coregulation in families of children with Autism Spectrum Disorder (ASD) or contrasted the ways in which their emotion coregulation patterns differ from families of typically developing (TD) children. To address this gap, we used a dynamic systems approach to compare flexible structure and emotional content of coregulation between mothers and children (3-7 years) with ASD (n = 47) and TD children (n = 26). Mother-child play interactions in the home were videotaped and emotion-engagement states were coded in micro-level 5-s intervals based on behavioral and affective expressions. Analyses indicated that mother-child dyads in the ASD group spent more time than dyads in the TD group in mismatched emotion-engagement states (e.g., child negative/mother positive), and children with ASD spent more time than TD children engaged exclusively with objects. Mother-child dyads in the TD group stayed longer in mutual positive engagement states. Compared to dyads in the TD group, mother-child dyads in the ASD group exhibited greater flexibility (i.e., a wider range of emotional-engagement states, more frequent changes in states, and less time in each state). These findings suggest that mothers and their children with ASD do not sustain dyadic positive engagement patterns in a low-stress environment. Findings confirmed the preference of children with ASD for objects over social partners, even when they are at home with their mothers, and elucidated a challenging mother-child interactional style. Results have implications for mother-child interventions aimed at regulating negative emotional states and sustaining positive ones in families raising children with ASD.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Effects of a Least-to-Most Prompting Procedure on Multisymbol Message Production in Children With Autism Spectrum Disorder Who Use Augmentative and... - PubMed - NCBI 06/01/2017

«Abstract Purpose: In this study, we investigated the efficacy of a least-to-most (LTM) prompting procedure (Ault & Griffen, 2013; MacDuff, Krantz, & McClannahan, 2001; Neitzel & Wolery, 2009) for increasing use of multisymbol messages in school-age children with autism spectrum disorder (ASD) who use augmentative and alternative communication (AAC) during a storybook reading activity. Method: In the study, we used a single-subject, multiple-probe research design across participants (Kazdin, 1982) with 6 children (ages 8-12) with ASD and who used AAC systems for communication. There were 4 phases in this investigation: (a) baseline, (b) intervention, (c) generalization, and (d) maintenance. Results: All participants exhibited a positive increase in multisymbol message production almost immediately upon introduction of the LTM prompting procedure. Conclusions: The results of the investigation contribute important information on the efficacy of the LTM prompting procedure for teaching use of multisymbol messages to school-age children with ASD who use AAC.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Autisme. A propos d'une prise de position... | Ensemble 06/01/2017

«Ensemble s'est saisi du projet de résolution Fasquelle sur l'autisme pour prétendre lutter contre la science d'Etat et le retour de l'ordre moral. La gauche radicale avait pris de la même façon position en mars 2012 contre les recommandations de bonnes pratiques professionnelles publiées par la HAS (Haute Autorité de Santé) et l'ANESM. La première version du communiqué ciblait « plusieurs associations recevant des fonds publics [faisant] un lobbying intense ». Une association était citée : mauvaise pioche, car elle ne reçoit aucun fonds public, et elle était contre la résolution Fasquelle. Cela témoigne d'une méconnaissance du mouvement social de l'autisme. Ses positions sont caricaturées. Sur la résolution Fasquelle Le pedigree de Fasquelle n'est pas alléchant, mais il est trop facile d'en tirer une équivalence sur le « retour à l'ordre moral ». Son projet de résolution (non impérative) était destiné à échouer, comme la résolution précédente en 2012 sous une majorité de droite, qui était pourtant soutenue par Gwendal Rouillard (PS). Le risque d'une science d'Etat ou d'une médecine d'Etat n'est pas aussi réel que décrit. Très peu d'associations de personnes concernées ont soutenu la résolution Fasquelle. Mais nous avons pu assister à la campagne menée contre cette résolution, qui a permis aux professionnels qui s'étaient opposés en 2012 aux recommandations de la HAS de rallier facilement autour d'eux les médecins autour de leur liberté de prescription (comme le Syndicat des Médecins Libéraux, qui regroupe spécialistes de tout poil et généralistes) ; ainsi que tous les groupes de l'Assemblée, sauf la majorité des Républicains. Nous l'avons vu avec consternation, mais sans étonnement, car cette mobilisation vise en fait à remettre en cause les recommandations de 2012 concernant les enfants et adolescents (présentées comme « caduques »), et à faire pression sur la rédaction des recommandations en cours concernant les adultes autistes et la préparation du 4ème plan autisme.»
[...]
«La carence du secteur médico-social et sanitaire oblige les familles à bricoler des solutions. Celles qui ont des moyens financiers peuvent le faire plus facilement. Un mouvement politique de gauche ne peut se satisfaire de cette situation. Les méthodes recommandées par la HAS restent encore très peu utilisées. Dans l'étude menée en Bretagne dans plus de 500 établissements médico-sociaux, l'ABA n'est connue que dans 20 structures pour enfants sur 176 (4/136 chez les adultes) le PECS (apprentissage de la communication à l'aide de pictogrammes) dans 40 sur 176 (14/136 chez les adultes); la méthode TEACCH (structuration de l'environnement) par 26 structures sur 176 (16/136 chez les adultes). Les méthodes recommandées par la HAS et l'ANESM sont donc présentes seulement dans 8% à 17% des établissements médico-sociaux. Il ne faut pas chercher plus loin les raisons du mécontentement des parents (et de la lassitude des professionnels devant l'inefficacité de leurs pratiques). Ce sont les pratiques dites psychanalytiques qui disposent d’un monopole quasi-absolu, ne permettant pas le libre choix des familles pour la large palette des méthodes recommandées. »...

<< Sommaire
ensemble-fdg

Handicap: les departs en Belgique ont coute 400 millions d'euros en 2015 06/01/2017

«L'accueil dans des structures belges de près de 6.800 enfants et adultes handicapés qui n'ont pas de place dans un établissement spécialisé en France a couté près de 400 millions d'euros en 2015, un chiffre en "augmentation", selon un rapport du Sénat publié en décembre. Faute de structures adaptées en France ou en attente de place, "environ 6.800 personnes handicapées sont accueillies dans des établissements situés en Wallonie, concentrant la grande majorité des départs à l'étranger", écrivent dans ce document les rapporteurs Claire-Lise Campion (socialiste) et Philippe Mouiller (LR). En 2015, 1.451 enfants handicapés français étaient pris en charge dans 25 établissements wallons conventionnés par l'assurance maladie. Le nombre d'adultes est estimé à plus de 5.300, mais il est plus difficile à déterminer car leur prise en charge repose sur deux financeurs, l'assurance maladie et les Conseils départementaux, dont la dépense pour les prises en charge à l'étranger n'est pas connue. Selon les parlementaires, les prises en charge à l'étranger ont couté, en 2015, 170 millions d'euros à l'assurance maladie et un montant estimé à plus de 200 millions d'euros aux départements, soit "environ 400 millions d'euros de dépense publique". Ce chiffre "en constante évolution" s'explique par une "augmentation progressive des départs d'adultes handicapés", précisent les sénateurs. Pour essayer de limiter les départs, le déblocage d'un fonds d'amorçage de 15 millions d'euros en 2016 avait été annoncé par le gouvernement en octobre 2015. Saluant une initiative "méritoire, inédite", les parlementaires soulignent néanmoins que son montant est "insuffisant" et déplorent qu'il s'agisse d'un "redéploiement de crédits existants" versés par l'assurance maladie aux établissements belges conventionnés. Pour essayer d'améliorer la prise en charge en France, les sénateurs proposent une série de mesures parmi lesquelles la pérennisation de cet effort financier et la mise en place d'un dispositif pour en contrôler l'usage. Concernant la situation plus spécifique des personnes atteintes d'autisme, "les plus contraintes au départ" pour cause "d'insuffisance criante de l'offre spécialisée" selon le rapport, il est "primordial" que soient publiées les recommandations de bonnes pratiques de la Haute autorité de santé, ajoutent-ils.»...

<< Sommaire
sudradio

Vivent les psychoses infantiles ! 04/01/2017

«Connaissez-vous Pedobear ? Un personnage servant à parler avec humour d'un sujet qui ne s'y prête pas du tout (vraiment pas du tout), la pédophilie. Du moins, on peut symboliser avec Pedobear tous les pédophiles de la planète, ce qui évite de citer des noms et des affaires comme celle des enfants de l'institut médico-éducatif de Voiron, pour ne pas la citer (... trop tard). Pedobear est très, très, très content du système de soins français en matière d'autisme, et il espère qu'on fera de moins en moins attention au recrutement du personnel dans les hôpitaux de jour et les instituts médico-éducatifs (IME). Il ne veut surtout pas qu'on envoie les enfants détenus là-bas à l'école ordinaire, avec tous les enfants « non handicapés », sous la surveillance de profs et d'un ou d'une Assistant(e) de Vie Scolaire (AVS). Les institutions de soins pour « psychotiques » (surtout quand on les bourre de tranquillisants), c'est un lieu parfait pour que Pedobear s'y fasse embaucher sous un costume d'éducateur spécialisé, et s'y amuse toute la journée. Pensez-donc, on met la pression aux parents d'enfants autistes et « psychotiques » pour qu'ils placent leurs gosses là-dedans, plutôt qu'à l'école (faute d'embauche d'AVS). En plus, en France, on assimile encore l'autisme à une psychose, précisément à « la forme la plus archaique des psychoses infantiles ! » Pedobear adore les « psychoses » ! Pedobear veut absolument que l'autisme reste une psychose !»...

<< Sommaire
agoravox

Traitements medicamenteux recus par les enfants, adolescents et jeunes adultes avec trouble du spectre autistique en France : un etat des lieux base sur l'experience parentale 04/01/2017

«Résumé Objectifs Les personnes atteintes de troubles du spectre autistique (TSA) reçoivent régulièrement un traitement. Pourtant, peu de publications documentent les prescriptions médicamenteuses dans l'autisme en France. Notre étude offre un état des lieux de l'usage des traitements pharmacologiques d'après constat parental, et évalue les facteurs susceptibles d'influencer leur prescription. Patients et méthodes Nous avons réalisé une étude rétrospective de cohorte en France entre 2005 à 2007. Les parents de 393 enfants, adolescents et adultes avec TSA (âge moyen : 12,0 ans [± 8,6], rang : 1-45) ont renseigné un questionnaire sur les traitements reçus par leur enfant, comprenant entre autres le nom de la molécule, l'âge de début et la durée du traitement, et les effets observés. Résultats Dans l'ensemble, 52 % (n = 203) des individus ont pris un traitement médicamenteux et 35 % (n = 139) l'ont conservé, avec au moins deux psychotropes dans 10,5 % des cas (n = 40). Les antipsychotiques atypiques (APA) (23 %, n = 88) et classiques (13 %, n = 49) étaient les plus prescrits, suivis des antiépileptiques (9 %, n = 36). Le risque d'effets indésirables augmentait en cas d'APA (OR = 56,1 [12,4-521,4], p < 0,01), de poly-prescription (U = 2732,5, p < 0,01) et de prescription hors autorisation de mise sur le marché (OR = 2,4 [1,1,-5,1], p = 0,031). Le nombre de traitements reçus était corrélé à un âge élevé (U = 8908,5, p < 0,001), à la sévérité de l'autisme (rho = 0,29 ; IC bootstrap [0,18-0,38]), à un diagnostic tardif (rho = 0,13 [0,22-0,26]), à l'institutionnalisation (U = 7803,5, p < 0,01) et à la durée de prescription (rho = 0,34 [0,21-0,52]). Conclusion La prévalence des personnes avec autisme ayant reçu ou poursuivant un traitement pharmacologique interroge, étant donné les faibles preuves de leur efficacité et leurs effets indésirables notables.»...

<< Sommaire
sciencedirect

Une «reserve cachee» de meres non diagnostiquees comme autistes en train d'apparaitre | Le Club de Mediapart 02/01/2017

«Une «réserve cachée» de femmes qui ont grandi avec un autisme non diagnostiqué vient à la lumière lorsque les mères en recherche sur les troubles du spectre de leurs enfants se reconnaissent dans leurs découvertes. «Il y a beaucoup plus de mères non diagnostiquées que nous ne l'avions jamais pensé», a déclaré la Dr Judith Gould , consultante principale et ancienne directrice du Centre Lorna Wing pour l'autisme qui a mis au point le premier et le seul test diagnostique féminin, et qui forme les médecins à reconnaitre le diagnostic tardif chez la femme adulte. "Ces femmes prennent de l'importance maintenant parce qu'il y a plus d'information sur l'autisme chez les filles et les femmes sur Internet, afin qu'elles puissent faire des recherches sur leurs enfants et, ce faisant, obtenir un diagnostic pour elles-mêmes", a déclaré Gould. Le professeur Simon Baron-Cohen, fondateur du Centre de recherche sur l' autisme de l'Université de Cambridge et de la Class Clinic, dédiée au diagnostic des adultes atteints d'autisme, a convenu: «[Les mères non diagnostiquées] sont certainement un phénomène croissant. Mettre un chiffre sur cela est impossible mais je suis sur que c'est un grand nombre parce que les femmes qui cherchent des diagnostics d'autisme étaient susceptibles d'être rejetées jusqu'à il y a quelques années, parce que l'autisme chez les femmes était pensé comme très rare.»
[...]
«Une nouvelle recherche menée par Baron-Cohen, Alexa Pohl du Centre de recherche sur l'autisme et Monique Blakemore du Autism Women Matter a constaté qu'une mère sur cinq d'un enfant autiste, rindépendamment d'avoir un diagnostic popur elle-même, a été évaluée par les services sociaux. Une sur six de ces mères a déclaré que leurs enfants avaient été placés de force par une ordonnance du tribunal. « Ce sont des statistiques très inquiétantes, dit Baron-Cohen. "Que ces mères aient un diagnostic formel ou non, si beaucoup de ces mères qui ont des enfants autistes aient elles-mêmes un autisme non diagnostiqué, elles pourraient se débattre avec la communication avec les professionnels et semblent être dans la confrontation plutôt que dans la diplomatie. Le risque est que les services sociaux voient cela comme une mère difficile plutôt que de reconnaître que ses problèmes de communication font partie de son propre handicap. « Dr Catriona Stewart, fondatrice du Scottish Women's Autism Network , qui a étudié l'autisme depuis plus de 10 ans, a décrit «une réserve cachée de femmes qui ont grandi avec un autisme non diagnostiqué». Elle dit: «Ces femmes peuvent enfin reconnaître la condition en elles-mêmes parce qu'elles peuvent utiliser Internet pour rechercher la condition de leurs enfants, puis chercher un diagnostic pour elles-mêmes dans un monde qui est finalement prêt à les reconnaître ». »...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Social learning, culture and the 'socio-cultural brain' of human and non-human primates. - PubMed - NCBI 01/01/2017

«Abstract Noting important recent discoveries, we review primate social learning, traditions and culture, together with associated findings about primate brains. We survey our current knowledge of primate cultures in the wild, and complementary experimental diffusion studies testing species' capacity to sustain traditions. We relate this work to theories that seek to explain the enlarged brain size of primates as specializations for social intelligence, that have most recently extended to learning from others and the cultural transmission this permits. We discuss alternative theories and review a variety of recent findings that support cultural intelligence hypotheses for primate encephalization. At a more fine-grained neuroscientific level we focus on the underlying processes of social learning, especially emulation and imitation. Here, our own and others' recent research has established capacities for bodily imitation in both monkeys and apes, results that are consistent with a role for the mirror neuron system in social learning. We review important convergences between behavioural findings and recent non-invasive neuroscientific studies.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Mise en oeuvre de la loi d'adaptation de notre societe au vieillissement - Communiques de presse - Ministere des Affaires sociales et de la Sante 31/12/2016

«Les décrets publiés ce jour renforcent et simplifient les procédures relatives à la protection des personnes âgées et des personnes en situation de handicap qui bénéficient d'un régime de protection juridique : à partir du 1er janvier, pour exercer les fonctions de mandataires, les personnes concernées devront montrer qu'elles disposent des aptitudes et des moyens nécessaires. Ces deux décrets, prévus par la loi d'adaptation de notre société au vieillissement, déterminent les cas de cumul des fonctions de mandataire et définissent les conditions et modalités de mise en oeuvre de la nouvelle procédure d'agrément de mandataire individuel. Les dispositions inscrites dans ces textes prendront effet au 1er janvier 2017, à l'exception des dispositions relatives à l'encadrement du cumul de modes d'exercice de la fonction de mandataire qui entreront en vigueur le 1er juillet 2017. Un délai est en effet accordé aux opérateurs concernés pour se conformer aux nouvelles exigences prévues par les textes. « La protection juridique des majeurs vulnérables concerne de plus en plus de personnes en situation de fragilité, leurs familles et de nombreux intervenants. En rénovant son cadre juridique, nous permettons aux personnes vulnérables d'être mieux accompagnées et protégées. » a déclaré Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé. « L'objectif des dernières évolutions législatives et règlementaires en matière de protection des majeurs est de rechercher la participation et l'adhésion des personnes concernées. C'est là un changement de posture essentiel, car plus respectueux de leur dignité » a indiqué Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion. « La protection des personnes majeures est aujourd'hui un sujet central et un défi pour notre société : sécurité, intégrité physique et morale, héritage...¦ autant de situations qui nécessitent un encadrement strict afin de conforter les droits et libertés des personnes âgées. Vieillir libres et égaux en droits, voilà l'engagement aujourd'hui tenu. », a ajouté Pascale Boistard, secrétaire d'Etat chargée des Personnes âgées et de l'Autonomie.»...

<< Sommaire
social-sante.gouv

Autisme : ABA, quel bilan ? 31/12/2016

«Quand Norrin, le fils de Lisa Quinones-Fontanez, a été diagnostiqué autiste à l'âge de deux ans, elle et son mari ont fait ce que font la plupart des parents dans ce cas - ils se sont démenés à construire un programme pour aider leur enfant. Finalement, ils ont suivi les conseils des experts. Ils ont placé Norrin dans une école pratiquant l'analyse comportementale appliquée, ou l'ABA, la forme de thérapie de l'autisme la plus ancienne et la plus établie. Ils ont aussi embauché un thérapeute pour mener un programme à domicile. L'ABA nécessite jusqu'à quarante heures de soins individuels par semaine. Les thérapeutes diplômés fournissent ou supervisent le traitement, organisé selon les besoins individuels de l'enfant - le développement de compétences sociales, par exemple, ou l'apprentissage de l'écriture, l'utilisation des toilettes. La méthode divise les comportements souhaitables en étapes et récompense l'enfant après chacune de ces étapes. Au début, l'ABA a été difficile pour tout le monde, dit Lisa Quinones-Fontanez : "Il pleurait, assis à la table, pendant les séances, des pleurs hystériques. Je devais sortir de la salle et ouvrir le robinet pour les atténuer, parce que je ne pouvais pas l'entendre pleurer." Mais après que son fils se soit installé dans cette routine, les choses s'améliorèrent, dit-elle. Avant de commencer les soins, Norrin ne parlait pas. Mais après quelques semaines, le thérapeute ABA parvint à faire que Norrin pointe des lettres du doigt. Finalement, il apprit à écrire des lettres, son nom et d'autres mots sur un tableau blanc. Il pouvait communiquer. Norrin, aujourd'hui âgé de dix ans, a reçu depuis lors quinze heures par semaine de soins ABA, à la maison. Il est toujours inscrit dans une école ABA. Ses soignants l'aident à participer à des conversations adaptées à son âge et à acquérir des compétences sociales, à mémoriser son adresse et les noms et numéros de téléphone de ses parents. "J'attribue à l'ABA le crédit de l'avoir aidé d'une façon dont je n'aurais pas été capable," dit Lisa Quinones-Fontanez. "Particulièrement pendant les premières années, je ne sais pas où nous en serions sans la thérapie ABA." Mais ces dernières années, Lisa Quinones-Fontanez et d'autres parents comme elle ont été amenés à s'interroger, en grande partie du fait d'une communauté d'adultes autistes férocement éloquents et bruyants. Ces militants, pour nombre d'entre eux ayant bénéficié de l'ABA dans leur enfance, disent que ce traitement est néfaste. Ils soutiennent que l'ABA est basé sur un postulat cruel - tenter de rendre les enfants autistes 'normaux', un objectif formulé dans les années 60 par le psychologue Ole Ivar Lovaas, qui a développé l'ABA pour les autistes. Ce pour quoi ils militent plutôt, c'est l'acceptation de la neurodiversité - l'idée que les personnes autistes ou, disons, avec des troubles du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité, ou le syndrome de Giles de la Tourette, devraient être respectés comme étant naturellement différents, plutôt que des anormaux à corriger.»
[...]
«"L'ABA a une approche prédatrice des parents," dit Ari Ne'eman, le président du Autistic Self Advocacy Network et un dirigeant important du mouvement de la neurodiversité. Le message est "si vous ne faites pas appel à un prestataire ABA, votre enfant est perdu." De plus, cette thérapie s'accapare le marché, dit Ari Ne'eman. La plupart des Etats US prennent en charge les thérapies de l'autisme, dont, souvent, l'ABA - peut-être du fait de sa déjà longue histoire. Mais en Californie, par exemple, les parents désirant suivre une autre voie doivent en assurer le financement par elles-mêmes. Ces critiques n'ont pas convaincu Lisa Quinones-Fontanez de cesser la thérapie ABA de Norrin, mais elles l'ont troublée. Elle dit pouvoir comprendre ce que disent les militants ; elle ne veut pas que son fils devienne un 'robot', répétant uniquement sur commande des phrases acceptables socialement parce qu'elles le font ressembler à tout un chacun. Parfois, Norrin aborde des personnes sympathiques dans la rue en leur disant, "Bonjour, quel est votre nom ?", comme on le lui a appris, mais n'attend pas la réponse, parce qu'il ne comprend pas vraiment pourquoi il le dit. "Il sait juste jouer son rôle," dit-elle. Le message que l'ABA puisse être nocif la bouleverse. "J'essaie de faire de mon mieux. Je ne ferais jamais rien qui puisse blesser mon enfant," dit-elle. "ça marche pour lui ; je l'ai vu marcher." Que l'ABA soit une aide ou une nuisance est devenu un sujet très controversé - comme une poudrière dont bien peu de personnes n'étant pas déjà militantes acceptent de parler en public. Nombreux parmi ceux que nous avons sollicité pour la rédaction de cet article ont refusé d'être interrogés, disant qu'ils anticipent des réactions négatives, quelle que soit leur opinion. Une femme qui tient un blog avec ses deux filles autistes dit avoir dû fermer les commentaires d'un article qui critiquait leur expérience d'un programme ABA intensif à cause du volume de commentaires - la plupart rédigés par des praticiens de l'ABA défendant la thérapie. Shannon Des Roches Rosa, co-fondatrice du groupe de militants influent Thinking Person's Guide to Autism, dit que quand elle poste un article sur ce sujet sur la page Facebook du groupe, elle doit consacrer des jours entiers à la modération des commentaires. Les opinions tranchées abondent des deux côtés de ce débat. En attendant, les parents comme Lisa Quinones-Fontanez sont entre deux feux. Personne ne doute que tout le monde veut le meilleur pour ces enfants. Mais quel est donc ce meilleur ? Une nouvelle approche Avant les années 60, quand l'autisme était encore très peu compris, quelques enfants autistes étaient traités par la thérapie classique de la parole. Les enfants aux symptômes les plus graves ou ayant aussi une déficience intellectuelle étaient principalement relégués dans des asiles, avec un avenir bien sombre. Dans ce contexte, l'ABA a tout d'abord paru miraculeux. Auparavant, Lovaas s'appuyait lui aussi sur une méthode psychothérapeutique, mais constata rapidement sa futilité et l'abandonna. Ce ne fut qu'après être devenu l'élève de Sidney Bijou, un comportementalisme de l'université de Washington, à Seattle - qui avait été lui aussi un élève de B.F. Skinner, le psychologue expérimental légendaire - que les choses commencèrent à prendre forme. Skinner utilisait des méthodes comportementales pour, par exemple, dresser des rats à pousser une barre pour libérer une ration de nourriture. Jusqu'à ce qu'ils atteignent cet objectif, chaque avancée était récompensée par un granulé. Les animaux répétaient l'exercice jusqu'à le maîtriser. Bijou envisageait d'utiliser des techniques similaires pour les personnes, estimant que des récompenses verbales - dire "bravo", par exemple - seraient des motivations suffisantes. Mais c'est Lovaas qui appliquera cette idée. En 1970, Lovaas fonda le Young Autism Project à l'université de Californie, Los Angeles, dans le but d'appliquer les méthodes comportementalistes à des enfants autistes. Ce projet définit les méthodes et les objectifs qui devinrent l'ABA. Un part de l'intention était de rendre les enfants aussi 'normaux' que possible, en leur apprenant des comportements comme embrasser et regarder quelqu'un dans les yeux pendant un certain moment - ce que les enfants autistes tendent à éviter, ce qui les rend visiblement différents. Un autre intérêt de Lovaas concernait les comportements ouvertement autistes. Sa méthode réprimait - souvent rudement - l'auto-stimulation, un groupe de comportements répétitifs comme agiter les mains, que les enfants autistes utilisent pour dissiper l'énergie et apaiser l'anxiété. Les thérapeutes appliquant le programme de Lovaas frappaient, criaient, ou infligeaient même des chocs électriques à un enfant pour faire cesser un de ces comportements. Les enfants devaient répéter ces exercices jour après jour, heure après heure. Des films de ces premières séances montrent les thérapeutes tenant des morceaux de nourriture pour inciter les enfants à les regarder, et les récompensant alors avec un peu de cette nourriture. »...

<< Sommaire
agoravox

Helping Students with Autism Spectrum Disorder at the Community College: What Does the Research Say? What Can You Do?: Community College Journal of Research and Practice: Vol 0, No 0 31/12/2016

«ABSTRACT While more and more individuals with Autism Spectrum Disorders (ASD) are choosing to pursue higher education, comparatively little research has been conducted on the success of these students. Even less practical information has been developed and promulgated to classroom educators. This article reviews trade publications, peer-reviewed journal articles, unpublished manuscripts, and data from professional organizations to answer two key questions: first, what are the factors that promote academic and social success at the community college, and second, what are the individual characteristics of those with ASD that impact community college success? Findings indicated that student collegiate persistence can be enhanced by a range of factors including peer acceptance, institution/faculty accommodations, and student self-advocacy skills. In addition, students with ASD exhibited pathologies that both enable and inhibit college success. Finally, this article aims to provide practical guidance to both the community college educator and administrator in assisting students with ASD to succeed at their institutions of learning.»...

<< Sommaire
naspa.tandfonline

Examining bidirectional relationships between parenting and child maladjustment in youth with autism spectrum disorder: A 9-year longitudinal study. - PubMed - NCBI 31/12/2016

«Abstract Longitudinal bidirectional effects between parents and children are usually studied in samples of typically developing children, but remain understudied in families with a child with autism spectrum disorder. This three-wave longitudinal study examined how parents and children with autism spectrum disorder influence one another, relying on parent reports of parenting behaviors and children's problem behaviors across 9 years, in a sample of 139 youngsters (M age Time 1 = 10.2 years, 83% boys). Cross-lagged analyses indicated that children's externalizing problems at Time 1 predicted negative controlling parenting 6 years later (Time 2) that in turn predicted externalizing problems 3 years later (Time 3). Negative parental control at Time 1 also increased the risk for internalizing problems at Time 2. It was surprising that externalizing problems at Time 2 also predicted positive parental involvement at Time 3. Thus, although results indicate that externalizing problems generally elicit maladaptive reactions in parents, this study also suggests that parents adjust their way of reacting to externalizing child problems as their child reaches adolescence/emerging adulthood. Implications for future research on parenting dynamics in families with a child with autism spectrum disorder are discussed»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Conflits d'interets en sante : les obligations de transparence ''renforcees'' 30/12/2016

«Les professionnels de santé devront rendre publiques davantage d'informations concernant leurs liens avec les entreprises de produits de santé, selon un décret paru vendredi 30 décembre 2016, qui "renforce" les dispositions prises en 2014 pour prévenir les conflits d'intérêt, après le scandale du Mediator. "Les montants des conventions signées entre les acteurs du système de santé et les industriels devront être publiés" sur le portail Transparence-Santé.gouv , à partir d'un seuil de 10 euros, et une "rubrique dédiée" permettra "d'accéder plus facilement aux rémunérations perçues dans le cadre de ces conventions" , à partir du 1er avril, explique le ministère de la Santé dans un communiqué. Ce site a été mis en place en juin 2014 pour recenser les liens d'intérêts entre les acteurs du système de santé - professionnels de santé, mais aussi associations d'usagers, établissements hospitaliers, organismes de conseil et médias - et les entreprises qui fabriquent ou commercialisent des produits de santé (laboratoires pharmaceutiques, fabricants de dispositifs médicaux, entreprises de cosmétiques, etc.).»
[...]
« Les "fonctions et mandats électifs" et les sommes perçues à ce titre devront figurer dans les déclarations publiques d'intérêts, précise le décret. Ces déclarations devront être actualisées "chaque fois qu'une modification intervient" dans la situation du déclarant et, dans tous les cas, vérifiées chaque années, ajoute le texte. L'ensemble de ces nouvelles dispositions, prévues par la loi Santé du 26 janvier 2016, entreront en vigueur au plus tard le 1er juillet. "S'il faut distinguer liens d'intérêts et conflits d'intérêts, il revient à chaque internaute, chaque citoyen, de connaitre en toute objectivité la nature des relations qui lient les industries de santé aux autres parties prenantes du secteur" , a commenté Marisol Touraine dans le communiqué. »...

<< Sommaire
sciencesetavenir

Vous avez vote. Julie Dachez est votre personnalite de l'annee 2016 | Presse Ocean 30/12/2016

«Julie Dachez est votre personnalité de l'année 2016. Elle devance Michel Weber et Diarata N'Diaye. Cette jeune Nantaise a été diagnostiquée autiste Asperger à l'âge de 27 ans. Elle s'en ouvre d'abord sur son blog, en 2012, puis décide d'expliquer son histoire à travers une BD, La différence invisible, parue cet été aux éditions Delcourt.»...

<< Sommaire
presseocean

Vous avez vote. Julie Dachez est votre personnalite de l'annee 2016 | Presse Ocean 30/12/2016

«Julie Dachez est votre personnalité de l'année 2016. Elle devance Michel Weber et Diarata N'Diaye. Cette jeune Nantaise a été diagnostiquée autiste Asperger à l'âge de 27 ans. Elle s'en ouvre d'abord sur son blog, en 2012, puis décide d'expliquer son histoire à travers une BD, La différence invisible, parue cet été aux éditions Delcourt.»...

<< Sommaire
presseocean

Maisons departementales de l'autonomie : le cahier des charges de la labellisation est paru | CNSA 30/12/2016

«Le décret qui fixe le cahier des charges et la procédure de labellisation des maisons départementales de l'autonomie (MDA) par la CNSA est paru le 28 décembre 2016. SOMMAIRE Le cahier des charges La procédure de labellisation L'article 82 de la loi relative à l'adaptation de la société au vieillissement prévoit la possibilité pour le président du conseil départemental d'organiser la mise en commun des missions d'accueil, d'information, de conseil, d'orientation et, le cas échéant, d'instruction des demandes, d'évaluation des besoins et d'élaboration des plans d'aide au profit des personnes âgées et des personnes handicapées, en vue de la constitution d'une maison départementale de l'autonomie (MDA). La constitution de la MDA est soumise à l'avis conforme de la commission exécutive de la maison départementale des personnes handicapées ainsi qu'à l'avis du conseil départemental de la citoyenneté et de l'autonomie. Le président du conseil départemental peut faire labelliser cette organisation par la CNSA. Le cahier des charges Issu d'une concertation importante conduite par la CNSA avec les départements, les directeurs de maisons départementales de personnes handicapées (MDPH) et les associations de personnes âgées et de personnes handicapées, le cahier des charges de la labellisation est annexé au décret n°2016-1873 publié le 28 décembre (annexe 1-2). Il rappelle en préambule la définition et les enjeux relatifs aux MDA. Le cahier des charges décrit en quatre chapitres les critères de labellisation et les pièces justificatives à fournir dans ce cadre concernant : la démarche de mise en place de la maison départementale de l'autonomie (chapitre 1) ; le fonctionnement de la maison départementale de l'autonomie dans son ensemble (chapitre 2) ; les missions d'accueil, d'information, de conseil et d'orientation (chapitre 3) ; les missions d'instruction des demandes, d'évaluation des besoins et d'élaboration des plans d'aide (chapitre 4). Ce chapitre ne s'impose qu'aux MDA compétentes en matière d'instruction des demandes, d'évaluation des besoins et d'élaboration des plans qui d'aide, qui constituent des missions facultatives d'une MDA.»
[...]
«La procédure de labellisation Si la labellisation n’est pas obligatoire, elle constitue pour les conseils départementaux une opportunité supplémentaire pour mettre en visibilité une organisation pensée pour améliorer le service rendu aux personnes âgées et handicapées sur un territoire et une organisation conforme aux exigences fortes posées par le cahier des charges. Dans un délai de six mois après réception du dossier complet, la CNSA se prononce sur la demande de labellisation de la MDA. La décision relative à la demande de labellisation est prise par le directeur de la CNSA après avis d’une commission de labellisation (voir encadré). Les pièces à fournir dans le dossier de demande de labellisation sont précisées dans le décret (article D.149-14 et article 3 du décret). Elles sont différentes selon l’ancienneté de la MDA (plus ou moins d’un an). La labellisation est valable pour cinq ans. Elle est renouvelée tacitement dès lors que les rapports annuels transmis à la CNSA font apparaître un fonctionnement conforme au cahier des charges publié. La commission de labellisation Elle comporte : Trois représentants d’associations de personnes handicapées, membres du Conseil de la caisse et désignés par ce Conseil ; Trois représentants d’associations de personnes âgées, membres du Conseil de la caisse et désignés par ce Conseil ; Trois représentants des conseils départementaux désignés par l’Assemblée des départements de France ; Un représentant du ministre chargé des Affaires sociales désigné par ce dernier. Pour accompagner les départements volontaires dans la création de MDA et, le cas échéant, leur démarche de labellisation, la CNSA travaille actuellement à la définition de son offre de service. »...

<< Sommaire
cnsa

Notable papers of 2016 | Spectrum 27/12/2016

«Our picks for the top papers of the year highlight leaps in our understanding of autism as well as lingering gaps. This year, as we do every year, we asked scientists to help us choose the 10 most ...˜notable' autism papers ...” ones that transformed the field in some significant way. The final selection highlights several advances in the field. Researchers are homing in on immune molecules that may play a role in autism risk. And new tools, from genetically engineered animals to massive genetic databases, will be a boon to future research. Our list also spotlights knowledge gaps. For example, people with autism are more likely to die prematurely than are those without the condition. But the reason for this disparity is unclear. Here, in reverse chronological order, are the papers that made the cut.»
[...]
«1. Parent training may lead to lasting gains in autism features Teaching parents of toddlers with autism how to recognize and respond to their children may spark stable improvements in the children’s social communication and other autism features. Pickles A. et al. Lancet 388, 2501-2509 (2016) PubMed. 2-20160912-chd8mous-1102. Mice missing top autism gene make their debut Edging out at least five other teams, a Japanese group became the first to publish findings on mice lacking CHD8, the leading candidate gene for autism risk. Katayama Y. et al. Nature 537, 675-679 (2016) PubMed. 3-20160909-exac-110 3. Huge data-sharing venture lays bare human genetic variation A landmark collection of DNA sequences from more than 60,000 people provided an unprecedented picture of genetic variation across the general population. Lek M. et al. Nature 536, 285-291 (2016) PubMed. 4-20160922-dbsrett1104. Loss, doubling of Rett gene produce similar brain glitch Mice with either too much or too little MeCP2, the gene mutated in Rett syndrome, show similar malfunctions in a learning and memory brain circuit. Lu H. et al. Neuron 91, 739-747 (2016) PubMed. 5-20160909nonverbal-1105. Words say little about cognitive abilities in autism Nearly half of children with autism who speak few or no words have cognitive skills that far exceed their verbal abilities. Bal V.H. et al. J. Child Psychol. Psychiatry 57, 1424-1433 (2016) PubMed. 6-20160713-tcellembargo1106. Key molecule may tie immune response to social behavior Molecules that protect the body from infection may be needed for mice to socialize with their peers. This double duty could help safeguard the health of animals that live in close quarters. Filiano A.J. et al. Nature 535, 425-429 (2016) PubMed. 7b-20140609-peripheralnerves-110 7. Autism’s social problems may stem from sense of touch The anxiety and trouble with social skills seen in people with autism stem largely from neurons outside the brain that govern touch. Orefice L. et al. Cell 166, 299-313 (2016) PubMed. 7-20160223-blockingimmunesignals-1108. Blocking key immune signal prevents autism signs in mice An immune molecule in pregnant mice produces autism-like behaviors in their pups. The findings support the theory that infections during pregnancy raise the risk of autism, and hint at a way to mitigate the risk. Choi G.B. et al. Science 351, 933-939 (2016) PubMed. 8-20160510-sexdifferences-1109. Gene expression patterns may underlie autism’s gender bias Genes that are expressed at higher levels in men’s brains than in women’s also tend to be enriched in the brains of people with autism. Many of these genes are markers for immune cells called microglia, which have been implicated in autism. Werling D.M. et al. Nat. Commun. 7, 10717 (2016) PubMed. 10-20151215prematuredeath-11010. Large Swedish study ties autism to early death People with autism are more than twice as likely as their peers in the general population to die prematurely. The finding adds to evidence suggesting that gaps in preventive care can cause serious health problems in people with autism. Hirvikoski T. et al. Br. J. Psychiatry 208, 232-238 (2015) PubMed. »...

<< Sommaire
spectrumnews

La garantie jeunes sera generalisee dans tout le pays le 1er janvier 2017 - L'Express 27/12/2016

«Le décret sur la généralisation de la garantie jeunes, dispositif destiné aux moins de 25 ans confrontés à un risque d'exclusion professionnelle, a été publié mardi 27 décembre au Journal Officiel. La mesure entre en vigueur le 1er janvier 2017. C'était prévu dans la loi Travail, ce sera effectif dès le 1er janvier 2017. Le code du travail va désormais faire mention d'un nouveau dispositif, généralisé à tout le territoire: la garantie jeunes. Advertisement Cette garantie va donc devenir un droit pour les jeunes de 16 à 25 ans qui ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation. Pendant un an, ils bénéficieront d'un accompagnement renforcé vers le monde du travail et percevront une allocation mensuelle d'un montant maximal de 471 euros. LIRE AUSSI >> Garantie jeunes, mode d'emploi Le dispositif a été lancé il y a trois ans dans le cadre d'une expérimentation, avant d'être progressivement étendu jusqu'à 91 départements fin 2016. Il est maintenant étendu à tout le pays.»...

<< Sommaire
lexpress

* Closed Captioning Improves Literacy Skills 27/12/2016

«How to Improve Literacy Without Even Trying One of the simplest things you can do to improve your child's reading skills is already in your home. Closed captioning is free, easy to use, and a natural literacy booster. Research shows that closed captioning increases literacy skills in people of all ages. Simply having the captions on can dramatically improve vocabulary, word recognition, comprehension, and reading . Closed Captioning supports literacy for all.»
[...]
«Turn on the closed captioning in your home; on your tvs, ipads, phones, and computers. Many people think closed captions are only beneficial for deaf and hard of hearing people. And, yes, Closed Captioning (CC) was designed to make television and media accessible for people who are Deaf or hard of hearing. But, like most technology originally developed for accessibility – the touchscreens on our phones and tablets, audiobooks, the telephone, curb cuts, to name a few – Closed Captioning benefits each of us. Research shows that captioned media increases literacy skills in people of all ages. Simply having the captions on for dramatically improves vocabulary, word recognition, comprehension, and reading . I love closed captioning. We’ve seen the benefits of using CC in our own home. We started using closed captioning when our son Henry was young and now I can’t imagine watching a program without them . Educators like Dr. Robert Keith Collins have studied the benefits of captions in the classroom Closed Captioning Helps All Students . Websites like Captions for Literacy have great tips for using closed captioning, research studies to support its efficacy, as well as links to educational videos with described and captioned media . »...

<< Sommaire
ollibean

Services Needed To Help Children With Autism Transition To Adulthood 25/12/2016

«A study has identified the need for special assistance for children with autism, who face multiple challenges while leaving autism centers when they "age out" of services and transition from childhood to adulthood. Major Transition Issues Children With Autism Face A study conducted by researchers at University of Missouri aimed to identify the challenges faced by youngsters with autism spectrum disorder or ASD once they leave autism centers. Nancy Cheak-Zamora with Michelle Teti, an assistant professor and an associate professor respectively from the Department of Health Sciences, along with Jennifer First, a doctoral aspirant at the School of Social Work, examined the major causes of stress that impact adolescents with autism and their caregivers. The study, published in the Journal of Family Social Work, focused on observing stress and coping issues for four groups of people with 13 youngsters with ASD and 19 caregivers. The major stress challenges reported were getting access to services, adjusting to transition changes, attaining higher or vocational education, making independent choices, setting goals, and handling several responsibilities at a time. The major issues with coping were found to involve looking for opportunities for self-determination, getting assistance from community services, and receiving support from family, friends, and teachers.»
[...]
«Adolescents With ASD Need Extended Support One of the participants of the study who works as a caregiver noted the lack of support from her community's autism center for the children who come of age and leave. According to her, youngsters with autism need extended support and services, as it is not easy to find help once these children reach a certain age. First suggested that social workers can team up in structuring family groups that need assistance for adolescents with autism. She added that social workers should help families in coordinating essential services like respite care, mental health support, independent living, medical treatment, college support as well as enhanced vocational support. Services Can Assist Growing Children With ASD To Face Challenges The study concluded with suggestions given to aid social workers, consultants, and experts to assist youngsters with autism and their family and friends. The assistance can facilitate them in coping with the stress experienced during transition from childhood to adulthood. "The challenges of living independently, gaining employment, attaining postsecondary education and building social relationships are greater for adolescents and young adults with autism," said Cheak-Zamora. "It is vital that professionals are prepared to assist with the transition, and that they have insight into adolescent and caregiver experiences during the difficult time of transitioning to adulthood." »...

<< Sommaire
techtimes

4 idees a retenir pour une prise en charge qui fonctionne - Le Petit Prince a dit : un site pour l'Autisme 25/12/2016

«De tout ce que j'ai vu, lu ou entendu au sujet des prises en charge de l'autisme, c'est qu'il y a un point sur lequel tout le monde s'accorde : il faut une prise en charge pour aider la personne autiste. Mais alors sur le comment, le quand, les modalités, les opinions divergent ; pourtant, s'il n'y a que quatre choses à retenir, ce sont celles-ci : 1. Une bonne prise en charge est une prise en charge ADAPTEE Il n'y a pas UNE méthode qui fonctionne sur tous les autistes. Chaque personne est différente, et par exemple si l'une réagira bien à TEACCH, l'autre sera mieux accompagnée avec ABA, ou encore autre chose! Les prises en charges doivent être adaptées à la personne, quasi sur-mesure, elles doivent coller à ses besoins, ses réactions, ses envies, et chaque autiste étant différent, forcément la prise en charge ne sera pas la même d'un individu à l'autre. Le socle peut-être commun, mais la manière de l'appliquer, par les parents, les accompagnants, sera ajustée.»
[...]
«2. La conviction fait la différence En tant que parent vous êtes partie prenante de la bonne prise en charge de votre enfant : vous avez le devoir et le pouvoir de choisir ce qui lui conviendra le mieux, en écoutant les avis des professionnels, mais aussi en vous écoutant VOUS. En effet, vous devez être convaincu que la prise en charge est adaptée, qu’elle est vecteur de progrès, qu’elle fonctionne : en étant convaincu, vous allez appliquer les méthodes recommandées à la maison avec volonté en étant convaincu, vous êtes motivé et transmettez votre motivation à votre enfant en étant convaincu, vous allez pouvoir soulever des montagnes, être d’avantage patient et persévérant en étant convaincu, vous serez le moteur de la prise en charge de votre enfant, ce qui le conduira au succès Ne laissez donc personne décider de ce qui est bon ou pas pour votre enfant : vous devez choisir ce qui lui conviendra le mieux et vous devez être convaincu du bien fondé de votre démarche. Prenez les avis, et décidez. N’oubliez pas : vous avez le devoir de l’élever, vous avez le pouvoir de décider. 3. Savoir se remettre en question est la clé »...

<< Sommaire
lepetitprinceadit

Pratiques parentales adaptees: ce que dit la recherche - Gynger 19/12/2016

«Dans un rapport de plus de 500 pages publié en juillet dernier, trois sociétés savantes américaines ont synthétisé 50 ans de recherche sur la parentalité. L'objectif : identifier les pratiques parentales les plus adaptées au développement de l'enfant. parenting-matters-rapportNous vous proposons ici une synthèse du très volumineux rapport rédigé conjointement par les Académie américaines des Sciences, de l'ingénierie et de la médecine, consacré à la parentalité. Intitulé « Parenting matters » (« la parentalité compte »), il a été publié en juillet dernier et a pour objectif de proposer au gouvernement américain un référentiel scientifique, un cadre pour le développement à venir du soutien à la parentalité. S'il comporte des chapitres très spécifiques à la société américaine, une grande partie de son contenu n'en demeure pas moins instructive pour n'importe quel acteur de terrain, de n'importe quel pays, en raison de son parti pris : identifier, à partir des apports de la recherche, les besoins fondamentaux du jeune enfant (de 0 à 8 ans) puis les postures et pratiques parentales qui favorisent un développement harmonieux. Une sorte de benchmarking des modes éducatifs les plus adaptés et les plus efficaces, du point de vue de l'intérêt de l'enfant. Pour ce faire, le comité en charge de ce rapport a passé en revue toute la littérature scientifique récente sur le sujet (en tous cas les très nombreuses études anglo-saxonnes) et en livre un passionnant condensé. Que nous avons à notre tour synthétisé. Pour commencer, voici un court résumé de cette partie du rapport (et donc de cet article). Le comité a identifié des pratiques parentales associées avec un développement harmonieux de l'enfant dans le domaine de la santé physique, de la sécurité, des compétences émotionnelles, comportementales, sociales et cognitives. Ces pratiques sont les suivantes:
• La réactivité contingente, ou la capacité d'un adulte à répondre immédiatement au signe émis par un enfant et à lui signifier de l'attention (un parent qui sourit en retour à son enfant) - Exprimer de la chaleur et de la sensibilité (dans le sens de l'attention bienveillante) - Des routines, un chaos domestique réduit - la lecture de livres partagée et les conversations adressées à l'enfant - les pratiques qui garantissent sa bonne santé : soins prénataux, allaitement, vaccination, nutrition adéquate, activité physique, dépistage, sécurité domestique et routière - L'utilisation d'une discipline appropriée (moins dure) Voici maintenant le développement de cs différents items.»...

<< Sommaire
gynger

Ma 1ere annee en CDD AESH (1) : «Mon salaire est inferieur en travaillant 2hoo de plus qu'en CUI» | Handicap et scolarite __Blog des Accompagnants 19/12/2016

«Quand on m'a proposé un CDD AESH en septembre dernier, alors que mon CUI était fini depuis juillet, sans possibilité de renouvellement, ce fut un soulagement. Je souhaitais continuer ce job, que j'exerçais depuis 5 ans en contrat aidé. J'allais continuer mon accompagnement auprès de l'élève que je suis depuis 5 ans, dans un collège à deux pas de chez moi. Ce qui je n'avais pas alors réalisé, c'est que mon salaire n'allait pas évoluer, malgré les 4 h 30 de plus par semaine que l'on me demandait de faire ...¦ Pire, mon salaire serait inférieur ! D'autant plus que pendant plus de deux mois, on m'a demandé d'accompagner deux élèves notifiés chacun 10 h oo et 15h oo , alors que mon contrat spécifiait que mon temps de travail était de 22h30 / semaine ( et non 24h30 comme me le demandait le service responsable des AESH à la DSDEN). Comment pouvais-je donc faire un accompagnement de 25 h de ces deux élèves avec un contrat de 22h30 ? Devais-je me dédoubler ? Faire 2h30 de plus que prévu dans mon contrat pour un salaire inférieur à celui d'un 20 h en CUI ? Pas question. C'est alors qu'un bras de fer s'est instauré entre la DSDEN et moi ...¦»...

<< Sommaire
handicapetscolariteblogdesaccompagnants.wordpress

Gaze Following in Children with Autism: Do High Interest Objects Boost Performance? - PubMed - NCBI 19/12/2016

«Abstract This study tested whether including objects perceived as highly interesting by children with autism during a gaze following task would result in increased first fixation durations on the target objects. It has previously been found that autistic children differentiate less between an object another person attends to and unattended objects in terms of this measure. Less differentiation between attended and unattended objects in ASD as compared to control children was found in a baseline condition, but not in the high interest condition. However, typically developing children differentiated less between attended and unattended objects in the high interest condition than in the baseline condition, possibly reflecting reduced influence of gaze cues on object processing when objects themselves are highly interesting.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Trust and Deception in Children with Autism Spectrum Disorders: A Social Learning Perspective. - PubMed - NCBI 19/12/2016

«Abstract Previous research has demonstrated abnormal trust and deception behaviors in children with Autism Spectrum Disorders (ASD), and we aimed to examine whether these abnormalities were primarily due to their specific deficits in social learning. We tested 42 high-functioning children with ASD and 38 age- and ability-matched typically developing (TD) children in trust and deception tasks and a novel condition with reduced social components. Results indicated that while TD children improved their performance with more social components, children with ASD lacked this additional performance gain, though they performed similarly as TD children in the condition with reduced social components. Our findings highlight that deficits of ASD in trust and deception are primarily associated with failure of use of social cues.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Increased Eye Contact During Conversation Compared to Play in Children With Autism. - PubMed - NCBI 19/12/2016

«Abstract Children with autism have atypical gaze behavior but it is unknown whether gaze differs during distinct types of reciprocal interactions. Typically developing children (N=20) and children with autism (N=20) (4-13 years) made similar amounts of eye contact with an examiner during a conversation. Surprisingly, there was minimal eye contact during interactive play in both groups. Gaze behavior was stable across 8 weeks in children with autism (N=15). Lastly, gaze behavior during conversation but not play was associated with autism social affect severity scores (ADOS CSS SA) and the Social Responsiveness Scale (SRS-2). Together findings suggests that eye contact in typical and atypical development is influenced by subtle changes in context, which has implications for optimizing assessments of social communication skills»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Soupcons de pedophilie sur des enfants handicapes dans un IME a Voiron en Isere: l'enquete relancee - France 3 Alpes 17/12/2016

«Classée au printemps, une enquête sur des soupçons d'agressions sexuelles dans un établissement pour jeunes handicapés, en Isère, a été relancée cet automne par l'ouverture d'une information judiciaire. Les parents de quatre victimes présumées ont déposé plainte avec constitution de partie civile et un magistrat instructeur a été nommé fin septembre à Grenoble, a annoncé leur avocat, Me Bertrand Sayn, lors d'une conférence de presse mercredi à Lyon. Les familles seront entendues en février. Cette affaire ne pourra pas être mise sous le tapis "Cette affaire ne pourra pas être mise sous le tapis", s'est félicité l'avocat. Car pour lui, l'enquête préliminaire classée sans suite par le parquet, début mai, "n'a pas du tout été à la hauteur" des attentes des familles. Le procureur de Grenoble n'a pas pu être joint mercredi par l'AFP. Tout démarre en avril 2015 avec l'incarcération provisoire d'un éducateur spécialisé travaillant à l'Institut médico-éducatif (IME) de Voiron, pour détention d'images pédopornographiques, dans le cadre d'une première procédure.»...

<< Sommaire
m.france3-regions.francetvinfo

« J'aime mon metier et pourtant...| «Handicap et scolarite __Blog des Accompagnants 17/12/2016

«La loi de 2005 a mis en évidence la nécessité d'accueillir tous ces enfants pour augmenter leurs capacités d'apprentissage, mais sans s'en donner les moyens...¦ Depuis janvier 2015, il n'est plus possible de maintenir les élèves en école maternelle, mais puisqu'il n'y a pas assez de place en IME et que les écoles primaires ne sont pas équipées de matériel pédagogique adapté, les familles se retrouvent dans une impasse, surtout s'il n'y a pas d'ASEH de nommée. Donc c'est le maintien à domicile pour 6000 d'entre eux! Ce n'est pas à titre personnel que je crie ma colère, mais pour ces enfants différents, ces familles, les enseignants et mes collègues. Il est temps que le gouvernement se penche sur ce problème qui est loin d'être marginal ! Je suis inquiète pour l'avenir de ces enfants différents, surtout quand je constate le manque de mobilisation de la population, qui pourtant fait souvent du misérabilisme devant les handicaps, ce n'est pas de cela dont ils ont besoin mais d'une action concertée !!!»...

<< Sommaire
handicapetscolariteblogdesaccompagnants.wordpress

« J'aime mon metier et pourtant...| «Handicap et scolarite __Blog des Accompagnants 17/12/2016

«La loi de 2005 a mis en évidence la nécessité d'accueillir tous ces enfants pour augmenter leurs capacités d'apprentissage, mais sans s'en donner les moyens...¦ Depuis janvier 2015, il n'est plus possible de maintenir les élèves en école maternelle, mais puisqu'il n'y a pas assez de place en IME et que les écoles primaires ne sont pas équipées de matériel pédagogique adapté, les familles se retrouvent dans une impasse, surtout s'il n'y a pas d'ASEH de nommée. Donc c'est le maintien à domicile pour 6000 d'entre eux! Ce n'est pas à titre personnel que je crie ma colère, mais pour ces enfants différents, ces familles, les enseignants et mes collègues. Il est temps que le gouvernement se penche sur ce problème qui est loin d'être marginal ! Je suis inquiète pour l'avenir de ces enfants différents, surtout quand je constate le manque de mobilisation de la population, qui pourtant fait souvent du misérabilisme devant les handicaps, ce n'est pas de cela dont ils ont besoin mais d'une action concertée !!!»...

<< Sommaire
handicapetscolariteblogdesaccompagnants.wordpress

Condamnation de l'Etat pour non-prise en charge pluridisciplinaire d'un autiste | Le Club de Mediapart 16/12/2016

«TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES N° 1302758 Audience du 18 février 2016 - Lecture du 17 mars 2016 Vu la procédure suivante : Par une requête et un mémoire, enregistrés les 26 juillet 2013 et 14 octobre 2015, M. et Mme B, en leur nom propre, et ès qualité de représentants légaux de leur fils mineur, N, représentés par Me Buors, demandent au tribunal, dans le dernier état de leurs écritures : 1°) de condamner l'Etat à leur payer la somme totale de 109 974,81 euros en réparation de leurs préjudices résultant du refus qui a été opposé à leur demande de prise en charge de leur enfant mineur, N, atteint du syndrome autistique, dans un établissement médico-social adapté à ses besoins ; 2°) de mettre à la charge de l'Etat le versement d'une somme de 2 000 euros sur le fondement de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.»
[...]
«Sur les préjudices : 5. Considérant, en premier lieu, que le défaut de prise en charge pluridisciplinaire de l’enfant N par le service désigné par la CDAPH compétente entre le 26 janvier 2011 et le 31 août 2014 a causé à ce dernier un préjudice moral dont il sera fait une juste appréciation en évaluant à la somme de 8 000 euros l’indemnisation due à ce titre ; que M. et Mme B peuvent prétendre, au titre de la même période, chacun à une indemnité de 8 000 euros en réparation de leur propre préjudice moral et des troubles qu’ils ont subis dans leurs conditions d’existence ; 6. Considérant, en deuxième lieu, que les requérants justifient avoir exposé jusqu’en décembre 2012 des frais pour les suivis psychologique et psycho-éducatif de leur enfant et l’aide d’une éducatrice spécialisée ; que compte tenu des factures produites et de la circonstance qu’ils ont notamment bénéficié de l’aide spécifique ou exceptionnelle, au titre de la prestation de compensation du handicap (PCH), s’agissant des bilans psychologiques et frais de psychologue, il sera fait une juste appréciation en évaluant à la somme de 1 300 euros l’indemnisation due à ce titre ; 7. Considérant, en dernier lieu, que Mme B soutient qu’en l’absence de prise en charge adéquate de son fils entre 2011 et 2014, elle a été contrainte d’abandonner son activité professionnelle ; que, toutefois, en se bornant à produire deux avis d’imposition concernant les années 2004 et 2005, qui mentionnent un revenu net imposable moyen mensuel de Mme B de l’ordre de 1 820 euros, et l’avis d’imposition au titre de l’année 2011, qui ne fait état d’aucun revenu déclaré de l’intéressée, la requérante n’établit pas avoir dû renoncer à un travail à temps plein en raison de l’insuffisance de prise en charge de son fils entre le 26 janvier 2011 et le 31 août 2014 ; que sa demande d’indemnisation de la perte de revenus qu’elle aurait subie pendant cette période doit dès lors être rejetée ; 8. Considérant qu’il résulte de tout ce qui précède qu’il y a lieu de condamner l’Etat à verser à M. et Mme B la somme totale de 25 300 euros ; Sur les conclusions à fin d’injonction : 9. Considérant que, par mémoire enregistré le 14 octobre 2015, les requérants ont demandé au tribunal de constater qu’il n’y avait plus lieu de statuer sur les conclusions de leur requête tendant à ce qu’il soit enjoint à l’État d’octroyer une place à leur enfant dans un établissement médico-social adapté à ses besoins d’enfant handicapé, dans la mesure où celui-ci était pris en charge par le SACS de Quimper depuis le 1er septembre 2014 ; qu’ils doivent ainsi être regardés comme se désistant de leurs conclusions à fin d’injonction ; qu’il convient de leur en donner acte ; Sur les conclusions présentées sur le fondement de l’article L. 761-1 du code de justice administrative : 10. Considérant qu’il y a lieu, dans les circonstances de l’espèce, de faire application de ces dispositions et de mettre à la charge de l’État une somme de 1 500 euros au titre des frais exposés par M. et Mme B et non compris dans les dépens ; D E C I D E : Article 1er : L’État versera à M. et Mme B, en leur qualité de représentants légaux de leur fils mineur N, la somme de 8 000 euros. Article 2 : L’État versera à M. et Mme B la somme de 17 300 euros en réparation de leurs propres préjudices. Article 3 : Il est donné acte du désistement des conclusions à fin d’injonction de la requête de M. et Mme B. Article 4 : L’État versera à M. et Mme B la somme de 1 500 euros sur le fondement de l'article L. 761-1 du code de justice administrative. Article 5 : Le surplus des conclusions de la requête de M. et Mme B est rejeté. Article 6 : Le présent jugement sera notifié à M. et Mme B et à l'agence régionale de santé de Bretagne. »...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Why Toddlers with Autism Avoid Eye Contact - Scientific American 16/12/2016

«Toddlers with autism are oblivious to the social information in the eyes, but don't actively avoid meeting another person's gaze, according to a new study. The findings support one side of a long-standing debate: Do children with autism tend not to look others in the eye because they are uninterested or because they find eye contact unpleasant? "This question about why do we see reduced eye contact in autism has been around for a long time," says study leader Warren Jones, director of research at the Marcus Autism Center in Atlanta, Georgia. "It's important for how we understand autism, and it's important for how we treat autism." If children with autism dislike making eye contact, treatments could incorporate ways to alleviate the discomfort. But if eye contact is merely unimportant to the children, parents and therapists could help them understand why it is important in typical social interactions. The work also has implications for whether scientists who study eye contact should focus on social brain regions rather than those involved in fear and anxiety. Lack of eye contact is among the earliest signs of autism, and its assessment is part of autism screening and diagnostic tools. Yet researchers have long debated the underlying mechanism. The lack-of-interest hypothesis is consistent with the social motivation theory, which holds that a broad disinterest in social information underlies autism features. On the other hand, anecdotal reports from people with autism suggest that they find eye contact unpleasant. Studies that track eye movements as people view faces have provided support for both hypotheses. The new work is elegant, scientists say. "Among the strengths is the conceptual clarity with which they framed the study, in pitting two hypotheses against one another," says Jed Elison, assistant professor of child development at the University of Minnesota in Minneapolis, who was not involved in the work.»
[...]
«Toddlers with autism spend less time looking at the actress’ eyes than typical toddlers do, but their eye contact doesn’t vary with the emotional content of her face. “It’s a very clear and concise story,” says Frederick Shic, associate professor of pediatrics at the University of Washington in Seattle, who was not involved in the work. “There’s not an aversive behavior that’s occurring. This is really gaze indifference.” Children in the developmental delay group showed gaze patterns similar to those of the typical toddlers. “It really casts that difference of kids with autism into a stark light,” Jones says. Larger studies are needed to sort out whether all toddlers with autism show this pattern of disinterest, scientists say. What’s more, adolescents and adults with autism often say eye contact is intense or unpleasant for them, so gaze aversion may develop later in life. »...

<< Sommaire
scientificamerican

Misregulation of an Activity-Dependent Splicing Network as a Common Mechanism Underlying Autism Spectrum Disorders. - PubMed - NCBI 15/12/2016

«Abstract A key challenge in understanding and ultimately treating autism is to identify common molecular mechanisms underlying this genetically heterogeneous disorder. Transcriptomic profiling of autistic brains has revealed correlated misregulation of the neuronal splicing regulator nSR100/SRRM4 and its target microexon splicing program in more than one-third of analyzed individuals. To investigate whether nSR100 misregulation is causally linked to autism, we generated mutant mice with reduced levels of this protein and its target splicing program. Remarkably, these mice display multiple autistic-like features, including altered social behaviors, synaptic density, and signaling. Moreover, increased neuronal activity, which is often associated with autism, results in a rapid decrease in nSR100 and splicing of microexons that significantly overlap those misregulated in autistic brains. Collectively, our results provide evidence that misregulation of an nSR100-dependent splicing network controlled by changes in neuronal activity is causally linked to a substantial fraction of autism cases.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Loire-Atlantique. Votez pour votre personnalite de l'annee 2016 preferee | Presse Ocean 15/12/2016


«La rédaction de Presse Océan a sélectionné dix personnalités du département parmi celles qui ont marqué l'année 2016. Dès aujourd'hui, vous êtes invités à voter en ligne pour celle qui vous touche le plus (présentation des nominés dans Presse Océan ce jeudi). Clôture des votes le 29 décembre 2016 à 19 h. 123votez.com version gratuite Qui selon vous en Loire-Atlantique mérite d'être sacré personnalité de l'année 2016 ? 1. Adèle Castillon sondage gratuit 2. Alain Thomas sondage gratuit 3. Diarata N'Diaye sondage gratuit 4. Julie Dachez sondage gratuit 5. Marie Denigot sondage gratuit 6. Marion Moulet sondage gratuit 7. Olivier Bourdeaut sondage gratuit 8. Michel Weber sondage gratuit 9. Yannick Jollivet sondage gratuit 10. Yvan Bourgnon sondage gratuit»...

<< Sommaire
presseocean

Factors influencing the probability of a diagnosis of autism spectrum disorder in girls versus boys. - PubMed - NCBI 14/12/2016

«Abstract In order to shed more light on why referred girls are less likely to be diagnosed with autism spectrum disorder than boys, this study examined whether behavioral characteristics influence the probability of an autism spectrum disorder diagnosis differently in girls versus boys derived from a multicenter sample of consecutively referred children aged 2.5-10years. Based on information from the short version of the Developmental, Dimensional and Diagnostic Interview and the Autism Diagnostic Observation Schedule, 130 children (106 boys and 24 girls) received a diagnosis of autism spectrum disorder according to Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (4th ed., text rev.) criteria and 101 children (61 boys and 40 girls) did not. Higher overall levels of parent-reported repetitive and restricted behavior symptoms were less predictive of an autism spectrum disorder diagnosis in girls than in boys (odds ratio interaction=0.41, 95% confidence interval=0.18-0.92, p=0.03). In contrast, higher overall levels of parent-reported emotional and behavioral problems increased the probability of an autism spectrum disorder diagnosis more in girls than in boys (odds ratio interaction=2.44, 95% confidence interval=1.13-5.29, p=0.02). No differences were found between girls and boys in the prediction of an autism spectrum disorder diagnosis by overall autistic impairment, sensory symptoms, and cognitive functioning. These findings provide insight into possible explanations for the assumed underidentification of autism spectrum disorder in girls in the clinic.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Some people in 'failed' drug trial for autism showed benefit | Spectrum 14/12/2016

«An experimental drug called arbaclofen improved autism features in about 13 percent of those with the condition who took it in a shuttered clinical trial1. The trial ended in 2012. The new findings, reported a full four years later, suggest that arbaclofen benefits a subgroup of people with autism. The findings highlight the difficulty in designing clinical trials for a condition as diverse as autism, says Jeremy Veenstra-VanderWeele, who led the trial at one site. "There seems to be a group of people that benefits [from arbaclofen], but it's not a huge group," says Veenstra-VanderWeele, associate professor of psychiatry at Columbia University. "I couldn't tell you what differentiated that subset [of people], and so that's one of the real challenges moving forward." Researchers designed the clinical trial to test the effects of arbaclofen primarily on ...˜social withdrawal' ...” a tendency to avoid engaging with others ...” and found no improvement in that measure. The disappointing result hastened bankruptcy for Seaside Therapeutics, the company that made the drug, and cut short a second trial testing arbaclofen in people with the related fragile X syndrome. But many parents of the trial's participants insisted that arbaclofen helped their children. More than 5,000 people petitioned government agencies, pharmaceutical companies and investors to continue testing the drug. The new findings, published 9 November in Neuropsychopharmacology, validate the parents' observations. Of the 76 participants who took the drug, 10 improved more than those who took a placebo, according to a measure that is based on a clinician's overall impression of the participants.»
[...]
«Careful testing: The researchers used a third test called the Vineland Adaptive Behavior Scales, weighted to evaluate social behavior. The test rates caregivers’ and clinicians’ impressions of how well the participant interacts with others before and after the trial. Ideally, the same clinician and caregiver complete both assessments, but this did not always happen in the trial. The researchers found no overall difference between the arbaclofen and placebo groups on this measure. But when they narrowed their analysis to the 97 individuals who were rated by the same people before and after the trial, they found that arbaclofen improved the participants’ ability to socialize. The findings suggest that only some people with autism benefit from arbaclofen. Alternatively, the trial measures may detect improvements in only a subset of people, says Veenstra-VanderWeele. For instance, only children who speak may be able to convey enhanced interest in socializing within the time frame of the study. The results also suggest decisions made in the design phase of a clinical trial can make or break the trial. »...

<< Sommaire
spectrumnews

Visite ministerielle : «L'ecole est faite pour accueillir tous les enfants» 14/12/2016

«Ils ne sont pas nombreux, quatre élèves pour l'instant. Bientôt un cinquième. Mais l'événement est d'importance, la naissance d'une UEM, unité d'enseignement en maternelle à l'école Scaliger à Agen. La première UFM en Lot-et-Garonne fruit de la volonté des parents d'enfants autistes, des associations des professionnels de l'IME de Casseneuuil et des enseignants de l'école agenaise. Fruits, aussi, de la volonté commune de l'Education nationale et de la mairie d'Agen d'avancer vers cette ininitiative «d'inclusion». «Bien sur il y avait des difficultés à dépasser», notent les initiateurs du projet à destination de Mme Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et qui travaille depuis de longs mois à la mise en oeuvre d'une partie du 3e plan autisme. «Nous avons aujourd'hui plus de 110 UFM, sur un plan qui devait en compter une centaine, nous sommes allés au-delà.» Si la ministre est venue saluer les partenaires de cette initiative «qui aura demandé un gros travail en amont», c'est parce qu'elle adhère, comme avant elle la ministre de l'Education nationale, Mme Najad Valaud-Belkacem, à cette définition de l'école, rappelée par la directrice de l'école maternelle Scaliger, «l'école est faite pour accueillir tous les enfants quels qu'ils soient».»...

<< Sommaire
ladepeche

Discours de Segolene Neuville - Ouverture du Seminaire des Directeurs de MDPH - Discours - Ministere des Affaires sociales et de la Sante 14/12/2016

«Mesdames et Messieurs les Directrices et directeurs de MDPH, Madame la Présidente, Annie Coletta, Madame et monsieur le directeur de la CNSA et de la DGCS, Je suis heureuse d'être parmi aujourd'hui et je tiens à être présente lorsque vous vous réunissez pour vos séminaires de décembre et de juin. J'y tiens parce-ce que les MDPH jouent un rôle essentiel pour les personnes en situation de handicap et je considère que vous et vos équipes représentez les MDPH. L'objectif de mon action depuis que je me suis engagée en politique, est d'oeuvrer pour faire progresser la liberté de choix des personnes et notamment la liberté de choix des personnes en situation de handicap dans le cadre de mes fonctions actuelles. Cette liberté de choix de nos citoyens handicapés est contrainte par de nombreux facteurs et par de multiples difficultés. Les MDPH, même si elles peuvent beaucoup, ne sont pas là pour lever tous les freins. Pour autant, il ne peut y avoir de liberté de choix sans accès aux droits et aux dispositifs de compensation qui permettent aux personnes d'être davantage intégrées dans la société malgré leur handicap : c'est bien le coeur de votre mission. Il ne peut y avoir de liberté de choix sans que la personne puisse exprimer ses aspirations : vous êtes en première ligne pour les recueillir. Il ne peut y avoir de liberté de choix lorsque la personne se retrouve sans aucune solution d'accompagnement adapté : je sais que vous vous vous mobilisez depuis 2013, et en réalité depuis bien plus longtemps, pour résoudre les situations critiques ou bien pour les anticiper dans le cadre de la Réponse accompagnée pour tous. Bien sur l'exercice de ces missions se fait dans un contexte difficile. Votre tâche est lourde et le nombre de demandes ne cesse de progresser. 4,25 millions de demandes vous ont été adressées en 2015, ce qui représente une nouvelle augmentation de 7,3%. Dans ce contexte le respect des délais de traitement est un combat quotidien pour vous. C'est pour cela que depuis que j'ai souhaité travailler main dans la main avec l'Association des directeurs de MDPH, avec Igor Dupin d'abord, avec Annie Coletta désormais, avec Yannick Deimat. Certains travaux doivent encore aboutir, notamment en matière d'orientation professionnelle. Mais nous avons pu avancer sur de nombreux dossiers et je voudrais mentionner les principaux. La durée maximum d'attribution de l'AAH2 a été allongée à 5 ans, c'était une demande très forte de votre association. Celle de l'AAH1 sera prochainement allongée à 20 ans. La durée de validité du certificat médical a été allongée à 6 mois, la loi Santé a posé le principe d'accès au DMP et à la messagerie sécurisée pour les MDPH, et le nouveau certificat médical issu du projet IMPACT permettra à vos équipes de disposer d'informations de meilleure qualité. Tout cela a vocation à simplifier l'étude du dossier et à réduire la charge de travail pour le personnel médical et en particulier des infirmiers. La création de la Carte mobilité inclusion et sa fabrication par l'Imprimerie nationale permettra à la fois de décharger les MDPH des tâches de production des cartes mais aussi de réduire le flux des demandes car les bénéficiaires de l'APA pourront se voir attribuer leur carte au vu de l'appréciation de l'équipe médico-sociale du Conseil départemental. Et pour accompagner les MDPH pour la mise en oeuvre de la CMI, nous avons, dès 2016 versé un concours de 2.6 millions d'euros. Hors affranchissement, déjà supporté par les MDPH, le cout des CMI pour l'ensemble des départements de France devrait être de 2,55 millions d'euros. Je pense que c'est une belle avancée pour les personnes en situation de handicap.»
[...]
«Cependant, je tiens à ce que ce budget permette aussi de diversifier l’offre médico-sociale et la rendre plus inclusive. En effet, les personnes handicapées souhaitent avoir une vie comme tout le monde. Nous devons leur offrir une vraie liberté de choix entre la vie à domicile et l’entrée en établissement. C’est pour cela que nous avons créé l’année dernière un nouveau dispositif - les Plateformes de compétences et de prestations externalisées – qui permettent à ceux qui ne sont pas dans les établissements de bénéficier de l’intervention des professionnels qui ne sont pas remboursés par la sécurité sociale. C’est aussi pour cela que la moitié du budget dédié à l’évolution de l’offre sera consacré à la création des solutions nouvelles pour les personnes qui souhaite vivre à domicile : accueils séquentiels, accueils temporaires, équipes mobiles, PCPE etc. Les mesures annoncées lors du comité interministériel du handicap qui a eu lieu à Nancy le 2 décembre visent à soutenir les projets de vie des personnes qui souhaitent une alternative à l’entrée en établissement. Pour n’en citer que quelques-unes, il s’agit de l’élargissement de l’accès à la PCH, du soutien financier aux formules d’habitat inclusif ou encore de la mise en œuvre d’une stratégie nationale en faveur des aidants. Dans ce mouvement vers une plus grande liberté de choix des projets de vie des personnes, vous avez un rôle important à jouer car vous connaissez leurs besoins et leurs aspirations des personnes, il est donc essentiel que vous soyez associés à tous les travaux mais par exemple aux travaux de diagnostic de l’offre territoriale et aux négociations de CPOM. C’est ainsi, lorsqu’un travail de coopération se mettra en place tant autour de l’évolution de l’offre médico-sociale que dans le cadre de l’accompagnement des situations individuelles que l’ensemble du dispositif pour personnes handicapées pourra se rapprocher de cette finalité de ne laisser personne sans solution. »...

<< Sommaire
social-sante.gouv

Champs-sur-Marne. Les parents de trois enfants handicapes reclament des AVS a la cantine 13/12/2016

«Tous les midis, je suis obligée de laisser mon fils à la cantine car je travaille, il n'a pas d'AVS pour l'aider à manger. Tous les jours j'ai la boule au ventre », raconte Laetitia. Avec deux autres familles, membres de l'association Petit Corps malade, elle réclame que son enfant handicapé scolarisé à Champs-sur-Marne, puisse bénéficier de l'accompagnement d'un auxiliaire de vie scolaire (AVS) aussi lors des temps de restauration scolaire et d'activités périscolaires.»
[...]
«C’est un courrier de l’académie de Créteil du 29 novembre qui a fait sortir plusieurs parents de leurs gonds. « J’ai fait une demande d’AVS pour accompagner Yanis lors du temps de cantine. J’ai obtenu quatre heures d’accompagnement mais l’inspectrice d’académie m’a précisé que c’était à titre exceptionnel. C’est scandaleux de laisser sous-entendre que l’on me fait une faveur alors que c’est une simple application de la loi », explique Ibtissam Hellal, fondatrice de l’association, dont le fils de six ans scolarisé à l’école Lucien Dauzié, souffre d’une paralysie cérébrale qui le handicape dans ses déplacements. Dans ce courrier, l’académie rappelle que « depuis la loi du 11 février 2005, la compensation générale pour les enfants en situation de handicap ne concerne plus exclusivement l’Education nationale pour les temps scolaires mais toutes les collectivités chargées d’accueillir » Un accompagnement que l’association veut voir étendu à tous les parents en vertu d’un arrêt du Conseil d’Etat du 20 avril 2011 qui rappelle « que les missions des assistants d’éducation affectés à l’accueil et à l’intégration scolaires des enfants handicapés s’étendent au-delà du seul temps scolaire ». « Nous demandons simplement que l’Education nationale respecte la loi. Que l’on travaille ou pas, nous avons le droit au répit », confie Ibtissam. « Et nos enfants ont le droit à l’égalité. » »...

<< Sommaire
leparisien

National Study of School Psychologists' Use of Evidence-Based Assessment in Autism Spectrum Disorder: Journal of Applied School Psychology: Vol 33, No 1 13/12/2016

«ABSTRACT This study aimed to better understand predictors of evidence-based assessment practices for autism spectrum disorder (ASD). Nationwide, 402 school psychologists were surveyed for their knowledge of and training and experience with ASD on assessment practices, including reported areas of training needs. The majority of school psychologists reported that they did not engage in comprehensive assessment of ASD, which was defined as assessments that consider all areas of development in addition to the use of ASD-specific instruments. Results from logistic regression revealed that experience and training, working with young children with ASD, and geographic location predicted use of evidence-based assessment practices. Experience and training with ASD was the strongest predictor of evidence-based assessment. No differences in training needs were indicated by school psychologists whose practices were consistent with evidence-based assessment and those whose practices were not. Overall, the results identified gaps between best and current practices by school psychologists and highlight areas of need for additional training and professional development.»...

<< Sommaire
tandfonline

Using a Modified Parent-Child Interaction Therapy to Increase Vocalizations in Children With Autism: Child & Family Behavior Therapy: Vol 38, No 4 13/12/2016

«ABSTRACT Parent-Child Interaction Therapy (PCIT) is a manualized behavioral intervention originally developed by Eyberg (1988) to address disruptive behaviors in young children. Although previous research findings support the contention that components of PCIT would positively impact communication, behavior, and adaptive skills (Howard, Sparkman, Cohen, Green, & Stanislaw, 2005; Lovaas, 1987; Remington et al., 2007) in children with developmental disabilities, few studies are shown in the literature. In a modified version of PCIT, caregivers completed two phases of intervention with their child diagnosed with Autism Spectrum Disorder (ASD). During the Child-Directed Interaction (CDI) phase, caregivers were taught to conduct mand training, follow-their child's lead, provide attention for their child's positive behaviors, and ignore their child's negative behaviors. During the Parent-Directed Interaction (PDI) phase, caregivers were taught to give effective commands and follow through with demands. The goal of the current study was to determine whether children's production of vocalizations increased after participation in a modified PCIT program. Data from two participants diagnosed with autism were included in the study. Outcomes of these two case studies show that both children displayed an increase in the total number of vocalizations emitted in the posttreatment observation relative to baseline. Additionally, caregivers of both participants displayed an increased number of positive behaviors in the posttreatment observation relative to baseline.»...

<< Sommaire
tandfonline

Estrogenic Endocrine Disrupting Chemicals Influencing NRF1 Regulated Gene Networks in the Development of Complex Human Brain Diseases 13/12/2016

«Abstract During the development of an individual from a single cell to prenatal stages to adolescence to adulthood and through the complete life span, humans are exposed to countless environmental and stochastic factors, including estrogenic endocrine disrupting chemicals. Brain cells and neural circuits are likely to be influenced by estrogenic endocrine disruptors (EEDs) because they strongly dependent on estrogens. In this review, we discuss both environmental, epidemiological, and experimental evidence on brain health with exposure to oral contraceptives, hormonal therapy, and EEDs such as bisphenol-A (BPA), polychlorinated biphenyls (PCBs), phthalates, and metalloestrogens, such as, arsenic, cadmium, and manganese. Also we discuss the brain health effects associated from exposure to EEDs including the promotion of neurodegeneration, protection against neurodegeneration, and involvement in various neurological deficits; changes in rearing behavior, locomotion, anxiety, learning difficulties, memory issues, and neuronal abnormalities. The effects of EEDs on the brain are varied during the entire life span and far-reaching with many different mechanisms. To understand endocrine disrupting chemicals mechanisms, we use bioinformatics, molecular, and epidemiologic approaches. Through those approaches, we learn how the effects of EEDs on the brain go beyond known mechanism to disrupt the circulatory and neural estrogen function and estrogen-mediated signaling. Effects on EEDs-modified estrogen and nuclear respiratory factor 1 (NRF1) signaling genes with exposure to natural estrogen, pharmacological estrogen-ethinyl estradiol, PCBs, phthalates, BPA, and metalloestrogens are presented here. Bioinformatics analysis of gene-EEDs interactions and brain disease associations identified hundreds of genes that were altered by exposure to estrogen, phthalate, PCBs, BPA or metalloestrogens. Many genes modified by EEDs are common targets of both 17 β-estradiol (E2) and NRF1. Some of these genes are involved with brain diseases, such as Alzheimer's Disease (AD), Parkinson's Disease, Huntington's Disease, Amyotrophic Lateral Sclerosis, Autism Spectrum Disorder, and Brain Neoplasms. For example, the search of enriched pathways showed that top ten E2 interacting genes in AD...”APOE, APP, ATP5A1, CALM1, CASP3, GSK3B, IL1B, MAPT, PSEN2 and TNF...”underlie the enrichment of the Kyoto Encyclopedia of Genes and Genomes (KEGG) AD pathway. With AD, the six E2-responsive genes are NRF1 target genes: APBB2, DPYSL2, EIF2S1, ENO1, MAPT, and PAXIP1. These genes are also responsive to the following EEDs: ethinyl estradiol (APBB2, DPYSL2, EIF2S1, ENO1, MAPT, and PAXIP1), BPA (APBB2, EIF2S1, ENO1, MAPT, and PAXIP1), dibutyl phthalate (DPYSL2, EIF2S1, and ENO1), diethylhexyl phthalate (DPYSL2 and MAPT). To validate findings from Comparative Toxicogenomics Database (CTD) curated data, we used Bayesian network (BN) analysis on microarray data of AD patients. We observed that both gender and NRF1 were associated with AD. The female NRF1 gene network is completely different from male human AD patients. AD-associated NRF1 target genes...”APLP1, APP, GRIN1, GRIN2B, MAPT, PSEN2, PEN2, and IDE...”are also regulated by E2. NRF1 regulates targets genes with diverse functions, including cell growth, apoptosis/autophagy, mitochondrial biogenesis, genomic instability, neurogenesis, neuroplasticity, synaptogenesis, and senescence. By activating or repressing the genes involved in cell proliferation, growth suppression, DNA damage/repair, apoptosis/autophagy, angiogenesis, estrogen signaling, neurogenesis, synaptogenesis, and senescence, and inducing a wide range of DNA damage, genomic instability and DNA methylation and transcriptional repression, NRF1 may act as a major regulator of EEDs-induced brain health deficits. In summary, estrogenic endocrine disrupting chemicals-modified genes in brain health deficits are part of both estrogen and NRF1 signaling pathways. Our findings suggest that in addition to estrogen signaling, EEDs influencing NRF1 regulated communities of genes across genomic and epigenomic multiple networks may contribute in the development of complex chronic human brain health disorders.»...

<< Sommaire
mdpi

Grenoble - Un dossier de suspicions de viols sur des enfants handicapes classe sans suite | The autist 13/12/2016

«Le parquet de Grenoble classe sans suite un dossier de graves suspicions d'agressions sexuelles et de viols sur des enfants handicapés Conférence de Presse - 14 décembre 2016, 11h Cabinet de Me Bertrand SAYN - 119 rue Pierre Corneilles 69003 LYON Communiqué de presse Au printemps 2015, de nombreuses plaintes étaient déposées pour des faits de viols et d'agressions sexuelles commis sur des enfants handicapés, au sein d'un même Institut Médico-Educatif visant trois éducateurs. Lors d'une première conférence de presse, les victimes dénonçaient l'immobilisme du Parquet. Le soir même, Monsieur le Procureur indiquait par voie de presse qu'il classait sans suite. Il adressait ultérieurement un avis de classement évoquant l'absence d'infraction et une enquête « extrêmement complète et fouillée ». Les familles constituées parties civiles ont eu accès au dossier et ne peuvent qu'être stupéfaites du classement sans suite qui s'avère incompréhensible.»...

<< Sommaire
blogs.lexpress

Experience autisme : ils vivent et travaillent autrement ! - Infos Emploi Formation 2016 (9368) 12/12/2016

«Sept jeunes atteints de troubles de l'autisme, de modéré à sévère, se mettent à table après leur matinée de travail à l'usine : une scène que l'association Vivre et travailler autrement souhaite voir se multiplier en France après une expérimentation en Eure-et-Loir. Jordan, Louis, Nicolas, Reinicaer et les autres bénéficient d'un nouveau dispositif d'insertion sociale par le travail en entreprise ordinaire, à Auneau-Bleury-Saint-Symphorien, une commune nouvelle d'Eure-et-Loir. A l'origine : un papa Jean-François Dufresne, président de l'association Vivre et travailler autrement, lui-même père d'un jeune adulte autiste et également directeur général d'Andros, est à l'initiative de cette innovation. Les jeunes travailleurs, dont son fils, sont ainsi employés à mi-temps en CDI par l'entreprise agro-alimentaire Novandie, filiale du groupe Andros. L'initiative bénéficie du soutien de l'Etat et des institutions locales et régionales. Pour l'heure, c'est la pause déjeuner dans la salle-à-manger de la Maison du Parc, leur lieu de vie. Chacun a sa place autour de la table où sont servis des plats préparés par la cuisinière. Mais ce soir, ce seront eux qui cuisineront. « L'objectif de l'association est de prouver que l'insertion des personnes autistes par le travail est possible et que c'est une source d'épanouissement pour eux, grâce à un accompagnement éducatif et social et à un hébergement », explique à l'AFP la responsable de l'association Yenni Gorce.»
[...]
«Des facultés de concentration exceptionnelles Ils sont accompagnés à l'usine de moniteurs d'ESAT (établissement et service d'aide par le travail) mais aussi d'éducateurs spécialisés de la maison de l'autisme d'Eure-et-Loir. La plupart des personnes autistes engagées dans ce programme ne savent pas lire, ne communiquent pas ou peu avec des mots et ressentent des intérêts restreints. Ils peuvent aussi faire preuve de comportements répétitifs. « Ils éprouvent du mal à exprimer ce qu'ils ont à l'intérieur d'eux-mêmes. En revanche, tous possèdent des facultés de concentration exceptionnelles. Ils ont une excellente mémoire et comprennent parfaitement leur environnement de manière visuelle, lorsqu'il leur est adapté », souligne Yenni Gorce. Environnement adapté L'aménagement a été conçu par des spécialistes pour que la compréhension des salariés autistes soit parfaite : à l'usine tout est visuel, calibré, mesuré, structuré. « Les personnes autistes souffrent de l'imprévu et rencontrent des angoisses, voire subissent des crises lorsqu'un phénomène inattendu survient », souligne Mme Gorce. Ils changent aussi régulièrement de postes de travail, passant d'une ligne de production, où ils doivent insérer des couvercles sur des pots de yaourt, à la réalisation de panachages de produits finis, vendus en lots. Toutes les consignes de travail et de sécurité sont formalisées par des codes couleurs et des pictogrammes, étape après étape. « Ce sont des tâches qui étaient remplies auparavant par d'autres salariés de l'usine et par des intérimaires », explique Marie-Amélie Collas, directrice technique chez Novandie. « Quand ils ont une tâche à réaliser, ils la font à la perfection. Le travail qui leur est confié est bien mieux réalisé que par les autres salariés, et plus rapidement », estime Mme Collas. 35 000 euros contre 80 000 Une fois leur demi-journée de travail terminée, les personnes autistes bénéficient l'après-midi d'activités de vie et de socialisation, toujours très cadrées : cours de médiation artistique, sport, musique, mais aussi des activités plus banales comme le jardinage, les courses au supermarché, la préparation des repas... Si leurs postes de travail à l'usine sont précisément calibrés, il en est de même sur leur lieu de vie. Le soir, la plupart dorment dans leur studio tandis que deux jeunes adultes rentrent dans leur famille. Les résidents payent sur leur salaire (le Smic) une participation financière à l'association. « L'objectif de Vivre et travailler autrement est d'essaimer partout sur le territoire ce que l'on est en train de réaliser ici. On veut montrer aux entreprises, collectivités locales et autres qu'il est possible et bénéfique de faire travailler des personnes autistes », explique Mme Gorce. Selon l'association, ce type de prise en charge coûterait environ 35 000 euros par an et par personne, contre 80 000 euros dans des structures d'accueil classique type établissement médico-social. »...

<< Sommaire
emploi.handicap

Challenges for females with high functioning autism in the workplace: a systematic review. - PubMed - NCBI 11/12/2016

«Abstract PURPOSE: Individuals with High Functioning Autism (HFA) experience high levels of underemployment and unemployment, resulting in negative economic, social, and health outcomes. Given what is known about labor market participation difficulties experienced by women generally, and the paucity of research concerning women with HFA, this systematic review synthesized what is known about the labor market experiences of women with HFA. METHOD: A systematic review of the literature concerning adult females with HFA in relation to the workplace yielded 1947 results; 11 met inclusion criteria being based on original data, but not necessarily focusing solely on women. RESULTS: The total number participants with HFA across all studies was 731 (M=66.45, SD=95.44, Mdn=18.00) aged between 18 and 70 years (M=34.38, SD=7.71); females represented 38% (n=279) of those sampled. The principal challenges reported for individuals with HFA at work were communication, social interaction, and stress, together with negative mental and physical health. CONCLUSION: These results should be interpreted with caution. Of the studies found, 73% were qualitative and based on small samples. Only one paper differentiated female data in analyses. These factors combined suggest large-scale mixed method research focused on females with HFA is required to gain an accurate insight into the challenges faced in the workplace, to in turn inform intervention and support. However, implications for rehabilitation based on what is known are discussed. Implication for Rehabilitation Unemployment and underemployment of persons with High Functioning Autism (HFA) poses social, health and economic issues for both individuals and the wider community. Those with HFA have the intellectual capacity to make a substantial contribution to the workplace. Based on what is known, some of the challenges for females with HFA might be similar to those experienced by men with HFA, however it is possible that there are gender-based differences (in both type and severity of challenges) that require attention.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Parcours ''Relations Ecole-Famille, enseignant(s)-parent(s)'' Centre Alain Savary - Education prioritaire - ife 11/12/2016

«"Coopérer utilement avec les parents" : une ingénierie de formation pour les formateurs, un guide d’accompagnement pour les équipes, un outil pour le pilotage. PUBLICS VISES Un collectif d'école, de collège, de cycle, REP, interdegré. Peuvent être concernés : enseignant, directeur, maitre surnuméraire, membre du RASED, coordonnateur de REP, chef d'établissement, personnel administratif, gardien, CPE, assistant d'éducation, assistant pédagogique, assistant vie scolaire, assistant social, infirmier, partenaires. OBJECTIFS Dans l'intérêt de la scolarité des enfants et des jeunes, améliorer les relations avec les parents grâce à des dispositifs adaptés et des gestes professionnels appropriés. Objectifs : Comprendre les enjeux des relations école-familles, enseignant(s)-parent(s). Analyser la configuration à l'oeuvre dans son école ou son collège, au niveau d'un cycle ou d'un inter-cycles. Prioriser un/des levier(s) d'amélioration. Amorcer une démarche de transformation à partir de l'existant.»...

<< Sommaire
centre-alain-savary.ens-lyon

L'education inclusive : des parcours toujours plus inclusifs pour les eleves en situation de handicap - Ministere de l'Education nationale, de l'Enseignement superieur et de la Recherche 11/12/2016

«Le Comité interministériel du handicap a été réuni, à la veille de la Journée internationale des personnes handicapées, par le Premier ministre le 2 décembre 2016 à Nancy. Najat Vallaud-Belkacem souligne que l'Ecole inclusive est, "dans les faits, un changement considérable" mais "aussi une ambition : scolariser toujours plus d'enfants en situation de handicap dans les écoles et les établissements scolaires". Depuis 2012, le taux de scolarisation des élèves en situation de handicap a augmenté de 25 %. Relever ensemble le défi de l'éducation inclusive On a coutume de parler de la lettre et de l'esprit d'une loi : mais il existe une troisième dimension, essentielle, celle du terrain, où se concrétisent, par nos actions, les principes édictés dans les textes. La lettre et l'esprit de l'Ecole inclusive s'affirment avec force dans la loi de Refondation de l'Ecole de la République. Sa réalité, elle, se construit année après année, au sein de nos écoles et établissements scolaires. L'Ecole inclusive, ce n'est pas uniquement une formule : c'est, dans les faits, un changement considérable. C'est aussi une ambition : scolariser toujours plus d'enfants en situation de handicap dans les écoles et les établissements scolaires.»
[...]
«Notre action s’est concentrée sur trois aspects complémentaires : mettre en place des parcours de formation plus inclusifs, dans l’enseignement scolaire comme dans le supérieur ; mieux former et mieux professionnaliser les enseignants et les accompagnants ; faciliter l’insertion professionnelle des jeunes en situation de handicap. Ce sont ces trois axes sur lesquels nous allons prolonger nos efforts. Relever le défi de l’École inclusive passe par une action cohérente et sur le long terme, pour encore améliorer la scolarisation et la poursuite d’études des élèves et des étudiants en situation de handicap. Des parcours de formation plus inclusifs c’est, par exemple, continuer l’installation d’unités d’enseignement dans les écoles ordinaires. Depuis la rentrée 2014, 110 unités d’enseignement pour les élèves autistes ont été ouvertes au sein d’écoles maternelles (UEM) et scolarisent chacune sept élèves à temps plein. Nous avons publié un cahier des charges sur ce sujet, qui a été transmis aux recteurs en 2016. Nous souhaitons poursuivre et amplifier ce mouvement. Des parcours plus inclusifs, c’est aussi dans les universités, depuis le Comité interministériel du handicap de 2013, un nombre d’étudiants en situation de handicap multiplié par 1,5, un chiffre qui augmente de près de 13 % en moyenne chaque année. Des enseignants mieux formés, et des accompagnants professionnalisés, c’est veiller à la formation de tous les nouveaux enseignants pour répondre aux besoins éducatifs particuliers des élèves, dont ceux qui sont en situation de handicap. S’agissant des accompagnants, d’ici 5 ans, 60 000 équivalents temps plein d’accompagnant d’élèves en situation de handicap (ETP AESH) nous permettront d’accompagner les élèves en situation de handicap. C’est aussi, dans le supérieur, contribuer à la mise en place de formations continues annuelles dédiées aux chargés d’accueil et d’accompagnement sur les accompagnements des étudiants en situation de handicap. Une insertion professionnelle facilitée, c’est intégrer des informations relatives au parcours d’orientation des élèves en situation de handicap dans le cadre du parcours Avenir, et développer la prise en compte des étudiants en situation de handicap dans les conventions signées par notre ministère avec les organismes paritaires collecteurs agréés. Enfin, pour relever ce défi, nous avons la chance, aujourd’hui, de pouvoir compter sur les apports du numérique. Il constitue un outil essentiel au service des élèves et des étudiants en situation de handicap. Nous permettons ainsi à davantage d’élèves d’emprunter le chemin de l’École. Depuis 2012, nous avons augmenté le taux de scolarisation des élèves en situation de handicap de 25 %. Nous leur donnons ainsi des perspectives d’avenir qui reposent sur des assises solides, celles que constituent les savoirs, les compétences et la culture qu’ils pourront acquérir au sein de l’École de la République. Alors, si beaucoup reste à faire, un élan a été initié, une dynamique est à l’oeuvre ; le Comité interministériel du handicap réuni par le Premier ministre le 2 décembre 2016 à Nancy vient la prolonger et l’intensifier. Najat Vallaud-Belkacem Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Les chiffres clés La professionnalisation au service de la qualité de l’enseignement et de l’accompagnement Une insertion professionnelle facilitée pour les jeunes en situation de handicap Le numérique au service des besoins éducatifs particuliers Les chiffres clés Des parcours de scolarisation plus inclusifs Dans l’enseignement scolaire De plus en plus d’unités d’enseignement localisées en écoles ordinaires Depuis le Comité interministériel du handicap de septembre 2013, un mouvement important d’externalisation des unités d’enseignement en écoles ordinaires a été réalisé. Pour accompagner cette démarche, un nouveau cahier des charges, co-construit par les acteurs institutionnels et les associations, a été publié (BO Santé n° 16/08 du 15 septembre 2016) et transmis aux recteurs à la rentrée scolaire 2016. Par ailleurs, depuis la rentrée scolaire 2014, ce sont 103 unités d’enseignement pour les élèves avec autisme qui ont été ouvertes au sein d’écoles maternelles (UEM) ; chacune scolarisant sept élèves à temps plein. Ces unités, dont les missions sont d’accompagner et de scolariser les enfants, permettent de développer ou de renforcer les modalités de communication du jeune et de limiter l’expression des troubles. Ces résultats sont obtenus par l’apprentissage et grâce à la mise en œuvre d’interventions, à la fois intensives et précoces, réalisées selon les recommandations de bonnes pratiques de la Haute autorité de santé (HAS). Le parcours scolaire des enfants sourds amélioré Aujourd’hui, selon le choix linguistique du jeune sourd (LSF/français écrit ou LPC) ou en fonction des difficultés d’accès à l’apprentissage des jeunes malentendants, l’orientation de l’élève en dispositif spécifique ou collectif est notifiée par la maison départementale des personnes handicapées (MDPH). En outre, les nouveaux programmes scolaires sont en cours d'adaptation en LSF pour une mise en œuvre à la rentrée 2017 et la circulaire relative à la scolarisation des enfants sourds est en cours de finalisation (publication avant fin 2016). Zoom sur la famille Bonnetaud Stéphane, pouvez- vous nous raconter le parcours de scolarité de Morgane, votre fille qui présente un trouble spécifique des apprentissages ? Lorsque le professeur Gérard de l’hôpital Robert Debré à Paris, a déclaré que notre fille Morgane était dysphasique, nous avons décidé de nous battre pour sa scolarisation. Je dois vous dire d’emblée que nous devons énormément aux services de l’éducation nationale qui nous ont accompagnés pour obtenir une affectation dérogatoire dans une Ulis (Unité localisée pour l'inclusion scolaire) de Bois d’Arcy proche de notre domicile. Rapidement, notre fille a bénéficié de la présence quotidienne de Laurence, AESH, qui, sous le contrôle de l’enseignant, lui a donné des astuces pour refaire ses exercices et surtout lui a permis de se repérer dans le temps car c’est une difficulté que rencontrait Morgane. Elle a fait de gros progrès dès le CP et parfois elle était en immersion en classe ordinaire. Ensuite de la 6ème à la 3ème, notre fille a intégré la Segpa de Guyancourt dont je remercie encore l’équipe éducative. Puis, Morgane est entrée au CFA de Poissy pour préparer un CAP petite enfance alors que certains disaient que ce ne serait pas possible au regard de son handicap et de son parcours scolaire. Aujourd’hui son temps est partagé : deux jours en cours au CFA et l’autre partie de la semaine en entreprise. Actuellement elle est en stage professionnel dans une crèche collective et cela se passe très bien. La preuve que notre persévérance et sa volonté d’apprendre ont porté leurs fruits. Comment se construit son avenir professionnel ? À terme, Morgane envisage de passer le bac pro et j’espère qu’elle réussira ! Je dois aussi vous dire que nous recommençons le même parcours avec sa soeur Mélany, également détectée dysphasique. Notre fille cadette a été suivie pendant deux ans au CHU de Garches et elle a obtenu une affectation dérogatoire en Ulis à l’école de Bois d’Arcy puisque nous étions très satisfaits de la scolarité de Morgane dans cette école. Actuellement, nous sommes en attente d’une aide humaine et d’aménagements supplémentaires pour Mélany et c’est en bonne voie. Nous sommes très fiers de nos deux filles et nous sommes venus au ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche à Paris pour que Morgane puisse rencontrer Philippe van den Herreweghe, le délégué ministériel aux personnes handicapées et directeur d’Aide Handicap École, car il a toujours été là pour nous accompagner dans nos démarches. Dans l’enseignement supérieur En 2016, on dénombre 23 257 étudiants en situation de handicap s’étant fait connaître des dispositifs handicap dans les établissements publics sous tutelle du ministère en charge de l’enseignement supérieur (établissements interrogés et ayant renseigné l’enquête MENESR-Dgesip). Depuis le Comité interministériel du handicap de septembre 2013, la progression des effectifs s’est amplifiée et elle se poursuit au rythme de près de 13 % en moyenne chaque année. L’accompagnement des étudiants en situation de handicap, une mission inscrite dans tous les établissements d’enseignement supérieur Aujourd’hui, 100 % des universités sont dotées d’une mission handicap dédiée à l’accueil et l’accompagnement des étudiants en situation de handicap tout au long de leurs parcours, tous les contacts étant répertoriés et disponibles pour tous (Handi-U.fr). De plus, leurs portails Internet comprennent tous un volet spécifique d’information présentant les actions et les acteurs de l’établissement consacrés à cette mission. En concertation avec les partenaires institutionnels et associatifs, le ministère a élaboré un guide d’aide à l’évaluation des besoins des étudiants, afin de renforcer l’analyse personnalisée de leurs besoins dans le contexte de formation choisie et d’améliorer la diversité et l’adéquation des modalités d’accompagnement. Il complète les informations déjà mises à disposition des professionnels dans les guides publiés par la CPU en 2008 et 2013. Actuellement, plus de 70 % des étudiants en situation de handicap bénéficient d’un plan d’accompagnement pour le suivi des études pouvant comporter des mesures d’aides humaines, techniques ou des aménagements de cursus et 80 % bénéficient de mesures d’aménagement pour les épreuves d’examens. Outre la dynamique développée en faveur de l’accompagnement individualisé des étudiants, les universités se sont également engagées dans la mise en place de véritables politiques transversales du handicap dont l’adoption est rendue obligatoire depuis la loi pour l’enseignement supérieur et la recherche du 22 juillet 2013. Depuis 2014, le nombre d’universités ayant adopté un schéma directeur handicap a fortement progressé : deux universités avaient adopté leur Schéma Directeur Handicap en janvier 2014, 29 en 2016 soit près de 40 % d’entre elles. De plus, il faut souligner que : toutes les universités ont engagé des actions transversales sur le handicap sans avoir encore formalisé leur engagement par l’adoption d’un schéma directeur le nombre d’universités déclarant une adoption au cours de l’année 2016-2017 est en forte progression Ces stratégies d’établissement, pour la prise en compte du handicap dans tous les champs de l’université, sont gages d’un véritable mouvement qui ouvre la voie vers une université accessible et permettront de limiter les besoins de compensation individuels. Les écoles d’ingénieurs et les grandes écoles ont également renforcé leurs actions pour l’accompagnement des étudiants en situation de handicap depuis le Comité interministériel du handicap du 25 septembre 2013. La commission des titres d’ingénieurs (CTI) a renforcé l’obligation de prise en compte des besoins des étudiants en situation de handicap dans le référentiel pour l’évaluation des écoles d’ingénieurs et les demandes d’habilitations. La conférence des écoles françaises d’ingénieurs (CDEFI) s’est engagée à une prochaine signature d’une charte écoles d’ingénieurs – Handicap au cours de l’année universitaire 2016-2017. Enfin, la conférence des grandes écoles (CGE), déjà engagée par la charte handicap signée en 2008, a publié un guide pour améliorer l’accompagnement des étudiants dans leurs écoles et l’accès aux concours. »...

<< Sommaire
education.gouv

Lpliz, l'application qui parie sur la bienveillance 10/12/2016

«Permettre à une personne atteinte d'un handicap visible ou non, de trouver de l'aide en toute discrétion, c'est le but de cette application basée à Sophia-Antipolis, engagée dans une campagne de crowdfunding. L'histoire démarre comme souvent par le vécu. C'est parce que sa fille, Léna, atteinte d'un handicap non visible, rencontrait des difficultés à se faire comprendre par les personnes l'entourant que Daniel Tinmazian a eu l'idée de créer une application permettant aux personnes souffrant d'un handicap invisible que celui-ci soit passager ou durable de se signaler discrètement auprès d'une communauté de personnes valides, prêtes à les aider. "Les personnes souffrant de handicap non visible n'osent pas toujours porter un signe qui les distingue. Pour certaines, cela est stigmatisant", explique Daniel Tinmazian qui décide de créer une association et de développer en parallèle, une application dédiée. Bienveillance Appelée Lpliz, elle permet aux personnes concernées de renseigner leur handicap, le degré de celui-ci, ainsi que le degré d'autonomie et les besoins qui pourraient être les siens. De son côté, l'aidant signale sa présence sur la même application. Ainsi en cas de besoin il peut prêter secours en ayant connaissance des paramètres de la situation qui se présente à lui.»...

<< Sommaire
marseille.latribune

Texte adopte n° 851 - Projet de loi de financement de la securite sociale, adopte, par l'Assemblee nationale, dans les conditions prevues a l'article 45, alinea 4, de la Constitution, pour 2017 - XIVe legislature - Assemblee nationale 10/12/2016

«(AN NL) Article 68 40 I.
• Des expérimentations peuvent être menées, à partir du 1er janvier 2017 et pour une durée n'excédant pas quatre ans, afin d'améliorer la prise en charge et le suivi de jeunes de six à vingt et un ans chez lesquels un médecin, notamment médecin généraliste, médecin scolaire, pédiatre ou psychologue scolaire, a évalué une souffrance psychique. Dans le cadre de ces expérimentations, les médecins ou psychologues scolaires peuvent, après évaluation, orienter vers des consultations de psychologues libéraux, en fonction des besoins et de la situation du jeune et de sa famille. Ces consultations sont réalisées par les psychologues libéraux figurant sur la liste mentionnée à l'avant-dernier alinéa du I de l'article 44 de la loi n° 85-772 du 25 juillet 1985 portant diverses dispositions d'ordre social et donnent lieu à un financement forfaitaire sur les crédits du fonds d'intervention régional mentionné à l'article L. 1435-8 du code de la santé publique. Les ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale arrêtent la liste des territoires retenus pour les expérimentations. (AN 1) II.
• Un décret précise les modalités de mise en oeuvre et d'évaluation de ces expérimentations, notamment quant au suivi des patients et au financement des consultations. (S1) III.
• Un rapport d'évaluation est réalisé par le Gouvernement au terme de l'expérimentation et transmis au Parlement.»...

<< Sommaire
www2.assemblee-nationale

Autisme: le texte LR anti-psychanalyse rejete par l'Assemblee - L'Express 10/12/2016


«A l'Assemblée nationale, la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion, a regretté que la proposition ait "pour effet de raviver des tensions qui n'ont plus lieu d'être". A l'Assemblée nationale, la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion, a regretté que la proposition ait "pour effet de raviver des tensions qui n'ont plus lieu d'être". afp.com/LIONEL BONAVENTURE Signé par près d'une centaine de députés de droite, le texte invitait à "condamner et interdire les pratiques psychanalytiques" dans la prise en charge de l'autisme. Le texte anti-psychanalyse a été rejeté par l'Assemblée nationale ce jeudi. Ce texte controversé, signé par près d'une centaine de députés LR, invitait notamment à "condamner et interdire les pratiques psychanalytiques" dans la prise en charge de l'autisme. Opposée à "une entreprise malheureuse", "attaque sans précédent contre l'ensemble des professionnels de santé", la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion, Ségolène Neuville, a regretté dans l'hémicycle que cette proposition de résolution ait "pour effet de raviver des tensions qui n'ont plus lieu d'être".» [...]
«Les principales associations dédiées à l'autisme, rassemblant notamment les familles -Agir et vivre l'autisme, Vaincre l'autisme, Asperger aide France, Collectif Egalited, Autistes sans frontières, Maison de l'autisme...- avaient appelé à soutenir le texte. Celui-ci avait naturellement fait bondir les défenseurs de la psychanalyse. »...

<< Sommaire
lexpress

A propos du verrouillage de la Wikipedia francophone par deux psychanalystes | Le Club de Mediapart 10/12/2016

«Vous avez toujours rêvé de savoir comment les psychanalystes s'y prennent pour diffuser l'information sur leurs pratiques ? Voici un petit exemple avec tous les liens nécessaires, tiré de l'encyclopédie en ligne Wikipédia Favori Recommander Alerter Imprimer Partager Tweet Partager sur Google+ 3 commentaires 3 recommandés Témoignage d'une wikipédienne L'objet de cet article est de donner un aperçu de la façon dont deux psychanalystes français ont contrôlé pendant des années l'information au sujet de l'autisme sur l'encyclopédie en ligne Wikipédia en langue française. Points abordés : La non-représentativité des champs de recherche appliqués à l'autisme sur la Wikipédia en français Le traitement de l'article « autisme en psychanalyse » Le traitement de l'article consacré au film « Le Mur » Le traitement de l'article consacré à la CIPPA La dénonciation par X, sur la Wikipédia en français.»...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Epigenetic dysfunctional diseases and therapy for infection and inflammation. - PubMed - NCBI 08/12/2016

«Abstract Even though the discovery of the term 'epigenetics' was in the 1940s, it has recently become one of the most promising and expanding fields to unravel the gene expression pattern in several diseases. The most well studied example is cancer, but other diseases like metabolic disorders, autism, or inflammation-associated diseases such as lung injury, autoimmune disease, asthma, and type-2 diabetes display aberrant gene expression and epigenetic regulation during their occurrence. The change in the epigenetic pattern of a gene may also alter gene function because of a change in the DNA status. Constant environmental pressure, lifestyle, as well as food habits are the other important parameters responsible for transgenerational inheritance of epigenetic traits. Discovery of epigenetic modifiers targeting DNA methylation and histone deacetylation enzymes could be an alternative source to treat or manipulate the pathogenesis of diseases. Particularly, the combination of epigenetic drugs such as 5-aza-2-deoxycytidine (Aza) and trichostatin A (TSA) are well studied to reduce inflammation in an acute lung injury model. It is important to understand the epigenetic machinery and the function of its components in specific diseases to develop targeted epigenetic therapy. Moreover, it is equally critical to know the specific inhibitors other than the widely used pan inhibitors in clinical trials and explore their roles in regulating specific genes in a more defined way during infection.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Brain scans dispel theory about stimuli and autism - Futurity 08/12/2016

«A new study challenges the hypothesis that nerve cells in the brains of people with autism spectrum disorders do not reliably and consistently respond to external stimuli. "Our findings show there is no measurable variation in how individuals with autism respond to repeated visual and tactile stimuli," says John Foxe, chair of the neuroscience department at the University of Rochester Medical Center and senior author of the study in the journal Cerebral Cortex. "Consequently, the concept that the symptoms of autism may arise from unreliable brain activity in response to the senses is in all likelihood a scientific cul-de-sac." The neuronal unreliability theory, which has gained traction in recent years in the wake of a 2012 study, is based on the assumption that the brain's response to repetitive stimuli...”visual, audio, or touch...”should be steady and consistent. According to this theory, the brain's response is not constant in individuals with autism and, consequently, alters their perception of the physical environment and impairs cognitive and social development.»...

<< Sommaire
futurity

** Brains of people with autism share similar pattern of abnormal gene activity, UCLA study shows 08/12/2016

«Autism spectrum disorder is caused by a variety of factors, both genetic and environmental. But a new study led by UCLA scientists provides further evidence that the brains of people with the disorder tend to have the same "signature" of abnormalities at the molecular level. The scientists analyzed 251 brain tissue samples from nearly 100 deceased people -- 48 who had autism and 49 who didn't. Most of the samples from people with autism showed a distinctive pattern of unusual gene activity. The findings, published Dec. 5 in Nature, confirm and extend the results of earlier, smaller studies, and provide a clearer picture of what goes awry, at the molecular level, in the brains of people with autism. "This pattern of unusual gene activity suggests some possible targets for future autism drugs," said Dr. Daniel Geschwind, the paper's senior author and UCLA's Gordon and Virginia MacDonald Distinguished Professor of Human Genetics. "In principle, we can use the abnormal patterns we've found to screen for drugs that reverse them -- and thereby hopefully treat this disorder." According to the Centers for Disease Control and Prevention, about 1.5 percent of children in the U.S. have autism; the disorder is characterized by impaired social interactions and other cognitive and behavioral problems. In rare cases, the disorder has been tied to specific DNA mutations, maternal infections during pregnancy or exposures to certain chemicals in the womb. But in most cases, the causes are unknown. In a much-cited study in Nature in 2011, Geschwind and colleagues found that key regions of the brain in people with different kinds of autism had the same broad pattern of abnormal gene activity. More specifically, researchers noticed that the brains of people with autism didn't have the "normal" pattern for which genes are active or inactive that they found in the brains of people without the disorder. What's more, the genes in brains with autism weren't randomly active or inactive in these key regions, but rather had their own consistent patterns from one brain to the next -- even when the causes of the autism appear to be very different. The discovery suggested that different genetic and environmental triggers of autism disorders mostly lead to disease via the same biological pathways in brain cells.»
[...]
«"Traditionally, few genetic studies of psychiatric diseases have been replicated, so being able to confirm those initial findings in a new set of patients is very important," said Geschwind, who also is a professor of neurology and psychiatry at the David Geffen School of Medicine at UCLA. "It strongly suggests that the pattern we found applies to most people with autism disorders." The team also looked at other aspects of cell biology, including brain cells' production of molecules called long non-coding RNAs, which can suppress or enhance the activity of many genes at once. Again, the researchers found a distinctive abnormal pattern in the autism disorder samples. Further studies may determine which abnormalities are drivers of autism, and which are merely the brain's responses to the disease process. But the findings offer some intriguing leads about how the brains of people with autism develop during the first 10 years of their lives. One is that, in people with the disorder, genes that control the formation of synapses -- the ports through which neurons send signals to each other -- are abnormally quiet in key regions of the brain. During the same time frame, genes that promote the activity of microglial cells, the brain's principal immune cells, are abnormally busy. This could mean that the first decade of life could be a critical time for interventions to prevent autism. The study also confirmed a previous finding that in the brains of people with autism, the patterns of gene activity in the frontal and temporal lobes are almost the same. In people who don't have autism, the two regions develop distinctly different patterns during childhood. The new study suggests that SOX5, a gene with a known role in early brain development, contributes to the failure of the two regions to diverge in people with autism. »...

<< Sommaire
news-medical

Pourquoi l'information scientifique ne parvient-elle pas toujours a convaincre ? 07/12/2016

«Paris, le samedi 3 décembre 2016 - Surpuissance d'internet, manipulation de la presse, manque de culture scientifique : les raisons pour lesquelles de prétendues alertes sanitaires, en dépit des dénégations de la majorité des scientifiques, connaissent tant de succès sont régulièrement énumérées. Mais ces éléments, aussi importants soit-ils, ne sont pas seuls en cause. Notre esprit est façonné pour recevoir, traiter et accepter certaines informations plutôt que d'autres. Ces mécanismes sont décryptés pour nous par Jean-Paul Krivine, rédacteur en chef de Science et pseudo-sciences, la revue de l'Association française pour l'information scientifique, qui éclaire d'une manière précise et dépassionnée les raisons de nombreuses croyances actuelles. Par Jean-Paul Krivine*»...

<< Sommaire
jim

Men, Women Absorb Visual Information In Different Ways: Study Suggests Gender Differences Affects Understanding Of Visual Cues : HEALTH : Tech Times 07/12/2016

«A team of researchers from Queen Mary University of London found that there are differences in the way men and women absorb visual Information, which affects their understanding of visual cues. Study On Men And Women's Visual Cues To understand how people look at faces, the psychologists carried out a study in a science museum involving 500 participants for a period of five weeks. An eye-tracking device was used to monitor and analyze how much eye contact men and women felt comfortable with while watching a face on the monitor. It was observed from the study that women focused more on the left-hand side of the faces and were found to have strong left-eye bias. Women were also found to be observing the faces intensely than their male counterparts. Gender Bias In The Way Faces Are Observed The researchers said that from the way the subjects scanned the faces, it was possible to tell if the participant was a male or a female with accuracy of 80 percent. It is also noted that since the study involves a large sample size, the findings cannot be considering a mere coincidence.»...

<< Sommaire
techtimes

Autisme : un texte anti-psychanalyse d'une centaine de deputes fait hurler les psys 07/12/2016

«La résolution présentée jeudi à l'Assemblée par des députés de droite propose de "condamner et d'interdire les pratiques psychanalytiques sous toutes leurs formes" dans la prise en charge de l'autisme. Le gouvernement est invité à "condamner et interdire les pratiques psychanalytiques sous toutes leurs formes" dans la prise en charge de l'autisme, selon une proposition de "résolution", présentée jeudi à l'Assemblée nationale et qui fait déjà bondir ceux qui défendent la psychanalyse, "inefficace" selon ce texte. Une résolution soutenue par les associations. Seuls les thérapies et les programmes éducatifs pour autistes conformes aux recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS) devraient être "autorisés et remboursés", souligne ce texte. Les principales associations d'autisme (Agir et Vivre l'Autisme, Vaincre l'autisme, Asperger aide France, Collectif Egalited, Autistes sans frontières, Maison de l'Autisme...) appellent à soutenir ce texte ainsi qu'une pétition sur change.org qui dépassait les 4.000 signatures mardi. Publicite powered by Cette proposition de "résolution", signée de près d'une centaine de députés principalement issus du parti Les Républicains, dont Daniel Fasquelle, Laurent Wauquiez, Bernard Debré, Bernard Accoyer et Nathalie Kosciusko-Morizet et Thomas Thevenoud (ex-PS), n'a pas la valeur contraignante d'une loi. Elle s'adresse au gouvernement afin de l'encourager à une meilleure prise en charge des autistes. 80% des enfants autistes exclus du milieu scolaire ordinaire. En dépit des avancées, 80% des enfants atteints du trouble du spectre autistique (TSA) sont exclus de l'école en milieu ordinaire, relèvent notamment les signataires dans l'exposé des motifs de cette démarche. "En 2014, 44% des personnes autistes étaient victimes de maltraitances, soit 250.000 sur les 600.000 que compte le pays", lit-on également. La France a d'ailleurs été condamnée en février 2015 par la Cour européenne des droits de l'Homme pour "manque d'accompagnement" des autistes.»
[...]
«Engager la responsabilité pénale des médecins. Les recommandations de bonnes pratiques de prise en charge émises en mars 2012 par la HAS sont "d'importance vitale pour l'amélioration de la prise en charge de l'autisme", souligne le texte de résolution qui invite le gouvernement à "ré-allouer en totalité les financements" aux "approches validées scientifiquement et ayant fait preuve de leur efficacité", au détriment de celles qui ne sont pas recommandées, en l'occurrence la psychanalyse. Le gouvernement est invité "à fermement condamner et interdire les pratiques psychanalytiques sous toutes leurs formes" non recommandées par la HAS. De plus, le texte préconise d'engager systématiquement la "responsabilité pénale des professionnels de santé qui s'opposent aux avancées scientifiques et commettent des erreurs médicales en matière d'autisme". Selon la résolution, le gouvernement doit amener la Fédération française de psychiatrie à reconnaître "sans aucune réserve et officiellement" les recommandations de la HAS afin de "renoncer au packing (enveloppement du patient dans des linges froids et humides), à la psychanalyse et à toutes les approches maltraitantes". "Une proposition préjudiciable aux sujets autistes". Du côté des "psy", l'Inter-Associatif Européen de Psychanalyse crie au "liberticide", jugeant la proposition déposée par Daniel Fasquelle "diffamatoire et calomnieuse". Cette proposition serait "préjudiciable à la majorité des sujets autistes", affirment ces psychanalystes outrés par les menaces sur le plan économique et pénal. Le collectif des 39 (des professionnels signataires d'un appel visant à restituer leur honneur aux patients) réclame le retrait des recommandations de la HAS et appelle à signer une autre pétition, également sur change.org, contre la "science d'état" approuvée notamment par des psychiatres d'enfants. »...

<< Sommaire
europe1

Brains of people with autism spectrum disorder share similar molecular abnormalities 06/12/2016

«Autism spectrum disorder is caused by a variety of factors, both genetic and environmental. But a new study led by UCLA scientists provides further evidence that the brains of people with the disorder tend to have the same "signature" of abnormalities at the molecular level. The scientists analyzed 251 brain tissue samples from nearly 100 deceased people...”48 who had autism and 49 who didn't. Most of the samples from people with autism showed a distinctive pattern of unusual gene activity. The findings, published Dec. 5 in Nature, confirm and extend the results of earlier, smaller studies, and provide a clearer picture of what goes awry, at the molecular level, in the brains of people with autism. "This pattern of unusual gene activity suggests some possible targets for future autism drugs," said Dr. Daniel Geschwind, the paper's senior author and UCLA's Gordon and Virginia MacDonald Distinguished Professor of Human Genetics. "In principle, we can use the abnormal patterns we've found to screen for drugs that reverse them...”and thereby hopefully treat this disorder." According to the Centers for Disease Control and Prevention, about 1.5 percent of children in the U.S. have autism; the disorder is characterized by impaired social interactions and other cognitive and behavioral problems. In rare cases, the disorder has been tied to specific DNA mutations, maternal infections during pregnancy or exposures to certain chemicals in the womb. But in most cases, the causes are unknown.»
[...]
«In the new study, Geschwind and his team analyzed a larger number of brain tissue samples and found the same broad pattern of abnormal gene activity in areas of the brain that are affected by autism. "Traditionally, few genetic studies of psychiatric diseases have been replicated, so being able to confirm those initial findings in a new set of patients is very important," said Geschwind, who also is a professor of neurology and psychiatry at the David Geffen School of Medicine at UCLA. "It strongly suggests that the pattern we found applies to most people with autism disorders." The team also looked at other aspects of cell biology, including brain cells' production of molecules called long non-coding RNAs, which can suppress or enhance the activity of many genes at once. Again, the researchers found a distinctive abnormal pattern in the autism disorder samples. Further studies may determine which abnormalities are drivers of autism, and which are merely the brain's responses to the disease process. But the findings offer some intriguing leads about how the brains of people with autism develop during the first 10 years of their lives. One is that, in people with the disorder, genes that control the formation of synapses—the ports through which neurons send signals to each other—are abnormally quiet in key regions of the brain. During the same time frame, genes that promote the activity of microglial cells, the brain's principal immune cells, are abnormally busy. This could mean that the first decade of life could be a critical time for interventions to prevent autism. The study also confirmed a previous finding that in the brains of people with autism, the patterns of gene activity in the frontal and temporal lobes are almost the same. In people who don't have autism, the two regions develop distinctly different patterns during childhood. The new study suggests that SOX5, a gene with a known role in early brain development, contributes to the failure of the two regions to diverge in people with autism. »...

<< Sommaire
medicalxpress

Neurosciences : une nouvelle cause genetique d'autisme vient d'etre identifiee 05/12/2016

«Les troubles du spectre autistique (TSA) touchent à peu près un pour cent de la population mondiale. Ils se manifestent par divers degrés de difficultés dans la vie sociale et notamment la communication. La cause de l'autisme peut provenir de nombreuses mutations génétiques, très différentes et très rares. C'est en raison de cette hétérogénéité dans la maladie que le développement de traitements efficaces est rendu si difficile. Une nouvelle avancée dans cette voie semble toutefois possible grâce à une équipe internationale de chercheurs en neurosciences basée en Autriche (Institut de Science et Technologie Autriche. IST Autriche) dont le travail a mis en évidence une nouvelle forme d'#Autisme syndromique. Les recherches ont non seulement révélé un nouveau gène lié à l'autisme, mais aussi permis d'identifier le mécanisme par lequel sa mutation provoque l'autisme Ils ont aussi découvert que d'autres gènes partagent le même mécanisme causant l'autisme. Dés-lors, il pourrait s'agir d'un sous-groupe de la maladie dont la meilleure compréhension ouvrirait des perspectives nouvelles et permettrait d'isoler de nouvelles formes de traitements pour permettre un ciblage plus spécifique.»
[...]
«Les chercheurs ont étudié avec des souris les implications d’une déficience de BCAA et mis en évidence que leur déficience pouvait déclencher des altérations neurologiques comme des retards moteurs. Les troubles du spectre autistique (TSA) se chevauchent souvent avec d'autres affections neurologiques. Dans une étude antérieure, cette équipe avait déjà découvert une mutation dans un gène impliqué dans la dégradation de ces mêmes acides aminés chez des personnes atteintes de TSA, de déficience intellectuelle et d'épilepsie.De plus les chercheurs ont notés des changements constants dans le comportement également observés dans d'autres modèles de souris autistes. Les mutations du gène SLC7A5 au centre de toutes les attentions Pour comprendre comment les mutations du gène SLC7A5 pouvaient conduire à l'autisme, les chercheurs ont alors réduit les niveaux de BCAA dans le cerveau des souris. La conséquence: cette réduction interfère lors de la synthèse protéique dans les neurones et entraîne chez les souris une interaction sociale plus réduite. A l’inverse, le comportement de la souris mutante Slc7a5 a été partiellement corrigé par les injections de BCAA directement dans le cerveau de la souris pendant trois semaines. A l’issue, les chercheurs ont observé une nette amélioration des troubles comportementaux. Même si le traitement ne peut pas être utilisé sur l’homme par injection directe, cette étude a permis de trouver un traitement pour certains symptômes présentés dans cette forme d’autisme chez la souris et il est possible de trouver une forme de remède idoine pour arriver au même résultat chez l’homme. Une piste qui suscite de grands espoirs »...

<< Sommaire
fr.blastingnews

Controlled study of the impact on child behaviour problems of intensive interaction for children with ASD - Tee - 2016 - Journal of Research in Special Educational Needs - Wiley Online Library 05/12/2016

«Abstract Pupils with autism spectrum disorder (ASD) received 6 months of intensive interaction or treatment as usual. They were assessed for behaviour problems at the start and end of the period, and changes were related to child and parent factors. Intensive interaction did not offer any greater advantages to child behaviour than treatment as usual. However, intensive interaction was more effective for pupils with less challenging behaviour. Levels of depression in mothers were related negatively to changes in child behaviours. These data suggest that intensive interaction may be of limited utility for reducing problem behaviours of pupils with ASD, but that the approach could be effective with less behaviourally challenging pupils and that levels of parent distress may reduce its impact.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

Researchers develop medical app to help detect autism early - iMedicalApps 05/12/2016

«Researchers from the University of Buffalo recently presented a medical app that has the potential to diagnose autism in children as young as two by simply using a smartphone camera to track eye movement. Kun Woo Cho, an undergraduate computer science major and principal author of the study, and her research advisor, Wanyao Xu, recently presented the findings at the IEEE Wireless Health conference. They showed that a multi-device app which uses photos and eye movement sensors could effectively detect autism. If this sounds familiar, Duke University has a similar app, Autism & Beyond which uses video stimulus and tracks facial movement via smartphones and tablets. The UB study screened 32 children ages two to 10, half of whom were already diagnosed with autism. Using pictures of social scenes (ones with multiple people), the app monitored their eye movement while looking at the photos. The eye movement of the undiagnosed children was compared with those who were known to have autism. The team of researchers discovered that the children with autism had more erratic patterns when looking at the picture and found that they could accurately detect autism 93.96 percent of the time. The researchers state in 54 seconds, a child could be diagnosed without any intrusive tests needing to be done. Speed is important for kids with a short attention span. The Duke app, for example, makes users watch a 20 minute video ...” however, their medical app is a ResearchKit app and being used in a study.»...

<< Sommaire
imedicalapps

Synaptic Actin Dysregulation, a Convergent Mechanism of Mental Disorders? - PubMed - NCBI 04/12/2016

«Abstract Actin polymerization governs activity-dependent modulation of excitatory synapses, including their morphology and functionality. It is clear from human genetics that neuropsychiatric and neurodevelopmental disturbances are multigenetic in nature, highlighting the need to better understand the critical neural pathways associated with these disorders and how they are altered by genetic risk alleles. One such signaling pathway that is heavily implicated by candidate genes for psychiatric and neurodevelopmental disorders are regulators of signaling to the actin cytoskeleton, suggesting that its disruption and the ensuring abnormalities of spine structures and postsynaptic complexes is a commonly affected pathway in brain disorders. This review will discuss recent experimental findings that strongly support genetic evidence linking the synaptic cytoskeleton to mental disorders, such as schizophrenia and autism spectrum disorders.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Strategies of readers with autism when responding to inferential questions: An eye-movement study - Micai - 2016 - Autism Research - Wiley Online Library 03/12/2016

«Abstract Previous research suggests that individuals with autism spectrum disorder (ASD) have difficulties with inference generation in reading tasks. However, most previous studies have examined how well children understand a text after reading or have measured on-line reading behavior without response to questions. The aim of this study was to investigate the online strategies of children and adolescents with autism during reading and at the same time responding to a question by monitoring their eye movements. The reading behavior of participants with ASD was compared with that of age-, language-, nonverbal intelligence-, reading-, and receptive language skills-matched participants without ASD (control group). The results showed that the ASD group were as accurate as the control group in generating inferences when answering questions about the short texts, and no differences were found between the two groups in the global paragraph reading and responding times. However, the ASD group displayed longer gaze latencies on a target word necessary to produce an inference. They also showed more regressions into the word that supported the inference compared to the control group after reading the question, irrespective of whether an inference was required or not. In conclusion, the ASD group achieved an equivalent level of inferential comprehension, but showed subtle differences in reading comprehension strategies compared to the control group.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

A Subset of Autism-Associated Genes Regulate the Structural Stability of Neurons. - PubMed - NCBI 03/12/2016

«Abstract Autism spectrum disorder (ASD) comprises a range of neurological conditions that affect individuals' ability to communicate and interact with others. People with ASD often exhibit marked qualitative difficulties in social interaction, communication, and behavior. Alterations in neurite arborization and dendritic spine morphology, including size, shape, and number, are hallmarks of almost all neurological conditions, including ASD. As experimental evidence emerges in recent years, it becomes clear that although there is broad heterogeneity of identified autism risk genes, many of them converge into similar cellular pathways, including those regulating neurite outgrowth, synapse formation and spine stability, and synaptic plasticity. These mechanisms together regulate the structural stability of neurons and are vulnerable targets in ASD. In this review, we discuss the current understanding of those autism risk genes that affect the structural connectivity of neurons. We sub-categorize them into (1) cytoskeletal regulators, e.g., motors and small RhoGTPase regulators; (2) adhesion molecules, e.g., cadherins, NCAM, and neurexin superfamily; (3) cell surface receptors, e.g., glutamatergic receptors and receptor tyrosine kinases; (4) signaling molecules, e.g., protein kinases and phosphatases; and (5) synaptic proteins, e.g., vesicle and scaffolding proteins. Although the roles of some of these genes in maintaining neuronal structural stability are well studied, how mutations contribute to the autism phenotype is still largely unknown. Investigating whether and how the neuronal structure and function are affected when these genes are mutated will provide insights toward developing effective interventions aimed at improving the lives of people with autism and their families.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Students with autism transitioning from primary to secondary schools: parents' perspectives and experiences: International Journal of Inclusive Education: Vol 0, No 0 03/12/2016

«ABSTRACT The transition from primary to high school can be a challenging process for students with autism spectrum disorder (ASD). During this time, research-based practices like home-school collaboration are crucial in facilitating a smoother transition. However, existing research indicates that the transition from primary to high school is a period of anxiety and reduced support for students with ASD and their families. This article describes the experiences of parents of students with ASD in regard to this transition and home-school collaboration. Semi-structured interviews were carried out with 15 parents of children with ASD who attended mainstream government high schools in metropolitan Sydney. Through content analysis, parents were found to have received varying levels of transition support. Their experiences of home-school collaboration were, however, generally positive. Overall, it is recommended that parents' knowledge of their children with ASD should be prioritised and utilised in transition planning. Findings also suggest that a greater implementation of practices including mandated transition planning and home-school collaboration in schools would contribute to more authentic inclusion of students with ASD.»...

<< Sommaire
tandfonline

La scolarisation des enfants handicapes - RFI 03/12/2016

«A l'occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, le samedi 3 décembre 2016, l'école de la République est-elle réellement inclusive pour tous les enfants, sans aucune distinction ? Entre 2004 et 2014, le nombre d'enfants en situation de handicap scolarisés en milieu ordinaire a quasiment doublé (330 247 à la rentrée 2014). La carrière scolaire des enfants en situation de handicap peut-elle être la même que pour les autres ? Ces élèves sont bien trop souvent séparés des autres au collège, et plus encore au lycée...¦ - Serge Ebersold, co-auteur du rapport Ecole inclusive pour les élèves en situation de handicap : accessibilité, réussite scolaire et parcours individuels. Il est professeur du CNAM et titulaire de la Chair accessibilité, et travaille pour l'Agence européenne pour l'éducation adaptée et inclusive sur l'analyse des politiques inclusives à l'étranger. Il a travaillé à l'OCDE sur l'analyse des politiques inclusives. â–º Dossier de synthèse du Cnesco sur ce thème. â–º Pour en savoir plus sur le sujet et consulter les rapports.

• Estelle Ast, maman d'un petit garçon autiste qui a 11 ans, Allan - Hawa Drame, fondatrice et présidente de la Fondation Fitima, Fondation internationale Tierno et Maria. L'intervention de 3 mamans : Clotilde Jenoudet, maman de Baptiste, 3 ans, atteint de trisomie 21 Lucie Michel, maman de Malone, 4 ans, victime d'épilepsie et d'autisme Stéphanie Ribeyrollis, maman de Jeanne, 4 ans, qui est née avec un poumon trois malformations trachéales et souffre de POIC (pseudo obstruction intestinale chronique). Et un reportage Alice Milot : Emma est maman d'une petite Sarah, âgée de 8 ans, atteinte d'une trisomie 21, un handicap cognitif avec une déficience intellectuelle. Cette élégante brune, d'une quarantaine d'année, divorcée, habite avec sa fille et son grand fils de 23 ans en Seine-saint-Denis. Elle se bat au quotidien pour Sarah, notamment avec l'association Toupi (Tous pour l'inclusion). Alice Milot l'a rencontrée chez elle en pleine séance de travail avec Sarah»...

<< Sommaire
rfi

Manuel Valls presente 14 mesures pour le Handicap 03/12/2016

«Lors de la réunion du Comité interministériel du handicap aujourd'hui à Nancy, le premier ministre a annoncé 14 domaines pour agir dans le domaine du handicap. Emploi, citoyenneté, inclusion, scolarisation, logement,... Manuel Valls a voulu aussi rendre hommage à François Hollande. Voici les mesures annoncées par Matignon par communiqué.»...

<< Sommaire
vivrefm

Prise en charge de l'autisme : haro sur la resolution Fasquelle 02/12/2016

«Paris, le vendredi 2 décembre 2016 - La semaine prochaine, les députés devront se pencher sur un projet de résolution* porté par Daniel Fasquelle (Les Républicains) et soutenu par plusieurs élus de droite, dont Bernard Accoyer, Laurent Wauquiez et Nathalie Kosciusko-Morizet. Ce texte concerne la prise en charge de l'autisme et a pour ambition de « promouvoir une prise en charge de l'autisme basée sur les recommandations de la Haute autorité de Santé ». Ces recommandations édictées en 2012 ont constitué une rupture. Après des années de contestation de la part des associations et plusieurs remontrances du Conseil de l'Europe quant à la place trop importante de l'approche psychanalytique dans la prise en charge des jeunes patients souffrant d'autisme, une autorité française s'inscrivait enfin dans la même ligne.»
[...]
«Les parents d’enfants autistes pas tous représentés par les associations phares Aussi, le projet de résolution Fasquelle qui souhaite notamment que les recommandations de la HAS deviennent « juridiquement contraignantes pour les professionnels qui travaillent avec des enfants autistes, et que seuls les thérapies et les programmes éducatifs qui sont conformes aux recommandations de la Haute Autorité de santé soient autorisés et remboursés » ou encore qui appelle à une interdiction totale du packing, hérisse de très nombreuses organisations de psychiatres, mais également certaines associations de familles touchées par l’autisme. Ces dernières, face au poids des organisations les plus médiatisées, peinent à faire entendre une voix différente. Ainsi, père d’un jeune homme autiste, et président du RAAHP (Rassemblement pour une Approche des Autismes Humaniste et Plurielle), Patrick Sadoun se montre inquiet du projet de résolution. Il redoute l’instauration d’une médecine officielle « sous contrôle étatique ». Il s’insurge contre cette restriction de la liberté de prescription et de jugement des médecins. »...

<< Sommaire
jim

Tout savoir sur le conge du proche aidant en 4 points 01/12/2016

«Une personne de votre entourage exige une attention particulière en raison de son état de santé. Vous envisagez de mettre votre carrière entre parenthèse pour l'aider. Vous pouvez alors profiter d'un congé du proche aidant. La Loi travail (1) a assoupli les conditions pour bénéficier de ce congé et le Décret (2) relatif à ce congé vient d'être publié. Voici en 4 points, un petit tour d'horizon sur ce congé et sur les modalités pour en bénéficier. Sommaire Les conditions pour en bénéficier A quoi pouvez-vous prétendre ? Comment en demander le bénéfice à votre employeur ? Comment faire votre demande Quand faire votre demande La fin du congé»...

<< Sommaire
juritravail

Parenting, autism spectrum disorders and inner journeys - Twomey - 2016 - Journal of Research in Special Educational Needs - Wiley Online Library 30/11/2016

«Abstract The importance of Early Intervention for children with Autism has been established however little attention has been given to the role of the parent and their perspective (Griffin & Shevlin, 2011). Research on Early Intervention has proliferated and innovative research on involving parents as partners has emerged (Carpenter, 2007; Hornby, 2011), however parents' experiences of assessment, diagnosis and education have received little attention. This study investigated parental perceptions of Early Intervention services for children with significant disabilities. The purpose of this article is to describe how parents experience assessment, diagnosis and education, exploring the potential of utulising a parental lens in grasping these perspectives. It explored parents' need to negotiate services and the difficulties surrounding their children's education in mainstream settings. Through qualitative, longitudinal, in-depth case studies, parents (n 6) were interviewed over a fifteen month period. Interviews coincided with school terms. A major point of difference is the presence of parent voice. This research is dedicated to eliciting parents' voice and exploring how this may influence current understandings of Early Intervention in Ireland. This research suggests that we need to explore what is needed by parents according to those parents, by acknowledging parent voice. Early Intervention and school settings may be a site of reconfiguration of parenthood where mutually, supportive mechanisms may confront the obscurities associated with their role and the fact that they are seldom heard.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

The drug candidate, ADX71441, is a novel, potent and selective positive allosteric modulator of the GABAB receptor with a potential for treatment o... - PubMed - NCBI 28/11/2016

«Abstract Positive allosteric modulation of the GABAB receptor is a promising alternative to direct activation of the receptor as a therapeutic approach for treatment of addiction, chronic pain, anxiety, epilepsy, autism, Fragile X syndrome, and psychosis. Here we describe in vitro and in vivo characterization of a novel, potent and selective GABAB positive allosteric modulator (PAM) N-(5-(4-(4-chloro-3-fluorobenzyl)-6-methoxy-3,5-dioxo-4,5-dihydro-1,2,4-triazin-2(3H)-yl)-2-fluorophenyl)acetamide (ADX71441). In vitro, Schild plot and reversibility tests at the target confirmed PAM properties of the compound. In mice and rats ADX71441 is bioavailable after oral administration and is brain penetrant. A single dose of ADX71441 had an anxiolytic-like profile in the mouse marble burying test (minimum effective dose; MED 3 mg/kg) as well as in the elevated plus maze test in mice and rats (both MED 3 mg/kg). Also, in mice, acute administration of ADX71441 reduced visceral pain-associated behaviors in the acetic acid-induced writhing test. ADX71441 dose-dependently reduced time on rotarod in rats (MED 10 mg/kg) indicative of muscle-relaxant qualities. ADX71441 reduced locomotor activity in mice (10 mg/kg) and rats (3 mg/kg) after single dose; however, following sub-chronic administration in mice, 30 mg/kg ADX71441 was associated with normal locomotor activity. While acute administration of ADX71441 reduced body temperature in rats and mice (both MED 10 mg/kg), the effect in the former was transient, rapidly returning to normal levels despite high concentrations of the compound remaining in plasma. Thus, the GABAB PAM ADX71441 represents a valid therapeutic approach for development of novel treatment of anxiety, pain and spasticity.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

L'autisme - Grands dossiers - Ministere des Affaires sociales et de la Sante 28/11/2016

«Une source d'information officielle, fiable et claire validée par un comité scientifique. Cet espace délivre une information officielle et validée par un comité scientifique conforme aux recommandations de bonnes pratiques de la Haute Autorité de Santé et de l'ANESM, destinée à informer le grand public, tout comme les personnes concernées et leurs familles. Cet espace web a pour but de : donner l'accès à un état des connaissances actualisé, rappeler les recommandations de bonne pratique, diffuser une information objective et validée scientifiquement, contribuer à modifier les représentations, casser les préjugés, informer sur l'accompagnement dédié et l'importance du diagnostic.»...

<< Sommaire
social-sante.gouv

Repose en paix, formation continue 27/11/2016


«C'est une petite phrase, une confidence lâchée presque entre amis, lors d'une table ronde des journées d'automnes organisées le mois dernier par le CRAP-Cahiers Pédagogiques. Jean-Paul Delahaye, ancien Inspecteur général de l'éducation nationale, ancien directeur général de l'enseignement scolaire et conseiller spécial de Vincent Peillon lors de la Refondation de l'école en 2012, impressionne l'auditoire durant sa prise de parole, puis lors du débat qui suit : sa connaissance des dossiers, son charisme en font un orateur hors pair. Le débat est riche, de haut niveau, la question de la formation est abordée, Delahaye prend la parole. « En 2012, Vincent Peillon a failli inscrire l'obligation de formation des enseignants dans la Loi de Refondation de l'école. La formation continue était sinistrée. Mais les parlementaires lui ont répondu : « Avec quels moyens ? ». » Le budget, malgré la hausse prévue, est serré, et il faut reconstruire ce qui a été détruit sous le précédent quinquennat. Peillon abandonne l'idée. Avec les ESPE, il relancera la formation initiale supprimée sous Sarkozy, mais mettra de côté la formation continue. Je ne sais pas si le public présent a comme moi, marqué le coup. Il m'a fallu plusieurs minutes pour percevoir la pleine incidence de ce qui venait d'être dit. Et prendre conscience du virage décisif que l'Education Nationale a loupé, il y a quatre ans. Et pourtant, le ministère savait...¦ Une quarantaine de pages circulent au ministère cet été 2012, en pleine consultation sur le Refondation, un rapport de synthèse intitulé « formation des enseignants : éléments de comparaison internationale » qui commence par cet exergue : « Les systèmes les plus performants sont la preuve qu'in fine, c'est le niveau de compétence des enseignants qui fait la qualité d'un système scolaire.» [...]
«Il n’y a plus d’après… « Avec quels moyens ? ». 40 ans après l’accord historique de 1972, voilà où on en est. « Avec quels moyens ? », pour clore tout débat sur la question. A quoi bon, au fond, les rapports, les études et les mises en garde ? Il y a quatre ans, un ministre a « failli » inscrire l’obligation de formation des enseignants dans la loi. Il n’aurait pas été possible de revenir en arrière. Cela aurait obligé l’état à agir, cela l’aurait mis devant ses responsabilités, rappelé à son devoir. Mais le ministre a reculé, parce qu’on lui a fait comprendre que la formation continue, c’est trop cher, mieux valait abandonner l’idée et accepter, au fond, qu’il ne soit plus possible de financer la formation continue des enseignants. Une telle fenêtre de tir n’est pas près de se présenter à nouveau. Des futurs candidats à la présidentielle, on ne connait que les programmes actuels de Juppé et Fillon. Autant dire qu’aucun n’évoque la formation, l’heure est à la "restauration de l’autorité", aux intox sur les programmes d’histoire, à la guerre menée contre les pédagogues et aux suppressions de postes (lesquelles suppressions de poste, les années Sarkozy l’ont montré, commencent par la suppression des postes de remplaçants, ceux-là même qui permettent notamment d’envoyer des profs en formation). La formation continue des enseignants français est bel et bien agonisante. « Avec quels moyens ? ». On ne peut pas, on ne peut plus former les profs tout au long de leur carrière, ma petite dame. Pas les moyens. Soit. Mais qu’on ne dise plus que les instits parlent mal anglais, qu’ils ne maitrisent pas l’informatique et l’Internet. On ne les forme pas, ni à l’un, ni aux autres. Qu’on ne dise plus que les profs ne sont pas au courant des dernières recherches en éducation. On ne les aide pas à mettre à jour leurs connaissances, à développer et étendre leurs compétences. Qu’on ne dise plus des profs qu’ils ne sont pas innovants, peu au fait des méthodes alternatives. On ne les forme pas sur ces sujets, ni à l’innovation, ni à ce qui se fait ailleurs, ou autrement. Qu’on ne dise plus qu’il est invraisemblable que l’école ne s’ouvre pas aux recherches scientifiques récentes telles les neurosciences. L’impact des neurosciences sur l’apprentissage, ça s’apprend, mais on ne l’apprend pas. Qu’on ne dise plus que les profs sont rétifs au changement. La formation qui devait développer chez les maitres l’aptitude au changement n’a jamais eu cours. Qu’on ne dise plus que les réformes ne sont pas mises en place sur le terrain. Elles ne sont pas accompagnées des formations qui seules pourraient aider à leur enracinement. Qu’on ne dise plus des profs qu’ils font toujours la même chose, qu’ils ne savent pas se décentrer, mettre leur pratique en perspective. On leur interdit les perspectives, on ne les aide pas à se rencontrer, à échanger, à partager, à observer les autres faire. Les profs, ceux qui en ont encore l’envie, le courage, la passion, heureusement ils sont nombreux, n’ont plus qu’à se débrouiller seuls pour ne plus l’être, ne doivent qu’à eux-mêmes d’évoluer et de se former, loin de l’institution. C’est anormal, c’est illogique, c’est irresponsable. Mais bon, « avec quels moyens ? ». »...

<< Sommaire
blog.francetvinfo

Faut-il confier le traitement de l'autisme a un supporter de Sarkozy | Le Club de Mediapart 25/11/2016

«Objet : Proposition de Résolution parlementaire du député Daniel FASQUELLE et de 93 de ses collègues, visant à rendre opposable une recommandation de la HAS et à donner au législateur le pouvoir de décréter où se situe la « vérité » scientifique. Chers Consoeurs, Chers Confrères, Chers Amis Médecins, Le Député Daniel FASQUELLE a obtenu que soit soumise le 8 décembre à L'Assemblée Nationale une Proposition de résolution concernant l'autisme. Cette question peut sembler marginale à certains d'entre vous, mais la requête est sournoise : sous une apparence parfaitement légitime, au nom du respect des personnes autistes, il demande au législateur de rendre "les recommandations de la HAS de 2012 juridiquement contraignantes pour les professionnels qui travaillent avec des enfants autistes".»...

<< Sommaire
blogs.mediapart

Autistic People Can Solve Our Cybersecurity Crisis | WIRED 25/11/2016

«Alan Turing was the mastermind whose role in cracking the Nazi Enigma code helped the Allies win World War II. He built a machine to do the calculations necessary to decipher enemy messages and today is hailed as the father of the com­puter and artificial intelligence. He's also widely believed to have been autistic. Turing was not diagnosed in his lifetime, but his mathematical genius and social inelegance fit the profile for autism spectrum disorder (ASD). And his story illustrates how society benefits when it gives a voice to those who think different. Until he came along, no one perceived the need for a com­puter; they simply needed to crack the code. It took a different kind of mind to come up with that unexpected, profoundly consequential solution.»
[...]
«At the same time, more than three-quarters of cognitively able individuals with autism have aptitudes and interests that make them well suited to cybersecurity careers. These include being very analytical and detail-oriented as well as honest and respectful of rules. And there are many other areas in which these talents could quite literally be employed. A few innovative firms, including Microsoft, SAP, and Freddie Mac, already have pilot programs for hiring people with autism to fill sophisticated IT jobs and other positions. The Gates Foundation, the Milken Institute, and the Hilibrand Foundation have also funded valuable employ­ment and research programs. But given the coming tsunami of adults with autism, a much broader effort will be required. We need a national strategy, coordinating the efforts of public agencies, companies, and organizations, to bring these valuable minds into the work­force. Such an initiative should focus first on providing meaningful job opportunities for adults who are cognitively able and eventually branch out to more of the autism spectrum. This effort needn’t start from scratch. Let’s begin by convening those working on the issue in Los Angeles, New York, San Francisco, Seattle, and Washington, DC—areas where strong research and clinical programs are up and running and where tech industry jobs are readily available. By capitalizing on this existing network, we can seed job hubs around the country for adults with autism. These hubs would create programs to cultivate expertise in cybersecurity and would teach workplace social skills and independent living skills. They’d also work with industry partners to develop a talent pipeline and help them under­stand how best to integrate autistic employees. »...

<< Sommaire
wired

Association Francophone de Femmes Autistes: Presentation de l'association 25/11/2016

«L'association a pour objectif principal la coopération avec les pouvoirs publics concernant toute question relative à l'autisme. A ce titre, elle vise à :
• participer activement à l'élaboration, à la mise en oeuvre, au déploiement de toute mesure concernant les Troubles du Spectre de l'Autisme ;
• travailler de manière constructive avec les autorités compétentes afin de permettre l'enrichissement des réflexions concernant l'autisme ;
• être un partenaire fiable et investi dans un travail d'équipe élargi ;
• donner de la visibilité aux femmes ayant reçu le diagnostic de Troubles du Spectre de l'autisme et encourager leur participation en lien avec l'autisme dans la société ;
• prendre en considération la réalité quotidienne des femmes porteuses de Troubles du Spectre de l'Autisme, ceci quelle que soit leur situation personnelle (femme active exerçant ou non une profession, étudiante, retraitée, mère, épouse). Nous souhaitons apporter dans le débat de l'autisme de la visibilité sur la condition des autistes femmes : en effet, ce syndrome s'y exprime de manière un peu différente et, faute de prise en compte de ces spécificités, elles ont d'autant moins accès à un diagnostic et à un accompagnement adapté. Elles sont par ailleurs doublement discriminées dans le monde du travail, en tant que femme et personne avec particularités de fonctionnement. De plus, de nombreuses femmes sont également mères et sont, par leur comportement particulier, jugées suspectes, et davantage exposées aux risques de signalements de la part de professionnels de l'enfance. Les personnes composant notre association ont souvent eu un parcours de vie compliqué, notamment au niveau professionnel (beaucoup ne travaillent pas ou plus), alors qu'elles possèdent pourtant de nombreuses compétences inexploitées et une grande capacité de travail et de concentration, surtout quand le sujet leur plait, ce qui est le cas ici. Groupes de travail/instances auxquels certaines membres participent actuellement :»...

<< Sommaire
association-affa.blogspot

Association Francophone de Femmes Autistes: [Article] De nombreuses filles autistes pourraient echapper aux tests de diagnostic de l'autisme 25/11/2016

«De nombreuses filles autistes pourraient échapper aux tests de diagnostic de l'autisme Traduction libre par Elodie Fleurot de l'article original « Diagnostic test for autism may miss many girls », D. Rudacille, https://spectrumnews.org/ , 27 juin 2011 Les symptômes du syndrome d'Asperger seraient sensiblement différents chez les filles et chez les garçons, selon une étude publiée un peu plus tôt dans le mois dans la revue « Research in Developmental Disabilities* » (« Recherche sur les troubles du développement »). Cette étude, ainsi qu'une série d'autres études récentes, suggèrent qu'avec les tests diagnostics actuels, les filles présentant un autisme dit de hautement fonctionnement sont diagnostiquées plus tard que les garçons, ou échappent tout simplement au diagnostic. Dans cette nouvelle étude, des chercheurs suédois montrent que 18 nouvelles questions dans un test Autism Spectrum ScreeningQuestionnaire (questionnaire de dépistage des troubles du spectre autistique) révisé donnent des profils de réponse très différents pour les filles et les garçons d'âge scolaire présentant un syndrome d'Asperger.»...

<< Sommaire
association-affa.blogspot

Strategies pour soutenir le developpement de la memoire de travail 25/11/2016

«Bien que nous sachions depuis longtemps qu'il existe une relation entre la mémoire de travail et les troubles d'apprentissage (TA), nous n'arrivons pas encore à cerner précisément en quoi cette relation consiste. Grâce à la mémoire de travail, nous pouvons conserver temporairement de l'information pendant que notre cerveau est occupé à une autre tâche. Nous utilisons notre mémoire de travail pour apprendre une langue, résoudre des problèmes et exécuter d'innombrables autres tâches. La capacité de notre mémoire de travail est limitée, et si nous dispersons notre attention ou surchargeons le système mnémonique, nous pouvons perdre une partie de l'information emmagasinée. Pour les élèves qui ont une déficience de la mémoire de travail, notamment ceux qui ont des TA, perdre l'information qui était stockée dans la mémoire de travail peut constituer un immense obstacle à l'apprentissage. Qu'est-ce que la mémoire de travail?.»
[...]
«Aider les élèves ayant une faible mémoire de travail Deux approches ont été utilisées pour aider les élèves qui présentent une déficience de la mémoire de travail. L’efficacité de la première, qui consiste à entraîner la mémoire de travail des élèves, n’est pas confirmée par la littérature scientifique. La deuxième approche, qui consiste à créer un environnement d’apprentissage pour réduire la charge imposée à la mémoire de travail des élèves, est utilisée couramment avec les élèves ayant des TA. Améliorer la capacité par l’entraînement. Même si certaines interventions ont produit quelques améliorations à court terme pour la mémoire de travail verbale, la mémoire de travail visuospatiale et le décodage des mots (voir la méta-analyse de Peijnenborgh, Hurks, Aldenkamp, Vles et Hendriksen, 2015), ces améliorations ne sont pas durables et ni facilement transférables à d’autres situations d’apprentissage (p. ex., Melby-Lervag et Hulme, 2013). Il existe des programmes informatiques, comme Robomemo, qui permettent aux joueurs d’entraîner leur mémoire de travail à raison de 35 minutes par jour pendant six semaines et qui semblent produire une certaine amélioration (Klingberg et coll., 2005). Autres que les gains limités par entraînement direct, on considère généralement que la mémoire de travail est un trait constant qu’on ne peut facilement améliorer par une intervention. Réduire la charge imposée à la mémoire de travail. Pour atténuer les difficultés des élèves, on choisit plus souvent d’utiliser des stratégies pour réduire la charge imposée à la mémoire de travail. Gathercole et Alloway (2008) recommandent une méthode à plusieurs étapes que les professionnels de l’enseignement peuvent utiliser pour aider les élèves ayant une déficience de la mémoire de travail. »...

<< Sommaire
taalecole

L'intelligence artificielle sait mieux lire sur les levres que l'homme 24/11/2016

«Des scientifiques de l'Université d'Oxford et de DeepMind, une filiale de Google, ont mis au point une intelligence artificielle capable de convertir les mouvements des lèvres en texte. L'intelligence artificielle était capable de traduire automatiquement un texte, ou de simuler une voix presque humaine. Depuis la finalisation d'un projet mené à l'Université d'Oxford conjointement avec des scientifiques de DeepMind (Google), elle sait lire sur les lèvres, rapporte New Scientist. Une équipe de chercheurs anglais a mis au point un programme informatique baptisé LipNet qui analyse les vidéos et convertit les mouvements de lèvres en texte. Leur rapport parvient à un taux d'exactitude de 46,9% dans la reconnaissance des phrases prononcées par le programme, contre 23;8% pour le professionnel ayant servi de témoin. New Scientist fait état d'un grand nombre d'erreurs bénignes pour le système, comme le fait d'omettre un «s» à la fin d'un mot. Pour atteindre un tel niveau de performance, le système a été nourri de 5000 heures de vidéo de six programmes TV différents de la BBC, soit, en l'occurrence, 118.000 phrases prononcées.»
[...]
«Travailler sur des phrases entières, et non plus sur des mots isolés «D'après ce que nous savons, LipNet est le premier modèle de lecture sur les lèvres qui travaille au niveau des phrases», écrivent les chercheurs. Jusqu'alors, les programmes existants effectuaient uniquement une classification des mots, et non une prédiction des séquences au niveau de la phrase. Pour y parvenir, le programme s'appuie sur un système de réseaux neuronaux convolutifs, inspiré par le cortex visuel des animaux. Il y a deux semaines, un programme similaire, également baptisé LipNet et développé par une autre équipe d'Oxford, avait obtenu de meilleurs résultats que les personnes testées pour la même tâche. Alors que ce dernier se restreignait à une base de données de 51 mots, le nouveau LipNet a eu affaire à une base de 17.500 mots uniques. »...

<< Sommaire
lefigaro

Toddlers with autism don't avoid eye contact but do miss its significance 24/11/2016

«A new study conducted by researchers at Marcus Autism Center, Children's Healthcare of Atlanta, and Emory University School of Medicine helps put to rest a longstanding controversy and question about children with Autism Spectrum Disorder. Eye-tracking measures developed by the group demonstrate that young children with autism do not avoid eye contact on purpose; instead, they miss the significance of social information in others' eyes. While reduced eye contact is a well-known symptom of autism used in early screeners and diagnostic instruments, why children with autism look less at other people's eyes has not been known. New research, reported today in The American Journal of Psychiatry, helps answer that question.»
[...]
«The researchers studied eye gaze responses in young children with autism at the time of their initial diagnosis in order to have clearer evidence about the initial underlying reasons for reduced eye contact. Some adults and older children with autism have reported feeling anxious in response to eye contact. “Our results aren’t meant to contradict these personal experiences,” emphasized Jones. “For children with autism, social signals can be confusing. And as children grow up to be adults, those signals can become even more challenging to understand. This research highlights the opportunity to target the right underlying concerns as early as possible.” “Studies like this one help advance our understanding of autism and improve the way scientists and clinicians develop new treatments,” said Lisa Gilotty, Chief of the Research Program on Autism Spectrum Disorders at the National Institute of Mental Health, one of the agencies that funded the study. Additional support was given by the Autism Science Foundation, the Marcus Foundation, the Whitehead Foundation, and the Georgia Research Alliance. »...

<< Sommaire
scienceblog

Ecole et handicap : le Defenseur des droits fait encore et toujours la leçon 23/11/2016

«Dans un récent rapport, le Défenseur des droits recense les problèmes récurrents que rencontrent toujours les élèves en situation de handicap et leurs parents pour faire valoir leur droit à la scolarisation. Il rappelle aussi les principes s'appliquant à l'école. Reste à savoir s'il sera entendu. « L'augmentation indéniable du nombre d'enfants handicapés scolarisés depuis 2005 ne saurait cacher les difficultés rencontrées dans leur accompagnement. » Ces « difficultés », le Défenseur des droits les détaille dans son rapport 2016 sur les droits de l'enfant, rendu public vendredi 18 novembre. Elles contribuent sans doute à expliquer que plus d'un élève handicapé sur deux quitte l'école ordinaire avant ses 10 ans. Il s'inquiète, entre autres, « des problèmes spécifiques rencontrés par les enfants autistes » pour bénéficier d'une scolarité en milieu ordinaire. Ou bien encore de la scolarisation à temps partiel non souhaitée. « La scolarisation à temps complet reste un droit, note-t-il. (...¦) La quotité horaire de présence en classe de l'enfant ne saurait être fondée sur des considérations d'organisation ou de charge de travail supplémentaire pour l'équipe éducative. » Autre source importante de réclamations : l’accompagnement humain à l’école. La MDPH attribue, en effet, des heures d’auxiliaire de vie scolaire (AVS) aux élèves en ayant besoin. Or, régulièrement, le rectorat n’affecte pas cet AVS. Le Défenseur des droits est également saisi en raison « des changements fréquents » d’AVS, « ce qui peut être très insécurisant pour certains enfants handicapés ».»
[...]
«AVS notifié mais pas affecté Autre source importante de réclamations : l’accompagnement humain à l’école. La MDPH attribue, en effet, des heures d’auxiliaire de vie scolaire (AVS) aux élèves en ayant besoin. Or, régulièrement, le rectorat n’affecte pas cet AVS. Le Défenseur des droits est également saisi en raison « des changements fréquents » d’AVS, « ce qui peut être très insécurisant pour certains enfants handicapés ». Déscolarisation trop longue et manque d’AVS À ces problèmes s’ajoute le manque de places en établissements et services médico-sociaux. Cela a « pour conséquence le maintien de l’enfant au domicile familial avec pour corollaire une déscolarisation souvent très longue ». Autre répercusion : faute de pouvoir être accueilli en institut médico-éducatif, l’enfant est orienté en Ulis – une classe rassemblant des élèves handicapés au sein d’une école ordinaire – ou en classe ordinaire avec un accompagnement individuel. Les Ulis se retrouvent alors saturées et les académies ne parviennent pas à répondre aux demandes d’AVS. geva-sco-defenseur-des-droits-ecole-handicapUn PPS indispensable mais mal utilisé Le projet personnalisé de scolarisation précise les mesures à mettre en place pour chaque enfant handicapé. Pour l’élaborer, l’équipe pluridisciplinaire de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) est tenue d’évaluer les besoins de l’enfant. Elle doit le faire sur la base du guide d’évaluation des besoins de compensation en matière de scolarisation (Geva-Sco) renseigné par l’enseignant, les parents de l’enfant, etc. Or, « le GEVA-Sco est encore mal connu des professionnels de terrain, note le Défenseur des droits. D’autre part, lorsqu’il est utilisé, il est souvent seulement renseigné par l’enseignant. Parfois, les MDPH reprennent les préconisations contenues dans le compte-rendu de l’équipe de suivi de scolarisation sans évaluation de la situation de l’enfant. » Certains enfants handicapés se voient privés de voyage scolaire. Certains enfants sont privés de voyage scolaire parce que leur famille ne peut pas payer les frais supplémentaires réclamés par l’école. © DR Voyages scolaires inégalitaires Les voyages scolaires constituent, eux aussi, une source de litiges. « Ces situations sont mal anticipées par les équipes éducatives, ce qui ne permet pas toujours de trouver la solution la plus adaptée à l’enfant », souligne le Défenseur des droits. De plus, lorsque les aménagements à mettre en place entraînent des dépenses supplémentaires, l’école demande aux familles de payer. Or, « en vertu de l’article L.112.1 du Code de l’éducation, la prise en charge d’éventuels frais supplémentaires devrait être assurée par l’Éducation nationale. » Université mal accompagnée Dans l’enseignement supérieur, la situation s’avère encore plus préoccupante. « Le dispositif des accompagnants des élèves en situation de handicap, prévus par la loi et mis en place dans le primaire et le secondaire, n’est pas maintenu à l’université », regrette le Défenseur des droits. Seuls le BTS ou les classes préparatoires, se déroulant dans un lycée, permettent de continuer à en bénéficier. Certains étudiants handicapés ne sont donc pas en mesure de poursuivre leurs études. Ou alors, ils sont amenés à décider de leur orientation en fonction des accompagnements proposés. Un choix subi inacceptable. Franck Seuret Le périscolaire en questions Il n’y a pas que l’école dans la vie. Il y a aussi la cantine et les temps d’activités périscolaires. La participation des enfants handicapés soulève deux types de questions : – Qui doit payer les frais de transport entre le domicile et le lieu d’activité périscolaire ou entre l’établissement et la cantine pour les élèves ne pouvant utiliser les transports en commun en raison de leur handicap ? C’est au Conseil départemental de les prendre en charge, souligne le Défenseur des droits : « Un refus est illégal. » – Les enfants peuvent-ils bénéficier, si nécessaire, d’un AVS ? « Dès la rentrée 2015-2016, la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie a donné des instructions aux MDPH afin que les besoins d’accompagnement de l’enfant sur le temps périscolaire soient évalués dans le cadre du projet personnalisé de scolarisation », rappelle le Défenseur des droits. »...

<< Sommaire
faire-face

Sexual divergence in activity-dependent neuroprotective protein impacting autism, schizophrenia, and Alzheimer's disease. - PubMed - NCBI 23/11/2016

«Abstract Discovered in our laboratory, activity-dependent neuroprotective protein (ADNP) interacts with key regulatory proteins, including the chromatin remodeling complex SWI/SNF, proteins associated with RNA splicing, RNA translation, microtubule dynamics, and autophagy. ADNP regulates>400 genes during mouse embryonic development and is essential for neural tube closure. ADNP key functions extend from mice to men, with mutations causing ADNP-related ID/autism syndrome, also known as the Helsmoortel-Van der Aa syndrome. ADNP mRNA increases in lymphocytes derived from schizophrenia patients and in patients suffering from mild cognitive impairment (MCI) and further increases in Alzheimer's disease patients compared with controls. Serum ADNP levels correlate with IQ. NAP (davunetide), an ADNP snippet drug candidate, protects cognition in patients suffering from amnestic MCI preceding Alzheimer's disease and significantly enhances functional daily activities in schizophrenia patients toward future development. It is important to note that ADNP is sexually regulated in the brains of birds, mice, and men and in lymphocytes of patients suffering from schizophrenia. ADNP haploinsufficiency in mice results in significantly decreased axonal transport (with male-female differences) changes in gene expression in a sex-dependent manner, including key regulatory mechanisms during brain and heart development and function and behavioral outcomes. These findings pave the path for better understanding of brain function through the prism of sex differences.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Imaging sex/gender and autism in the brain: Etiological implications. - PubMed - NCBI 23/11/2016

«Abstract The male preponderance in autism prevalence has brought together the disparate topics of sex/gender and autism research. Two directions of neuroimaging studies on the relationships between sex/gender and autism may inform male-specific risk mechanisms and female-specific protective mechanisms of autism. First, we review how sex/gender moderates autism-related brain changes and how this informs general models of autism etiology. Better-powered human neuroimaging studies suggest that the brain characteristics of autism are qualitatively, rather than simply quantitatively, different between males and females. However, age and comorbidities might substantially moderate the pattern of differences. Second, we review how the relationship between autism-related brain changes (separately in males and females) and normative brain sex/gender differences informs specific etiological-developmental mechanisms. Both human and animal studies converge to indicate that the brain characteristics of autism are partly associated with normative brain sex/gender differences, suggesting convergence or overlap between the mechanisms leading to and modifying the development of autism and the mechanisms underlying sex differentiation and/or gender socialization. Future animal work needs to investigate sex differences in rodent mutants modeling autism-relevant genes and environmental exposures. Future human work needs to address the substantial phenotypic and etiological heterogeneity of autism and to focus on longitudinal neuroimaging studies (from early development) on the developmental trajectories of sex/gender-differential neural characteristics of autism. Combining animal and human work links up the causal chain from etiological factors, brain and physical development, to phenotypes. These together help delineate the different roles of sex and gender in relation to risk vs. protective mechanisms. © 2016 Wiley Periodicals, Inc.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Sex-dependent differences in voluntary physical activity. - PubMed - NCBI 23/11/2016

«Abstract Numbers of overweight and obese individuals are increasing in the United States and globally, and, correspondingly, the associated health care costs are rising dramatically. More than one-third of children are currently considered obese with a predisposition to type 2 diabetes, and it is likely that their metabolic conditions will worsen with age. Physical inactivity has also risen to be the leading cause of many chronic, noncommunicable diseases (NCD). Children are more physically inactive now than they were in past decades, which may be due to intrinsic and extrinsic factors. In rodents, the amount of time engaged in spontaneous activity within the home cage is a strong predictor of later adiposity and weight gain. Thus, it is important to understand primary motivators stimulating physical activity (PA). There are normal sex differences in PA levels in rodents and humans. The perinatal environment can induce sex-dependent differences in PA disturbances. This Review considers the current evidence for sex differences in PA in rodents and humans. The rodent studies showing that early exposure to environmental chemicals can shape later adult PA responses are discussed. Next, whether there are different motivators stimulating exercise in male vs. female humans are examined. Finally, the brain regions, genes, and pathways that modulate PA in rodents, and possibly by translation in humans, are described. A better understanding of why each sex remains physically active through the life span could open new avenues for preventing and treating obesity in children and adults»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Cognitive, behavioral, and neural consequences of sex chromosome aneuploidy. - PubMed - NCBI 23/11/2016

«Abstract The X chromosome has played a critical role in the development of sexually selected characteristics for over 300 million years, and during that time it has accumulated a disproportionate number of genes concerned with mental functions. There are relatively specific effects of X-linked genes on social cognition, language, emotional regulation, visuospatial, and numerical skills. Many human X-linked genes outside the X-Y pairing pseudoautosomal regions escape X-inactivation. Dosage differences in the expression of such genes (which constitute at least 15% of the total) are likely to play an important role in male-female neural differentiation, and in cognitive deficits and behavioral characteristics, particularly in the realm of social communication, that are associated with sex chromosome aneuploidies»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Executive functioning in men and women with an autism spectrum disorder 22/11/2016

«Abstract Executive functioning (EF) is thought to be linked to autism spectrum disorders (ASD) specific symptoms. The majority of research has focused on children and adolescents with ASD and, therefore, little is known about EF in adults. Furthermore, little is known about gender differences. Ninety-nine men and forty women with ASD were compared with and 35 neurotypical men 25 neurotypical women. Participants were matched on age, total intelligence, and verbal ability. The following instruments were used to measure executive functioning: digit span and letter and number sequencing of the WAIS-III, Tower of Hanoi, WCST, and Verbal fluency. Multiple analysis of variance was conducted to determine group differences. Women with ASD performed worse on the working memory tasks of the WAIS-III than neurotypical women. Furthermore, women with ASD had more perseverations on the WCST than neurotypical women. The gender comparison in the ASD group showed differences in performance on mental flexibility (WCST), working memory (WAIS-III), generativity and self-monitoring (Verbal fluency). However, these differences were unequivocal and no gender specific cognitive profile could be pinpointed. Individual strengths and frailties should be highlighted in clinical practice, as impairments in EF can be under influence of the overall cognitive abilities of the individual. Furthermore, gender differences were found. This could explain differences in representation of ASD symptoms in both groups. These differences show how important thorough diagnostics are.»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

Allergies during pregnancy linked with autism, ADHD 21/11/2016

«Despite a wealth of research, how and why autism and other neurodevelopmental disorders appear is still unknown. The search is on for any factors that might contribute to these psychological conditions. A recent study focuses on maternal allergies. [Boy behind glass] Theories linking allergies and psychological disorders receive further backing with a new study in rats. Already, lines have been drawn between allergies and attention deficit hyperactivity disorder (ADHD) and autism. Similarly, links are known to exist between inflammation and the risk of schizophrenia, ADHD, and autism. However, although these connections have been glimpsed, the cellular mechanisms that underpin them are not understood; how do inflammatory and immune responses influence cognition and behavior? Research, recently presented at Neuroscience 2016 - the annual meeting of the Society for Neuroscience in San Diego, CA - adds another piece to this unwieldy puzzle. The study was led by Kathryn Lenz, an assistant professor of psychology at Ohio State University. Autism is three or four times more common in males than females; Lenz and colleagues set out to investigate this gender difference in rats. To this end, the team first sensitized female rats to an egg white protein, ovalbumin, prior to them becoming pregnant. Fifteen days into the pregnancy, the rats were presented with the allergen to trigger an immune response. "We're really interested in figuring out unknown factors in psychological disorders and in differences between male and female brain development as it relates to autism, ADHD, and other disorders.»
[...]
« Further differences were unearthed when data from the dendritic spines was analyzed. The male rats born from allergen-exposed mothers had a reduction in number, whereas the females from the allergen group had an increase in number. "This is evidence that prenatal exposure to allergens alters brain development and function and that could be an under-appreciated factor in the development of neurodevelopmental disorders." Kathryn Lenz Further studies will, of course, be necessary to flesh out these findings. However, they are an interesting addition to current knowledge. The connection between immune system and cognitive deficits seems solid; the next challenge will be converting this knowledge into treatments and preventions. »...

<< Sommaire
medicalnewstoday

Parents Perceive Improvements in Socio-emotional Functioning in Adolescents with ASD Following Social Skills Treatment | SpringerLink 21/11/2016

«Abstract The current study examined the effectiveness of a social skills treatment (PEERS) for improving socio-emotional competencies in a sample of high-functioning adolescents with ASD. Neuropsychological and self- and parent-report measures assessing social, emotional, and behavioral functioning were administered before and after treatment. Following social skills treatment, adolescents with ASD exhibited decreased aggression, anxiety, and withdrawal, as well as improvements in emotional responsiveness, adaptability, leadership, and participation in activities of daily living, though no change was found in affect recognition abilities. These findings suggest that PEERS social skills treatment improves particular aspects of emotional, behavioral, and social functioning that may be necessary for developing and maintaining quality peer relationships and remediating social isolation in adolescents with ASD.»...

<< Sommaire
link.springer

Musical training creates new brain connections in children 21/11/2016

«Taking music lessons increases brain fiber connections in children and may be useful in treating autism and Attention Deficit Hyperactivity Disorder (ADHD), according to a study being presented next week at the annual meeting of the Radiological Society of North America (RSNA). "It's been known that musical instruction benefits children with these disorders," said Pilar Dies-Suarez, M.D., chief radiologist at the Hospital Infantil de México Federico Gomez in Mexico City, "but this study has given us a better understanding of exactly how the brain changes and where these new fiber connections are occurring." The researchers studied 23 healthy children between the ages of five and six years old. All of the children were right handed and had no history of sensory, perception or neurological disorders. None of the children had been trained in any artistic discipline in the past. The study participants underwent pre- and post-musical-training evaluation with diffusion tensor imaging (DTI) of the brain. DTI is an advanced MRI technique, which identifies microstructural changes in the brain's white matter. "Experiencing music at an early age can contribute to better brain development, optimizing the creation and establishment of neural networks, and stimulating the existing brain tracts," Dr. Dies-Suarez said.»...

<< Sommaire
scienceblog

Ecstasy ingredient touted as treatment for anxiety in autism | Spectrum 19/11/2016

«The active ingredient in the drug popularly known as ecstasy eases social anxiety in people with autism, and the effects last months after the treatment's end. Researchers presented the preliminary findings yesterday at the 2016 Society for Neuroscience annual meeting in San Diego. The researchers caution that recreational ecstasy users are unlikely to see similar benefits, however, because street forms of the drug rarely contain the amounts of the ingredient used in the trial. MDMA, or 3,4-Methylenedioxymethamphetamine, is a synthetic compound reputed to improve sociability, friendliness and extroversion. People with autism who have taken ecstasy recreationally report improvements in empathy, ease of communication and feeling at ease in their body. This clinical trial is the first rigorous test of these reports. Researchers randomly assigned eight adults with autism to take a pill containing 75 to 125 milligrams of MDMA, and another four adults to take a placebo. The participants received the treatment during a day-long supervised session with two trained therapists. They got the same treatment and therapy again one month later. Prior to the treatment, the participants met with the therapists three times to learn about its possible effects. They also became accustomed to the therapists and to the room specially prepared with soft lighting and minimal noise. During the treatment session, the participants performed a variety of tasks, including writing in a journal, working with art supplies, listening to music, sitting quietly with their eyes closed and interacting with the therapists. Exploring ecstasy: The researchers measured social anxiety before, during and after the treatments, and again six months after the second treatment, using a questionnaire called the Leibowitz Social Anxiety Scale. The study was double-blind, meaning that neither the participants nor the researchers knew whether a participant received the drug or placebo. Researchers from two California-based nonprofit research organizations led the study. At the end of the trial, the individuals who received MDMA showed much less social anxiety, on average, than those in the placebo group. Social anxiety scores dropped from about 90 to nearly 40 in the MDMA group, compared with nearly 60 in the placebo group. These average group scores remained roughly the same six months later, despite no additional treatment. The two groups did not show significant differences in any other measures, including quality of life, stress, depression or a test of the ability to tell when another person is lying or being sarcastic. They also did not differ in their changes in blood pressure, heart rate or body temperature during treatment. None of the participants experienced severe side effects. But those who received MDMA were slightly more likely than controls to report feeling fatigue, anxiety, difficulty concentrating, decreased appetite and other minor side effects during and seven days after the treatment sessions. It's unclear how the treatment could lead to lasting changes in social anxiety. MDMA is known to trigger the release of chemical messengers in the brain, including serotonin, norepinephrine and dopamine. It also boosts levels of the hormones oxytocin and vasopressin, both of which are altered in some people with autism and are under investigation as possible autism treatments. Berra Yazar-Kloniski, a clinical research scientist who presented the findings, says her team has collected blood samples from the participants. She says her team would also like to measure whether the treatment alters blood levels of oxytocin, vasopressin or the stress hormone cortisol. In addition, the team plans a second trial involving a larger number of participants.»...

<< Sommaire
spectrumnews

Portrait croise de deux jeunes autistes entrepreneurs a Rouen 19/11/2016

«Romain, styliste et autiste Romain Brifault (23 ans) est styliste. Son atelier privé est installé rue Alsace-Lorraine, où il crée des robes de mariée, des robes de soirée et taille entièrement sur mesure. Après ses années de maternelle en milieu normalisé, Romain a été déscolarisé après le CP. Diagnostiqué autiste Asperger, il a ensuite été suivi pendant plusieurs années à l'institut de jour Alfred-Binet (Darnétal). « Les Asperger ont une façon particulière de penser », explique Romain. « Nous marchons beaucoup au sensoriel. Nous sommes obligés de passer par la vie réelle pour apprendre. » Romain décrit avec ses mots : « Avant, je ne pouvais pas décrypter les visages humains, le sens des émotions des autres : la surprise, la peur, un sourire narquois ou bienveillant... Le monde du travail est un milieu en effervescence permanente. Il y a une partie comportementale pas évidente pour nous ». A 14 ans, Romain intègre le collège Jean-Baptiste-de-La-Salle, avec l'aide d'une auxiliaire de vie scolaire à plein-temps. Puis il entre en bac pro « métiers de la mode et vêtement » à la Providence, près de la préfecture. « A l'origine, je voulais être designer, créer des objets du quotidien, mais toutes les écoles étaient à Paris. Ma singularité réside dans l'envie permanente de créer. » Pendant son cursus, les enseignants le soutiennent. Plusieurs stages étaient obligatoires et « se sont bien déroulés, sauf celui pour lequel je n'avais volontairement pas voulu préciser que j'étais autiste. Je voulais savoir si je pouvais conquérir le monde, savoir si mon handicap serait une barrière pour les autres ». Romain raconte avec le sourire le début de son stage catastrophe, mais l'échec a été sérieux. Son stage de terminale - chez Gérard-Darel - s'est, en revanche, révélé « incroyable, un changement radical dans ma vie ». Sa créativité est alors reconnue par les professionnels.»
[...]
« Anne Charrier, écrivaine Aujourd’hui âgée de 22 ans, Anne Charrier a été diagnostiquée autiste Asperger à l’âge de 10 ans « grâce à la maman de Romain, qui a vu des similitudes entre nous deux ». Une scolarité dans les normes et « la chance énorme d’échapper à l’hôpital de jour », Anne a su qu’elle voulait écrire depuis le CM1. Inscrite à l’institution Rey (Bois-Guillaume), la lycéenne a obtenu son bac L. « La particularité d’Asperger n’était pas reconnue. Quand ma mère exprimait des doutes face à l’autisme, on lui répondait, mais non, ce n’est pas ça, ta fille parle ! ». Les autistes Asperger ont tendance à prendre tout au pied de la lettre. Pas de second degré. « Enfant, à la traditionnelle question : « Elle est de quelle couleur ta chatte ? », j’ai donné la couleur de notre chatte. Insultes, moqueries, c’était difficile. Aujourd’hui, quand je ne comprends pas, je demande qu’on m’explique ». »...

<< Sommaire
paris-normandie

Toddlers with autism don't avoid eye contact, but do miss its significance | EurekAlert! Science News 18/11/2016

«A new study conducted by researchers at Marcus Autism Center, Children's Healthcare of Atlanta, and Emory University School of Medicine helps put to rest a longstanding controversy and question about children with autism spectrum disorder. Eye-tracking measures developed by the group demonstrate that young children with autism do not avoid eye contact on purpose; instead, they miss the significance of social information in others' eyes. While reduced eye contact is a well-known symptom of autism used in early screeners and diagnostic instruments, why children with autism look less at other people's eyes has not been known. New research, reported in the American Journal of Psychiatry, helps answer that question. "This is important because we're disentangling very different understandings of autism," said Jennifer Moriuchi, a graduate student at Emory University. "Depending on why you think children with autism are making less eye contact, you might have different approaches to treatment and different ideas about the brain basis of autism. Drug treatments and behavioral interventions are already being developed and tested on the basis of these different explanations. By clarifying which explanation is correct, we can make sure that we're addressing the correct underlying concern." Two explanations for reduced eye contact have been proposed. One explanation holds that children with autism avoid eye contact because they find it stressful and negative. The other explanation holds that children with autism look less at other people's eyes because the social cues from the eyes are not perceived as particularly meaningful or important. The new research, conducted on the day when children were first diagnosed, shows that young children with autism do not actively avoid eye contact, and it confirms that other people's eyes are not aversive to young children with autism. Instead, young children with autism look less at the eyes because they appear to miss the social significance of eye contact.»...

<< Sommaire
eurekalert

Julie Dachez : « L'autisme n'est pas ce que vous croyez » 18/11/2016

«Doctorante, auteure, blogueuse, youtubeuse, conférencière et militante, Julie Dachez, diagnostiquée autiste Asperger* à l'âge de 27 ans, multiplie les casquettes et démonte les préjugés. Entre son job dans une grande entreprise et son petit-ami, Julie Dachez mène une vie « normale ». Pourtant, cela demande à Julie des efforts draconiens. Chaque interaction sociale draine une grande partie de son énergie. Hypersensible aux bruits, à la lumière et aux odeurs, travailler en open space est une torture. Elle est incapable de mentir, ne comprend pas bien l'humour, les sous-entendus ou le second degré. L'imprévu est une angoisse, qui surgit dès qu'elle s'écarte d'une routine établie à la minute près. Cela ne se voit pas, mais elle le sait : elle est différente. Elle passe son temps à faire semblant, à imiter les autres, à porter, ce qu'elle appelle, un « masque social », une fausse personnalité créée pour se faire accepter des autres...¦ sans pour autant y parvenir.»...

<< Sommaire
respectmag

FORMATION POUR L'INCLUSION DES ENFANTS AVEC D'AUTISME ET AUTRES T.E.D AU SEIN DES ACCUEILS DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT 18/11/2016

«Formation gratuite financée par la Caisse d'Allocation Familiale de Paris à l'intention des professionnels de l'animation et des responsables d'accueil de loisirs sans hébergement (ALSH) *Obligatoire OBJECTIFS Former les professionnels de l'animation à l'accueil d'enfants avec d'autisme et autres TED. Leur transmettre des connaissances et des compétences solides pour mieux cerner les besoins de ces enfants et ainsi faciliter leur inclusion sociale en contribuant à leur évolution, leur enrichissement d'un point de vue cognitif, sensori-moteur, et émotionnel. PRESENTATION DE LA FORMATION Ce programme de formation comprendra deux volets complémentaires :
• un premier volet d'information/sensibilisation (1/2 journée) - un second volet de formation (2 journées) Les deux modules seront gratuits et indépendants (possibilité de suivre le volet n°1 uniquement). La participation au second volet implique toutefois d'avoir suivi le premier temps de sensibilisation. La responsable de la formation sera Mme Christine PHILIP, Maitre de conférences honoraire en Sciences de l'Education, et membre associé du Groupe de Recherche sur le Handicap, l'Accessibilité et les Pratiques Educatives et Scolaires au sein de l'INS HEA. Elle a été responsable au sein de cet institut de la formation des enseignants spécialisés, dans le champ du handicap mental, cognitif et psychique et, plus spécialement dans le champ de l'autisme. Une attestation de formation vous sera remise au terme de chacun des volets de la formation.»
[...]
«PROGRAMME
• VOLET N°1 : DÉBAT THÉÂTRAL (1/2 journée) Suivant le principe du Théâtre Forum, une courte pièce montrant 5 situations problématiques sur la thématique vous sera présentée. Elle reprendra des difficultés auxquelles les professionnels de l’animation sont régulièrement confrontés. Les situations seront ensuite jouées une deuxième fois. Vous pourrez alors interrompre le jeu à tout moment, pour expérimenter une proposition de changement sur scène en remplaçant ou en ajoutant le personnage de votre choix. Le débat théâtral est animé par un meneur de jeu qui favorise l’expression des différents points de vue et garantit la déontologie du débat. Ce débat théâtral va permettre de :
• dédramatiser les situations du réel en les mettant à distance - débloquer la parole du public sur des sujets difficiles - expérimenter et échanger des manières de faire face aux situations du réel Les situations reprendront des difficultés auxquelles vous pouvez être confrontés, notamment celles liées à :
• un manque de prévisibilité des activités proposées - des problèmes de communication (l’enfant ne sait pas initier des interactions sociales) - un environnement sensoriel trop intense - un manque de cadre précis (pas assez structuré) Le but est d’amener la réflexion sur votre positionnement vis-à-vis des enfants avec 'autisme, de leur famille et sur vos réactions respectives. A l’issue de ce débat théâtral, un temps d'échange vous sera proposé avec Mme Christine Philip et un livret d’information vous sera remis. La compagnie Entrées de jeu (www.entreesdejeu.com/) prendra en charge l’animation du débat théâtral.
• VOLET N°2 : FORMATION (2 journées) Ce second volet approfondira 4 questions pour vous permettre de renforcer vos compétences et faciliter ainsi l’inclusion des enfants avec autisme, sans que cela vienne perturber l’équilibre du groupe :
• 1ère demi-journée : Qui sont les personnes avec autisme et comment fonctionnent-elles ? Plus que de définir un trouble, il s’agit plutôt de faire comprendre le fonctionnement particulier de ces personnes en s’appuyant sur des extraits de vidéos montrant des profils différents dans le « spectre de l’autisme ». - 2ème demi-journée : De quels outils et méthodes dispose-t-on pour rendre les activités accessibles ? Une fois définies les particularités du fonctionnement autistique, il convient de s’informer sur les stratégies spécifiques à mettre en place, et dont on peut s’inspirer, en tenant compte à la fois du contexte particulier dans lequel on se situe, mais aussi des personnes singulières auxquelles on est confrontés. - 3ème demi-journée : De quels outils et méthodes peut-on s’inspirer en situation éducative ? Dans le prolongement de la présentation des méthodes, c’est la méthode ABA (Analyse Appliquée du Comportement – Elle comporte un programme de techniques de modification du comportement et de développement de compétences) qui sera présentée en particulier pour faire face aux comportements problématiques de certains enfants et adolescents. - 4ème demi-journée : Comment travailler en partenariat avec les parents et les professionnels ? Cette formation s’achèvera par une réflexion sur comment conduire un partenariat avec les adultes qui gravitent autour de l’enfant : en premier lieu les parents et la manière d’établir une relation de confiance avec eux, ensuite, les professionnels qui accompagnent l’enfant. Il est en effet important de bien cerner la problématique de l’enfant et de bien connaître son profil singulier. FORMULAIRE D'INSCRIPTION »...

<< Sommaire
docs.google

L'acces a l'ecole, un droit parfois bafoue dans la realite - Le Point 18/11/2016

«Si tous les enfants bénéficient théoriquement du droit à l'éducation, force est de constater que "l'accès à l'école aujourd'hui en France n'est pas un droit effectif pour de nombreux enfants", notamment les plus vulnérables, souligne le défenseur des droits qui consacre son rapport annuel à cette thématique. Enfants de familles vivant dans des squats ou des campements, enfants mal logés, itinérants (issus des familles des gens du voyage), allophones (ayant une langue maternelle autre que le français), mineurs migrants non accompagnés, enfants handicapés, hospitalisés, à haut potentiel intellectuel ou encore "en conflit avec la loi"... Autant de cas de figure où les jeunes sont trop souvent "empêchés d'aller à l'école", selon Jacques Toubon, le défenseur des droits. Pour l'ex-ministre, il y a "un hiatus entre le droit proclamé à l'éducation et l'effectivité de ce droit". Dans le rapport annuel publié vendredi, il énumère, avec Geneviève Avenard, défenseure des enfants, 30 recommandations pour améliorer la situation.»
[...]
«"Il ne faut pas faire passer un nombre de considérations, dont certaines sont bien évidemment politiques, avant l'intérêt de l'enfant", a plaidé Jacques Toubon, faisant notamment référence aux cas d'exclusion d'enfants vivant en bidonville ou issus de familles roms. Pour la maternelle, certaines mairies considèrent qu'il ne s'agit pas d'une obligation, la scolarité étant obligatoire en France de 6 à 16 ans. Certes, mais l'inscription des enfants en maternelle "est de droit lorsque les parents en font la demande, sauf à justifier précisément de problèmes d'effectifs". Le rapport pointe aussi les trop longs délais d'affectation dans un établissement scolaire, spécifique ou pas, des enfants allophones. Et le défenseur des droits "est régulièrement saisi de difficultés pour la scolarisation des mineurs non accompagnés", de jeunes migrants qui subissent eux aussi des délais trop longs. "Ces mineurs ne sont pas peu à peu intégrés mais au contraire laissés à la porte des dispositifs". Une fois inscrits, les enfants vivant dans des bidonvilles par exemple sont parfois confrontés à des problèmes de transports en commun ou scolaires pour se rendre dans leurs écoles. Le rapport demande par ailleurs au ministère de l'Education nationale de "systématiser la formation aux stéréotypes et aux discriminations dans la formation initiale et continue" des professionnels de l'éducation, et notamment des enseignants, pour contribuer à lutter contre l'un des maux du système scolaire français, régulièrement souligné par les études internationales: le poids des origines sociales d'un élève dans son destin scolaire. »...

<< Sommaire
lepoint

Alternative medicine treatment put four-year-old boy in A&E - BBC News 16/11/2016

«The plight of a four-year-old boy who nearly died after his parents gave him 12 alternative medicines has prompted doctors to warn against the treatments. Doctors at Newham Hospital in east London said the parents were "devastated" that their good intentions had made him so unwell. The boy took a dozen supplements supposedly to help treat his autism. The National Autistic Society said it was crucial for doctors to talk through the risks of alternative therapies. The boy developed a potentially fatal condition after taking supplements from a naturopath (natural health practitioner) for a number of months, which included vitamin D, camel's milk, silver and Epsom bath salts. He was admitted to A&E after losing 6.5lbs (3kg) over three weeks, suffering from symptoms including vomiting and extreme thirst. Dr Catriona Boyd and Dr Abdul Moodambail, writing in the British Medical Journal Case Reports, said it was not until the boy had been at Newham Hospital, which is part of St Bart's Health Trust, for several days that his mother told them about the holistic supplements. Dr Moodambail told the BBC: "This happens on many occasions with other patients as well. "Often the parents think that these supplements are natural, safe and do not cause any side effects or adverse effects, but this is not true in many cases like this." He added: "The situation was stark because the child developed vitamin D toxicity leading to very high calcium levels, making the child quite unwell and this can even be fatal as well." The boy made a full recovery in two weeks after being treated with hyperhydration and medications to reduce his calcium level.»
[...]
«What are complementary and alternative therapies? Complementary and alternative medicines (CAMs) are treatments that fall outside of mainstream healthcare Generally when a non-mainstream practice is used together with conventional medicine, it is considered "complementary" When a non-mainstream practice is used instead of conventional medicine, it is considered "alternative" Examples of CAMS include homeopathy, acupuncture, osteopathy, chiropractic and herbal medicines Some complementary and alternative medicines or treatments are based on principles and an evidence base that are not recognised by the majority of independent scientists Others have been proven to work for a limited number of health conditions, such as osteopathy, chiropractic and acupuncture for treating lower back pain When a person uses any health treatment - including a CAM - and experiences an improvement, this may be due to the placebo effect Osteopaths and chiropractors are regulated in the same way as mainstream medical professionals There is no statutory professional regulation of any other CAM practitioners Source: NHS Choices »...

<< Sommaire
bbc

Autism and Consequences by Judy Endow 16/11/2016

«Autism and Consequences Sometimes a person with authority over another engineers a consequence for certain behaviors as a way to decrease the frequency of unwanted behaviors. One way people learn is from consequences. For example, if you leave your car parked outside with the windows down and it rains, the natural consequence is that your car seats will get wet. Sometimes a person with authority over another engineers a consequence for certain behaviors as a way to decrease the frequency of unwanted behaviors. For example, a mother or a caregiver might decide that if hitting occurs at the park there will be no going to the park for the next two weeks. This sort of engineered consequence for unwanted behavior works for most people most of the time. It is why we use it to successfully teach our children to be responsible citizens - responsible for themselves, their behavior and their belongings and beyond. These kinds of consequences rarely work well for individuals with autism. Underlying Brain Functioning For consequences to be effective in deterring future behavior, a typically functioning brain needs to be in place. For example, if an individual is prone to hitting others when at the park we decide that because he very much enjoys going to the park, the consequence of not going to the park for two weeks will help him to not hit or at least hit less when he does go back to the park. The underlying brain function that causes this consequence to be helpful in reducing hitting is very intricate and is based on reliability of connections between many areas of the brain. In practical terms it means that in order for this consequence to change the hitting behavior, at minimum, these elements must all function smoothly for the person receiving the consequence: Understand hitting is wrong Love going to the park Understand hitting at the park will mean no park for 2 weeks Be negatively affected during the 2 week park ban, i.e. wishing it wasn't so Dislike the park ban so much that he is willing to not hit Come to learn what he can do instead of hitting Have the skills and ability to carry through with alternative behaviors After returning to the park and finding himself about to hit - his brain quickly and efficiently connects all the dots, gathering up and synthesizing information from multiple areas of the brain in a split second whereby he can put together an informative and behavior-altering understanding that keeps him from hitting. Most people have brains that can accomplish all the above bullet points. However, people with autism do not. Autistic people generally have brains that do not support the last bullet point. Remember, an autistic brain means the connections between areas of the brain are weak making it difficult for the brain to pull together information from the various brain regions - the very thing needed for consequences to change future behavior.»...

<< Sommaire
ollibean

''Et nos enfants, on les met a la poubelle ?'' : la colere et la detresse de la maman d'un autiste bientot prive d'hebergement - LCI 16/11/2016

«TEMOIGNAGE - Un collectif de parents d'adultes autistes a lancé une pétition : leurs enfants, trop âgés, risquent d'être expulsés de l'école spécialisée en pédopsychiatrie qui les accueille. En toile de fond, se pose le problème du manque de solutions d'hébergement. Cécile, la maman d'un jeune autiste, raconte pour LCI. 16 nov 17:47 Le coup est venu par une lettre, début octobre. 10 lignes, pour dire qu'Antoine ne serait plus scolarisé au 16 décembre. Trop vieux. A 22 ans. Cécile, sa maman, a craqué et fondu en larmes. "Quand on est depuis 14 ans dans un établissement, recevoir une nouvelle comme ça par courrier, c'est un peu raide", lâche-t-elle. "Qu'est-ce qu'on en fait de nos gamins ? J'ai eu l'impression que mon fils, on le jetait à la poubelle. J'ai trouvé ça super dur." Antoine, le fils de Cécile Mexandeau, est autiste. Il est scolarisé à l'école expérimentale de Bonneuil-sur Marne, dans le Val-de-Marne, établissement qui accueille les enfants autistes. Mais voilà, l'école dit avoir reçu en début d'année un courrier de l'ARS (Agence régionale de santé). La missive la "somme" d'arrêter la prise en charge des jeunes de plus de 20 ans, sous peine de perdre son agrément infanto-juvénile. Et les aides qui vont avec. Du coup, l'école a prévenu les familles - une dizaine concernées - pour leur annoncer que leurs enfants devaient partir. Mon fils, ce n'est pas un monstre qu'il faut cacher !Cécile, maman d'Antoine, jeune autiste Après le choc, sont venues chez les parents la colère, la rage et la volonté de se battre. Les familles ont notamment monté un collectif et lancé une pétition, qui a déjà recueilli plus de 3000 signatures. Elles ont aussi envoyé courriers et mails aux élus, aux ministères concernés, au Conseil départemental, à l'ARS. Sans jamais vraiment obtenir de réponse. Pourtant, les répercussions sont énormes pour les familles. "Si nos enfants n'ont plus de solution d'accueil, qu'est-ce qu'on fait ? On arrête de travailler pour s'occuper d'eux ?", demande Cécile. Surtout, elle s'inquiète de voir l'avenir de son fils se boucher. "On va renvoyer Antoine à la maison, à végéter tout seul, il va régresser. Je ne perds pas l'espoir qu'il fasse des progrès. Mais pour ça, il faut qu'il soit aidé..." Le problème de Bonneuil-sur-Marne recouvre une réalité bien plus large : le manque de structures spécialisées pour accueillir les adultes autistes. "Cela fait trois ans que nous cherchons, que nous déposons des dossiers partout. En région parisienne, il n'y a rien", dénonce Cécile. Elle a scruté pourtant, partout. Sauté sur chaque petite occasion. Le Village Saint-Michel, établissement pour autistes, va ouvrir dans le 15e arrondissement de Paris, avec 20 places. Cécile a déposé un dossier il y a déjà trois ans. Une autre structure ouvrira dans le 10e, en 2018. 30 places. Cécile a rendez-vous bientôt. "On nous jette ça, 50 places, en pâture, on ne sait pas comment décrocher le pompon", soupire la maman. "Et on nous dit : 'si vous loupez ça, vous êtes foutus'. Moi mon fils, je ne sais pas ce que j'en fais". Alors une autre solution est présentée aux familles : la Belgique, où les places sont plus nombreuses.»...

<< Sommaire
lci

More GABA in one brain region linked to better working memory | News Center | Stanford Medicine 16/11/2016

«The amount of a neurotransmitter called GABA in the dorsolateral prefrontal cortex predicted individuals' ability to keep several things in mind simultaneously, researchers found. Nov 15 2016 Jong Yoon Jong Yoon The amount of a particular chemical in a particular part of your brain predicts your ability to simultaneously hang onto several bits of information in your working memory, a Stanford University School of Medicine scientist and his University of California-Davis collaborators have learned. The discovery helps to clarify at least one aspect of the brain's mysterious ways, and could someday help guide therapies for those whose working memory could stand improvement. And whose couldn't? Working memory is the brain function that lets you carry on a phone conversation while adding three numbers in your head and remembering that you need to steer the car onto the freeway exit in about two minutes ...” all this time not forgetting who you're talking to. Like a computer's RAM, working memory serves as a buffer where information, derived from the senses or retrieved from long-term memory, can be temporarily placed so the conscious brain can process it. It's tied to assessments of cognitive capacity such as IQ, and to real-world outcomes such as academic performance. Load, maintenance, distraction resistance As most people eventually find out, working memory declines with age. "Deficits in working memory also characterize various neuropsychiatric conditions and are particularly evident in schizophrenia," said Jong Yoon, MD, an assistant professor of psychiatry and behavioral sciences at Stanford and a psychiatrist at the Palo Alto Veterans Affairs Health Care System who sees numerous patients with this disorder.»...

<< Sommaire
med.stanford

''Les enfants voles d'Angleterre'' sur France 5 : quand les services sociaux derobent aux parents leurs enfants - LCI 16/11/2016

«DOCUMENTAIRE - Sur la base d'une présomption de maltraitance, les services sociaux britanniques retirent chaque année des centaines d'enfants à leurs parents. Un déchirement pour ces derniers, comme en témoigne un reportage édifiant diffusé ce mardi sur France 5. 15 nov 18:20 "Elles ont été privées de leur enfant pour une faute qu'elles n'ont pas commise." Diffusé ce mardi soir sur France 5, le documentaire réalisé par Stéphanie Thomas et Pierre Chassagnieux lève le voile sur une réalité méconnue de l'Angleterre : le retrait arbitraire de centaines d'enfants chaque année à leurs parents. Et ce, sur la simple base d'une présomption de maltraitance qui pourrait, un jour, se produire. Une dérive "orwellienne" qui se déroule à quelques dizaines de kilomètres de la France dans une relative indifférence. Le documentaire s'ouvre ainsi sur une scène édifiante : celle de la fuite en Normandie de Bethany, de 22 ans, enceinte de huit mois. "Les services sociaux m'ont envoyé un courrier disant que c'était ma dernière chance avant de prendre mon bébé, avant de me donner cinq jours pour trouver un avocat. C'est à ce moment-là que nous avons décidé de partir", raconte la jeune femme. Sa faute ? Avoir vécu le suicide de sa soeur ainée, six ans auparavant. Un drame qui l'aurait fragilisé et qui, de facto, rentre dans le cadre du Children act.»
[...]
« Replay : »...
Source: http://www.lci.fr | Source Status

<< Sommaire
lci

''Les enfants voles d'Angleterre'' sur France 5 : quand les services sociaux derobent aux parents leurs enfants - LCI 16/11/2016

«DOCUMENTAIRE - Sur la base d'une présomption de maltraitance, les services sociaux britanniques retirent chaque année des centaines d'enfants à leurs parents. Un déchirement pour ces derniers, comme en témoigne un reportage édifiant diffusé ce mardi sur France 5. 15 nov 18:20 "Elles ont été privées de leur enfant pour une faute qu'elles n'ont pas commise." Diffusé ce mardi soir sur France 5, le documentaire réalisé par Stéphanie Thomas et Pierre Chassagnieux lève le voile sur une réalité méconnue de l'Angleterre : le retrait arbitraire de centaines d'enfants chaque année à leurs parents. Et ce, sur la simple base d'une présomption de maltraitance qui pourrait, un jour, se produire. Une dérive "orwellienne" qui se déroule à quelques dizaines de kilomètres de la France dans une relative indifférence. Le documentaire s'ouvre ainsi sur une scène édifiante : celle de la fuite en Normandie de Bethany, de 22 ans, enceinte de huit mois. "Les services sociaux m'ont envoyé un courrier disant que c'était ma dernière chance avant de prendre mon bébé, avant de me donner cinq jours pour trouver un avocat. C'est à ce moment-là que nous avons décidé de partir", raconte la jeune femme. Sa faute ? Avoir vécu le suicide de sa soeur ainée, six ans auparavant. Un drame qui l'aurait fragilisé et qui, de facto, rentre dans le cadre du Children act.»
[...]
« Replay : »...
Source: http://www.lci.fr | Source Status

<< Sommaire
lci

Using Technology to Empower Students With Special Needs | Edutopia 15/11/2016

«Learn how one educator uses G Suite for Education to help students overcome their negative self-images and embrace learning. One of the biggest problems I encounter as a resource room teacher is the self-esteem of the students in my classes. After years of disappointing academic experiences, their confidence is low and their motivation has declined. Combine those points with the peer pressure, bullying, and stresses of middle school, and the students do not have a positive outlook on their education. Advertisement In my classroom, technology is a tool for empowerment...”it creates a collaborative and innovative space for all students. Along with over 50 million educators and students, I am primarily using Google's G Suite for Education. The suite is a bundle of Google's key products, such as Drive, Docs, Slides, and Forms, along with new tools like Google Classroom. While I used these applications in a middle school classroom, the following strategies are appropriate for any age from upper elementary students to high school seniors.»...

<< Sommaire
edutopia

Tech Tools to Boost Writing Skills of Students with Learning Disabilities | Think Inclusive 14/11/2016

«In practice, teachers quickly learn how often students with learning difficulties (LDs) face problems related to writing skills. One of the most frequent issues is Dysgraphia, which appears when your student has difficulty with correct spelling or handwriting. Specifically, your student may spell words on paper incorrectly and mix cursive with print or uppercase with lowercase letters. Another trouble is Dyspraxia, which may cause some difficulties with movement, including the physical process of writing and printing. Another common issue is Dyslexia. This is a learning disability that leads to reading problems that can also influence writing. If your students cannot make sense of written words or recognize them, they may have Dyslexia. Fortunately, today's schools provide special programs for students with LDs so they can develop the skill sets they need to use their strengths and overcome their challenges. Furthermore, there are special technical tools your students can freely use for boosting their writing abilities:»...

<< Sommaire
thinkinclusive

Gond-Pontouvre: le combat d'une mere pour son fils collegien handicape 11/11/2016

«Kevin bénéficiait d'une auxiliaire de vie scolaire pour lui seul. Depuis la rentrée, il doit la partager. Sa mère a saisi le tribunal du contentieux. "Je ne sais pas ce que ça va donner. Mais quand on a mis en cause les professeurs ou qu'on m'a conseillé de mettre Kevin dans une structure spécialisée, je n'ai pas apprécié du tout." Simone Durand ne comprend pas pourquoi, depuis la rentrée, son fils Kevin, en quatrième au collège Anatole-France d'Angoulême et atteint du syndrome de Di George, bénéficie plus d'une auxiliaire de vie scolaire (AVS) mutualisée alors qu'il en avait un temps plein en sixième et en cinquième. C'est la raison pour laquelle lundi matin, elle s'est présentée devant le tribunal du contentieux et de l'incapacité à Poitiers où elle attaquait la Maison départementale des handicapés (MDPH), la structure gérée par le Département qui alloue les heures de mise à disposition des AVS, eux-mêmes fournis par l'Education nationale. "Ce qui est curieux, c'est que cette dame n'a pas entamé un recours gracieux, comme c'est la coutume avant de s'adresser au tribunal", s'étonne Thierry Gravelle, le directeur de la MDPH. Quant au tribunal, il livrera sa décision sous quinzaine. A 14 ans, reconnu handicapé à 80 %, Kevin doit se rendre régulièrement à Limoges pour soigner sa maladie orpheline et évolutive qui touche ses articulations et provoque des problèmes immunitaires. "Il est perfusé une fois par mois, il est aussi hospitalisé régulièrement pour ses soucis d'hypocalcie", reprend sa maman dans son pavillon de Gond-Pontouvre. Des absences qui lui font évidemment rater des cours. Que Kevin rattrapait grâce à son AVS. A la rentrée, sans véritable explication selon la maman, la MDPH a donné son accord pour une AVS mutualisée avec d'autres élèves du collège. "En sixième et en cinquième, Kevin bénéficiait d'une aide de 20 heures hebdomadaires", rappelle Simone Durand.»...

<< Sommaire
charentelibre

Les patients associes a l'evaluation des medicaments 11/11/2016

«Les associations de patients sont invitées à contribuer à l'évaluation des médicaments. La Haute Autorité de santé tiendra compte de leur avis à partir du 21 novembre. Les patients associés à l'évaluation des médicaments nikesidoroff/epictura Publié le 11.11.2016 à 02h14 A A Mots-clés : médicament HAS démocratie sanitaire L'autorité chargée de l'évaluation des médicaments veut recueillir l'avis des patients. A partir du 21 novembre, les associations qui les représentent auront voix au chapitre. La Haute Autorité de santé (HAS) l'a annoncé sur son site. Un pas supplémentaire en faveur de la démocratie sanitaire est franchi. Avant de voir leur prix fixé, les médicaments et dispositifs médicaux passent par une phase d'évaluation. La HAS en est chargée. Son rôle : déterminer l'intérêt du produit de santé dans une indication précise. Ainsi, elle a récemment recommandé le déremboursement de quatre traitements contre la maladie d'Alzheimer. L'institution a aussi proposé de réduire le remboursement de plusieurs anti-arthrosiques. Une décision contestée par les associations de patients, qui déplorent ne pas avoir été consultées.»
[...]
«Six mois d’expérimentation La situation pourrait évoluer à compter du 21 novembre. A partir de cette date, la HAS tiendra compte des contributions envoyées par les associations de patients agréées. « Les patients disposent d’un savoir spécifique sur les maladies qui les touchent et les traitements existants », reconnaît l’Autorité. Leurs retours seront complémentaires des évaluations déjà réalisées : efficacité des produits de santé, analyse des études disponibles, impact médico-économique… Les avis seront recueillis selon un protocole précis. Sur une base hebdomadaire, la HAS publiera la liste des produits pour lesquels une contribution est demandée. Les associations disposeront ensuite d’une période de 30 jours pour soumettre leur apport. Un guide est proposé pour guider celui-ci. Un questionnaire type peut également être téléchargé sur le site de l’Autorité. Il comporte des précisions sur la nature de l’association, l’impact du traitement sur les symptômes de la maladie, la vie sociale du patient… Pour l’heure, ces contributions se réalisent dans le cadre d’une expérimentation. Après six mois de mise en œuvre, un premier bilan sera réalisé. Les conclusions diront si cette disposition pourra être gravée dans le marbre et se poursuivre sans limite de durée. »...

<< Sommaire
pourquoidocteur

Teaching Young Children With Social-Communication Delays to Label Actions Using Videos and Language Expansion Models 09/11/2016

«Abstract Young children with autism spectrum disorder (ASD) and related social-communication delays may display difficulties commenting on actions that occur in their natural environment. One method for increasing early conversation skills is direct instruction. Using video examples of actions may increase the salient features of instructional targets and, as such, may be an effective stimulus for presenting actions during instruction. The present study used a multiple-probe design across participants replicated across behaviors to evaluate the effectiveness of a 0- to 4-s progressive time-delay (PTD) procedure using video presentation of actions to teach three preschool-aged children with ASD and related social-communication delays to label actions. In addition, the teacher provided language expansion on all instructional targets, as well as assessed generalization to novel stimuli (videos and pictures or photographs). Results indicate that all participants acquired action labels. Two of the three participants generalized responses to novel videos and pictures while expanding their responses without direct instruction. Implications for teachers targeting action labels in early childhood settings are provided.»...

<< Sommaire
foa.sagepub

Access : Arbaclofen in Children and Adolescents with Autism Spectrum Disorder: A Randomized, Controlled, Phase 2 Trial : Neuropsychopharmacology 09/11/2016

«Several lines of emerging data point to an imbalance between neuronal excitation and inhibition in at least a subgroup of individuals with autism spectrum disorder (ASD), including in those with fragile X syndrome (FXS), one of the most common genetic syndromes within ASD. In animal models of FXS and of ASD, GABA-B agonists have improved both brain and behavioral phenotypes, including social behavior. A phase 2 randomized, placebo-controlled, crossover trial found that the GABA-B agonist arbaclofen improved social avoidance symptoms in FXS. A pilot open-label trial of arbaclofen suggested similar benefits in ASD. We therefore evaluated arbaclofen in a randomized, placebo-controlled, phase 2 study of 150 participants, aged 5-21 years, with ASD. No difference from placebo was detected on the primary outcome measure, the parent-rated Aberrant Behavior Checklist Social Withdrawal/Lethargy subscale. However, a specified secondary analysis found improvement on the clinician-rated Clinical Global Impression of Severity. An exploratory post hoc analysis of participants with a consistent rater across the trial revealed greater improvement in the Vineland Adaptive Behavior Scales II socialization domain in participants receiving arbaclofen. Affect lability (11%) and sedation (9%) were the most common adverse events. In this exploratory study, secondary analyses suggest that arbaclofen may have the potential to improve symptoms in some children with ASD, but further study will be needed to replicate and extend these initial findings.»...

<< Sommaire
nature

Chomage des handicapes : l'Association des paralyses de France critique les pouvoirs publics 08/11/2016

«Un rapport de l'Association des paralysés de France (APF), publié mardi 8 novembre, dévoile la forte augmentation du chômage des handicapés (+65%) entre 2011 et 2015. Selon Jacques Zeitoun, vice-président de l'APF, cette hausse est notamment due à un déficit de formation car "seules 25% de ces personnes ont aujourd'hui un diplôme supérieur au CAP". Les travailleurs handicapés feraient face à une "résistance" de la part de la société. Jacques Zeitoun estime d'ailleurs que "beaucoup d'idées reçues subsistent" au sujet des personnes handicapées. Des préjugés balayés par le vice-président de l'APF qui avance que "les entreprises employant un handicapé sont à 85% satisfaites. Ce sont des travailleurs qui s'absentent moins que les valides, et qui se surpassent au travail." Les sociétés privées deux fois en-dessous du taux obligatoire Selon Jacques Zeitoun, les pouvoirs publics doivent envoyer des messages "plus positifs". Cela passe par les moyens mis à disposition des travailleurs handicapés : "En trois ans, l'Etat a prélevé 174 millions d'euros sur des fonds chargés de financer l'insertion des handicapés par l'emploi et l'aménagement des postes." Ces fonds recueillent les contributions des sociétés ne respectant pas la loi. Celle-ci fixe à 6% le taux obligatoire de travailleurs handicapés dans les entreprises. Dans les faits, ce ratio est deux fois moins important dans les sociétés privées. "Il faut un nouveau système économique", préconise donc Jacques Zeitoun.»...

<< Sommaire
francetvinfo

Toxic masculinity in the autism community | standing in the way of control 08/11/2016

«I have come across incident after incident in which women, femmes and other people perceived as women find themselves being bombarded with unwanted sexual or romantic propositions, sexual harassment and outright sexual assault by cis men on the spectrum in spaces that are either by or for autistic people, or in online communities for autistic people. I know several women and femmes who have experienced harassment from men who think they're entitled to their affections or their bodies, including lesbians. I've seen guys being creepy towards women in person, and have reported them to event organisers. Before I transitioned and started being perceived as male by the general public, I had a man propose marriage to me online as a way of getting me out of my parents' abusive household. I was 19. He was in his 40s at the very least-more than twice my age. Being autistic does not exempt you from the forces of toxic masculinity, compulsory heterosexuality or other forms of gendered hostility. Autism may make people internalise society's messages differently from other people, but that doesn't mean that we don't internalise those messages. We are people and people are a product of the societies in which they are brought up. I believe some of this is attributable to the systemic desexualisation of disabled people, including autistic people, during childhood and adolescence. The assumption is that we won't be interested in romantic or sexual relationships anyway-or shouldn't be-so we are not taught how to approach relationships in a healthy, positive way. It's also the case that a lot of autistic people struggle with learning social norms that are seen as simply arbitrary. There may be some social norms that are simply arbitrary, but respecting people's romantic and sexual boundaries goes beyond simple social niceties. When those developmental factors are blended with cultural messages that promote male entitlement and rape culture, some autistic men end up with attitudes that both reflect their difficulty approaching women or people they perceive as women, and the idea that they're entitled to a romantic relationship or sex because they're men. This results in situations where men in autistic spaces will do things ranging from awkwardly asking people on dates because they're both on the spectrum and they think the other person is pretty to full-blown sexual harassment and assault. Like everyone else, these guys need to be told that nobody is entitled to romance or sex, but that there are ways that they can learn how to build healthy relationships to the people they're attracted to. Build bonds based on common interests. Don't treat autistic space as nothing but a dating opportunity. Work on how to make friends first. Value women and people perceived as women as human beings, not just as opportunities for dating or sex. Respect the boundaries of people who say they aren't interested in going out with them or sleeping with them. We need to stop tolerating this kind of behaviour in autistic space and be absolutely clear that harassment and assault are unacceptable. I have been in way too many spaces where guys like this are routinely allowed to come back. Being autistic should not absolve you from common decency, and common decency includes respecting the sexual and romantic boundaries of other people.»...

<< Sommaire
expectedly

Teaching Young Children With Social-Communication Delays to Label Actions Using Videos and Language Expansion Models 08/11/2016

«Abstract Young children with autism spectrum disorder (ASD) and related social-communication delays may display difficulties commenting on actions that occur in their natural environment. One method for increasing early conversation skills is direct instruction. Using video examples of actions may increase the salient features of instructional targets and, as such, may be an effective stimulus for presenting actions during instruction. The present study used a multiple-probe design across participants replicated across behaviors to evaluate the effectiveness of a 0- to 4-s progressive time-delay (PTD) procedure using video presentation of actions to teach three preschool-aged children with ASD and related social-communication delays to label actions. In addition, the teacher provided language expansion on all instructional targets, as well as assessed generalization to novel stimuli (videos and pictures or photographs). Results indicate that all participants acquired action labels. Two of the three participants generalized responses to novel videos and pictures while expanding their responses without direct instruction. Implications for teachers targeting action labels in early childhood settings are provided.»...

<< Sommaire
foa.sagepub

Reading comprehension intervention for high-functioning children with autism spectrum disorders: Australian Journal of Learning Difficulties: Vol 21, No 1 08/11/2016

«Abstract The prevalence of children with autism spectrum disorders appears to be on the increase and educators are becoming more aware of their educational and social needs. In particular, many students with high-functioning autism have a deficit in reading comprehension. As a consequence, there is now a greater determination by educators to design the most appropriate reading interventions to address their specific learning impairments. This article outlines a balanced instructional framework for reading comprehension intervention that includes a three-levelled structure incorporating language decoding, language comprehension and metacognitive processes. Research suggests that reading comprehension intervention should focus on reading for meaning by incorporating visual and verbal cognitive strategies to enhance the development of local and global inferencing skills. The framework highlights the need to develop language, social and self-regulation abilities in association with dialogic interaction»...

<< Sommaire
tandfonline

Middle School Students' Attitudes Toward a Peer With Autism Spectrum Disorder 08/11/2016

«Abstract Students with autism spectrum disorder (ASD) often experience peer conflict and social challenges, which likely relate to compounded characteristics of both the child with ASD and his or her peers. However, few studies have experimentally investigated these associations to inform prevention and intervention efforts. The present study used social networking blogs to examine how middle school students' attitudes toward a fictional peer with ASD, Charlie, vary according to whether Charlie was (a) physically included with typically developing peers and (b) socially accepted. Participants expressed less favorable attitudes when Charlie was socially excluded by his peers, regardless of whether his peers had disabilities. More favorable attitudes were associated with participant popularity, previous exposure to ASD, younger age, and being female. Charlie's ASD status was associated with more negative anticipated peer attitudes. These results indicate that facilitating positive, public social experiences of students with ASD may promote positive attitudes and social acceptance by peers.»...

<< Sommaire
foa.sagepub

Cultural Effects on the Diagnosis of Autism Spectrum Disorder Among Latinos 08/11/2016

«Abstract The role of culture in autism spectrum disorders (ASD) has been too often neglected in research. The present study evaluated the implications of cultural factors for ASD screening and diagnosis by examining the parenting perceptions and diagnostic experiences of Latina and White mothers of children with ASD. The children of Latina mothers were diagnosed significantly later and were significantly more likely to be diagnosed with autism than with another ASD. Latina mothers demonstrated significantly less knowledge of developmental milestones and of ASD. Latina mothers were also significantly more likely to report early concerns about temperament. The results of this study suggest that both socioeconomic and culturally based differences likely influence the early perception and diagnosis of ASD.»...

<< Sommaire
foa.sagepub

The Impact of Aquatic Exercise on Sleep Behaviors in Children With Autism Spectrum Disorder 08/11/2016

«Abstract The purpose of this pilot study was to determine if participation in an aquatic exercise program improves sleep in children with Autism Spectrum Disorder (ASD). Participants included 8 children. An A-B-A withdrawal design was utilized. Each phase lasted for 4 weeks. The treatment included 60 min of aquatic exercise 2X/week. Phone calls to parents of the participants were made throughout the duration of the study. Parents were asked questions related to sleep latency, nighttime wakenings, and sleep duration. A one way repeated-measures analysis of variance (ANOVA) was utilized to determine if differences existed between phases. Statistically significant difference existed for sleep latency (p < .001) and sleep duration (p < .001). These results suggest that participation in aquatic exercise may improve the sleep habits of children with ASD.»...

<< Sommaire
foa.sagepub

The Effect of Pivotal Response Treatment in Children with Autism Spectrum Disorders: A Non-randomized Study with a Blinded Outcome Measure. - PubMed - NCBI 08/11/2016

«Abstract Purpose of this quasi-experimental trial was to investigate the effect of Pivotal response treatment (PRT) versus treatment as usual (TAU) on autism symptoms. Children with autism spectrum disorder (ASD), aged 3-8 years, received either PRT (n=11) or TAU (n=13). Primary outcome measure was the total score on the Autism Diagnostic Observation Schedule at pre- and posttreatment. Additionally, general problem behavior and parental stress levels were measured. Children in the PRT condition improved on the primary outcome measure compared to the TAU group with a small effect size [partial η2=0.22 (95% CI 0.00-0.46)]. Neither group demonstrated significant changes in the secondary outcomes. This study suggests that PRT may improve autism symptoms in children with ASD over TAU.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Sustained synchronized neuronal network activity in a human astrocyte co-culture system. - PubMed - NCBI 08/11/2016

«Abstract Impaired neuronal network function is a hallmark of neurodevelopmental and neurodegenerative disorders such as autism, schizophrenia, and Alzheimer's disease and is typically studied using genetically modified cellular and animal models. Weak predictive capacity and poor translational value of these models urge for better human derived in vitro models. The implementation of human induced pluripotent stem cells (hiPSCs) allows studying pathologies in differentiated disease-relevant and patient-derived neuronal cells. However, the differentiation process and growth conditions of hiPSC-derived neurons are non-trivial. In order to study neuronal network formation and (mal)function in a fully humanized system, we have established an in vitro co-culture model of hiPSC-derived cortical neurons and human primary astrocytes that recapitulates neuronal network synchronization and connectivity within three to four weeks after final plating. Live cell calcium imaging, electrophysiology and high content image analyses revealed an increased maturation of network functionality and synchronicity over time for co-cultures compared to neuronal monocultures. The cells express GABAergic and glutamatergic markers and respond to inhibitors of both neurotransmitter pathways in a functional assay. The combination of this co-culture model with quantitative imaging of network morphofunction is amenable to high throughput screening for lead discovery and drug optimization for neurological diseases.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Interventions that target improvements in mental health for parents of children with autism spectrum disorders: A narrative review. - PubMed - NCBI 08/11/2016

«Abstract Prevalence of autism spectrum disorders (ASD) suggest that one in 68 children is affected. With convincing evidence that parenting a child with ASD is associated with elevated distress and mental health problems, researchers have begun to investigate treatments that directly target parents' psychological well-being. We conducted a narrative review of studies that empirically tested the effects of interventions targeting improvements in the mental health of parents of children with ASD. Following a range of search strategies, a total of 13 studies, seven randomized controlled trials (RCTs) and six pre-post test designs, met inclusion criteria. We calculated and reported effect sizes for all RCTs. On average, treatment produced medium to large effect sizes with improvements in parenting stress and general health, and reductions in depression and anxiety. Interventions that appeared promising included: Stress Management and Relaxation Techniques, Expressive Writing, Mindfulness-Based Stress Reduction, and Acceptance and Commitment Therapy. However, only one study conducted a follow-up assessment >3months post intervention. Study populations primarily consisted of English-speaking mothers, ages 39 to 42years. Conclusions were limited by small sample sizes, homogeneity of sample population, and reliance on self-report. Therefore, this body of research contains significant limitations in need of improvement for this field to move forward and benefit a sizable number of parents.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

* Visual Perceptual Load Reduces Auditory Detection in Typically Developing Individuals but Not in Individuals With Autism Spectrum Disorders. - PubMed - NCBI 08/11/2016

«Abstract Objective: Previous studies examining selective attention in individuals with autism spectrum disorder (ASD) have yielded conflicting results, some suggesting superior focused attention (e.g., on visual search tasks), others demonstrating greater distractibility. This pattern could be accounted for by the proposal (derived by applying the Load theory of attention, e.g., Lavie, 2005) that ASD is characterized by an increased perceptual capacity (Remington, Swettenham, Campbell, & Coleman, 2009). Recent studies in the visual domain support this proposal. Here we hypothesize that ASD involves an enhanced perceptual capacity that also operates across sensory modalities, and test this prediction, for the first time using a signal detection paradigm. Method: Seventeen neurotypical (NT) and 15 ASD adolescents performed a visual search task under varying levels of visual perceptual load while simultaneously detecting presence/absence of an auditory tone embedded in noise. Results: Detection sensitivity (d') for the auditory stimulus was similarly high for both groups in the low visual perceptual load condition (e.g., 2 items: p = .391, d = 0.31, 95% confidence interval [CI] [-0.39, 1.00]). However, at a higher level of visual load, auditory d' reduced for the NT group but not the ASD group, leading to a group difference (p = .002, d = 1.2, 95% CI [0.44, 1.96]). As predicted, when visual perceptual load was highest, both groups then showed a similarly low auditory d' (p = .9, d = 0.05, 95% CI [-0.65, 0.74]). Conclusions: These findings demonstrate that increased perceptual capacity in ASD operates across modalities. (PsycINFO Database Record»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

Lanceurs d'alerte et handicap : mieux les proteger ? 07/11/2016

«La France a jugé nécessaire de se doter d'un arsenal juridique à la hauteur de l'enjeu majeur du XXIe siècle qu'est la lutte contre la corruption. A l'initiative de parlementaires engagés dans la défense d'une justice pour tous et avec la participation active de citoyens vigilants issus de la société civile, une proposition de loi a été élaborée pour permettre au pays de combler son retard dans ce domaine, notamment en protégeant ce que l'on appelle communément les « lanceurs d'alerte ». Vidée de sa substance en première lecture au Sénat, rétablie à l'Assemblée nationale, elle doit être examinée une troisième fois à l'Assemblée à compter du mardi 8 novembre 2016. Ils interpellent François Hollande Parce que cette loi a, selon eux, « été chahutée, alourdie d'amendements et a subi de nouveaux outrages », neuf lanceurs d'alerte tentent d'interpeller les députés. Ils ont dénoncé le blanchiment d'argent ou de fraude fiscale, le détournement de fonds publics ou encore les conditions de travail et de vie des salariés de l'industrie nucléaire. Dans le champ du handicap, il y a, parmi eux, Céline Boussié qui a révélé des situations de maltraitance sur des résidents handicapés au sein de l'établissement médico-social de Moussaron (Gers) et est elle-même poursuivie pour diffamation (article en lien ci-dessous), ou Gilles Mendes qui dénonce les détournements de la loi handicap par certaines entreprises. Selon ce collectif, « admettre que la corruption est un fléau n'est pas suffisant. C'est se perdre en paroles quand des actes sont attendus. Et si cette loi a réellement l'ambition de s'attaquer à ce cancer qui ronge nos institutions et notre République, elle ne peut être ni ambigue, ni dans la demi-mesure. » Ils en appellent au Président de la République et à ceux de l'Assemblée nationale et du Sénat. Quelles garanties ? La définition et la protection des lanceurs d'alerte reposent sur des principes fondamentaux, selon eux « clairs et non négociables », qu'il conviendra d'ajouter ou de maintenir dans le texte définitif. Cela concerne notamment la bonne foi du lanceur d'alerte et le caractère désintéressé de son action, la loi ne devant pas être détournée de son but pour servir des intérêts personnels ou commerciaux ou pour nuire à autrui. La loi doit également permettre de conserver l'anonymat du lanceur d'alerte s'il le souhaite, et sanctionner la divulgation non consentie de son identité afin d'éviter des représailles et faciliter sa réintégration sociale et professionnelle. D'autres garanties comme la possibilité de ne pas avertir en premier lieu sa hiérarchie si le lanceur estime qu'elle pourrait être impliquée dans les faits dénoncés. Leur revendication porte également sur la prise en charge des frais de justice car, dans la lutte qui oppose le lanceur d'alerte à son employeur, le rapport de forces est, par essence, inégal. Puisqu'il intervient dans l'intérêt général, l'Etat doit assurer le lanceur d'alerte de son soutien financier pour les actions judiciaires dont il pourrait être victime. Un signal fort contre la corruption Et pourquoi pas un dédommagement pour la « réparation des préjudices » car il s'expose, par son action et même s'il n'est pas souvent victime directe des faits dénoncés, à une marginalisation sociale et à une exclusion de son corps professionnel. Enfin, le collectif propose de sanctionner les personnes ou organes de contrôle ayant fait obstruction à la remontée et au traitement de l'alerte. Selon lui, « cette loi est l'occasion, pour la représentation nationale, de donner un signal fort de sa volonté de lutter avec énergie et efficacité contre la corruption. » Ils interpellent les parlementaires pour que ce texte soit à la hauteur de ses promesses. Une pétition devrait également être mise en ligne rapidement.»...

<< Sommaire
informations.handicap

Lanceurs d'alerte et handicap : mieux les proteger ? 07/11/2016

«La France a jugé nécessaire de se doter d'un arsenal juridique à la hauteur de l'enjeu majeur du XXIe siècle qu'est la lutte contre la corruption. A l'initiative de parlementaires engagés dans la défense d'une justice pour tous et avec la participation active de citoyens vigilants issus de la société civile, une proposition de loi a été élaborée pour permettre au pays de combler son retard dans ce domaine, notamment en protégeant ce que l'on appelle communément les « lanceurs d'alerte ». Vidée de sa substance en première lecture au Sénat, rétablie à l'Assemblée nationale, elle doit être examinée une troisième fois à l'Assemblée à compter du mardi 8 novembre 2016. Ils interpellent François Hollande Parce que cette loi a, selon eux, « été chahutée, alourdie d'amendements et a subi de nouveaux outrages », neuf lanceurs d'alerte tentent d'interpeller les députés. Ils ont dénoncé le blanchiment d'argent ou de fraude fiscale, le détournement de fonds publics ou encore les conditions de travail et de vie des salariés de l'industrie nucléaire. Dans le champ du handicap, il y a, parmi eux, Céline Boussié qui a révélé des situations de maltraitance sur des résidents handicapés au sein de l'établissement médico-social de Moussaron (Gers) et est elle-même poursuivie pour diffamation (article en lien ci-dessous), ou Gilles Mendes qui dénonce les détournements de la loi handicap par certaines entreprises. Selon ce collectif, « admettre que la corruption est un fléau n'est pas suffisant. C'est se perdre en paroles quand des actes sont attendus. Et si cette loi a réellement l'ambition de s'attaquer à ce cancer qui ronge nos institutions et notre République, elle ne peut être ni ambigue, ni dans la demi-mesure. » Ils en appellent au Président de la République et à ceux de l'Assemblée nationale et du Sénat. Quelles garanties ? La définition et la protection des lanceurs d'alerte reposent sur des principes fondamentaux, selon eux « clairs et non négociables », qu'il conviendra d'ajouter ou de maintenir dans le texte définitif. Cela concerne notamment la bonne foi du lanceur d'alerte et le caractère désintéressé de son action, la loi ne devant pas être détournée de son but pour servir des intérêts personnels ou commerciaux ou pour nuire à autrui. La loi doit également permettre de conserver l'anonymat du lanceur d'alerte s'il le souhaite, et sanctionner la divulgation non consentie de son identité afin d'éviter des représailles et faciliter sa réintégration sociale et professionnelle. D'autres garanties comme la possibilité de ne pas avertir en premier lieu sa hiérarchie si le lanceur estime qu'elle pourrait être impliquée dans les faits dénoncés. Leur revendication porte également sur la prise en charge des frais de justice car, dans la lutte qui oppose le lanceur d'alerte à son employeur, le rapport de forces est, par essence, inégal. Puisqu'il intervient dans l'intérêt général, l'Etat doit assurer le lanceur d'alerte de son soutien financier pour les actions judiciaires dont il pourrait être victime. Un signal fort contre la corruption Et pourquoi pas un dédommagement pour la « réparation des préjudices » car il s'expose, par son action et même s'il n'est pas souvent victime directe des faits dénoncés, à une marginalisation sociale et à une exclusion de son corps professionnel. Enfin, le collectif propose de sanctionner les personnes ou organes de contrôle ayant fait obstruction à la remontée et au traitement de l'alerte. Selon lui, « cette loi est l'occasion, pour la représentation nationale, de donner un signal fort de sa volonté de lutter avec énergie et efficacité contre la corruption. » Ils interpellent les parlementaires pour que ce texte soit à la hauteur de ses promesses. Une pétition devrait également être mise en ligne rapidement.»...

<< Sommaire
informations.handicap

Association Francophone de Femmes Autistes: [Article] Les femmes presentant un TSA cachent des luttes internes complexes derriere un masque 07/11/2016

«Gwen est une jeune femme créative et intelligente qui connait la réussite en tant qu'artiste. Pourtant, quand elle était enfant, elle avait juste envie de s'isoler et de passer inaperçue. D'aussi loin qu'elle se souvienne, elle se sentait déjà différente des autres enfants, et elle fournissait beaucoup d'efforts en vue de camoufler certains aspects de sa personnalité en faisant semblant d'être « normale ». Elle n'a pas vécu une enfance heureuse, et l'adolescence a été une période encore plus difficile à traverser. Les relations avec ses pairs devenant de plus en plus complexes, elle a lutté pour s'adapter. (Gwen est une participante de notre étude ; nous avons changé son nom pour protéger sa vie privée.) Gwen a reçu un traitement pour l'anxiété et la dépression quand elle avait la vingtaine. Et à mesure qu'on l'aidait à reconsidérer ses expériences et ses sentiments, elle s'est rendue compte qu'elle présentait peut-être bien un trouble du spectre de l'autisme. Un psychologue a validé son autodiagnostic et lui a remis un diagnostic officiel, et c'est à partir de ce moment-là que tout ce qu'elle avait vécu a pris son sens. Elle a enfin compris pourquoi elle avait autant de mal à s'entendre avec ses pairs à l'école et au travail, et quand elle se sentait en surcharge sensorielle dans les magasins bondés et bruyants, elle savait désormais que cela fait partie de la sensibilité sensorielle caractéristique des TSA. Aujourd'hui, le fait de savoir qu'elle fait partie de la communauté autistique lui donne de la force, et elle est de plus en plus fière d'être ce qu'elle est : une jeune femme qui présente un trouble du spectre de l'autisme. D'autres filles et femmes présentant un TSA se reconnaitront dans l'histoire de Gwen : l'anxiété et le sentiment d'aliénation, le stress du aux tentatives de s'intégrer et les relations sociales difficiles. A l'instar de Gwen, beaucoup de femmes présentant un TSA reçoivent un diagnostic tardif, tandis que d'autres reçoivent un mauvais diagnostic, ou pas de diagnostic du tout. Nous avons voulu mieux comprendre les expériences des femmes présentant un TSA en vue de mieux les identifier pour les aider au plus tôt. Dans cette étude publiée au mois de juillet, nous avons défini les signes distinctifs des femmes présentant un TSA, qui incluent un risque élevé d'être victime d'agressions sexuelles, l...˜épuisement du aux efforts fournis pour se fondre dans la masse, et le fait d'être perpétuellement incomprise. Ces signes distinctifs nous ont permis de définir des mesures précises à prendre en vue de rendre la vie de ces femmes meilleure.»...

<< Sommaire
association-affa.blogspot

Handicap. Placements en Belgique : la ministre interpellee par la CPAM 56 - Morbihan 06/11/2016

«Lors de sa visite à Vannes, hier, la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion, Ségolène Neuville, a rencontré la direction de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie du Morbihan, pour évoquer la question des adultes handicapés qui, faute de place en France, sont placés dans des établissements belges non conventionnés. 124 établissements belges concernés « Nous payons, alors que nous ne pouvons avoir aucune information sur la réalité de la prise en charge et des soins reçus par nos assurés », a souligné le directeur de la CPAM 56, Mohamed Azgag. « On nous demande aussi régulièrement de payer des sus, sans que nous n'ayons les rapports médicaux : nous n'avons pas de garantie des soins, seulement des factures ». La situation est apparue lorsqu'en 2010, ces dossiers ont été centralisés au Centre National des Soins à l'Etranger, à la CPAM 56. Avant, ces remboursements étaient disséminés dans les différentes caisses et passaient davantage inaperçus. Fin 2013, le bilan faisait apparaitre 82 établissements belges non conventionnés pour 1. 452 personnes prises en charge, soit une dépense de 59,1 M E pour des assurés du régime général. A ce jour, ce sont 124 établissements belges concernés, pour près de deux fois plus de personnes (2.732) soit une dépense de 100 millions d'euros.»
[...]
«« Des privés qui font du fric » La secrétaire d'État a expliqué être en lien avec son homologue belge sur cette question : « Côté wallon, il y a des contrôles pour les établissements conventionnés de grande qualité, mais, en face, des établissements privés font du fric. C'est compliqué parce que de leur côté ça crée de l'emploi mais avec notre argent. Ce qu'il faut c'est pouvoir trouver une solution pour arrêter ce flux. Chaque année, nous créons 4.000 places et pourtant le flux vers la Belgique continue, principalement pour des personnes avec des troubles du comportement ». Ségolène Neuville prône la possibilité pour les familles de se retourner vers les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). « J'ai créé une ligne de financement pour mettre en place des réponses individuelles et pas que des solutions globales. Mon ambition est que les gens arrêtent d'aller en Belgique ». »...

<< Sommaire
letelegramme

Exploring sex differences in autistic traits: A factor analytic study of adults with autism. - PubMed - NCBI 05/11/2016

«Abstract Research has highlighted potential differences in the phenotypic and clinical presentation of autism spectrum conditions across sex. Furthermore, the measures utilised to evaluate autism spectrum conditions may be biased towards the male autism phenotype. It is important to determine whether these instruments measure the autism phenotype consistently in autistic men and women. This study evaluated the factor structure of the Autism Spectrum Quotient Short Form in a large sample of autistic adults. It also systematically explored specific sex differences at the item level, to determine whether the scale assesses the autism phenotype equivalently across males and females. Factor analyses were conducted among 265 males and 285 females. A two-factor structure consisting of a social behaviour and numbers and patterns factor was consistent across groups, indicating that the latent autism phenotype is similar among both autistic men and women. Subtle differences were observed on two social behaviour item thresholds of the Autism Spectrum Quotient Short Form, with women reporting scores more in line with the scores expected in autism on these items than men. However, these differences were not substantial. This study showed that the Autism Spectrum Quotient Short Form detects autistic traits equivalently in males and females and is not biased towards the male autism phenotype.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih

L'appli qui donne la parole a ceux qui en sont prives - Le Point 05/11/2016

«Il y a un peu moins d'un mois, l'éditeur néerlandais Assistiveware a publié la version française de Proloquo2Go, un outil de communication à base de pictogrammes qui était jusqu'ici disponible seulement en anglais et en espagnol. Il s'agit d'un outil de AAC (Alternative and augmented communication), la technologie qui doit faciliter la vie des personnes qui ont des difficultés d'élocution. Ces dernières peuvent être des autistes, des personnes atteintes du syndrôme de Down, des trisomiques, des personnes qui ont souffert d'un accident vasculaire cérébral ou encore des malades de Parkinson. En France, selon Handirect.fr, près de 1,3 million de personnes souffrent d'un handicap sensoriel. Concrètement ,avec Proloquo2Go, l'utilisateur appuie sur un dessin, et une voix artificielle dit le mot correspondant. La majorité des utilisateurs de Proloquo2Go a moins de 11 ans. David Niemeijer, créateur en 2000 et PDG d'Assistiveware, explique au Point.fr l'utilité de cette application et comment il a réussi à la rendre disponible en français.»
[...]
« Comment vous y êtes-vous pris pour la version française disponible en France autour de 250 euros ? Nous nous sommes appuyés sur plus de 12 500 heures de recherche sur le traitement de la parole pour le développement de la version française de l'application. Nous ne nous sommes pas contentés de traduire les phases de l'anglais mais nous avons essayé de rechercher les expressions qui collaient au mieux à ce que pensaient les utilisateurs. Nous nous sommes appuyés sur les travaux d'une demi-douzaine d'ergothérapeutes, de linguistes et d'orthophonistes, mais également sur le Centre d'expertise et de ressources nouvelles technologies & communication de l'APF et de ISAAC-Francophone. Certaines formulations étaient délicates à reproduire, comme le passé simple. Puis nous nous sommes intéressés à la prononciation, en faisant répéter les phrases à des acteurs. Cela nous a permis de faire soixante synthèses de voix naturelles gratuites, dont certaines d'enfant. Il faut que la voix reflète la personnalité de l'utilisateur pour que ce dernier ait envie de l'utiliser. L'utilisateur peut également personnaliser les boutons qui l'aident à communiquer. Tout est ouvert. À l'avenir, les enfants pourront sans doute dessiner ce qu'ils veulent expliquer. Nous serons heureux quand nous aurons permis à tous de s'exprimer. »...

<< Sommaire
lepoint

Human brain is predisposed to negative stereotypes, new study suggests 04/11/2016

«The human brain is predisposed to learn negative stereotypes, according to research that offers clues as to how prejudice emerges and spreads through society. The study found that the brain responds more strongly to information about groups who are portrayed unfavourably, adding weight to the view that the negative depiction of ethnic or religious minorities in the media can fuel racial bias. Hugo Spiers, a neuroscientist at University College London, who led the research, said: "The newspapers are filled with ghastly things people do ... You're getting all these news stories and the negative ones stand out. When you look at Islam, for example, there's so many more negative stories than positive ones and that will build up over time.".»
[...]
«Scientists believe that stereotypes serve a purpose because clustering people into groups with a variety of expected traits helps us navigate the world without being overwhelmed by information. “[Negative information] may have been more important for your own survival in ancient times,” said Schiller. “It might be more important to store that in your brain.” In future, scientists predict that it may even be possible to uncover differences in brain structure that explain why some people hold racist or sexist views. “It may just be that certain brains are configured to be more flexible and able to unlearn prejudice and others less so,” said Spiers. “That might be driven by the environment, say if someone grows up in a very racist household, the brain might become trained to be less flexible in its thinking.” The findings are published in the Journal of Cognitive Neuroscience. »...

<< Sommaire
theguardian

Handicap -Brevet : adaptation des epreuves aux candidats en situation de handicap | 04/11/2016

«L'arrêté du 10 octobre 2016 fixe les règles relatives à l'adaptation et à la dispense de certaines épreuves à l'examen du brevet pour les candidats présentant un handicap ou bénéficiant d'un plan d'accompagnement personnalisé. Les candidats au brevet présentant un handicap peuvent bénéficier d'adaptations ou être dispensés de certaines épreuves par décision du recteur d'académie, sur proposition du médecin désigné par la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées. Des aménagements pour les épreuves écrites et orales Pour les épreuves écrites de mathématiques, physique-chimie, sciences de la vie et de la Terre et technologie, les candidats présentant une déficience du langage, de la parole ou de l'automatisation du langage écrit peuvent être dispensés de l'évaluation de la présentation de la copie et de l'utilisation de la langue française. Pour les épreuves écrites de français, d'histoire et géographie et d'enseignement moral et civique : les candidats présentant une déficience visuelle peuvent bénéficier de l'audiodescription ou de la transcription écrite des documents ; les candidats présentant une déficience motrice, sensorielle ou un trouble des fonctions exécutives peuvent être dispensés de l'exercice de tâche cartographique ; les candidats présentant une déficience du langage, de la parole ou de l'automatisation du langage écrit peuvent bénéficier de l'adaptation de l'exercice de dictée de l'épreuve écrite. Pour l'épreuve orale de soutenance de projet, les candidats présentant une déficience de la parole peuvent bénéficier d'une adaptation de l'examen et être autorisés à s'exprimer selon les modalités qu'ils utilisent habituellement dans les situations de communication orale. Des dispenses partielles ou totales en langues Les candidats présentant une déficience auditive, du langage, de la parole ou de l'automatisation du langage écrit, peuvent être dispensés : d'une partie de l'évaluation d'une langue étrangère (composante « Comprendre, s'exprimer en utilisant une langue étrangère et, le cas échéant, une langue régionale ») de la totalité de l'épreuve de langue vivante étrangère. L'arrêté précise enfin les conditions de répartition des points sur les autres exercices d'une épreuve ainsi que les coefficients par lesquels doivent être multipliés le total des points obtenus par ces candidats.»...

<< Sommaire
service-public

Seminaire des conseillers techniques charges de l'adaptation scolaire et de la scolarisation des eleves handicapes (CT ASH) 03/11/2016

«Problématique Comment mettre à niveau les connaissances du conseiller technique pour l'adaptation et la scolarisation des élèves handicapés (ASH) relatives aux textes et à la recherche afin de lui permettre d'assurer sa mission de conseil auprès du recteur ? Comment améliorer le travail et la réflexion partagée en faveur de l'école inclusive entre les différents conseillers du recteur ? Objectifs Traiter les problématiques relatives à la gouvernance, aux textes réglementaires et à leur dimension inclusive, à l'accompagnement des élèves en situation de handicap, ainsi que des professeurs et des personnels d'encadrement dans le champ de l'ASH ; échanger en termes de pratique professionnelle sur la fonction de conseiller de recteur et sur les missions de conseiller de recteur pour l'ASH ; élaborer des propositions dans le cadre d'une réflexion académique et nationale par mutualisation de ressources. Scénario et méthode pédagogique de l'action Exposés d'experts, témoignages d'acteurs, ateliers d'échanges de pratiques professionnelles et de mutualisation de ressources entre pairs ; présentation institutionnelle des évolutions politiques et aide au pilotage académique dans des contextes variés. Effets attendus de la formation - critères d'évaluation Permettre : aux conseillers techniques ASH arrivant sur poste de se familiariser avec une fonction et une posture nouvelles et aux conseillers techniques ASH déjà en poste de poursuivre les échanges et la réflexion sur les problématiques liées à l'école inclusive et la mission de conseil aux décideurs dans le cadre de l'aide au pilotage académique. à d'autres conseillers techniques de recteur de consolider leurs connaissances et leurs compétences dans ce domaine et de travailler en lien avec les CT ASH des recteurs.»...

<< Sommaire
esen.education

Beaucoup de parents d'enfants autistes se suicident et tout le monde s'en fout - le Plus 02/11/2016

«Je suis une personne autiste. Quand je lis la presse sur le sujet, je me vois souvent qualifié de "malade", appartenant à une "épidémie". La fameuse "épidémie mondiale d'autisme". Parle-t-on en revanche assez de la mystérieuse "épidémie" française de suicide de parents d'enfants autistes ? Massacre, suicide, isolement, précarité, exil...¦ Les mots manquent pour décrire l'explication de cet étrange phénomène. Cependant, je suis loin d'être le seul à avoir une théorie sur le sujet. Plutôt qu'un long discours, je préfère donc ici m'en tenir aux faits, aux études scientifiques et parler ainsi sans détours. Les parents, seuls face à une ASE qui veut les briser L'ASE, l'Aide sociale à l'enfance, a encore frappé et le doute n'est plus permis : l'éradication de l'autisme et l'incitation au suicide des parents d'enfants autistes semble bel et bien être le projet de cette institution. Les rapports d'enquêtes et les expertises concernant la mort de ces parents d'enfants autistes victimes de ces fléaux, concluront sans doutes à "une fragilité psychologique", cause de leurs gestes désespérés. Ne serait-il pas pertinent de voir cette "fragilité psychologique" imputée aux parents, plutôt comme une conséquence des menaces de placements de leurs enfants, par la sacro sainte Aide sociale à l'enfance (ASE), élément étrangement récurent dans ce genre de dossiers ? Ne serait-il pas pertinent de rappeler que la France est championne des placements abusifs d'enfants ? Plutôt que de continuer de parler fatalement "d'épidémie d'autisme", ne serait-il pas judicieux de se pencher sur l'épidémie de suicides, étrangement liées à la recrudescence française de signalements et de placements abusifs ? Intervenir précocement sur les enfants autistes avec leurs parents Après la déportation dans des structures belges des personnes autistes en France, largement financée par l'argent public, il serait à peine étonnant de voir la création d'un fond dédié à l'assistance au suicide, visant à déporter les parents concernés, encore jugés coupables de l'autisme de leurs enfants, dans un autre pays frontalier, la Suisse, ou cette pratique est légale, pour rendre cette réalité plus propre...¦ Pendant qu'en France, le sang continue de couler dans la communauté de l'autisme, dans le monde scientifique, de nombreuses études, réalisées dans des conditions expérimentales incontestables, tendent à l'unanimité vers la preuve irréfutable de l'efficacité et de la nécessité des interventions précoce sur les enfants autistes, associant les parents. Ces tragiques faits divers nous le montrent et la science le prouve : la séparation forcée et institutionnelle des enfants autistes de leurs parents, se basant encore sur les théories psychanalytiques de Bettelheim et de ses successeurs, sont contre productives, fatales et meurtrières. Elles doivent cesser. Une maltraitance institutionnelle L'ampleur de cette maltraitance institutionnelle a poussé un groupe de parlementaires à déposer une proposition de résolution invitant le gouvernement à un accompagnement adapté pour les familles et individus concernés par l'autisme. Le Gouvernement français y est également invité à fermement condamner et à interdire les pratiques psychanalytiques sous toutes leurs formes, dans le cadre de l'autisme, car n'étant pas recommandées par la HAS. Il est cependant étonnant, à la veille des élections présidentielles, de constater que ce sujet reste largement ignoré et méprisé par la classe politique. A ce jour, on recense 600.000 autistes en France soit environ une naissance sur 100 ou 8000 naissances par an. En 2014, 44 % des personnes autistes étaient victimes de maltraitance, soit 250.000 personnes autistes sur les 600.000 que compte notre pays. Est-ce là un "petit" sujet ?»...

<< Sommaire
leplus.nouvelobs

FORMATION POUR L'INCLUSION DES ENFANTS PORTEURS D'AUTISME ET AUTRES T.E.D AU SEIN DES ACCUEILS DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT 01/11/2016

«OBJECTIFS Former les professionnels de l'animation à l'accueil d'enfants porteurs d'autisme et autres TED. Leur transmettre des connaissances et des compétences solides pour mieux cerner les besoins de ces enfants et ainsi faciliter leur inclusion sociale en contribuant à leur évolution, leur enrichissement d'un point de vue cognitif, sensori-moteur, et émotionnel. PRESENTATION DE LA FORMATION Ce programme de formation comprendra deux volets complémentaires :
• un premier volet d'information/sensibilisation (1/2 journée) - un second volet de formation (2 journées) Les deux modules seront gratuits et indépendants (possibilité de suivre le volet n°1 uniquement). La participation au second volet implique toutefois d'avoir suivi le premier temps de sensibilisation. La responsable de la formation sera Mme Christine PHILIP, Maitre de conférences honoraire en Sciences de l'Education, et membre associé du Groupe de Recherche sur le Handicap, l'Accessibilité et les Pratiques Educatives et Scolaires au sein de l'INS HEA. Elle a été responsable au sein de cet institut de la formation des enseignants spécialisés, dans le champ du handicap mental, cognitif et psychique et, plus spécialement dans le champ de l'autisme. Une attestation de formation vous sera remise au terme de chacun des volets de la formation. PROGRAMME ...¢ VOLET N°1 : DEBAT THEÂTRAL (1/2 journée) Suivant le principe du Théâtre Forum, une courte pièce montrant 5 situations problématiques sur la thématique vous sera présentée. Elle reprendra des difficultés auxquelles les professionnels de l'animation sont régulièrement confrontés. Les situations seront ensuite jouées une deuxième fois. Vous pourrez alors interrompre le jeu à tout moment, pour expérimenter une proposition de changement sur scène en remplaçant ou en ajoutant le personnage de votre choix. Le débat théâtral est animé par un meneur de jeu qui favorise l'expression des différents points de vue et garantit la déontologie du débat. Ce débat théâtral va permettre de :
• dédramatiser les situations du réel en les mettant à distance - débloquer la parole du public sur des sujets difficiles - expérimenter et échanger des manières de faire face aux situations du réel Les situations reprendront des difficultés auxquelles vous pouvez être confrontés, notamment celles liées à :
• un manque de prévisibilité des activités proposées - des problèmes de communication (l'enfant ne sait pas initier des interactions sociales) - un environnement sensoriel trop intense - un manque de cadre précis (pas assez structuré) Le but est d'amener la réflexion sur votre positionnement vis-à-vis des enfants porteurs d'autisme, de leur famille et sur vos réactions respectives. A l'issue de ce débat théâtral, un temps d'échange vous sera proposé avec Mme Christine Philip et un livret d'information vous sera remis. La compagnie Entrées de jeu (www.entreesdejeu.com/) prendra en charge l'animation du débat théâtral. ...¢ VOLET N°2 : FORMATION (2 journées) Ce second volet approfondira 4 questions pour vous permettre de renforcer vos compétences et faciliter ainsi l'intégration des enfants porteurs d'autisme, sans que cela vienne perturber l'équilibre du groupe :
• 1ère demi-journée : Qui sont les personnes avec autisme et comment fonctionnent-elles ? Plus que de définir un trouble, il s'agit plutôt de faire comprendre le fonctionnement particulier de ces personnes en s'appuyant sur des extraits de vidéos montrant des profils différents dans le « spectre de l'autisme ».
• 2ème demi-journée : De quels outils et méthodes dispose-t-on pour rendre les activités accessibles ? Une fois définies les particularités du fonctionnement autistique, il convient de s'informer sur les stratégies spécifiques à mettre en place, et dont on peut s'inspirer, en tenant compte à la fois du contexte particulier dans lequel on se situe, mais aussi des personnes singulières auxquelles on est confrontés.

• 3ème demi-journée : De quels outils et méthodes peut-on s'inspirer en situation éducative ? Dans le prolongement de la présentation des méthodes, c'est la méthode ABA (Analyse Appliquée du Comportement - Elle comporte un programme de techniques de modification du comportement et de développement de compétences) qui sera présentée en particulier pour faire face aux comportements problématiques de certains enfants et adolescents.
• 4ème demi-journée : Comment travailler en partenariat avec les parents et les professionnels ? Cette formation s'achèvera par une réflexion sur comment conduire un partenariat avec les adultes qui gravitent autour de l'enfant : en premier lieu les parents et la manière d'établir une relation de confiance avec eux, ensuite, les professionnels qui accompagnent l'enfant. Il est en effet important de bien cerner la problématique de l'enfant et de bien connaitre son profil singulier.»...

<< Sommaire
docs.google

L'amour est dans le pre: Marie larguee par Jean-Paul a cause de son fils autiste 01/11/2016

«L'amour n'était une fois de plus pas dans le pré pour Marie... et la raison est terrible ! Après avoir tenté de séduire Loic lors de la sixième saison de L'amour est dans le pré, l'assistante maternelle de 36 ans a de nouveau tenté sa chance cette année, avec Jean-Paul. "Il pouvait vraiment me correspondre. Dans son portrait, il était sensible, attachant, proche de son fils et des animaux. Je l'imaginais très humain", a-t-elle confié lors de son interview pour le magazine Public. Mais au cours du speed dating puis de son séjour à la ferme, elle s'est vite rendu compte qu'il n'était pas aussi "jovial" qu'elle le pensait et qu'il "se livrait peu" sur ses sentiments : "Il était contrarié que son ex parte au Maroc durant le tournage. Je pense qu'il n'a pas fait le deuil de cette histoire.Marie a tout de même accepté de partir en week-end en amoureux, à Lyon. Un séjour décevant pour la prétendante car Jean-Paul lui a annoncé qu'il ne souhaitait plus lui présenter son fils. La raison ? L'autisme de Mathis (6 ans), son propre petit garçon : "Jean-Paul m'a quittée car mon fils est autiste (...). Pendant le week-end, Jean-Paul m'a annoncé qu'il ne voulait plus me présenter son fils. Je me suis pris ça en pleine figure. J'ai quand même acheté les billets pour lui rendre visite avec les enfants, comme prévu. Trois jours avant, il m'appelle : 'Ce n'est pas la peine que tu viennes (...), le handicap de Mathis me met trop la pression.' Mon fils s'est senti rejeté (...). [Jean-Paul] ne savait pas comment expliquer tout ça à son fils, Louis. Il avait peur de le perturber." Si Marie n'a pas souhaité en parler ouvertement dans l'émission, elle a pris la décision de sortir de son silence afin de combattre les préjugés et de faire savoir que les autistes ne sont pas violents. "C'est un petit garçon gentil, respectueux des règles, qui ne sait pas mentir, qui a aussi besoin d'être dans sa bulle", a confié l'ex-prétendante de Jean-Paul à propos du petit Mathis. Elle regrette que l'éleveur de vaches laitières ne lui ait pas laissé une chance : "C'est un goujat (...). J'ai réalisé qu'il m'avait emmenée jusqu'au week-end pour se montrer le plus possible à la télé et recevoir du courrier après. Je me suis sentie manipulée."»
[...]
«Jean-Paul est un goujat Si Marie n'a pas souhaité en parler ouvertement dans l'émission, elle a pris la décision de sortir de son silence afin de combattre les préjugés et de faire savoir que les autistes ne sont pas violents. "C'est un petit garçon gentil, respectueux des règles, qui ne sait pas mentir, qui a aussi besoin d'être dans sa bulle", a confié l'ex-prétendante de Jean-Paul à propos du petit Mathis. Elle regrette que l'éleveur de vaches laitières ne lui ait pas laissé une chance : "C'est un goujat (...). J'ai réalisé qu'il m'avait emmenée jusqu'au week-end pour se montrer le plus possible à la télé et recevoir du courrier après. Je me suis sentie manipulée." »...

<< Sommaire
purepeople

Autisme : plus de mutations sur l'ADN mitochondrial des enfants atteints 01/11/2016


«L'autisme est un trouble envahissant du comportement (TED) qui complique les interactions sociales, limite le langage verbal et peut générer des comportements violents. Plus de 100 000 Français de moins de 20 ans seraient concernés par ces troubles aux causes encore méconnues, bien que la littérature scientifique laisse penser que le facteur génétique domine. Des mutations dans l'ADN des cellules, mais aussi celui des mitochondries, seraient impliquées de l'autisme, suggère une nouvelle étude présentée dans PLOS Genetics. Les mitochondries sont des petites structures au coeur des cellules. Mini-centrales énergétiques, elles produisent l'énergie dont l'organisme à besoin pour fonctionner. Elles ont également une particularité : elles possèdent leurs propre ADN, transmis uniquement par la mère. Les mitochondries peuvent induire des maladies génétiques, si des mutations sont transmises par la mère ou surviennent spontanément chez l'enfant.» [...]
« 1 % des cas d'autisme Depuis plusieurs années, les chercheurs s’intéressent au lien éventuel entre ces mutations et les troubles du spectre autistiques. Des travaux ont notamment montré qu’environ 1 % des cas d’autisme sont associés aux dysfonctionnements mitochondriaux. Pour approfondir ces travaux, une équipe de l’université de Cornell (Etats-Unis) a étudié l’ADN mitochondrial de 903 enfants autistes ainsi que celui de leurs frères et sœurs non atteints, et de leur mère. Ils ont alors découvert que les mitochondries des enfants autistes présentaient deux fois plus de mutations délétères que celles de leur fratrie et leur mère. Des mutations qui côtoient dans la même cellule des séquences d’ADN normale, précisent les auteurs. Ces modifications du génome mitochondriale aboutit à 1,5 fois plus de protéines anormales que chez leurs proches. « De nombreux troubles neurodéveloppementaux et maladies apparentées dans l’enfance semblent être associés à des anomalies mitochondriales, et les mutations de l’ADN pourraient en être le précurseur, souligne Zhenglong Gu, auteur principal de cette étude. Des travaux supplémentaires sont nécessaires pour élucider les mécanismes sous-jacents de ces pathologies. Une meilleure compréhension de ces phénomènes pourrait nous amener à développer de nouveaux traitements et de nouvelles stratégies de prévention qui cibleront les mitochondries » »...

<< Sommaire
pourquoidocteur

Vu de Twitter : Jean-Paul et sa peur de l'autisme decoivent les fans de ''L'amour est dans le pre'' - LCI 01/11/2016

«REVUE DE TWEETS - Ce lundi 31 octobre, M6 a diffusé le dernier épisode de "L'Amour est dans le pré". A l'heure du bilan, le public a pu découvrir les explications de Jean-Paul qui a décidé de mettre un terme à sa relation avec Marie. Lors de l'émission, la jeune femme a évoqué son fils autiste, un handicap que n'aurait pas supporté l'éleveur. 01 nov 09:13 C'est un peu la fausse note de cette saison. "L'Amour est dans le pré" s'est achevé ce lundi 31 octobre sur M6. A l'heure du dernier bilan, les téléspectateurs ont donc pu découvrir comment la relation entre Jean-Paul et Marie s'est terminée. L'éleveur et sa prétendante ont confié chacun de leur côté leurs sentiments à Karine Le Marchand. Et le moins qu'on puisse dire c'est que la jeune femme, dont le fils Mathis souffre d'autisme, est amère. "La rupture a été annoncée de façon pas conventionnelle. Il m'a appelé un soir et m'a dit qu'il avait bien réfléchi et que la pathologie de mon enfant lui posait beaucoup de soucis. Ça lui mettait beaucoup de pression et ça ne serait pas gérable. J'étais en colère pour les raisons qu'il a données. Je suis très proche de mon enfant et très fière de son parcours", a expliqué Marie qui s'est avouée " peinée" et "déçue". Depuis cet appel, elle n'a eu aucune nouvelle de Jean-Paul. "C'est une façon assez vilaine de terminer cette belle aventure", a-t-elle conclu.»...

<< Sommaire
lci

Psychologiquement fragile... 01/11/2016

«Ou des parents d'enfants autistes au bout du rouleau ? Vendredi matin, comme je le fais tous les matins après le petit déjeuner qui chez nous se prend le plus souvent à cinq heures trente, je prends un petit moment pour moi où je vais planifier ma journée, prendre mes courriels, consulter mon fil de nouvelles Facebook avant de commencer la scolarisation à la maison de mes enfants. La première nouvelle que j'ai lue était celle-ci : La maman de deux enfants autistes se suicide en se jetant du 8e étage. Elle était psychologiquement fragile. Et c'est classé dans les faits divers. Je veux bien comprendre que pour beaucoup de personnes une mère d'enfant autiste qui se suicide on peut classer ça dans les faits divers, mais pour moi qui est aussi mère de deux enfants autistes ainsi que pour beaucoup d'autres parents, ça fait plutôt partie d'une réalité qui est malheureusement possible. Et que si cet événement a eu lieu en France, je peux déjà vous dire que si ça continue, des histoires d'horreur comme ça on va en avoir aussi au Québec. Je n'en reviens pas. Pour en arriver à la conclusion qu'une mère d'enfant autiste, et ici de deux enfants autistes, s'est enlevée la vie parce qu'elle était « psychologiquement fragile », il ne faut vraiment pas comprendre ce que c'est que de vivre l'autisme au quotidien. Une réalité qu'on ne voit plus Je le sais qu'actuellement, c'est bien à la mode de dire que l'autisme c'est beau et que certains plateaux de télé tels que Tout le monde en parle s'arrachent les témoignages d'adultes autistes. On nous bombarde d'autistes fonctionnels depuis près deux ans. De personnes qui semblent avoir eu un parcours pas trop difficile et qui semblent s'être assez bien adaptées à la société. Ce n'est peut-être pas le cas de tous, mais une chose est certaine, si ces personnes parlent de leurs difficultés, on doit assurément les couper au montage. Mais les parents d'enfants sévères ou modérés, où sont-ils ? Où sont les parents dont les enfants reçoivent un diagnostic de TSA nécessitant un soutien de niveau 1, mais qui cumulent une quantité d'autres diagnostics parce que l'autisme, ça vient aussi souvent avec un lot de comorbidités ? Où sont les parents qui en arrachent au quotidien, qui se demandent comment ils vont arriver à passer à travers leur journée parce qu'ils ont dormi à peine deux heures la nuit précédente ?»
[...]
«L'heure du « wake-up call » a sonné Que va-t-il falloir qu’il arrive pour qu’un véritable « wake-up » call se fasse au Québec ? Qu'on comprenne enfin que l'autisme, c'est loin d'être une partie de plaisir et qu'on prête enfin une oreille attentive aux parents et pas seulement à d'éminents spécialistes qui ne connaissent rien de la réalité sur le terrain. Ces éminents spécialistes qui, avec les coupes budgétaires que nous vivons et le peu d’aide qu’on nous donne, suggèrent qu’on devrait remettre dans les mains des parents l’intervention précoce de leur enfant autiste. Personnellement, j'ai juste peur pour l’avenir de ces parents déjà épuisés. J’ai peur d’ouvrir un jour la section faits divers d’un journal du Québec ou mon fil de nouvelles Facebook et que le premier message ou article que j’y lirai ce matin-là sera : La maman d’un enfant autiste se suicide en se jetant du 8e étage. Elle était psychologiquement fragile. »...

<< Sommaire
facebook

Saint-Brevin-les-Pins. Autisme a l'ecole. Enzo veut trouver sa place « Article « Le Courrier du Pays de Retz 30/10/2016

«Autisme à l'école. Enzo veut trouver sa place Depuis la loi scolarité et handicap de 2005, il n'est pas toujours aisé pour les parents de s'y retrouver dans le parcours de leur enfant. Exemple avec Enzo, à Saint-Brevin. Mélanie Moricet se bat pour trouver une place la plus adaptée en milieu scolaire, à son fils Enzo, atteint d'autisme.
• Mélanie Moricet se bat pour trouver une place la plus adaptée en milieu scolaire, à son fils Enzo, atteint d'autisme.

• Saint-Brevin. A 11 ans, Enzo a le même âge que la loi permettant l'égalité des droits et des chances des personnes en situation de handicap dont la scolarité. Enzo est autiste et vit à Saint-Brevin. « Le diagnostic est tombé quand Enzo avait 18 mois. Son passage en CP a été compliqué mais finalement, il a pu intégrer une Classe d'inclusion scolaire en milieu ordinaire (Clis) à Sautron. Et là, pendant cinq ans, l'expérience a été géniale avec à la clé des progrès très importants », souligne sa maman, Mélanie Moricet. Plus de doudou, ni de tétine, Enzo s'ouvre peu à peu aux apprentissages de la lecture et du calcul, ce qui fait dire à sa mère qu'il a encore « à apprendre ». Et c'est ainsi que l'entrée en 6e a été préparée très en amont. La famille déjà installée à Saint-Brevin s'organise pour les allers-retours à Sautron afin de ne pas perturber l'enfant. Prêt pour la 6e Le parcours a toujours été bien balisé. A tel point que lorsque la rentrée au collège s'annonce, tout est déjà prêt : « Enzo était suivi par le Sessad (1) Arria de l'agglomération nantaise. Il préconisait un IME (2) mais il nous a soutenus pour qu'il intègre une Unité localisée pour l'inclusion scolaire au collège (Ulis). Et la Maison départementale pour les personnes handicapées, MDPH, a pris cette notification », résume Mélanie Moricet.» [...]
«C’est donc en toute confiance que maman et enfant prennent le chemin du collège Saint-Joseph à Saint-Brevin. La petite sœur, ayant été inscrite à l’école élémentaire du même nom. ” L’établissement est super. L’Ulis axée sur les troubles des fonctions cognitives, TFC, est bien intégrée et il y a peu d’élèves. La classe est adaptée, avec des repères visuels sur les apprentissages, elle est relaxante… C’est d’autant plus important que l’entrée en sixième peut être stressant chez un enfant quel qu’il soit », ajoute la maman. Seul bémol, le Sessad de l’estuaire n’a pu prendre en charge le garçon, faute de place. La structure nantaise garde donc un lien avec l’enfant. Des inquiétudes La rentrée se passe bien mais très vite, la maman s’inquiète : « l’enseignante m’a fait comprendre qu’Enzo n’avait pas sa place dans la classe. Elle le voit comme un autiste sévère, ce que je réfute ». »...

<< Sommaire
lecourrierdupaysderetz

Petition Helene Bernard Rectrice Haute Garonne : La scolarisation effective de mon fils autiste 12 ans dans un environnement adapte 30/10/2016

«Mon fils Paul a 12 ans il est autiste. Il a été scolarisé depuis ses 3 ans 15 à 18h par semaine en classe ordinaire accompagné D un AVS I. Il a fait D énormes progrès en socialisation et acquis scolaires à son rythme grâce à cette scolarisation. Pour le College on nous a conseillé de choisir un dispositif plus specialisé appelé ULIS . On ne nous a pas permis de visiter L ensemble des dispositifs et on ne nous a même pas indiqué l ensemble des dispositifs existants ou créés à la rentrée 2016. Paul a été affecté sur une ulis College loin de notre domicile ( pas notre 1er choix) , on a ensuite réduit arbitrairement son temps de scolarité à 1h45 4 fois par semaine et il S avère que la majorité des autres élèves accueillis relèvent plus de handicaps dits "sociaux "qui sont peu compatibles avec un eleve autiste. L académie ne veut pas réaffecter mon fils sur mon premier choix. On gâche depuis 2 mois la scolarité de mon fils qui est dessocialisé isolé et N a plus aucun enseignement sérieux. C est insupportable. On attend probablement que je le descolarise. En France 80% des élèves autistes sont déscolarisés . La France a été condamnée 5 fois par le conseil européen des droits de L Homme tancée par L ONU et on continue à faire N importe quoi. Il faut que cela cesse. Aidez moi à obtenir le respect du droit effectif à la scolarisation dans un dispositif adapté pour mon fils . Signez cette pétition et partagez la. Merci pour lui»...

<< Sommaire
change

Suicides chez les parents d'autistes: « Ils ne trouvent pas de solution » 30/10/2016

«Mercredi, une mère de deux enfants autistes s'est défenestrée. C'est le quatrième suicide de parents d'autiste en six mois. C'est un fait divers qu'on préférerait ne pas entendre. Mercredi après-midi, une jeune femme de 32 ans, mère de deux enfants autistes, s'est défenestrée dans le quartier Grignon à Thiais (Val-de-Marne). Après la découverte du corps, les policiers sont montés jusqu'à l'appartement familial. Obligés de forcer la porte, ils ont découvert dans le logement les deux jeunes enfants de la famille, âgés de moins de dix ans, livrés à eux-mêmes.»
[...]
«C'est le quatrième suicide de parents d'autiste en 6 mois. Cette histoire révèle à quel point le quotidien de ces familles est difficile à gérer, mais aussi que ces parents se sentent parfois seuls et démunis. C'est ce que racontent Bertrand et Marie-Christine (Louveciennes), parents de la petite Ombeline. A 18 mois déjà, ils remarquent un retard de développement chez leur fille. "La directrice de la halte garderie où elle allait m’a alerté sur le fait qu’elle ne tournait pas la tête quand on lui parlait" Quelques mois plus tard, le diagnostic tombe: Ombeline est atteinte d’autisme. "Je me suis tout de suite dit quelle va être sa vie?" Et comme l’hôpital de jour n’est pas une option envisageable, ils sont prêts à tout les sacrifices, même quand leur fille se montre violente. "Tout se passait à la maison, donc je ne travaillais pas. Et d’un point de vue financier, ça a été un gouffre terrible. Moi elle m’a frappé plusieurs fois. Fort. Il y a des trous dans les portes. Et des verrous sur le haut des portes parce qu’une nuit elle s’est levée et elle a mis le feu" Depuis la prise en charge d’Ombeline dans un établissement spécialisé, tout cela est derrière eux. Cette solution n'est pour autant pas préconisée par tout les parents d'autistes, certains souhaitant l'intégration dans un milieu scolaire ordinaire. Mais pour Florent Chapele, auteur du livre L’Autisme, la grande enquête, tout le monde n’a pas cette chance. "On nous dit juste en gros. Allez à l’hôpital et on réglera. Les parents ne trouvent pas de solution. Ce sont 8000 enfants qui arrivent chaque année, il faut les accueillir" Résultat 80% des enfants autistes en France finissent soit en hôpital psychiatrique, soit chez leurs parents. »...

<< Sommaire
rmc.bfmtv

Longvic | Fillette de 10 ans tuee a Longvic : le suicide de la mere est avere 29/10/2016

«Une femme d'une quarantaine d'années, domiciliée dans l'agglomération dijonnaise, avait tiré une balle dans la tête de sa fille âgée de 10 ans, il y a une semaine, le samedi 22 octobre vers 14 heures, avant de retourner son arme ­contre elle. Le drame s'était déroulé allée du Pas-de-Tir, à l'entrée de la commune de Longvic, derrière le parc de la Colombière. Les deux corps avaient été retrouvés dans la voiture de la mère. A l'arrivée des secours et des forces de l'ordre, Samu, pompiers, policiers de la sécurité publique, l'enfant était toujours en vie. La fillette avait été évacuée au CHU de Dijon dans un état critique. Elle était morte le dimanche à 12 h 30, au CHU de Dijon. Sa mère, elle, était morte sur le coup. Les policiers de la permanence judiciaire de la sécurité publique s'étaient rendus sur les lieux avec l'officier de permanence. Une enquête avait immédiatement été ouverte. Des autopsies avaient lieu lundi sur les corps des deux victimes.»
[...]
«Ce vendredi, nos confrères de France Bleu Bourgogne ont indiqué que la fillette aurait été autiste. Contactée par téléphone en fin de journée, Madame le procureur de Dijon, Marie-Christine Tarrare, nous a précisé que cela avait été effectivement évoqué lors de la procédure par des proches, mais que l’enquête ne visait pas à déterminer cet aspect en particulier. En revanche, pénalement, la thèse du suicide a été confirmée. De son côté, Thierry Bas, procureur adjoint, contacté dès dimanche dernier, nous avait signifié que la mère était « une femme qui était, certes, séparée du père de son enfant, mais plutôt bien insérée socialement. [...]
Elle souffrait d’un début de dépression, mais qui semblait plutôt lié à des problèmes de la vie courante ». »...

<< Sommaire
bienpublic

Temporal voice areas exist in autism spectrum disorder but are dysfunctional for voice identity recognition 29/10/2016

«Abstract The ability to recognise the identity of others is a key requirement for successful communication. Brain regions that respond selectively to voices exist in humans from early infancy on. Currently, it is unclear whether dysfunction of these voice-sensitive regions can explain voice identity recognition impairments. Here, we used two independent functional magnetic resonance imaging studies to investigate voice processing in a population that has been reported to have no voice-sensitive regions: autism spectrum disorder (ASD). Our results refute the earlier report that individuals with ASD have no responses in voice-sensitive regions: Passive listening to vocal, compared to non-vocal, sounds elicited typical responses in voice-sensitive regions in the high-functioning ASD group and controls. In contrast, the ASD group had a dysfunction in voice-sensitive regions during voice identity but not speech recognition in the right posterior superior temporal sulcus/gyrus (STS/STG)...”a region implicated in processing complex spectrotemporal voice features and unfamiliar voices. The right anterior STS/STG correlated with voice identity recognition performance in controls but not in the ASD group. The findings suggest that right STS/STG dysfunction is critical for explaining voice recognition impairments in high-functioning ASD and show that ASD is not characterised by a general lack of voice-sensitive responses.»...

<< Sommaire
scan.oxfordjournals

Girls with autism may mask condition with social skills 29/10/2016

«Girls can have the same kinds of genetic mutations seen in boys with autism, "and even need to have twice as many mutations on average to actually manifest with autism," said Joseph Buxbaum, director of an autism center at Mount Sinai medical school in New York City. Buxbaum is among researchers trying to identify a "protective factor" that may explain how some girls at genetic risk remain unaffected, perhaps a protein or other biological marker that could be turned into a drug or other therapy to treat or even prevent autism. That possibility is likely a long way off, but Pelphrey said this line of research has prompted excitement among autism scientists. Making a diagnosis There's no autism blood test. It's diagnosed by observing behavior and some experts say gender-based differences highlight a need to develop different ways to evaluate boys and girls. Autism screening is recommended for all kids at age 18 months and 2 years. But screening tools typically are based on research in autistic boys, said Rachel Loftin, clinical director of an autism center at Rush University Medical Center in Chicago. One widely used screening questionnaire for parents focuses on social deficits seen more often in autistic boys than affected girls. Questions include "Does your child play make-believe, make eye contact, seek praise, show interest in other children?" Girls with autism, especially mild cases, often don't show obvious problems in those categories ...” they're more likely than affected boys to play pretend with toys rather than lining them up by size or shape. Loftin said they're also more likely to show concern for another person's feelings. Government data show that all forms of autism ...” mild to severe ...” are more common in boys and that the average age at diagnosis is 4 years in boys and girls. But Loftin said anecdotal evidence suggests a two-year lag time in diagnosis for girls, especially those with mild cases. And she suspects many cases are missed or misdiagnosed. That means a delay in early intensive behavior therapy that is the main treatment for autism. Some girls manage to camouflage symptoms until school pressures to fit in become overwhelming, delaying diagnosis until around age 8 or 9. Some girls manage to camouflage symptoms until school pressures to fit in become overwhelming, delaying diagnosis until around age 8 or 9, said Alycia Halladay, chief science officer at the Autism Science Foundation, a nonprofit educational and research-funding group. Prominent autism advocate, professor and author Temple Grandin didn't fit that mold. She wasn't fully verbal until age 4. "It was obvious something was drastically wrong with me," Grandin said. With "1950's parenting" including intense encouragement to develop social skills and other talents, she said she learned to adapt.»...

<< Sommaire
mashable

une maman d'enfant autiste se suicide : halte au massacre 29/10/2016

«La maman de deux enfants autistes se suicide en se jetant du 8 ème étage. Elle était « psychologiquement fragile »...¦. Fait divers classé...¦. Halte au massacre !!!! A L'AIDE !!!! Vous ne trouvez pas bizarre le nombre de fois où la maman ou les familles d'enfants autistes font la une des faits divers. Leur enfant, elles le « gère » depuis sa naissance…. Elles se sont battues pour lui, rien n’a été trop dur pour qu’il puisse faire des progrès, enchaîner l’orthophoniste, le kinésithérapeute, les psychologues, les pédopsychiatres, les ergothérapeutes, les médecins, trouver les bons intervenants, faire les salles d’attente des hôpitaux, des administrations pour obtenir un diagnostic, une prise en charge, supporter les regards méprisants, condescendants ou gênés, ceux qui se détournent, voir les amis s’éloigner un à un, abandonner souvent son travail parce qu’aucune crèche ou nounou ne veut le garder, entrer dans l’isolement….»
[...]
«Quand on devient mère, on n’est pas forcément bien armée pour s’occuper de son enfant, mais les sentiers sont déjà bien battus….Quand on devient mère d’un enfant autiste, on entre peu à peu dans un no-mans-land où l’on se bat contre l’incompréhensible, pris dans le feu croisé des rivalités disciplinaires, la concurrence des théories et des approches, désaccord sur le choix thérapeutiques….. En France, la carte de la prise en charge de l’autisme selon les recommandations de la HAS est encore très loin d’être géographiquement égalitaire et il est des secteurs peuplés d’irréductibles partisans psykk qui tirent encore à boulet rouges sur les mères nocives les empêchant de pratiquer en rond. Ils savent décupler la culpabilité que nous avons à ne pas savoir nous occuper parfaitement d’un enfant qu’ils comprennent encore moins bien que nous, ils nous proposent comme aide à notre désarroi l’éloignement, l’hospitalisation, la médicamentation, utilisant la menace de signalement et de retrait de l’enfant…. sans se rendre compte que ces solutions inadaptées contribuent à fragiliser l’équilibre ténu que nous avons réussi à construire et après avoir saboté une après l’autre nos fondations, ils claironnent sur notre fragilité, nos manques de compétence, justifiant par là la chronique d’une mort annoncée. Et vous voudriez que nous ne soyons pas en colère ? syndicat-potentiel- CP Karim TATAI Strasbourg CP Karim TATAI Strasbourg En colère contre ce mur d’incompréhension ! en colère contre ce mur sourd à nos doléances ? En colère de voir l’une des nôtre s’écrouler sous vos coups ? En colère de voir toutes celles qui pourtant fragilisées et à bout portent leur enfant envers et contre vous avec l’intime conviction d’être dans le juste chemin ? En colère de voir l’argent public utilisé dans des prises en charges inadaptées ? En colère de devoir nous débrouiller avec le RSA, des aides aux aidants dérisoires qui permettent à peine la survie mais pas la possibilité d’aider efficacement notre enfant ? En colère de voir le temps qui file sans qu’aucune solution acceptable ne soit proposée ? En colère d’attendre des mois et parfois des années pour obtenir un diagnostic ? En colère de voir les capacités de notre enfant ignorées en pointant uniquement ses incompétences ? En colère contre tout ce gâchis de vies au pays de l’égalité, de la liberté et de la fraternité !!!! . La maman de deux enfants autistes se suicide en se jetant du 8 ème étage. Il reste le papa, seul maintenant avec ses deux enfants…. Il a besoin de votre soutien. Une cagnotte Leetchi a été ouverte pour lui venir urgemment en aide. Vous pouvez aussi y laisser un message. Cagnotte Leetchi Halte au massacre ! Pourquoi faut-il encore faire la une des faits divers pour être entendu ? Il faut que cette maltraitance s’arrête !!! Vite !!!! MAINTENANT !!!! Si vous aussi avez envie d’exprimer votre colère, de faire un commentaire, n’hésitez pas à laisser un mot ci-dessous »...

<< Sommaire
devenir-capable-autrement

Pour la premiere fois, un regard sur les parcours a l'ecole primaire des eleves en situation de handicap - Ministere de l'Education nationale, de l'Enseignement superieur et de la Recherche 28/10/2016

«Alors que la plupart des élèves de dix ans entrent en CM2, moins d'un élève en situation de handicap sur quatre parvient à ce niveau à cet âge. Quatre ans auparavant, à six ans, six sur dix entraient pourtant en CP. Entrant moins souvent à l'école maternelle dès trois ans, et moins souvent « à l'heure » au début de l'école élémentaire, une moitié de ces enfants va progressivement passer dans une classe ou un établissement spécialisé, les enfants de milieux défavorisés davantage que ceux d'origine sociale plus élevée. L'infographie L'essentiel Repères Approfondissement Auteurs : Sylvie Le Laidier, DEPP-A, Patricia Prouchandy, DEPP-B1 L'infographie Situation scolaire à dix ans selon la nature du trouble (en %) Source : MENESR-DEPP - Panel d'élèves en situation de handicap nés en 2005. Le niveau d'études atteint par les enfants en situation de handicap dépend de la nature de leur trouble. A dix ans, 22 % de ces enfants entrent en CM2 mais 61 % des enfants présentant un trouble visuel, 53 % de ceux présentant un trouble moteur, et 46 % de ceux ayant un trouble viscéral y parviennent. A l'opposé, seulement 8 % des enfants présentant des troubles intellectuels et cognitifs atteignent cette classe.»
[...]
« Voir .pdf L’essentiel La quasi-totalité des enfants en situation de handicap ont fréquenté l’école maternelle, mais un sur dix n’était pas encore scolarisé à trois ans et deux sur cent à quatre ans. À six ans, six élèves en situation de handicap sur dix sont en CP, un sur quatre est encore en maternelle, sept sur cent sont en CLIS et sept sur cent en établissement médico-social. À dix ans, un tiers des enfants en situation de handicap entrés « à l’heure » au CP atteint le CM2 « à l’heure », environ un quart atteint le CM1 avec un an de retard. Si plus de huit sur dix de ces enfants étaient en classe ordinaire à six ans, moins d’un sur deux s’y trouve encore à dix ans. Les parcours des enfants dépendent aussi du contexte social dans lequel ils vivent : les enfants de milieux très favorisés parviennent en CM2 « à l’heure » plus souvent que ceux de milieux défavorisés (39 % contre 15 %) ; ces derniers sont plus souvent scolarisés en CLIS (45 % contre 23 %). Ces différences sociales prévalant à l’entrée à l’école élémentaire semblent s’amplifier tous troubles confondus : un enfant de milieu défavorisé est beaucoup plus souvent en CLIS qu’un enfant de milieu favorisé à la fin de l’école élémentaire : 22 points les séparent à dix ans contre 4 points à six ans. De plus, pour un même trouble, les différences sociales sont patentes. Si les enfants déficients visuels, moteurs ou ayant un trouble viscéral sont les plus nombreux à atteindre le CM2 « à l’heure », ils sont moins souvent parvenus à ce niveau quand ils sont d’un milieu défavorisé que les enfants ayant un trouble du langage ou de la parole de milieu très favorisé. Repères L’enquête de la DEPP sur la scolarisation des élèves handicapés La loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées renforce les actions en faveur de la scolarisation des élèves handicapés. Elle affirme le droit pour chacun à une scolarisation en milieu ordinaire au plus près de son domicile, à un parcours scolaire continu et adapté. Les parents sont de plus étroitement associés à la décision d'orientation de leur enfant et à la définition de son projet personnalisé de scolarisation (PPS). Pour compléter l'évaluation de la politique du ministère en la matière, la DEPP suit depuis la rentrée 2013 un échantillon représentatif d’élèves en situation de handicap nés en 2001 ou en 2005. Les informations recueillies en 2014 auprès de leurs parents décrivent pour la première fois les conditions de vie des familles, les modalités de prise en charge du handicap, leurs attentes vis-à-vis de l’école, les parcours et les performances scolaires des jeunes en fonction du type de troubles qu’ils présentent. La loi sur l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées La loi du 11 février 2005 envisage le handicap dans sa dimension sociale, c'est-à-dire en prenant en compte la situation du jeune dans son environnement. Deux principes en découlent : l'accessibilité (accès à tout pour tous) et la compensation (mesures individuelles rétablissant l'égalité des droits et des chances). En matière de scolarisation, l'accessibilité se traduit, par exemple, par l'inscription dans l'établissement scolaire de secteur, par l'accès au savoir grâce aux adaptations pédagogiques individuelles ou collectives, par l'accès à l'ensemble des locaux et des matériels nécessaires pour leur scolarisation, dans la mesure du possible, par la mise aux normes des bâtiments scolaires et des équipements culturels et sportifs. La compensation peut inclure l'accompagnement en milieu scolaire par un auxiliaire de vie scolaire, la prise en charge de l’enfant par les professionnels des établissements médico-sociaux, le droit au transport. La maison départementale des personnes handicapées (MDPH) Répondant à la logique du guichet unique, ce service public dépendant des conseils généraux vise à accueillir, informer, orienter et accompagner les personnes handicapées. La MDPH associe toutes les compétences impliquées dans l’accompagnement des personnes handicapées et de leurs familles. En son sein, une équipe pluridisciplinaire évalue les besoins de chaque élève handicapé, propose un plan personnalisé de compensation qui inclut le projet personnalisé de scolarisation. La commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) décide des mesures à mettre en place, sur la base de l'évaluation réalisée par l'équipe pluridisciplinaire. Le projet personnalisé de scolarisation (PPS) Il définit les modalités de scolarisation du jeune en situation de handicap ainsi que les actions pédagogiques, psychologiques, éducatives, médicales et paramédicales répondant à ses besoins particuliers. Il tient compte de ses souhaits ainsi que de ceux de ses parents et permet d’assurer la cohérence et la continuité de son parcours scolaire. C’est sur la base du projet personnalisé de scolarisation que la CDAPH se prononce sur l’orientation du jeune en situation de handicap, en particulier dans le cas d’une scolarisation collective ou en milieu spécialisé. Un enseignant référent est chargé de la mise en œuvre et du suivi du PPS de l’élève handicapé. À ce titre, il est en relation avec la MDPH, l’équipe enseignante, les services et les personnels de santé qui interviennent auprès de ce dernier. Il contribue également à l’information de ses parents. Les modalités de scolarisation La loi de 2005 accorde la priorité à la scolarisation de l’enfant handicapé en milieu ordinaire, c’est-à-dire dans une école ou un établissement scolaire du second degré, dans une classe ordinaire (scolarisation individuelle). Lorsque l’exigence d’une scolarité dans une classe ordinaire est incompatible avec la situation ou l’état de santé du jeune, il peut être scolarisé dans une classe pour l’inclusion scolaire (CLIS) dans l’enseignement élémentaire ou une unité localisée pour l’inclusion scolaire (ULIS) dans le second degré (scolarisation collective). Encadré par un enseignant spécialisé, l’élève y reçoit un enseignement adapté à ses besoins spécifiques. Quand la situation de l’enfant ou de l’adolescent n’est pas compatible avec une scolarisation en milieu ordinaire, il peut être accueilli dans un établissement spécialisé, hospitalier ou médico-social, sous tutelle du ministère chargé de la santé. Ce type d’établissement offre une prise en charge globale, scolaire, éducative et thérapeutique, qui peut s’accompagner dans certains cas d’une insertion scolaire partielle. Au cours de la scolarité du jeune, ces différents modes de scolarisation peuvent se succéder ou se combiner : scolarisation à temps complet ou à temps partiel, en milieu ordinaire ou dans un établissement spécialisé, à domicile avec l’aide d’une association ou du Centre national d’enseignement à distance (Cned). »...
Source: http://www.education.gouv.fr | Source Status

<< Sommaire
education.gouv

La plaie des « faux » autistes - AgoraVox le media citoyen 28/10/2016

«Les adultes autistes sont accusés d'être de « faux autiste » depuis plus de 30 ans. Il est temps que celà cesse. J'ai rencontré et écouté toutes sortes de professionnels de santé ces derniers temps. Des gens bien, des gens moins bien. Dans cette dernière catégorie, certains défendent leur corporation avec tant de véhémence qu'ils sont persuadés que le syndrome d'Asperger serait une invention américaine, imposée de force dans leur précieuse CFMTEA (classification française des troubles mentaux) par de « faux » autistes et des chercheurs anglo-saxons leurrés. Le psychanalyste Jacques Hochmann va plus loin, dans un papier où il estime que la quasi-totalité des adultes qui demandent un diagnostic d'autisme enfileraient « un vêtement social, sous l'influence du communautarisme ». En d'autres termes, ils ne seraient pas autistes (Voir Jacques Hochmann, « Le communautarisme dans la bataille de l'autisme », PSN, vol. 14, no 3,...Ž septembre 2016, p. 7-17, résumé) Cette petite catégorie de « psys » français reste sur l'idée que l'autisme concernerait uniquement des enfants mutiques, et disparaitrait par on ne sait quel miracle à l'âge adulte. Certains s'opposent avec force à la notion de « spectre » autistique, pourtant définie depuis 1981 par Lorna Wing et acceptée dans le monde entier, en disant que la notion d'autisme est devenue « trop extensive » ! On se croirait dans un village d'irréductibles psys gaulois cerné par l'envahisseur ! Sauf que ce village gaulois n'a pas raison contre le monde entier. Et que les notions psychanalytiques de psychoses infantiles, et autres dysharmonies psychotiques, toujours d'usage en France, ont plus que fait leur temps. Il est temps, plus que temps de les enterrer. De préférence sans douleur ! Petit cours d'Histoire. Dès qu'un autiste adulte prend la parole, il est accusé de « ne pas être assez autiste », d'avoir « guéri » de l'autisme, ou d'être un imposteur. C'est une quasi-constante, tout au long de ces 30 dernières années. Lorsque Temple Grandin a écrit son autobiographie Emergence en 1986, Bernard Rimland l'a préfacée en la présentant comme...¦ « le premier livre écrit par une personne qui a guéri de l'autisme » (voir : Ma vie d'autiste, Paris, Odile Jacob, 1994). publicité inScroll by ad6 Lorsqu'Oliver Sacks en a entendu parler, il a soupçonné Temple Grandin d'avoir fait appel à un nègre pour écrire son autobiographie, considérant impossible qu'une femme autiste adulte ait un doctorat, vive d'un métier et soit capable d'introspection. Il a changé d'avis après l'avoir rencontrée en 1991, ce qui a débouché sur son ouvrage à succès Un anthropologue sur Mars. Il a eu la sagesse et l'intelligence de laisser évoluer sa position, de ne pas défendre à tous prix ses convictions antérieures (voir Steve Silberman, NeuroTribes : The Legacy of Autism and the Future of Neurodiversity, Avery, 2016, p. 429) Lorsque Jim Sinclair a créé l'autism network international, et prononcé son discours à Totonto en 1993 : « L'autisme n'est ni quelque chose qu'une personne a, ni une coquille dans laquelle elle se trouve enfermée. Il n'y a pas d'enfant normal caché derrière l'autisme. L'autisme est une manière d'être [...¦]. » ...¦ lui aussi a été accusé d'être un « faux » autiste, ou d'avoir guéri (voir : Brigitte Chamak, « Autisme et militantisme : de la maladie à la différence », Quaderni. Communication, technologies, pouvoir, no 68,...Ž 2009, p. 61-70 (lire en ligne) Lorsque les quelques adultes autistes français qui ont le courage de prendre la parole le font (je ne vais pas tous les citer : Josef Schovanec, Hugo Horiot, Julie Dachez, etc), eux aussi sont accusés de ne pas être de vrais autiste. Ou alors, « de trop haut niveau » pour avoir le droit de parler d'autisme. Pire, on les accuse de donner envie à davantage d'adultes autistes de recevoir un diagnostic comme « vêtement social » , une « étiquette » d'autisme, après tout ils présentent l'autisme comme un truc tellement « cool », ça donne envie, non ? J'ai moi aussi reçu cette accusation, et vais dévoiler ici une (petite) partie de mon histoire.»...

<< Sommaire
agoravox

Vague d'emotion sur l'Autismosphere: Une maman se suicide a Thiais...¦ | 28/10/2016

«Il y a quelques heures, nous avons pris connaissance de CET ARTICLE dans Le Parisien: nous apprenions qu'une maman de deux enfants autistes s'était donné la mort en sautant du 8ème étage de son immeuble. Pourquoi ce drame nous émeut-il autant? Nous, parents d'enfants autistes, avons l'impression que depuis 2012, année durant laquelle l'autisme a été élu « Grande Cause Nationale », trop peu de choses ont changé. Certes, il y a eu des efforts, bien que faibles, de scolarisation (avec la création d'Unités d'Enseignement) et des campagnes d'information et de sensibilisation diverses, mais entre temps, plusieurs personnes autistes ont été zappées par les changements proposés: Pas grand chose pour les enfants de plus de 6 ans, un désert pour les adolescents, et des adultes avec autisme complètement oubliés...¦ Autrement dit, des familles livrées à elles-mêmes, ou alors avec des « solutions » absolument inadaptées à leurs enfants et souvent imposées aux familles.»
[...]
«Quelle était la situation de cette maman? Certains diront « Pourtant, les enfants étaient suivis dans un Centre Médico Psychologique! » mais la majorité des parents d’enfants autistes vous diront « JUSTEMENT… ils n’étaient pas pris en charge correctement »… Malheureusement, il y a peu de temps avant ce drame, cette maman avait exposé sa situation dans un groupe de discussion pour parents d’enfants en situation de handicap, sur les Réseaux sociaux. Une des administratrices de ce groupe a relaté les faits: La mère de famille, comme beaucoup de parents dans cette situation, une pression énorme de la part de ces centres « spécialistes » qui la menaçaient d’un placement d’enfants si elle quittait leurs locaux pour une autre prise en charge… Cette affaire nous rappelle avec autant d’émotion la situation de Rachel, maman de 3 enfants autistes, placés il y a plus d’un an maintenant car des professionnels d’un CMP (suivis de toute un délégation) l’avaient accusée de rendre ses enfants autistes. »...
Source: http://associationpetitbonheur.com | Source Status

<< Sommaire
associationpetitbonheur

Thiais - Une maman d'enfants autistes se tue en sautant du 8eme etage 28/10/2016

«Ils ont d'abord cru à un accident, à un malaise, quand des enfants du quartier Grignon, à Thiais, ont découvert le corps d'une femme au pied de la tour située au 9 rue du Pavé de Grignon. D'accident, ça n'en était pas. La jeune femme de 32 ans avait sauté laissant derrière elle deux enfants âgés de moins de 10 ans. Selon Le Parisien, les pompiers sont intervenus pour réanimer la mère, mais les massages cardiaques n'ont pas pu la sauver. Lorsque la police est intervenue, elle a forcé la porte de l'appartement de la mère de famille et a trouvé ses deux enfants livrés à eux-même. Selon le voisinage les deux enfants sont autistes, la mère était manifestement dépassée par la situation. « C'est une famille adorable mais qui connait quelques difficultés. La maman s'occupait de ses enfants tous les jours et pour elle le quotidien était parfois difficile à gérer... » Il aurait été aussi question qu'on retire la garde de ces enfants à leurs parents, laissant la mère dans un état de fragilité psychologique. Sur la page Facebook du quotidien, un commentaire vient pointer du doigt le manque d'accompagnement des parents d'enfants autistes mais aussi les abus dont ils sont victimes :»...

<< Sommaire
bebe.doctissimo

Une maman de 2 enfants autistes se suicide : reactions ! - En ce moment (9221) 28/10/2016

«Une jeune femme âgée de 32 ans s'est défenestrée le 26 octobre 2016 en fin d'après-midi, à Thiais. Du 8e étage. Son corps a été découvert par des enfants du quartier en contrebas de son immeuble. Elle était maman de deux jeunes enfants autistes, découverts seuls dans l'appartement. Dans Le Parisien, une voisine se confie : « C'est une famille adorable mais qui connait quelques difficultés. La maman s'occupait de ses enfants tous les jours et, pour elle, le quotidien était parfois difficile à gérer...¦ ». Difficultés ?»
[...]
«Des menaces de signalement La bénévole d'une association de parents d'enfants handicapés, qui a souhaité rester anonyme, était en contact avec cette maman depuis quelques jours. Elle explique que « les deux enfants étaient suivis respectivement en CAMSP et CMP -le fils aîné étant sans solution sur liste d'attente dans plusieurs IME- ; or ces deux organismes faisaient pression sur elle » pour qu'ils soient accueillis dans une association parisienne spécialiste de l'autisme. Restait alors à sa charge plus de 2 000 euros par mois que la famille n'était pas en mesure de financer. Selon cette bénévole, la famille aurait été menacée de signalement auprès des services sociaux si elle n'acceptait pas cette orientation. Acculée, la jeune mère de famille avait lancé un appel de détresse auprès d'un collectif ; de nombreuses mamans avaient tenté de l'épauler, réaffirmant le fait que nul ne pouvait la contraindre à accepter une solution contre son gré. Pensant l'avoir rassurée. Ces derniers jours, elle avait également posté son témoignage sur les réseaux sociaux pour exprimer sa douleur. En vain… L'arbre qui cache la forêt Ce passage à l'acte n'est pas isolé : suicides, infanticides, dépressions sévères, coups d'éclat… La liste des parents d'enfants handicapés à bout s'allongent malheureusement au fil des années. Pour ne pas avoir à assumer, on évoque leur fragilité, on minimise en affirmant que c'est l'exception. Cette exception, c'est l'arbre qui cache la forêt. Combien sont-ils ces proches exténués par les abysses administratifs, la fatigue et les harcèlements ? Isolés, stigmatisés et confrontés à de graves difficultés financières en raison d'une compensation inadaptée. Comment s'étonner ensuite que certains craquent sous la pression ? Faut-il attendre qu'ils passent à l'acte pour mesurer leur désespoir ? Faut-il se contenter de tenir de sombres statistiques plutôt que de se pencher sur un mal profond qui touche bien davantage de parents que ceux qui, par leur geste désespéré, inscrivent leur nom dans la rubrique faits-divers. Des placements abusifs Sur les 308 000 enfants faisant l'objet d'une mesure d'aide sociale à l'enfance, un rapport du Défenseur des droits estime à 70 000 le nombre de ceux qui sont en situation de handicap. Le chiffre ne distingue pas ceux qui sont placés par mesure de protection de ceux qui le sont de manière abusive, mais c'est pourtant parfois le sort réservé aux parents qui osent revendiquer ce qui est bon pour leur enfant. « In fine, le droit de choisir revient uniquement aux parents, sans qu'ils n'aient à prendre le risque d'être broyés lorsqu'ils s'opposent à telle ou telle orientation, explique Céline Boussié, de l'association Handignez-vous !. Mais, pour éviter d'en arriver là, il en va de la responsabilité du Gouvernement de mettre en place des prises en charge adaptées, et en nombre suffisant. » Ils sont nombreux à dénoncer, à l'aune de cette tragédie, un « manque d'humanité de la part de certains services sociaux ». Ils sont nombreux à avouer avoir pensé au suicide. C'est le cas d'Estelle Ast, cette maman d'un garçon autiste qui était montée sur une grue ; dans une vidéo, elle témoigne : « Certains trouvent la force de ne pas aller jusque-là, d'autres pas. » D'autres désespoirs… Ce nouveau drame fait écho à l'histoire d'Emilie Loridan, maman de deux enfants dont une petite fille trisomique ; elle a mis fin à ses jours le 3 juillet 2016 suite à un imbroglio administratif entre la Belgique et la France qui l'avait privée de ses aides. Un Collectif portant son prénom a vu le jour qui, face à ce nouveau drame, a adressé un mail à François Hollande ; il y exprime toute sa colère et réclame une commission d'enquête pour faire toute la lumière sur cette affaire et éviter que ces « dysfonctionnements ne perdurent ». De son côté, une association de parents a interpelé Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat en charge du handicap, dans une lettre ouverte. Sur un site dédié, une cagnotte a été ouverte pour venir en aide au papa et à ses deux enfants. Au nom de Briet »...

<< Sommaire
informations.handicap

A Thiais, une jeune mere de famille se tue en sautant du 8e etage - le Parisien 28/10/2016

«Une jeune femme âgée de 32 ans s'est défenestrée mercredi en fin d'après-midi dans le quartier Grignon à Thiais. Son corps a été découvert par des enfants du quartier en contrebas d'un l'immeuble situé au 9, rue du Pavé de Grignon, une imposante barre de quatorze étages. Ils ont d'abord cru qu'elle avait fait un malaise, mais elle venait en réalité de sauter. Malgré les massages cardiaques, les pompiers n'ont pas réussi à la réanimer. Le décès a été prononcé sur place à 16 h 39. Après la découverte du corps, des policiers sont montés jusqu'à l'appartement familial. Ils ont été obligés de forcer la porte et ont découvert dans le logement les deux jeunes enfants de la famille, âgés de moins de dix ans, livrés à eux-mêmes. « Il s'agit de deux jeunes enfants autistes, précise une résidente de l'immeuble, qui connait bien ces voisins. C'est une famille adorable mais qui connait quelques difficultés. La maman s'occupait de ses enfants tous les jours et pour elle le quotidien était parfois difficile à gérer...¦ »»
[...]
« Il aurait été question depuis quelque temps, d'après un témoin, que ces enfants soient retirés à leurs parents. Cette éventualité a-t-elle un rapport avec le geste de la jeune femme ? D'après ce même témoin, cela faisait en tout cas plusieurs jours qu'elle semblait dans une situation de « fragilité » psychologique. »...

<< Sommaire
leparisien

A Thiais, une jeune mere de famille se tue en sautant du 8e etage - le Parisien 28/10/2016

«Une jeune femme âgée de 32 ans s'est défenestrée mercredi en fin d'après-midi dans le quartier Grignon à Thiais. Son corps a été découvert par des enfants du quartier en contrebas d'un l'immeuble situé au 9, rue du Pavé de Grignon, une imposante barre de quatorze étages. Ils ont d'abord cru qu'elle avait fait un malaise, mais elle venait en réalité de sauter. Malgré les massages cardiaques, les pompiers n'ont pas réussi à la réanimer. Le décès a été prononcé sur place à 16 h 39. Après la découverte du corps, des policiers sont montés jusqu'à l'appartement familial. Ils ont été obligés de forcer la porte et ont découvert dans le logement les deux jeunes enfants de la famille, âgés de moins de dix ans, livrés à eux-mêmes. « Il s'agit de deux jeunes enfants autistes, précise une résidente de l'immeuble, qui connait bien ces voisins. C'est une famille adorable mais qui connait quelques difficultés. La maman s'occupait de ses enfants tous les jours et pour elle le quotidien était parfois difficile à gérer...¦ »»
[...]
« Il aurait été question depuis quelque temps, d'après un témoin, que ces enfants soient retirés à leurs parents. Cette éventualité a-t-elle un rapport avec le geste de la jeune femme ? D'après ce même témoin, cela faisait en tout cas plusieurs jours qu'elle semblait dans une situation de « fragilité » psychologique. »...

<< Sommaire
leparisien

Actu sante : AUTISME: La therapie mediee par les parents confirmee comme prometteuse 28/10/2016

«The Lancet La formation des parents à mieux gérer le développement de leur enfant atteint d'autisme, fait une nouvelle fois ses preuves, avec cette étude britannique, présentée dans le Lancet. D'une certaine manière, il s'agit de traiter d'abord les parents pour qu'ils puissent eux-mêmes dispenser la meilleure thérapie à leurs enfants. Cette nouvelle forme de thérapie confirme sa capacité à améliorer les symptômes et le comportement des enfants autistes. L'autisme est l'un des troubles du développement ayant la plus forte hausse d'incidence et de prévalence, estimée actuellement à environ 70 million de personnes touchées dans le monde. Dans les pays développés, même si le diagnostic reste tardif, aux alentours de l'âge de 2 ans, les enfants peuvent pour la plupart recevoir un traitement spécialisé pour améliorer leur interaction avec leurs familles et leur entourage. Mais dans de nombreux pays à faible revenu, ce n'est pas le cas. Une précédente étude, publiée dans la revue Pediatrics avait montré qu'une approche thérapeutique, développée à l'Université de Floride, permettant aux parents d'apprendre à soutenir l'apprentissage de leur enfant autiste durant les activités quotidiennes avait toute sa place et son efficacité dans la prise en charge des enfants atteints d'autisme. L'approche permettait, grâce au soutien intensif des parents plutôt que des cliniciens, d'améliorer le développement et les compétences de communication sociale et de réduire les symptômes de l'autisme. Le programme PACT (pour Pre-school Autism Communication Trial) a été testé au Pakistan et en Inde. Les enfants des parents formés présentent une amélioration significative dans la communication avec leurs parents.»...

<< Sommaire
santelog

Autisme : former les parents pour aider les enfants tot 27/10/2016

«Hurlements, gestes à répétition, comportement auto-agressifs...¦ Les enfants autistes souffrent de troubles de l'interaction sociale, de la communication et du comportement. Des difficultés qui altèrent leur apprentissage et limitent leur vie sociale. Cependant, il existe des méthodes éducatives qui permettent d'aider ces enfants, et adultes, à se développer. Des interventions qui sont d'autant plus efficaces lorsque les parents y jouent un rôle clé de façon précoce, révèle une étude britannique publiée dans The Lancet. Mieux encore, les bénéfices persistent près de 6 ans après l'arrêt des interventions. Ces travaux ont été réalisés auprès de 152 enfants âgés de 2 à 4 ans et de leurs parents par les chercheurs de l'université de Manchester, du King's College London et de Newcastle (Grande-Bretagne). Durant 6 mois, leurs interactions ont été filmées, puis décortiquées ensuite avec des thérapeutes afin d'expliquer aux parents comment mieux interpréter les besoins de leur enfant et améliorer leur communication. Les 6 mois suivants, les parents ont appris des techniques éducatives et comportementales visant à améliorer leurs échanges avec leurs enfants. Seulement la moitié des enfants ont bénéficié de cet accompagnement spécifique, l'autre moitié a reçu les soins habituels dans un centre spécialisé. Des bénéfices sur le long-terme Six ans après, les chercheurs constatent que la sévérité de l'autisme s'est atténuée chez les enfants ayant bénéficié de ces méthodes. Leur comportement répétitif s'estompe, leurs relations aux autres s'améliorent, signe que la frustration de ne pas être compris disparait. Toutefois, ils présentent encore des difficultés de langage et une anxiété, ce qui suggère que ces enfants ont besoin d'un accompagnement quotidien durant plusieurs années. « L'avantage de cette approche par rapport à des interventions réalisées par des thérapeutes est qu'elle peut affecter le quotidien de l'enfant, explique le Pr Jonathan Green de l'université de Manchester et responsable des travaux. Ce n'est pas « un remède » puisque les enfants présenteront toujours des troubles, mais cela suggère qu'apprendre aux parents à interagir avec leurs enfants est un moyen efficace pour obtenir des améliorations sur le long-terme ».»
[...]
«Un avis partagé par l’association Vaincre l’autisme qui utilise les méthodes ABA (Analyse appliquée du comportement) depuis 12 ans et qui se bat pour qu’elles soient utilisées dans tous les centres spécialisés. « Quelque soit l’âge de l’enfant ou son degré d’invalidité, nous impliquons les parents. Si on leur prête attention et qu’on les forme aux méthodes éducatives et comportementales, on peut répondre aux besoins spécifiques des enfants et les amener à vivre dans un milieu ordinaire », affirme M’Hammed Sajidi, le président de l’association. Ecoutez... M’Hammed Sajidi, président de Vaincre l'autisme : « Dès qu'il prononce la première lettre du mot eau, je lui donne et le félicite... » Le système français exclut les parents De fait, de nombreux travaux ont montré des améliorations concrètes de l’état de santé des enfants et de leur entourage familial. Et bien que cette approche ait été reconnue plus efficace que la démarche psychanalytique par les plus hautes autorités sanitaires, la France tarde à les appliquer. Autre point noir dénoncé par les associations : l’exclusion des parents. « Dans notre pays, on institutionnalise la prise en charge des enfants. Les parents n’ont alors plus d’informations sur ce qui se passe dans les centres et ne sont pas aidés à gérer le quotidien quand l’enfant revient au domicile », déplore Mr Sajidi. Une situation inacceptable pour les associations de parents qui se sont substituées à ces institutions. Vaincre l’autisme a par exemple créé le réseau Futuroschool. La première école a pratiqué la méthode ABA reconnue par les autorités. L’association Autisme France a, quant à elle, mis en place un label qualité qui engage les centres spécialisés à appliquées les méthodes recommandées, comme la méthode ABA. Une quinzaine d’établissements en France, en Suisse ou au Canada possède cette accréditation. En France, environ 100 000 personnes de moins de 20 ans sont touchées par des troubles envahissants du développement. Près de 30 000 d’entre elles sont atteintes d’un trouble autistique. »...

<< Sommaire
pourquoidocteur

Parent-mediated social communication therapy for young children with autism (PACT): long-term follow-up of a randomised controlled trial - The Lancet 27/10/2016


«Summary Background It is not known whether early intervention can improve long-term autism symptom outcomes. We aimed to follow-up the Preschool Autism Communication Trial (PACT), to investigate whether the PACT intervention had a long-term effect on autism symptoms and continued effects on parent and child social interaction. Methods PACT was a randomised controlled trial of a parent-mediated social communication intervention for children aged 2-4 years with core autism. Follow-up ascertainment was done at three specialised clinical services centres in the UK (London, Manchester, and Newcastle) at a median of 5·75 years (IQR 5·42-5·92) from the original trial endpoint. The main blinded outcomes were the comparative severity score (CSS) from the Autism Diagnostic Observation Schedule (ADOS), the Dyadic Communication Assessment Measure (DCMA) of the proportion of child initiatiations when interacting with the parent, and an expressive-receptive language composite. All analyses followed the intention-to-treat principle. PACT is registered with the ISRCTN registry, number ISRCTN58133827. Findings 121 (80%) of the 152 trial participants (59 [...]
of 77 assigned to PACT intervention vs 62 [...]
of 75 assigned to treatment as usual) were traced and consented to be assessed between July, 2013, and September, 2014. Mean age at follow-up was 10·5 years (SD 0·8). Group difference in favour of the PACT intervention based on ADOS CSS of log-odds effect size (ES) was 0·64 (95% CI 0·07 to 1·20) at treatment endpoint and ES 0·70 (95% CI −0·05 to 1·47) at follow-up, giving an overall reduction in symptom severity over the course of the whole trial and follow-up period (ES 0·55, 95% CI 0·14 to 0·91, p=0·004). Group difference in DCMA child initiations at follow-up showed a Cohen's d ES of 0·29 (95% CI −0.02 to 0.57) and was significant over the course of the study (ES 0·33, 95% CI 0·11 to 0·57, p=0·004). There were no group differences in the language composite at follow-up (ES 0·15, 95% CI −0·23 to 0·53). Interpretation The results are the first to show long-term symptom reduction after a randomised controlled trial of early intervention in autism spectrum disorder. They support the clinical value of the PACT intervention and have implications for developmental theory.»...

<< Sommaire
thelancet

Parent-mediated social communication therapy for young children with autism (PACT): long-term follow-up of a randomised controlled trial - The Lancet 26/10/2016

«Background It is not known whether early intervention can improve long-term autism symptom outcomes. We aimed to follow-up the Preschool Autism Communication Trial (PACT), to investigate whether the PACT intervention had a long-term effect on autism symptoms and continued effects on parent and child social interaction. Methods PACT was a randomised controlled trial of a parent-mediated social communication intervention for children aged 2-4 years with core autism. Follow-up ascertainment was done at three specialised clinical services centres in the UK (London, Manchester, and Newcastle) at a median of 5·75 years (IQR 5·42-5·92) from the original trial endpoint. The main blinded outcomes were the comparative severity score (CSS) from the Autism Diagnostic Observation Schedule (ADOS), the Dyadic Communication Assessment Measure (DCMA) of the proportion of child initiatiations when interacting with the parent, and an expressive-receptive language composite. All analyses followed the intention-to-treat principle. PACT is registered with the ISRCTN registry, number ISRCTN58133827. Findings 121 (80%) of the 152 trial participants (59 [...]
of 77 assigned to PACT intervention vs 62 [...]
of 75 assigned to treatment as usual) were traced and consented to be assessed between July, 2013, and September, 2014. Mean age at follow-up was 10·5 years (SD 0·8). Group difference in favour of the PACT intervention based on ADOS CSS of log-odds effect size (ES) was 0·64 (95% CI 0·07 to 1·20) at treatment endpoint and ES 0·70 (95% CI −0·05 to 1·47) at follow-up, giving an overall reduction in symptom severity over the course of the whole trial and follow-up period (ES 0·55, 95% CI 0·14 to 0·91, p=0·004). Group difference in DCMA child initiations at follow-up showed a Cohen's d ES of 0·29 (95% CI −0.02 to 0.57) and was significant over the course of the study (ES 0·33, 95% CI 0·11 to 0·57, p=0·004). There were no group differences in the language composite at follow-up (ES 0·15, 95% CI −0·23 to 0·53). Interpretation The results are the first to show long-term symptom reduction after a randomised controlled trial of early intervention in autism spectrum disorder. They support the clinical value of the PACT intervention and have implications for developmental theory.»...

<< Sommaire
thelancet

Autism study finds early intervention has lasting effects : Nature News & Comment 26/10/2016

«Teaching parents of children with autism how to interact more effectively with their offspring brings the children benefits that linger for years, according to the largest and longest-running study of autism interventions. The training targeted parents with 2-4-year-old children with autism. Six years after the adults completed the year-long course, their children showed better social communication and reduced repetitive behaviours, and fewer were considered to have "severe" autism as compared to a control group, according to results published on 25 October in The Lancet1. "This is not a cure," says child psychiatrist Jonathan Green of the University of Manchester, and an investigator on the study. "But it does have a sustained and substantial reduction in severity and that's important in families." Related stories Monkeys genetically modified to show autism symptoms Neuroscience: The hard science of oxytocin Diuretic drug prevents autism in mice and rats More related stories John Constantino, a child psychiatrist at Washington University in St. Louis, Missouri, says that the results are "monumentally important", because there has been little evidence showing that interventions for autism at an early stage are effective ...” even though researchers already broadly endorse the idea. "It is a rare long-term randomized controlled trial in a field in which there exists almost no data of this kind," he says. But he adds that the magnitude of the improvement was a disappointment, and that there were signs that the effects of treatment were diminishing over time. And although the therapy benefited communication skills and decreased repetitive behaviours, it did not lessen childrens' anxiety ...” another key symptom of autism. "Perhaps most of all, this underscores how desperately important it is that we develop higher-impact interventions," he says. Video training More than 1% of US children are diagnosed with autism spectrum disorder, a condition in which their ability to communicate is impaired. There is no treatment that has been definitively shown to address the core symptoms of autism, says Green. The idea behind early intervention therapies for autism is that they stand a greater chance of having an impact because symptoms are not as severe and the brain is at an earlier stage of development. Green and his colleagues launched the Preschool Autism Communication Trial (PACT) to test those assumptions. They enrolled 152 children with autism, many of them with severe symptoms of the disorder. About half of the children were randomly assigned to receive an intervention; the other half served as a control. The two groups began the study with similar scores on a measure of autism symptom severity. The therapy, however, was aimed at their parents. Training was tailored to each family: twice a month for six months, parents watched videos of their interactions with their children. A therapist paused the video periodically to discuss methods that parents could use to better engage their children and bolster their communication skills. The parents received more support sessions for the next six months, and agreed to do about half an hour of planned activities with their children each day throughout the year. After that, the therapy sessions stopped. At the end of that treatment, the children who received the treatment had less-severe symptoms of autism. And six years later, the follow-up with 121 of the original study participants showed that the effects of that therapy were still evident. On a scale that indicates autism severity, scores were lower in children whose families had received the training: 7.3 versus 7.8 in children who had not received the intervention. Among those in the intervention group, 46% were considered to have "severe" autism. That proportion was 63% in the untreated children. The data are sufficient to support wider use of similar interventions, says Green. "We think this could be and should be part of an overall provision for children with autism." Nature doi:10.1038/nature.2016.20862»...

<< Sommaire
nature

Early intervention for parents of children with autism reduces symptoms - Medical News Today 26/10/2016

«For children with autism, interventions typically focus on the child. But results of a new, long-term study indicate that an early intervention centering on helping parents communicate with their child reduces the severity of autism symptoms. Furthermore, these results yield long-term improvements. [mom holding son] An early intervention that focuses on helping parents communicate with their child with autism yields long-term reductions in symptoms, a new study shows. Published in The Lancet, the study was conducted by researchers at the University of Manchester, King's College London, and Newcastle University - all of which are in the United Kingdom. Autism spectrum disorder (ASD) is a developmental disorder causing social, communication, and behavioral problems. People with ASD can have learning, thinking, and problem-solving abilities that range from gifted to extremely challenged. They might repeat specific behaviors and may not welcome change in their daily routines. Additionally, people with ASD typically have different ways of learning, paying attention, or reacting to situations. The condition can sometimes be detected before the age of 18 months, but by the age of 2 years, a diagnosis from a healthcare professional is typically considered accurate. Still, many children do not receive an initial diagnosis until they are older, which means they may not get the early help that they need.»
[...]
« In short, the parents learn how to better understand their child and communicate back to them in a direct way. In the intervention group, the parents take part in 12 therapy sessions over 6 months, in addition to monthly support sessions for the following 6 months. The parents also do 20-30 minutes of daily planned communication and play activities with their child. In this follow-up study, 80 percent of the original 152 trial participants were included. Of these, 59 children had received the PACT intervention, while 62 had treatment as usual. The researchers measured autism severity with the international standard measure of autism symptoms (ADOS CSS), which combines social communication and restricted and repetitive behavior symptoms into one measure of severity. This is scored from 1-10, and 10 is the most severe. Both groups had similar scores at the start of the trial. Those in the intervention group had ADOS CSS scores of 8.0, and those in the treatment-as-usual group had a score of 7.9. At follow-up, the children in the treatment-as-usual group scored an average of 7.8, with 63 percent in the severe range, while the children in the intervention group scored an average of 7.3, with 46 percent in the severe range. The researchers explain that this equates to a reduction of 17 percent in the proportion of children with severe symptoms in the intervention, compared with the children in the treatment-as-usual group. 'Sustained changes in autism symptoms possible after early intervention' Results also reveal that there were improvements in children's communication with their parents in the intervention group. However, there were no differences in language scores for the children. While parents from the intervention group reported improvements in peer relationships, social communication, and repetitive behaviors, there was no major difference between the two groups on indicators of child anxiety, challenging behaviors, or depression. Lead author Prof. Jonathan Green, from the University of Manchester, says that their findings are promising, but he adds that it "is not a 'cure,' in the sense that the children who demonstrated improvements will still show remaining symptoms to a variable extent." »...

<< Sommaire
medicalnewstoday

Passeport, retraite, AAH... 30 mesures de simplification pour les particuliers - L'Express 26/10/2016

«Jean-Vincent Placé, secrétaire d'Etat à la réforme de l'Etat, a présenté 30 nouvelles mesures de simplification pour le grand public. Photo d'illustration. Le gouvernement présente ce mercredi 30 nouvelles mesures de simplification pour les particuliers, parmi lesquelles la réduction du délai d'ouverture des droits pour les personnes en maladie de longue durée. Le secrétaire d'Etat chargé de la Réforme de l'Etat, Jean-Vincent Placé, présente ce mercredi en conseil des ministres 30 mesures de simplification pour les particuliers, allant de la prolongation du délai de déclaration de naissance à la réduction du délai d'ouverture des droits pour les personnes en maladie de longue durée. Ces nouvelles mesures ne sont "pas destinées à faire des économies", mais "davantage à un gain de temps et une amélioration de la qualité du service public", explique le secrétariat d'Etat.»
[...]
« Affection de longue durée (ALD): les procédures d'admission, de prolongation et de renouvellement sont allégées pour les près de 7 millions de bénéficiaires. Les durées d'exonération sont allongées, passant de 2 ou 5 ans à 3, 5 ou 10 ans. Déclaration de naissance: le délai sera, à horizon 2017, prolongé de deux jours, passant de trois à 5 jours suivant l'accouchement. Retraite: il sera possible de bénéficier d'un outil d'orientation personnalisé des assurés tout au long du parcours de demande de retraite (orientation, démarches, délais...). Allocation adultes handicapés (AAH): les bénéficiaires dont le taux d'incapacité est stable et supérieur à 80% pourront bénéficier de l'allocation pour une durée pouvant aller jusqu'à 20 ans, contre 10 ans actuellement. »...

<< Sommaire
lexpress

The EU just adopted a directive on the accessibility of websites and mobile apps 26/10/2016

«The EU just adopted a directive on the accessibility of websites and mobile apps Brussels, 26 October 2016 | The European Parliament adopted today the ...˜Directive on the Accessibility of Websites and Mobile Applications of Public Sector Bodies' (Web Directive). From now on, all websites and mobile applications, including the electronic documents and multimedia, of public authorities* in Europe have to be accessible to a wide range of users including 80 million people with disabilities. This is a crucial milestone to achieve an inclusive digital society in which people with disabilities and other users have access to online services and information on an equal footing to other people; this is a right enshrined in the United Nations Convention on the Rights of Persons with Disabilities (UN CRPD) that the EU has ratified. In cases when some parts are not made accessible, public websites will need to explain why in a mandatory accessibility statement. There will also be a mechanism for citizens to request the content they cannot access. Regular monitoring and reporting by EU member states have also been agreed, which is indispensable for the success of this legislation. Nevertheless, the Directive allows some exceptions such as public broadcasters' websites and live audiovisual streaming. EDF expects that the gaps left in the Web Directive will be covered in other EU legislation in progress, such as the European Accessibility Act or the Audiovisual Media Services Directive. During recent years, EDF, together with its members and partner organisations, has fought for accessibility of websites and for the adoption of a meaningful directive to make this happen in Europe. The European Commission's initial proposal for the Web Directive, published in 2012, included only 12 categories of online services and very soft enforcement measures. Thanks to the collaboration with the Parliament and the Council, an improved text of a truly future proof and meaningful Directive has now been adopted. EDF President, Yannis Vardakastanis , stated: "Accessibility is a human rights issue and a condition to participate in society, study, have a job and enjoy public services. This Directive is an important step in promoting the rights of persons with disabilities within the EU in line with the CRPD. The EU and all its member states should make all their public services and mobile apps accessible. This Directive provides a harmonised way to do this and make a real change in the lives of 80 million people with disabilities". WHAT'S NEXT? The Web Directive will enter into force 20 days after its publication in the EU Official Journal. After this, EU member states will have 21 months to adopt national legislation in compliance with it. One year after these 21 months, all new public websites in the EU should be accessible; older public websites will have two years to become accessible and mobile apps will have 33 months. EDF will continue working with its national members in Europe to make sure that the Web Directive is implemented at national level and to make sure that EU Member States do not misuse the exemptions allowed in the text. Additionally, EDF will continue advocating for other relevant or complementary EU legislation, including the European Accessibility Act and the revision of the Audiovisual Media Service Directive to ensure that that will properly address what is not covered by the Web Directive. Find our more about EDF's campaign on web accessibility»...

<< Sommaire
edf-feph

Visual system may offer glimpse of autism's effects in brain | Spectrum 26/10/2016

«Most people do not associate autism with visual problems. It's not obvious how atypical vision might be related to core features of autism such as social and language difficulties and repetitive behaviors. Yet examining how autism affects vision holds tremendous promise for understanding this condition at a neural level. Over the past 50 years, we have learned more about the visual parts of the brain than any other areas, and we have a solid understanding of how neural activity leads to visual perception in a typical brain. Differences in neuronal processing in autism are likely to be widespread, and may be similar across brain regions. So pinpointing these differences in visual areas might reveal important details about processing in brain regions related to social functioning and language, which are not as well understood. Studying vision in autism may also help connect studies of people to those of animal models. Working with animals allows neuroscientists to study neural processing at many different levels ...” from specific genes and single neurons to small neural networks and brain regions that control functions such as movement or hearing. But animals do not display the complexity and diversity in language and social functioning that people do. By contrast, visual brain processes are similar between people and animals. We can use our rich knowledge of how neurons in animals process visual information to bridge the gap between animals and people. We can also use it to test hypotheses about how autism alters neural functioning in the brain. For these reasons, we see the visual system as a vital avenue of autism research. Using this approach, we have begun to assess a particular theory about brain changes associated with autism, one that could have powerful implications for scientists and clinicians.»
[...]
«These preliminary results suggest that most young adults with autism show weaker normalization than their typical peers. Interestingly, a small minority of people with autism do not seem to show this difference. This observation raises the exciting possibility of identifying different autism sub-groups based on how well this particular neural circuit is functioning. This work is ongoing, and our findings thus far will be presented at this year’s Society for Neuroscience annual meeting. »...

<< Sommaire
spectrumnews

Decret n° 2016-1411 du 20 octobre 2016 relatif aux modalites de saisine de l'administration par voie electronique | Legifrance 26/10/2016

«Décret n° 2016-1411 du 20 octobre 2016 relatif aux modalités de saisine de l'administration par voie électronique NOR: PRMX1622071D ELI: Objet : codification et modification des dispositions relatives au droit des usagers de saisir l'administration par voie électronique. Entrée en vigueur : le décret entre en vigueur le 7 novembre 2016 . Notice : le décret prévoit les conditions d'application du droit de saisir l'administration par voie électronique, qui s'applique selon les mêmes règles aux administrations de l'Etat, des collectivités territoriales, de leurs établissements publics administratifs et aux organismes et personnes de droit public et de droit privé chargés d'une mission de service public administratif, y compris les organismes de sécurité sociale. Références : le décret, ainsi que le code qu'il modifie, dans sa rédaction issue de cette modification, peuvent être consultés sur le site Légifrance (http://www.legifrance.gouv.fr). Le Premier ministre, Sur le rapport du secrétaire d'Etat chargé de la réforme de l'Etat et de la simplification, Vu le code des relations entre le public et l'administration, notamment ses articles L. 112-8 et suivants ; Vu l'avis du Conseil national d'évaluation des normes en date du 8 septembre 2016 ; Le Conseil d'Etat (section de l'administration) entendu, Décrète : Article 1 En savoir plus sur cet article... La section 2 du chapitre II du titre Ier du livre Ier du code des relations entre le public et l'administration est ainsi modifiée : 1° Après l'article L. 112-9, sont insérés les articles R. 112-9-1 et R. 112-9-2 ainsi rédigés : « Art. R. 112-9-1.-Pour exercer son droit de saisir une administration par voie électronique, toute personne s'identifie auprès de cette administration dans le respect des modalités d'utilisation des téléservices définies en application du deuxième alinéa de l'article L. 112-9. « A cet effet, elle indique dans son envoi, s'il s'agit d'une entreprise, son numéro d'inscription au répertoire des entreprises et de leurs établissements, s'il s'agit d'une association, son numéro d'inscription au répertoire national des associations et, dans les autres cas, ses nom et prénom et ses adresses postale et électronique. « Les modalités peuvent également permettre l'utilisation d'un identifiant propre à la personne qui s'adresse à l'administration ou celle d'autres moyens d'identification électronique dès lors que ceux-ci sont acceptés par l'administration. « Art. R. 112-9-2.-L'administration informe le public des téléservices qu'elle met en place afin que le droit pour celui-ci de saisir l'administration par voie électronique puisse s'exercer. Cette information figure dans les modalités d'utilisation mentionnées au deuxième alinéa de l'article L. 112-9 et peut en outre être portée à la connaissance du public par tout moyen. « A défaut d'information sur le ou les téléservices, le public peut saisir l'administration par tout type d'envoi électronique. « Les téléservices peuvent prendre la forme d'une téléprocédure ou d'une procédure de saisine électronique, soit par formulaire de contact, soit par une adresse électronique destinée à recevoir les envois du public. » ;»...

Source: http://www.legifrance.gouv.fr | Source Status

<< Sommaire
legifrance.gouv

Folate Extract May Help Autistic Kids Communicate 25/10/2016

«A preliminary study suggests that prescribed doses of folinic acid, a reduced form of Vitamin B known as folate, could help improve the language and communication skills of children with autism spectrum disorder (ASD). The study also identifies specific biomarkers that can predict treatment response in children with autism and verbal communication problems. The findings stem from a placebo-controlled trial in which children were randomized to receive either high-dose folinic acid or a placebo. Up to two percent of American children are said to experience symptoms that place them on the autism spectrum. Many of these children have difficulty communicating and interacting with others, especially within a social setting.»
[...]
«In the current study, researchers found that participants with folate receptor autoantibodies had a more favorable response to the folinic acid treatment. This leads the way to a test that might be useful for clinicians to determine if high-dose folinic acid might be a treatment for a particular child with ASD. Related research on laboratory rat models have confirmed the deleterious effects of folate receptor antibodies on brain development and function. “Improvement in verbal communication was significantly greater in participants receiving folinic acid as compared with those receiving the placebo,” Frye said. He added that the findings should be considered preliminary until the treatment has been assessed further in larger long-term studies. »...

<< Sommaire
psychcentral

How autism in girls may help reveal the disorder's secrets 25/10/2016

«CHICAGO (AP) - Think autism and an image of an awkward boy typically emerges, but the way autism strikes girls - or doesn't - may help reveal some of the developmental disorder's frustrating secrets. Autism is at least four times more common in boys, but scientists taking a closer look are finding some gender-based surprises: Many girls with autism have social skills that can mask the condition. And some girls do not show symptoms of autism even when they have the same genetic mutations seen in boys with the condition. "Autism may not be the same thing in boys and girls," said Kevin Pelphrey, an autism researcher at George Washington University. The causes of autism aren't known. Genetic mutations are thought to play a role, and outside factors including older parents and premature birth also have been implicated. But the gender effect is now a hot topic in autism research and one that could lead to new ways of diagnosing and treating a condition that affects at least 1 in 68 U.S. children. WHAT SCIENCE SHOWS Brain imaging suggests there may be an additional explanation for why many girls with autism have more subtle symptoms than boys, Pelphrey said. Even in girls who clearly have autism, he said, brain regions involved in social behavior that are normally affected are less severely impaired. Also, recent studies on autism-linked genes have found that girls can have the same kinds of genetic mutations seen in boys with autism, but not show symptoms. They "even need to have twice as many mutations on average to actually manifest with autism," said Joseph Buxbaum, director of an autism center at Mount Sinai medical school in New York. He is among researchers trying to identify a "protective factor" that may explain how some girls at genetic risk remain unaffected - perhaps a protein or other biological marker that could be turned into a drug or other therapy to treat or even prevent autism. That possibility is likely a long way off, but Pelphrey said this line of research has prompted excitement among autism scientists. AUTISM SISTERS PROJECT Buxbaum is involved in the Autism Sisters Project, which is seeking to enroll hundreds of families with autistic sons but unaffected daughters. The project began last year with the goal of building a big database that scientists can use to look for genetic clues and protective factors. Girls and their families visit the New York lab to give saliva samples for DNA analysis and efforts are underway to expand DNA collection to other sites.»...

<< Sommaire
nbc4i

Bad Mothers and Monstrous Sons: Autistic Adults, Lifelong Dependency, and Sensationalized Narratives of Care | SpringerLink 22/10/2016

«Abstract Sensationalized representations of autistic families in film and other media frequently feature violent encounters between mothers and sons. This essay analyzes two media stories and three films that suggest how limited...”and therefore misleading...”popular representations of the autism family are. Except for one of the films, these representations blame the problem of adult autistic dependency on either monstrous autism or bad mothering. Doing so elides collective social responsibility for autism care and denies the reality that autistic adults continue to have complex dependency needs that families cannot always meet. Narratives that sensationalize youth and adults with autism or scapegoat their maternal caregivers also diminish opportunities for social inclusion and for autistic people to live fully and dependently.»...

<< Sommaire
link.springer

''Frank'' presentations as a novel research construct and element of diagnostic decision-making in autism spectrum disorder - de Marchena - 2016 - Autism Research - Wiley Online Library 22/10/2016

«Abstract Many individuals with ASD have a distinctive behavioral presentation that is recognizable within moments, a phenomenon we call "frank" ASD. This phenomenon has been discussed informally for decades, perhaps as "classic" ASD; however, there is no unitary "classic" presentation, and classic autism does not seem to correspond to level of functioning. Thus, neither "frank" nor "classic" autism has been delineated or studied as a research construct. To initiate the empirical study of frank ASD, we surveyed 151 clinicians, from a range of disciplines that diagnose ASD, about this phenomenon. Respondents completed a 13-item questionnaire about frank ASD, which was analyzed using a mixed-methods approach. Ninety-seven percentage of respondents were familiar with the phenomenon. Respondents estimated that 40% of the ASD population has a frank presentation. Respondents reported the most highly specific behaviors associated with frank presentations were a general sense of impaired reciprocity, quality of eye contact, atypical vocal prosody, presence of motor mannerisms, and atypical gait or posture. In general, respondents reported detecting frank features rapidly, with the majority forming their impressions within the first ten minutes of interaction or observation. Although unstudied empirically, "frank" presentations of ASD are familiar to diagnosing clinicians, and appear to be based on behaviors both central to ASD diagnostic criteria (e.g., impaired reciprocity), and absent from diagnostic criteria (e.g., atypical gait or posture). We discuss these findings within the context of diagnostic decision-making and behavioral phenotyping of ASD»...

<< Sommaire
onlinelibrary.wiley

Sources and implications of whole-brain fMRI signals in humans. - PubMed - NCBI 22/10/2016

«Abstract Whole-brain fMRI signals are a subject of intense interest: variance in the global fMRI signal (the spatial mean of all signals in the brain) indexes subject arousal, and psychiatric conditions such as schizophrenia and autism have been characterized by differences in the global fMRI signal. Further, vigorous debates exist on whether global signals ought to be removed from fMRI data. However, surprisingly little research has focused on the empirical properties of whole-brain fMRI signals. Here we map the spatial and temporal properties of the global signal, individually, in 1000+ fMRI scans. Variance in the global fMRI signal is strongly linked to head motion, to hardware artifacts, and to respiratory patterns and their attendant physiologic changes. Many techniques used to prepare fMRI data for analysis fail to remove these uninteresting kinds of global signal fluctuations. Thus, many studies include, at the time of analysis, prominent global effects of yawns, breathing changes, and head motion, among other signals. Such artifacts will mimic dynamic neural activity and will spuriously alter signal covariance throughout the brain. Methods capable of isolating and removing global artifactual variance while preserving putative "neural" variance are needed; this paper adopts no position on the topic of global signal regression.»...

<< Sommaire
ncbi.nlm.nih